Navigation – Plan du site

Système prédicatif

Section 5
Maria Khachaturyan
p. 177-213

Texte intégral

1La présente section, consacrée au système prédicatif, sera structurée de la manière suivante. Dans §5.1, la structure du système prédicatif sera expliquée. Nous commencerons par l’énumération des procédés principaux de l’expression des valeurs de tamp, y compris le système complet des marqueurs prédicatifs, mais aussi les copules. Ensuite, pour chaque série de marqueurs prédicatifs et pour chaque copule nous distinguerons une construction minimale. La construction minimale est constituée d’un marqueur prédicatif et d’un verbe (il faut tenir compte du fait que certains marqueurs prédicatifs se combinent avec une forme verbale particulière qui diffère de la forme lexicale) ou d’une copule. Dans §5.1.2 nous présenterons la liste complète des constructions qui se distinguent dans la langue, en insistant sur les constructions minimales. Ensuite dans §5.1.3 nous examinerons les mêmes constructions, mais du point de vue de la fonction, en les répartissant dans des groupes à l’aide des étiquettes fonctionnelles suivantes : polarité assertive ou négative ; zone modale ; parmi les constructions de la polarité assertive ou négative, nous distinguerons les constructions ontiques, la zone imperfective, perfective ou neutre. Dans §5.1.4 nous présenterons les constructions de tamp sous forme d’une carte dans laquelle les constructions minimales seront mises en avant, alors que les constructions périphériques seront attachées graphiquement à la construction minimale avec laquelle elles partagent le marqueur prédicatif.

2Dans §5.2–§5.14 nous donnerons des exemples de toutes ces constructions, leur sémantisme sera également caractérisé.

3Dans §5.15, nous présenterons les constructions avec des verbes auxiliaires. Dans §5.16, la distribution dans le corpus de trois séries des marqueurs prédicatifs, de la série conjointe, du parfait, du prétérit, sera précisée.

4Dans certains énoncés complexes, à savoir dans les énoncés conditionnels et dans les propositions relatives, des constructions particulières sont utilisées. Même si ces constructions n’ont pas de rapport avec l’expression des valeurs de temps, nous les décrirons dans §6.2.2.

Sur le système prédicatif du mano, voir également (Khachaturyan 2011).

5.1. Structure du système prédicatif

5.1.1. Procédés d’expression de tamp

5Les valeurs de tamp s’expriment à l’aide des procédés suivants : 1) les copules, 2) les séries de marqueurs prédicatifs pronominaux, 3) d’autres marqueurs prédicatifs et particules, 4) les verbes auxiliaires dans une forme particulière, 5) la forme du verbe principal. Chacun de ces procédés fonctionne en combinaison avec d’autres, formant ainsi une construction. Mis à part les constructions de tamp, il existe des constructions spéciales utilisées dans les propositions conditionnelles, ainsi que dans des propositions dépendantes.

Citons des exemples pour chacun de ces procédés en examinant les énoncés suivants :

(5.1)

a.

nū-à

lɛ̄.

3pl.nsbj

venir–ger

cop

‘Ils viennent d’arriver’.

b.

Pèé

nū-à

lɛ̄.

Pe

venir–ger

cop

‘Pe vient d’arriver’.

6Les exemples (5.1a) et (5.1b) ont la valeur du résultatif. La tête de la proposition dans ces exemples est la copule invariable lɛ̄, l’exemple (5.1b) avec un groupe nominal du sujet montre qu’il n’y a pas d’indexation du sujet sur la copule. Le verbe principal a la forme du gérondif.

(5.2)

a.

Pèé

ē

wìì

lɔ́.

Pe

3sg.pret

viande

acheter

‘Pe a acheté de la viande’.

b.

Lōà

vɔ̀

ō

wìì

lɔ́.

femme.pl

pl

3pl.pret

viande

acheter

‘Les femmes ont acheté de la viande’.

c.

Pèé

áá

wìì

lɔ́.

Pe

3sg.proh

viande

acheter

‘Pourvu que Pe n’achète pas la viande !’

d.

Lōà

vɔ̀

wáá

wìì

lɔ́.

femme.pl

pl

3pl.proh

viande

acheter

‘Pourvu que les femmes n’achètent pas la viande !’

7Les exemples (5.2a–5.2d) diffèrent par les marqueurs prédicatifs : dans les exemples (5.2a-5.2b) les marqueurs prédicatifs de la série du prétérit sont utilisés, la construction ayant la valeur de perfectif, tandis que dans les exemples (5.2c-5.2d) les marqueurs prédicatifs de la série prohibitive sont utilisés, la construction ayant la valeur de prohibitif. Nous remarquons qu’à la différence des énoncés avec des copules, les marqueurs prédicatifs s’accordent avec le groupe nominal du sujet.

(5.3)

a.

kɔ́nɔ́

ɓèlè-pɛ̀lɛ̀.

3sg.exi

nourriture

manger-inf

‘Ils mangent’.

b.

kɛ̀ɛ̀

kɔ́nɔ́

ɓèlè-pɛ̀lɛ̀.

3sg.exi

retr

nourriture

manger-inf

‘Ils mangeaient’.

8Les exemples (5.3a) et (5.3b) diffèrent par la présence dans l’exemple (5.3a) du marqueur kɛ̀ɛ̀. Les caractéristiques aspectuelles des deux exemples sont semblables, les deux expriment le progressif, l’exemple (5.3b) exprimant le progressif dans le passé, alors que l’exemple 3a, le progressif dans le présent, le marqueur kɛ̀ɛ̀ a la valeur du passé. Dans les deux exemples sont présents les marqueurs prédicatifs de la série existentielle et le verbe à la forme de l’infinitif.

(5.4)

a.

Lɛ́ɛ̀

wìì

lɔ́-ɔ̀.

3sg.ipfv

aller:IPFV

viande

acheter-ger

‘Elle achètera la viande’.

b.

Lɛ̀ɛ́

wìì

lɔ́-ɔ̀.

3sg.neg

aller

viande

acheter-ger

‘Elle n’achètera pas la viande’.

9Dans les exemples (5.4a) et (5.4b), est présent le verbe auxiliaire ‘aller’ à la forme de l’imperfectif (5.4a) et à la forme de base (5.4b). Le verbe principal a la forme du gérondif, les marqueurs prédicatifs de la série imperfective et négative respectivement dans leur variante abrégée, propre à ce type de constructions, sont utilisés.

(5.5)

a.

Lɛ́ɛ̀

wìì

lɔ̄.

3sg.ipfv

viande

acheter:IPFV

‘Elle achète la viande’.

b.

wìì

lɔ̀-á

ɔ̄...

3sg.sbjv

viande

acheter :irreal-irreal

top

‘Si elle avait acheté la viande...’

10Les exemples (5.5a) et (5.5b) diffèrent, tout d’abord, par les marqueurs prédicatifs, et ensuite, par la forme du verbe. Dans l’exemple (5.5a), le verbe est employé à la forme de l’imperfectif, dans l’exemple (5.5b), à la forme de l’irréel et avec le suffixe de l’irréel.

11Toutes les propositions en mano se divisent en deux groupes : 1) propositions avec des copules, 2) propositions avec des marqueurs prédicatifs pronominaux. Toutes les propositions contiennent soit un marqueur prédicatif, soit une copule. Tous les autres procédés de marquage de tamp ne s’observent que dans une partie des constructions. Par conséquent, les copules et les marqueurs prédicatifs pronominaux doivent être considérés comme des procédés principaux d’expression des valeurs de tamp.

12Les copules sont au nombre de deux : c’est la copule assertive lɛ̄ et la copule négative wɔ́ (qui a également des variantes libres et wɛ́). Dans le tableau 5.1 sont réunies les séries des marqueurs prédicatifs pronominaux.

13Toutes les séries, mis à part la série négative et prohibitive, se caractérisent par la polarité assertive.

14Le marqueur entre parenthèses est un marqueur portemanteau, il représente un marqueur prédicatif pronominal fusionné avec le pronom non-sujet de la 3e personne sg à qui peut occuper la position de l’objet direct (dans ce cas, le marqueur prédicatif portemanteau représentera le résultat de liaison avec l’objet direct), ainsi que la position du possesseur auprès du nom relationnel ; la même série représente la liaison avec le déterminatif à. Ces marqueurs seront glosés avec une note >3sg.

15Si dans une cellule donnée, il n’y a pas de marqueur entre parenthèses (par exemple, dans toute la série du parfait, III, et dans la série conjointe, V), cela veut dire que le marqueur dans la cellule peut « absorber » le pronom non-sujet de la 3e personne sg à. Cela se manifeste par le fait que les marqueurs prédicatifs en question peuvent être utilisés dans les contextes transitifs et intransitifs sans que l’objet direct pronominal de la 3e personne sg soit explicitement marqué ; si l’objet direct d’un verbe transitif n’est pas exprimé, il est tout de même présent au niveau sous-jacent sous forme d’un pronom non-sujet de la 3e personne sg. Dans ce cas, les gloses de ces marqueurs vont, elles aussi, contenir le signe >3sg. Par conséquent, en fonction de la structure sous-jacente, la même forme aura dans les contextes transitifs et intransitifs des gloses différentes.

Tableau 5.1. Séries des marqueurs prédicatifs pronominaux

  • 1 Dans le dialecte kpenson, les marqueurs de la 1re personne pl avec la base ko et kɔa se réalisent a (...)

1sg

2sg

3sg

1pl1

2pl

3pl

I existentielle

ŋ̄ (māā)

ī (ɓāā)

lɛ̄~lɛ́~ē (lāā)

kō (kɔ̄āā)

kā (kāā)

ō (wāā)

II prétérit

ŋ̄ (mā)

ī (ɓā)

ē (ā)

kō (kɔ̄ā)

kā

ō (wā)

III parfait

māà

ɓāà

āà

kɔ̄āà

kāà

wāà

IV imperfective

ŋ́ŋ̀

íì (ɓáà)

lɛ́ɛ̀

(lɛ́à~láà)

kóò

(kóò~kɔ́à)

káà

óò

V conjointe

máà

ɓáà

áà

kɔ́à

káà

wáà

VI négative

ŋ̀ŋ́

ìí (ɓàá)

lɛ̀ɛ́ (làá)

kòó

kàá

òó

VII conjonctive

ŋ́

í (ɓá)

é (á)

kó

ká

VIII prohibitive

máá

ɓáá

áá

kɔ́á

káá

wáá

IX subjonctive

ŋ̀

ì (ɓà)

è (à)

kò~kàkò (kò~kàkò~kɔ̀à)

kà

X prospective

mɔ̀lɔ̀ ~ mɔ̀nɔ̀

ɓòlò

yèlè

kòlò

kàwòlò

wòlò

XI dubitative

màá

ɓà

àá

kòó

kàá

wàá

16Les constructions avec des marqueurs prédicatifs se divisent en trois types :

  1. Constructions intransitives ;

  2. Constructions transitives avec l’objet direct de la 3e personne sg ;

  3. Autres constructions transitives.

17Les structures de ces constructions peuvent être représentées comme suit :

  1. (S) – aux – V ;

  2. (S) – aux>3sg – V ;

  3. (S) – aux – O – V.

18Idem pour les constructions avec des copules (mis à part les constructions ontiques et résultatives) :

  1. S – Cop – V;

  2. S – Cop – 3sg – V;

  3. S – Cop – O – V.

19Comme dans toutes les séries de constructions, l’une peut être reconstruite à partir de l’autre ; dans la description des constructions qui suit nous allons considérer une seule de ces constructions, à savoir la construction intransitive.

5.1.2. Liste des constructions de tamp

20Citons une liste des constructions de tamp en mano (qui s’observent dans la proposition principale ainsi que dans les propositions dépendantes) rangée en fonction de la copule ou du marqueur prédicatif utilisé dans l’une ou l’autre construction. Nous distinguons les constructions minimales et non-minimales. Dans le Tableau 5.2, les constructions minimales sont rangées en première position parmi les constructions avec le même marqueur prédicatif ou la même copule. Dans ces constructions, le minimum de procédés formels d’expression des valeurs de tamp par rapport à d’autres constructions avec le même marqueur prédicatif ou la même copule est utilisé, typiquement seuls le marqueur prédicatif (ou la copule) et le verbe principal (dans sa forme de base ou quelque autre forme). Les constructions non-minimales se forment à la base des constructions minimales avec des éléments ajoutés. Ainsi, si l’on compare deux constructions, S – aux.neg – V et S – gbā aux.neg – V, la première sera considérée comme construction minimale. Souvent, les constructions non-minimales diffèrent par rapport aux constructions minimales par des restrictions plus strictes sur les composantes. Ainsi, dans les constructions assertives ontiques, la position après le marqueur prédicatif peut être occupée par un adjectif, un groupe postpositionnel, un adverbe, alors que dans la construction imperfective seul le verbe dans la forme de l’infinitif peut être employé dans cette position.

21Les constructions à la base des verbes auxiliaires ‘partir’, ‘rester’ et ‘venir’ sont examinées dans §5.15 et ne sont pas incluses dans le tableau.

22Nous voyons que le nombre de constructions à la base de la même copule ou du même marqueur prédicatif peut aller jusqu’à six, comme dans le cas de la série négative des marqueurs prédicatifs où la copule négative forme quatre constructions. Par contre, il y a quatre marqueurs prédicatifs qui ne forment qu’une seule construction.

Tableau 5.2. Liste des constructions de tamp en mano

sémantisme

structure

copule / MP

constr. ontique aff.

S – lɛ̄

copule aff.

résultatif-1

S – V-gerlɛ̄

copule aff.

constr. ontique nég.

S – wɔ́ – X

copule nég.

résultatif nég.

S – wɔ́ – V-ger

copule nég.

imperfectif nég.-1

S – wɔ́ – V-inf

copule nég.

imperfectif nég.-2

S – Pron.poss – V-infwáá

copule nég.

constr. ontique aff.

S – aux.exi – X

exi

résultatif-2

S – aux.exi – V-gerká

exi

imperfectif-1

S – aux.exi – V-inf

exi

prétérit

S – aux.pret – V

pret

imparfait

S – aux.pretkɛ̄ – V-inf

pret

parfait

S – aux.prf – V

prf

imperfectif-2

S – aux.ipfv – V:ipfv

ipfv

futur

S – aux.ipfvlō – V-ger

ipfv

habituel, modalité épistémique

S – aux.ipfvkɛ̄:IPFV – (aux.conj – V) / (aux.jnt – V:JNT)

ipfv

protase réelle nég.

S – aux.ipfvgɔ̰̀á̰ – V-cntrfct

ipfv

constr. conjointe

S – aux.jnt – V:jnt

jnt

imperfectif nég.-3

S – aux.neg – V

neg

perfectif nég.

S – aux.neggbā – V

neg

futur nég.

S – aux.negló – V-ger

neg

imparfait nég.

S – aux.negkɛ̄ – V-inf

neg

apodose irréelle nég.

S – aux.neggɔ̰̀á̰ – V-cntrfct

neg

interdiction indirecte

1sg.neggèē – S – aux-conj – V

neg

constr. conjonctive

S – aux.conj – V

conj

protase réelle aff.

S – aux.conj – V:COND-cond

conj

protase irréelle aff.

S – aux.conj – kɛ̀ɛ̀ – V:COND-cond

conj

prohibitif

S – aux.proh – V

proh

apodose irréelle aff.

S – aux.proh – V-cntrfct

proh

subjonctif

S – aux.sbjv – V:ipfv

sbjv

impératif

S – aux.sbjv – V

sbjv

protase irréelle nég.

S – aux.sbjvgɔ̰̀á̰ – V-cntrfct

sbjv

protase irréelle aff.

S – aux.sbjv – V:irreal-irreal

sbjv

quotatif

S – aux.prosp – proposition

prosp

désidératif

S – aux.prospaux.conj – V

prosp

prospectif

S – aux.prospaux.conj – V

prosp

présomptif, estimation subjective

S – aux.dub – V

dub

5.1.3. Classification fonctionnelle des constructions de tamp

23Présentons la même liste de constructions en appliquant les indices suivants : a) le type de construction (indicative assertive, indicative négative, non-indicative, ou modale) ; b) zone sémantique de la construction (seulement pour le type indicatif : ontique, perfective, imperfective, neutre). Les constructions utilisées dans les propositions complexes seront indiquées séparément.

24La figure 5.1 est une carte des constructions. Dans cette carte, les constructions minimales seront marquées par une police plus grande, tandis que les constructions non-minimales seront liées graphiquement à la construction minimale avec laquelle elles partagent le marqueur prédicatif ou la copule.

25Remarquons que dans plusieurs zones sémantiques, une seule construction minimale peut être distinguée, toutes les autres étant dérivées des constructions minimales. Les exceptions sont : la zone perfective assertive où les constructions minimales du prétérit (la construction perfective) et du parfait sont en concurrence, la zone des constructions ontiques assertives, où les constructions avec les marqueurs prédicatifs existentiels et les constructions avec la copule assertive, ainsi que les constructions modales et ce qu’on appelle la « zone neutre », où deux constructions sur trois réfèrent au futur. Sur la distribution du parfait et du perfectif dans le narratif, voir §5.16.

26Dans les sections suivantes, nous examinerons en détail les constructions à la base de certains marqueurs prédicatifs et des copules, suivant l’ordre donné dans §5.1.2. Nous examinerons séparément les constructions avec les verbes auxiliaires, §5.15.

5.2. Copule assertive lɛ̄

27La copule assertive sert à former la construction du résultatif au présent et la construction présentative. Les démonstratifs peuvent être ajoutés à cette dernière construction dans la position après la copule. La construction obtient alors la valeur du démonstratif. Le sujet des propositions à copule assertive est exprimé soit par un groupe nominal, soit par un pronom emphatique.

5.2.1. Identification, présentation

28Le schéma de la construction d’identification / construction présentative est comme suit : np/Pron.emphlɛ̄ (– dem).

(5.6)

gbùò

lɛ̄.

maison

grand

cop

‘C’est une grande maison’.

(5.7)

lɛ̄

ɓɛ̄.

1sg.emph

cop

dem

‘Me voici’.

Figure 5.1. Structure du système de tamp

Figure 5.1. Structure du système de tamp

5.2.2. Résultatif-1

29Dans la construction du résultatif-1, le verbe s’emploie dans la forme du gérondif. Généralement, un seul actant du verbe est gardé : soit le sujet, dans le cas des verbes intransitifs, soit l’objet direct, dans le cas des verbes transitifs. Même si a priori on s’attend à ce que le groupe verbal soit formé comme le groupe verbal nominalisé dans la position du sujet (voir §4.2.2), nous n’avons pas testé la possibilité de l’expression du sujet des verbes transitifs, ainsi que des actants postverbaux.

La structure de la construction résultatif-1 est comme suit : S – V-gerlɛ̄.

(5.8)

Kɔ́nɔ́

ɓèlè-à

lɛ̄.

nourriture

manger-ger

cop

‘Le repas est mangé’.

(5.9)

Lɛ̀ɛ̄

bā̰-à̰

lɛ̄.

pluie

tomber-ger

cop

‘La pluie est tombée’.

(5.10)

nū-à

lɛ̄.

3sg.nsbj

venir-ger

cop

‘Il est venu’.

5.3. La copule négative wɔ́

30La copule négative wɔ́ (qui a également des variantes libres et wɛ́) est utilisée pour former les constructions ontiques négatives au présent, ainsi que pour le résultatif négatif et l’imperfectif négatif. Le sujet dans ces énoncés est exprimé soit par un groupe nominal, soit, si pronominalisé, par un pronom emphatique.

5.3.1. Constructions ontiques négatives

31Le schéma des constructions ontiques négatives peut être représenté comme suit : S – wɔ́ – X, où Х est un groupe postpositionnel régi par la postposition (dans le cas de la construction d’équivalence), un adjectif, facultativement accompagné par la postposition (dans le cas de la construction attributive), un numéral, ainsi qu’un adverbe, un nom dans la fonction locative, un groupe postpositionnel de circonstant.

32La copule négative fusionne avec les pronoms non-sujet de la 2e et de la 3e personne sg : wɔ́ + à = wáá ; wɔ́ + ī = wɛ́í (5.15).

(5.11)

nɛ́

wɔ́

ɓē.

3sg.poss

enfant

cop.neg

vivant

Elle n’a pas d’enfants’.

(5.12)

Ŋ̄

dɛ̰̄

wɔ́

dɔ̄mì

ká.

3sg.nsbj

mari

cop.neg

chef

avec

‘Mon mari n’est pas le chef’.

(5.13)

wɔ́

gbùò

(ká).

maison

cop.neg

grand

avec

‘La maison n’est pas grande’.

(5.14)

Ɓī

wɔ́

gbùò

(ká).

2sg.emph

cop.neg

grand

avec

‘Tu n’es pas grand’.

(5.15)

Ɓò

gɔ̰̄

wáá

gé.

chèvre

homme

cœur

cop.neg>3sg

ventre

‘Le bouc n’a pas de cœur dans son ventre’.

(5.16)

Ɓī

wɔ́

mɔ̀.

2sg.emph

cop.neg

maison

bouche

sous

‘Tu n’es pas à la maison’.

  • 2 La différence entre ces deux constructions n’est pas étudiée, elle est due très probablement à la d (...)

33La proposition d’identification négative se forme de la même manière que les constructions d’équivalence : un des groupes nominaux est représenté par un pronom de la 3e personne sg occupant soit la position du sujet (un pronom de la série emphatique est alors utilisé), soit la position du groupe postpositionnel (un pronom non-sujet est alors utilisé)2.

(5.17)

wáá

ká.

1sg.emph

cop.neg>3sg

avec

‘Ce n’est pas moi’.

(5.18)

wɔ́

ŋ̄

ká.

3sg.emph

cop.neg

1sg.nsbj

avec

‘Ce n’est pas moi’.

(5.19)

wɔ́

Pèé

ká.

3sg.emph

cop.neg

Pe

avec

‘Ce n’est pas Pe’.

5.3.2. Imperfectif négatif

34En mano, il existe deux constructions de l’imperfectif négatif à la base de la copule négative, les deux expriment les valeurs de la zone imperfective : le duratif, le statif, l’habituel.

35Dans la première construction, la position après la copule est occupée par le verbe dans la forme de l’infinitif. Son schéma peut être représenté comme suit : S – wɔ́ – V-inf.

(5.20)

Kà̰ā̰

wɔ́

wéé-pìà.

vol

personne:CS

cop.neg

dire-inf

‘(La femme secoue le voleur,) le voleur ne parle pas’.

36La deuxième construction de l’imperfectif négatif ressemble à la construction d’identification. La position avant la copule est occupée par le groupe verbal où le verbe a la forme de l’infinitif, le sujet s’exprime par un possesseur d’un nom autosémantique : groupe nominal (facultatif) et pronom possessif en accord avec ce groupe nominal. La position après la copule est occupée par un pronom non-sujet de la 3e personne sg et la postposition qui fusionne avec la copule pour former un portemanteau wáá.

(5.21)

a.

Mīī

gbēŋ́

kɛ̄-pɛ̀lɛ̀

wáá.

personne

indef

3sg.poss

quartier

faire-inf

cop.neg>3sg.avec

‘(En parlant d’un ruisseau magique) Personne ne s’y promène’.

b.

gbēŋ́

kɛ̄-pɛ̀lɛ̀

wáá.

3sg.poss

quartier

faire-inf

cop.neg>3sg.avec

‘Il ne s’y promène pas’.

5.3.3. Résultatif négatif

37Dans la construction du résultatif négatif, de la même manière que dans la construction du résultatif-1, généralement un seul actant du verbe est gardé : soit le sujet, dans le cas des verbes intransitifs, soit l’objet direct, dans le cas des verbes transitifs.

38Également, même si a priori on s’attend à ce que le groupe verbal soit formé comme le groupe verbal nominalisé dans la position de sujet (voir §4.2.2), nous n’avons pas testé la possibilité de l’expression du sujet des verbes transitifs. Les actants et les circonstants postverbaux sont positionnés après la copule. Le verbe principal a la forme du gérondif. Le schéma peut être représenté comme suit : S – V-gerwɔ́.

(5.22)

Ŋ̄

lòkó

ɓɔ̄-ɔ̀

wɔ́

mɔ̀.

2sg.nsbj

mère

sortir–ger

cop.neg

maison

bouche

sous

‘Ma mère n’est pas sortie de la maison’

5.4. Série existentielle

  • 3 La variante du marqueur 3sg ē est employée dans les propositions relatives et les constructions du (...)

1sg

2sg

3sg

1pl

2pl

3pl

ŋ̄ (māā)

ī (ɓāā)

lɛ̄ ~ lɛ́ ~ ē3 (lāā)

kō (kɔ̄āā)

kā (kāā)

ō (wāā)

39Les marqueurs prédicatifs existentiels servent à former le duratif au présent, le résultatif, les propositions ontiques, qui incluent les propositions locatives, possessives, les propositions d’équivalence, ainsi que les propositions attributives. Ils servent aussi à former les propositions existentielles, qui ne sont pas formellement distinctes des propositions ontiques.

5.4.1. Propositions ontiques

40Les propositions ontiques avec un marqueur prédicatif de la série existentielle peuvent être représentées par le schéma suivant : S – aux.exi – X, où Х est un groupe postpositionnel avec la postposition (dans la construction d’équivalence), kɛ̀lɛ̀ (dans la construction possessive), un adjectif, facultativement accompagné d’une postposition (dans le cas de la construction attributive), un numéral, ainsi qu’un adverbe, un nom dans la fonction locative, un groupe postpositionnel de circonstant.

41La variante du marqueur 3sg lɛ́ est employée dans la construction d’équivalence, si le groupe nominal exprimant la nouvelle information se trouve dans la position du sujet. Cf. (5.23a) et (5.23b).

(5.23)

b.

Lɛ̄

dàā

là

nɛ́

dìè

ká.

3sg.exi

3sg.refl

père

3sg.poss

enfant

réel

avec

b.

dàā

là

nɛ́

dìè

lɛ́

ká.

3sg.nsbj

père

3sg.poss

enfant

réel

3sg.exi

3sg.nsbj

avec

‘Tel père, tel fils (lit. : il est le fils réel de son père).’

(5.24)

Ɓà

ŋwɔ́

yɛ̀lɛ̀

lɛ̄

ī

kɛ̀lɛ̀.

2sg.poss

affaire

soin

3sg.exi

2sg.nsbj

adr

‘Tu as la solution à ton problème’.

(5.25)

mɔ̀.

3sg.exi

maison

bouche

sous

‘Tu es à la maison’.

(5.26)

gbùò

(ká).

3sg.exi

grand

avec

‘Tu es grand’.

(5.27)

Kìē

ŋwūnà

lɛ̄

pèèlɛ̄.

chimpanzé

sorte

3sg.exi

deux

‘Il y a deux sortes de chimpanzés (lit. : les sortes de chimpanzés sont deux)’.

5.4.2. Propositions existentielles

42Les propositions existentielles ne sont pas formellement distinctes des propositions ontiques, la différence réside dans les propriétés pragmatiques du sujet, dont l’existence est assertée dans la proposition existentielle et présupposée dans la proposition ontique. Par conséquent, dans les propositions existentielles, le groupe nominal du sujet spécifique peut contenir le déterminatif indéfini (5.28), qui n’est toutefois pas obligatoire (5.29).

(5.28)

lɛ̄

kɛ́ì.

personne

indef

3sg.exi

chambre

‘Il y a quelqu’un dans la maison’.

(5.29)

Túlú

lɛ̄

zūú.

corne

3sg.exi

route.loc

‘Il y a des cornes sur la route (des musiciens qui jouent de la corne)’.

43La position après le marqueur prédicatif est obligatoirement remplie. S’il s’agit d’asserter l’existence d’un référent, l’adjectif ɓē ’vivant’ est employé ; s’il y a une précision de localisation, alors le marqueur prédicatif est suivi d’un adverbe, un nom dans la fonction locative ou un groupe postpositionnel. Dans les propositions existentielles possessives, le possesseur est introduit par le groupe postpositionnel avec la postposition kɛ̀lɛ̀.

(5.30)

Nɛ̀

kɛ̄

sɛ̀lɛ̀

lɛ̄

ɓē.

mensonge

faire

sol:CS

3sg.exi

vivant

‘Il y a des villages de mensonges (où les gens mentent beaucoup)’.

(5.31)

Wɛ́lì

lɛ̄

Gèwúlú

kɛ̀lɛ̀

fɔ̰́pē

ɓá

gɛ̰̀.

argent

3sg.exi

Gewulu

paume

jusqu’à.ce.que

2sg.conj

voir

‘Gewulu a tellement d’argent, il faut le voir’.

5.4.3. Imperfectif-1

44Dans la construction de l’imperfectif-1, la position après le marqueur prédicatif est occupée par le verbe à l’infinitif accompagné d’un objet direct, s’il s’agit des constructions transitives. Le schéma de la construction imperfectif-1 peut être représenté de la manière suivante : S – aux.exi – V-inf.

(5.32)

Ēlì

lɛ̄

ló-pɛ̀lɛ̀.

Eli

3sg.exi

aller-inf

‘Eli s’va’.

(5.33)

Ēlì

lɛ̄

wìì

lɔ́-pɛ̀lɛ̀.

Eli

3sg.exi

viande

acheter-inf

‘Eli achète la viande’.

(5.34)

Ēlì

lɛ̄

ɲɛ́nɛ́

gɛ̰̀-pɛ̀lɛ̀.

Eli

3sg.exi

soleil

voir-inf

‘Eli voit le soleil’.

(5.35)

Māā

gɛ̰̀-pɛ̀lɛ̀.

1sg.exi>3sg

voir-inf

‘Tu le vois’.

45La construction de l’imperfectif-1 est le plus souvent utilisée pour exprimer la valeur du duratif ou du statif. Elle peut avoir également la valeur d’habituel, ainsi que des valeurs de la zone du futur :

(5.36)

Pɛ́nɛ̄

sà̰ā̰

māā

kɛ̄-pɛ̀lɛ̀.

aujourd’hui

travail

dem

1sg.exi>3sg

faire-inf

‘Aujourd’hui, je fais toujours ce travail’.

(5.37)

àyē

ɓɛ̄

kɛ̄-pìà

nɔ́,

àyé

ā

1pl.exi

3sg.emph

dem

faire-inf

seulement

3sg.emph

dem

wɔ́

bɛ̰̀ɛ̰̄

programme

yí.

cop.neg

aussi

1pl.poss

programme

dans

‘(La famille discute comment elle va divertir un visiteur européen du village.) Nous ferons ceci, cela ne fait pas partie de notre programme’.

(5.38)

Pɛ́nɛ̄

lɛ́

pɛ́nɛ̄

ŋ̄

yílí

lɛ́ɛ́

kɛ̄

aujourd’hui

rel

aujourd’hui

1sg.exi

arbre

feuille

faire

dìè

gɛ̰̀-pɛ̀lɛ̀

à

ká.

personne:CS

vrai

voir-inf

3sg.nsbj

avec

‘C’est aujourd’hui que je verrai un vrai guérisseur’.

5.4.4. Résultatif-2

46Dans la construction du résultatif-2, le verbe principal au gérondif fait partie d’un groupe postpositionnel. La construction peut être schématisée de la manière suivante : S – aux.exi – V-ger.

(5.39)

Gbɔ̄ɔ̄

lɛ̄

gbɛ̰̀-ɛ̰̀

à

lɛ̀

mɔ̀.

pot

3sg.exi

mettre-ger

avec

ref

lieu

sur

‘Le pot est posé là-bas’.

5.5. Série imperfective

1sg

2sg

3sg

1pl

2pl

3pl

ŋ́ŋ̀

íì (ɓáà)

lɛ́ɛ̀ (lɛ́à~láà)

kóò (kóò~kɔ́à)

káà

óò

47Les marqueurs prédicatifs de la série imperfective sont employés pour former la construction imperfective-2 (la construction minimale pour cette série), la construction du futur, la construction de l’habituel / de la modalité épistémique, ainsi que dans la construction de protase réelle négative (voir §6.2.2.5).

5.5.1. Construction minimale : imperfectif-2

48La construction minimale se formant à la base de la série imperfective des marqueurs prédicatifs est la construction de l’imperfectif-2. Le verbe principal dans cette construction s’emploie dans une forme spéciale imperfective avec un ton abaissé (sur la morphologie de cette forme voir §2.5.2.1). Le schéma de cette construction peut être représenté comme suit : S – aux.ipfv – V:IPFV.

(5.40)

Gbá̰

lɛ́ɛ̀

lō.

chien

3sg.ipfv

aller:IPFV

‘Le chien parte’.

(5.41)

Ŋ̄

lòkó

lɛ́ɛ̀

wìì

lɔ̄.

1sg.nsbj

mère

3sg.ipfv

viande

acheter:IPFV

‘Ma mère achète la viande’.

(5.42)

Ŋ̄

lòkó

láà

lɔ̄.

1sg.nsbj

mère

3sg.ipfv>3sg

acheter:IPFV

‘Ma mère l’achète’.

49La construction de l’imperfectif-2 exprime le cluster des valeurs typiques de l’imperfectif, à savoir la valeur du duratif et de l’habituel.

(5.43)

Ŋ́ŋ̀

lɔ́ɔ́í

ɲɛ́nɛ́

séŋ́

ká.

1sg.ipfv

aller:IPFV

marché

jour

chaque

avec

‘Je vais au marché tous les jours’.

(5.44)

Ŋ́ŋ̀

lɔ́ɔ́í.

1sg.ipfv

aller:IPFV

marché

‘Je vais au marché’.

50De plus, à la base de la valeur de l’habituel, se développent des valeurs de la zone d’irréel : modalité épistémique (5.45) ; futur planifié, c’est-à-dire, des prédictions faites par rapport à un événement futur conditionnées par des arrangements (5.46) ; prospectif, c’est-à-dire, des prédictions faites par rapport à un événement futur, conditionnées par un état actuel d’un participant (5.47, première lecture) ; ainsi qu’optatif (utilisé dans toutes les personnes et nombres (mis à part la 2e personne sg, 5.47, deuxième lecture).

(5.45)

Gbá̰

ɓɛ̄

láà

sɔ̰́ɔ̰́

dɔ̄.

chien

dem

3sg.ipfv>3sg

dent

arrêter

‘Ce chien peut mordre’.

(5.46)

Íì

béī

kā̰

pɛ́nɛ̄.

2sg.ipfv

manioc

couper:IPFV

aujourd’hui

‘Aujourd’hui tu couperas le manioc’.

(5.47)

Láà

zɛ̄ !

3sg.ipfv>3sg

tuer:IPFV

‘Il va le tuer !’ / ‘Qu’il le tue !’

51Le plus souvent, la construction a la valeur du futur, étant employée dans la position de l’apodose réelle ou dans les propositions principales dans les énoncés complexes à valeur de temps :

(5.48)

pɛ̄lèē

ŋwɔ̀

lāā

ā

ētó

óò

quand

argent

affaire:CS

3sg.exi>3sg

là-bas

top

et

3pl.ipfv

ō

kíè

gɛ̰̀.

3pl.nsbj

recp

voir:IPFV

‘Si le travail est payé (lit. : s’il y a la question de l’argent), ils se mettront d’accord’.

5.5.2. Futur

52La construction du futur se forme à l’aide du verbe auxiliaire ‘aller’ dans la forme imperfective et du verbe principal dans la forme du gérondif : S – aux.ipfv– V-ger.

(5.49)

Íì

béī

ká̰-à̰

pɛ́nɛ̄.

2sg.ipfv

aller:IPFV

manioc

couper-ger

aujourd’hui

‘Tu couperas le manioc aujourd’hui’.

(5.50)

Kóò

nū-ù

gbāā

lundi

Ɓɛ́lɛ́tɔ̰̀.

1pl.ipfv

aller:IPFV

venir-ger

maintenant

lundi

avec

Beleton

‘Lundi nous irons à Beleton’.

53La construction du futur est l’une des façons d’exprimer l’apodose réelle assertive :

(5.51)

sà̰ā̰

yīè

kɛ̄-á

ā

ŋ́ŋ̀

2sg.conj

travail

bon

faire:COND-cond

top

1sg.ipfv

ī

vɔ᷅ɔ̀.

aller:IPFV

2sg.nsbj

récompenser.ger

‘Si tu fais bien le travail, je te récompenserai’.

5.5.3. Construction de modalité épistémique

54La construction à valeur de modalité épistémique et d’habituel se forme à la base de la série imperfective et du verbe kɛ̄ ‘être’, suivi de la construction minimale conjonctive ou de la construction conjointe : S – aux.ipfvkɛ̄:IPFV – (aux.conj – V) / (aux.jnt – V:JNT).

(5.52)

Ŋ́ŋ̀

kɛ̀

máà

mɛ̀nɛ̄

gɛ̰̀.

1sg.ipfv

faire:IPFV

1sg.jnt

serpent

voir:JNT

‘(Quand je me promène dans la forêt,) parfois je peux voir le serpent’.

(5.53)

Ŋ́ŋ̀

kɛ̀

ŋ́

ɓà

dɔ̄

tòò.

1sg.ipfv

faire:IPFV

1sg.conj

2sg.poss

maison

arrêter

demain

‘Je peux te construire ta maison demain’.

5.6. Série du prétérit

1sg

2sg

3sg

1pl

2pl

3pl

ŋ̄ (mā)

ī (ɓā)

ē (ā)

kō (kɔ̄ā)

ō (wā)

55La série du prétérit est utilisée pour former la construction de l’imparfait, les constructions ontiques dans le passé (à l’aide du verbe auxiliaire kɛ̄), ainsi que la construction du perfectif. Comme le même marqueur exprime les grammèmes du perfectif et de l’imperfectif, il est raisonnable d’utiliser le terme « prétérit », réservé justement aux grammèmes qui se rapportent au plan du passé mais qui ne sont pas caractérisés du point de vue aspectuel. Cependant, la construction minimale avec ce marqueur prédicatif exprime les valeurs de perfectif. Ainsi, pour éviter la confusion terminologique, il faut mentionner que la construction du perfectif en mano comporte un marqueur prédicatif de la série du prétérit.

5.6.1. Construction minimale : perfectif

56La construction du perfectif est la construction minimale à la base de la série du prétérit. Son schéma peut être représenté comme suit : S – aux.pret – V. Elle exprime des événements passés, typiquement des événements ponctuels ou délimités. Elle est la plus fréquente parmi les marqueurs prédicatifs dans le corpus narratif. Sur le sémantisme de cette construction, voir §5.7.

(5.54)

mɔ̀.

3sg.pret

aller

maison

bouche

sous

‘Il est allé à la maison’.

(5.55)

wìì

lɔ́.

3sg.pret

viande

acheter

‘Il a acheté de la viande’.

(5.56)

lɔ́.

3sg.pret>3sg

acheter

‘Il l’a acheté(e)’.

57La présence de l’opérateur kɛ̀ɛ̀ peut impliquer l’annulation du résultat de l’action :

(5.57)

kɛ̀ɛ̀

pɛ̄lɛ̄í.

1pl.pret

aller

retr

village

‘Nous étions allés au village (nous n’y sommes plus)’.

5.6.2. Propositions ontique et existentielle au passé

58Les propositions ontiques et existentielles au passé sont formées de la même manière que les propositions similaires au présent (voir §5.5.1 et §5.5.2). Le marqueur prédicatif de la série existentielle est remplacé par le marqueur prédicatif de la série du prétérit plus le verbe kɛ̄ ’être’. Ces propositions peuvent être schématisées de la manière suivante : S – aux.pretkɛ̄ – X, où Х est un groupe avec la postposition (dans les constructions d’équivalence), kɛ̀lɛ̀ (dans la construction possessive), un adjectif qui est facultativement suivi par la postposition (dans la construction attributive), un numéral, ainsi qu’un adverbe, un nom dans la fonction locative, un groupe postpositionnel de circonstant.

(5.58)

ē

kɛ̄

gbùò.

1pl.poss

maison

3sg.pret

être

grand

‘Notre maison était grande’.

(5.59)

kɛ̄

lɔ́ɔ́kpánàlà.

3sg.pret

être

marché

‘Tu étais au marché’.

(5.60)

kɛ̄

ɓɔ̄-ɔ̀

ká.

3sg.pret

être

sortir-ger

avec

‘Il était sorti’.

59Exemple illustrant la construction existentielle au passé :

(5.61)

kɛ̄

ɓē

kɛ̄

ŋ́

tḭ̄á̰

kɛ̄-ɛ̀

ɓē.

3sg.pret

faire

vivant

en.ce.moment.là

1sg.conj

encore

faire-cntrfct

vivant

‘Il était avant moi (Jean 1 :15, lit. : Il était là avant que moi je n’étais)’.

5.6.3. Imparfait

60Dans la construction de l’imparfait, le verbe principal a la forme de l’infinitif et se positionne après le verbe kɛ̄. Le reste de la construction se forme comme une proposition ontique au passé : S – aux.pretkɛ̄ – V-inf. L’imparfait combine des valeurs d’habituel et de duratif au passé.

(5.62)

ī

lòkó

ē

lɔ́ɔ́í

ā

quand

2sg.nsbj

mère

3sg.pret

venir

marché

top

ē

kɛ̄

sà̰ā̰

kɛ̄-pɛ̀lɛ̀

ɓòō

ɲɛ́nɛ̄.

3sg.pret

être

travail

faire-inf

3sg.poss

légume

champ

‘Quand ta mère est venue du marché, il travaillait dans son potager’.

(5.63)

Zɔ̰̀ɔ̰́

lɛ́

ē

kɛ̄

lɛ́

dɔ̀

Jean-Baptiste

rel

3sg.pret

faire

personne

rel

s’arrêter :nmlz

wálà

Ààzáyà

ē

kɛ̄

ŋwɔ́

Dieu

bouche

sur

personne:CS

Esaïe

3sg.pret

faire

affaire

gèē-pìà,

áà

gbɛ̰̀

à

mɔ̀

ɔ̄

ā.

dire-inf

3sg.jnt

poser

3sg.nsbj

sur

top

avec

top

‘Jean est celui qui avait été annoncé par Esaïe, le prophète (lit. : Jean qui était un homme que celui qui s’arrête sur la parole de Dieu, Ésaïe, disait des choses, elles se réalisaient)’ (M.3 :3).

5.7. Série du parfait

1sg

2sg

3sg

1pl

2pl

3pl

māà

ɓāà

āà

kɔ̄āà

kāà

wāà

61La série du parfait est utilisée pour former la construction du parfait dont le schéma est comme suit : S – aux.prf – V.

(5.64)

Māà

ló.

1sg.prf

aller

‘Je suis parti’.

(5.65)

Gbá̰

āà

ló.

chien

3sg.prf

aller

‘Le chien est parti’.

(5.66)

Ŋ̄

lòkó

āà

wìì

lɔ́.

1sg.nsbj

mère

3sg.prf

viande

acheter

‘Ma mère a acheté de la viande’.

(5.67)

Ŋ̄

lòkó

āà

lɔ́.

1sg.nsbj

mère

3sg.prf>3sg

acheter

‘Ma mère l’a achetée’.

62Dans une proposition simple, la construction du parfait désigne un événement qui a eu lieu dans le passé récent, ayant souvent la valeur d’un événement passé qui est toujours d’actualité, proche de la valeur résultative :

(5.68)

Āà

gbóó

ɓō.

3sg.prf

sanglot

enlever

(Son visage est tout mouillé.) ‘Elle a pleuré’.

(5.69)

Kélé

lɛ́

āà

kòlò

kɛ̄

ɛ̄

ɓáà

gɛ̰̀ ?

abri

rel

3sg.prf

vieux

faire

top

2sg.jnt>3sg

surface

voir:JNT

‘L’abri qui est devenu vieux, est-ce que tu vois son toit ?’.

63La construction du parfait a également la valeur d’expérientiel :

(5.70)

Māà

gɛ̰̀.

1sg.prf>3sg

voir

‘(—Connais-tu mon frère ? —Oui), je l’ai rencontré’.

64Cette construction ne se combine qu’avec certains adverbes de temps récent, comme pɛ́nɛ̄ɛ̄ ‘aujourd’hui’, kpá ‘récemment’. Comparez :

(5.71)

a.

*Māà

yī

zɛ̄

pɛ̰́

sɛ̀.

1sg.prf

sommeil

tuer

hier.soir

bien

b.

Ŋ̄

yī

zɛ̄

pɛ̰́

sɛ̀.

1sg.pret

sommeil

tuer

hier.soir

bien

‘J’ai bien dormi (la nuit).’

c.

Māà

yī

zɛ̄

pɛ́nɛ̄ɛ̄

sɛ̀.

1sg.prf

sommeil

tuer

hier.soir

bien

‘J’ai bien dormi aujourd’hui (dans la journée.’

65L’opérateur kɛ̀ɛ̀ sert à rajouter la valeur de temps relatif :

(5.72)

Āà

wàà

kɛ́ì

kɛ̀ɛ̀.

3sg.prf

entrer

chambre

retr

‘(À ce moment-là,) il avait déjà entré à la maison’.

66Dans la narration, le parfait marque souvent un événement clé de l’histoire. Voir les trois propositions par lesquelles un conte se finit :

(5.73)

a.

Sìī

āà

pā.

araignée

bouche

3sg.prf

remplir

‘L’Araignée s’est étonnée’.

b.

wāà

gá̰á̰

fɛ̰̀ɛ̰̀

ɛ̰̄

sìī

āà

fɔ̰́.

quand

3pl.prf>3sg

tirer

long

top

araignée

ventre

3sg.prf

percer

‘Quand on a beaucoup tiré, le ventre de l’Araignée s’est percé’.

c.

Sìī

āà

gā,

nɔ́ɔ̀

wāà

araignée

3sg.prf

mourir

3sg.poss

enfant.pl

3pl.prf

ŋwɛ̀ŋ̄

lɛ́ɛ́

là.

disperser

feuilles

sur

‘L’Araignée est morte et ses enfants se sont dispersés sur les feuilles’.

67Dans les énoncés complexes, le parfait est utilisé dans la construction de la protase réelle, ainsi que dans les propositions subordonnées de temps ayant la valeur d’habituel.

(5.74)

āà

ɓɔ̄

nɔ́

yílí

gbùò

bḭ́

mɔ̀

quand

3sg.prf

sortir

seulement

arbre

grand

dem

ombre

sous

nɔ́

ɔ̄,

lɛ́ɛ̀

wàà

gbāā

yílí

gbùò

ɓɛ̄

seulement

top

3sg.ipfv

entrer:IPFV

maintenant

arbre

grand

dem

gáná

yí.

racine

dans

‘Quand elle rentre sous l’ombre de ce grand arbre, elle pénètre sous sa racine’.

68Dans les énoncés complexes dont la proposition subordonnée exprime la valeur de temps, alors que la construction du parfait est utilisée dans la proposition principale, elle acquiert des valeurs de temps relatif. Comparez avec l’utilisation de la construction perfective :

(5.75)

a.

(Yé)

ŋ̄

lòkó

ē

pɛ̰́

quand

1sg.nsbj

mère

3sg.pret

venir

hier

maison

mɔ̀

ɔ̄

ē

kɛ̄

āà

béī

ká̰.

bouche

sous

top

3sg.pret

être

3sg.prf

manioc

couper

‘Quand ma mère est venue à la maison hier, elle avait déjà coupé le manioc’.

b.

(Yé)

ŋ̄

lòkó

ē

pɛ̰́

mɔ̀

quand

1sg.nsbj

mère

3sg.pret

venir

hier

maison

bouche

sous

ɔ̄

ē

béī

ká̰.

top

3sg.pret

manioc

couper

‘Après que ma mère est venue à la maison hier, elle a coupé le manioc’.

69Pour plus de détails sur la comparaison entre la construction du perfectif et la construction du parfait, voir §5.16.

5.8. Série conjointe

1sg

2sg

3sg

1pl

2pl

3pl

máà

ɓáà

áà

kɔ́à

káà

wáà

70La seule construction à la base de la série conjointe est la construction conjointe. Elle comporte le verbe principal dans une forme tonale particulière à ton bas (voir §2.5.2.2) : S – aux.jnt – V:JNT.

71La construction conjointe apparaît dans les propositions subordonnées juxtaposées. Elle signifie que a) l’action se déroule simultanément avec l’action de la proposition principale (typiquement si cette dernière est exprimée par une construction à valeur imperfective, comme dans l’exemple 5.76), ou b) qu’elle s’est déroulée juste après l’action de la proposition principale ; il est également possible qu’elle se déroule au présent. Les sujets des propositions subordonnée et principale ne sont pas nécessairement coréférents. Cette construction est aspectuellement neutre.

(5.76)

Yàá

ē

kɛ̄

tá̰

ɓō-pɛ̀lɛ̀

Zā̰

áà

gɛ̰̀.

Ya

3sg.pret

être

chanson

enlever-inf

Zan

3sg.jnt>3sg

regarder:JNT

‘Ya chantait et Zan la regardait’.

(5.77)

Māà

kɔ́nɔ́

ɓèlè

ŋ́ŋ̀

zùlù.

1sg.prf

nourriture

manger

1sg.jnt

se.laver:JNT

‘J’ai mangé en me lavant / J’ai mangé et ensuite je me suis lavé / J’ai mangé et je me lave maintenant’.

72La construction conjointe peut être employée pour exprimer la valeur restrictive et le focus phrastique. La proposition principale est exprimée par la construction ontique :

(5.78)

Lɛ̄

áà

tàà.

3sg.exi

3sg.jnt

se.promener:JNT

‘Il ne fait que se promener’ (lit. : ‘Il est en se promenant’).

(5.79)

kɛ̄

áà

gbóó

ɓò.

3sg.pret

être

3sg.jnt

sanglot

enlever:JNT

‘La voilà qui se mettait à pleurer’ (lit. : ‘Elle était en pleurant’).

  • 4 D’après notre étude de 2013 basée sur un sous-corpus de 21 000 mots.

73La construction conjointe est assez fréquente dans les narratifs. Elle est surtout utilisée pour introduire le verbe quotatif gèē ‘dire’ (42 % d’emplois4). Elle est également fréquente dans le cas des sujets pronominaux, exprimés uniquement par un index dans le marqueur prédicatif, et coréférentiels aux sujets des propositions précédentes (41 % d’emplois). Pour plus de détails concernant la distribution des marqueurs prédicatifs dans le narratif, voir §5.16.

5.9. Série négative

1sg

2sg

3sg

1pl

2pl

3pl

ŋ̀ŋ́

ìí (ɓàá)

lɛ̀ɛ́ (làá)

kòó

kàá

òó

74La série négative apparaît dans les constructions négatives perfective, imperfective, dans les constructions de l’imparfait, du futur négatif, de l’interdiction indirecte, ainsi que dans la construction de l’apodose irréelle négative.

5.9.1. Construction minimale : imperfectif négatif-3

75Le schéma de la construction minimale avec la série négative peut être représenté de la manière suivante : S – aux.neg – V. La valeur de cette construction est celle d’imperfectif négatif.

(5.80)

Lɛ̀ɛ́

lɔ́ɔ́kpánàlà.

3sg.neg

aller

marché

‘Il ne va pas au marché’.

(5.81)

Lɛ̀ɛ́

gbá̰

lɔ́.

3sg.neg

chien

acheter

‘Il n’achète pas de chiens’.

(5.82)

Làá

lɔ́.

3sg.neg>3sg

acheter

‘Il n’en achète pas’.

76Pour les trois exemples, les interprétations habituelle et actuelle sont possibles.

5.9.2. Futur négatif

77La construction du futur négatif se forme à l’aide du verbe auxiliaire ‘aller’ et du verbe principal dans la forme du gérondif : S – aux.neg– V-ger.

(5.83)

Òó

wéà

mɔ̀.

3pl.neg

aller

dire.ger>3sg

sous

‘Ils ne consentiront pas’.

78La construction du futur négatif est l’une des façons d’exprimer l’apodose réelle négative :

(5.84)

Lɛ̀ɛ̄

é

bā̰-á̰

pɛ́nɛ̄ɛ̄

ā

kòó

ló-à.

pluie

3sg.conj

tomber:COND-cond

aujourd’hui

top

1pl.neg

aller

aller-ger

‘S’il pleut, nous ne sortirons pas (lit. : nous n’irons pas)’.

5.9.3. Perfectif négatif

79La construction du perfectif négatif se forme à l’aide du marqueur prédicatif gbā ajouté à la construction minimale : S – aux.neggbā – V.

(5.85)

Lɛ̀ɛ́

gbā

nū.

3sg.neg

neg

venir

‘Il n’est pas venu’.

80Le ton du pronom non-sujet de la 3e personne sg s’assimile au ton du marqueur gbā :

(5.86)

Lɛ̀ɛ́

gbāā

lɔ́.

3sg.neg

neg>3sg

acheter

‘Il ne l’a pas achetée’.

5.9.4. Expérientiel négatif

81La construction de l’expérientiel négatif se forme de la même façon que l’imperfectif négatif, à ceci près que le verbe est suivi de l’adverbe (une fois). La valeur expérientielle est donc exprimée lexicalement.

(5.87)

Lɛ̀ɛ́

Kólówálá.

3sg.neg

aller

une.fois

Côte.d’Ivoire

‘Il n’est jamais allé en Côte d’Ivoire’.

82Cet adverbe apparaît également dans la construction du perfectif négatif :

(5.88)

Lɛ̀ɛ́

gbā

Kólówálá.

3sg.neg

neg

aller

une.fois

Côte.d’Ivoire

‘Il n’est jamais allé en Côte d’Ivoire’.

5.9.5. Parfait négatif

83La construction du parfait négatif (‘pas encore’), elle aussi, se forme de la même façon que l’imperfectif négatif, à ceci près que le verbe est suivi de l’adverbe nɛ́ŋ̀ (pas encore). La valeur du parfait est également exprimée lexicalement.

(5.89)

Ŋ̀

sɔ̄

dò

āà

kɔ̀ɔ̀,

dò

bɛ̰̀ɛ̰̄

1sg.poss

habit

indef

3sg.prf

sécher

3sg.nsbj

indef

même

lɛ̀ɛ́

kɔ̀ɔ̀

nɛ́ŋ̀.

3sg.neg

sécher

pas.encore

‘Certain de mes vêtements sont séchés, certains ne sont pas encore séchés’.

5.9.6. Imparfait négatif

84La construction de l’imparfait négatif contient le verbe auxiliaire kɛ̄ et le verbe principal à la forme d’infinitive : S – aux.neggbā kɛ̄ – V-inf.

(5.90)

ō

sá̰á̰,

lúó

gbùò

quand

3pl.pret

laisser

intérieur

longtemps

jour

grand

ē

dīē,

lɛ̀ɛ́

gbā

kɛ̄

ló-pɛ̀lɛ̀

ē

mɛ̀ŋ́.

3sg.pret

passer

3sg.neg

neg

faire

aller-inf

3sg.refl

derrière

‘Il y est resté un bon moment ; beaucoup de jours sont passés, il ne revenait pas’.

85Dans l’exemple suivant, les constructions de l’imperfectif et de l’imparfait négatifs sont utilisées :

(5.91)

Míá

òó

kpà̰á̰

ɓèlè

ā,

òó

gbā

personne.pl.rel

3pl.neg

poisson

manger

top

3pl.neg

neg

kɛ̄

gɔ́

ɓèlè-pɛ̀lɛ̀.

faire

cola

dem

manger-inf

‘Ceux qui ne mangeaient pas le poisson, ne mangeaient pas non plus les noix de cola’.

5.9.7. Interdiction indirecte

86La construction de l’interdiction indirecte se forme à la base du verbe gèē ‘dire’ dans la construction minimale avec le marqueur prédicatif de la 1re personne sg de la série négative et le verbe principal dans la construction conjonctive : 1sg.neggèē – S – aux-conj – V.

(5.93)

Ŋ̀ŋ́

gèē

í

túó.

1sg.neg>3sg

dire

2sg.conj

avoir.peur

‘N’aie pas peur/ il ne faut pas que tu aies peur’.

5.10. Série conjonctive

1sg

2sg

3sg

1pl

2pl

3pl

ŋ́

í (ɓá)

é (á)

ó

87La construction minimale conjonctive a le schéma suivant : S – aux.conj – V. Elle est utilisée dans de nombreuses propositions subordonnées (voir §6.2.2). Les deux contextes où elle peut être employée dans un énoncé simple sont la construction prohibitive, dans laquelle le connecteur yékɛ̀ ‘il ne faut pas que’ est ajouté au début de la proposition, et la construction à valeur d’optatif introduite par les connecteurs fɔ̰́pē ~ fɔ̰́kɛ̄ ~ fɔ̰́kē et fɔ́ɔ́ ‘il faut que’ :

(5.94)

Yékɛ̀

ó

ō

mɛ̀ŋ́

Hɛ́lɔ̀

píé.

il.ne.faut.pas

3pl.conj

aller

3pl.nsbj

derrière

Hérode

vers

‘(Puis, divinement avertis en songe) de ne pas retourner vers Hérode (lit. : Dieu leur a donné des conseils dans le rêve en leur disant qu’) Il ne faut pas qu’ils retournent à Hérode)’ (M.2 :12).

(5.95)

Fɔ̰́kɛ̄

à

píé

yīī

zàā.

il.faut.que

1pl.conj

aller

3sg.nsbj

à

sommeil

dans

dans

‘Il faut qu’on vienne chez lui alors qu’il dort’.

5.11. Série prohibitive

1sg

2sg

3sg

1pl

2pl

3pl

máá

ɓáá

áá

kɔ́á

káá

wáá

88La construction minimale à la base des marqueurs prédicatifs de la série prohibitive peut être représentée de la manière suivante : (S) – aux.proh – V. Cette construction est employée a) pour désigner les actions à valeur de prohibitif (5.95) et b) dans les propositions subordonnées de valeur irréelle (5.96).

(5.96)

á

zɛ̄ !

3sg.proh>3sg

tuer

‘Qu’il ne le tue pas !’

(5.97)

Láà

gèē

ŋ̄

lɛ̀ɛ̄

máá

mɔ̀.

3sg.ipfv>3sg

dire:IPFV

1sg.nsbj

pour

1sg.proh

aller

maison

bouche

sous

‘Il me dit de ne pas aller à la maison’.

89La série prohibitive est également employée dans l’apodose des propositions conditionnelles avec une protase irréelle (voir §6.2.2.5).

5.12. Série subjonctive

1sg

2sg

3sg

1pl

2pl

3pl

ŋ̀

ì (ɓà)

è (à)

kò~kàkò (kò~kàkò~kɔ̀à)

kà

ò

90La variante kàkò du marqueur prédicatif de la 1e personne pl s’emploie surtout dans la construction impérative et a la valeur de l’inclusif, alors que la variante kò, comme tous les marqueurs de la 1e personne pl, peut avoir la valeur inclusive ou exclusive.

91Cette série est utilisée pour former la construction de l’impératif, ainsi que dans les propositions subordonnées : dans les propositions relatives, remplaçant la série imperfective, et dans les constructions de protase irréelle assertive et négative, les trois dernières seront examinées dans les §6.2.2.5 et §6.2.2.6

92La construction de l’impératif est la construction minimale à la base des marqueurs prédicatifs de la série en question. Son schéma peut être représenté de la manière suivante : (S) – aux.sbjv – V.

93La construction impérative ne s’emploie pas avec la 1re personne sg ; dans la 2e personne sg le marqueur prédicatif est omis, l’objet direct de la 3e personne sg est exprimé par un pronom non-sujet libre. Le verbe est employé à la forme de base, à une exception près : celle du verbe ‘aller’ qui dans la construction en question s’emploie à la forme de ton moyen, lō, sauf avec la 2e personne sg.

(5.98)

Lō

lɔ́ɔ́í !

aller:IPFV

marché

‘Va au marché !’

(5.99)

lɔ́

lɔ́í !

3sg.nsbj

acheter

marché

‘Achète-le au marché !’

(5.100)

Kàkò

gèlā

bṵ̄

fo᷅à !

1pl.sbjv

aller:IPFV

souris

trou

creuser.ger

‘Allons creuser un piège pour la souris !’

5.13. Série prospective

1sg

2sg

3sg

1pl

2pl

3pl

mɔ̀lɔ̀ ~ mɔ̀nɔ̀

ɓòlò

yèlè

kòlò

kàwòlò

wòlò

94A la différence des autres séries de marqueurs prédicatifs, la série prospective s’emploie obligatoirement avec un autre marqueur prédicatif. Dans la construction de base (qui n’est cependant pas minimale selon notre définition), c’est un marqueur de la série conjonctive, coréférentiel au marqueur prédicatif prospectif. Le schéma de la construction avec la série en question peut alors être représenté comme suit : (S) – aux.prospaux.conj – V. Les marqueurs prospectifs s’emploient également dans la construction quotative, voir §6.2.2.2.

95Quatre significations principales de la construction de base peuvent être distinguées.

1. Désidératif

(5.101)

Gèwūlū

yèlè

gbāā

é

kpílì

kɛ̄.

Gewulu

3sg.prosp

maintenant

3sg.conj

fête

faire

‘Gewulu veut organiser une fête’.

2. Intentionnel (la valeur la plus fréquente dans le discours : 6 sur 8 emplois attestés)

(5.102)

Ŋwɔ́

tɛ́

mɔ̀lɔ̀

ŋ́

gèē

ā...

affaire

rel

1sg.prosp

1sg.conj>3sg

dire

top

‘L’histoire que je vais raconter...’

3. Prospectif

(5.103)

Yèlè

é

gùlù

yí.

3sg.prosp

3sg.conj

tomber

trou

intérieur

‘Il est sur le point de tomber dans un trou’.

(5.104)

Wìì

yèlè

é

gélé.

viande

dem

3sg.prosp

3sg.conj

brûler

‘Cette viande est sur le point d’être brûlée’.

4. Futur

(5.105)

Ŋ́

lō-á

pɛ́nɛ̄

ɲɛ́ŋɛ̀īpíé

à

1sg.conj

aller:COND-cond

aujourd’hui

soir

3sg.nsbj

mɔ̀

ɔ̄

ŋ̄

lòkó

yèlè

é

lī.

sous

top

1sg.nsbj

mère

ventre

3sg.prosp

3sg.conj

devenir.beau

‘Quand je reviendrai ce soir à la maison, ma mère sera très contente’.

5.14. Série dubitative

1sg

2sg

3sg

1pl

2pl

3pl

màá

ɓàá

àá

kòó

kàá

wàá

96La construction dubitative comporte le verbe à la forme de base. Son schéma peut être représenté comme suit : S – aux.dub – V. La dernière voyelle de la proposition s’allonge facultativement, comme dans les interrogations. Les règles exactes précisant les contextes d’allongement sont encore à déterminer. La construction dubitative a deux valeurs : l’estimation subjective et le présomptif.

1. Estimation subjective d’un événement par le sujet de la proposition – ‘X pense que...’.

(5.106)

Léé

ɓɛ̄

àá

wéé

pɛ̀

femme:FOC

dem

3sg.dub

3sg.poss

parler

chose:CS

wɛ̄

yīè

gbāāɓō.

dem

bon

entendre

maintenant

‘(Un des personnages d’un conte est un poisson qui chante une chanson. Une femme l’a attrapé et veut qu’il divertisse les invités de la fête qu’elle veut organiser). Cette femme pense qu’elle entend un bon instrument de musique’.

(5.107)

Màá

kɛ̄

sɛ̀.

1sg.dub>3sg

faire

bon

‘Je pense que j’ai bien fait (il est possible que les autres pensent autrement)’.

97La construction est aspectuellement neutre : la proposition dans l’exemple (5.106) a la valeur imperfective, alors que la proposition dans l’exemple (5.107) a la valeur perfective.

2. Présomptif : le locuteur assume qu’un événement a eu lieu d’après ses connaissances du contexte général de la situation ou des sources indirectes.

(5.108)

Wàá

kélɛ̄

kɔ̄āà

nū.

3pl.dub>3sg

entendre

que

1pl.prf

venir

‘Ils ont dû entendre dire que nous sommes venus’.

5.15. Constructions avec des verbes auxiliaires

98Les verbes utilisés comme auxiliaires sont les suivants : ‘partir’, ‘venir’, ‘rester’, ‘aller’ et kɛ̄ ‘être’. Les deux derniers verbes ont déjà été mentionnés dans les sections précédentes : le verbe ‘aller’ s’emploie dans les constructions du futur assertif et négatif (§5.5.2, §5.9.2), tandis que le verbe kɛ̄ ‘être’ s’emploie dans les constructions ontiques et dans l’imparfait (§5.4.1, §5.4.2, §5.6.2, §5.6.3).

5.15.1. Verbe auxiliaire

99Le verbe auxiliaire ‘partir’ s’emploie dans les constructions avec différents marqueurs prédicatifs. Le verbe principal a la forme du gérondif ou de l’infinitif.

100Le schéma des constructions peut être représenté comme suit : S – aux– V-ger/inf. Toutes les constructions ont la valeur du passé récent.

(5.109)

wàà-pìà

pɛ̄lɛ̄í

ā

ē

kɛ̄

ɲàŋāzɛ̀,

3pl.exi

entrer-inf

village

dem

3sg.pret

être

agréable

wáà

gèè :

« Lɛ́ɛ̀

kà̰ā̰

ɓō-ò

Lààbíá ».

3pl.jnt>3sg

dire:JNT

3sg.ipfv

partir:IPFV

vol

effectuer-ger

Libéria

‘(Histoire du retour triomphal d’un malchanceux avec une femme et beaucoup de biens.) Leur retour au village a été agréable (lit. : quand ils retournaient au village, c’était agréable), ils (les habitants du village) ont dit : « Il vient de voler (de l’argent) au Libéria »’.

(5.110)

Gɔ̰́ā̰nɛ́

ē

tíà

lɛ́

ŋ̄

á

lɔ́-pìà

wí.

chat

3sg.pret

bol

rel

1sg.pret

partir

3sg.nsbj

acheter-inf

casser

‘Le chat a cassé le bol que je viens d’acheter’.

(5.111)

Ŋ̄

lɛ̀ɛ́

lī-à.

1sg.nsbj

ventre

3sg.neg

partir

devenir.beau-ger

‘Je ne me suis pas réjouie (lit. : mon ventre ne devient pas beau)’.

101Nous avons rencontré un exemple d’emploi de la construction avec un marqueur prédicatif de la série subjonctive. La valeur de cette construction est la demande d’arrêter une action :

(5.112)

dɔ̄-à

ŋ̀

kpóŋ̄

mɔ̀.

2pl.sbjv

partir

arrêter-ger

1sg.poss

porte

sous

‘Cassez-vous de ma porte ! (lit. : arrêtez de rester sous ma porte)’.

5.15.2. Verbe auxiliaire

102Le verbe auxiliaire ‘rester, laisser’ forme des constructions avec des marqueurs prédicatifs de la série du prétérit.

1. Multiplicatif, continuatif

103Dans la construction à valeur multiplicative ou continuative, la forme de l’infinitif du verbe principal est utilisée : S – aux.pret– V-inf.

(5.113)

gbóó

ɓō-pɛ̀lɛ̀.

3pl.pret

rester

sanglot

effectuer-inf

‘Ils pleuraient et pleuraient’.

(5.114)

ō

ló-pìà

gbāā...

quand

3pl.pret

laisser

aller-inf

maintenant

‘Après avoir marché et marché comme ça...’.

2. Délimitatif pour les verbes qui désignent des procès sans borne

104Dans cette construction, le verbe a la forme du gérondif. La forme du gérondif est accompagnée de la postposition . Le schéma de la construction peut être représenté comme suit : (S) – aux.pret– V-ger.

(5.115)

ē

dɔ̄-ɔ̀

ká

yī

quand

3sg.pret

laisser

s’arrêter-ger

avec

là-bas

fɛ̰̀ɛ̰̀

lēē

nɛ̀

ɓɛ̄

ē

ē

kīī

ɓɔ̄

ē

mɔ̀.

longtemps

femme

enfant:CS

dem

3sg.pret

3sg.refl

peau

sortir

3sg.refl

sur

‘Après y être restée longtemps, elle a enlevé sa peau’.

5.15.3. Verbe auxiliaire

105Le verbe ‘venir’ fait partie de constructions à valeur de but (§6.1.2). Le verbe garde son sémantisme de verbe de mouvement, le verbe dans la proposition secondaire a la forme du gérondif :

(5.116)

nɔ́nɔ́

mī-à.

3sg.pret

venir

lait

boire-ger

‘Il est venu boire du lait’.

106Le prédicat secondaire des constructions de but peut être employé dans sa forme de base :

(5.117)

Ɓíī

mɔ̀ɔ̀

lèè,

ɲɔ́

ŋ̄

mɔ̀.

riz

oiseau

prendre

femme:CS

venir

sein

boire

1sg.nsbj

sur

‘(Un fragment du refrain d’un conte) La femme qui attrape l’oiseau (qui cherche) le riz, viens sucer mon sein’.

107Le verbe forme une construction de but avec le verbe ‘prendre’ et le prédicat secondaire dans la forme de l’irréel.

(5.118)

kìē

ɓèlá

sí.

1pl.pret

venir

chimpanzé

manger :irreal.irreal

prendre

‘Nous sommes venus manger les chimpanzés’.

108Les deux constructions, mais surtout la deuxième, peuvent perdre la valeur de but et acquérir des valeurs aspectuelles et temporelles diverses. La première construction acquert la valeur de futur (5.119, 5.120). Pour la deuxième construction, il est possible que le choix de l’interprétation aspectuelle dépende de la classe actionnelle des verbes ; ce thème demande une investigation (5.121-5.123).

(5.119)

Ɓīī

annonce

lɛ̄

nū-pɛ̀lɛ̀

kɛ̄-ɛ̀

óò

nū

ɓɔ̄-ɔ̀.

parce.que

annonce

3sg.exi

venir-inf

faire-ger

3pl.ipfv

venir:IPFV

sortir-ger

‘Comme l’annonce va se faire, ils vont tous sortir’.

109Dans l’exemple suivant, la construction comporte le verbe auxiliaire kɛ̄ ‘faire, être’, le verbe principal étant dans la forme de l’infinitif :

(5.120)

Yékɛ̀

bɛ̰̀ɛ̰̄

ó

kɛ̄

ŋ̄

il.ne.fait.pas

1sg.emph

aussi

3pl.conj

venir

faire

1sg.nsbj

sōō

sí-pìà

kílī.

hurlement

prendre-inf

ainsi

‘(Une femme propose à son mari malchanceux d’aller consulter un devin.) Pour qu’on ne commence pas à hurler sur moi.

(5.121)

Ŋ̀ŋ́

nɔ́nɔ́

mì-á

sí.

1sg.neg

venir

lait

boire :irreal-irreal

prendre

‘Je ne bois pas de lait’ (habituel).

(5.122)

Sá̰

tɛ́

ɓā

ɓō

ā,

wɛ́

trébucher

rel

2sg.pret>3sg

effectuer

top

3sg.emph

foc

ī

gà̰

ē

fɔ̀á

wɛ̄.

2sg.pret

jambe

3sg.pret

venir

gonfler :irreal.irreal

prendre

dem

‘Du fait que tu as trébuché, ta jambe est gonflée/ gonfle’ (duratif/ terminatif).

(5.123)

Yíí

ē

fɔ̰̀á̰

gbāā.

eau

3sg.pret

venir

percer :irreal.irreal

prendre

maintenant

‘L’eau est sur le point de percer (le barrage est sur le point d’être percé ; prospectif)’.

110Ainsi, nous pouvons distinguer quatre constructions avec le verbe  : deux à valeur de but et deux à valeur aspectuelle.

1. constructions de but

1a. le prédicat secondaire est la forme de base ou de gérondif :

S – aux– V(-ger) (5.116, 5.117) ;

1b. le verbe est à la forme de base et le verbe principal est à la forme de l’irréel :

S – aux– V:irreal.irreal(5.118);

2. constructions aspectuelles

2a. le verbe principal est à la forme de base ou de gérondif :

S – aux– V(-ger) (5.119, 5.120) ;

2b. le verbe est à la forme de base et le verbe principal est à la forme de l’irréel :

S – aux– V:irreal.irreal(5.121-5.123).

111Le marqueur prédicatif employé avec les verbes auxiliaires n’est pas fixe. Or, comme le verbe ‘sortir’, ainsi que le verbe ‘venir’ dans les constructions 2a et 2b perdent leur valeur de verbes de mouvement, nous pouvons considérer que les constructions avec ces verbes, qui ont la valeur aspectuelle, sont plus grammaticalisées que les autres.

5.16. Distribution des marqueurs prédicatifs dans le corpus

112Cette section sera consacrée à la distribution des marqueurs prédicatifs dans le corpus. Nous porterons un intérêt spécial aux constructions avec la série du prétérit, du parfait, ainsi qu’à la construction conjointe. L’étude a été menée sur un corpus qui contient 20 textes avec 21 000 mots au total. Tous les textes sont des narratifs, l’un d’eux est un extrait du Nouveau Testament.

113Commençons par un tableau récapitulatif qui contient les données sur la fréquence de différents marqueurs prédicatifs (Tableau 5.3).

Tableau 5.3. Fréquence des marqueurs prédicatifs dans le corpus

pret

1285

37 %

jnt

494

14 %

conj

415

12 %

prf

334

10 %

ipfv

325

9 %

exi

320

9 %

sbjv

159

5 %

neg

132

4 %

prosp

8

<1 %

proh

8

<1 %

114Nous voyons que les marqueurs prédicatifs de la série du prétérit, qui dans la plupart des cas sont employés dans la construction perfective, sont beaucoup plus fréquents que les autres. La série conjointe occupe la deuxième place : comme nous l’avons évoqué dans §5.9, elle est très fréquente dans le narratif, marquant un événement dans une série :

(5.124)

sɔ̀nɔ́

tá̰à̰

áà

à

kpílì

3sg.pret

arracher

par.terre

3sg.jnt

aller:JNT

ref

fête

líé

mìà

gɛ̰̀-ɛ̰̀.

devant

prendre

personne.pl:CS

voir-ger

‘Elle s’est levée brusquement et elle est allée voir les organisateurs de la fête’.

115La série du parfait qui correspond à la construction du parfait, deuxième construction à valeur aspectuelle perfective, est presque quatre fois moins fréquente que la construction perfective. Nous verrons par la suite qu’elle a une valeur spécifique dans le narratif.

116Intéressons-nous à la distribution dans le corpus de trois séries de marqueurs : marqueurs du prétérit, du parfait, la série conjointe. Le corpus a été annoté manuellement. Nous estimons l’erreur de marquage à 5 %. Toutes les constructions à la base des marqueurs du prétérit n’ont pas été notées séparément (les deux autres séries, conjointe et la série du parfait, ne forment qu’une seule construction chacune), aucune distinction n’étant pas faite pour la construction perfective, la construction ontique et la construction de l’imparfait. Cependant, les deux dernières sont de loin moins fréquentes que la première (sur presque 1300 emplois du marqueur du prétérit, pas plus de 30 correspondent à la construction de l’imparfait, 15 correspondent à la construction ontique).

117Mis à part la fréquence, nous avons réussi à définir quelques facteurs distributionnels qui distinguent les trois séries des marqueurs :

1. type de sujet

  • sujet de la 1re ou 2e personne ;

  • sujet exprimé par un groupe nominal (5.125) ;

  • sujet de la 3e personne sans groupe nominal dont cinq variantes se distinguent :

    • 5 Nous définissons les énoncés comme des unités séparées par des pauses, mis à part certaines proposi (...)

    sujet coréférentiel au sujet de la proposition précédente, au sein du même énoncé5 (5.125, 5.127) ;

  1. sujet coréférentiel au groupe nominal du contexte le plus proche : le même énoncé ou l’énoncé précédent, aucune ambiguïté (5.125, 5.126) ;

  2. changement de référent : sujet pronominal de la 3e personne qui n’est pas coréférentiel au sujet de la proposition précédente, il peut être coréférentiel à l’un des participants dans le même énoncéou trouver son référent plus loin dans le contexte qui précède, il peut y avoir ambiguïté (5.127) ;

  3. propositions avec un sujet pronominalisé, non-référentiel (comme en français : il y a ; ex. 5.128) ;

  4. constructions impersonnelles (voir §4.1.4.1) ;

2. le verbe introduit par le marqueur prédicatif est le verbe gèē ‘dire’ ;

3. la proposition dans laquelle se trouve le marqueur prédicatif est une proposition dépendante (proposition subordonnée de temps ou proposition relative).

(5.125)

Gɔ̰́

ɓɛ̄

bɛ̰̀ɛ̰̄

wɛ̀lɛ̀

gbāā...

áà

homme

dem

même

3sg.pret

se.lever

maintenant

3sg.jnt

lò

gbāā

lɛ̀

ɓō.

aller:JNT

maintenant

endroit

enlever

‘Cet homme s’est levé maintenant, il est parti cultiver’.

(5.126)

dɔ̀ɔ̀

ē

ē

ɓɔ̄

sìī

ref

causerie:CS

3sg.pret

venir

3sg.pret

sortir

araignée

mɔ̀

kɛ̀ɛ̀

lɛ̄

sɛ́lɛ́

bèí.

sur

retr

3sg.exi

sol

sur

aval

‘Cette information a atteint l’Araignée quand elle était dans un village du Sud’.

118Dans l’ex. (5.126) le sujet de la proposition kɛ̀ɛ̀ lɛ̄ sɛ́lɛ́ là bèí ‘quand elle était dans un village du Sud’ est coréférentiel au groupe nominal dans la proposition précédente, sìī ‘araignée’ qui fait partie d’un groupe postpositionnel.

(5.127)

Ŋwɔ́

nɔ́fé

ō

kɛ̄

à

kɛ̄-pɛ̀lɛ̀

affaire

n’importe.quel

3pl.pret

faire

3sg.nsbj

faire-inf

gɔ́

nɛ́

ā

yē-à

mɛ̀ŋ́

ā,

léopard

3sg.poss

enfant

dem

accoucher-ger

derrière

top

ē

kɛ̄

y

áà

bàlēā-l

kɛ̀.

3sg.pret

faire

là-bas

3sg.jnt>3sg

neveu-abstr.n

faire:JNT

‘Tout ce qu’ils faisaient après la naissance de l’enfant du léopard, il était là comme un neveu (lit. : étant le neveu)’.

119Dans l’ex. (5.127), le référent du sujet des propositions ē kɛ̄ yí áà bàlēā là kɛ̀ ‘il était là en faisant le travail du neveu’ se trouve dans le contexte précédent (c’est le bouc, le caractère principal du conte), mais il est potentiellement coréférentiel au référent du groupe nominal gɔ́ là nɛ́ ‘l’enfant du léopard’ qui se trouve dans la prédication juste avant, il y a donc ambiguïté.

(5.128)

à

kɛ̄

gbāā

kílíā.

3sg.prf

faire

maintenant

comme.ça

‘Il fit comme ça’.

120Le Tableau 5.4 contient les données sur la distribution des marqueurs de la série du prétérit, du parfait et de la série conjointe suivant ces paramètres. Les caractéristiques du sujet sont séparées des caractéristiques de la proposition.

Tableau 5.4. Distribution des marqueurs prédicatifs des séries pret, prf, jnt dans le narratif

prétérit

 %

parfait

 %

conjointe

 %

total

1285

100 %

334

100 %

494

100 %

1re, 2e personne

101

7,8 %

42

12,6 %

11

2,2 %

np

405

31,5 %

121

35,8 %

96

19,4 %

3e personne, coréf. au sujet préc.

335

26,1 %

65

19,4 %

204

41,2 %

3e personne, coréf. à un groupe nominal autre que le sujet préc.

292

22,7 %

60

18,0 %

109

22,0 %

3e personne, changement de référent

69

5,3 %

28

8,4 %

64

12,9 %

3e personne non-référentiel

49

3,8 %

10

3,0 %

0

0 %

constructions impersonnelles

34

2,6 %

8

2,4 %

10

2,0 %

gèē ‘dire’

38

2,9 %

30

9,0 %

206

41,7 %

proposition dépendante

216

16,8 %

30

9,0 %

3

0,6 %

121Remarquons que la distribution du marqueur de la série conjointe diffère clairement de celle des marqueurs des séries du prétérit et du parfait. Le marqueur conjoint est moins fréquent lorsque le sujet est de la 1re, 2e personne et lorsqu’il y a un groupe nominal sujet. Il ne se trouve pratiquement jamais dans les propositions dépendantes. Par contre, il est plus fréquent si le sujet est pronominalisé et représenté par le marqueur de la 3e personne coréférentiel au sujet de la proposition précédente. De plus, il est beaucoup plus fréquent que les deux autres en combinaison avec le verbe gèē : ce marqueur se combine avec le verbe gèē dans presque 42 % des emplois, alors que pour les marqueurs du prétérit et du parfait, ce chiffre est de 3 % et 9 % respectivement. Cela nous amène à la conclusion que les marqueurs de la série conjointe ont une tendance très forte à être employés dans deux contextes typiques : sujet de la 3e personne, coréférentiel au sujet de la proposition précédente ; ou avec le verbe gèē ‘dire’.

122Regardons maintenant les séquences de deux marqueurs, lorsque le sujet de la 3e personne est coréférentiel au sujet précédent (Tableau 5.5). Ajoutons la série imperfective. Le premier marqueur dans la série se trouve sur la ligne, le deuxième, dans la colonne.

Tableau 5.5. Distribution des séquences des marqueurs prédicatifs des séries pret, prf, jnt, ipfv dans le narratif

2e marqueur

prétérit

parfait

conjointe

imperfectif

1er marqueur

prétérit

198

4

77

3

parfait

4

37

7

2

conjointe

4

3

53

0

imperfectif

11

1

23

8

123Nous voyons très clairement la diagonale, ce qui indique la tendance des marqueurs de la même série à être employés dans une chaîne, lorsque le sujet de la 3e personne est coréférentiel au sujet précédent. Nous voyons également que la séquence série imperfective — série conjointe est plus fréquente que la séquence série imperfective — série imperfective. La fréquence surprenante des marqueurs de la série du prétérit après les marqueurs de l’imperfectif s’explique par le fait que la construction perfective remplace une construction imperfective, notamment pour marquer une action qui se déroule en même temps qu’une action exprimée par la construction à valeur imperfective :

(5.129)

Gbàlà

mìà

ó

ŋwū

kèlè

Kpellé

personne.pl:CS

3pl.conj

tête

coquille

kā̰-á̰

ā,

à

ŋwū

kèlè

lɛ́ɛ̀

couper:COND-cond

sur

top

3sg.nsbj

tête

coquille

3sg.ipfv

dḭ̀ḭ̄

ké,

ē

gìnīgíní ;

é

tomber:IPFV

là-bas

comme.ça

3sg.pret

rouler

3sg.conj

ē

kpɛ̄ɛ̄

zɔ̰̀ɔ̰́

nɔ́

ē

ŋwū

3sg.refl

cou

montrer:COND.cond

seulement

3sg.refl

tête

kèlè

lɛ̀ɛ̄,

à

ŋwū

kèlè

lɛ́ɛ̀

nīà,

coquille

pour

3sg.nsbj

tête

coquille

3sg.ipfv

tourner:IPFV

ē

pɛ̀lɛ̀.

3sg0pret

s’asseoir

endroit:CS

‘Si on coupe la tête à des Guérzés, la tête tombe par-là, elle roule ; (si on coupe la tête de Seemasie, le protagoniste, un guerrier légendaire Mano,) s’il montre son cou à sa tête, sa tête se tourne, elle se remet à sa place’.

124Nous avons distingué ainsi les caractéristiques distributionnelles des marqueurs de la série conjointe qui les différencient des autres séries de marqueurs. Intéressons-nous maintenant aux différences entre la distribution des marqueurs du prétérit et les marqueurs du parfait. Elles sont beaucoup moins importantes : nous pouvons voir que les marqueurs du parfait ont une tendance légèrement plus importante à être employés avec les nouveaux référents. Or, il semble que dans le narratif les marqueurs du perfectif ont des fonctions particulières. Tout d’abord, iIls peuvent marquer un point clé dans l’histoire, souvent à la fin, comme dans l’ex. (5.73). Ensuite, la construction du parfait est beaucoup plus fréquente que la construction perfective dans le discours raporté.

(5.130)

gèè :

māà

mā,

ŋ̀ŋ́

ló

3sg.jnt>3sg

dire:JNT

1sg.prf

comprendre

1sg.neg

aller

gbāā

gbɛ̄ɛ̄

kɛ̄-ɛ̀.

maintenant

3sg.nsbj

autre

faire-ger

‘Il dit : j’ai compris, je ne ferai plus.’

125Dans l’exemple suivant, le même événement elle a enlevé sa peau a été répété trois fois, la première fois, sous forme d’une construction perfective transitive, la deuxième fois sous forme d’une proposition dépendante non-finie à la base de la forme du gérondif, et la troisième fois finalement, sous forme d’une construction du parfait intransitif à valeur passive. La construction perfective a marqué la nouvelle information ; le marqueur du prétérit a alors été utilisé. Le choix de la série du parfait dans la deuxième proposition finie (et troisième proposition) accentue l’accomplissement de l’action.

(5.131)

[Tó

ē

ē

kīī

ɓō

ē

mɔ̀.]1

ainsi

3sg.pret

3sg.refl

peau

enlever

3sg.refl

sur

[Ē

kīī

ɓō-ò

ē

mɔ̀

gbāā,]2

kīī

3sg.refl

peau

enlever-ger

3sg.refl

sur

maintenant

ref

peau

āà

ɓō.]3

dem

3sg.prf

enlever

‘Ainsi, elle a enlevé sa peau, sa peau (est) enlevée maintenant, la peau a bien été enlevée’.

126L’exemple suivant est tiré d’un conte sur un jeune homme feignant, qui n’arrivait pas à se marier parce que les filles l’évitaient. Les esprits de ses parents l’ont visité dans le rêve indiquant un sacrifice à faire. L’ayant fait, il a immédiatement trouvé une femme. Le faite qu’il s’est mis avec la femme par la suite du sacrifice est marqué par la série du parfait, ex. (5.132b) :

(5.132)

a.

nū

nɔ́,

lēē

áà

nù

3sg.pret

venir

seulement

femme

3sg.jnt

venir

3sg.nsbj

gɛ̰̀-ɛ̰̀

ká

lé

mɔ̀.

voir-ger

maison

bouche

sous

‘Il était à peine rentré quand la femme est venue le voir à la maison.’

b.

Wà

yē

wāà

dà

kí

3pl.coord

3sg.emph

3pl.prf

tomber

3pl.nsbj

recp

bà,

lɛ̄

gbāā

píé.

dans

3sg.exi

maintenant

3sg.nsbj

chez

‘Lui et elle, ils se sont mis d’accord, elle le suit maintenant.’

127La série perfective peut marquer alors un événement dont les prémisses se sont préparées dans le contexte immédiat, comme dans ex. (5.131), ou bien dans le discours précédent.

Haut de page

Notes

1 Dans le dialecte kpenson, les marqueurs de la 1re personne pl avec la base ko et kɔa se réalisent avec la base kwa : kwá1pl.conj’, kwā ‘1pl.exi’, kwáà ‘1pl.jnt’, etc.

2 La différence entre ces deux constructions n’est pas étudiée, elle est due très probablement à la différence de la structure informationnelle.

3 La variante du marqueur 3sg ē est employée dans les propositions relatives et les constructions du cleft après le marqueur de relativisation lɛ́. Nous ne considérons pas ce remplacement comme une simplification synchronique des séquences lɛ́ + lɛ̄ –> lɛ́ ē, puisqu’il est attesté même dans le débit lent. Voir §6.2.2.4.

4 D’après notre étude de 2013 basée sur un sous-corpus de 21 000 mots.

5 Nous définissons les énoncés comme des unités séparées par des pauses, mis à part certaines propositions subordonnées qui sont considérées comme faisant partie du même énoncé que la proposition dont elles dépendent, même si elles sont séparées par une pause. Pour plus de détails, voir §6.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 5.1. Structure du système de tamp
URL http://mandenkan.revues.org/docannexe/image/711/img-1.png
Fichier image/png, 1,1M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Maria Khachaturyan, « Système prédicatif », Mandenkan, 54 | 2015, 177-213.

Référence électronique

Maria Khachaturyan, « Système prédicatif », Mandenkan [En ligne], 54 | 2015, mis en ligne le 31 décembre 2015, consulté le 28 juillet 2017. URL : http://mandenkan.revues.org/711 ; DOI : 10.4000/mandenkan.711

Haut de page

Auteur

Maria Khachaturyan

UC Berkeley, Anthropology department
mashaha@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Mandenkan sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Llacan – Langage, langues et cultures d’Afrique noire
  • Logo Search | ERIH PLUS | NSD
  • Revues.org