Navigation – Plan du site
Varia

Les moyens anaphoriques du récit traditionnel : le cas du mwan

Anaphoric means of a traditional narrative: The Mwan case
Анафорические средства традиционного нарратива в муан
Elena Perekhvalskaya
p. 175-187

Résumés

L’article discute la stratégie et les procédés dont possède la langue mwan (< Mande Sud < Mande < Niger-Congo) pour la résolution du conflit référentiel dans un récit traditionnel. Les moyens anaphoriques qui encodent les groupes nominaux répétés dans le texte sont analysés selon les propriétés du référent dans le discours spécifique.

Il est démontré que la stratégie principale de solution du conflit référentiel est la suivante : chaque personnage (ou le groupe des personnages) est marqué conséquemment par les moyens anaphoriques d’un type (soit par les pronoms personnels, soit par les pronoms contrastifs démonstratifs). Les pronoms personnels marquent les participants centraux qui sont dans le centre d’attention, et que les pronoms contrastifs démonstratifs se réfèrent aux participants du second plan.

Les caractéristiques du référent jouant le rôle principal (et donc encodé par les pronoms personnels) sont les suivantes : 1) est dans le point d’attention ; 2) est le moteur de l’intrigue ; 3) est plus « animé » ; 4) a plus grand statut social ; 5) est plus fort physiquement ou plus grand en taille.

Haut de page

Notes de la rédaction

Abréviations

Acc – accusatif
Art – article défini
Conj – conjonctif
Cop – copule
Dat – datif
Dem – pronom contrastif démonstratif
Dim – diminutif
Emph – série des pronoms emphatiques
Excl – exclusif
Foc – focalisateur
Fut – future
GN – groupe nominal
Hab – habituel
Ill – illatif
Neg – négation
Nsbj – pronom de série non-sujet
Pl – pluriel
Poss – pronom de série possessive
Pref – préfixe
Prf – pérfectif
Prog – progressif
Refl – pronom réfléchi
Rel – relativisateur
Sg – singulier
Spn – supin

Texte intégral

1Beaucoup de langues africaines possèdent des registres spéciaux qui sont utilisés dans les récits traditionnels et qui utilisent des « constructions narratives » particulières. C’est typique pour les langues de l’Afrique de l’Ouest [Carlson 1992], pour les langues nilotiques [König 1993], afro-asiatiques [Jaggar 2006], et pour les langues bantou [Nurse 2008].

2L’article traite d’une des particularités de récit traditionnel mwan (< Mande Sud < Mande < Niger-Congo) : les stratégies pour éliminer le conflit référentiel et les moyens d’y parvenir. Seront étudiés les moyens anaphoriques qui encodent le groupe nominal (GN) à références répétées selon les propriétés du référent dans le discours spécifique.

3L’anaphore est l’un des moyens principaux servant à maintenir la référence dans le texte, elle marque l’identité (ou la non-identité) du référent donné à un autre référent mentionné précédemment [Kibrik 1988b, 1]. C’est le principal moyen de référence répétée dans une proposition séparée ou dans le texte entier.

4Je ne reviendrai pas sur l’anaphore syntaxique, qui est présente dans la situation où les pronoms anaphoriques sont obligatoires et sont strictement contrôlés par l’antécédent. Voici un exemple d’anaphore syntaxique en mwan :

(1)

{Nɛ̀

mū}i

sɔ̄

i

nɛ̄ɛ̄

nī.

enfant

Pl

être.aimé.Hab

3.Pl

mère

Dat

‘La mère aime ses enfants’.

5Je vais me concentrer uniquement sur les moyens de marquage anaphorique du GN qui est rementionné. La discussion portera sur les moyens de résoudre le conflit de référence ; sera ici postulé que la nomination anaphorique (non-syntaxique) est déterminée par le centre d’attention du locuteur [Wheeles et Grotz 1977]. Selon cette approche, à chaque point du discours l’attention du locuteur est dirigée vers plusieurs objets, qu’il « raconte ». Plus l’attention est dirigée vers un élément de discours particulier, et plus est grande la probabilité que cet élément sera remplacé par une unité linguistique réduite, et qu’une unité anaphorique sera utilisée. L’élément du discours qui a reçu le statut d’attention le plus élevé, ne peut généralement pas être exprimé par un GN complet ; il exige l’unité anaphorique la plus vide sémantiquement ou « l’anaphore zéro ». Dans ce dernier cas, nous parlons d’un élément qui reçoit la plus grande attention.

6En même temps, un élément de discours qui n’a pas encore été activé doit être codé par un GN complet, et son remplacement par une unité anaphorique n’est pas possible.

7Souvent, à un certain endroit du discours il y a plus d’un référent codé par unité anaphorique, et la tâche de trouver la correspondance d’un pronom à un référent peut avoir plusieurs solutions différentes. Cette situation est le conflit référentiel.

8Régler le conflit référentiel c’est faire un choix entre plusieurs référents (et les GN correspondants). Pour ce faire, chaque langue a certains moyens lexicaux et grammaticaux. Du point de vue typologique les langues utilisent les stratégies linguistiques suivantes pour résoudre un conflit référentiel : 1) stratégies basées sur les propriétés grammaticales d’antécédents : classification nominale (genre), nombre grammatical, animacité ; 2) stratégies basées sur les caractéristiques du référent dans le discours présent, sur la hiérarchie des référents de discours (le personnage principal, les personnages secondaires, les personnages d’arrière-plan) ; 3) stratégies basées sur les propriétés variables du référent (la proximité du centre d’attention) ou de l’antécédent (rôle syntaxique, statut sémantique) [A.Kibrik 2003].

9D’un point de vue formel, les langues peuvent utiliser les moyens suivants : 1) des lexèmes anaphoriques ; 2) des morphèmes anaphoriques ; 3) « l’anaphore zéro » (gap).

10Les langues mande sud, mwan y compris, utilisent uniquement des lexèmes anaphoriques. La particularité de la structure grammaticale de ces langues est telle que toutes les positions grammaticales doivent être remplies obligatoirement, au moins par des éléments sémantiquement vides ; le marquage par l’omission d’un élément est en principe impossible. De plus, ces langues ne disposent pas d’un système de classes nominales, y compris de genre grammatical. Dans certaines de ces langues, les noms animés se comportent différemment, mais ces caractéristiques ne peuvent pas être utilisées pour éliminer les conflits référentiels.

11À cause de leur structure grammaticale, les langues mandé ne possèdent pas beaucoup de moyens pour éliminer les conflits référentiels par rapport à des langues d’autres types. Ils sont limités aux lexèmes anaphoriques (pronoms). Les propriétés constantes d’un antécédent sont limitées au nombre grammatical, par conséquent, l’unique stratégie d’élimination du conflit référentiel est d’utiliser les caractéristiques (constante ou variable) du référent dans le cadre du discours.

12En effet, les systèmes anaphoriques des langues européennes se distinguent considérablement de celui du mwan. Par exemple en français, les moyens anaphoriques comprennent les pronoms des 3-ièmes personnes qui ont la catégorie du genre, et en plus le système des moyens anaphoriques comprend les pronoms démonstratifs et certaines expressions spéciales (le dit, la dite, soussigné, ci-dessus etc).

13Le mwan possède aussi une variété de moyens anaphoriques qui aident l’auditeur à déterminer avec précision les participants de la situation. Cf. l’extrait suivant : récit de l’attaque du village par des bandits (les assaillants sont indexés par un i, les femmes par un j) :

(2)

Mí

jà

yī-nɛ̀

lá

tā

á̰

gbā

lā,

ɓɛ́ɛ̀

ŋ́

1Sg.Emph

aller-Prf

jour-Dim

Rel

sur

1Sg. Poss

champ

sous

alors

1Sg

nū

dālɛ̄

wáátí

lā

yí

ké

i

nàà

ɓɔ̄lē ;

Fut

revenir-Spn

temps

Foc

en

et

3Pl

donner-Prf

apparaître-Ger

‘Un jour je suis allé dans mon champ, et quand je suis revenu, j’ai découvert qu’ils étaient venus’.

(3)

ké

wóōi

sàyā̰à̰i

mū

ɛ́

nà-à

nū-lē

[ŋ́

nā

mū

et

3Pl.Emph

assaillant

Pl

Art

donner-Prf

venir-Ger

1Sg

femme

Pl

pēgéé

ŋ́

lú-nɛ́

ɛ́]j

tā.

et

1Sg

fille-Dim

Art

sur

‘Et ilsi, ces voyousi, sont venus vers ma femme et ma fillej’.

(4)

Ɓɛ́ɛ̀

múj

púɛ́-là

fɛ́

ɛ́

zà̰tā

fìnɛ́tì

lìì.

alors

3Pl.Dem

sortir-Prf

maison

Art

dos

fenêtre

en

‘Et elles sont sorties par le fenêtre arrière de la maison’.

(5)

Ɓɛ́ɛ̀

i

màfá

ɛ́

dù-à

múj

mā

dɔ̄ɔ̄ :

káj

gē

alors

3Pl

fusil

Art

construir-Prf

3Pl.Dem

sur

dit :

2Pl

Cop

aller

zí

náā

ɛ́ɛ̀ ?

Prog

où

Q

‘Et ilsi ont braqué la fusil sur ellesj, et dit, vousj allez où ?

(6)

Dɔ̄ɔ̄ :

ké

káj

lāā

nīīnà-lɛ̄

gɛ̀

i

káj

dɛ̄.

dit :

si

2Pl

Neg

retourner-Spn

ici

1Pl.Excl

2Pl

tuer

‘Alors, si vousj ne retournez pas, nousi vousj allons tuer.

(7)

Ɓɛ́ɛ̀

múj

pē

wáòj

gē-lè

gbɛ̄

kè

nɔ̄ɔ̀.

alors

3Pl.Dem

dire

1Pl.Neg.Cop

aller-Conj

main

autre

dans

Et ellesj ont dit, eh bien, nousj n’allons pas disparaître.

(8)

Ɓɛ́ɛ̀

i

pē

dɔ̄ɔ̄ :

lɔ̀ɔ̄

lè

káj

lé

ɛ́ɛ̀ ?

alors

3Pl

dire

dit :

Gouro

Cop

2Pl

Instr

Q

‘Et ilsi ont dit, d’accord, que, est-ce que vousj êtes gouro ?’

(9)

i

ɓɛ́

píà

tùàbú

wlī

yì

3Pl

3SG.DEM

dire-PRF

personne.blanche

langue

in

ŋ́

lù-nɛ̀j

ɛ́

ɓɛ́j

nī,

yè

ɓɛ́j

pē :

yóóyè.

1Sg

fille-Dim

ART

3Sg.Dem

Dat

et

3Sg.Dem

dire

non

‘Ils i ont dit ça à ma fillej en français, et ellej a dit : non ’.

14Je suis allé un jour à mon champ, et quand je suis revenu, j’ai découvert qu’ils étaient venus. Puis ces voyous sont venus vers ma femme et ma fille. Et elles sont sortis par la fenêtre arrière de la maison. Et ils ont braqué le fusil sur elles et dit : « Où allez-vous ? Alors, si vous ne retournez pas, nous allons vous tuer ». Et elles ont dit, eh bien, « on ne va pas disparaître ». Et ils ont dit, d’accord, « eh bien, est-ce que vous êtes Guro ? » Ils ont dit cela à ma fille dans la langue des Blancs, et elle a dit « non ».

15Dans le présent passage, les principaux personnages (les assaillants) sont nommés uniquement en (3) ; ensuite, ils sont codés par les pronoms personnels 3 pers. pl. Les femmes sont nommées en (3), puis l’une d’elles est nommée en (9), dans tous les autres cas elles sont codées par des pronoms démonstratifs contrastifs pluriel mú ou singulier ɓɛ́, si on parle d’une des femmes (« fille »).

16Ainsi, un groupe de personnages est marqué successivement par les pronoms personnels, et un autre groupe est marqué par des pronoms contrastifs démonstratifs. Grâce à cette stratégie le conflit référentiel est supprimé.

17On doit noter que les assaillants, pas mentionnés auparavant (le narrateur a expliqué seulement qu’il a quitté le village), sont codés par le pronom personnel ò ‘ils’. Cela les met immédiatement dans le centre d’attention. Comme l’omission des éléments d’énoncé est impossible en mwan, une telle stratégie représente la plus grande proximité de « l’anaphore zéro » ; donc elle indique le personnage qui est dans le centre de l’attention.

18En effet, les pronoms personnels codent le groupe des personnages qui ensuite ne sont pas nommés, par conséquent ce groupe est plus proche du centre d’attention. Ainsi, le groupe codé par les pronoms personnels est le plus actif et constitue le moteur de l’intrigue.

19Donc, la langue mwan possède deux types de moyens anaphoriques. Ce sont 1) les pronoms personnels et 2) les pronoms démonstratifs contrastifs. Les deux types sont représentés par plusieurs séries (voir Tableau 1).

Tableau 1. Les moyens anaphoriques du mwan

Singulier

Pluriel

Sujet

non-Sujet

Sujet

non-Sujet

Pronoms personels 3 pers.

Pronoms personnels emphatiques 3 pers.

yéē

yéē

wóō (mū)

wóō

Pronoms démonstratifs contrastifs

ɓɛ́

ɓɛ́

mú

mú

Pronoms personnels fusionnés avec le marqueur de focus

yélè

yélà

wólè

wólà

Pronoms démonstratifs contrastifs fusionnés avec le marqueur de focus

ɓɛ́ɛ̀

ɓɛ́là

20La présence de deux types de pronoms anaphoriques est une stratégie commune pour les langues ouest-africaines destinée à éviter le conflit référentiel. Cependant, leur performance exacte peut varier considérablement. Ainsi, dans la langue sérère (famille atlantique), le choix des moyens anaphoriques dépend de la coréférence d’un pronom anaphorique à l’objet de la proposition précédente. L’exemple suivant présente la stratégie utilisée par cette langue [A.Kibrik 1988]. Il y a deux personnages dans le texte : le lion (i) et la chèvre (j).

(10)

Ai

cooxa

suk-fambej ;

taj

laq

o bayole

<…>

no

ndog onGe

il

a.donné

Dat.chèvre

il

a.mis

main

<…>

dans

Art calebasse

Le lioni a donné à la chèvrej <un morceau de cuir>, et la chèvrej a mis la patte dans la calebasse,

(11)

aj

soobteen

soobteen ;

boo

kiin

waagiran

o jektir

il

a.fourré

a.fourré

de.façon.que

personne

ne.pouvait.pas

distinguer

fo

suum,

de

miel

ilj l’a fourré de façon que chacun le prenne pour le miel.

(12)

Taj

lay-ni-ee

“oxene

koy

kooi

ɗuudkan

rek !”

il

lui.a.dit

ce-là

vas

tu

avaler

d’un.coup

La chèvre a dit au lion : « va l’avaler d’un coup ! »

(13)

Tai

dal

fo

yaƥat,

taj

naangam

no

teni

sabuu.x

il

a.commencé

à

ouvrir.bouch

il

a.fait

à.l’intérieur

il.Ill

boom !

Le lion a ouvert la bouche et la chèvre l’a enfoncé la-bas.

(14)

tai

ɗuudin

ai

lay

il

l’a.avalé

il

a.dit

Le lion l’a avalé et il a dit :

21Le choix des pronoms anaphoriques en sérère dépend du fait que le pronom se réfère au même référent que le sujet du prédicat précédent. Si l’antécédent anaphorique du pronom sujet est coréférent à celui du prédicat précédent on utilise le pronom a ; si l’antécédent n’est pas coréférent au sujet du prédicat précédent, le pronom ta est utilisé.

22Le mwan emploie une stratégie différente pour éviter le conflit référentiel : dans le narratif donné, chaque personnage (ou groupe des personnages) est marqué séquentiellement par les moyens anaphoriques mentionnés (par les pronoms personnels ou les pronoms contrastifs démonstratifs). Remarquons que les personnages peuvent être marqués par le GN complet seulement au début du récit, et que ce GN n’est pas répété ensuite.

23Il y a une certaine régularité du choix entre les pronoms personnels et les pronoms contrastifs démonstratifs. Dans le récit ci-dessus les assaillants qui attaquent le village sont le groupe le plus actif, par conséquent ils sont marqués par les pronoms personnels, parce qu’ils sont dans le centre d’attention du narrateur.

24On peut en conclure que les pronoms personnels marquent les participants qui sont dans le centre de l’attention, et que les pronoms contrastifs démonstratifs indiquent les participants du second plan. Il faut remarquer que les pronoms personnels peuvent être représentés non seulement par les formes indiquées dans le Tableau 1, mais aussi par les formes contractées avec les particules, surtout par les formes sujet-objet (portemanteau). Voir Tableaux 2 et 3.

Tableau 2. Pronoms personnels mwan

Série

Elément incorporé

3 p. sing.

3 p. pl.

Sujet

Sujet contracté (+ copule)

yòò

wòò

Sujet négatif

lāa

yāā

wāā

Sujet négatif (+ copule)

lāā ò̀

yāò

wāò

Sujet-Objet (+ copule)

lāā ò à

yāà

wāà

non-Sujet

Possessif

yāā

wāā

Réfléchi

é, á

Tableau 3. Pronoms contractés « sujet-objet direct »

Singulier

Pluriel

Objet

1 p.

2 p.

3 p.

1 p. incl.

1 p. excl.

2 p.

3 p.

Sujet

ŋ́

kɔ̀ɔ́

ká

1 p. sg.

ŋ́

ŋ́ ŋ́

ŋ́éé

á̰

ŋ́ ó

ŋ́ kɔ̀ɔ́

ŋ́ ká

ŋ́ ò

2 p. sg.

yèŋ́

yèé

yà

yòó

è kɔ̀ɔ́

è ká

yòò

3 p. sg.

wòŋ́

wò é

wà

wòó

ò kɔ̀ɔ́

ò ká

wòò

25Le marquage par un pronom personnel aide l’auditeur à identifier le participant principal du récit. Voici le conte du lion, de l’hyène, du léopard et de la chèvre (lion est indexé par un i, léopard par un k, chèvre par un j, l’esprit de la brousse par un m).

26Les quatre animaux ont construit un abri et ils sont convenus qu’ils apporteraient leur proie chacun à son tour.

(15)

ɓù-à

jàrài

tā,

ɓɛ́i

nú-à

kɛ́lè,

3Sg

apparaître-Prf

lion

sur

3Sg.Dem

arriver-Prf

avec.lui

‘Ce fut le tour du lion, et il a apporté sa (proie)’.

(16)

ɓù-à

trúànɛ́k

tā

ɓɛ́k

nú-à

kɛ́lè.

3Sg

apparaître-Prf

léopard

sur

3Sg.Dem

arriver-Prf

avec.lui

‘Ce fut le tour du léopard, et il a apporté sa (proie)’.

< Ce fut le tour de la hyène, et elle a apporté sa (proie). Puis ce fut le tour de la chèvre. >

(17)

Ɓōō

[j

klɛ̄

gɔ̄nɛ̀

lá

gbɛ̰̄ɛ̰̀

ɓɛ́ɛ̀

j

nū

yāā

chèvre

3Sg.Refl

faire

façon

Rel

façon

puis

3Sg

Fut

3Sg.Poss

pɛ̄

wī

ɛ́

lé],

ɓɛ́

{á

gbú}j

kpéélɛ́ní-à.

chose

viande

Art

Instr

3Sg.Dem

3Sg.Refl

même

oublier-Prf

‘Comment amener sa proie la chèvre ne savait pas elle-même’.

(18)

ké

j

púɛ́lé

[bɔ̰̀

yí

pɛ̄nɛ̀

dō]m

yō

mū

kpàà

et

3Sg

sortir-Conj

brousse

en

esprit

un

Poss

fétiche

Pl

sec

kpálē

tā,

ké

ɓɛ́m

gbú

o

wī

dɛ̄

yrɛ̄

nɔ̄ɔ̀.

mettre-Ger

sur

quand

3Sg.Dem

même

Cop

viande

tuer

place

dans

‘…et elle a trouvé par hasard des fétiches de quelque esprit de la brousse, qui étaient mis dehors pour sécher, alors qu’il (l’esprit) faisait la chasse’.

27Dans ce récit, les premiers à apparaître sont le lion, le léopard et l’hyène. Chacun d’eux est codé par le pronom démonstratif ɓɛ́. C’est le signal pour l’auditeur que ce ne sont pas les personnages principaux. La chèvre à la première apparition est marquée par le pronom personnel, ce qui fait référence à sa position centrale dans le récit. Un nouveau personnage qui se présente dans le récit (l’esprit de la brousse), est codé par le pronom démonstratif, par conséquent il n’est pas dans le centre d’attention du locuteur.

28Le choix entre les moyens anaphoriques dépend du fait que le référent est ou non le personnage central du récit. En même temps il y a d’autres caractéristiques du référent qui influent sur le choix des moyens anaphoriques.

29Analysons la version mwan du conte de la calebasse qui a avalé le monde. Dans la première partie, il y a deux personnages : un enfant et une calebasse. L’enfant est codé par un pronom personnel, la calebasse est marquée par le pronom démonstratif (l’enfant – i ; la calebasse – j).

(19)

Nɛ̀ i

dō

lè

kɛ́lè,

ɓɛ́ɛ̀

i

{páá

ɓɛ̄}j

dō

bāà-lē

yà.

Enfant

un

Cop

avec.lui

ensuite

3Sg

calebasse

grain

un

tomber-Ger

voir-Prf

‘Il était une fois un enfant ; il a vu un grain de calebasse qui était tombé par terre’.

(20)

Yài

pēlē :

«Á̰i

{páá

ɓɛ̄}j

dō»,

ké

ɓɛ́j

3Sg>3Sg

dire-Ger

1Sg.Poss

calebasse

grain

un

quand

3Sg.Dem

pélé :

«Á̰j

nɛ̀i

ɓɛ̄

dō.»

3Sg.Dem

dire-Conj

1Sg.Poss

enfant

grain

un

Il a dit : «C’est mon grain de calebasse », et elle a dit : « C’est mon grain d’enfant ».

(21)

i

jà

gbā

ɛ́

tā,

ké

yài

pēlè :

3Sg

aller-Prf

champ

Art

sur

quand

3Sg>3Sg

dire-Conj

Il est allé aux champs et il a dit :

(22)

«Míi

á̰i

{páá

ɛ́}j

bɔ̄

zɔ̰̀»

ké

ɓɛ́j

1Sg.Emph

1Sg.Poss

calebasse

Art

mettre

aujourd’hui

quand

3Sg.Dem

pélé :

«Míj

á̰j

{nɛ̀

ɛ́}i

bɔ̄

zɔ̰̀».

3Sg.Nsbj

dire-Conj

1Sg.Emph

1Sg.Poss

enfant

Art

mettre

aujourd’hui

« Je vais planter une calebasse aujourd’hui», et elle a dit : « Je vais planter un enfant aujourd’hui ».

<40 propositions se succèdent >

(23)

Mɛ́nɛ̄,

i

ɓɛ̄j

ká̰lē

ké

ɓɛ̄j

{á

gbú}i

míī-lé.

mon.ami

3Sg

grain

couper-Ger

quand

grain

3Sg.Nsbj

même

avaler-Conj

« Mon ami, quand l’enfant a coupé la calebasse, elle l’a avalé ».

(24)

j

yā̰lē

{nɛ̀

ɛ́}i

ɓɛ́i

míī-lē

lé

ké

j

3Sg

finir-Ger

enfant

Art

3Sg.Dem

avaler-Ger

Instr

quand

3Sg

drṵ́yá̰

tā

pɛ̄

mū

ɛ́

kpɛ̰́

míī-lé

sá̰-lé

ézḭ̀.

monde

sur

chose

Pl

Art

tour

avaler-Conj

commencer-Conj

encore

« Ayant avalé l’enfant elle a commencé à avaler toutes les choses qui sont dans le monde ».

30Les deux personnages de la première partie du conte, la calebasse et l’enfant, sont à peu près également centraux pour le récit, la calebasse, peut-être, attirant plus d’attention. Cependant, l’enfant reçoit le marquage plus « important » (par les pronoms personnels). Ce choix est déterminé, apparemment, par le fait que l’enfant est plus élevé dans la hiérarchie des animés, ainsi que, peut-être, parce que c’était lui qui avait créé la situation décrite (il a semé la graine de calebasse).

31Toutefois, lorsque la calebasse a avalé l’enfant, elle commence à être codée par les pronoms personnels (24). C’est le signal pour l’auditeur qu’il y a eu un changement de personnage principal du récit ; maintenant le point d’attention du locuteur est transféré à la calebasse. Ensuite, il y a de nouveaux personnages dans ce conte : une brebis, qui a failli être avalée par la calebasse, et son agneau nouveau-né. Pendant plusieurs prédications la brebis est encodée par les pronoms personnels, car elle devient le centre du récit. Ensuite le marquage change à nouveau avec l’apparation de l’agneau, le futur vainqueur de la calebasse. Maintenant, c’est l’agneau qui est codé par les pronoms personnels, et la brebis-mère obtient le marquage par les pronoms contrastifs démonstratifs ; par conséquent, le point d’attention est transféré à l’agneau, et l’auditeur se rend compte que ce personnage a des perspectives dans ce discours.

32Cet exemple montre que 1) en plus de la centralité pour le récit, le statut du personnage dans la hiérarchie d’animacité est important ; c’est pourquoi l’enfant est codé avec des moyens anaphoriques supérieurs ; 2) le choix des moyens anaphoriques dépend aussi de l’activité du référent, et de son importance pour le développement du récit.

33Voici un autre exemple : le conte de l’éléphant et de la tortue (la tortue est indexé par un i, l’éléphant par un j, les autres animaux par un k).

< La sécheresse est venue dans le monde, et les animaux ne pouvaient pas trouver d’eau à boire. Puis la tortue s’est levée et s’est allée dans la brousse chercher de l’eau.>

(25)

i

jà

ké

i

{yì

glù}k

dō

yē-lè,

ké

pɛ̀ɛ̀

ɓɛ́

yí.

3Sg

aller-Prf

et

3Sg

eau

trou

un

voir-Conj

et

argile

Cop

3Sg.Dem

dans

« Elle est allée et elle a vu un trou avec de l’eau, rempli de boue ».

<La tortue est allée chercher une houe et d’autres outils, elle a retiré toute la boue, de façon que la source soit propre. Les animaux du monde entier venaient là pour boire de l’eau.>

(26)

Ɓɛ́ɛ̀yí,

yrèkpáā

dō,

ké

{bīē

gblā̰ā̰

dō}j

gē-lè

ainsi

jour

un

et

éléphant

grand

un

aller-Conj

mī-lɛ̄,

ɓɛ́ɛ̀

ké

j

yì

glù

ɛ́

gbú

3Sg.Nsbj

boire-Spn

ensuite

et

3Sg

eau

trou

Art

même

líítá̰-lé

ké

pɛ̀ɛ̀

lé.

fermer-Conj

plusieurs

argile

Instr

‘Un jour un grand éléphant est venu boire, et il a fermé cette source avec de l’argile.

(27)

Kúlēi

nùà

yì

tɔ́-lɛ̄

ɓɛ́ɛ̀yí,

ké

i

ɓɔ̄lè

yì

tortue

venir-Prf

eau

puiser-Spn

comme.ça

et

3Sg

trouver-Conj

eau

glù

ɛ́

líí-tá̰-lē

tā.

trou

Art

fermer-Ger

sur

La tortue est venue puiser de l’eau et elle a vu que la source était bouchée avec de l’argile’.

<Et elle a dit : « Celui qui a gâté cette source, il va mourir ou je vais mourir ». Et elle est allée questionner les animaux, chacun à son tour, elle a commencé par les animaux les plus petits, et après les plus grands.>

(28)

i

blòōk

mū

lrɔ̀ɔ̀kpà-à,

múk

pē :

«Ómɔ̄ɔ̄k

lāā

kɛ́lè !»

3Sg

agouti

Pl

demander-Prf

3Pl.Dem

dire :

1Pl.Excl.Emph

Neg

avec.lui

‘Elle a demandé aux agoutis, ils ont dit : « Ce n’est pas nous ! »’.

<Elle a demandé aux buffles, aux gazelles, aux babouins, aux lions, aux antilopes, aux rats, aux lièvres.>

(29)

i

{mū

kpɛ̰́}k

lrɔ́ɔ̀kpá-à,

ké

múk

pélé

3Sg

Pl

tout

demander-Prf

quand

3Pl.Dem

3Sg.Dem

dire-Conj

múk

láá

klɛ̄-lɛ̄.

3Pl.Dem

Neg

faire-Spn

‘Elle les a questionnés tous et ils ont dit qu’ils ne l’avaient pas fait’.

<Ensuite elle est allée aux éléphants, et ils ont dit à la tortue : « Nous n’avons fait pas ça, c’est notre chef. »>

(30)

Kúlēi

k

lrɔ̀ɔ̀kpà-à

ézḭ̀

dɔ̄ɔ̄ :

tortue

3Pl

demander-Prf

encore

comme.ça :

‘La tortue leur a demandé encore :

< «Où est il ?» Et ils ont dit : «Il est loin sur la route ».>

(31)

Kúlēi

jà,

ɓɛ́i

j

lrɔ̀ɔ̀kpá-á

zīí,

ké

j

tortue

aller-Prf

3Sg.Dem

Cop

3Sg.Nsbj

demander-Prf

Prog

et

3Sg

ɓɛ́i

blḭ̄-lè

é-gbɔ̰̄ɔ̰̄

lè.

3Sg.Dem

jeter-Conj

Pref-long

Instr

‘La tortue est partie et a commencé à le questionner, et il l’a jeté très loin.

(32)

Ɓɛ́i

nú-lē

ézḭ̀,

ké

j

dūlà-lé

ɓɛ́i

tā,

ké

3Sg.Dem

venir-Ger

encore

et

3Sg

se.lever-Conj

3Sg.Dem

sur

et

ɓɛ́i

wlá-lé

pɛ̀ɛ̀

ɛ́

yí.

3Sg.Dem

entrer-Conj

argile

Art

dans

Elle est venue de nouveau, et il a marché sur elle, et elle était enfoncée dans l’argile.’

<L’argile a avalé la tortue, mais elle a réussi à en sortir. Il l’a vue pour la troisième fois et ensuite il l’a avalée.>

(33)

Mɛ́nɛ̄,

ɓɛ́ɛ̀yí

ké

kúlēi

j

gbɔ̰̄

ɓlɛ̄

ɛ́

kpɛ̰́

mon.ami

comme.ça

et

tortue

3Sg.Refl

intestin

corde

Art

tout

tāká̰-lé

j

kpéé

séké.séké,

ké

ɓɛ́i

púɛ̄-lé

couper-Conj

3Sg.Nsbj

ventre

entièrement

et

3Sg.Dem

sortir-Conj

ɓɛ́i

gbú

nī

ké

ɓɛ́i

sró

tā̰

j

3Sg.Dem

même

Dat

et

3Sg.Dem

dance

tresser-Hab

3Sg.Nsbj

gbāā

ɛ́

trālā.

cadavre

Art

par.dessus

« Mon ami, la tortue a coupé tous ses intestins, son ventre s’est éclaté, elle-même est sortie et elle a dansé sur son cadavre ».

34Comme on peut s’y attendre, la tortue est marquée par les pronoms personnels, car elle est le personnage central de ce texte, qui est dans le centre d’attention, elle est la force principale, qui fournit le développement de l’intrigue. Les autres animaux, y compris les éléphants, sont systématiquement marqués par les pronoms contrastifs démonstratifs. La seule exception est faite pour le chef des éléphants, qui est marqué par le pronom personnel dès la première apparition.

35Lorsque la tortue rencontre le chef des éléphants, le marquage change : la tortue est marquée par le démonstratif ɓɛ́ jusqu’a la fin du conte ; et les pronoms personnels sont utilisés pour indiquer le chef des éléphants. Cependant, il ne devient pas le personnage le plus central ni le plus actif : c’est la tortue qui remporte la victoire. On peut supposer que dans ce cas, un tel marquage était utilisé pour souligner l’immense taille de l’éléphant et sa force physique.

36Ce changement de marquage se produit brusquement. Le passage (32-33) contient 7 propositions et un seul GN complet. Dans la traduction française on utilise les pronoms masculins et féminins qui permettent de suivre la course des événements et à la fin de comprendre qui est en train de danser sur le cadavre de qui. Dans la traduction anglaise, où tous les participants sont marqués par le pronom he / him / his c’est plus difficile de suivre la référence : “He came again, and he stepped upon him, and he sank into the ground. My friend, Tortoise completely cut off all his guts, and his belly blew off, and he went out himself, and he danced on his corpse”.

37Le choix du type particulier de marquage (les pronoms personnels ou les pronoms démonstratifs) dépend des caractéristiques du référent. Cela coïncide avec la hiérarchie de topicalisation de T. Givon [Gyvón 1976 : 152] :

  1. human > non-human

  2. definite > indefinite

  3. more involved participant > less involved participant

  4. 1st person > 2 person > 3rd person

38T. Givon a proposé cette hiérarchie pour expliquer quels éléments vont causer l’accord verbal de préférence. Cette hiérarchie s’est trouvé être pertinente pour d’autres processus morphologiques, y compris le type de marquage anaphorique en mwan. Il semble cependant que la centralité du référent pour le discours soit plus importante pour la sélection d’un moyen anaphorique particulier que le caractère animé. Je propose la hiérarchie suivante des caractéristiques du référent qui jouent le rôle principal dans le choix entre deux types de moyens anaphoriques. L’antécédent répété reçoit le marquage par les moyens anaphoriques « plus au point », si son référent :

  1. est au centre du discours ;

  2. est le moteur de l’intrigue ;

  3. est plus « animé » ;

  4. a plus grand statut social ;

  5. est plus fort physiquement, plus grand en taille.

39On peut supposer que cette hiérarchie peut être utilisée dans d’autres systèmes anaphoriques pour les langues qui ont une stratégie semblable pour le marquage des référents par différents moyens anaphoriques.

Haut de page

Bibliographie

Carlson Robert, 1992, “Narrative, subjunctive, and finiteness”, Journal of African Languages and Linguistics no 13(1), p. 59–85.

Givón Talmy T., 1976, “Topic, pronoun and grammatical agreement”, in C.N. Li (ed.). Subject and topic, New York : Acad. Press, p. 149-188.

Jaggar Philip, 2006, “The Hausa perfective tense-aspect used in wh-/focus constructions and historical narratives: a unified account”, in Paul Newman and Larry M. Hyman (eds.), West African Linguistics: Papers in Honour of Russell G. Schuh. Studies in African Linguistics. Columbus : Ohio State University.

Kibrik Andrej A., 1995, Поддержание референции в языке серер. Проблемы изучения языков Африки, под ред. В. А. Виноградова, А. И. Коваль. [Maintien de référence en sérer, in Victor Vinogradov & Antonina Koval (éds). Sujets divers de la linguistique africaine.], Moscou : Instiut de Linguistique, p. 62-68.

Kibrik Andrej A., 1988, Типология средств оформления анафорических связей. [Typologie des procédés anaphoriques.], Thèse de doctorat de IIIe cycle : Université d’État de Мoscou.

Kibrik Andrej A., 2003, Анализ дискурса в когнитивной перспективе. [Analyse de discours en perspective cognitive.], Thèse de doctorat d’État : Université d’État de Мoscou.

König Christa, 1993, Aspect im Maa, Köln : Institut für Afrikanistik, Universität zu Köln.

Nurse Derek, 2008, Tense and Aspect in Bantu, Oxford : Oxford University Press.

Wheeles L.R., Grotz J., 1977, “The measurement of trust and its relationship to self-disclosure”, Human Communication Research no 3, p. 250-257.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Elena Perekhvalskaya, « Les moyens anaphoriques du récit traditionnel : le cas du mwan », Mandenkan, 55 | 2016, 175-187.

Référence électronique

Elena Perekhvalskaya, « Les moyens anaphoriques du récit traditionnel : le cas du mwan », Mandenkan [En ligne], 55 | 2016, mis en ligne le 01 juin 2016, consulté le 17 août 2017. URL : http://mandenkan.revues.org/741 ; DOI : 10.4000/mandenkan.741

Haut de page

Auteur

Elena Perekhvalskaya

Institut de recherches linguistiques
Académie des Sciences de la Russie - Saint Petersbourg
elenap96@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Mandenkan sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Llacan – Langage, langues et cultures d’Afrique noire
  • Logo Search | ERIH PLUS | NSD
  • Revues.org