Skip to navigation – Site map

L’interrogation en maninka de Guinée

Interrogation in Guinean Maninka
Вопросительность в гвинейском манинка
Valentin Vydrin and Mamadi Diané
p. 95‑117

Abstracts

In the article, the strategies of building interrogative phrases in Guinean Maninka are analyzed, in comparison with Bambara. A general question is marked, by default, only by a raising intonation. There are also several particles of general question, these particles express, at the same time, some modal meanings. Constituent questions are formed by interrogative pro-formes which appear strictly in situ, the original syntactic structure of the phrase remaining intact. Pluralization of certain interrogative pro‑formes is carried out through "ní‑reduplication" (i.e., according to the coordinative model) or by adding the standard plural morpheme –lu. Special attention is paid to the focalization in interrogative constructions. It turns out that the focalization of an interrogative pro‑forme expresses a presupposition of verity of the open proposition. A negative correlation is attested between interrogation and verbal perfect construction.

Top of page

Author's notes

Ce travail a bénéficié d'une aide de l’État gérée par l'Agence Nationale de la Recherche au titre du programme Investissements d’Avenir portant la référence ANR‑10‑LABX‑0083.

Full text

  • 1 Mamadi Diané est né à N’Zérékoré d’un père et d’une mère originaires de Kankan. Il a grandi à N’Zér (...)

1En maninka de Guinée, les stratégies de construction des phrases interrogatives sont proches de celles d’autres langues mandingues. Cependant, on y trouve des différences de détails, parfois assez curieuses. Dans ce court article, nous présentons les données du maninka en les confrontant, là où cela paraît intéressant, avec celles du bambara, langue beaucoup mieux décrite. Le maninka étant la langue maternelle d’un des auteurs,1 la majeure partie des données a été obtenue par introspection ; en cas de doutes, on s’adressait aux informateurs.

1. Questions totales

1.1. L’intonation interrogative

2Par défaut, une question totale est marquée par la seule intonation : le premier ton haut de la phrase se réalise à un registre sensiblement plus élevé que normalement, ce qui augmente l’amplitude de déclinaison tonale (downdrift) et soulève le registre de toute la phrase. À la fin de la phrase, la courbe tonale monte brusquement, et la syllabe finale s’allonge ; le dernier mot ne subit pas l’abaissement final. L’élévation intonative est plus considérable si le dernier mot de la phrase est à ton haut (1b, Figure 1) ; elle est normalement plus brève si le mot final est à ton bas (2b, Figure 2).

(1a)

Sárán`

bárá

wá.

Saran-ART

PRF

partir

        ‘Saran est partie’.

(1b) Sárán` bárá wá ? ‘Est‑ce que Saran est partie ?’

Figure 1. Sárán` bárá wá. vs. Sárán` bárá wá ?

Figure 1. Sárán` bárá wá. vs. Sárán` bárá wá ?

(2a)

Sòbó`

bára

tòli.

viande-ART

PRF

pourrir

        ‘La viande a pourri’.

(2b) Sòbó` bára tòli ? ‘Est‑ce que la viande a pourri ?

Figure 2. Sòbó` bárá tòlì. vs. Sòbó` bárá tòlì ?

Figure 2. Sòbó` bárá tòlì. vs. Sòbó` bárá tòlì ?

1.2. Particules de l’interrogation totale

  • 2 Dans les dialectes maninka, il y a également une particule finale de questionnement total kà. Elle (...)

3Il existe également des particules finales de l’interrogation totale ɲɛ́ɛ̀, bàádì, kódìsáá ́ ~ kódì (kódì étant d’emploi plus rare dans cette fonction ; en fait, le statut de kódì et kódìsáá ́ est intermédiaire entre celui d’une particule et d’une interjection, cf. 3.1) et particules initiales yóo, yáala.2

4L’intonation d’une phrase interrogative comportant une des particules finales est proche de celle d’une phrase à interrogation totale sans particule (registre élevé de toute la phrase), mais le relèvement tonal à la fin de la phrase est assumé par la particule qui maintient en même temps son ton lexical, cf. Figures 3, 4, 5.

Figure 3. (2c) Sòbó` bára tòli ɲɛ́ɛ̀ ? ‘La viande a vraiment pourri, n’est-ce pas ?

Figure 3. (2c) Sòbó` bára tòli ɲɛ́ɛ̀ ? ‘La viande a vraiment pourri, n’est-ce pas ?’

Figure 4. (2d) Sòbó` bára tòli bàádì ? ‘Est-ce que la viande a pourri, ou bien ?

Figure 4. (2d) Sòbó` bára tòli bàádì ? ‘Est-ce que la viande a pourri, ou bien ?’

Figure 5. (2e) Sòbó` bára tòli kódìsá ́? ‘Est‑ce que la viande a pourri, ou bien quoi ?

Figure 5. (2e) Sòbó` bára tòli kódìsáá ́? ‘Est‑ce que la viande a pourri, ou bien quoi ?’

5Les particules initiales se prononcent avec un ton surélevé, et le reste de la phrase assume un contour intonatif proche de celui d’une phrase affirmative neutre, cf. Figures 6, 7.

Figure 6. (2f) Yőo sòbó` bára tòli ? ‘Est‑ce que la viande a pourri ?

Figure 6. (2f) Yőo sòbó` bára tòli ? ‘Est‑ce que la viande a pourri ?’

Figure 7. (2g) Yá ́alá ́ sòbó` bára tòli ? ‘Est‑ce que la viande a pourri ?

Figure 7. (2g) Yá ́alá ́ sòbó` bára tòli ? ‘Est‑ce que la viande a pourri ?’

6Du point de vue sémantique, ces particules d’interrogation totale ne sont pas neutres, elles apportent des nuances modales et/ou communicatives supplémentaires.

7Ɲɛ́ɛ̀ exprime une insistance (et correspond plus ou moins à l’expression française n’est‑ce pas ?). Elle peut fonctionner également comme une interjection exprimant un étonnement et le constat d’une anomalie ; dans ce cas, il s’agit d’une question rhétorique (ex. : le propriétaire d’une boutique surprend son employé en flagrant délit de vol, il dit: Ɲɛ́ɛ̀ ?! Donc, c’est ça ?!’).

8Bàádì provient d’une contraction de l’expression bàá, à yé dì ? ‘ou bien, c’est comment ?’ Cette particule exprime une demande de confirmation du propos.

9Kódìsáá ́ ‘n’est‑ce pas ?’ (celui qui pose la question anticipe une réponse positive) comporte l’élément kódì qui provient de l’interjection interrogative (cf. 3.1) ; l’origine de l’élément final  sá ́ n’est pas claire (son identification avec la particule indiquant l’irritation sá semble peu probable, du fait de la distance sémantique).

10La particule initiale yóo exprime un doute (le locuteur a une information, mais il n’est pas sûr qu’elle soit vraie), une méfiance (le lecteur a une information, mais il ne peut pas la croire), un dépit (le locuteur ne veut pas croire à ce qu’il entend ou voit), une surprise désagréable.

(3)

Yóo

má

báara`

kɛ́ ?

Q

2SG

PFV.NEG

travail-ART

faire

 ‘Donc tu n’as pas fait le travail ?!’

11La particule initiale yáala est plutôt rare dans la parole quotidienne, elle est réservée au style soutenu ou formel. Apparemment, elle n’exprime pas de valeur modale, sa fonction est plutôt stylistique.

12La différence avec le bambara consiste en ce que dans cette langue la construction de question totale par défaut se construit avec la particule finale wà. Cette particule est probablement liée étymologiquement avec la conjonction de la question alternative bàá en maninka, mais s’en distingue par ses fonctions. Cependant, une question totale sans particule (marquée par la seule intonation) est également possible en bambara.

13Les particules marquant une question générale en bambara ne sont pas les mêmes qu’en maninka, sauf yála ~ yáli ~ yáa ~ yálima ~ yálama qui correspond sans doute étymologiquement à yáala en maninka, mais s’en distingue sensiblement par ses fonctions : en bambara, cette particule s’utilise presque toujours en combinaison avec d’autres éléments interrogatifs (particules ou proformes), alors qu’en maninka elle apparaît seule.

1.3. La particule de topicalisation contrastive dans les énoncés interrogatifs elliptiques

14La particule de topicalisation contrastive, dòn, peut apparaître dans les énoncés interrogatifs à un seul argument exprimant une question totale avec le focus sur l’argument. Un tel énoncé sert toujours d’écho au propos précédent (4) et peut être interprété comme une construction elliptique par rapport à celui‑ci, dòn exprimant à la fois l’ellipse du prédicat (et de tous les autres éléments de l’énoncé), la focalisation de l’argument, et l’interrogation totale.

(4)

Nàmasa`

ye

yàn.

Wòro`

dòn ?

banane-ART

BE

ici

cola-ART

TOP.CNTR

      ‘La banane est ici’. — ‘Et la cola ?’

15Dòn est utilisé en maninka également dans les contextes non-elliptiques, dans les énoncés pas forcement interrogatifs (5).

(5)

N’

dòn

má

kɛ́

mɛ̂n

bólo...

si

3SG

TOP.CNTR

PFV.NEG

faire

REL

CNTRL

      ‘S’il s’avère qu’il n’est pas en possession de quelqu’un…’

16En bambara, la particule dòn est utilisé dans la même fonction qu’en maninka, mais il y a également une copule d’identification dòn de l’énoncé présentatif (Wòro` dòn. ‘C’est la cola’.) qui, d’après Creissels (1981), résulte d’une fusion du focalisateur avec une copule archaïque d’identification *mú. En maninka, la fonction d’identification est remplie par la copule générique (le plus souvent omise : Wòro lè ye. ~ Wòro lè. C’est la cola’). Sans aucun doute, la particule de topicalisation contrastive dòn et la copule d’identification dòn sont des homonymes, plutôt que des fonctions différentes d’un seul lexème.

2. Questions alternatives

17Les clauses exprimant les options alternatives sont liées par la conjonction bàa qui appartient plutôt à la première proposition (et on peut insérer une pause après elle).

(6a)

Í

dí

wá

bàa,

dí

tó

yàn ?

2SG

FUT

aller

ou

2SG

FUT

rester

ici

        ‘Tu pars ou bien tu restes ici ?’

18Bàa peut apparaître dans les questions alternatives tronquées, où la deuxième proposition est omise :

(6b)

dí

wá

bàa ?

2SG

FUT

aller

ou

        ‘Tu pars, ou bien ?’

19Bàa peut lier des groupes nominaux (7). Si une construction alternative interrogative correspond à un constitutant de l’énoncé, deux stratégies sont possibles :

  • soit toute la construction alternative est ramenée à droite, et sa place dans la phrase est occupée par une proforme interrogative (8a) ;

  • soit le premier élément de la construction alternative apparaît in situ, obligatoirement suivi d’une particule de focalisation, et le deuxième, précédé de la conjonction bàa, est extraposé à droite (8b, 9a).

(7)

Fà`

bàa

kó

gbɛ́rɛ ?

folie-ART

ou

affaire

autre

        ‘C’est de la folie ou autre chose ?’

(8a)

Jôn

nà-nin,

Mùsá

bàa

Fántà ?

qui

venir-PTCP.RES

Moussa

ou

Fanta

        ‘Qui est venu, Moussa ou Fanta ?’

(8b)

Mùsá

lè

nà-nin

bàa

Fántà ?

Moussa

FOC

venir-PTCP.RES

ou

Fanta

        ‘Est-ce que c’est Moussa qui est venu ou Fanta ?

(9a)

Mùsá

kà

dàba`

lè

sàn

bàa

fòroto` ?

Moussa

AOR

houe-ART

FOC

acheter

ou

piment-ART

        ‘Moussa a acheté la houe ou le piment ?’

20Notons que bàa n’apparaît jamais dans les phrases affirmatives, où les éléments des constructions alternatives sont liés par les conjonctions hámantɛ, wála ou la construction conjonctive ní wò tɛ́.

21Les conjonctions alternatives interrogatives maninka bàa et bambara wáa sont assez proches en leurs fonctions et en ce qu’elles sont consacrées aux constructions interrogatives (tandis que dans les phrases affirmatives, d’autres conjonctions sont utilisées). Leur origine commune n’est pas exclue, cependant, la correspondance phonétique irrégulière w- : b- et la différence tonale restent à expliquer.

22En ce qui concerne la syntaxe des constructions nominales alternatives, on observe en maninka une situation qui semble être plus archaïque : une telle construction ne peut pas occuper la position d’un groupe nominal in situ, et les phrases comme (9b) s’avèrent incorrectes, tandis qu’en bambara (au moins, en bambara écrit) cela est permis et même devient de plus en plus fréquent.

(9b)

*Mùsá

kà

dàba`

lè

bàa

fòroto`

sàn ?

Moussa

AOR

houe-ART

FOC

ou

piment-ART

acheter

        ‘Moussa a acheté la houe ou le piment ?’

3. Interjections interrogatives

3.1. kódì ? ‘qu’est-ce que tu dis ?’

23Le lexème kódì ? ‘qu’est-ce que tu dis ?’ peut être considéré comme une interjection interrogative, car elle seule représente une énoncé. Elle provient de la fusion du quotatif / copule de parole kó et l’adverbe interrogatif ‘comment ?’.

24Kódì correspond parfaitement à l’interjection kódì bambara en ce qui concerne la forme. Il y a cependant une nuance sémantique : l’interjection bambara signifie ‘n’est-ce pas ?’, sens qui est exprimé en maninka par la particule/interjection kódìsáá ́ (cf. 1.2).

3.2. Háan ‘comment ça ?!’

25Háan ‘comment ça ?!’ exprime un fort étonnement (positif ou négatif).

(10)

Áli

bára

mùso`

fúdu.

Háan ?

Ali

PRF

femme-ART

marier

eh.bien ?

        ‘Ali a marié une femme. — Eh bien ?!’

4. Questions partielles

26Les questions partielles sont formées au moyen des proformes interrogatives qui apparaissent strictement in situ quelle que soit la position de l’argument nominal, elles ne sont jamais déplacées ni à droite ni à gauche. Les proformes appartiennent aux mêmes parties de discours que les constituants qu’elles substituent. Soulignons que dans les phrases exprimant des questions partielles, la proforme reste le seul élément interrogatif ; l’intonation d’une telle phrase (11b) est absolument conforme à celle d’une phrase affirmative correspondante (11a), cf. Figure 8.

(11a)

Mùsá

kà

sòbó`

sàn.

Moussa

AOR

viande-ART

acheter

        ‘Moussa a acheté de la viande’.

(11b)

Mùsá

kà

mǔn

sàn ?

Moussa

AOR

quoi

acheter

        ‘Qu’est-ce que Moussa a acheté ?’

Figure 8. Mùsá kà sòbó` sàn. — Mùsá kà mǔn sàn?

Figure 8. Mùsá kà sòbó` sàn. — Mùsá kà mǔn sàn?

27Considérons les particularités d’emploi et de dérivation de chaque proforme.

4.1. Jɔ̂n ou jôn3 ‘qui ?’

  • 3 Dans la variété maninka parlée par Mamadi Diané, ce lexème est prononcé sans aucun doute avec une v (...)

28Le ton lexical de ce pronom interrogatif est haut suivi d’un ton bas flottant ; celui-ci peut être vu comme faisant partie du contour lexical du mot (dans notre transcription, ce contour est représenté par un accent circonflexe).

29Le pronom ne réfère qu’aux êtres humains (12) ; là où il s’agit des animaux, on utilise le même pronom interrogatif que pour les objets inanimés, mùn (13). Cependant, dans les questions concernant l’affiliation sociale ou fonctionnelle, on utilise jôn (contrairement à ce qu’on observe dans de nombreuses langues du monde, cf. (Idiatov 2007 : 53-54)).

(12)

Jôn

k’

kíli ?

qui

AOR

2SG

appeler

        ‘Qui t’a appelé ?’

(13)

Mùn

k’

kín ?

quoi

AOR

2SG

mordre

        ‘Qu'est-ce qui t’a mordu ?’

30Syntaxiquement, jôn fonctionne comme un nom, soit représentant seul un groupe nominal (12), soit comme dépendant dans une construction génitivale (14). Cependant, il peut apparaître comme un déterminant à droite du nom déterminé (15), étant synonymique de la proforme ɲùman (cf. 4.3.).

(14)

Jôn

mùso

yè ?

qui

femme

BE

        ‘C’est la femme de qui ?’

(15)

Báarakɛla

jón-nû

kà

bón`

lɔ̀ ?

ouvrier

qui-PL

AOR

maison-ART

bâtir

        ‘Quels sont les travailleurs qui ont construit la maison ?’

31Le pronom jôn a une forme de pluriel, jónnû, qui est utilisée lorsque le locuteur suppose qu’il y a plus d’un participant en question (15, 16). Une autre façon d’exprimer l’idée de pluralité est par le moyen de la construction jôn ní jôn, lit. « qui et qui ? ». Dans ce dernier cas, l’idée de pluralité s’accompagne d’une valeur distributive : le locuteur suppose que chacun des acteurs en question devrait être identifié, tandis que jónnû sous‑entend plutôt une identification globale du groupe.

  • 4 En fait, la situation est probablement plus compliquée. Primo, le comportement tonal de la marque d (...)

32Le comportement tonal de la première de ces formes mérite une mention spéciale. Normalement, on s’attendrait à une courbe tonale suivante : *jónnù (le ton flottant bas du jôn se propagerait sur la marque du pluriel qui représente une syllabe récessive, donc privée de son propre ton). Cependant, on observe une tonalité différente : jónnú` (Figure 9), comme si la courbe tonale de jôn s’est propagée sur la deuxième syllabe, nu. Évidemment, cela peut être interprété au profit de l’interprétation de la courbe tonale « haut + bas flottant » comme un tonème de plein droit, plutôt qu’une combinaison de deux tonèmes, « haut » et « flottant bas ».4

Figure 9. (16) Jónnú` bárá wá ? ‘Qui (pl.) sont venus ?’

Figure 9. (16) Jónnú` bárá wá ? ‘Qui (pl.) sont venus ?’

33Le pronom interrogatif pour les humains a une forme emphatique, jóntìi ~ jɔ́ntìi ‘qui exactement ?’ qui ne se distingue pas de jôn par le comportement syntaxique et exprime une focalisation plus forte :

(17)

Jɔ́ntìi

yé

ílê

dí ?

qui.EMPH

BE

2SG.EMPH

PP

        ‘Qui es-tu exactement ?

34L’emphase peut être davantage renforcée par l’ajout du nombre kélen (jóntìi kélen ? ‘qui précisément ?’), et encore plus, par l’adverbe expressif (jóntìi kélen pé ?).

35En bambara, le pronom correspondant jɔ̂n s’utilise de façon similaire à celui du maninka, mais il n’a pas de forme emphatique semblable à jóntìi.

4.2. Mùn ‘quoi ?’

36Mùn ‘quoi ?’ correspond aux objets inanimés (11b) et aux animaux (13). À la différence de n, la seule possibilité de pluraliser mùn est par la construction de redoublement coordinatif (18) ; l’adjonction du pluralisateur –lu n’est pas possible.

(18)

Mùn

ní

mùn

túnun-na ?

quoi

et

quoi

disparaître-AOR.INTR

        ‘Quelles choses sont disparues ?’

37Typiquement, mùn assume seul la fonction d’un groupe nominal (et il peut occuper la position de n’importe quel argument dans une phrase). Cependant, avec certains noms, il peut apparaître comme un déterminant de gauche (précédant le nom déterminé), étant dans ce cas plus ou moins synonymique du déterminant interrogatif ɲùman ‘quel ?’. Les noms qui acceptent un tel emploi sont, dans la plupart, de valeur générique : mùn kó ? ‘quelle affaire ?’, mùn fén ‘quelle chose ?’, mùn tùma ‘quel temps ?’, mùn wáati ‘quel temps ?’, mùn kúma ‘quelle parole ?’, mùn kɛ̀lɛ ‘quelle querelle ?’, mùn súu ‘quelle sorte ?’, mùn wódi l’argent pour faire quoi avec ?’, ‘l’argent destiné à quoi ?’, mùn mɔ̀ɔ súu ‘quelle espèce de personne ?’ (la liste n’est probablement pas exhaustive, mais elle n'est pas longue). Un redoublement coordinatif à valeur du pluriel est possible pour mùn même en fonction du déterminant à gauche (19).

(19)

<…>

k’

àlu

ɲìninka

kó

mùn

ní

mùn

fén-nú

INF

3PL

demander

QUOT

quoi

et

quoi

chose-PL

lɔ́ɔ`

y'

álu

lá ?

désir-ART

BE

2PL

dans

       ‘… et de leur demander quelles sont les choses qu’ils désiraient ?’

38De même que jôn, mùn peut être spécifié par le numéral kélen suivi de l’adverbe expressif , ce qui exprime l’unicité du choix demandé :

(20)

ye

mɔ́nɛ-la

mùn

nè

kélen

pé

lá

kó`

2SG

BE

fâcher-INF.LA

quoi

FOC

un

unique

POSS

affaire-ART

lá ?

à

    ‘Tu te fâches pour quelle unique raison ?’

39Dans ses fonctions, emploi et la forme, mùn en maninka est très proche du pronom mùn en bambara.

4.3. Ɲùman ‘quel ?’

40Ɲùman ‘quel ?’ est un déterminant qui substitue un adjectif. Il ne peut pas avoir l’article tonal après lui.

41La pluralisation de ɲùman peut suivre deux stratégies (les mêmes que celle de jôn) : par la marque standard du pluriel (21a) et par le redoublement coordinatif (21b), dans ce dernier cas, une nuance de distributivité est exprimée.

(21a)

kà

fén

ɲùman-nú

sàn ?

1SG

AOR

chose

quel-PL

acheter

    ‘Quelles choses as-tu achetées ?’ (en référence à tout le groupe d’objets).

(21b)

kà

fén

ɲùman

ní

ɲùman

sàn ?

1SG

AOR

chose

quel

et

quel

acheter

    ‘Quelles choses as-tu achetées ?’ (en référence aux objets qui ne représentent pas un groupe et doivent être énumérés un par un).

42Ɲùman en maninka est très proche dans son emploi et fonctions du déterminant bambara jùman ~ jùmɛn ~ jùmɛy.

4.4. Jèli ‘combien ?’

43Jèli ‘combien ?’se substitue à des nombres et, par les critères formels, il peut être classé parmi les nombres. Son emploi le plus typique est celui d’un modifieur (22), mais il peut être facilement substantivé quand le nom déterminé est omis (23). Comme tous les numéraux, il subit le redoublement complet à valeur distributive (24), la dérivation en ‑nan pour des numéraux ordinaires (25), et la dérivation en –ta / -la à valeur ‘pour la somme de’ (26, 27).

(22)

Sìsɛ

jèli

ye

sùlu`

kɔ́nɔ ?

poulet

combien

BE

poulailler-ART

dans

    ‘Il y a combien de poulets dans le poulailler ?’

(23)

Jèli

tó-nin ?

combien

rester-PTCP.RES

    ‘Il en reste combien ?’

(24)

Lèmunun`

ye

sàn-na

jèli-jèli ?

orange-ART

BE

acheter-INF.LA

combien-combien

    ‘Les oranges se vendent à combien (par pièce) ?’

(25)

dén

jèli-nan

ye

tèn ?

2SG

enfant

combien-ORD

BE

ainsi

    ‘Celui-ci est le quantième de tes enfants ?’

(26)

yé

ɲɔ̀

jèli-ta ~ jèli-la

fɛ̀ ?

2SG

BE

maïs

combien-PRIX

avec

    ‘Tu veux du maïs pour combien ?’

(27)

Sòbo

wáa

jèli-ta ~ jèli-la

yé

tèn ?

viande

mille

combien-PRICE

BE

comme.là

    ‘Cette viande-là est à combien de milliers de francs ?’

44Comme la plupart d’autres proformes interrogatives (et à la différence des numéros), jèli peut apparaître dans la construction redoublée coordinative à valeur distributive (28).

(28)

Mùsá

kà

móto

jèli

ní

jèli

sàn?

Moussa

AOR

moto

combien

et

combien

acheter

Combien de motos a acheté Moussa chaque fois ?’ (sous-entendu : il achetait les motos par lots).

45Jèli en maninka est très proche dans son emploi et fonctions de la proforme bambara jòli.

4.5. Mín ~ mínin où ?

46Mín ~ mínin  ? est une proforme adverbiale de lieu. Tout comme les autres adverbiaux spatiaux et postpositions locatives en maninka, elle peut désigner l’emplacement statif (29), l’origine (30) ou le but (31) du mouvement.

(29)

mùso`

ye

mín ~ mínin ?

2SG

femme-ART

BE

où

    ‘Où est ta femme ?’

(30)

bɔ́-nin

mín ~ mínin ?

2SG

sortir-PTCP.RES

    ‘D’où viens-tu ?’

(31)

wá-tɔ

mín ~ mínin ?

2SG

aller-PROSP

    ‘Où vas-tu ?’

47Comme les autres adverbes du lieu, mín peut se nominaliser en exprimant le sens ‘quel endroit ?’. Le nom résultant peut occuper des positions syntaxiques différentes, comme le sujet (32), l’oblique introduit par une postposition (33), un dépendant dans une construction nominale du type génétival (34). Une fois nominalisé, mín n’a plus de variante mínin.

(32)

Kónakiri

ní

Kánkan

fìla

dɔ́,

mín/*mínin

dúman

ɲɛ́ ?

Conakry

et

Kankan

deux

dans

bon

2SG

devant

    ‘Entre Conakry et Kankan, lequel tu aimes ?’

(33)

Mùsá

ye

mín/*mínin

dɔ́ ?

Moussa

BE

dans

    ‘Où est Moussa ?’

(34)

Mɔ́nbili`

wá-tɔ

mín/*mínin

fàn ?

voiture

aller-PROSP

côté

    ‘Vers où va la voiture ?’

48À partir de la proforme mín, une forme est dérivée avec le suffixe du nom d’originaire ou d’habitant d’un endroit, –ka : mínka habitant/originaire de quel endroit ?’ (35a) qui peut être pluralisée (35b). Le fait que c’est le nom (plutôt que l’adverbe) qui sert de la base de dérivation est confirmé par le fait que la forme *míninka n’existe pas.

(35a)

Mùsá

yé

mín-ka

dí ?

=

Mín-ka

yé

Mùsa

dí ?

Moussa

BE

où-GENT

PP

où-GENT

BE

Moussa

PP

    ‘Moussa est originaire de quel endroit ?

(35b)

Mɛ̀n-nù

yé

mín-ká

dí ?

=

Mɛ̀n-nù

yé

mín-ká-lú

dí ?

ce-PL

BE

où-GENT

PP

ce-PL

BE

où-GENT-PL

PP

     ‘Ceux-ci sont de quel endroit ?’

49Dans les grandes lignes, mín ~ mínin en maninka fonctionne de la même façon que mín ~ míni en bambara, mais il est, semble-t-il, plus facilement converti en nom : en bambara on utilise en fonction nominale plutôt l’expression yɔ́rɔ jùmɛn ‘quel endroit ?’. De même, une forme comme *mínka est impossible en bambara, on dit plutôt yɔ́rɔjumɛnka (qui n’a pas de correspondant direct en maninka).

4.6. Dì ‘comment ?’

50Dì ‘comment ?’ est une proforme adverbiale de manière.

(36)

Màlo`

ye

sɛ̀nɛ-la

dì ?

riz-ART

BE

cultiver-INF.LA

comment ?

    ‘Comment cultive-t-on le riz ?’

(37a)

wá-tɔ

dì

Kánkan ?

2SG

aller-PROSP

comment ?

Kankan

    ‘Comment iras-tu à Kankan ?’

51Un adverbe de manière dì existe en bambara aussi, mais il est d’un emploi beaucoup plus restreint que dì en maninka et apparaît surtout dans quelques expressions figées, comme  bɛ́ dì ? Comment ça va ?,  bɛ́ dì ? Comment vas‑tu ?,  kɔ́rɔ` yé dì ?Qu’est‑ce que cela veut dire ?’, etc. En fait, c’est une expression figée, cógo dì ? lit. ‘quelle manière ?’ qui s’utilise librement comme équivalent de dì en maninka.

4.7. Mùnná ‘pourquoi ?’

52Mùnná ‘pourquoi ?’ est un adverbe interrogatif de cause. Il peut apparaître soit à la fin de la clause (38a), soit à sa périphérie gauche (39).

(38a)

ye

sɛ̀nɛ`

kɛ́-la

mùnná ?

2SG

BE

cultivation-ART

faire-INF.LA

pourquoi

    ‘Pourquoi cultives-tu ?’

(39)

Mùnná

ma

wò

fɔ́

ɲɛ́ ?

pourquoi

2SG

NEG.PFV

cela

dire

1SG

devant

    ‘Pourquoi ne m’as-tu pas dit cela ?’

53L’adverbe interrogatif de cause mùnná (38a) est d’origine une forme composée du pronom mùn (cf. 4.2) et postposition lá (à valeur générique). Il se distingue sémantiquement de la combinaison libre de ces deux éléments, mùn ná, qui est également possible en maninka, cf. l’exemple (38b) où la postposition lá/ná apparaît dans son sens instrumental. Cependant, l’adverbe mùnná garde une faible séparabilité, en particulier, on peut y insérer le focalisateur (40), dans ce cas, seul le contexte permet de distinguer entre les valeurs ‘pourquoi ?’ et, d’autre part, ‘avec quoi ?’, ‘par quoi ?’.

(38b)

ye

sɛ̀nɛ`

kɛ́-la

mùn

ná ?

2SG

BE

cultivation-ART

faire-INF.LA

quoi

à

    ‘Avec quoi cultives-tu ?’

(40)

Ílê

dòn

kàsi-tɔ

mùn

nè

là ?

2SG.EMPH

TOP.CNTR

pleurer-PROSP

quoi

FOC

dans

    ‘Et toi, pourquoi est-ce que tu pleures ?’

4.8. Particule modale bòo ~ bòon

  • 5 La forme bòo est celle de l’idiolecte de l’un des auteurs de cet article, Mamadi Diané. Dans le di (...)

54Il faut mentionner une particule modale bòo ~ bòon5 ‘en fait’ exprimant l’impatience, éventuellement une légère irritation. Cette particule n’apparaît que dans les phrases interrogatives, et plus précisément, avec les questions particulières, jamais avec les questions totales.

(41)

Mùn

kɛ́-nin

bòo ?

quoi

faire-PTCP.RES

Q.PRT

    ‘Mais qu’est-ce que se passe, en fait ?

(42)

kɛ́-nin

dì

bòo ?

3SG

faire-PTCP.RES

comment

Q.PRT

    ‘Qu’est-ce qui s’est passé, en fait ?

5. Focalisation et interrogation

5.1. Question générale

55Dans une question générale, la focalisation d’un constituant est admissible :

(43)

kà

wódi

lè

dí

Mámadi

mà ?

2SG

AOR

argent

FOC

donner

Mamadi

à

    ‘Est-ce que c’est de l’argent que tu a donné à Mamadi ?’

5.2. Focalisation et constituants non-interrogatifs dans les phrases à questions partielles

  • 6 D’autre part, dans les phrases interrogatives représentées par des énoncés équatifs, si le deuxième (...)

56Dans les phrases à constituants interrogatifs, la proforme interrogative est intrinsèquement focalisée. Par conséquent, un constituant autre que celui qui est sous l’interrogation ne peut pas être focalisé (44, 45).6 Toujours prévisiblement, la seule exception est la phrase à question causale où une telle focalisation est admissible (46a, b) : « à la différence des autres interrogatifs, pourquoi ? ne questionne pas sur les participants à l’événement (comme qui ? ou quoi ?) ou sur les circonstances de l’événement (comme où ? ou quand ?), mais sur une relation de causalité avec un autre événement » (Creissels 2006, Vol. 2 : 179).

(44)

*Í

kà

mùn

dí

mùso

lè

mà ?

2SG

AOR

quoi

donner

femme

FOC

à

    ‘Qu’est-ce que tu as donné à la femme ?’

(45)

*

kà

wódi

lè

dí

jôn

mà ?

2SG

AOR

argent

FOC

donner

qui

à

    ‘À qui as-tu donné de l’argent ?’

(46a)

Mùnná

kà

wódi`

dí

Mámadi

lè

mà ?

pouquoi

2SG

AOR

argent-ART

donner

Mamadi

FOC

à

    ‘Pourquoi est-ce que c’est à Mamadi que tu as donné de l’argent ?’

(46b)

Mùnná

kà

wódi`

lè

dí

Mámadi

mà ?

pouquoi

2SG

AOR

argent-ART

FOC

donner

Mamadi

à

    ‘Pourquoi est-ce que c’est de l’argent que tu as donné à Mamadi ?’

5.3. Focalisation des constituants interrogatifs

57Les constituants interrogatifs peuvent être accompagnés (47a) ou non (47b) de la particule focalisatrice qui, à première vue, peut sembler facultative.

(47a)

Í

kà

mùn

dí

mùso`

mà ?

2SG

AOR

quoi

donner

femme-ART

à

(47b) Í kà mùn nè dí mùso` mà ? Qu’est-ce qu’as-tu donné à la femme ?

58Cependant, une analyse plus fine montre que la présence du focalisateur n’est pas gratuite : elle permet de distinguer entre les cas où nous avons une forte présupposition de la vérité de la proposition ouverte (la partie de l’énoncé hors l’opérateur interrogatif). Ainsi, là où le focalisateur est absent (47a), une réponse négative générale est admissible (47c), et dans ce cas la présupposition  kà X dí mùso` mà. ‘J’ai donné X à la femme’ s’avère fausse.

(47c)

ma

fóyì

dí

mùso`

mà.

1sg

pfv.neg

rien

donner

femme-art

à

    ‘Je n’ai rien donné à la femme’

59Par contre, en présence du focalisateur (47b), une réponse négative (47c) n’est pas considérée comme acceptable, car cela serait en désaccord avec la présupposition de la vérité de la proposition ouverte.

  • 7 D’ailleurs, le focalisateur ne se combine pas avec la forme emphatique jóntìi ‘qui exactement ?’. (...)

60Dans cette fonction, la particule focalisatrice peut accompagner les pronoms interrogatifs mùn ‘quoi ?’ (47a) et jɔ̂n ‘qui ?’ (48)7, le déterminant interrogatif ɲùman ‘quel ?’ (49), le numéral interrogatif jèli (50) et ses dérivés (51, 52). Il existe même des formes fusionnées avec le focalisateur, jénì ‘qui exactement ?’ (en variation libre avec jôn lè) et mèdé ~ mèré (< mùn nè ; cependant, les formes fusionnées mèdé et mèré ne sont pas utilisées dans le dialecte parlé par Mamadi Diané, l’un des co‑auteurs).

(48)

dén`

bɔ́-nin

jôn

nè

lá ?

3sg

enfant-art

sortir-ptcp.res

qui

foc

dans

    ‘À qui ressemble ton enfant ?’ (on suppose que l’enfant forcément ressemble à quelqu’un, on ne s’attend pas à une réponse « à personne »).

(49)

kà

fén

ɲùman

nè

sàn ?

2sg

aor

chose

quel

foc

acheter

    Quelle chose (précisément) as-tu acheté ?’ (le locuteur est sûr que l’autre a acheté des choses, et il veut des précisions).

(50)

kà

lá

mɔ́nbili`

sàn

jèli

lè

lá ?

2sg

aor

2sg

poss

voiture-art

acheter

combien

foc

dans

    ‘À combien as-tu acheté ta voiture ?’ (on ne s’attend pas à une réponse comme « Je ne l’ai pas acheté, je l’ai reçu en cadeau »).

(51)

dén

jèli-nan

nè

yé

tèn ?

2sg

enfant

combien-ord

foc

be

ainsi

    ‘C’est le combientième de tes enfants ?’ (le locuteur sait qu’il y a plusieurs enfants ; une réponse comme « C’est mon seul enfant » n’est pas prévue).

(52)

yé

ɲɔ̀

jèli-ta

lè

fɛ̀ ?

2sg

be

maïs

combien-prix

foc

par

    ‘Tu veux du maïs pour combien ?’ (une réponse comme « Je ne veux pas de maïs » n’est pas prévue).

  • 8 Contrairement à la situation en adyghe (une langue de la famille Nord‑Caucasienne), où la stratégie (...)

61Il faut cependant noter que la stratégie par défaut de l’interrogation partielle n’implique pas l’utilisation du focalisateur. Ainsi, dans le Corpus Maninka de Référence (consultation du 18 juillet 2016), sur 1128 occurrences du pronom mùn, on ne trouve que 126 cas (environ 11 %) où il est suivi du focalisateur. Là où le focalisateur suit la proforme interrogative, il s’agit d’une insistance sur la vérité de la présupposition exprimée par la proposition ouverte ; son absence représente un cas neutre (soit la présupposition de vérité est absente, soit elle n’est pas vue comme pertinente).8

62Toutes les proformes interrogatives en question apparaissent normalement dans les groupes nominaux occupant des positions argumentales. La situation est différente pour les proformes mín où ?’ et ‘comment ?’ qui, dans le maninka standard ne peuvent pas être suivi du focalisateur (53, 54).

(53)

Dén`

wá-nin

mín

(*nè) ?

enfant-art

aller-ptcp.res

foc

    ‘Où est-ce que l’enfant est parti ?’

(54a)

Sɛ̀nɛ`

ye

kɛ́-la

dì

(*lè) ?

cultivation-art

be

faire-inf.la

comment

foc

    ‘Comment cultive-t-on ?’

63La situation est différente dans certains dialectes maninka, comme celui du Wulada, où le focalisateur accompagne obligatoirement l’adverbe interrogatif de manière (54b).

(54b)

Sɛ̀nɛ`

ye

kɛ́-la

dì

lè ?

cultivation-art

be

faire-inf.la

comment

foc

    ‘Comment cultive-t-on ?’

64Notons également que dans le dialecte de Kouroussa, cet adverbe apparaît sous une forme dìyé qui provient, selon toute probabilité, de la fusion : *dì lè > dìyé.

65Mentionnons à ce propos l’étymologie de la forme mínin, une variante de mín ‘où’, avancée par Artem Davydov (communication personnelle) : d’après lui, cette forme aussi résulte d’une fusion avec le focalisateur : *mín nè > mínin. Même si cette étymologie est correcte (ce qui est tout à fait probable), la présence originelle du focalisateur dans la position après mín semble être non-fonctionnelle et n’a pas d’incidence sur la structure informationnelle de l’énoncé.

  • 9 « … questions asking for argument NPs are different from questions asking for adverbials ».

66Il s’avère que dans des variétés différentes du maninka, la focalisation n’est pas pertinente pour les proformes interrogatives circonstancielles, contrairement aux proformes interrogatives argumentales. Cela ressemble beaucoup à la situation dans la langue abkhaz (une langue de la famille Nord‑Caucasienne) où « les questions sur les groupes nominaux argumentaux sont organisées différemment des questions aux adverbes »9 (Sumbatova 2009), ce que Nina Sumbatova explique par l’appartenance des adverbes au complexe verbal.

67Autrement dit, deux facteurs sont pertinents pour la focalisation dans les propositions à l’interrogation partielle : le type de proposition ouverte (existence de la présupposition de vérité) et le statut syntaxique de l’opérateur interrogatif (position argumentale ou circonstantielle).

6. L’interrogation et le parfait10

  • 10 Il n’est pas à exclure que certaines autres corrélations entre l’interrogation et constructions asp (...)

68Comme cela a été remarqué dans (Vydrin 2016), en maninka est attestée une corrélation négative entre l’interrogation et l’aspect parfait (dont l’indice est la marque prédicative báda). Dans des contextes pratiquement identiques, là où il s’agit du passé actuel (valeur grammaticale centrale du parfait), on utilise le parfait dans les phrases affirmatives (55a), mais on peut le remplacer par l’aoriste une fois que l’interrogation intervient (55b), et parfois un tel remplacement est obligatoire.

(55a)

Fántà

báda

ɲɔ̀`

sùsu,

yé

wá.

Fanta

prf

maïs-art

piler

3sg

sbjv

aller

    ‘Fanta a pilé le maïs, qu’elle s’en aille’.

(55b)

báda = kà

ɲɔ̀`

sùsu ?

2sg

prf = aor

maïs-art

piler

    ‘As-tu pilé le maïs ?’ (question à la fille qui demande l’autorisation de s’en aller).

69Le parfait est rigoureusement interdit dans les phrases interrogatives comportant la marque de focalisation lè. Cf. l’exemple (56) où dans la phrase affirmative on utilise la construction du parfait, tandis que dans la phrase interrogative comportant une focalisateur et se référant à la même situation, on utilise l’aoriste au lieu de parfait.

(56)

Mùn

kɛ́-nin ?

Dén`

báda

ɲína`

dámun.

quoi

faire-ptcp.res

enfant-art

prf

souris-art

manger

Dén`

kà

ɲína`

dámun

nè ?!

enfant-art

aor

souris-art

manger

foc

    ‘Qu’est-ce qui s’est passé ? — L’enfant a mangé une souris. — L’enfant a mangé une souris ?!’

Conclusions

70Résumons les particularités des phrases interrogatives en maninka de Guinée dans les grandes lignes.

— typiquement pour les langues mandé, les stratégies de formation des phrases interrogatives en maninka (à la fois celles à questions totales et partielles) ne mettent pas en jeu l’ordre de mots qui reste le même que dans les phrases déclaratives ;

— l’intonation joue un rôle limité dans la formation des énoncés interrogatifs. Elle marque une phrase à question totale (là où cette phrase n’a pas de particules interrogatives modales) ; l’intonation des énoncés questionnant les constituants est la même que celle des énoncés déclaratifs ;

— les proformes interrogatives ont une forte tendance à former leur pluriel par un redoublement coordinatif ;

— l’interrogation des constituants suit des stratégies différentes en relation avec la focalisation, ce qui concerne à la fois les facteurs sémantiques (présence ou absence de la présupposition de vérité de la proposition ouverte) et syntaxiques (la focalisation est pertinente pour les opérateurs interrogatifs argumentaux et ne l’est pas pour les opérateurs interrogatifs circonstantiels) ;

— on observe un rapport entre le critère de la force illocutive et l’aspect verbal en maninka. En particulier, la compatibilité de l’interrogation avec le parfait s’avère limitée (au profit de l’aoriste) ; on peut s’attendre à des corrélations positives et négatives avec d’autres constructions aspectuelles et temporelles.

Gloses

1, 2, 3

1e, 2e, 3e personne

PFV

perfectif

AOR

aoriste

PL

pluriel

ART

article tonal

POSS

marque possessive (postposition lá)

BE

copule affirmative

PP

postposition polyfonctionnelle

CNTR

contrastif

PRF

parfait

CNTRL

postposition de contrôle

PRIX

suffixe de la quantité pour le prix X

EMPH

emphatique

PROSP

prospectif

FOC

focalisation

PTCP.RES

participe résultatif

FUT

marque prédicative du futur

Q

marque de question générale

GENT

suffixe du nom d’originaire/habitant

Q.PRT

particule d’impatience (dans les questions partielles)

INF

infinitif en

QUOT

marque quotative

INF.LA

infinitif en -la

REL

relativisateur

INTR

intransitif

SBJV

subjonctif

NEG

négatif

SG

singulier

ORD

suffixe du numéral ordinal

TOP

topicalisateur

Top of page

Bibliography

                                                           

Creissels Denis, 2006, Syntaxe générale, une introduction typologique, 2 vol., Paris, Hermès Sciences‑Lavoisier.

Idiatov Dmitry, 2007, A typology of non‑selective interrogative pronominals, PhD, Universiteit Antwerpen.

Kántɛ Sùlemáana, 2013, ߒߞߏ ߞߊ߲ߜߍ ߞߎ߲߬ߓߊ߬ߓߊ / Ńkó` kángbɛ` kùnbabá [Grammaire avancée du N'ko], Konáakiri, Tolno, Faya Isamaël.

Sumbatova Nina, 2009, “Constituent questions and argument‑focus constructions: some data from the North‑Caucasian languages”, in Helmbrecht Johannes, Nishina Yoko, Shin Yong‑Min, Skopeteas Stavros, Verhoeven Elisabeth (eds.), Form and Function in Language Research. Papers in Honour of Christian Lehmann (Trends in Linguistics. Studies and Monographs, 210), Berlin‑New York, Mouton de Gruyter, pp. 313‑328.

Vydrin Valentin, 2016, «Перфект в языке манинка Гвинеи», Acta Linguistica Petropolitana. Труды Института лингвистических исследований РАН / Отв. редактор Н. Н. Казанский. Т. XII. Ч. 2. Отв. ред. Т. А. Майсак, В. А. Плунгян, Кс. П. Семёнова. СПб: Наука, С. 709‑741. [« Le parfait en maninka de Guinée », Acta Linguistica Petropolitana, Vol. XII, Part. 2, Maysak T. A., Plungian V. A, Semionova Ks. P. (éd.), Saint‑Petersbourg, Nauka, 2016, p. 709‑741].

Top of page

Notes

1 Mamadi Diané est né à N’Zérékoré d’un père et d’une mère originaires de Kankan. Il a grandi à N’Zérékoré dans un milieu maninkaphone, il a fait ses études universitaires à Kankan.

2 Dans les dialectes maninka, il y a également une particule finale de questionnement total kà. Elle n’existe pas en maninka standard de la Guinée et ne sera pas analysée dans cet article.

3 Dans la variété maninka parlée par Mamadi Diané, ce lexème est prononcé sans aucun doute avec une voyelle fermée, jôn. Cependant, dans d’autres dialectes maninka de Guinée, et surtout dans les publications en Nko (du même qu’en bambara du Mali), il apparaît systématiquement avec une voyelle ouverte, jɔ̂n. Dans cet article, nous l’écrirons avec un o fermé, suivant la prononciation de Mamadi Diané.

4 En fait, la situation est probablement plus compliquée. Primo, le comportement tonal de la marque du pluriel –lu en maninka de Guinée n’est pas tout à fait claire. Dans certains variétés mandingues, comme en mandinka de Pakaawu, son ton est incontestablement haut et, contrairement aux attentes, -lu n’appartient pas à la classe des monosyllabes à ton « bas flottant + haut » (Denis Creissels, c.p.). Cependant, en maninka de Guinée il se réalise dans la grande majorité de cas avec un vrai ton bas (plutôt que ton haut abaissé), ce qui résulte sans doute de la propagation du ton flottant bas de l'article tonal précédent ; un tel comportement tonal n’est pas typique des noms ou des verbes monosyllabiques. On peut préalablement considérer ‑lu comme une syllabe tonalement récessive (n’ayant pas de son propre ton lexical), mais il y a des cas où cette interprétation semble insuffisante. Secondo, dans les publications en Nko, contrairement à notre interprétation, jɔ́n nú est systématiquement transcrit avec deux tons hauts, sans aucun ton bas flottant (ex. : ߏ߬ ߟߎ߬ ߦߋ߫ ߖߐ߲߫ ߠߎ߫ ߘߌ߫؟ ò lù yé jɔ́n nú dí ? Qui sont‑ils ?). Évidemment, une étude plus approfondie de ces sujets est nécessaire.

5 La forme bòo est celle de l’idiolecte de l’un des auteurs de cet article, Mamadi Diané. Dans le dictionnaire N’ko, on trouve la forme bòon.

6 D’autre part, dans les phrases interrogatives représentées par des énoncés équatifs, si le deuxième argument (autre que le pronom interrogatif) est représenté par un pronom personnel, ce pronom est obligatoirement à la forme emphatique : Jôn nè ílê dí ? ‘Qui es‑tu ?’ Cela confirme la caractéristique de cette série de pronoms comme « emphatiques », plutôt que « focalisés » – malgré le fait qu’étymologiquement ils proviennent de la fusion des pronoms non-emphatiques avec la particule focalisatrice lè.

7 D’ailleurs, le focalisateur ne se combine pas avec la forme emphatique jóntìi ‘qui exactement ?’. La forme jénétìi qu’on trouve dans les livres de grammaire en N’ko et qui pourrait être analysée comme une fusion de jôn lè tìi, n’existe pas dans le maninka standard (même si on ne peut pas exclure son existence dans quelques dialectes périphériques).

8 Contrairement à la situation en adyghe (une langue de la famille Nord‑Caucasienne), où la stratégie focalisée pour une question à constituent est utilisée par défaut, et la stratégie non-focalisée s’avère marquée et s’utilise là où on veut exprimer un doute sur la véracité de la présuppositon (Sumbatova 2009).

9 « … questions asking for argument NPs are different from questions asking for adverbials ».

10 Il n’est pas à exclure que certaines autres corrélations entre l’interrogation et constructions aspecto‑temporelles puissent exister ; c’est un domaine à explorer.

Top of page

List of illustrations

Title Figure 1. Sárán` bárá wá. vs. Sárán` bárá wá ?
URL http://mandenkan.revues.org/docannexe/image/906/img-1.png
File image/png, 23k
Title Figure 2. Sòbó` bárá tòlì. vs. Sòbó` bárá tòlì ?
URL http://mandenkan.revues.org/docannexe/image/906/img-2.png
File image/png, 23k
Title Figure 3. (2c) Sòbó` bára tòli ɲɛ́ɛ̀ ? ‘La viande a vraiment pourri, n’est-ce pas ?’
URL http://mandenkan.revues.org/docannexe/image/906/img-3.png
File image/png, 24k
Title Figure 4. (2d) Sòbó` bára tòli bàádì ? ‘Est-ce que la viande a pourri, ou bien ?’
URL http://mandenkan.revues.org/docannexe/image/906/img-4.png
File image/png, 24k
Title Figure 5. (2e) Sòbó` bára tòli kódìsá ́? ‘Est‑ce que la viande a pourri, ou bien quoi ?’
URL http://mandenkan.revues.org/docannexe/image/906/img-5.png
File image/png, 24k
Title Figure 6. (2f) Yőo sòbó` bára tòli ? ‘Est‑ce que la viande a pourri ?’
URL http://mandenkan.revues.org/docannexe/image/906/img-6.png
File image/png, 23k
Title Figure 7. (2g) Yá ́alá ́ sòbó` bára tòli ? ‘Est‑ce que la viande a pourri ?’
URL http://mandenkan.revues.org/docannexe/image/906/img-7.png
File image/png, 24k
Title Figure 8. Mùsá kà sòbó` sàn. — Mùsá kà mǔn sàn?
URL http://mandenkan.revues.org/docannexe/image/906/img-8.png
File image/png, 24k
Title Figure 9. (16) Jónnú` bárá wá ? ‘Qui (pl.) sont venus ?’
URL http://mandenkan.revues.org/docannexe/image/906/img-9.png
File image/png, 18k
Top of page

References

Bibliographical reference

Valentin Vydrin and Mamadi Diané, « L’interrogation en maninka de Guinée », Mandenkan, 56 | 2016, 95‑117.

Electronic reference

Valentin Vydrin and Mamadi Diané, « L’interrogation en maninka de Guinée », Mandenkan [Online], 56 | 2016, Online since 20 February 2017, connection on 19 October 2017. URL : http://mandenkan.revues.org/906

Top of page

About the authors

Valentin Vydrin

INALCO, LLACAN-CNRS (UMR 8135)
Université d’État de St. Petersbourg

By this author

Mamadi Diané

IRLA, Conakry
mamadydiane618@gmail.com

By this author

Top of page
  • Logo Llacan – Langage, langues et cultures d’Afrique noire
  • Logo Search | ERIH PLUS | NSD
  • Revues.org