Navigation – Plan du site

Groupe verbal

Section 4
Maria Khachaturyan
p. 120-177

Plan

Haut de page

Texte intégral

1Cet article est consacré au groupe verbal et à ses différentes composantes. Nous commençons par la structure argumentale et dérivation actancielle (§4.1).

2§4.2 porte sur la nominalisation. Il se trouve que le verbe en mano est marqué différemment en fonction de la position syntaxique du groupe verbal nominalisé, ainsi qu’en fonction de la présence de ses arguments. Nous discutons alors consécutivement ces différentes positions syntaxiques. Une autre conclusion importante est que les objets indirects dans certaines positions peuvent être positionnés à l’intérieur du groupe verbal nominalisé.

3§4.3 est consacrée à la réflexivité, nous discutons notamment l’emploi de différents marqueurs réfléchis en fonction de leur position syntaxique par rapport au groupe nominal de l’antécédent, mais aussi la distribution des marqueurs simples et complexes.

4Dans §4.4 nous abordons le problème des objets indirects et la possibilité de déterminer les actants et circonstants postverbaux.

4.1. Structure argumentale et dérivation actancielle

5Les propriétés syntaxiques et sémantiques des principaux arguments verbaux (sujet, objet direct, objet indirect, actant phrastique) seront examinées dans §4.1.1.

6En fonction du nombre et de la manière d’exprimer les arguments, les verbes mano peuvent être employés dans les constructions suivantes : construction intransitive, construction transitive, construction intransitive avec un objet indirect, construction avec un actant phrastique. Ces constructions seront examinées dans §4.1.2.

7La labilité, possibilité de changement de transitivité et de nombre d’arguments exprimés auprès d’un verbe donné sans que la forme de ce dernier soit changée, est assez répandue en mano. Comme résultat, le verbe peut être employé dans plusieurs constructions parmi celles citées ci-dessus, typiquement dans les constructions transitive et intransitive. Les types de labilité seront examinés dans §4.1.3.

8Pour ajouter ou supprimer des arguments, des procédés syntaxiques supplémentaires peuvent être utilisés, à savoir l’impersonnalisation et la causativisation. La construction réfléchie, dont la valeur principale est la valeur réfléchie, sert également à exprimer la dérivation actancielle, à savoir l’anticausativisation. Les trois procédés seront examinés dans §4.1.4.

9Finalement dans §4.1.5 nous examinerons les classes syntaxiques des verbes établies en fonction des constructions dans lesquelles ils sont employés en faisant la distinction entre les verbes non-labiles (§4.1.5.1), qui constituent un cinquième des verbes en mano, et les verbes labiles (§4.1.5.2).

4.1.1. Valence et arguments verbaux

  • 1 Le prédicat zī gbɛ̰̀ ‘commencer’ prend comme argument un groupe verbal nominalisé dans la position (...)

10Les arguments du verbe en mano peuvent occuper les positions suivantes : sujet, objet direct, préposé au verbe, objet indirect, postposé au verbe, actant phrastique. L’ordre des mots dans les énoncés verbaux en mano est le suivant : S – aux – O – V – X, où S est le groupe nominal du sujet (qui n’est pas obligatoire), aux est le marqueur prédicatif pronominal qui porte l’information sur la personne et le nombre du sujet, O est le groupe nominal de l’objet direct, V est le verbe, X est tout complément postverbal : groupe postpositionnel d’un objet indirect, actant phrastique1, ainsi que compléments circonstantiels : groupe postpositionnel, adverbe ou nom dans la fonction locative. Ainsi, la fonction grammaticale d’un groupe nominal donné peut être définie selon sa position dans l’énoncé.

11Les sujets expriment des rôles sémantiques divers. Typiquement ce sont les rôles d’Agent (4.1, 4.2), d’Expérienceur (4.3), de Causateur (4.4). Les objets directs expriment typiquement les rôles sémantiques de Thème (4.1, 4.2, 4.4) ou de Stimulus (4.3). Dans les constructions intransitives à valeur anticausative ou passive, les sujets peuvent avoir le rôle de Thème (4.5, 4.6).

(4.1)

Lɛ̄

kpà̰á̰

ɓèlè-pɛ̀lɛ̀.

3sg.exi

poisson

manger-inf

‘Elle mange le poisson’.

(4.2)

Lɛ̄

kpà̰á̰

gòlò-pɛ̀lɛ̀.

3sg.exi

poisson

ramasser-inf

‘Elle attrape le poisson (avec le filet)’.

(4.3)

Lɛ̄

kpà̰á̰

gɛ̰̀-pɛ̀lɛ̀.

3sg.exi

poisson

voir-inf

‘Elle voit le poisson’.

(4.4)

Ŋ̄

dàā

ē

ŋ̄

mɛ́

dá̰

wìì

kɛ̄-ɛ̀

mɔ̀.

1sg.nsbj

père

3sg.pret

1sg.nsbj

surface

goûter

viande

faire-ger

sur

‘Mon père m’a appris à chasser’.

(4.5)

Ŋ̄

gà̰

āà

fɔ̀ɔ̄.

1sg.nsbj

pied

3sg.prf

gonfler

‘Mon pied a gonflé’.

(4.6)

Lɛ̀

āà

tā.

lieu

3sg.prf

labourer

‘La terre a été labourée’.

12Les objets indirects sont exprimés par des groupes postpositionnels. Les objets indirects expriment les rôles de Thème, Destinataire, Instrument, Stimulus et, plus rarement, d’Agent. Mis à part l’expression des arguments, les groupes postpositionnels peuvent exprimer les compléments circonstantiels. Énumérons les postpositions employées dans les groupes postpositionnels d’objets indirects et leurs rôles principaux.

13Les postpositions kɛ̀lɛ̀, lɛ̀ɛ̄, ne s’emploient que dans les groupes postpositionnels d’arguments verbaux.

1. kɛ̀lɛ̀ : Destinataire ; Possesseur ; Agent dans la contruction intransitive avec les verbes labiles. Il est important de noter que les exemples de ce dernier type ont été obtenus par élicitation ; dans le parler spontané nous n’avons pas relevé d’exemples avec des constructions intransitives aux verbes labiles où l’agent était exprimé.

(4.7)

Ŋ̄

pɛ̄lèē

dɔ̀kɛ̄

ī

kɛ̀lɛ̀.

1sg.pret

argent

donner

2sg.nsbj

adr

‘Je t’ai donné de l’argent’.

(4.8)

Gɔ́

ē

kɛ̄

kɛ̀lɛ̀.

cola

3sg.pret

faire

1pl.nsbj

adr

‘Nous avions (les plantations de) cola’.

(4.9)

Wìì

lɛ̄

kpàà-pɛ̀lɛ̀

Kɔ̀ɔ́

kɛ̀lɛ̀.

viande

3sg.exi

préparer-inf

Ko

adr

‘La viande est en train d’être préparée par Ko’.

2. lɛ̀ɛ̄ : Destinataire, Stimulus

(4.10)

Yɔ̄

dɔ̄-ɔ̀

lɛ̄

tá̰à̰

Mɛ̀í

mìà

lɛ̀ɛ̄.

vin

arrêter-ger

cop

par.terre

Malinké

personne:CS

adr

‘L’alcool est interdit aux Malinkés’.

(4.11)

Kóò

tùò

lɛ̀ɛ̄.

1pl.ipfv

effrayer:IPFV

mourir

adr

‘Nous avons peur de mourir’.

3.  : Instrument, Comitatif, Thème, Stimulus

(4.12)

Lɛ̄

lɛ̀

tā-pɛ̀lɛ̀

fɔ́lɔ́

ká.

3sg.exi

endroit

planter-inf

houe

avec

‘Il est en train de labourer la terre avec la houe’.

(4.13)

Ŋ̄

ī

ká.

1sg.pret

venir

2sg.nsbj

femme

avec

‘J’ai amené ta femme’.

(4.14)

Ŋ̄

gbā

bólō

ká !

1sg.nsbj

offrir

banane

avec

‘Offre-moi une banane !’

(4.15)

kɔ̰́

dɔ̄pɛ̄

dōó

ká.

2sg.pret

perdre

2sg.nsbj

membre

un

avec

‘Tu a perdu un membre’.

(4.16)

ɲɛ̄

sà̰ā̰

ká.

3sg.pret

finir

travail

avec

‘Tu a fini le travail’.

(4.17)

Íì

lɔ̀

kɛ̄

ī

ɓɛ́ī

ká.

1sg.ipfv

amour

faire

2sg.nsbj

ami

personne:CS

avec

‘Tu aimes ton ami’.

14Les postpositions mɔ̀, , , , , ŋwɛ́ŋ̀, píé s’emploient dans les groupes postpositionnels d’arguments aussi bien que de compléments circonstantiels. Les arguments exprimés par ces groupes postpositionnels ont la valeur de Thème, de Stimulus ou d’Expérienceur. La postposition mɔ̀ a une valeur locative large, nous la traduisons approximativement comme ‘sous, sur’. En fonction de tête du groupe postpositionnel d’objet indirect, elle s’emploie avec un grand nombre de verbes. Les autres postpositions ne s’emploient qu’avec quelques verbes seulement.

4. mɔ̀

(4.18)

Mīā

óò

léká̰

kɛ̀

mɔ̀.

personne.pl

3pl.ipfv

insolence

faire:IPFV

2pl.nsbj

sous

‘Les gens sont insolents avec vous’.

(4.19)

ē

kɔ̀

mɛ̀

ē

dɛ̰̄

mɔ̀.

3sg.pret

3sg.refl

bras

frapper

3sg.refl

mari

sous

‘Elle a secoué son mari’.

(4.20)

Íì

ī

dɔ̄

Zɛ́ɛ́zú

mɔ̀.

2sg.ipfv

2sg.nsbj

coeur

arrêter

Jésus

sous

‘Tu comptes sur Jésus’.

(4.21)

ē

dàā

mɔ̀.

3sg.pret

oublier

3sg.refl

père

sous

‘Elle a oublié son père’.

5.

(4.22)

kɔ̰́

ō

yí.

3pl.pret

perdre

3pl.nsbj

femme

dans

‘Ils ont perdu leurs femmes’.

6.

(4.23)

Lɛ̄

tèé

ɓō-pɛ̀lɛ̀

ī

lé.

3sg.exi

objection

effectuer-inf

2sg.nsbj

sur

‘Il te contredit’.

7.

(4.24)

Lúà

Mɔ́ízè

kɛ̀lɛ̀

wɛ̄

ŋ̄

kɛ̄

loi

que

Moïse

adr

top

1sg.pret

venir

pour.que

ɲ́à

à

bà.

1sg.conj>3sg.nsbj

indef

tomber

3sg.nsbj

dans

‘La loi de Moïse, je suis venu y ajouter’.

8.

(4.25)

Dɔ̄mì

lɛ́ɛ̀

kɔ̀

vɔ̄

sɛ́lɛ́

là.

chef

3sg.ipfv

main

envoyer

village

sur

‘Le chef règne sur le village’.

(4.26)

Ŋ̀

dīà

lɛ̄

ɓà

là.

1sg.poss

maison

passer.ger

cop

1sg.poss

maison

sur

‘Ma maison dépasse ta maison’.

9.

(4.27)

ī

kɔ̀

wálà

tɔ́ŋ̀

wì.

2sg.pret

2sg.nsbj

bras

s’asseoir

Dieu

3sg.poss

coutume

bas

‘Tu as accepté les amendes de Dieu’.

10. ŋwɛ́ŋ̀

(4.28)

Ŋ̄

ŋ̄

lìī

zúò

ɓō-pɛ̀lɛ̀

gbṵ̄

1sg.exi

1sg.nsbj

aîné

gratitude

enlever-inf

regroupement

mɔ̀

nɔ̀

ŋ̄

lɛ̀ɛ̄

ŋwɛ́ŋ̀.

sur

donner :nmlz

1sg.nsbj

pour

à.cause.de

‘Je remercie mon frère de m’avoir aidé’.

11. píé

(4.29)

è

ī

fɔ́nɔ́

píé.

2sg.nsbj

coeur

3sg.sbjv

tomber

2sg.nsbj

salaire

à

‘Sois satisfait de ton salaire’.

15Le troisième type d’arguments est l’actant phrastique. Les verbes de locution, de perception ou d’activité mentale (gèē dire’), les verbes exprimant les émotions (túó avoir peur’), ainsi que les verbes de phase (ɲɛ̄ terminer’) ou les verbes modaux (bɛ̀ī pouvoir’) ont des arguments avec un sémantisme particulier (stimulus de l’émotion ou de la perception, locution, pensée, ou action). Ces arguments sont typiquement exprimés par des propositions finies ou infinies. Ils peuvent également être exprimés par des groupes nominaux d’objet direct ou indirect, y compris par des pronoms. Pour certains de ces verbes, la position de l’objet direct est toujours remplie même si l’actant phrastique est présent, pour d’autres l’actant phrastique est en distribution complémentaire avec le groupe nominal d’objet direct ou indirect. Pour plus de détails, voir §4.1.2.5.

16Passons maintenant aux propriétés syntaxiques des arguments verbaux. Les objets directs sont des arguments obligatoires : la transformation du type il a mangé du poisson il a mangé est impossible (par contre, la P-labilité, variation de structure actancielle impliquant la promotion des objets directs dans la position du sujet, est très répandue, §4.1.3.1). Or, les objets indirects peuvent être obligatoires ou facultatifs. De plus, certains groupes postpositionnels sont obligatoires tout en étant sémantiquement vides, c’est-à-dire, ils n’expriment pas un rôle sémantique particulier. Dans l’exemple (4.30), le rôle du Thème du verbe rassembler’ est exprimé par l’objet direct ; cependant, le verbe demande la présence d’un groupe postpositionnel régi par la postposition mɔ̀ dans lequel le pronom soit coréférentiel à l’objet direct et suivi du déterminatif réciproque kíè :

(4.30)

Sèé

āà

mīā

kùù

ō

kíè

mɔ̀.

Se

3sg.prf

personne.pl

nombre

rassembler

3sg.nsbj

recp

sous

‘Se a rassemblé beaucoup de gens’.

17Certains verbes se combinent obligatoirement avec un adverbe ou un nom dans la fonction locative. Ainsi le verbe dɔ̄ tá̰à̰ interdire’ <arrêter + par terre>. Pour plus de détails sur les éléments postverbaux obligatoires, voir §4.4.

18Ensuite, en ce qui concerne le contrôle sur des processus syntaxiques, les sujets, les objets directs et les objets indirects ne se distinguent pratiquement pas : un groupe nominal dans n’importe quelle fonction syntaxique peut être relativisé (voir §6.2.2.4). Quant à la réflexivité, selon notre analyse, dans la plupart des cas, le sujet est le seul antécédent possible. Cependant, le groupe nominal de l’objet direct peut être l’antécédent du possesseur réfléchi dans le groupe postpositionnel (voir §4.3).

4.1.2. Transitivité

19En fonction des positions remplies par des groupes nominaux, les constructions suivantes peuvent être distinguées :

  1. construction intransitive (sans objet indirect) ;

  2. construction transitive (avec seulement objet direct) ;

  3. construction intransitive avec un objet indirect ;

  4. construction transitive avec un objet direct et un objet indirect.

20Les actants phrastiques se distinguent séparément et seront examinés dans §4.1.2.5.

4.1.2.1. Construction intransitive sans objet indirect

21Dans les constructions intransitives de ce premier type, seule la position du sujet est remplie par le groupe nominal ; en l’absence de celui-ci, le sujet est obligatoirement indexé dans aux, le marqueur prédicatif. Ces constructions désignent des procès (contrôlés ou non-contrôlés), ils ont valeur d’anticausatif, de passif. Citons quelques exemples de ces constructions :

(4.31)

Bólō

ɓɛ̄

ē

vúú.

banane

dem

3sg.pret

pourrir

‘Cette banane a pourri’.

(4.32)

Lɛ̀ɛ̄

ē

bā̰.

pluie

3sg.pret

tomber

‘La pluie est tombée’.

(4.33)

dàā

ē

nū.

3sg.nsbj

père

3sg.pret

venir

‘Son père est venu’.

(4.34)

Sìī

āà

fɔ̰́.

araignée

ventre

3sg.prf

percer

‘Le ventre de l’araignée s’est rompu’.

(4.35)

Nɛ́fú

ɓɛ̄

ē

gḭ̀ḭ̄.

enfant

dem

3sg.pret

blesser

‘Cet enfant a été blessé’.

(4.36)

Dìì

ē

zɛ̄.

vache

3sg.pret

tuer

‘La vache a été tuée’.

4.1.2.2. Construction transitive

22La position de l’objet direct dans la construction transitive peut être remplie par un groupe nominal, un pronom ; certains pronoms non-sujets, surtout le pronom de la 3e personne sg, peuvent se contracter avec les marqueurs prédicatifs pour former un marqueur portemanteau (voir §1.6.5.3).

23Les constructions transitives désignent des actions à deux participants, ainsi que des constructions réfléchies, réciproques, causatives et les prédicats complexes. Sur ces derniers, voir (Khachaturyan 2013a).

(4.37)

ē

wìì

ɓèlè.

personne

3sg.pret

viande

manger

‘La personne a mangé la viande’.

(4.38)

Ɓā

ɓèlè.

2sg.pret>3sg

manger

‘Tu l’as mangé’.

(4.39)

kṵ́ !

3sg.nsbj

attraper

‘Attrape-le !’

(4.40)

Yíí

lɛ́ɛ̀

sūū

fàà.

eau

3sg.ipfv

herbe

pousser:IPFV

‘L’eau fait pousser l’herbe’.

(4.41)

Wálà

lɛ̀ɛ́

yīī

zɛ̄.

Dieu

3sg.neg

sommeil

tuer

‘Dieu ne dort pas’.

(4.42)

ē

gḭ̀ḭ̄.

3sg.pret

3sg.refl

blesser

‘Il s’est blessé’.

(4.43)

ō

kíè

gɛ̰̀.

3pl.pret

3pl.nsbj

recp

voir

‘Ils se sont vus’.

4.1.2.3. Construction intransitive avec objet indirect

24Dans le groupe postpositionnel de l’objet indirect, la postposition peut régir un groupe nominal ou un pronom.

25Les prédicats avec objets indirects sont non seulement ceux avec une agentivité faible, comme les verbes de perception du type ‘avoir peur’, ex. (4.45), mais aussi avec une agentivité assez importante, comme ‘défendre’, ex. (4.46).

(4.44)

fòló

wìì

mɔ̀.

3sg.pret

rater

animal

sur

‘Il a raté l’animal’.

(4.45)

Lɛ́ɛ̀

tùò

mɛ̀nɛ̄

lɛ̀ɛ̄.

3sg.ipfv

avoir.peur:IPFV

serpent

pour

‘Il a peur des serpents’.

(4.46)

dɔ̄

ŋ̄

là.

3sg.pret

défendre

1sg.nsbj

sur

‘Il m’a défendu’.

26Les constructions à objet indirect peuvent être réfléchies et réciproques :

(4.47)

gbṵ̄

ē

dìè

mɔ̀.

3sg.pret

aider

3sg.refl

emph

sous

‘Il a aidé lui-même’.

(4.48)

kɔ̀nɔ̀

ō

kíè

mɔ̀.

3pl.pret

coller

3pl.nsbj

recp

sous

‘Ils sont collés les uns contre les autres’.

4.1.2.4. Construction transitive avec objet indirect

27Les constructions transitives avec objet indirect servent à désigner les actions à trois participants, ex. (4.49). Il peut s’agir, en particulier, des emplois causatifs des verbes qui sont originellement intransitifs avec un objet indirect, ex. (4.50).

(4.49)

zɔ̰̀á̰

ŋ̄

lɛ̀ɛ̄,

ŋ́ŋ̀

2sg.conj

route

montrer:COND.cond

1sg.nsbj

pour

1sg.ipfv

aller:IPFV

pɛ̄lèē

dɔ̀kɛ̄-ɛ̀

ī

kɛ̀lɛ̀.

argent

donner-ger

2sg.nsbj

adr

‘Si tu me montres le chemin, je te donnerai de l’argent’.

(4.50)

a.

Kàlàmɔ̄ɔ̀

lɛ́ɛ̀

nɔ́ɔ̀

dā̰

sɛ́ɓɛ̀

bɛ̰̀ɛ̰᷆

mɔ̀.

enseignant

3sg.ipfv

enfant.pl

enseigner:IPFV

texte

écrire.ger

sur

‘L’enseignant apprend aux enfants à écrire’ (emploi causatif).

b.

Nɔ́ɔ̀

óò

dā̰

sɛ́ɓɛ̀

bɛ̰̀ɛ̰

mɔ̀.

enfant.pl

3pl.ipfv

apprendre:IPFV

texte

écrire.ger

sur

‘Les enfants apprennent à écrire’.

4.1.2.5. Actants phrastiques

28Il y a plusieurs façons d’exprimer les actants phrastiques régis par les verbes matrices : groupe postpositionnel avec un groupe verbal enchâssé, le verbe ayant la forme du gérondif ou la forme à ton bas, en fonction de l’absence ou de la présence des arguments postverbaux (voir plus loin dans §4.2.5), proposition dépendante avec un marqueur prédicatif de la série conjonctive, autres propositions facultativement précédées par un connecteur.

29L’actant phrastique des verbes de phase (ɲɛ̄, tɛ̀ká ‘finir’) est exprimé par un groupe postpositionnel contenant un groupe verbal nominalisé. Le verbe est employé alors soit dans la forme du gérondif, soit dans la forme à ton bas, en fonction de la présence ou de l’absence d’un complément postverbal dans le groupe nominalisé.

(4.51)

Māà

gbɛ̰̀

yílí

lɛ́ɛ́

kɛ̄

mìà

gɛ̰̀-ɛ̰̀

ká.

1sg.prf

poser

arbre

feuille

faire

personne.pl:CS

voir-ger

avec

‘J’ai commencé à observer les médecins (traditionnels)’.

30Le prédicat zī gbɛ̰̀ ‘commencer’ prend comme argument un groupe verbal nominalisé dans la position de’objet direct. Le verbe est employé alors soit dans la forme de gérondif, soit dans la forme de base, en fonction de la présence de l’objet direct.

(4.52)

a.

táá

gbɛ̰̀.

3sg.pret

marcher

route

poser

‘Il a commencé à marcher’.

b.

sà̰ā̰

kɛ̄-ɛ̀

gbɛ̰̀

lɔ́ɔ́kpánàlà.

3sg.pret

travail

faire-ger

route

poser

marché

‘Il a commencé à travailler au marché’.

Pour plus de détails sur la forme des actants phrastiques des verbes de phase, voir §4.2.

31L’actant phrastique des verbes modaux (bɛ̀ī ‘pouvoir’) ou des verbes exprimant les émotions (nāā ‘aimer’, túó ‘avoir peur’) est exprimé par une construction avec la série conjonctive des marqueurs prédicatifs (4.53) ; si le sujet du verbe matrice est coréférentiel au sujet du prédicat de l’actant phrastique, ce dernier peut être exprimé par une construction avec un groupe verbal enchâssé et une postposition facultative (pour tous les trois verbes ou, pour le verbe túó ‘avoir peur’, lɛ̀ɛ̄) à la fin de la construction (exemple sans postposition, 4.54, exemple avec la postposition, 4.55).

(4.53)

Ŋ́ŋ̀

nàà

ŋ̄

lìī

é

lɔ́.

1sg.ipfv

aimer:IPFV

1sg.nsbj

frère.aîné

3sg.conj

maison

acheter

‘Je veux que mon frère aîné achète une maison’.

(4.54)

Ŋwɔ́

lɛ́

léé

ā

à

kɛ̀

à

ká

affaire

rel

femme:FOC

dem

3sg.sbjv>3sg

faire:IPFV

3sg.nsbj

avec

ā,

lɛ́ɛ̀

tùò,

làá

nāā

à

gèe᷆᷆᷆᷆᷆᷆᷆.

top

3sg.ipfv

avoir.peur:IPFV

3sg.neg>3sg

aimer

3sg.nsbj

dire.ger

‘Ce que cette femme fait avec lui, il a peur, il ne veut pas le raconter’.

(4.55)

Óò

nàà

nɛ̀

kɛ̄-ɛ̀

ɲɔ́ɔ̄.

3pl.ipfv

aimer:IPFV

mensonge

faire-ger

avec

beaucoup

‘Ils aiment trop mentir’.

32L’actant phrastique des verbes désignant une activité mentale (yí dɔ̄ ‘savoir’), une activité locutive (gèē ‘dire’) et des verbes de perception (‘entendre’) est formé de la même manière qu’une proposition simple, il est facultativement précédé par le connecteur kélɛ̄ ‘que’.

(4.56)

gèē

gbàlà

kìē

nū-à

lɛ̄.

3pl.pret>3sg

dire

Kpellé

chimpanzé

venir-ger

cop

‘Ils ont dit que les chimpanzés en lesquels les Kpellés se sont transformés sont venus’.

(4.57)

kélɛ̄

Ākàlíyà

āà

3sg.pret>3sg

entendre

que

Archélaüs

3sg.prf

s’asseoir

ē

dàā

Hɛ́lɔ̀

yàlà

mɔ̀.

3sg.refl

père

Hérode

place

sur

‘Mais, ayant appris qu’Archélaüs régnait sur la Judée à la place d’Hérode... (lit. : Il a entendu qu’Archélaüs s’était assis à la place de son père Hérode)’ (M.2 :22).

33La position de l’objet direct des verbes désignant l’activité mentale ou locutive, des verbes de perception et de certains autres (comme le verbe yí dá̰ essayer’) est obligatoirement remplie, même si l’actant phrastique est exprimé, par un pronom cataphorique de la 3e personne sg, (4.58) et (4.59). Pour le verbe nāā ‘vouloir’ ce pronom est facultatif, (4.54) et (4.60).

(4.58)

a.

Ɓāā

gèē-pɛ̀lɛ̀

kélɛ̄

ī

wìì

lɔ́.

2sg.exi>3sg

dire-inf

que

2sg.pret

viande

acheter

b.

*

gèē-pɛ̀lɛ̀

kélɛ̄

ī

wìì

lɔ́.

2sg.exi

dire-inf

que

2sg.pret

viande

acheter

‘Tu dis que tu as acheté la viande’.

(4.59)

a.

dá̰

ŋ́

dɔ̄.

2sg.pret>3sg

intérieur

goûter

2sg.conj

maison

construire

‘J’ai essayé de construire une maison’.

b.

*Ŋ̄

dá̰

ŋ́

dɔ̄.

2sg.pret

intérieur

goûter

2sg.conj

maison

construire

34Les données sur les procédés d’expression des actants phrastiques sont résumées dans le Tableau 4.1.

Tableau 4.1. Procédés d’expression des actants phrastiques

type

du verbe matrice

sujets coréférentiels

sujets non-coréférentiels

position de l’od

du verbe matrice

verbes de phase

V-ger / V :nmlz + postposition

-

-

zī gbɛ̰̀ ‘commencer’

V / V-ger zī gbɛ̰̀

-

remplie

nāā ‘vouloir’

V-ger / V:nmlz + pp;

proposition avec conj

proposition avec conj

facult. remplie

verbes modaux, émotions

V-ger / V:nmlz + pp;

proposition avec conj

proposition avec conj

-

activité mentale, locutive, perception

proposition

proposition

remplie

35La valence remplie par un actant phrastique peut également être remplie par un groupe nominal ou un pronom, (4.60 – 4.62).

(4.60)

a.

Lɛ́ɛ̀

nàà

ē

dɛ̰̄

ɲɔ́ɔ̄.

3pl.ipfv

aimer:IPFV

3sg.refl

mari

avec

beaucoup

‘Elle aime beaucoup son mari’.

b.

Lɛ́ɛ̀

nàà

à

ɲɔ́ɔ̄.

3pl.ipfv

aimer:IPFV

3sg.nsbj

avec

beaucoup

‘Elle l’aime beaucoup’ ; voir également les exemples (4.54) et (4.55).

(4.61)

a.

ŋwánà

ŋwɔ̀

gèē-pɛ̀lɛ̀.

2sg.exi

vérité

affaire:CS

dire-inf

‘Tu dis la vérité’.

b.

Ɓāā

gèē-pɛ̀lɛ̀.

2sg.exi>3sg

dire-inf

‘Tu la dis’ ; voir l’ex. (4.58).

(4.62)

a.

Ŋ̄

kɔ́nɔ́

dá̰.

2sg.pret

nourriture

intérieur

goûter

‘J’ai goûté la nourriture’.

b.

dá̰.

2sg.pret>3sg

intérieur

goûter

‘Je l’ai goûtée ; voir également l’exemple (4.59).

4.1.3. Labilité

36La labilité verbale est une variation de diathèse selon laquelle les verbes peuvent être employés dans les constructions de différents types selon le nombre et le type de marquage des arguments, sans que la forme et le sens des verbes en soient changés. La labilité canonique du verbe, selon A. Letuchiy (2013), répond aux critères suivants :

(1) Le verbe s’emploie transitivement et intransitivement ;

(2) les propriétés du sujet et d’autres propriétés sémantiques de la situation diffèrent selon que le verbe est employé transitivement ou intransitivement ;

(3) toutes les formes du verbe sont caractérisées par les traits (1) et (2) ;

(4) toutes les paires des constructions intransitives et transitives ne sont pas liées en tant que diathèse « complète » et diathèse où un actant spécifique, qui peut être déduit du contexte, ou générique, est omis (du type il a mangé du poisson – il a mangé) ;

(5) deux emplois du verbe ne peuvent pas être considérés comme des lexèmes homonymiques (c’est-à-dire que les situations exprimées par ces verbes sont sémantiquement proches et se différencient principalement par les propriétés des actants).

37Vu le critère (5), les valeurs différentes d’un même verbe et les verbes homonymiques seront examinés séparément en ce qui concerne leur disposition à la labilité. Nous distinguons en mano les types de labilité suivants :

  • P-labilité canonique, ou P-labilité tout court : la variation selon laquelle les verbes sont utilisés dans les constructions transitives et intransitives, le sujet de la construction intransitive correspond à l’objet de la construction transitive (Letuchiy 2013) ;

  • P-labilité non-canonique intransitive : la variation selon laquelle la transitivité des verbes ne change pas, les deux emplois étant intransitifs. Cependant, au lieu de l’objet direct, c’est l’objet indirect qui est promu à la position du sujet ;

  • A-labilité du type applicatif : la variation selon laquelle le verbe peut être employé dans les constructions transitive et intransitive, dans le premier cas un objet direct est ajouté à la structure argumentale du verbe ;

  • variation de la transitivité : le même argument du verbe peut occuper la position de l’objet direct ou indirect ;

  • variation conversive : l’existence de plusieurs emplois du même verbe qui se différencient par la manière d’exprimer les participants de la situation dont le nombre reste stable ;

  • labilité réfléchie : la variation selon laquelle les verbes sont utilisés dans les constructions transitives et intransitives, l’emploi intransitif ayant valeur réfléchie ;

  • labilité réciproque : la variation selon laquelle les verbes sont utilisés dans les constructions transitives et intransitives, l’emploi intransitif ayant valeur réciproque.

4.1.3.1. P-labilité

  • 2 “The verbs that can be used (...) intransitively with a subject representing the same patient-like (...)

38Un grand nombre de verbes pouvant être employés dans les constructions à objet direct peuvent également être employés dans les constructions intransitives à un seul argument, la position de l’objet dans le premier cas et la position du sujet dans le deuxième cas étant occupées par le même argument du verbe. Ce type de variation de structure actancielle est traditionnellement appelé P-labilité (voir notamment Kibrik 2001, mais aussi Creissels 2013)2.

(4.63)

a.

Lɛ̄

nɛ́

táá-pɛ̀lɛ̀.

3sg.exi

enfant

marcher-inf

‘Elle fait marcher l’enfant’.

b.

Nɛ́

lɛ̄

táá-pɛ̀lɛ̀.

enfant

3sg.exi

marcher-inf

‘L’enfant marche’.

(4.64)

a.

Lɛ̄

yíí

káá-pɛ̀lɛ̀.

3sg.exi

eau

verser-inf

‘Il verse l’eau’.

b.

Yíí

lɛ̄

káá-pɛ̀lɛ̀.

eau

3sg.exi

verser-inf

‘L’eau coule’.

(4.65)

a.

kpèŋ̀

yɛ́.

3sg.pret

bâton

casser

‘Il a cassé un bâton’.

b.

Kpèŋ̀

ē

yɛ́.

bâton

3sg.pret

casser

‘Le bâton s’est cassé/ a été cassé’.

(4.66)

a.

Āà

dìì

zɛ̄.

3sg.prf

vache

tuer

‘Il a tué une vache’.

b.

Dìì

āà

zɛ̄.

vache

3sg.prf

tuer

‘La vache a été tuée’.

39Au sein de la P-labilité, deux types sémantico-syntaxiques se distinguent : la labilité anticausative inchoative et la labilité passive. La labilité anticausative inchoative est définie comme suit : l’emploi transitif représente du point de vue sémantique le causatif de l’emploi intransitif (Letuchiy 2006 : 68). Dans la construction intransitive, le participant patientif de la situation est au centre de la proposition, il occupe la position du sujet, le causateur étant supprimé ou déplacé à la périphérie. La labilité de ce type caractérise les verbes suivants : ɲɔ́nɔ́ ‘se déplacer, conduire (une voiture)’, nīà ‘(se) tourner’, sīè ‘(se) gâter’, ainsi que les verbes yɛ́ ‘(se) casser’, káá ‘verser, couler’ et táá ‘marcher, faire marcher’, (4.63) – (4.64).

40Les emplois transitif et intransitif du verbe labile du type passif ne se différencient pas sémantiquement : si l’agent dans l’emploi intransitif n’est pas exprimé, il est présent au niveau sémantique (4.66). La présence de la composante du sémantisme de ces verbes orientée vers l’agent est très prononcée. Pour certains verbes, l’interprétation anticausative, qui sous-entend l’absence de force extérieure impliquée dans le changement d’état du sujet qui se produit spontanément, est impossible (4.67a). Pour exprimer cette valeur anticausative, la construction réfléchie est choisie. La spontanéité est expliquée alors par la magie (4.67b).

(4.67)

a.

Sɛ́ɓɛ̀

ē

bɛ̰̀ɛ̰̄.

texte

3sg.pret

écrire

‘La lettre a été écrite (*par elle-même)’.

b.

Sɛ́ɓɛ̀

ē

ē

dìè

bɛ̰̀ɛ̰̄.

texte

3sg.pret

3sg.refl

emph

écrire

‘La lettre a été écrite par elle-même (suite à une action magique)’.

41D’autres actions de ce type qui ne peuvent pas se produire spontanément sont : gwɛ́ɛ́ ‘crépir, être crépi’, wɔ́ɔ́ ‘ramasser / être ramassé’ etc, ainsi que le verbe zɛ̄ ‘tuer’ de l’exemple (4.66).

  • 3 Il est possible que dans le cas de certains verbes labiles du type passif il s’agisse d’un sous-typ (...)

42Cependant, la différence entre la labilité du type anticausatif inchoatif et du type passif est plutôt graduelle, puisque l’importance de la composante du sémantisme orientée vers l’agent, ainsi que l’absence du causateur externe peuvent varier d’un verbe à l’autre et d’un contexte à l’autre. Ainsi, le verbe yɛ́ ‘casser’ peut avoir les trois emplois, causatif, anticausatif et passif. Nous verrons plus loin qu’en mano, cette différence, cruciale dans certaines langues ayant les verbes labiles, n’a pas de valeur explicative en ce qui concerne la distribution de la labilité dans le lexique verbal3.

43Les verbes P-labiles peuvent avoir également un argument dans la position de l’objet indirect. Ce sont des verbes comme : dá̰ ‘apprendre qqch, enseigner qqch à qqn’ : objet direct (à qqn), Х mɔ̀ (qqch) ; lèmā ‘(faire qqn) oublier qqch’ : objet direct (qqn), Х mɔ̀ (qqch). ‘énerver (avec qqch)’ : objet direct (le sujet énervant), Х mɔ̀ (qqn).

(4.68)

a.

Ŋwɔ́

ɓɛ̄

lɛ́ɛ̀

ŋ̄

mɔ̀.

affaire

dem

3sg.ipfv

énerver:IPFV

1sg.nsbj

sous

‘Cette histoire m’énerve’.

b.

Lɛ́ɛ̀

ŋwɔ́

ɓɛ̄

l

ŋ̄

mɔ̀.

3sg.ipfv

affaire

dem

énerver:IPFV

1sg.nsbj

sous

‘Il m’énerve avec cette histoire’.

44Dans la construction intransitive avec les verbes labiles, l’agent peut être exprimé par un groupe postpositionnel avec la postposition kɛ̀lɛ̀. Il est important de noter que les exemples de ce type sont issus de l’élicitation ; dans notre corpus du parler spontané, dans les constructions intransitives avec les verbes labiles l’agent ne s’est pas exprimé.

(4.69)

Wìì

lɛ̄

kpàà-pɛ̀lɛ̀

Kɔ̀ɔ́

kɛ̀lɛ̀.

viande

3sg.exi

préparer-inf

Ko

adr

‘La viande est en train d’être préparée par Ko’.

45Les verbes intransitifs non-labiles qui n’ont pas d’emploi transitif causatif et les verbes transitifs non-labiles qui n’ont pas d’emploi intransitif anticausatif ou passif sont énumérés en §4.1.5.1.

4.1.3.2. P-labilité non-canonique

46Certains verbes en mano ont deux emplois qui satisfont aux critères (2) – (4) de la labilité canonique, mais ne satisfont pas au critère (1), à savoir, la différence entre la transitivité des deux emplois, les deux emplois étant intransitifs. Il s’agit donc de P-labilité non-canonique intransitive qui caractérise trois verbes de phase, ɲɛ̄ et tɛ̀ká ‘(se) finir’ et wɛ̀lɛ̀ ‘commencer’.

(4.70)

a.

ɲɛ̄

sà̰ā̰

ká.

3sg.pret

finir

travail

avec

‘Il a fini ce travail’.

b.

Sà̰ā̰

ē

ɲɛ̄.

travail

3sg.pret

finir

‘Le travail est fini’.

(4.71)

a.

Ō

tɛ̀ká

gèlè

mɔ̀.

3pl.pret

finir

guerre

sous

‘Ils ont terminé la guerre’.

b.

Gèlè

ē

tɛ̀ká.

guerre

3sg.pret

finir

‘La guerre s’est terminée’.

47Le quatrième verbe caractérisé par la P-labilité non-canonique est sālà ‘payer’. Ce verbe peut être employé dans la construction transitive où la position de l’objet direct est occupée par le Bénéficiaire, et la position de l’objet indirect par la Cause (typiquement, la Cause est le travail accompli par le Bénéficiaire). Dans la construction intransitive, la position du sujet peut être occupée par le Bénéficiaire ou par la Cause, dans ce deuxième cas il s’agit de la P-labilité non-canonique :

(4.72)

a.

ī

sālà

sà̰ā̰

ŋwɛ́ŋ̀.

3sg.pret

2sg.nsbj

payer

travail

pour

‘Il t’a payé pour le travail’.

b.

Sà̰ā̰

kɛ̄

lɛ́ɛ̀

sālà.

travail

faire

personne:CS

3sg.ipfv

payer:IPFV

‘Les travailleurs se font payer’.

c.

Sà̰ā̰

lɛ́ɛ̀

sālà.

travail

3sg.ipfv

payer:IPFV

‘Le travail se paie’.

4.1.3.3. A-labilité

48En français, l’objet direct qui n’est pas important pragmatiquement peut être omis. Cette variation est appelée la A-labilité :

(4.73)

a.

Il a mangé la soupe.

b.

Il a mangé.

49En mano, dans ce type de contexte l’objet direct sera remplacé par un nom avec un sémantisme large, typiquement le nom pɛ̄ ‘chose’ :

(4.74)

súòyíí

ɓèlè.

3sg.pret

soupe

manger

‘Il a mangé la soupe (une sauce spécifique accompagnant le riz)’.

b.

pɛ̄

ɓèlè.

3sg.pret

chose

manger

‘Il a mangé’.

50Cependant, il existe un verbe en mano qui manifeste une variation de la structure argumentale proche de la A-labilité. Or, du point de vue sémantique, il ne s’agit pas de l’omission de l’objet pragmatiquement non-important, ce que A. Letuchiy ne considère pas, selon son critère 4, comme labilité canonique, mais plutôt de l’addition d’un objet privilégié. Ce procédé est appelé applicatif.

51Ainsi, le sujet du verbe wàā ‘faire mal’ désigne la partie du corps qui fait mal, alors que l’objet direct désigne le Maléficiaire :

(4.75)

a.

Ŋ̄

sɔ̰́ɔ̰́

lɛ́ɛ̀

(ŋ̄)

wàā.

1sg.nsbj

dent

3sg.nsbj

1sg.nsbj

faire.mal:IPFV

‘La dent me fait mal’.

b.

súò

è

wàā

ā

lɔ́.

3sg.pret

piment.rel

3sg.sbjv

faire.mal:IPFV

top>3sg.nsbj

acheter

‘Il a acheté du piment qui fait mal’.

4.1.3.4. Variation de transitivité

52Il existe des verbes dont le même argument peut occuper la position d’objet direct ou indirect sans que le sémantisme ou la forme du verbe changent. Ce type de variation peut être considéré comme labilité non-canonique, puisqu’elle ne satisfait pas à la caractéristique (2) de la labilité canonique.

(4.76)

a.

fòló

wìì

mɔ̀.

3sg.pret

rater

animal

sous

b.

wìì

fòló.

3sg.pret

animal

rater

‘Il a raté un animal’.

53Cette catégorie comporte les verbes suivants : ɓúó ‘rater’, fòló ‘rater’, pɛ̰́ ‘demander qqn, prier qqn’, ‘oublier’.

54L’objet indirect du verbe transitif nɔ̄ ‘donner’ peut être promu à la position d’objet direct. Dans ce cas l’argument qui avant était en position d’objet direct n’est pas exprimé.

(4.77)

a.

kɔ́nɔ́

nɔ̄

wɛ̄

lɛ̀ɛ̄.

3sg.pret

nourriture

donner

personne

dem

pour

‘On a donné à manger à cette personne’.

b.

wɛ̄

nɔ̄.

3pl.pret

personne

dem

emph

donner

‘On a donné à cette personne (sa part)’.

55Le complément locatif du verbe tɛ̀nɛ̀ ‘monter’ peut être exprimé par un groupe postpositionnel mais peut également être promu à la position d’objet direct :

(4.78)

a.

tɛ̀nɛ̀

tɔ̀ŋ̀

mɔ̀.

3sg.pret

monter

montagne

sur

b.

tɔ̀ŋ̀

tɛ̀nɛ̀.

3sg.pret

montagne

monter

‘Il a monté une montagne’.

4.1.3.5. Labilité conversive

56La variation conversive, telle qu’elle est comprise par A. Letuchiy (2013), implique l’existence de plusieurs emplois du même verbe qui diffèrent par la manière d’exprimer les participants de la situation dont le nombre reste stable. Cette variation ne se limite pas à la variation de transitivité (voir §4.1.3.4) et implique le sujet. Les situations exprimées par l’un ou l’autre emploi du verbe sont égales, les participants ne sont pas des agents ni des patients prototypiques. La labilité conversive caractérise deux verbes : kpàā ‘gêner ; être gêné’ et ‘oublier, être oublié’ ; dans les deux cas les rôles des participants sont Stimulus et Expérienceur. Dans le cas du verbe kpàā, lorsque le Stimulus occupe la position du sujet, l’Expérienceur occupe la position de l’objet direct ; lorsque c’est l’Expérienceur qui occupe la position du sujet, le Stimulus occupe la position du groupe postpositionnel :

(4.79)

a.

Íì

ŋ̄

kpàā

gbāā.

2sg.ipfv

1sg.nsbj

gêner:IPFV

maintenant

b.

Ŋ́ŋ̀

kpàā

ī

gbāā.

1sg.ipfv

gêner:IPFV

2sg.nsbj

avec

maintenant

‘Tu me gênes maintenant’.

57Dans le cas de verbe , lorsque l’Expérienceur occupe la position du sujet, le Stimulus occupe la position du groupe postpositionnel avec la postposition mɔ̀, lorsque c’est le Stimulus qui est dans la position sujet et l’Expérienceur, à son tour, dans le groupe postpositionnel, la postposition utilisée est .

(4.80)

a.

Āà

à

dàā

mɔ̀.

3sg.prf

oublier

3sg.nsbj

père

sous

‘Il a oublié son père’.

b.

dàā

āà

à

ká.

3sg.nsbj

père

3sg.prf

oublier

3sg.nsbj

avec

‘Son père a été oublié par lui’.

4.1.3.6. Labilité réfléchie

58La labilité réfléchie caractérise les verbes qui peuvent être employés dans les constructions transitive et intransitive, cette dernière ayant la valeur réfléchie. Nous distinguons la valeur réfléchie dans le sens de l’action sur le corps ou sur une partie du corps et dans le sens de l’autocausatif, ou contrôle sur l’action que le participant produit avec tout son corps. La labilité réfléchie dans ce premier sens est très rare en mano : seul le verbe ‘(se) soigner’ est concerné. Les verbes labiles autocausatifs sont plus fréquents : ɲɔ̀ɔ̄ ‘(s’) approcher’, kpɛ́nɛ́ (se) tordre’, nīà ‘(se) tourner’, gá̰á̰ ‘(s’) approcher’, yɔ̀ɔ́ ~ yɔ̀ló ‘descendre’, gìnīgíní ‘rouler’, mìīmíí ‘(se) bouger’, fóló ‘(se) détacher’, nɛ̀ɛ̄ ‘(se) serrer’ et quelques autres.

(4.81)

a.

Yílí

kɔ̀

lɛ̄

gá̰á̰-pɛ̀lɛ̀

tá̰à̰

yílí

ɓɛ̄ɛ̄

gbínīī

ká.

arbre

main

3sg.exi

tirer-INF

par.terre

arbre

fruit

lourd

avec

‘Une branche se tire au sol sous le poids des fruits’.

b.

Lɛ̄

yílí

kɔ̀

gá̰á̰-pɛ̀lɛ̀

tá̰à̰.

3sg.exi

arbre

main:CS

tirer-INF

par.terre

‘Il tire une branche au sol’.

4.1.3.7. Labilité réciproque

59La labilité réciproque caractérise les verbes qui peuvent être employés dans les constructions transitive et intransitive, cette dernière ayant la valeur réciproque. Ce procédé caractérise un seul verbe, gɔ̰̄ ‘lutter’.

(4.82)

a.

gɔ̰̄-pɛ̀lɛ̀.

3pl.exi

lutter-inf

‘Ils luttent’.

b.

Lɛ̄

ī

gɔ̰̄-pɛ̀lɛ̀.

3sg.exi

2sg.nsbj

lutter-inf

‘Il lutte contre toi’.

c.

Kòó

gèlè

gɔ̰̄

kwíí

mɔ̀.

1pl.neg

guerre

lutter

Européen

sur

‘Nous ne luttons pas contre les Européens’.

4.1.4. Dérivation actancielle syntaxique

60Mise à part la labilité, il existe en mano des mécanismes syntaxiques d’addition et de suppression des arguments : impersonnalisation (non-référentialité du participant agentif), anticausativisation (suppression du participant agentif) et causativisation (addition du causateur).

4.1.4.1. Construction impersonnelle

61Dans la construction impersonnelle, l’agent est spécifique, mais non-connu du locuteur (cf. Les bandits lont tué On la tué). En mano, il est exprimé par un marqueur prédicatif pronominal de la 3e personne pl :

(4.83)

kpílì

kɛ̄

sɛ́lɛ́

sálápèèlɛ̄

yí.

3pl.pret

fête

faire

terre

sept

dans

‘On a organisé la fête dans sept villages’.

62Cette construction, qui est sémantiquement équivalente à la construction intransitive passive des verbes P-labiles, est parfois préférable à cette dernière.

(4.84)

a.

ŋ̄

Kpàŋwɛ́í

pà.

3pl.pret

1sg.nsbj

accoucher

Banguéta

chez

‘Je suis né à Banguéta’ (lit. : on m’a accouché à Banguéta).

b.

*Ŋ̄

Kpàŋwɛ́í

pà.

1sg.pret

accoucher

Banguéta

chez

4.1.4.2. Construction réfléchie : valeur anticausative

63Certains verbes transitifs, utilisés dans la construction intransitive, expriment la valeur anticausative, le patient étant promu à la position du sujet (§4.1.3.1). Cependant, il y a ambiguïté en ce qui concerne la valeur de cette construction, qui peut également avoir une valeur passive :

(4.85)

a.

sɔ̄

ká̰.

3sg.pret

habit

couper

‘Il a déchiré l’habit’.

b.

Sɔ̄

ē

ká̰.

habit

3sg.pret

couper

‘L’habit s’est déchiré/ a été déchiré’.

64La construction réfléchie peut être utilisée dans ce contexte. Pour les verbes dont le sujet dans les constructions transitives contrôle la situation et peut accomplir une action sur lui-même ou sur une partie de son corps, cette construction a la valeur réfléchie proprement dite, y compris la valeur réfléchie autocausative (§4.3.2). Pour les autres verbes cependant, elle aura la valeur anticausative (il faut aussi tenir compte du fait que les valeurs autocausative et anticausative ne sont pas toujours faciles à distinguer, puisque l’agentivité du sujet est plutôt une échelle, et non pas une catégorie binaire agentif/non-agentif) :

(4.86)

Sɔ̄

ē

ē

ká̰.

habit

3sg.pret

3sg.refl

couper

‘L’habit s’est déchiré (par lui-même, il n’y a pas de force externe)’.

4.1.4.3. Causatif

65La construction causative se forme à l’aide du verbe kɛ̄ ‘faire (faire)’, dont le sujet est le causateur, alors que la position de l’objet direct est remplie par un pronom non-sujet cataphorique. L’action causée est le plus souvent marquée par la construction avec un marqueur prédicatif de la série conjonctive ; sont également possibles une construction avec un marqueur prédicatif de la même série que celle qui marque la proposition de causation (comme dans l’exemple 4.87 – marqueur prédicatif de la série parfaite) ou une construction avec un marqueur prédicatif de la série conjointe (4.88).

(4.87)

a.

Māà

kɛ̄

é

wɛ́ì

dɔ̀kɛ̄

ī

kɛ̀lɛ̀.

1sg.prf>3sg

faire

3sg.conj

argent

donner

2sg.nsbj

adr

b.

Māà

kɛ̄

āà

wɛ́ì

dɔ̀kɛ̄

ī

kɛ̀lɛ̀.

1sg.prf>3sg

faire

3sg.prf

argent

donner

2sg.nsbj

adr

‘Je l’ai forcé à te donner de l’argent’.

(4.88)

a.

Láà

kɛ̀

yílí

é

ɓā.

3sg.ipfv>3sg

faire:IPFV

arbre

3sg.conj

fructifier

b.

Láà

kɛ̀

yílí

áà

ɓà.

3sg.ipfv>3sg

faire:IPFV

arbre

3sg.jnt

fructifier.jnt

‘Il fait en sorte que l’arbre fructifie’.

66Le sujet de la construction intransitive ou l’objet de la construction transitive causée peuvent occuper la position de l’objet direct auprès du verbe kɛ̄ ‘faire’. Dans la construction causée, le groupe nominal correspondant est remplacé par un index pronominal : marqueur prédicatif, dans le cas du sujet, ou pronom non-sujet, dans le cas de l’objet.

(4.89)

a.

Lɛ́ɛ̀

yílí

kɛ̀

é

ɓā.

3sg.ipfv

arbre

faire:IPFV

3sg.conj

fructifier

‘Il fait en sorte que l’arbre fructifie’.

b.

Māà

wɛ́ì

kɛ̄

á

dɔ̀kɛ̄

ī

kɛ̀lɛ̀.

1sg.prf

argent

faire

3sg.conj>3sg

donner

2sg.nsbj

adr

‘Je l’ai forcé à te donner de l’argent’.

4.1.5. Classes syntaxiques des verbes

67Cette section est consacrée aux classes syntaxiques des verbes. Nous distinguons les classes suivantes, en fonction de la structure argumentale et des constructions dans lesquelles les verbes peuvent s’employer :

  • Verbes intransitifs à un actant (qui ne s’emploient que dans les constructions intransitives à un seul actant – le sujet) ;

  • Verbes intransitifs à deux actants (qui ne s’emploient que dans les constructions intransitives à deux actants – le sujet et l’objet indirect ; sur la distinction des actants et des circonstants postverbaux, voir §4.4) ;

  • Verbes transitifs (qui ne s’emploient que dans les constructions transitives) ;

  • Verbes P-labiles canoniques (qui s’emploient dans les constructions transitives et intransitives) ;

  • Verbes P-labiles non-canoniques (qui s’emploient dans les constructions intransitives à deux actants et intransitives à un actant, dans ce dernier cas l’objet indirect étant promu à la position de sujet) ;

  • Verbes A-labiles ;

  • Verbes à trois actants ;

  • Verbes labiles à trois actants ;

  • Verbes labiles conversifs.

68Nous avons étudié les verbes qui peuvent être employés dans plusieurs constructions sans changement de leur sémantisme. Il s’agit de la distribution en classes de valence des verbes dans des sens précis, les verbes homonymiques ou deux valeurs du même verbe pouvant appartenir à des classes différentes. Dans ce qui suit, nous allons entendre par « verbe » le verbe dans un sens particulier.

Nous avons ainsi étudié 297 verbes. 66 verbes, soit à peu près un sur cinq, ne sont pas labiles, tous les autres sont labiles.

4.1.5.1. Verbes non-labiles

69Parmi les verbes non-labiles, on trouve 14 verbes intransitifs à un seul argument, 25 verbes intransitifs à objet indirect, 23 verbes transitifs, deux verbes transitifs à objet indirect. Ces verbes seront énumérés dans les tableaux qui suivent.

70Le Tableau 4.2 contient les verbes non-labiles intransitifs. Des arguments postverbaux facultatifs peuvent être ajoutés dans la proposition contenant ces verbes, ils sont indiqués dans le tableau entre parenthèses.

Tableau 4.2. Verbes non-labiles intransitifs

ɓí

s’exciter

mourir

gḭ̀ḭ̄

mettre beaucoup de temps (à faire qqch)

(+ mɔ̀)

quitter (un endroit)

kɔ́ɔ́

s’éparpiller

kɛ̄

être

disparaître

(+ )

aller ; mener

se préparer (la nourriture)

(+ )

venir ; amener

sɔ̀ɔ̄

se divertir

sùò

cracher

wéé

(+ lɛ̀ɛ̄)

parler (à qqn)

zṵ́

(+ mɔ̀)

être d’accord (avec qqn)

71Les verbes non-labiles intransitifs à objet indirect sont énumérés dans le Tableau 4.3.

Tableau 4.3. Verbes non-labiles intransitifs à objet indirect

bá̰, bḭ́

+ mɔ̀

toucher qqn/qqch

ɓɔ̄

+ mɔ̀

ressembler à qqn

ɓɔ̄

+ mɔ̀

atteindre, arriver à qqch

bɛ̀ī

+ mɔ̀

être capable de qqch

dɔ̄

+ là

défendre qqn

dùò

+ mɔ̀

aider qqn

fɔ̰́

+ ká

passer à travers un endroit (pp ou nom dans la fonction locative)

gbɛ̰̀

+ ká

commencer qqch

gbɛ̰̀

+ mɔ̀

concerner

gbɛ̰̀

+ mɔ̀

atteindre, arriver à qqch

gbṵ̄

+ mɔ̀

aider qqn

gó

+ mɔ̀

abandonner qqn

ká̰

+ mɔ̀

jeter, abandonner qqn

ká̰

+ mɔ̀

permettre à qqn

kpɔ́

+ ká

passer à côté (pp ou nom nom dans la fonction locative)

lā

+ ká

accoucher de qqn

láá

+ là

avoir confiance en qqn

nāā

+ ká

aimer qqn/qqch

nīà

+ mɔ̀

entourer qqn/qqch

pá

+ mɔ̀

toucher qqn/qqch

tā̰ā̰

+ lé

fatiguer qqn

tɛ̰́

+ mɔ̀

s’accouder contre qqch

túó

+ lɛ̀ɛ̄

avoir peur de qqn

wéé

+ bà

saluer qqn

wéé

+ mɔ̀

accepter qqch

wí

+ mɔ̀

se jeter à la rencontre de qqn

yɛ́

+ mɔ̀

toucher, piquer

72Les verbes non-labiles transitifs sont réunis dans le Tableau 4.4.

Tableau 4.4 : Verbes non-labiles transitifs

ɓɔ́lɔ́

pétrir, caresser

sà̰ā̰

taquiner

bèè

tromper

sí

nommer

ɓō

effectuer

tɛ̀nɛ̄

apprécier

dúlú

pêcher quelque part

tó

permettre à qqn

gɔ̰̄

parler de qqn, qch

vɔ̀ɔ̄

récompenser

kɔ̰̀ɔ̰̄

(s’)agiter

vúlú

taper

kɛ̄

faire

wí

éclorer ; mûrir (graminées)

kpɔ́

accompagner

yà

fatiguer

mī

piquer (les moustiques)

yē

accoucher

ŋwɛ̀ɛ̄

parler de qqn, qch

yɛ̄

commissionner

pá

piquer

zúlú

(se) laver

pɛ́lɛ́

(se) laver

73Il est intéressant de noter que deux verbes non-labiles transitifs, kɔ̰̀ɔ̰̄ ‘(s’)agiter’, bḭ̀ḭ̀ ‘(se) cacher’, sont employés dans la construction réfléchie lorsqu’ils expriment la valeur anticausative qui en mano est typiquement exprimée par la construction intransitive. Notons également le verbe zúlú (se) laver’ lui aussi ne s’emploie pas dans la construction intransitive. Ces verbes peuvent être employés dans la construction transitive avec un objet direct autre que le marqueur réfléchi :

(4.90)

a.

wɛ́ì

bḭ̀ḭ̀.

3sg.pret

argent

cacher

‘Il a caché l’argent’.

b.

Nɛ́

ē

ē

bḭ̀ḭ̀.

enfant

3sg.pret

3sg.refl

cacher

‘L’enfant s’est caché’.

74Le verbe lúó ‘refuser de donner qqch’ est transitif non-labile à objet indirect.

(4.91)

ē

lúó

wɛ́ì

ká.

3sg.pret

3sg.refl

femme

refuser

argent

avec

‘Il a refusé de donner de l’argent à sa femme’.

75Le verbe yɛ́ ‘enfoncer qqch dans qqn/qqch’ régit un objet direct qui désigne l’objet enfoncé et un objet indirect exprimé par un groupe postpositionnel avec la postposition mɔ̀.

4.1.5.2. Verbes labiles

76Sur 231 verbes labiles, 15 changent de structure argumentale selon les types 2-7 décrits dans §4.1.3 : P-labilité non-canonique, A-labilité, variation de transitivité, labilité conversive, labilité réfléchie, labilité réciproque. Trois verbes combinent plusieurs types de labilité. Ainsi, le verbe ‘oublier’ manifeste à la fois la variation de transitivité et la labilité conversive. Le verbe ɲɛ̄ ‘finir’ manifeste la P-labilité non-canonique et la variation de transitivité. Le verbe sālà payer’ manifeste à la fois la P-labilité canonique et non-canonique.

(4.92)

a.

Āà

à

dàā

nī.

3sg.prf

3sg.nsbj

père

oublier

b.

Āà

à

dàā

mɔ̀.

3sg.prf

oublier

3sg.nsbj

père

sous

‘Il a oublié son père’.

c.

dàā

āà

à

ká.

3sg.nsbj

père

3sg.prf

oublier

3sg.nsbj

avec

‘Son père a été oublié par lui’.

77Tous les autres verbes changent de structure argumentale selon la labilité du premier type, ou P-labilité, l’emploi intransitif ayant la valeur inchoative/ anticausative/ passive et l’emploi transitif, la valeur causative ou active.

(4.93)

a.

Lɛ́ɛ̀

wìì

kpànē.

3sg.ipfv

viande

cuire:IPFV

‘Elle fait cuire la viande’.

b.

Wìì

lɛ̀ɛ́

kpànē

tɛ́

súò

wáá

bà.

viande

3sg.neg

cuire

rel

piment

cop.neg>3sg

dans

‘On ne fait pas cuire la viande (lit. : la viande ne se cuit pas) sans piment’.

(4.94)

a.

Ŋ̄

lúlɔ̀

ī

gbē

óò

lī.

1sg.nsbj

fille

3pl.coord

2sg.nsbj

fils

3pl.ipfv

être.ami:IPFV

‘Ma fille et ton fils sont amis’.

b.

Wāà

ŋ̄

lúlɔ̀

ī

gbē

lī.

3pl.prf

1sg.nsbj

fille

3pl.coord

2sg.nsbj

fils

être.ami

‘Ils ont fait que ma fille et ton fils sont devenus amis’.

78Il est important de noter que les emplois passifs sont aussi répandus que les emplois anticausatifs ; très souvent, les emplois intransitifs sont polysémiques, combinant les deux valeurs.

(4.95)

a.

Lɛ́ɛ̀

ɓū

kɔ̀ɔ̀

gūtɔ́nɔ̀

là.

3sg.ipfv

riz

étendre:IPFV

goudron

sur

‘Elle étend le riz sur le goudron’.

b.

Ɓū

lɛ́ɛ̀

kɔ̀ɔ̀

gūtɔ́nɔ̀

là.

riz

3sg.ipfv

étendre:IPFV

goudron

sur

‘Le riz est répandu/étendu (par qqn.) sur le goudron’.

79Le degré d’agentivité et du contrôle du sujet dans l’emploi transitif n’influe pas sur la distribution de la labilité et les types des verbes qui ne sont pas labiles.

4.2. Nominalisation

80Nous définissons la nominalisation comme un processus à la suite duquel le groupe verbal peut occuper des positions propres aux noms. Dans ce processus, le groupe verbal subit des modifications dans le marquage des arguments (le sujet et l’objet direct) et dans leur position (surtout les compléments postverbaux). Le verbe en tête peut assumer ou ne pas assumer des morphèmes ; dans le dernier cas, il s’agit de la nominalisation par conversion.

  • 4 “Nouns derived from verbs (deverbal nouns) with a general meaning of an action or process”.

81Cette définition syntaxique correspond à la définition des constructions avec des noms d’action (action noun constructions) proposée dans (Comrie 1976 : 178) et reprise dans (Koptjevskaja-Tamm 1993 : 5). Ces derniers sont définis en tant que « noms dérivés de verbes (noms déverbaux) avec une valeur générale d’action ou de processus4 ». En mano, les noms de mode (mode nominals, Koptjevskaja-Tamm 1993 : 19) ne diffèrent pas formellement des noms d’actions et font également partie des constructions nominalisées.

4.2.1. Formes de nominalisation

82Il existe en mano quatre formes de nominalisation verbale : le gérondif, qui se forme à l’aide du suffixe –à, l’infinitif qui se forme à l’aide du suffixe –pɛ̀lɛ̀, la forme sans suffixe et la forme à ton bas.

831. Le gérondif s’emploie dans la position d’oblique, notamment régi par une postposition (4.96) ; dans le groupe de sujet dans une construction résultative (4.97) ; dans la fonction de nom d’action dans diverses positions (4.98), ainsi que dans la position de topique assumant la fonction d’une proposition subordonnée circonstantielle de temps (l’action exprimée par cette construction précède l’action exprimée dans la proposition principale, 4.99) :

(4.96)

Ŋ̄

dàā

ē

ŋ̄

mɛ́

dá̰

wìì

kɛ̄-ɛ̀

mɔ̀.

1sg.nsbj

père

3sg.pret

1sg.nsbj

surface

goûter

animal

faire–ger

sur

‘Mon père m’a appris à chasser’.

(4.97)

Wìì

ɓèlè-à

lɛ̄.

viande

manger-ger

cop

‘La viande est mangée’.

(4.98)

Sɛ́ɓɛ̀

mɛ́

dá̰-à̰

lɛ̄

ŋwɔ́

kpēŋ̄

ká.

chose.écrite

surface

goûter-ger

3sg.exi

affaire

bon   

avec

‘Apprendre à lire est bon’.

(4.99)

gó-à

lɔ́ɔ́í

ā

íì

2sg.nsbj

sortir–ger

marché

top

2sg.ipfv

aller:IPFV

nū-ù

māà

ɲɛ̄

béī

zɔ̰̄-ɔ̰̀

ká.

venir–ger

1sg.prf

finir

manioc

piler-ger

avec

‘Quand tu reviendras du marché, je finirai de piler le manioc’.

842. La forme sans suffixe s’emploie dans de nombreux contextes de nominalisation. Voir la position du dépendant génitival d’un nom (4.100), la position du topique (4.101) ou la position de l’objet direct (4.102) :

(4.100)

kpílì

líé

mìà

fête

devant

prendre

personne.pl:CS

‘organisateurs de la fête’

(4.101)

Gɔ́

ā

ɓō

ā...

léopard

femme

accoucher

3sg.pret>3sg

effectuer

top

‘Quand la femme du léopard a accouché (lit. : l’accouchement de la femme du léopard étant fait)...’

(4.102)

Gɔ̰́

wɛ̄

lɛ́ɛ̀

wɛ̀lɛ̀

nɔ́

mìà,

homme:FOC

dem

3sg.ipfv

se.lever:IPFV

seulement

silencieusement

ē

ɓō.

3sg.pret

3sg.poss

aller

effectuer

‘Cet homme se lève et s’en va (lit. : et fait son aller)’.

853. La forme à ton bas remplace la forme de base (sans suffixe) et la forme du gérondif lorsque le verbe a des dépendants postposés (adverbes, groupes postpositionnels, noms dans la fonction locative).

(4.103)

tùò

pɛ̄lɛ̄í

nɛ̀fú

rester :nmlz

village

enfant:CS

‘l’enfant qui reste au village’ ; túó ‘rester’

864. L’infinitif s’emploie dans les constructions de l’imperfectif négatif, où le groupe verbal à la base de l’infinitif occupe la position du sujet (ex. 4.104, pour plus de détails, voir §5.4.2 et §5.4.3), ainsi que dans la position du topique phrastique à valeur de proposition subordonnée de temps (l’action exprimée par cette construction et l’action exprimée dans la proposition principale se produisent simultanément) :

(4.104)

Mīī

gbēŋ́

kɛ̄-pɛ̀lɛ̀

wáá.

personne

indef

3sg.poss

quartier

faire-inf

cop.neg>3sg.avec

‘(En parlant d’un ruisseau sacré) Personne ne s’y promène’.

(4.105)

Kà̰ā̰

wɔ́

wéé-pìà.

vol

personne:CS

cop.neg

dire-inf

‘(La femme secoue le voleur,) le voleur ne parle pas’.

(4.106)

kɔ́nɔ́

yà-pìà

tá̰à̰

gɛ̰̀

ref

nourriture

asseoir–inf

par.terre

3pl.pret>3sg

voir

nɔ́

ɔ̄

wáà

à

mɔ̀.

seulement

top

3pl.jnt

se.jeter:JNT

3sg.nsbj

sur

‘Alors qu’il mettait la nourriture par terre et ils l’ont vu, ils se sont jetés sur lui’.

87Dans les sections suivantes nous nous concentrons sur l’emploi des trois premières formes (le gérondif, la forme sans suffixe, la forme à ton bas).

88La structure des constructions nominalisées dépend largement de la position syntaxique d’une telle construction. Nous distinguons les positions suivantes :

  1. position du sujet ;

  2. autres positions du groupe nominal à l’intérieur d’une proposition : objet direct, dépendant d’une postposition, dépendant d’un nom ;

  3. position du topique verbal ;

  4. position du topique phrastique ;

  5. position de la proposition enchâssée en tant que complément postverbal (typiquement, dépendant d’une postposition) ;

  6. position de l’actant du verbe zī gbɛ̰̀ ‘commencer’.

89En fonction de la position dans laquelle la construction nominalisée est employée, les paramètres suivants changent :

  1. la présence obligatoire ou non du groupe nominal sujet et la manière dont il est exprimé ;

  2. la forme du verbe ;

  3. la position des compléments postverbaux (juxtaposés au verbe dans la construction nominalisée ou positionnés séparément, à l’intérieur de la proposition principale) ;

  4. la possibilité d’interprétation anticausative des constructions avec des verbes labiles.

  5. Nous examinerons les constructions nominalisées une à une dans diverses positions en observant les paramètres cités.

90Les formes employées dans ces constructions sont : la forme du gérondif, la forme de base, la forme à ton bas, l’infinitif. La nominalisation à base d’infinitif n’est pas suffisamment étudiée ; cependant, quelques exemples peuvent être trouvés dans §3.9.2.

91Pour les différentes positions des groupes nominaux dans la proposition, nous allons utiliser des étiquettes communément adoptées : S pour les groupes nominaux des sujets des verbes intransitifs et des copules, A pour les groupes nominaux des sujets des verbes transitifs, P pour les groupes nominaux des objets des verbes transitifs. Pour éviter toute confusion, nous n’utiliserons ces étiquettes que pour les arguments des verbes dans les constructions nominalisées. En ce qui concerne les positions dans lesquelles les constructions nominalisées sont elles-mêmes employées, nous allons les nommer explicitement, sans abréviations.

Nous résumerons les données dans le Tableau 4.5 à la fin de cette section.

4.2.2. Sujet et dépendant d’une postposition

92Lorsque le groupe verbal nominalisé occupe la position de sujet, nous avons relev des cas où le verbe intransitif ne pouvait pas être employé sans le S, ou sans un complément postverbal, y compris une proposition conjointe. Ce n’est cependant pas toujours le cas (cf. l’ex. 4.107a et 4.108a). Le S est exprimé par un pronom non-sujet ou un groupe nominal (4.108), le A est exprimé par un pronom possessif, précédé ou non par un groupe nominal (4.109).

(4.107)

a.

Bḭ̀ḭ̀

wɔ́

sɛ̀.

cacher

cop.neg

bon

‘Se cacher n’est pas bon’.

b.

bḭ̀à̰

wɔ́

sɛ̀.

2sg.nsbj

cacher.ger

cop.neg

bon

‘Le fait que tu te sois caché/que tu aies été caché n’est pas bon’.

(4.108)

a.

*

lɛ̄

sɛ̀.

venir

3sg.exi

bon

b.

nū-à

lɛ̄

sɛ̀.

3sg.nsbj

venir-ger

3sg.exi

bon

‘C’est bien qu’il soit venu’.

c.

zèē

lɛ̄

sɛ̀.

venir :nmlz

ici

3sg.exi

bon

‘C’est bien de venir ici’.

d.

áà

pɛ̄

séŋ́

wɔ́

sɛ̀.

venir :nmlz

3sg.jnt

chose

tout

casser:JNT

cop.neg

bon

‘Venir et tout casser n’est pas bon’.

93En l’absence de S et de compléments postverbaux, le verbe intransitif s’emploie dans sa forme de base ; si le S est présent, le verbe s’emploie au gérondif (4.107b). En ce qui concerne les verbes transitifs, ils s’emploient au gérondif (4.109, 4.110), toujours en l’absence de compléments postverbaux.

(4.109)

sà̰ā̰

kɛ̄-ɛ̀

lɛ̄

sɛ̀.

3sg.poss

travail

faire-ger

3sg.exi

bon

‘Le fait qu’il ait fait le travail, c’est bon’.

(4.110)

wí-à

wɔ́

sɛ̀.

3sg.nsbj

casser-ger

cop.neg

bon

‘Casser (des choses ; lit. : le casser) n’est pas bon’.
*‘Le fait qu’il soit cassé n’est pas bon’.

94En présence des compléments postverbaux, le verbe s’emploie dans la forme à ton bas ; cependant, certains verbes transitifs manifestent une variation : pour eux, la forme du gérondif est également possible (comparer l’ex. 4.111 et 4.112). Cela peut potentiellement servir de critère pour distinguer les actants et les circonstants postverbaux (voir §4.4).

(4.111)

a.

Dàlà

kɛ̀

lōà

ká

wɔ́

sɛ̀.

violence

faire :nmlz

femme.pl

avec

cop.neg

bon

b.

Dàlà

kɛ̄-ɛ̀

lōà

wɔ́

sɛ̀.

violence

faire-ger

femme.pl

avec

cop.neg

bon

‘Être violent vis-à-vis des femmes n’est pas bon’.

(4.112)

a.

Pɛ̄

dɔ̀

tá̰à̰

wɔ́

sɛ̀.

chose

arrêter :nmlz

par.terre

cop.neg

bon

b.

*Pɛ̄

dɔ̄-ɔ̀

tá̰à̰

wɔ́

sɛ̀.

chose

arrêter-ger

par.terre

cop.neg

bon

‘Interdire des choses n’est pas bon’.

95La possibilité du placement des compléments postverbaux à l’extérieur du groupe verbal nominalisé n’a pas été étudiée.

96L’interprétation anticausative des constructions avec des verbes labiles est possible dans certains cas (4.107) et n’est pas possible dans d’autres (4.110).

97Dans la plupart des exemples cités ci-dessus, la proposition se traduit comme ‘faire X est bon’ ou ‘faire X n’est pas bon’. Notons cependant que d’autres propositions sont également possibles (4.113, 4.114).

(4.113)

Zò

gèlè

lɛ̄

ō

mɔ̀.

cœur

brûler :nmlz

ventre

3sg.exi

3pl.nsbj

sur

‘Ils sont énervés (lit. : le brûlement du coeur dans le ventre est sur eux)’.

(4.114)

mɛ́

pɛ́lɛ́-ɛ̀

láà

kɛ̀

tɔ́útɔ̀ù.

3sg.nsbj

surface

se.laver-ger

3sg.ipfv>3sg

faire:IPFV

insipide

‘Le lavage le rend insipide (le riz)’.

98Dans la position du dépendant d’une postposition, le verbe a les mêmes formes que dans la position du sujet. Cf. ex. 4.108a et 4.115a, 4.112a et 4.115b.

(4.115)

a.

kpóŋ́là

dɛ̄ɛ̄

sɔ̀lɔ̄

ɓō

3pl.ipfv

monde

nouveau

obtention

effectuer : ipfv

gā-à

zízàá.

3pl.nsbj

mourir-ger

derrière

‘Ils obtiennent un nouveau monde après leur mort’.

b.

Lààbíá

mìà

1pl.coord

Libéria

personne.pl:CS

1pl.pret

aller

[pà

kíè

mɔ̀]

mɔ̀.

se.rassembler :nmlz

recp

sur

sur

‘Nous et les gens du Libéria, nous sommes allés nous rencontrer’.

4.2.3. Autres positions du groupe nominal

99Le groupe verbal nominalisé peut se trouver dans les positions typiques du groupe nominal, mise à part la position du sujet de la proposition (objet direct, ex. 4.116, dépendant d’un nom, 4.117 ; la structure nominalisée peut même s’adjoindre le suffixe dérivationnel -zɛ̀ pour former des adjectifs, ex. 4.118).

(4.116)

Āà

zṵ́

kɛ̄

é

sà̰ā̰

kɛ̄.

3sg.prf

consentir

faire

3sg.conj

travail

faire

‘Il a accepté de travailler’.

(4.117)

pɛ̀lɛ̀

gbɛ̄ɛ̄

wɔ́

gbāā

ɓé.

2sg.nsbj

aller

lieu:CS

autre

cop.neg

mainten.ant

vivant

‘Tu n’as pas où aller maintenant (lit. : un lieu de ton aller n’existe pas)’.

(4.118)

Lɛ̄

mɔ̀

kɛ̄

zò-dɔ̀-à-mɔ̀-zɛ̀...

3sg.exi

2pl.nsbj

sur

2pl.conj

faire

cœur-s’arrêter :nmlz-3sg.nsbj-sur-adj

‘Vous devez être croyants’.

100L’expression du groupe nominal du sujet du verbe nominalisé n’est pas obligatoire, cf. (4.117) vs (4.118). Le S est exprimé par un pronom non-sujet ou un groupe nominal (4.117), le A est exprimé par un pronom possessif, précédé ou non par un groupe nominal (4.119).

(4.119)

Yɛ̀í

āà

ē

dàā

lɔ́

ŋwɔ̀

mā.

Yei

3sg.prf

3sg.refl

père

3sg.poss

maison

acheter

affaire:CS

entendre

‘Yei a entendu (parler de) l’achat de la maison par son père (autre interprétation : la maison de son père)’.

101Le verbe s’emploie dans la forme de base lorsque la construction ne contient pas de compléments postverbaux (4.119, 4.120a), sinon il s’emploie dans la forme à ton bas (4.118, 4.120b). Les compléments postverbaux peuvent être situés à l’intérieur ou à l’extérieur de la construction nominalisée (4.120).

(4.120)

a.

Yɛ̀í

āà

ē

dàā

Yei

3sg.prf

3sg.refl

père

mourir

ŋwɔ̀

kwí

pàà.

affaire:CS

entendre

Européen

chez

‘Yei a entendu la nouvelle de la mort de son père en Europe (deux interprétations possibles : le père ou Yei était en Europe)’.

b.

Yɛ̀í

āà

ē

dàā

kwí

pàà

ŋwɔ̀

mā.

Yei

3sg.prf

3sg.refl

père

mourir :nmlz

Européen

chez

affaire:CS

entendre

‘Yei a entendu la nouvelle de la mort de son père en Europe (une seule interprétation possible : le père était en Europe)’.

102L’interprétation anticausative des constructions avec des verbes labiles est possible (4.121).

(4.121)

Āà

ɲɛ̀ɛ̀

ŋwɔ̀

mā.

3sg.prf

fétiche

casser

affaire:CS

entendre

‘Il a appris que le fétiche avait été cassé / s’était cassé’.

4.2.4. Topique verbal

103Dans le groupe nominalisé employé dans la construction de topique (dans les propositions relatives et les constructions de cleft), ni le S ni le A ne sont obligatoires (4.122). Ils peuvent cependant être exprimés par un groupe nominal suivi d’un pronom possessif. À la place du pronom possessif de la 3e personne sg, la marque lɛ̀ peut être employée (c’est par ailleurs le seul contexte où une telle variation est possible, ex. 4.123, 4.124).

(4.122)

Sɛ́ɓɛ̀

bòōbóó

lɛ́

ɓā

ɓō

ā

wɔ́

sɛ̀.

texte

mélanger

rel

2sg.pret>3sg

effectuer

top

3sg.emph

cop.neg

bon

‘Le fait que tu aies mélangé les livres, ce n’est pas bon’.

(4.123)

Yɛ̀í

là/lɛ̀

lɛ́

ā

ɓō

ā

wɔ́

sɛ̀.

Yei

3sg.poss

aller

rel

3sg.pret>3sg

effectuer

top

3sg.emph

cop.neg

bon

‘Le fait que Yei soit partie (lit. : le départ de Yei qu’elle a effectué), ce n’est pas bon’.

(4.124)

Yɛ̀í

là/lɛ̀

nɛ́

táá

lɛ́

ā

ɓō

lɛ̄

sɛ̀.

Yei

3sg.poss

enfant

promener

rel

3sg.pret>3sg

effectuer

top

3sg.exi

bon

‘Le fait que Yei ait fait marcher l’enfant, c’est bon’.

104Dans le cas des verbes anticausatifs, à l’opposé des verbes intransitifs de mouvement, par exemple (4.123), le S ne peut pas être exprimé (4.125b, c).

(4.125)

a.

fóló

ā

ɓō

ā...

3sg.nsbj

détacher

3sg.pret>3sg

effectuer

top

‘Le fait qu’il l’ait détaché...’.
*‘Le fait qu’il ait été détaché/ le fait qu’il se soit détaché....’.

b.

Fóló

ā

ɓō

ā...

détacher

3sg.pret>3sg

effectuer

top

‘Le fait qu’il se soit détaché....’.

c.

*

fóló

ā

ɓō

ā...

3sg.poss

détacher

3sg.pret>3sg

effectuer

top

105Le verbe est toujours employé dans la forme de base (cf. construction transitive et intransitive, ex. 4.122 et ex. 4.123).

Les compléments postverbaux sont placés à l’extérieur du groupe verbal nominalisé, dans la proposition principale (4.126).

(4.126)

a.

Wɛ́ì

bḭ̀ḭ̀

lɛ́

ā

ɓō

à

argent

cacher

rel

3sg.pret>3sg

effectuer

3sg.nsbj

mɔ̀

ā

wɔ́

sɛ̀.

femme

sur

top

3sg.emph

cop.neg

bon

‘Le fait qu’il ait caché l’argent à sa femme, ce n’est pas bon’.

b.

*Wɛ́ì

bḭ̀ḭ̀

à

mɔ̀

lɛ́

argent

cacher :nmlz

3sg.nsbj

femme

sur

rel

ā

ɓō

ā

wɔ́

sɛ̀.

3sg.pret>3sg

effectuer

top

3sg.emph

cop.neg

bon

106L’interprétation anticausative des constructions avec des verbes labiles n’est possible que lorsque ces verbes employés intransitivement ne sont pas accompagnés par leurs objets directs (4.125b), sinon l’interprétation sera active (4.125a).

107Dans l’exemple suivant, le groupe verbal nominalisé (marqué par des crochets), employé dans la construction de cleft, est suivi d’un quantificateur. Ce quantificateur peut référer au pronom 1pl.nsbj’, étant un quantificateur flottant, ou à tout le groupe verbal nominalisé.

(4.127)

kɛ̄-á

mīī

gbūnū

3pl.conj>3sg

faire:COND-cond

1pl.nsbj

personne

corps

kpòlò

ā

kɛ̄

[kō

lúó

séŋ́]

corps:CS

dans

top

en.ce.moment.là

1pl.nsbj

poursuivre

chaque

lɛ́

ɓō

ā.

rel

3pl.pret>3sg

effectuer

top

‘Si on le fait dans notre corps humain (si on pêche trop), on va nous chasser définitivement (de l’église, lit. : c’est notre chassement de tous / tout notre chassement qu’on va effectuer)’.

4.2.5. Topique phrastique

108Dans les constructions nominalisées employées dans la position du topique phrastique, le sujet est facultatif dans les constructions transitives (4.128).

(4.128)

Jean

Baptiste

kṵ́-à̰

ā̰

sà̰ā̰

āà

dɔ̄

tá̰à̰.

Jean

Baptiste

prendre-ger

top

travail

3sg.prf

arrêter

par.terre

‘Quand on a attrapé Jean-Baptiste, le travail s’est arrêté’.

109En ce qui concerne les constructions intransitives à complément postverbal, la nature de ce complément joue le rôle décisif : si le complément postverbal est un circonstant, le S est obligatoire (4.129), s’il s’agit d’un actant, le S est facultatif (4.130). De plus, dans les constructions avec des verbes intransitifs, il faut qu’un dépendant postverbal (actant ou circonstant) soit présent (4.129). Il est intéressant de noter que ce complément peut être exprimé par une construction conjointe (4.131).

(4.129)

a.

zèē

ā...

3sg.nsbj

venir :nmlz

ici

top

‘Du fait qu’elle est venue ici...’.

b.

*

nú-à

ā...

3sg.nsbj

venir-ger

top

c.

*

zèē

ā...

venir :nmlz

ici

top

(4.130)

Gbṵ̀

à

lēkè

mɔ̀

ɔ̄

sà̰ā̰

āà

líé.

aider :nmlz

3sg.nsbj

frère.cadet

sur

top

travail

3sg.prf

aller

devant

‘Quand (il) a aidé son frère cadet, le travail a avancé’.

(4.131)

kṵ̀

wáà

dùò

kɛ́ì

ā...

3sg.nsbj

prendre :nmlz

3pl.jnt>3sg

jeter:JNT

chambre

top

‘Quand on l’a attrapé et qu’on l’a jeté dans la prison...’.

110Le S est exprimé par un pronom non-sujet ou un groupe nominal (4.129), le A est exprimé par un pronom possessif, précédé ou non par un groupe nominal (4.132).

(4.132)

sɛ́ɓɛ̀

bòōbóà

ā

ā

kɛ̄

3sg.poss

texte

mélanger.ger

top

3sg.pret>3sg

faire

ŋ̀ŋ́

gbāā

sɛ́ɓɛ̀

gɛ̰̀.

1sg.neg

maintenant

texte

voir

‘Comme il a mélangé les livres, cela a fait que je ne vois pas le livre (que je cherche)’.

111Le verbe s’emploie dans la forme du gérondif, lorsqu’il n’y a pas de compléments postverbaux (4.132), sinon il s’emploie dans la forme à ton bas (4.129-4.131).

Les compléments postverbaux sont obligatoirement situés à l’intérieur de la construction nominalisée (4.133).

(4.133)

a.

kṵ̀

Jourdain

ā

sà̰ā̰

3sg.nsbj

attraper :nmlz

Jourdain

dans

top

travail

āà

dɔ̄

tá̰à̰.

3sg.prf

arrêter

par.terre

‘Du fait qu’on l’a attrapé (à côté du) Jourdain, le travail s’est arrêté’.

b.

*

kṵ́-à

ā̰

Jourdain,

sà̰ā̰

āà

dɔ̄

tá̰à̰.

3sg.nsbj

attraper-ger

top

Jourdain

travail

3sg.prf

arrêter

par.terre

c.

kú-à̰

ā̰,

sà̰ā̰

āà

dɔ̄

tá̰à̰

Jourdain.

3sg.nsbj

attraper-ger

top

travail

3sg.prf

arrêter

par.terre

Jourdain

‘Du fait qu’on l’a attrapé, le travail s’est arrêté (à côté du) Jourdain’.

4.2.6. Proposition enchâssée

112Dans cette section, nous examinerons les groupes verbaux nominalisés enchâssés, typiquement dans un groupe postpositionnel, exprimant un actant phrastique. Le fait que dans la plupart des cas, l’actant phrastique peut être remplacé par un pronom, légitimise notre traitement de ces propositions en tant que constructions nominalisées.

113Nous n’avons examiné que les exemples où le sujet de la proposition principale et de la proposition enchâssée sont coréférentiels, par conséquent, le sujet de la proposition enchâssée n’est pas exprimé (lorsque les sujets ne sont pas coréférentiels, une autre construction est employée, cf. §4.1.2.5). Le verbe s’emploie au gérondif lorsque la construction ne contient pas de compléments postverbaux juxtaposés au verbe (4.134, 4.135a), sinon il s’emploie à la forme à ton bas (4.135b).

(4.134)

Íì

bɛ̀ī

ló-à.

2sg.ipfv

pouvoir:IPFV

aller-ger

‘Tu peux partir (permission)’.

(4.135)

a.

Yékɛ̀

í

túó

yíí

ɓō-ò

lɛ̀ɛ̄

gùlù

yí.

il.ne.faut.pas

2sg.conj

effrayer

eau

sortir-ger

pour

puits

dans

b.

Yékɛ̀

í

túó

yíí

ɓò

gùlù

yí

lɛ̀ɛ̄.

il.ne.faut.pas

2sg.conj

effrayer

eau

sortir :nmlz

puits

dans

pour

‘N’aie pas peur de puiser l’eau du puits’.

114Les compléments postverbaux peuvent être situés à l’intérieur ou à l’extérieur de la construction nominalisée (4.135). Comme le sujet de la proposition enchâssée est toujours présent, étant coréférentiel au sujet de la proposition principale, l’interprétation anticausative des constructions avec des verbes labiles à un seul argument préverbal n’est pas possible.

4.2.7. Argument du prédicat zī gbɛ̰̀ ‘commencer’

115Le prédicat zī gbɛ̰̀ ‘commencer’ prend comme argument un groupe verbal nominalisé dans la position d’objet direct. Le sujet de la proposition principale et de la proposition enchâssée exprimée par le groupe verbal nominalisé étant coréférentiels, ce dernier n’est par conséquent pas exprimé.

116Lorsque le verbe est intransitif, il est employé à la forme de base (4.136), sinon au gérondif (4.137). Les compléments postverbaux se trouvent toujours à l’extérieur du groupe verbal nominalisé, c’est-à-dire dans la proposition principale (4.137).

117Comme le sujet de la proposition enchâssée est toujours présent, étant coréférentiel au sujet de la proposition principale, l’interprétation anticausative des constructions avec les verbes labiles à un seul argument préverbal n’est pas possible.

(4.136)

táá

gbɛ̰̀.

3sg.pret

marcher

route

poser

‘Il a commencé à marcher’.

(4.137)

a.

sà̰ā̰

kɛ̄-ɛ̀

gbɛ̰̀

lɔ́ɔ́kpánàlà.

3sg.pret

travail

faire-ger

route

poser

marché

‘Il a commencé à travailler au marché’.

b.

*

sà̰ā̰

kɛ̀

lɔ́ɔ́kpánàlà

gbɛ̰̀.

3sg.pret

travail

faire :nmlz

marché

route

poser

118Un récapitulatif des constructions nominalisées est donné dans le Tableau 4.5. Les abréviations utilisées dans ce tableau sont comme suit :

sujet obl. :

expression obligatoire ou non du sujet ;

sujet (in)trans. :

expression du sujet dans une construction (in)transitive ;

+/- compl. postv. :

sans ou avec complément postverbal ;

pos. compl. postv. :

position du complément postverbal ;

anticaus. :

possibilité d’interprétation anticausative des constructions avec des verbes labiles ; - : une telle interprétation est impossible ; +/- : il y a ambiguïté ou l’interprétation anticausative n’est pas toujours possible ;

non-sujet :

pronom non-sujet ou groupe nominal ;

poss :

pronom possessif précédé optionnellement par un groupe nominal ;

à l’ext., à l’int. :

à l’extérieur, à l’intérieur.

Tableau 4.5. Types de nominalisation en mano

-compl. postv.

+compl. postv.

sujet obl.

sujet intrans.

sujet trans.

verbe intrans.

verbe trans.

verbe intrans.

verbe trans.

pos. compl. postv.

anticaus.

sujet, dépendant d’une postposition

-

non-sujet

poss

forme de base, gérondif

gérondif

ton bas

ton bas

à l’int./ ?

+/-

autres positions des np

-

non-sujet

poss

forme de base

forme de base

ton bas

ton bas

à l’ext.,

à l’int.

+/-

topique verbal

-

poss. + lɛ̀ (3sg)

poss. + lɛ̀ (3sg)

forme de base

forme de base

*

*

à l’ext.

+/-

topique phrastique

+/-

non-sujet

poss

gérondif

gérondif

ton bas

ton bas

à l’int.

 ?

proposition enchâssée

*

*

*

gérondif

gérondif

ton bas, gérondif

ton bas, gérondif

à l’ext.,

à l’int.

-

argument de zī gbɛ̰̀

*

*

*

forme de base

gérondif

*

*

à l’ext.

-

119Les marqueurs réfléchis complexes sont des combinaisons des marqueurs simples et des déterminatifs emphatiques dìè et . Le déterminatif forme un marqueur réfléchi possessif ‘son propre’ (voir §3.7.6), alors que le déterminatif dìè a une distribution plus large.

4.3. Réflexivité

120Dans cette section, nous analyserons les constructions réfléchies. Ces dernières contiennent un marqueur réfléchi qui peut être employé anaphoriquement et qui, dans la plupart de ces emplois, a un antécédent obligatoire qui est syntaxiquement prioritaire (typiquement, le sujet) et fait partie de la même unité syntaxique que le marqueur réfléchi en question (typiquement, une proposition, Testelets and Toldova 1998 : 35). Les marqueurs réfléchis sont opposés aux pronoms libres qui n’ont pas d’antécédent syntaxiquement prioritaire au sein de la même unité syntaxique.

121Dans §4.3.1, nous abordons la morphologie des marqueurs réfléchis. Dans §4.3.2, nous étudions le sémantisme de la construction réfléchie dans laquelle un des participants est exprimé par un marqueur réfléchi. Dans §4.3.3, nous abordons la question de la distribution des marqueurs réfléchis dans différentes positions syntaxiques. Dans §4.3.4, nous analysons le choix du marqueur réfléchi (simple ou complexe) en position d’objet direct.

4.3.1. Morphologie des marqueurs réfléchis

122Les marqueurs réfléchis en mano sont de deux types : simples et complexes. Les réfléchis simples sont : le pronom réfléchi de la 3e personne sg ē, ainsi que les pronoms non-sujets qui peuvent eux aussi être employés dans la fonction réfléchie. La distinction formelle entre un pronom réfléchi spécialisé et un pronom non-sujet dans la fonction réfléchie n’existe que pour la 3e personne sg (ē ‘3sg.refl’ vs à ‘3sg.nsbj’). Le pronom de la 3e personne sg à peut fonctionner comme pronom libre. Le pronom ō ‘3pl.nsbj’ peut avoir une valeur réfléchie et pronominale.

4.3.2. Sémantisme de la construction réfléchie

123La valeur principale de la construction réfléchie dans laquelle un des participants (objet direct ou indirect) est exprimé par un marqueur réfléchi sous-entend la coréférence du sujet et de l’objet direct ou indirect et, en règle générale, le degré d’agentivité important du sujet, puisqu’il s’agit généralement d’une action contrôlée (4.138).

(4.138)

Lɛ̄

ē

gɔ̰̄-pɛ̀lɛ̀.

3sg.exi

3sg.refl

lutter-inf

‘Il lutte contre lui-même’.

124Cependant, la coïncidence des participants peut être partielle, lorsqu’il s’agit d’une action sur une partie du corps (4.141) ; en même temps, l’agent peut ne pas agir sur lui-même, mais plutôt causer et contrôler ses propres actions (4.142). Le premier type de verbes réfléchis est appelé réfléchi possessif, le dernier type est appelé autocausatif (Geniušienė 1987).

(4.139)

ē

bḭ̀ḭ̄.

3sg.pret

3sg.refl

blesser

‘Il s’est blessé’.

(4.140)

Lɛ̄

ē

kɔ̰̀ɔ̰̄-pɛ̀lɛ̀.

3sg.exi

3sg.refl

s’agiter-inf

‘Elle s’agite’.

125Les constructions réfléchies peuvent avoir également une valeur anticausative, qui, au contraire, sous-entend le degré d’agentivité assez bas du sujet. Néanmoins, à la différence du passif, l’action se déroule sans que la force extérieure soit impliquée.

126Ainsi, pour distinguer les autocausatifs des anticausatifs, il faut tenir compte de l’agentivité du sujet et du degré de son contrôle sur l’action. Cependant, c’est un paramètre graduel qui peut varier pour le même verbe en fonction du référent du sujet. Ainsi, le même verbe mìīmíí ‘(se) bouger’ désignera une action autocausative, lorsque le sujet est animé, et une action anticausative, lorsque le sujet est inanimé. Compte tenu de cette subtilité du sémantisme, nous ne ferons plus la dictinction entre la valeur anticausative et la valeur autocausative, retenant seulement le terme « anticausatif ».

Les mêmes verbes peuvent avoir une valeur réfléchie proprement dite et une valeur anticausative. Comparez les emplois du verbe gélé ‘(se) brûler’ :

(4.141)

a.

ē

gélé

tíē

ká.

3sg.pret

3sg.refl

brûler

feu

avec

‘Il s’est brûlé avec le feu’.

b.

Yílí

lɛ̄

ē

gélé-pɛ̀lɛ̀.

arbre

3sg.exi

3sg.refl

brûler-inf

‘L’arbre brûle lui-même (référence au Buisson Ardent)’.

127Si la coïncidence des participants ne s’exprime que par la construction réfléchie, la valeur anticausative peut également être exprimée par la construction intransitive (voir §4.1.3.6). Or, dans la construction réfléchie, l’absence d’agent extérieur est mise en valeur, l’action se déroule « comme par soi-même » ou bien « de sa propre volonté ». Comparez :

(4.142)

a.

dīē

yíí

bà.

3sg.pret

passer

eau

dans

‘Il est passé dans l’eau’.

b.

ē

dìè

dīē

yíí

bà.

3sg.pret

3sg.refl

emph

passer

eau

dans

‘Il est passé dans l’eau de sa propre volonté (alors que cela lui est interdit)’.

(4.143)

a.

dà.

3sg.pret

tomber

‘Il est tombé’.

b.

ē

dìè

dà.

3sg.pret

3sg.refl

emph

tomber

‘Il s’est fait tomber (il est tombé exprès, de sa propre volonté)’.

128Certains verbes dans l’emploi intransitif peuvent avoir la valeur passive ou anticausative. Pour ces verbes, la différence entre la construction intransitive et les constructions réfléchies devient importante, puisque l’ambigüité passif / anticausatif ne se présente pas dans le cas des constructions réfléchies :

(4.144)

a.

Yíí

lɛ̄

lìèlīē-pɛ̀lɛ̀.

eau

3sg.exi

se.refroidir-inf

‘L’eau se refroidit / est en train d’être refroidie par quelqu’un’.

b.

Yíí

lɛ̄

ē

lìèlīē-pɛ̀lɛ̀.

eau

3sg.exi

3sg.refl

se.refroidir-inf

‘L’eau se refroidit (elle-même, éloignée du feu)’.

129Employée dans la valeur anticausative, la réflexivisation sert alors à la dérivation actancielle syntaxique complémentaire (si l’emploi intransitif du verbe a la valeur anticausative) ou opposée (si l’emploi intransitif du verbe a la valeur passive) à la P-labilité (voir également §4.1.4.2).

130Enfin, deux verbes mano peuvent être considérés comme reflexiva tantum : ils ne s’emploient que dans la construction réfléchie, tandis que le marqueur réfléchi n’a pas la valeur de marqueur de coréférence avec le sujet, ni la valeur de dérivation actantielle. Il s’agit de accoucher’ (ce verbe est réfléchi s’il s’agit d’animal ; l’enfant est introduit par la postposition  ; ce même verbe employé avec un sujet humain est transitif)’ et mûrir (graminées), éclore’.

131Certains verbes ne peuvent pas être employés dans la construction réfléchie. Il s’agit notamment de verbes comme lìè ‘gémir, faire gémir’, gḭ̀ḭ̄ ‘rester, faire rester’, lɔ́ ‘acheter / être acheté’, gòlò ‘rassembler / être rassemblé dans un tas’. Il est possible cependant qu’un contexte approprié permettant un emploi réfléchi n’ait pas encore été trouvé.

4.3.3. Distribution des marqueurs réfléchis dans différentes positions syntaxiques

132Les marqueurs réfléchis en mano peuvent occuper les positions suivantes : objet direct, dépendant d’une postposition, dépendant génitival, possesseur. En règle générale, la réflexivation est contrôlée par le sujet. Cependant, le dépendant génitival animé d’un sujet inanimé peut aussi contrôler la réflexivation. De plus, le dépendant génitival réfléchi peut avoir comme antécédent un autre groupe nominal que le sujet. Nous analyserons ces cas dans §4.3.3.4.

133Le domaine d’enchâssement du marqueur réfléchi est la proposition minimale finie. Cela veut dire que le sujet peut contrôler non seulement les marqueurs réfléchis dans la même prédication (§4.3.3.1), mais aussi dans les propositions dépendantes non-finies (§4.3.3.2).

134Hormis les marqueurs réfléchis de la 3e personne sg ē 3sg.refl’, ē dìè 3sg.refl emph’, à 3sg.nsbj’, à dìè 3sg.nsbj emph’, nous analyserons les marqueurs réfléchis de la 3e personne pl ō 3pl.nsbj’ et ō dìè ‘3pl.nsbj emph’, ainsi que les marqueurs réfléchis et les pronoms possessifs de la 3e personne sg et pl : ē zì 3sg.refl emph’, 3sg.poss’, ō zì 3pl.nsbj emph’, 3pl.poss’. Nous examinerons séparément les marqueurs réfléchis locaux se trouvant dans la même proposition que l’antécédent ainsi que les marqueurs réfléchis distants se trouvant dans des propositions dépendantes, finies ou non-finies.

135Dans les tableaux résumant la distribution des marqueurs réfléchis dans différentes positions syntaxiques, sur le segment marqué par les chevrons, le marqueur donné n’a que la valeur réfléchie, alors que sur le segment non-marqué par les chevrons, il a également la valeur de pronominal. La ligne pointillée indique que le marqueur ne s’utilise pas dans tous les contextes : certains prédicats autorisent l’utilisation du marqueur, alors que certains autres ne l’autorisent pas. Les positions des arguments sont séparées des positions des composantes d’actants (dépendant génitival et possesseur) par une barre verticale.

4.3.3.1. Marqueurs réfléchis dans la même proposition que l’antécédent

136Nous commençons par l’emploi des marqueurs réfléchis dans la même proposition que leur antécédent, Tableau 4.6.

Tableau 4.6. Marqueurs réfléchis dans la proposition principale

  • 5 do - objet direct ; pp - groupe postpositionnel ; gen - dépendant génitival ; poss - possesseur.
  • 6 Le pronom non-sujet ne s’emploie pas dans la fonction réfléchie dans la proposition principale. (...)

do

pp

gen

poss5

‘3sg.refl

<_ _ _

_ _ _

_____>

ē dìè

‘3sg.refl emph

<_____

_____

_____

_____>

ē zì

‘3sg.refl emph

<_____>

6

‘3sg.nsbj’

à dìè

‘3sg.nsbj emph’

à zì

‘3sg.nsbj emph’

‘3pl.nsbj

_ _ _

_ _ _

_____

ō dìè

‘3sg.nsbj emph

<_____

_____>

_____

_____

ō zì

‘3sg.nsbj emph

<_____>

là

‘3sg.poss

_____

wà

‘3pl.poss

_____

  • 7 Nous avons attesté quelques emplois du pronom réfléchi dans la position du groupe postpositionnel d (...)

137Seuls certains verbes transitifs peuvent être employés avec le pronom réfléchi ē en position d’objet direct, pour d’autres cet emploi n’est pas préférable, pour d’autres encore il est inacceptable (comparer l’ex. 4.145, l’ex. 4.146 et l’ex. 4.148). Cette distinction n’est pas due au hasard, elle est liée à des facteurs sémantiques ; nous y reviendrons dans §4.3.4. Au sein du groupe postpositionnel, dans certains cas, ce pronom n’est pas préférable7, dans d’autres, il n’est pas acceptable (comparer l’ex. 4.147 et l’ex. 4.149). Le marqueur réfléchi complexe ē dìè est le seul qui soit acceptable dans tous les contextes pour la 3e personne.

(4.145)

a.

Lɛ̄

ē

bḭ̀ḭ̀-pɛ̀lɛ̀.

3sg.exi

3sg.refl

cacher-inf

b.

Lɛ̄

ē

dìè

bḭ̀ḭ̀-pɛ̀lɛ̀.

3sg.exi

3sg.refl

emph

cacher-inf

‘Il se cache’.

(4.146)

a.

 ?Lɛ̄

ē

mɛ̀-pɛ̀lɛ̀.

3sg.exi

3sg.refl

taper-inf

b.

Lɛ̄

ē

dìè

mɛ̀-pɛ̀lɛ̀.

3sg.exi

3sg.refl

emph

taper-inf

‘Il se tape’.

(4.147)

a.

 ?Lɛ̄

bḭ́-pɛ̀lɛ̀

ē

mɔ̀.

3sg.exi

toucher-inf

3sg.refl

sur

b.

Lɛ̄

bḭ́-pɛ̀lɛ̀

ē

dìè

mɔ̀.

3sg.exi

toucher-inf

3sg.refl

emph

sur

‘Il se touche’.

(4.148)

a.

*Lɛ̄

ē

kpàā-pɛ̀lɛ̀.

3sg.exi

3sg.refl

déranger-inf

b.

Lɛ̄

ē

dìè

kpàā-pɛ̀lɛ̀.

3sg.exi

3sg.refl

emph

déranger-inf

‘Il se dérange’.

(4.149)

a.

*Lɛ̄

ká̰-pɛ̀lɛ̀

ē

yí.

3sg.exi

couper-inf

3sg.refl

dans

b.

Lɛ̄

ká̰-pɛ̀lɛ̀

ē

dìè

yí.

3sg.exi

couper-inf

3sg.refl

emph

dans

‘Il se transforme en lui-même’.

138Cette restriction ne s’applique pas seulement à la 3e personne. Voir l’exemple avec un pronom non-sujet de la 2e personne sg dans la fonction réfléchie qui ne s’emploie que suivi du déterminatif emphatique :

(4.150)

a.

*Ɓī

lɛ́

ì

ī

kɛ̀

yɛ́īŋ̄-zɛ̀

ɛ̄.

2sg.emph

rel

2sg.sbjv

2sg.nsbj

faire:IPFV

pitié-adj

top

b.

Ɓī

lɛ́

ì

ī

dìè

kɛ̀

yɛ́īŋ̄-zɛ̀

ɛ̄.

2sg.emph

rel

2sg.sbjv

2sg.nsbj

emph

faire:IPFV

pitié-adj

top

‘Tu te fais toi-même misérable’.

139Le sg et le pl de la 3e personne se comportent différemment : la plupart des marqueurs du pluriel ont non seulement la valeur réfléchie mais aussi la valeur pronominale. Ce n’est pas surprenant étant donné que la forme spécialisée réfléchie de la 3e personne pl n’existe pas. Par conséquent, le pronom non-sujet de la 3e personne pl. exprime inévitablement des valeurs réfléchies et pronominales.

(4.151)

a.

bḭ́-pɛ̀lɛ̀

ō

mɔ̀.

3pl.exi

toucher-inf

3pl.nsbj

sur

‘Ilsi lesj/ ?sei touchent’.

b.

bḭ́-pɛ̀lɛ̀

ō

dìè

mɔ̀.

3pl.exi

toucher-inf

3pl.nsbj

emph

sur

‘Ilsi sei touchent’.

(4.152)

a.

túó-pɛ̀lɛ̀

ō

lɛ̀ɛ̄.

3pl.exi

avoir.peur-inf

3pl.nsbj

pour

‘Ilsi ont peur d’euxj/*eux-mêmesi’.

b.

túó-pɛ̀lɛ̀

ō

dìè

lɛ̀ɛ̄.

3pl.exi

avoir.peur-inf

3pl.nsbj

emph

pour

‘Ilsi ont peur d’eux-mêmesi’.

140Dans la position du dépendant génitival s’emploie le marqueur (4.153a). Le marqueur complexe dans cette position aurait une valeur emphatique (4.153b).

(4.153)

a.

Āà

ē

ɓō

lūú.

3sg.prf

3sg.refl

femme

enlever

brousse

‘Il a chassé sa femme’.

b.

Āà

ē

dìè

ɓō

lūú.

3sg.prf

3sg.refl

emph

femme

enlever

brousse

‘Il a chassé sa propre femme’.

141En position de possesseur des noms autosémantiques, le marqueur réfléchi complexe ē dìè est employé. Le simple ē ne peut pas y être employé. Notons également qu’il existe un marqueur réfléchi complexe ē zì employé uniquement dans la position possessive, en parallèle avec le marqueur réfléchi ē dìè employé dans la même position :

  • 8 La seule exception semble être le groupe postpositionnel circonstanciel :
    ē | nū | à | pà.
    3sg.pret | (...)

142À de rares exceptions près, le pronom non-sujet de la 3e personne sg à ne s’emploie pas, même combiné avec les déterminatifs dìè et 8, si son antécédent est le sujet de la même proposition finie. Or, il s’emploie dans la proposition dépendante non-finie, ce que nous verrons par la suite. Il s’emploie également dans la construction coordinative pour référer au premier conjunct, voir §4.3.3.4.

4.3.3.2. Marqueurs réfléchis dans la proposition non-finie

143Analysons maintenant la réflexivité dans la proposition dépendante non-finie. L’emploi des marqueurs réfléchis est résumé dans le Tableau 4.7. En gros, ils s’emploient de la même manière que dans la proposition principale.

Tableau 4.7. Marqueurs réfléchis distants : proposition non-finie

  • 9 do - objet direct ; pp - groupe postpositionnel ; gen - dépendant génitival ; poss - possesseur.

do

pp

gen

poss9

‘3sg.refl

<_ _ _

_ _ _

_____>

ē dìè

‘3sg.refl emph’

<_____

_____

_____

_____>

ē zì

‘3sg.refl emph’

<_____>

‘3sg.nsbj

_ _ _

à dìè

‘3sg.nsbj emph’

_ _ _

_ _ _

à zì

‘3sg.nsbj emph’

_ _ _

3pl.nsbj

_ _ _

_ _ _

_____

ō dìè

3sg.nsbj emph’

<_____

_____>

_____

_____

ō zì

3sg.nsbj emph’

<_____>

là

3sg.poss’

_____

wà

3pl.poss’

_____

144Les différences se résument au fait que le pronom non-sujet à et ses dérivés peuvent avoir une valeur réfléchie en position de groupe postpositionnel et, possiblement, du possesseur. Comparez les exemples (4.155a) et (4.155b), (4.156) et (4.157).

(4.155)

a.

Lɛ̄

bḭ́-pɛ̀lɛ̀

à

dìè

mɔ̀.

3sg.exi

toucher-inf

3sg.nsbj

emph

sur

‘Ili lej/*sei touche’.

b.

Lɛ́ɛ̀

nàà

bḭ́-à̰

à

dìè

mɔ̀.

3sg.ipfv

vouloir:IPFV

toucher-ger

avec

3sg.nsbj

emph

sur

‘Ili veut lej/ ?sei toucher’.

(4.156)

a.

Lāā

dìè

gɛ̰̀-pɛ̀lɛ̀.

3sg.exi>3sg

emph

maison:CS

voir-inf

b.

Lāā

gɛ̰̀-pɛ̀lɛ̀.

3sg.exi>3sg

emph

maison

voir-inf

‘Ili voit saj/*sa proprei maison’.

(4.157)

a.

Lɛ́ɛ̀

nàà

à

dìè

gɛ̰̀-ɛ̰̀

ká.

3sg.ipfv

vouloir:IPFV

3sg.nsbj

emph

maison:CS

voir-ger

avec

b.

Lɛ́ɛ̀

nàà

à

gɛ̰̀-ɛ̰̀

ká.

3sg.ipfv

vouloir:IPFV

3sg.nsbj

emph

maison

voir-ger

avec

‘Ili veut regarder saj/ ?sa proprei maison’.

4.3.3.3. Marqueurs réfléchis distants : proposition finie

145Abordons maintenant les marqueurs réfléchis dans la proposition dépendante finie. Nous considérons seulement les marqueurs qui sont coréférentiels avec l’argument de la proposition principale qui n’est pas repris en tant que sujet dans la proposition dépendante, puisque dans ce cas, les mêmes règles s’appliquent que dans le cas où l’antécédent et le marqueur réfléchi se trouvent dans la même proposition. Ainsi, dans une phrase comme Georgei a dit à Jeannej que, de toute évidence, ellej ?i déteste nous nous intéressons à la coréférentialité de l’objet direct de la proposition subordonnée avec le sujet de la proposition principale, et non pas avec l’objet indirect. Nous verrons que dans ce contexte, en mano, aussi bien qu’en français, les marqueurs réfléchis à la base du pronom réfléchi (ē en mano, se en français) sont impossibles : Georgei a dit à Jeannej que, de toute évidence, ellej lei /*sei déteste. L’emploi des marqueurs réfléchis dans la proposition dépendante est résumé dans le Tableau 4.8.

146Nous voyons que le pronom à et les autres marqueurs qui en sont dérivés fonctionnent comme des marqueurs réfléchis distants, puisqu’ils peuvent avoir la valeur réfléchie dans les propositions dépendantes. En fait, puisque leur fonction principale est celle des pronoms libres, ils peuvent choisir leur référent en dehors de la proposition finie dans laquelle ils se trouvent, par conséquent, cela peut être le sujet de la proposition matrice. La distribution de toute la série des marqueurs de sg, y compris le pronom possessif, est analogue à celle des marqueurs de pl. Lorsque le déterminatif dìè est employé, l’interprétation préférable est celle avec la valeur réfléchie.

Tableau 4.8. Marqueurs réfléchis dans la proposition subordonnée finie

  • 10 do - objet direct ; pp - groupe postpositionnel ; gen - dépendant génitival ; poss - possesseur.

do

pp

gen

poss10

‘3sg.refl

ē dìè

‘3sg.refl emph

ē zì

‘3sg.refl emph

‘3sg.nsbj

_____

_____

_____

à dìè

‘3sg.nsbj emph

_____

_____

_____

_____

à zì

‘3sg.nsbj emph

_____

‘3pl.nsbj

_____

_____

_____

ō dìè

‘3sg.nsbj emph

_____

_____

_____

_____

ō zì

‘3sg.nsbj emph

_____

là

‘3sg.poss

_____

wà

‘3pl.poss

_____

  • 11 Dans l’exemple (4.160), un marqueur prédicatif portemanteau á3sg.conj>3sg’ est employé. Nous pouv (...)

(4.158)

a.

Yèí

ā

gèē

Kɔ̀ɔ́

lɛ̀ɛ̄

á

gɛ̰̀.

Yei

3sg.pret>3sg

dire

Ko

pour

3sg.conj>3sg

regarder

‘Yeii a dit à Koj qu’ellej lai/laf/*sej regarde’11.

b.

Yèí

ā

gèē

Kɔ̀ɔ́

lɛ̀ɛ̄

á

dìè

gɛ̰̀.

Yei

3sg.pret>3sg

dire

Ko

pour

3sg.conj>3sg

emph

regarder

‘Yeii a dit à Koj qu’ellej lai/laf/*sej regarde’.

(4.159)

Yèí

ā

gèē

Kɔ̀ɔ́

lɛ̀ɛ̄

á

fòtóò

gɛ̰̀.

Yei

3sg.pret>3sg

dire

Ko

pour

3sg.conj>3sg

emph

photo

regarder

‘Yeii a dit à Koj qu’ellej regarde sai/saf/*saj photo’.

4.3.3.4. Cas spéciaux

147Jusqu’à maintenant nous n’avons considéré que l’enchâssement au sein d’une proposition finie, l’antécédent étant le sujet. Cependant, ce n’est pas toujours le cas.

148Tout d’abord, adressons-nous au dépendant dans le groupe nominal sujet. Dans le cas général, il ne peut pas être un antécédent du marqueur réfléchi. Dans l’exemple (4.160), l’objet direct exprimé par un marqueur réfléchi n’est coréférentiel qu’à la tête du groupe nominal du sujet, dàā ‘père’, et non pas à son dépendant génitival, Pèé. Pour que la coréférentialité avec le dépendant génitival puisse être établie, le marqueur prédicatif portemanteau doit être choisi :

(4.160)

a.

Pèéi

dàāj

dìè

gɛ̰̀

gààzù.

Pe

père

3sg.pret

3sg.refl

emph

voir

miroir

‘Le pèrej dePei a vu soi-mêmej,*i dans le miroir’.

b.

Pèéi

dàāj

gɛ̰̀

gààzù.

Pe

père

3sg.pret>3sg

voir

miroir

‘Le pèrej dePei l’i,k*ja vu dans le miroir’.

149Idem pour le possesseur dans l’exemple (4.161), qui ne peut être coréférentiel au dépendant de la postposition píé que si ce dernier est exprimé par un pronom non-sujet  :

(4.161)

a.

*Kɔ̀ɔ́i

là

nɔ́ɔ̀

pá

Ko

3sg.poss

enfant.pl

3pl.pret

se.rassembler

3pl.nsbj

kíè

mɔ̀

i

píé

kɛ́ì.

recp

sur

3sg.refl

à

chambre

b.

Kɔ̀ɔ́i

là

nɔ́ɔ̀

pá

Ko

3sg.poss

enfant.pl

3pl.pret

se.rassembler

3pl.nsbj

kíè

mɔ̀

i

píé

kɛ́ì.

recp

sur

3sg.nsbj

à

chambre

‘Les enfants de Ko se sont rassemblés dans sa maison’.

150Cependant, si la tête du groupe nominal du sujet est inanimée, alors que le dépendant génitival est animé, ce dernier peut contrôler la réflexivation :

(4.162)

a.

i

zò

āà

nī

i

dàā

mɔ̀.

1sg.nsbj

heart

3sg.prf

forget

2sg.refl

father

on

‘Ili a oublié soni père’.

b.

i

zò

āà

nī

eī

dìè

mɔ̀.

1sg.nsbj

heart

3sg.prf

forget

3sg.refl

emph

on

‘Il s’est oublié’.

151Ensuite, les possesseurs inaliénables ont souvent avoir comme antécédent le groupe nominal autre que le sujet.

1) Premièrement, dans le cas de la coordination des groupes nominaux, le premier groupe nominal coordonné peut devenir l’antécédent du marqueur réfléchi ē qui est le possesseur inaliénable du deuxième conjunct :

(4.163)

nɛ́fúi

ā

ēi

lòóò

ō

sí.

3sg.pret

enfant

dem

3pl.coord

3sg.refl

mère

3pl.nsbj

prendre

‘Il a pris l’enfanti et sai mère’.

152De plus, même en l’absence du premier conjunct, le marqueur réfléchi peut tout de même être employé. Nous considérons dans ce cas que le premier conjunct est exprimé par zéro :

(4.164)

i

ēi

mìà

3pl.coord

3sg.refl

parent.pl

pl

‘lui et ses parents’

153Cependant, le pronom non-sujet peut également être employé dans les deux positions :

(4.165)

[

nā

wà

i

sɔ̀ɔ̄mì

]

wáà

nù.

3sg.nsbj

femme

3pl.coord

3sg.nsbj

amant

dem

3pl.jnt

venir:JNT

‘Sa femmei et soni amant sont venus’.

(4.166)

i

i

ɓɛ́ɛ̄

nì

3pl.coord

3sg.nsbj

ami

pl

‘luii et sesi amis’

154D’après notre étude de corpus, le marqueur réfléchi apparaît lorsque son antécédent est un participant proéminent dans le récit, alors que le pronom non-sujet apparaît pour référer à des participants périphériques.

2) Ensuite, le marqueur réfléchi dans le groupe postpositionnel peut être coréférentiel au groupe nominal objet direct. Comparez les exemples suivants, où, dans le premier exemple, l’antécédent du marqueur réfléchi est le groupe nominal objet direct, et dans le deuxième, le groupe nominal sujet.

(4.167)

Ɓāà

lēē

zɔ̰̀ɔ̰̀

ē

dɛ̰̄

lɛ̀ɛ̄.

2sg.prf

femme

montrer

3sg.refl

mari

pour

‘Tu a montré la femmei à soni mari’.

(4.168)

bɛ̰̀ɛ̰̄,

kpà̰á̰

ɓɛ̄,

āà

gɛ̰̀

gbāā

ē

lòkó

kɛ̀lɛ̀.

3sg.nsbj

aussi

poisson

dem

3sg.prf>3sg

voir

maintenant

3sg.refl

mère

adr

‘Quant à luii, le poisson, ili a vu que sai mère l’avait (lit. : il l’a vu dans la main de sa mère’.

155Il est important que le marqueur réfléchi doive occuper la position du possesseur inaliénable ; s’il dépend directement de la postposition, il ne peut pas référer à l’objet direct :

(4.169)

a.

Kɔ̀ɔ́

lɛ̄

Pèé

zɔ̰̀ɔ̰̀–pɛ̀lɛ̀

dìè

lɛ̀ɛ̄

fòtóò

yí.

 

Ko

3sg.exi

Pe

montrer–inf

3sg.refl

emph

pour

photo

dans

‘Koi montre Pej à elle-mêmei,*j,*k sur la photo’.

156La question de savoir pourquoi les possesseurs inaliénables, contrairement à toutes les autres positions des groupes nominaux, sont plus libres dans leur choix de l’antécédent, demande une investigation supplémentaire.

4.3.3.5. Résumé

157Résumons les données sur la distribution des marqueurs réfléchis. Nous avons commencé par l’analyse classique de réflexivisation avec comme antécédent le sujet de la prédication. Il s’est avéré que le pronom réfléchi de la 3e personne sg ē ne s’emploie indépendamment que dans un nombre assez limité de contextes. Les pronoms non-sujet et possessif de la 3e personne, indépendamment et en combinaison avec des déterminatifs, peuvent avoir des emplois réfléchis distants et pronominaux. Le déterminatif dìè est un procédé universel d’expression de la valeur réfléchie. Employé avec dìè, a) le pronom réfléchi de la 3e personne sg ē s’emploie dans tous les contextes (sauf dans la fonction du marqueur réfléchi distant dans les propositions dépendantes), b) dans la proposition dépendante non-finie, les pronoms non-sujet de la 3e personne sg et pl acquièrent la valeur du marqueur réfléchi distant (tout en gardant la valeur pronominale), c) le pronom non-sujet de la 3e personne pl acquièrt la valeur du marqueur réfléchi local ; de plus, dans la position de l’objet direct et du groupe postpositionnel, cette valeur est la seule possible, la valeur du pronom libre étant exclue. Le déterminatif emphatique est également un moyen d’expression de la réflexivité, mais il ne s’emploie que pour marquer le possesseur.

158Ensuite, nous avons analysé quelques exemples où l’antécédent de la réflexivation n’était pas le sujet de la prédication. Il se trouve notamment que le possesseur animé du sujet inanimé peut contrôler la réflexivation. De plus, le marqueur réfléchi en position de possesseur inaliénable est plus libre dans le choix de l’antécédent que dans toutes les autres positions du groupe nominal : situé dans le deuxième conjunct du groupe coordinatif, il peut avoir comme antécédent le premier conjunct ; situé dans le groupe postpositionnel, il peut avoir comme antécédent l’objet direct. Il n’est pas clair de savoir pourquoi le possesseur inaliénable est si particulier vis-à-vis des règles d’enchâssement des marqueurs réfléchis.

4.3.4. Distribution des marqueurs réfléchis simple et complexe : facteurs sémantiques

159Nous avons évoqué dans la section précédente une restriction par rapport à l’emploi du marqueur réfléchi simple, ē 3sg.refl’, en position d’objet direct et de groupe postpositionnel dans la proposition où se trouve l’antécédent du marqueur réfléchi.

160Commençons par la position d’objet direct. Nous avons étudié 32 emplois de verbes dans une construction réfléchie en examinant la possibilité de l’emploi du marqueur réfléchi simple. Une moitié des exemples correspond à la valeur réfléchie, une autre moitié à la valeur anticausative de la construction en question.

161Examinons d’abord la valeur réfléchie. D’après nos observations, les verbes qui se combinent uniquement avec le marqueur complexe ont tendance à exprimer une action qui n’implique pas le changement d’état du Thème (tɛ̀nɛ̄ ‘s’apprécier’, gɛ̰̀ ‘se considérer’, ex. 4.170). Au contraire, si l’emploi du marqueur simple est possible, le sémantisme du verbe implique généralement une action physique qui change l’état du Thème de l’action (zúlú ‘se laver’, gḭ̀ḭ̄ ‘se blesser, ex. 4.171 et 4.172).

(4.170)

a.

Lɛ́ɛ̀

ē

dìè

gɛ̰̀

dɔ̄mì

ká.

3sg.pret

3sg.refl

emph

voir

chef

avec

b.

*Lɛ́ɛ̀

ē

gɛ̰̀

dɔ̄mì

ká.

3sg.pret

3sg.refl

voir

chef

avec

‘Il se considère comme chef’.

(4.171)

a.

Lɛ̄

ē

dìè

mɛ̀-pɛ̀lɛ̀.

3sg.exi

3sg.refl

emph

taper-inf

b.

 ?Lɛ̄

ē

mɛ̀-pɛ̀lɛ̀.

3sg.exi

3sg.refl

taper-inf

‘Il se tape’.

(4.172)

ē

(dìè)

kṵ́

kwííyɔ̀

ká.

3sg.pret

3sg.refl

emph

se.réchauffer

eau.de.vie

avec

‘Il s’est réchauffé avec l’eau-de-vie’.

162En ce qui concerne la construction réfléchie à valeur anticausative, la présence des composantes orientées vers l’agent du sémantisme verbal est le facteur décisif. Il est utile de regarder la valeur de la construction intransitive. Dans les trois cas où le sémantisme du verbe implique des composantes orientées vers l’agent, qui font qu’il est difficile d’éliminer l’agent de la situation et que, par conséquent, la construction intransitive a la valeur passive (les verbes (bɛ̰̀ɛ̰̄ écrire’, bɛ̀ī réparer’ et ɓèlè manger ; dépenser (l’argent)’, ex. 4.173), le marqueur réfléchi complexe est préféré. Tous les verbes dont le sémantisme ne contient pas de composantes fortes orientées vers l’agent et qui ont la valeur anticausative dans la construction intransitive se combinent avec le marqueur simple (mìīmíí ‘(se) bouger’, lìēlíé ‘(se) refroidir’, ex. 4.174). La seule exception est le verbe gá̰á̰ se traîner’ qui a la valeur anticausative dans la construction intransitive et ne se combine qu’avec le marqueur complexe. Le sémantisme de trois verbes (bḭ̀ḭ̀ se cacher’, kɔ̰̀ɔ̰̀ s’agiter’ et éclore’) ne contient pas de composantes forte orientées vers l’agent, cependant, ils ne s’emploient pas dans la construction intransitive. La seule possibilité pour eux d’exprimer la valeur anticausative est la construction réfléchie, l’emploi du marqueur simple est alors parfaitement admissible.

(4.173)

a.

Wɛ́ì

ē

ē

dìè

ɓèlè.

argent

3sg.pret

3sg.refl

emph

manger

b.

 ?Wɛ́ì

ē

ē

ɓèlè.

argent

3sg.pret

3sg.refl

manger

‘L’argent s’est fait dépenser tout seul (on y voit une force magique)’.

c.

Wɛ́ì

ē

ɓèlè.

argent

3sg.pret

manger

‘L’argent a été dépensé’.

(4.174)

a.

Yíí

lɛ̄

ē

(dìè)

lìèlīē-pɛ̀lɛ̀.

eau

3sg.exi

3sg.refl

emph

se.refroidir-inf

‘L’eau se refroidit (elle-même, mise à côté du feu)’.

b.

Yíí

lɛ̄

lìèlīē-pɛ̀lɛ̀.

eau

3sg.exi

se.refroidir-inf

‘L’eau se refroidit / est en train d’être refroidie par quelqu’un’.

(4.175)

a.

Lɛ̄

ē

dìè

gá̰á̰-pɛ̀lɛ̀

làkólē

pàà.

3sg.exi

3sg.refl

emph

traîner-inf

école

chez

b.

*Lɛ̄

ē

gá̰á̰-pɛ̀lɛ̀

làkólē

pàà.

3sg.exi

3sg.refl

traîner-inf

école

chez

‘Il se traîne à l’école’.

c.

gá̰á̰

làkólē

pàà.

3sg.pret

traîner

école

chez

‘Il s’est traîné à l’école/ il a été traîné à l’école’.

163Par conséquent, deux facteurs prédisposent à l’emploi du marqueur complexe : 1) valeur réfléchie : l’état de Thème ne change pas ; 2) valeur anticausative : présence de composantes fortes oriéntées vers l’agent.

164Nous n’avons pas vérifié systématiquement la différence du sémantisme de la construction avec le même verbe, employé avec le marqueur réfléchi simple et complexe. Il est clair cependant qu’au moins pour certains verbes cette différence est assez nette. Ainsi, dans le cas du verbe gḭ̀ḭ̄ blesser’, la construction réfléchie peut avoir la valeur anticausative, si le marqueur simple est employé (4.176b) ou réfléchie, si le marqueur complexe est employé (4.176c). La construction intransitive avec ce verbe a la valeur passive (4.176a).

(4.176)

a.

gḭ̀ḭ̄

(gèlè

píé).

3sg.pret

blesser

guerre

à

‘Il a été blessé (à la guerre)’.

b.

ē

gḭ̀ḭ̄.

3sg.pret

3sg.refl

blesser

‘Il s’est blessé involontairement’.

c.

ē

dìè

gḭ̀ḭ̄.

3sg.pret

3sg.refl

emph

blesser

‘Il s’est blessé volontairement’.

165Abordons maintenant les verbes aux groupes postpositionnels employés dans les constructions réfléchies. Aucun verbe ne se combine librement avec le marqueur simple, le marqueur complexe étant préférable et dans certains cas le seul possible. En même temps, le sémantisme d’aucun de ces verbes n’implique l’affectation physique du Thème, ce facteur se trouve alors confirmé (voir les exemples 4.147 et 4.149 plus haut). Dans tous les cas la construction a la valeur réfléchie, et non pas anticausative.

4.4. Actants et circonstants postverbaux

166Pour déterminer formellement la structure argumentale, il est important de distinguer les actants des circonstants. Si pour l’objet direct cela ne pose pas de problème, cette distinction est beaucoup moins claire pour les arguments postverbaux. Dans cette section, nous énumérons quelques paramètres qui distinguent les arguments postverbaux, notamment les paramètres syntaxiques qui reflètent leur degré d’enchâssement structurel dans le groupe verbal. Cependant, nous verrons que la délimitation des arguments postverbaux en actants et circonstants n’est pas nette.

1. Choix de la postposition

167Certains arguments postverbaux représentent un rôle sémantique particulier qui est exprimé par un groupe postpositionnel régi par un nombre limité de postpositions, typiquement une ou deux. Lorsque le verbe est employé avec une autre postposition, soit il s’agit d’un cas agrammatical, soit le groupe postpositionnel en question exprime un autre participant de la situation et/ou le sémantisme du verbe change.

168Ainsi, le verbe tɛ̀ká ‘finir’ exige que le groupe postpositionnel exprimant son argument (finir qqch) soit régi par la postposition ou mɔ̀. Le verbe ká̰ employé avec la postposition mɔ̀ a, soit la valeur ‘quitter (qqn)’, soit la valeur ‘permettre (à qqn)’ ; employé avec la postposition il a la valeur ‘se transformer (en qqn/qqch)’.

169Le choix de la postposition qui régit le groupe postpositionnel des compléments circonstantiels peut être prédit en fonction de la valeur exprimée : ainsi, la valeur de superessif est exprimée par la postposition , la valeur de subessif, par la postposition wì, la valeur de cause, par la postposition ŋwɛ́ŋ̀ etc. Par contre, les mêmes rôles sémantiques peuvent être marqués différemment. Ainsi, le bénéficiaire de deux verbes synonymiques, dɔ̀kɛ̄ et nɔ̄ ‘donner’, est exprimé par un groupe postpositionnel régi par les postpositions kɛ̀lɛ̀ et lɛ̀ɛ̄ respectivement.

2. Présence obligatoire du groupe postpositionnel

170Certains groupes postpositionnels sont obligatoires dans les propositions finies. En leur absence, soit l’énoncé devient agrammatical, soit le verbe change de sémantisme, soit sa structure actancielle change.

(4.177)

a.

bḭ́

ī

mɔ̀.

3sg.pret

toucher

2sg.nsbj

sous

b.

*

bḭ́.

3sg.pret

toucher

‘Il t’a touché’ ;

(4.178)

a.

dɔ̄

nɛ́

là.

3sg.pret

arrêter

enfant

sur

‘Il a défendu l’enfant’.

b.

dɔ̄.

3sg.pret

arrêter

‘Il s’est arrêté’.

171Comparez avec le complément circonstantiel :

(4.179)

a.

gbɛ̰̀

ɓū

yí.

3sg.pret

poser

riz

dans

‘Il est descendu vers le (champ de) riz’.

b.

gbɛ̰̀.

3sg.pret

poser

‘Il est descendu’.

  • 12 Les arguments locatifs sont souvent obligatoires auprès des verbes de mouvement, de déplacement dan (...)

172Certains arguments locatifs peuvent être obligatoires. Ainsi, le verbe ‘rester’ exige la présence d’un groupe postpositionnel locatif ou d’un adverbe locatif, par defaut, un groupe postpositionnel avec une postposition et un pronom non-sujet de la 3e personne sg sémantiquement vide12.

(4.180)

Kɔ̄āà

zízàá.

1pl.prf

laisser

derrière

‘Nous sommes en retard (lit. : nous sommes restés derrière)’.

(4.181)

nāá

í

pɛ̄

kùù

gbùò

2sg.conj

vouloir:COND.cond

2sg.conj

chose

nombre

grand

sɔ̀lɔ̄

ɓō

ā,

à

líé

lɛ́ɛ̀

obtention

effectuer

top

3sg.nsbj

devant

3sg.ipfv

ɲɛ̄

à

mɔ̀.

finir:IPFV

laisser :nmlz

3sg.nsbj

intérieur

sur

‘Si tu veux obtenir beaucoup de choses, tu ne gagnes rien (lit. : le résultat finit par le fait de rester là-bas’.

173Dans certains cas, les compléments circonstantiels perdent leur sémantisme lors de la lexicalisation, tout en devenant obligatoires. Ainsi, dans l’expression idiomatique dɔ̄ tá̰à̰, littéralement ‘poser par terre’, la composante obligatoire tá̰à̰ ‘par terre’ n’a pas de rapport avec le sémantisme de l’expression en question ‘interdire’. De même pour l’expression zò gélé ‘énerver’, littéralement ‘brûler le cœur’, le complément circonstanciel X gé ‘dans le ventre de X’ avec un pronom coréférentiel à l’objet direct du verbe est obligatoirement présent ; idem pour l’expression kpóló kpɔ́ maîtriser’ (qui régit la postposition mɔ̀) :

(4.182)

Lɛ̄

ŋ̄

gélé-pɛ̀lɛ̀

ŋ̄

gé.

3sg.exi

1sg.nsbj

cœur

brûler-inf

1sg.nsbj

ventre

‘Il m’énerve’.

174L’expression gí ɓō avorter’ se combine obligatoirement avec l’adverbe yī ‘là-bas’. Le verbe dans la valeur ‘continuer’ régit la postposition , et dans ce cas il demande la présence du nom locatif líé devant’.

(4.183)

sà̰ā̰

líé.

3sg.pret

aller

travail

avec

devant

‘Il a continué le travail’.

175Le verbe ‘(se) rassembler’ exige la présence d’un groupe postpositionnel, sémantiquement vide, qui régit un pronom non-sujet ou réfléchi coréférentiel à l’objet direct (dans le cas de l’emploi transitif du verbe) ou sujet (dans le cas de l’emploi intransitif) accompagné du déterminatif réciproque kíè.

(4.184)

Sèé

āà

mīā

kùù

ō

kíè

mɔ̀.

Se

3sg.prf

personne.pl

nombre

rassembler

3sg.nsbj

recp

sous

‘Se a rassemblé beaucoup de gens’.

176Idem pour le verbe rassembler’ qui régit la postposition ou mɔ̀.

3. Nominalisation et présence des arguments postverbaux

177Certains verbes se nominalisent toujours avec leurs arguments postverbaux (classe 1, 4.185) ; pour certains autres, ceux-ci sont facultatifs (classe 2, 4.189). Dans la classe 1, nous pouvons distinguer une sous-classe 1a qui représente les verbes qui gardent lors de la nominalisation les mêmes compléments postverbaux que dans la proposition finie (4.186). Dans la sous-classe 1b cependant, les verbes se nominalisent avec une postposition autre que celle employée dans la proposition finie (4.187). Dans la sous-classe 1c, les deux variantes sont possibles (4.188). Il est aussi intéressant de noter que le groupe nominal que la postposition régit peut parfois chuter, si elle est non-spécifique, ce qui est typique pour ces verbes avec un argument postverbal sémantiquement vide (4.186b, 4.187c).

(4.185)

a.

Bà̰

à

mɔ̀

wɔ́

sɛ̀.

toucher :nmlz

3sg.nsbj

sous

cop.neg

bon

b.

*Bá̰

wɔ́

sɛ̀.

toucher

cop.neg

bon

(4.186)

a.

Lɛ̄

ŋ̄

gélé-pɛ̀lɛ̀

ŋ̄

gé.

3sg.exi

1sg.nsbj

cœur

brûler-inf

1sg.nsbj

ventre

‘Il m’énerve’.

b.

gèlè

wɔ́

sɛ̀.

personne

cœur

brûler :nmlz

ventre

cop.neg

bon

‘Énerver les gens n’est pas bon’.

(4.187)

a.

ē

ɓō

yī.

3sg.pret

3sg.refl

ventre

enlever

là-bas

‘Elle s’est fait avorter’.

b.

*

ē

ɓō.

3sg.pret

3sg.refl

ventre

enlever

c.

Gí

ɓò

mɔ̀

dɔ̄-ɔ̀

lɛ̄

tá̰à̰.

ventre

enlever :nmlz

sous

arrêter-ger

cop

par.terre

‘L’avortement est interdit’.

d.

*Gí

ɓò

yī

dɔ̄-ɔ̀

lɛ̄

tá̰à̰.

ventre

enlever :nmlz

là-bas

arrêter-ger

cop

par.terre