Navigation – Plan du site

Groupe nominal

Section 3
Maria Khachaturyan
p. 71-120

Texte intégral

1Cette section est consacrée à la structure du groupe nominal et à ses constituants, aux types et aux propriétés de la tête et des dépendants (§3.2–§3.7), §3.8 portant sur les groupes nominaux avec un pronom en tête. §3.9 traite des moyens d’exprimer le pluriel, et des règles d’accord en nombre sont analysées. §3.10 porte sur la coordination et la disjonction des groupes nominaux.

2Nous commençons par distinguer deux classes syntaxiques de noms, autosémantiques et relationnels, §3.1. Ce qui permet de répartir les noms en classes est leur combinabilité : si les noms relationnels se combinent avec le pronom non-sujet, les noms autosémantiques se combinent avec les pronoms possessifs. Combinés avec des dépendants nominaux, les noms autosémantiques, en règle générale, sont employés dans la forme d’état construit alors que les noms relationnels sont employés dans la forme de base. En même temps, les dépendants de tous les noms autosémantiques sont facultatifs, alors que les dépendants des noms relationnels peuvent être soit facultatifs, soit obligatoires, §3.1.2.

3La tête du groupe nominal peut être exprimée par un pronom (§3.8) ou un nom. Les noms peuvent avoir les dépendants suivants : adjectif, §3.5, numéral, §3.6, déterminatif, §3.7, groupe nominal, §3.3, groupe postpositionnel, §3.4, pronom non-sujet (dans le cas des noms relationnels, §3.1), pronom possessif ou groupe nominal suivi d’un pronom possessif (dans le cas des noms autosémantiques, §3.2). Le nom peut également avoir comme dépendant un groupe verbal nominalisé qui peut être accompagné de compléments circonstanciels (un groupe postpositionnel, un adverbe). Les dépendants des pronoms peuvent être : les adjectifs, les numéraux, les déterminatifs, autrement dit, tous les dépendants postposés à la tête.

4Les adjectifs en règle générale sont postposés aux noms. Le possesseur est toujours préposé. Les déterminatifs et les numéraux sont toujours postposés. Les adjectifs précèdent les numéraux qui, à leur tour, précèdent les déterminatifs (sauf les déterminatifs du pluriel). Les groupes verbaux nominalisés et les groupes postpositionnels sont préposés. Le nom avec un ou des dépendants préposés peut être employé dans la forme d’état construit à ton bas, §3.3.

Les structures des groupes nominaux sont résumées dans le Tableau 3.1.

Tableau 3.1. Structures des groupes nominaux

structure

exemple

traduction et glose

Nhead — Adj

ká gbùò

‘grande maison’ ; <maison grand>

Pronnsbjhead — Adj

à zīī

‘le plus vieux d’entre eux’ ; <3sg.nsbj vieux>

Nhead — Det

ká vɔ̀

‘des maisons’ ; <maison pl>

Pronnsbjhead — Det

kō dò

‘un d’entre nous’ ; <1pl.nsbj indef>

Nhead — Num

ká yààkā

‘trois maisons’ ; <maison trois>

Pronnsbjhead — Num

à yààkā

‘trois d’entre eux’ ; <3sg.nsbj trois>

np — Nhead

yílí kɔ̀

‘branche d’un arbre’ ; <arbre branche>

Pronnsbj — Nhead

à kɔ̀

‘sa branche’ ; <2sg.nsbj branche>

Adj — Nhead:CS

gbùò kà

‘grande maison’ ; <grand maison:CS>

(np) — Pronposs — Nhead

Pèé là ká

‘maison de Pe’ ; <Pe 3sg.poss maison>

vpnmlz — Nhead

dɔ̄ mì

‘chef’ ; <commander personne:CS>

pp — Nhead

tóó yí félé

‘boucles d’oreille’ ; <oreille dans cercle>

pp — Nhead:CS

Kpàŋwɛ́í pà mìà

‘les gens de Bangueta’ ;

<Bangueta chez personne.pl:CS>

Tableau 3.2. Ordre des constituants dans le groupe nominal

np – Pronposs

np

vpnmlz

Nhead / Nhead:CS/ Pronnsbj

Adj

Num

Det

Pronnsbj

Adj

pp

5L’ordre des constituants dans le groupe nominal (mis à part les groupes nominaux représentés par des groupes verbaux nominalisés, voir §4.2) est résumé dans le Tableau 3.2.

3.1. Noms relationnels et noms autosémantiques

6En mano sont attestés deux types de constructions nominales avec un dépendant pronominal, la construction au pronom non-sujet et celle au pronom possessif :

(3.1)

ŋ̄

kɔ̀

vs

ŋ̀

1sg.nsbj

main

1sg.poss

maison

‘ma main’ vs ‘ma maison’.

  • 1 Comme nous le verrons plus loin, les noms polysémiques peuvent avoir une double appartenance aux cl (...)

7En fonction du type de pronom avec lequel le nom se combine, nous répartissons les noms1 en deux classes : les noms relationnels (qui se combinent avec les pronoms non-sujets, comme le nom kɔ̀ ‘main’ dans l’exemple (3.1) et les noms autosémantiques (qui se combinent avec les pronoms possessifs, comme le nom ‘maison’ dans le même exemple, ou ne se combinent ni avec les uns, ni avec les autres).

  • 2 Nous pouvons ainsi dire que les noms relationnels ont une valence, leur actant étant le dépendant g (...)

8Nous appellerons la position auprès du nom relationnel remplie par le pronom non-sujet la position du dépendant génitival. Elle peut également être remplie par un nom ou un groupe nominal juxtaposés à la tête : mī kɔ̀ ‘main d’une personne’ <personne + main>. Pour un grand nombre de noms relationnels (mais pas tous), cette position est obligatoirement remplie par un moyen ou un autre2.

9La définition des noms relationnels que nous avons donnée est basée sur leur combinabilité, et est par conséquent purement syntaxique. En linguistique, cependant, la notion du nom relationnel est introduite du point de vue du sémantisme, étant traditionnellement liée à la relation possessive et à la notion de la possession aliénable et inaliénable, voir notamment (Nichols 1988). Les noms relationnels typiques sont les termes de parenté, les parties du corps et d’objets. Cependant, en mano le dépendant génitival d’un nom relationnel n’est pas toujours sémantiquement un possesseur (par exemple dans le cas du nom tɔ̀nɔ̄ ‘bénéfice de qqch’), tandis que la classe même des noms relationnels est sémantiquement très hétérogène. Elle inclut notamment les noms qui désignent des attributs, des noms de plats, des noms d’actions etc. Nous examinerons dans §3.1.1 les classes sémantiques des noms relationnels et le rôle sémantique du dépendant génitival. Nous montrerons que le sémantisme d’un nom motive son appartenance à une classe plutôt qu’à une autre, mais ne permet pas de le prédire exhaustivement.

3.1.1. Classes sémantiques des noms relationnels

10Nous distinguons parmi les noms relationnels les types sémantiques suivants :

1) termes de parenté : dàā ‘père’, lēkè ‘frère/sœur cadet(te)’, 23 lexèmes dans notre dictionnaire. Le nom nɛ́ ‘enfant’ est le seul terme de parenté autosémantique, il s’emploie non pas avec un pronom non-sujet, mais avec un pronom possessif ;

2) noms qui désignent des relations sociales non liées à la parenté : bèá ‘personne de même âge’, tɔ́ɔ́má ‘homonyme’, gèlè ‘ennemi’, gɔ̰̀á̰ ‘égal’, kélá ‘témoin (de qqn, qch)’, yókò ‘ennemi’, 6 lexèmes ;

3) parties du corps, plantes, excrétions et liquides physiologiques : ‘cœur’, sèē ‘ongle’, vṵ̀ṵ̄ ‘pellicules’, líà ‘sang’, 93 lexèmes ; parties significatives d’objets : ‘source’, gbá̰á̰ ‘plafond’, gbɔ̀lɔ́ ‘charpente en bois de cases’, 5 lexèmes ;

4) noms d’ensembles, des mesures : kɔ́ɔ́yí 1. ‘ensemble d’objets du même type’ ; 2. ‘plantation’, kɔ̀pāà ‘poignée’, gbà̰à̰ ‘liasse’, kpíní ‘enveloppe’, 8 lexèmes ;

5) lexèmes à valeur spatiale : yàlà ‘place’, ‘partie basse’, 14 lexèmes ;

6) noms d’action, qui ne s’emploient qu’avec une classe restreinte de verbes à valeur abstraite en formant ainsi un prédicat complexe : sɛ́kɛ̀ ɓō ‘(se) fatiguer’ <fatigue + effectuer> ; sōō sí ‘hurler’ <hurlement + prendre>, 19 lexèmes (pour plus de détails sur les prédicats complexes, voir Khachaturyan 2013a) ;

7) noms désignant des attributs (physiques ou abstraits) : ɲɔ́nɔ́ ‘saveur’, ŋwūnà ‘sorte’, fàŋá ‘force’, lɔ̀ɔ̄ ‘amour vis-à-vis de qqn’, tɔ̀nɔ̄ ‘bénéfice de qqch’, zùō ‘paralysie’, tɔ́ ‘nom’, tɛ̰́ɛ̰́ ‘totem’, 39 lexèmes ;

8) noms de plats : ɓáá ‘bouillie (de riz)’, fìlí ‘pilaf’ (riz mélangé à la viande ou au poisson : kpà̰á̰ fìlí ‘pilaf de poisson’), 3 lexèmes ;

9) lexèmes désignant une propriété (constante ou provisoire) : fɔ́nɔ́ ‘salaire’, kɛ̄pɛ̀ ‘héritage’, sāmā ‘cadeau’, sālà ‘salaire’, wɔ̀lɔ̀ ‘logement’, kɔ́nɔ́ ‘nourriture’, 6 lexèmes ;

10) noms désignant le sexe ou l’âge d’un animal : gɔ̰́ ‘mâle’, ‘femelle’, ɲɔ̀nɔ́ ‘petit (d’un animal)’, 3 lexèmes.

11Le dépendant génitival auprès du nom relationnel peut avoir les fonctions sémantiques suivantes :

1) l’ensemble par rapport à une partie, une composante. Ce sémantisme caractérise les noms qui désignent les parties du corps ou de plantes, les liquides physiologiques, les parties significatives d’objets, ainsi que les lexèmes à valeur spatiale et certains autres : yílí kɔ̀ ‘branche d’un arbre’, yílí wì ‘pied d’un arbre’, ká gbá̰á̰ ‘plafond d’une maison’, wìì kpíní ‘enveloppe avec de la viande’, nīàkà gbɔ̀lɔ́ ‘charpente d’une case’ ;

  • 3 En règle générale, le dépenant génitival ayant la valeur de materiel exige que le nom en tête soit (...)

2) le matériel. Ce sémantisme caractérise les dépendants génitivaux de deux noms des plats : kpà̰á̰ fìlí ‘pilaf de poisson’3 ;

3) la totalité par rapport à une partie. Ce sémantisme caractérise les noms des ensembles et des mesures : ɓū kɔ̀pāà ‘poignée de riz’ ;

4) l’ego par rapport aux termes de parenté et d’autres relations sociales non liées à la parenté : ŋ̄ dàā ‘mon père’, ŋ̄ tɔ́ɔ́má ‘mon homonyme’ ;

5) le propriétaire d’objets, le porteur d’attributs : ŋ̄ sāmā ‘mon cadeau’, ɓòō ɲɔ́nɔ́ ‘goût de la sauce’, mī ɓɛ̄ lɔ̀ɔ̄ ‘amour vis-à-vis de cette personne’, ɓò gɔ̰́ ‘bouc (lit. : mâle de bouc/chèvre’) ;

6) un participant à la situation par rapport à un nom d’action. En fonction du contexte, le dépendant génitival peut désigner des participants différents. Ainsi, le dépendant génitival du nom sɛ́kɛ̀ ‘fatigue’ qui fait partie d’un prédicat complexe peut être coréférentiel au sujet, dans ce cas le prédicat aura la valeur réfléchie, ou non coréférenciel, dans ce cas le dépendant génitival désignera l’objet de l’action :

(3.2)

i

ōi,j

sɛ́kɛ̀

ɓō-pɛ̀lɛ̀.

3pl.exi

3pl.nsbj

fatigue

effectuer-inf

‘Ils sont fatigués/ ils les fatiguent’.

12Le sémantisme d’un lexème donné motive son appartenance à la classe des noms autosémantiques ou relationnels. Cependant, il ne suffit pas pour répartir les lexèmes en ces deux classes d’une manière univoque. Les lexèmes sémantiquement proches peuvent se trouver dans deux classes différentes : ainsi, les noms nɛ́ ‘enfant’ et sùūlàmìà ‘descendance’ sont autosémantiques, tandis que les noms ɲɔ̀nɔ́ ‘petit (d’un animal)’ et génɔ̀ɔ̄ ‘enfants du même père’ sont relationnels. Le nom fìlí ‘pilaf’ est relationnel, la composante principale de ce plat (viande ou poisson) est obligatoirement indiquée : wìì fìlí ‘pilaf de viande’. Cependant, le mot ɓòō ‘sauce’ est autosémantique, il est employé dans la forme d’état construit lorsque la composante principale est précisée : béīlɛ́ɛ́ ɓòò <manioc + feuille + sauce.cs> ‘sauce aux feuilles de manioc’.

13Abordons maintenant les noms qui désignent les noms d’action. Le dépendant génitival des noms de ce type a comme fonction d’être un des participants de la situation, un autre occupant la position du sujet. La troisième position que les participants de la situation peuvent occuper est le groupe postpositionnel. Dans l’exemple (3.3) le destinataire occupe la position du dépendant génitival d’un nom d’action, alors que dans l’exemple (3.4) il occupe la position du groupe postpositionnel. Par conséquent, la façon de marquer les participants de la situation est définie lexicalement, ainsi que la classe syntaxique (relationnel ou autosémantique) des noms d’action.

(3.3)

sōō

sí-pɛ̀lɛ̀.

3pl.exi

2pl.nsbj

hurlement

prendre-inf

‘Ils hurlent sur vous’.

(3.4)

sɛ̀nɛ̄

ɓō-pɛ̀lɛ̀

lɛ̀ɛ̄.

3pl.exi

demande.de.pardon

effectuer-inf

1pl.nsbj

à

‘Il nous demandent pardon’.

14Par conséquent, le fait qu’un nom donné appartienne à la classe des noms relationnels n’est pas prédéfini par son sémantisme. Néanmoins, nous pouvons observer certaines tendances.

3.1.2. Présence obligatoire du dépendant génitival

15Le dépendant génitival est obligatoire devant certains noms relationnels tout en étant facultatif devant d’autres. Comparez ex. (3.5) et (3.6) : l’emploi du nom kīī ‘peau’ est possible avec ou sans dépendant génitival, tandis que l’emploi du nom kpíní ‘emballage’ est agrammatical sans dépendant génitival, même dans le contexte générique.

(3.5)

Kīī

wɛ̄

lɛ̄

wìì

kīī

ká.

peau

dem

3sg.exi

animal

peau

avec

‘Cette peau est une peau d’animal’.

(3.6)

a.

*Lɛ́ɛ̀

kpíní

kɛ̀

sɛ̀.

3sg.ipfv

emballage

faire:IPFV

bien

b.

Lɛ́ɛ̀

pɛ̄

kpíní

kɛ̀

sɛ̀.

3sg.ipfv

chose

emballage

faire:IPFV

bien

‘Elle fait les emballages des choses bien’.

16Le contexte qui permet distinguer les deux types des noms est la position d’un nom relationnel donné en tant que dépendant d’un autre nom.

(3.7)

a.

*gbá̰á̰

yìlì

charpente

arbre:CS

b.

ká

gbá̰á̰

yìlì

maison

charpente

arbre:CS

‘bois pour la charpente (de la maison)’

(3.8)

a.

tɔ́ɔ́má

mìà

homonyme

personne.pl:CS

‘homonymes’

b.

ŋ̄

tɔ́ɔ́má

mìà

1sg.nsbj

homonyme

personne.pl:CS

‘mes homonymes’

17Les noms relationnels se répartissent ainsi en trois catégories : 1) ceux devant lesquels le dépendant génitival est toujours obligatoire ; 2) ceux devant lesquels le dépendant génitival ne peut être absent que lorsque le nom relationnel en question est à la tête d’un groupe nominal, dépendant d’un autre nom ; et ceux devant lesquels les dépendants génitivaux sont toujours facultatifs. Dans notre dictionnaire mano, il existe 153 noms du premier type, 48 noms du deuxième type et 18 noms du troisième type. Cette classification est préliminaire pour plusieurs raisons : premièrement, tous les noms relationnels du premier type n’ont pas été systématiquement vérifiés dans ce contexte, deuxièmement, il peut se trouver que, pour un nom relationnel donné, dans le même contexte, mais avec un autre nom en tête, ou même dans d’autres contextes son dépendant génitival s’avère facultatif.

18Les propriétés du dépendant génitival (obligatoire ou facultatif) ne sont pas prédéfinies par le sémantisme du nom relationnel en tête. Ainsi, le dépendant génitival du nom kpànē ‘soupe (de viande, de poisson)’ est facultatif, alors que celui du nom fìlí ‘pilaf’ (riz mélangé avec de la viande ou du poisson) est toujours obligatoire. 4 noms sur 18 dont le dépendant génitival est facultatif désignent des parties du corps ou d’objets (búlú ‘foie’, kpū ‘tuméfaction’).

19Examinons le nom sālàsalaire’ dont le dépendant génitival est toujours facultatif. L’exemple (3.9a) illustre son emploi avec un pronom non-sujet, ce qui justifie son classement parmi les noms relationnels. L’exemple (3.9b) illustre son emploi dans le contexte distinctif en tant que dépendant d’un autre nom, , qui est employé dans la forme d’état construit. Nous voyons que dans ce contexte l’emploi du dépendant génitival de sālà est facultatif. De même pour l’exemple (3.9c) où sālà est employé en position de groupe nominal relativisé, toujours sans dépendant génitival.

(3.9)

a.

sālà

lɛ̄

sɛ̀.

3sg.nsbj

salaire

3sg.exi

bon

‘Son salaire est bon’.

b.

sālà

salaire

personne:CS

‘la personne qui distribue les salaires (lit. : personne du salaire)’

c.

Sālà

tɛ́

zèē

wɛ̄

lɛ̄

sɛ̀.

salaire

rel

ici

dem

3sg.exi

bon

‘Les salaires sont bons ici’.

20Fɔ́nɔ́ ‘salaire’, un synonyme de sālà, demande toujours un dépendant génitival.

(3.10)

a.

fɔ́nɔ́

lɛ̄

sɛ̀

zèē.

3Spl.nsbj

salaire

3sg.exi

bon

ici

b.

*Fɔ́nɔ́

lɛ̄

sɛ̀

zèē.

salaire

3sg.exi

bon

ici

‘Les salaires sont bons ici’ (lit. « leurs salaires »).

c.

mīā

fɔ́nɔ́

ɓō

personne.pl

salaire

effectuer

personne:CS

d.

*fɔ́nɔ́

ɓō

salaire

effectuer

personne:CS

‘personne qui donne le salaire (des gens)’

21Examinons le contexte distinctif, à savoir le contexte où le nom relationnel en question fait partie d’un groupe nominal qui dépend d’un autre nom. Ces exemples ont la structure (Ngen Nrel) Nhead, où Ngen est un dépendant génitival, Nrel est le nom relationnel en question, les deux constituant un groupe nominal qui dépend de Nhead, la tête. Nous allons examiner des paires de noms relationnels sémantiquement proches employés dans des constructions syntaxiquement et sémantiquement semblables. L’un des lexèmes est obligatoirement employé avec un dépendant génitival, l’autre a un emploi facultatif. D’après nos données, le caractère obligatoire de Ngen ne dépend ni du sémantisme de Nhead, ni du sémantisme de la relation entre Nhead et son dépendant (Ngen Nrel).

22Dans la paire suivante, Nhead est juxtaposé à son dépendant (Ngen Nrel) : une maison qui se trouve sur la cime d’une montagne ; une chose qui est dans l’estomac (les viscères). Le nom relationnel tùlūcime’ est obligatoirement accompagné de son Ngen, alors que le nom ventre’ ne l’est pas.

(3.11)

a.

tɔ̀ŋ̀

tùlū

montagne

cime

maison:CS

b.

*tùlū

cime

maison:CS

‘maison sur la cime de la montagne’

(3.12)

a.

wìì

pɔ̀ɔ̀ ;

animal

ventre

chose.pl:CS

‘les viscères (lit. : les choses du ventre) d’un animal’

b.

pɔ̀ɔ̀

ventre

chose.pl:CS

‘viscères’

23Dans les exemples suivants, le groupe nominal dépendant de Nhead contient un groupe verbal nominalisé à la base du verbe kɛ̄ et son objet direct contenant la structure (Ngen Nrel). Dans l’exemple (3.13) le groupe nominal résultant a la structure ((Ngen Nrel)do kɛ̄) Nhead. Dans l’exemple (3.14) la structure est plus complexe : (((Ngen Nrel) Nhead)do kɛ̄) Nhead. Le nom relationnel kpòòcrâne’ dans l’ex. (3.13) est obligatoirement accompagné de son Ngen, alors que le nom gā̰jambe’ dans l’ex. (3.14) ne l’est pas.

(3.13)

a.

kpòò

kɛ̄

personne

crâne

faire

personne:CS

b.

*kpòò

kɛ̄

crâne

faire

personne:CS

‘chasseur de têtes des gens (lit. : personne qui fait les têtes des gens)’

(3.14)

a.

gā̰

ɲɛ̀ɛ̀

kɛ̄

personne

jambe

médicament

faire

personne:CS

‘personne qui traite les jambes des gens’

b.

gā̰

ɲɛ̀ɛ̀

kɛ̄

jambe

médicament

faire

personne:CS

‘personne qui traite les jambes’

24Une structure (Ngen Nrel) Nhead avec Ngen et Nhead coréférentiels, tous les deux exprimés par des groupes nominaux, est impossible, puisque sinon une expression référentielle contiendrait soi-même récursivement (cf. en français : une expression comme « une personne au grand front de personne » est peu naturelle). Par conséquent, si le dépendant génitival est obligatoire, comme pour le nom pēlà ‘front’ l’ex. (3.15b), la construction (Ngen Nrel) Nhead ne peut pas être employée, une construction finie est employée à sa place pour rendre une valeur similaire (3.15a). Cependant, le dépendant génitival du mot yɛ́lɛ́ ‘soin’ est facultatif, c’est pourquoi (3.16b) est grammatical.

(3.15)

a.

ɓɛ̄

pēlà

lɛ̄

gbùò.

personne

dem

front

3sg.exi

grand

‘Cette personne a un grand front’.

b.

*pēlà

gbùò

‘front

grand

personne:CS’

(3.16)

a.

Lɛ́ɛ̀

ē

yɛ́lɛ́

kɛ̀

mɔ̀.

3sg.ipfv

3sg.refl

soin

faire:IPFV

personne

sur

‘Il prend soin des gens (lit. : il fait son soin sur les gens)’.

b.

yɛ́lɛ́

kɛ̄

soin

faire

personne:CS

‘personne attentive’

25Nous voyons que les dépendants génitivaux de noms relationnels peuvent être présents obligatoirement ou pas sans que l’on puisse le prédire en fonction du sémantisme du nom relationnel en question, du sémantisme ou de la syntaxe de la construction employée.

26Notons que dans la coordination, le dépendant génitival du deuxième groupe nominal coordonné peut être absent. Nous n’avons relevé qu’un cas de ce type :

(3.17)

a.

ī

lèē

ī

dàā

2sg.nsbj

mère

3pl.coord

2sg.nsbj

père

b.

ī

lèē

dàā

2sg.nsbj

mère

3pl.coord

père

‘ta mère et ton père’

3.1.3. Polysémie et classes syntaxiques des noms

27Certains noms polysémiques sont ambivalents : employés dans une valeur, ils appartiennent à la classe autosémantique, employés dans une autre valeur, ils appartiennent à la classe relationnelle. Ces noms sont énumérés dans le Tableau 3.3.

Tableau 3.3. Noms à valeurs autosémantique et relationnelle

  • 4 En mano, les noms des enfants sont ordinaux : Sèé premier fils’, Ɲàádeuxième fils’, Pèétroisiè (...)
  • 5 Manière de s'adresser à une femme mariée.
  • 6 Qui rend la sauce gluante.

valeurs autosémantiques

valeurs relationnelles

bḭ́

nuit

ombre, dessin, photographe

Sèé

nom de garçon

premier fils4

gèlè

guerre

ennemi

kīī

chaussures

peau

kɔ̀

façon

main

kɔ́nɔ́

culture agricole

nourriture

kpáá

pont

chemin

travail, fonction

bouche

lèēlèè

madame5

propriétaire (fem.)

màā

vieille dame

belle-mère, grand-mère

ɲɔ́nɔ́

graisse, huile

goût, plaisir

ŋwū

cheveux

tête

zá̰

plante, sp.6

propriété d’être gluant

3.2. Relation possessive

28En mano, la relation possessive, qu’on définit suivant D. Creissels comme « participation d’une unité (communément désignée comme possédé) à la sphère personnelle d’un individu (communément désignée comme possesseur) » (Creissels 2006 : 143), peut être exprimée de plusieurs manières.

1. Construction avec un pronom possessif

29Lorsque le possédé est un nom autosémantique, la construction possessive la plus fréquente est celle avec un pronom possessif. Le groupe nominal du possesseur est accompagné par un pronom possessif accordé avec lui par la personne (3e) et le nombre.

(3.18)

a.

ŋ̀

1sg.poss

maison

‘ma maison’

b.

3sg.poss

maison

‘sa maison’

c.

Sèé

Се

3sg.poss

maison

‘maison de Se’

d.

mīā

ɓɛ̄

personne.pl

dem

3pl.poss

maison

‘la maison de ces gens’

2. Nom relationnel et son dépendant génitival

30Les relations sémantiques entre certains mais pas tous les noms relationnels et leurs dépendants génitivaux peuvent être caractérisées comme possessives. Cela concerne tout d’abord les termes de parenté (ŋ̄ dàā ‘mon père’), les parties du corps (à kɔ̀ ‘sa main’) et les liquides physiologiques (ŋ̄ líà ‘mon sang’) et certains autres (à sālà ‘son salaire’). Dans ces constructions, le possesseur pronominalisé est exprimé par un pronom non-sujet, alors que le groupe nominal du possesseur est juxtaposé à la tête (dɔ̄mì dàā ‘le père du chef’, nɛ́ kɔ̀ ‘la main d’un enfant’, yɔ̄ɔ̀tɔ̄lɔ̀ sālà ‘salaire du médecin’).

3. Déterminatifs emphatiques et dìè

31Les déterminatifs emphatiques et dìè peuvent marquer la relation possessive avec un nom relationnel (exemples 3.19 et 3.21) aussi bien qu’avec un nom autosémantique (exemples 3.20 et 3.22). Employé avec le déterminatif dìè, le possédé autosémantique est facultativement marqué par le ton bas — marqueur d’état construit.

4. Construction génitivale

(3.19)

kèlè

ɓō !

2sg.nsbj

emph

carapace

enlever

(En s’adressant à un enfant vexé par d’autres enfants) ‘Venge-toi !’ (lit. : enlève ta carapace).

(3.20)

béī

personne

indef

emph

manioc

‘manioc de personne’

(3.21)

ŋ̄

dìè

fòtóò

1sg.nsbj

emph

photo

‘ma propre photo’

(3.22)

à

dìè

ɓū/ɓù

3sg.nsbj

emph

riz/riz:CS

‘son propre riz’

32Le marquage morphologique du possédé autosémantique serait la seule différence entre les déterminatifs dìè et employés dans le syntagme possessif.

3.3. Construction génitivale

33Nous appelons une construction génitivale le groupe nominal dans lequel le dépendant du nom est un autre nom ou groupe nominal, y compris un groupe verbal nominalisé. Nous appelons par conséquent ce dépendant le dépendant génitival. En mano, la tête d’une telle construction est toujours positionnée à droite. Les composantes des constructions génitivales qui consistent en nom relationnel et son dépendant génitival sont généralement juxtaposées, sans que ni la tête, ni le dépendant ne soient marqués.

(3.23)

líà

kpāā

sang

chemin

‘veine’

34Nous avons relevé quatre cas où les noms relationnels ont été employés dans la forme d’état construit à ton bas. Dans deux cas, il s’agissait d’un emploi du mot kpólócorps’, dans le troisième cas, c’était le nom sɛ̰́ḭ́ ‘flanc’. Chaque fois le dépendant génitival, au lieu de désigner le possesseur, valeur typique des dépendants génitivaux des parties du corps, désignait un attribut. Autrement dit, le dépendant a été employé dans une valeur non typique.

(3.24)

séŋ́

lɛ̄

ɓéē

kpòlò

yí.

personne

chaque

3sg.exi

personne

vivant

corps:CS

dans

‘Chacun est un être humain (lit. : chacun est dans le corps de personne vivante)’.

(3.25)

zàá

sɛ̰̀ḭ̀

kɛ̄

yàà.

estomac

dans

flanc:CS

faire

maladie:CS

‘inflammation de l’estomac’

35Enfin, dans le quatrième cas, il s’agit de la combinaison idiomatique ɲɛ̀ɛ̄ wɛ̀lɛ̀œil’ <visage + os:CS>. Le composant wɛ́lɛ́os’, un nom relationnel, est assez fréquent dans des combinaisons idiomatiques, étant toujours, sauf dans le cas en question, employé dans sa forme de base.

36Les syntagmes génitivaux à la base d’un nom autosémantique sont plus complexes : leur tête peut être marquée par le ton bas — marqueur d’état construit : Wálà kà ‘église’ <Dieu + maison:CS>. Les données issues de l’élicitation montrent que dans presque tous les cas où un nom autosémantique est employé dans une construction génitivale le marquage est présent. Les exceptions sont kwííyɔ̄ <Européen+vin de raffia> ‘canne à sucre’ (cf. : kwííyɔ̀ <Européen+vin de raffia:CS> ‘bierre’) et pɛ̄kúlúsòō ‘bicyclette’ <fer+cheval>. Il est rare que le marquage par le ton bas soit facultatif, comme dans l’ex. (3.26) ; le plus souvent il est préférable (3.27), ou même obligatoire (3.28).

(3.26)

ɲɛ̀ɛ̄

yìì

 =

ɲɛ̀ɛ̄

yíí

ventre

eau:CS

visage

eau

‘larmes’

(3.27)

yɔ̄

yìlì

 =

 ?yɔ̄

yílí

vin de palme

arbre:CS

vin de palme

arbre

‘raffia’

(3.28)

gbō

kà ;

*gbō

ká

excréments

maison:CS

excréments

maison

‘latrines’

37Nous avons relevé dans le corpus des textes des constructions génitivales avec une tête autosémantique qui n’a pas été marquée par le ton bas. En voici quelques exemples :

kpóŋ́là lōà ‘femmes du monde’ <monde + femme.pl> ;

gbàlà kìē ‘chimpanzé kpellé (un homme kpellé transformé en chimpanzé)’ <kpellé + chimpanzé> ;

gàlà yílí ‘bois pour une haie’ <clôture + arbre> ;

tóó yí félé ‘boucles d’oreille’ <oreille + intérieur + cercle> ;

Sèé Gà̰píé kɛ́ì ‘dans la maison de Se Gan’ <Se + Gan + lieu + chambre> ;

gèlè gɔ̰̄ kúlá ‘guerrier’ <guerre + lutter + guerrier>.

38Dans la plupart des constructions génitivales composées de noms, ainsi que dans toutes les constructions contenant un verbe nominalisé attestées dans notre corpus, la tête est employée dans la forme d’état construit :

(3.29)

kpílì

líé

mìà

funérailles

devant

prendre

personne.pl:CS

‘les organisateurs des funérailles’

(3.30)

kìē

yìì

pìè

chimpanzé

habiter

lieu:CS

‘le lieu où habitent les chimpanzés’

39Nous pouvons ainsi conclure que, contrairement aux données de l’élicitation qui montrent que le marquage de la tête autosémantique de constructions génitivales par le marqueur d’état construit est facultatif, ce marqueur est, en règle générale, présent dans les textes.

40Résumons la corrélation entre le marquage et la classe syntaxique de la tête de la construction génitivale. Les noms relationnels, en règle générale, ne demandent pas le marqueur d’état construit. Le marqueur d’état construit est facultatif pour la moitié des exemples élicités ayant comme tête un nom animé. Cependant, dans le parler spontané, il est le plus souvent présent.

3.4. Construction avec un groupe postpositionnel

41Les noms autosémantiques aussi bien que relationnels peuvent avoir comme dépendant un groupe postpositionnel. En mano, les postpositions se répartissent en deux groupes : dans l’un, chaque postposition correspond à un nom relationnel homonymique qui désigne un terme spatial ( ‘dans’, ‘intérieur’, píé ‘chez’, ‘trace, lieu’, ‘sur’, ‘surface’), dans l’autre, les postpositions n’ont pas de correspondant nominal (lɛ̀ɛ̄ ‘pour’, ŋwɛ́ŋ̀ ‘à cause de’). Ainsi les constructions avec une postposition du premier type peuvent être interprétées de deux manières : comme groupe postpositionnel ou comme construction avec un nom relationnel :

(3.31)

tóó

félé

[oreille

intérieurNrel]np

cercle

[oreille

dans]pp

cercle

‘boucles d’oreille’

  • 7 Il est intéressant de noter que dans la langue wan, qui appartient également au même groupe que le (...)

42D’après la deuxième interprétation, ces constructions sont un type de construction génitivale. Cependant, d’après la première interprétation, elles doivent être distinguées comme un type séparé, à savoir une construction avec un nom en tête et un dépendant exprimé par un groupe postpositionnel7. Dans tous les cas, cette interprétation est plus convenable pour les constructions aux postpositions du 2e groupe (ceux qui n’ont pas de correspondant nominal) :

(3.31)

kpòò

mɔ̀

kɛ̀ì

crâne

sur

plume:CS

‘plumes sur la tête’

  • 8 La forme du nom kpà̰á̰ est ambiguë dans ce contexte : elle peut être interprétée en tant que form (...)

(3.32)

yíí

ɓɛ̄

kpà̰á̰8

eau

dem

dans

poisson

‘poisson de cette rivière’

43Lorsque la tête de la construction à postposition d’un des deux types est autosémantique, elle est facultativement marquée par un ton bas – marqueur d’état construit (voir les ex. 3.33, 3.34, 3.35), tandis que la tête relationnelle ne reçoit pas de marquage spécifique (3.36).

(3.33)

ɲɛ́ŋɛ̀īpíé

ɲɛ̀nɛ̀

soir

soleil:CS

‘soleil de soir’

(3.34)

Sèé

píé

kpà̰ā̰nà

Se

chez

terrain

‘terrain de Se’

(3.35)

Kpàŋwɛ́í

mìà

Banguéta

chez

personne.pl:CS

‘les gens de Banguéta’

(3.36)

nɛ́ŋ̀

kpɔ́à

jeune.fille

chez

ruine

‘ruines du village des jeunes filles (lit. : ruines de chez les jeunes filles)’

3.5. Construction adjectivale

44Dans la construction adjectivale, en règle générale, l’adjectif suit le nom : yílí gbùò ‘grand arbre’ <arbre + grand>, lēē kpáà ‘vieille femme’ <femme + vieille>. Le nom est employé dans sa forme de base.

45L’ordre inverse adjectif – nom est également admissible. Dans ce cas le nom est facultativement employé dans la forme d’état construit à ton bas : ɓéē gɔ̰̀/gɔ̰̄ ‘homme vivant’ <vivant + homme:CS/homme>, gbùò yìlì/yílí ‘grand arbre’ <grand + arbre:CS/arbre>. Nous n’avons pas pu définir les conditions dans lesquelles le marqueur d’état construit est obligatoire. Cette construction est synonyme de la construction d’ordre N – Adj. Cependant, il est important de noter que quasiment tous les exemples avec l’ordre de mots inverse ont été obtenus par l’élicitation, alors que dans le parler spontané cet ordre n’a été attesté qu’une fois, le marqueur y étant présent : wòlówōló lèè ‘femme bavarde’ <bavard + femme:CS>.

46Mis à part l’adjectif, le gérondif peut également être employé en fonction attributive : yíí dīà ‘ruisseau’ (lit. : l’eau passée, <eau + passer.ger>).

3.6. Construction avec un numéral

47Dans le groupe nominal, le numéral suit toujours le nom :

(3.37)

yààkā

ō

nū.

personne

trois

3pl.pret

venir

‘Trois personnes sont venues’.

48Dans certains cas, le nom peut être absent. Il s’agit surtout des sommes d’argent :

(3.38)

dùá

lɛ̄

é

wáá

sɔ́ɔ́lī

sālà.

3sg.nsbj

obligation

3sg.exi

3sg.conj

mille

cinq

payer

‘Il doit payer cinq milles (francs)’.

49Cependant, l’ellipse du nom peut avoir lieu dans d’autres cas aussi.

(3.39)

Íì

bɛ̀ī

à

mɔ̀

ɓá

2sg.ipfv

être.capable:IPFV

3sg.nsbj

sur

2sg.conj>3sg

lóní

é

ɓɔ̄

sálàkā

sɛ́lɛ̄ìsɛ̄

mɔ̀.

compter

3sg.conj

sortir

huit

neuf

sur

‘(Mes chèvres se sont multipliées.) Tu peux en compter jusqu’à huit ou neuf (lit. : tu peux les compter pour qu’elles arrivent à huit (ou) neuf)’.

3.7. Construction avec un déterminatif

50La classe grammaticale des déterminatifs réuni les démonstratifs, les marqueurs du pluriel , vɔ̀, les quantificateurs, les déterminatifs emphatiques , dìè, le marqueur d’associatif implicite , le quantificateur flottant du pluriel píé, ainsi que le marqueur du statut référentiel àmɔ́ɔ̄/à. Toutes ces unités lexicales, à part le marqueur àmɔ́ɔ̄~à, suivent le nom en tête, leur ordre relatif n’étant pas fixe.

3.7.1. Démonstratifs

  • 9 La consonne initiale du démonstratif peut chuter, la voyelle /a/ a une tendance à s’assimiler à (...)

51Notre étude du mano s’appuyant principalement sur l’élicitation et le corpus des textes qui sont pour la plupart des textes narratifs, les résultats de notre étude du deixis et surtout des démonstratifs sont préliminaires. Or, nous distinguons deux axes d’opposition, l’opposition par proximité et l’opposition par visibilité : tɔ́ɔ̄ ‘celui-ci (proche, visible)’, dḭ̀ā̰ ‘celui-là (loin, invisible)’, ɓɛ̄(ɛ̄) / wɛ̄(ɛ̄) ‘celui-ci (proche, visible ou invisible)’, yā(ā) / ā ‘celui-là (loin, visible ou invisible)’9.

(3.40)

Ŋ̄

sɔ̰́ɔ̰́

tɔ́ɔ̄

lɛ́ɛ̀

ŋ̄

wàā.

1sg.nsbj

dent

dem

3sg.ipfv

1sg.nsbj

faire.mal:IPFV

‘Cette dent me fait mal’ (en montrant la dent du doigt).

(3.41)

Óò

ɓà

nɛ́

ɓɛ̄

dēŋ̀ ?

3pl.ipfv

2sg.poss

enfant

dem

prendre:IPFV

qui

‘Comment s’appelle cet enfant à toi ?

(3.42)

Míí

yā,

yí

mɛ̀

pɛ́nɛ̄ɛ̄ !

personne:FOC

dem

3sg.nsbj

intérieur

tapper

aujourd’hui

‘(Un homme ce trouve dans la maison, sa femme et son fils sont à l’extérieur. Leur fils est venu de l’école tout sale. L’homme dit à sa femme :) Cet homme, tappe-le aujourd’hui »’.

52Le démonstratif kílíā a une fonction anaphorique : il désigne des référents activés dans le discours. Il est utilisé dans le narratif pour indiquer un objet mentionné antérieurement : ‘celui-là (en question)’. Il s’emploie facultativement avec le pronom réfléchi de la 3e personne sg ē ou avec le pronom non sujet de la 3e personne pl ō en fonction du nombre du groupe nominal en question.

(3.43)

lɛ́

sálā

ē

kílíā

zɔ̰̀ɔ̰̀

ō

lɛ̀ɛ̄.

route

rel

sacrifice

3sg.refl

tel

3pl.pret>3sg

montrer

3pl.nsbj

pour

‘(Un homme très malchanceux et sa femme se sont adressés au féticheur qui leur a expliqué comment faire pour que l’homme en question retrouve la chance.) C’est ainsi qu’on leur a montré le sacrifice’.

(3.44)

Míá

ō

kílíā

ō

gó-ò

ē

personne.pl:FOC

3pl.nsbj

tel

3pl.nsbj

sortir-ger

3sg.pret

kɛ̄

á

Gálàlíì.

faire

3sg.nsbj.avec

Galilée

‘Les gens en question étaient venus de Galilée’.

53Les marqueurs spatiaux pour lesquels l’opposition par visibilité est neutralisée (ɓɛ̄, yā) peuvent également être utilisés dans la fonction anaphorique.

(3.45)

Nɔ̀ɔ̄là

ɓɛ̄

láà

kɛ̀

ŋwɔ́

tɛ́

plaisanterie

dem

rel>3sg.sbjv>3sg

faire:IPFV

affaire

rel

mɛ́lɛ̄kɛ̀ì

ɲɛ̄

dìì

wɛ̄

étó

2pl.nsbj

obligation

pl

2pl.conj>3sg

finir

vache

avec

dem

et

gɔ́-wɛ́lɛ́

dōó

āà

ɲɛ̄.

cola-os

un

3sg.prf>3sg

finir

(L’informateur raconte une histoire sur les origines de la parenté à plaisanterie entre les Mano de la zone dialectale maa et les Mano de la zone dialectale zaan.) ‘La parenté à plaisanterie-là, elle fait qu’une affaire que vous devriez régler (lit. : finir avec) avec une vache, se règle avec une noix de cola’.

(3.46)

ɓò

wɛ̄

lɛ̄

pɛ́nɛ̄

pɛ́ɛ́-pìà

ŋ̄

kɛ̀lɛ̀.

ref

chèvre

dem

3sg.exi

aujourd’hui

déchirer-inf

1sg.nsbj

adr

‘(Il m’a dit : « Prends cette chèvre, fais l’élevage ».) Cette chèvre se reproduit maintenant chez moi’.

(3.47)

Ɓɛ̀lɛ̀

lāā

zèí,

à

léŋ́

áà

corde

3sg.exi>3sg

dos

3sg.nsbj

bout

3sg.jnt

aller:JNT

áà

sɛ́lɛ́

sálápèèlɛ̄

yí.

3sg.jnt

quitter:JNT

sol

sept

dem

dans

‘(L’histoire de l’araignée avare qui a voulu participer aux fêtes dans sept villages qui ont eu lieu le même jour.) Elle avait les fils (attachés à) son dos, ses bouts menaient aux sept villages en question’.

54Comparez l’emploi des démonstratifs ɓɛ̄ et  :

(3.48)

àyē

ɓɛ̄

kɛ̄-pìà

nɔ́,

àyé

ā

1pl.exi

3sg.emph

dem

faire-inf

seulement

3sg.emph

dem

wɔ́

bɛ̰̀ɛ̰̄

programme

yí.

cop.neg

aussi

1pl.poss

programme

dans

‘On fait seulement ceci, cela, ce n’est même pas dans notre programme’.

55Les démonstratifs ɓɛ̄~wɛ̄, kílíā~kéā et peuvent également servir à marquer la fin de propositions subordonnées différentes. Les deux premiers démonstratifs ont été attestés dans la fonction du marqueur des propositions relatives (cf. ex. 3.45, le deuxième emploi du marqueur ɓɛ̄), alors que marque certains autres types de propositions subordonnées, par exemple, les subordonnées temporelles (voir §6.2.2). Comme ces propositions ne font pas partie du groupe nominal, à l’opposition des propositions relatives, il faut postuler une particule grammaticale homonyme .

56Il existe des variantes dialectales de certains démonstratifs. Le Tableau 3.4 contient toutes ces formes :

Tableau 3.4. Démonstratifs dans différents dialectes mano

maa

kpenson

zaan

celui-ci (proche, visible)

tɔ́ɔ̄

tɔ́ɔ̄

tɔ́ɔ̄

celui-là (loin, invisible)

dḭ̀ā̰

dḭ̀ā̰

tɛ́dḭ̀ā̰

celui-ci (proche)

ɓɛ̄(ɛ̄) ~ wɛ̄(ɛ̄) 

yéɓɛ̄ ~ yówɛ̄

tɛ́ɓɛ̄

celui-là (loin)

yā(ā) ; ā

yéā

tɛ́dḭ̄à̰

celui-là (en question)

(ē/ō)kílíā

(ē/ō)kéā

(ē/ō)kílíā

57Les variantes propres aux dialectes kpenson et zaan ont été obtenues par élicitation, alors que dans les textes que nous avons enregistrés (un texte par dialecte) nous avons relevé les mêmes marqueurs que dans le dialecte central, maa. Seul l’emploi du marqueur kéācelui-là (en question)’ du dialecte kpenson semble être soutenu à la fois par l’élicitation et par l’étude de texte. Les marqueurs propres au dialecte kpenson peuvent rarement apparaître dans le parler des locuteurs de maa ; les marqueurs avec le submophe tɛ́- y apparaissent très fréquemment.

58Les démonstratifs tɛ́ɓɛ̄ ‘celui-ci (proche)’ et tɛ́dḭ̄à̰ ‘celui-là (loin)’ contiennent un submorphe homonymique du marqueur de relativisation tɛ́. On pourrait donc supposer qu’ils sont grammaticalisés à partir d’une construction relative du type ‘celui qui est ici’, ‘celui qui est là’ (voir à ce sujet §2.2.2.2). Cette hypothèse est soutenue par le fait que l’adverbe dḭ̀ḭ̄ ‘loin’ combiné avec le marqueur ā̰, allomorphe du marqueur ā qui marque la fin des propositions relatives, peut être dégagé dans la forme interne du démonstratif tɛ́dḭ̄à̰ ‘celui-là’.

59Le submorphe qui se dégage au sein des démonstratifs yéā et yéɓɛ̄ propres au dialecte kpenson est homonymique de la particule qui marque les propositions subordonnées de temps. Cependant, en mano libérien, proche du dialecte kpenson, cette même particule peut marquer les propositions relatives. Par conséquent, nous pouvons supposer que ces marqueurs proviennent également d’une construction relative.

(3.49)

ò

sɛ́lɛ́

séŋ́

lɛ́

3pl.emph

rel

3pl.sbjv

quitter:IPFV

sol

chaque

rel

ē

kɛ̄

Zɔ́dà̰

yìì

sɔ́nɔ́

ɔ̄

píé

ā.

3sg.pret

faire

Jourdain

eau:CS

à.côté

top

dans

pl

top

‘Les habitants (...) de tout le pays des environs du Jourdain (lit. : ceux qui viennent de toutes les terres qui sont à côté du Jourdain)’ Matthieu 3 :5.

3.7.2. Déterminatifs du pluriel , vɔ̀

60En mano, il y a deux déterminatifs du pluriel, ou mots numériques (number words), et vɔ̀ qui sont distincts du point de vue du sémantisme et de la distribution.

61Le marqueur vɔ̀ ne se combine qu’avec les noms de personnes, les objets animés et inanimés, autrement dit, seulement avec une partie des unités de la hiérarchie d’animéité (Smith-Stark 1974 ; ex. 3.50). Le marqueur s’emploie avec tous les types des unités de cette hiérarchie, et notamment avec les pronoms (3.51) et les termes de parenté (3.52). Voir le Tableau 3.5.

Tableau 3.5. La hiérarchie d’animéité et les déterminatifs du pluriel

nì

1, 2 > 3 > noms de parenté

|

personne

> animé

> inanimé

vɔ̀

(3.50)

Ŋ́

ŋ̀

dámà

vɔ̀

ŋ́

à

sí.

1sg.conj

1sg.poss

diamant

pl

dem

1sg.conj

3sg.nsbj

prendre

‘(Si je viens et que je donne du poison à ces deux hommes, ils tomberont tous les deux par terre, pour que moi,) je prenne mes diamants (lit. : Je mes diamants, je les prenne)’.

(3.51)

Kōē

bíní

kpɔ́

tá̰à̰.

1pl.emph

pl

1pl.pret

forêt

dem

mettre

par.terre

‘Nous, nous avons traversé la forêt’

(3.52)

ŋ̄

dàā

1sg.nsbj

père

pl

‘mes pères (mon père et ses frères, mon grand-père paternel, etc. – la lignée paternelle)’

  • 10 “...the separation of members of a group, whether entities, events, qualities or locations. Each is (...)

62Cependant, employé avec les animés et les inanimés, le marqueur a valeur soit de pluriel associatif (« un ensemble d’objets qui inclut le référent du nom N et des objets qui y sont associés », (Daniel 2000 : 4), ex. (3.53), (3.54), soit de pluriel distributif (que nous définissons au sens large, d’après G. Corbett : « ... la séparation des membres d’un groupe que ce soit objets, événements, qualités ou emplacements. Chaque membre est considéré comme distinct soit dans l’espace, soit dans le temps, soit dans sa variété »10, Corbett 2000 : 111), ex. (3.55), (3.56).

(3.53)

nɔ̀ɔ̀

wɛ̄

séŋ́

silure

dem

pl

tout

‘silure et toute la compagnie (*silures)’

(3.54)

ɓī

1pl.coord

2sg.emph

pl

‘moi et toi (et d’autres personnes)’

(3.55)

Wèīŋ̄

nì,

súò

nì,

pɛ̄

nɔ́féfé

ā

nāā

sel

pl

poivre

pl

chose

chaque

3sg.pret>3sg

chercher

lōà

vɔ̀

kɛ̀lɛ̀.

femme.pl

pl

adr

‘Des sels différents, des poivres différents, toute chose qu’il a cherchée chez les femmes...’

(3.56)

mōtōò

ō

píé.

moto

pl

3pl.exi

maison

pl

‘Beaucoup de familles ont des motos (lit. : les motos sont dans plusieurs maisons)’.

63Le déterminatif a également développé des valeurs de pluralité implicite. Nous considérons qu’il s’agit d’une unité lexicale indépendante, bien que liée au déterminatif pluriel par son origine. Nous l’examinerons dans la section suivante.

3.7.3. Déterminatif (associatif implicite et intensificatif)

  • 11 La valeur d'associatif implicite (‘aussi, même’) peut être la source de grammaticalisation du pluri (...)

64Le déterminatif qui est homonymique du déterminatif du pluriel 11 a valeur d’associatif implicite. peut être employé dans le contexte où le locuteur associe un objet avec un groupe d’objets qu’il a en tête, ou qu’il a déjà mentionné. Le fait que l’objet en question appartienne à ce groupe contredit les attentes du locuteur ou de son interlocuteur. Les informateurs donnent la traduction ‘aussi’, ‘même’. La référence ne se fait qu’à un seul objet, l’accord s’effectue toujours au singulier.

(3.57)

Māē

groupe

nɔ́

wāā

1sg.emph

3pl.poss

groupe

seulement

3pl.exi>3sg

dans

máà

gɛ̰̀

ɛ̰̄.

ɓɛ́ɛ̄

Franko

lɛ̄.

1sg.jnt

voir

top

2sg.nsbj

ami

Franko

assoc

cop

65‘Je ne vois que leur groupe de travail. Il y a aussi ton ami Franko’.

(3.58)

Dìì

dōó

gɛ̰̀,

ɓū

wɛ́lɛ́

ɓɔ̀ɔ́

gɛ̰̀.

pɛ̄

séŋ́

ŋ̄

vache

un

voir

riz

os

sac

voir

ref

chose

tout

1sg.exi

nū-pìà

à

à

ɲɔ́nɔ́

nì.

venir-inf

3sg.nsbj

avec

ref

huile

assoc

‘Voici une vache, voici un sac de riz. J’apporte tout, même de l’huile’.

66Le groupe auquel l’objet est associé peut être imaginaire. La référence se fait toujours à un seul objet. Il n’y a cependant pas de rapport avec la pluralité des objets dans le monde réel. Cette valeur est désignée comme valeur de l’intensificatif, ou pluriel emphatique (Corbett 2000 : 235).

(3.59)

Kélé

lɛ́

āà

ɓɛ̄,

kélé

ɓɛ̄

ɓàá

kɛ̄ !

cabane

assoc

rel

3sg.prf

tomber

dem

cabane

dem

2sg.neg>3sg

surface

do

‘La cabane qui est tombée, tu ne fixes même pas son toit !’

3.7.4. Quantificateur flottant du pluriel píé

67Le quantificateur flottant du pluriel píé peut être employé en l’absence du groupe nominal dans une proposition, se référant à un index pronominal (3.60). Il peut se référer aux groupes nominaux et pronominaux dans toutes les positions syntaxiques : dans l’exemple (3.61), il se réfère au sujet, dans l’exemple (3.61) il se réfère à l’objet. Généralement ce marqueur s’emploie à l’extérieur du groupe nominal, mais il peut également être employé à l’intérieur (3.62). Si le groupe nominal ne contient pas de marqueurs de pluriel (cf. §3.9.3), l’accord avec le marqueur prédicatif se produit au singulier, malgré la présence du quantificateur píé (3.60).

(3.60)

Lɛ̄

tɛ̀nɛ̀-pɛ̀lɛ̀

píé

bèí

zàá.

3sg.exi

grimper-inf

pl

en.aval

dans

‘Ils grimpent là-bas en bas’.

(3.61)

kìē

kéŋ́

gɛ̰̀

píé.

1pl.pret

chimpanzé

nid

voir

pl

‘Nous avons vu plusieurs nids de chimpanzés’.

(3.62)

gbēŋ́

ŋwūnà

píé

ɓɛ̄

quartier

responsable

pl

dem

‘les chefs des familles’

68Le marqueur peut avoir une valeur distributive :

(3.63)

Gbá̰

ē

wìì

wɛ́lɛ́

ɓèlè

píé.

chien

3sg.pret

animal

os

manger

pl

‘Le chien a mangé des os par-ci, par-là’.

69Si le nom en tête du groupe nominal déterminé par le marqueur píé distingue le singulier/le nombre général et le pluriel, il s’emploie dans la forme du pluriel. Comme ce marqueur déclenche un accord morphologique (pour plus de détails sur l’accord morphologique, voir §3.9.3), nous le considérons comme quantificateur, et non pas comme adverbe, par exemple.

(3.64)

a.

*

ē

píé.

personne

3pl.pret

venir

pl

b.

Mīā

ō

píé.

personne.pl

3pl.pret

venir

pl

‘Les gens sont venus nombreux’.

3.7.5. Marqueur de statut référentiel à ~ àmɔ́ɔ̄

70Le marqueur du statut référentiel à ~ àmɔ́ɔ̄ est employé pour marquer un référent évoqué antérieurement dans le discours (dans cette fonction il se rapproche du marqueur kílíā), ou dont l’identité peut être configurée du contexte situationnel. Le nom en tête peut porter le ton bas — marqueur d’état construit (comparer ex. 3.65 et 3.66). Le ton bas est généralement présent dans le cas de la variante àmɔ́ɔ̄ ; les noms désignant des êtres humains sont employés avec cette même variante.

(3.65)

tā !

ref

maison

bouche

fermer

‘Ferme la porte-là ! (parce qu’il y a des bruits dehors ; en montrant la porte du doigt)’

(3.66)

gō-á

lūú

ā

lɛ́ɛ̀

3sg.conj

quitter:COND-cond

brousse

top

3sg.ipfv

dùò

gùlù

ā

ɓīī

ŋwànàlɔ̄ɔ̀

lɛ́

àmɔ́ɔ̄

entrer:IPFV

trou

dem

dans

parce.que

méchanceté

rel

ref

ā

kɛ̄.

personne:CS

3sg.pret>3sg

faire

‘Quant ili revient de la brousse, ili tombe dans le fossé, parce que la personne en questiona commis un péché’.

71Ce marqueur peut également se combiner avec les démonstratifs ɓɛ̄, yā, ou kílíā :

(3.67)

mí

lɛ̀ɛ́

nū

nɛ́ŋ̀.

ref

personne:FOC

dem

3sg.neg

venir

pas.encore

‘(Le réparateur de la moto est venu ?) La personne (en question) n’est pas encore venue.’

3.7.6. Déterminatifs emphatiques dìè et

72Le déterminatif emphatique dìè qui a aussi les variantes dìètḭ́, dìètíní marque un groupe nominal topicalisé ou un possesseur, il peut également être employé dans des constructions réfléchies.

1. Topic

(3.68)

kɛ̄

gélī

gbùò

ká,

āà

gbɛ̰̀

3sg.pret

faire

joie

grand

avec

3sg.prf

poser

á,

dìè

ŋ̄

mɔ̀.

3sg.nsbj.avec

1sg.emph

emph

1sg.nsbj

sur

‘C’était une grande joie pour moi (lit. : c’était une grande joie, elle s’est mise, moi, sur moi)’.

2. Construction possessive

(3.69)

dìè

personne

indef

emph

femme

‘femme de personne’

73Employé avec le déterminatif dìè, le possédé autosémantique peut facultativement être employé dans la forme d’état construit à ton bas :

(3.70)

Lāā

dìè

ɓū/ɓù

ɓèlè-pɛ̀lɛ̀.

3sg.exi>3sg

emph

riz/riz:CS

manger-inf

‘Il mange son propre riz’.

3. Construction réfléchie

(3.71)

Íì

ī

dìè

kɛ̀

yéŋ̄-zɛ̀.

2sg.ipfv

2sg.nsbj

emph

faire:IPFV

pitié-adj

‘Tu te fais toi-même pitoyable’.

74Sur l’emploi du déterminatif dìè dans les constructions réfléchies et sur la hiérarchie universelle d’enchâssement des groupes nominaux, voir §4.3.

75Le déterminatif est également employé pour marquer le topique (3.72) et le possesseur (3.73), y compris le possesseur réfléchi.

(3.72)

áà

sɛ́kɛ̀

ɓò.

3sg.nsbj

ventre

emph

3sg.jnt>3sg

fatigue

enlever:JNT

‘(Son amant a fini de manger son repas et s’est couché à côté d’elle), son ventre lui faisait mal’.

76À la différence du déterminatif dìè, le possédé dans la construction avec le déterminatif n’est pas marqué par le ton bas.

(3.73)

Lɛ̄

béī

gɛ̰̀-pɛ̀lɛ̀.

3sg.exi

personne

indef

emph

manioc

voir-inf

‘Il voit le manioc d’une personne’.

77En fonction de possesseur, un pronom combiné avec le marqueur peut fonctionner sans possédé explicitement présent dans la proposition :

(3.74)

Ɓà

ɓū

wɛ̄

āà

wàà

pɛ̄lɛ̄í

ŋ̄

2sg.poss

riz

dem

3sg.prf

entrer

agglomération

1sg.nsbj

lèē

lɛ̄

ē

kpàà-pìà.

mère

3sg.exi

3sg.refl

emph

préparer-inf

‘Ton riz est entré au village, ma mère est en train de préparer sa part (de riz)’.

78Le marqueur ne remplace pas dìè dans certaines constructions réfléchies (voir §4.3). La différence sémantique entre les déterminatifs dans les contextes où les deux peuvent s’employer reste à définir.

3.7.7. Déterminatifs — marqueurs de réciprocité kíè et kíèkō

79La valeur du réciproque est exprimée par le déterminatif kíè et kíèkō, ce dernier a également une valeur de distributivité.

(3.75)

ō

kíè

gɛ̰̀.

3pl.pret

3pl.nsbj

recp

voir

‘Ils se sont regardés’.

(3.76)

ō

kíèkō

sí.

3pl.pret

3pl.nsbj

recp

prendre

‘Ils se sont alignés’.

3.7.8. Quantificateurs

80Les quantificateurs en mano sont les suivants : séŋ́ ‘tous’, nɔ́fé ~ dōónɔ́fé ‘chaque’, ~ dōó ‘certain’ ; dōódōó ‘certain’, gbṵ́ṵ̀ ‘certains’, ainsi que l’adjectif gbɛ̄ɛ̄ ‘autre’ qui dans le dialecte kpenson a les valeurs du quantificateur ~ dōó ‘certain’. Les quantificateurs séŋ́ ‘tous’ et dōódōó ‘certain’ peuvent être employés à l’intérieur du groupe nominal, comme tous les déterminatifs, mais ils peuvent également se trouver à l’extérieur, étant ainsi des quantificateurs flottants.

81Les valeurs exprimées par les pronoms indéfinis ont été étudiées dans les travaux (Haspelmath 1993, Haspelmath 1997). Dans l’ouvrage (Tatevosov 2002) ces valeurs ont été réunies avec celles des quantificateurs universels. Les valeurs suivantes ont ainsi été identifiées (Tatevosov 2002 : 114-115, 135, 167) :

  • Specific known : spécifique, connu par le locuteur ;

  • Specific unknown : spécifique, non connu par le locuteur ;

  • Irrealis non specific : non-spécifique dans les propositions irréelles ;

  • Question : non-spécifique dans une interrogation totale ;

  • Condition : non-spécifique dans la protase d’une proposition conditionnelle ;

  • Direct negation : non spécifique dans la sphère de la négation directe ;

  • Indirect negation : non spécifique dans la sphère de la négation directe ;

  • Comparative : non-spécifique dans le complément du comparatif ;

  • Completeness : quantification des objets en intégralité ;

  • Generic : quantification des ensembles génériques ;

  • Definite : quantification des ensembles spécifiques et définis ;

  • Free choice : choix libre.

82Les quantificateurs et séŋ́ dans leur ensemble couvrent la totalité des valeurs de la liste présentée ci-dessus, les exemples des sections correspondantes servent d’illustrations pour les valeurs de la liste. Seuls quelques exemples illustratifs seront donnés pour les autres quantificateurs. Un schéma résumant les fonctions de tous les quantificateurs sera fourni dans §3.7.8.3.

  • 12 Sur le système des quantificateurs en mano, voir également (Khachaturyan 2014a).

83Une des composantes du sémantisme des quantificateurs mano est la valeur de la distributivité. Elle sera examinée dans §3.7.8.4.12

3.7.8.1. Quantificateur ‘quelqu’un’

84Le déterminatif a les valeurs suivantes : spécifique, connu par le locuteur ; spécifique, inconnu du locuteur ; non spécifique dans les propositions irréelles ; non spécifique dans l’interrogation totale ; non spécifique dans la protase conditionnelle ; non spécifique dans le contexte de la négation (directe ou indirecte) ; libre choix (seulement dans les constructions à valeur d’optatif). Citons un exemple pour chacune des valeurs :

1. Spécifique, connu par le locuteur :

(3.77)

lī-à

lɛ̄

Kɔ̀ɔ́

personne

indef

ventre

devenir.beau-ger

cop

Ко

yáá

kɛ̄

ŋwɔ̀

ŋwɛ́ŋ̀.

3sg.poss

maladie

faire

affaire:CS

à.cause.de

‘Une certaine personne est contente que Ko est malade’.

2. Spécifique, non connu par le locuteur :

(3.78)

Gɔ̰̄à̰

óò

zɛ̄

kɛ́ì.

homme.pl

indef

3pl.ipfv

sommeil

tuer:IPFV

chambre

‘Certains hommes dorment dans la maison’.

3. Non spécifique dans les propositions irréelles :

(3.79)

dùá

lɛ̄

é

gbṵ̄

kɛ̄.

personne

indef

devoir

cop

3sg.conj

rassemblement

faire

‘Quelqu’un doit s’occuper de la fête’.

4. Non spécifique dans l’interrogation totale :

(3.80)

ē

nū ?

personne

indef

3sg.pret

venir

‘Est-ce que quelqu’un était venu ?’

5. Non spécifique dans la protase conditionnelle :

(3.81)

Ɓá

nāá

ā

2sg.conj>3sg

aimer:COND.cond

1pl.nsbj

indef

avec

top

ɓáà

gèē

lɛ̀ɛ̄.

2sg.ipfv>3sg

dire:IPFV

1pl.nsbj

pour

‘Si tu aimes l’une d’entre nous, dis-le-nous’.

6. Non spécifique dans le contexte de la négation directe

85Les constructions de la négation directe contenant le déterminatif sont interprétées en tant que négation complète. Cela veut dire que la négation est supérieure au quantificateur existentiel. Comme nous le verrons plus loin, l’opposition entre la négation directe complète et la négation directe partielle est importante puisque certains déterminatifs n’ont que la valeur de négation complète, alors que d’autres n’ont que la valeur de négation partielle.

(3.82)

Lɛ̀ɛ́

sà̰ā̰

kɛ̄.

3sg.neg

travail

indef

faire

‘Il ne fait aucun travail’. = il n’existe pas de travail tel qu’il le fait.
*‘Il ne fait pas un certain travail’. = il existe un travail tel qu’il ne le fait pas.

7. Non spécifique dans le contexte de la négation indirecte (indirect negation) :

(3.83)

Ŋ̀ŋ́

gbā

kɛ̄

à

dɔ̄-ɔ̀

ékɛ̄á

1sg.neg

neg

faire

3sg.nsbj

intérieur

savoir-ger

avec

si

lɛ́ɛ̀

kɛ̄-ɛ̀

kéléŋ́kèlèŋ̀

ā.

personne

indef

3sg.ipfv

aller:IPFV

faire-ger

sain

top

‘Je ne pensais pas que quelqu’un allait guérir’.

8. Libre choix (free choice)

86Le déterminatif peut exprimer la valeur de libre choix, cependant, les contextes d’utilisation sont limités aux contextes à valeur d’optatif au sens large qui inclut la valeur d’ordre direct et indirect. Ces valeurs sont exprimées par les constructions suivantes : construction de l’impératif au sens propre du terme (ordre direct adressé à la 2e personne) formée à la base du marqueur prédicatif de la série subjonctive du pluriel ; dans le singulier, le marqueur prédicatif est absent (3.84a) ; jussif (ordre adressé à la première et à la troisième personne) formé à la base de la série subjonctive (3.84b) ; constructions avec la série conjonctive qui code différents types d’ordre indirect (comme un conseil, ex. 3.84c), ainsi que la construction avec le verbe bɛ̀ī ‘pouvoir’ à valeur permissive (3.84d).

(3.84)

a.

sí !

3sg.nsbj

indef

prendre

‘Prends n’importe lequel !’

b.

sí !

3pl.sbjv>3sg

indef

prendre

‘Qu’ils prennent n’importe lequel !’

c.

Fɔ̰́kɛ̄

ɓá

sí.

il.faut.que

2sg.conj>3sg

indef

prendre

‘Il faut que tu prennes n’importe lequel’.

d.

Íì

bɛ̀ī

à

sí-à.

2sg.ipfv

pouvoir:IPFV

3sg.nsbj

indef

prendre-ger

‘Tu peux prendre n’importe quel (permission)’ ;
*‘Tu est capable de prendre n’importe lequel’.

3.7.8.2. Déterminatif séŋ́ ‘tous’

87Le déterminatif séŋ́ exprime les valeurs suivantes : quantification des objets en intégralité ; ensemble générique ; quantification universelle des ensembles spécifiques et définis ; non-spécificité dans le complément du comparatif ; libre choix (sauf dans les constructions à valeur d’optatif).

1. Quantification des objets en intégralité :

(3.85)

Lɛ́ɛ̀

nàà

é

séŋ́

lɔ́.

3sg.ipfv

vouloir:IPFV

3sg.conj

maison

tout

acheter

‘Il veut acheter toute la maison’.

2. Ensemble générique :

(3.86)

Gɔ̰́ā̰nɛ́

séŋ́

ɓɔ̄-ɔ̀

lɛ̄

gɔ́

.

chat

tout

sortir-ger

cop

panthère

dans

‘Tous les chats ressemblent aux panthères’.

3. Quantification universelle des ensembles spécifiques et définis :

(3.87)

Kóò

nū-ù

gbēŋ́

séŋ́

kɔ́nɔ́

ká.

1pl.ipfv

aller:IPFV

venir-ger

quartier

tout

3sg.poss

nourriture

avec

‘Nous apporterons de la nourriture de toutes les familles’.

88Le groupe nominal dont le référent est une personne, qui contient le déterminatif séŋ́ et qui a la valeur générique ou définie, contient obligatoirement un marqueur du pluriel.

(3.88)

Dɔ̄-mìà

séŋ́

wāà

nū.

commander-personne.pl

tout

3pl.prf

venir

‘Tous les chefs sont venus’.

4. Non spécifique dans le complément du comparatif :

(3.89)

Lɛ́ɛ̀

bɛ̀ī

sà̰ā̰

kɛ̄-ɛ̀

é

dīá

séŋ́

là.

3sg.ipfv

pouvoir:IPFV

travail

faire-ger

3sg.conj

venir.cond

personne

tout

sur

‘Il peut travailler mieux que qui que ce soit’.

5. Libre choix :

(3.90)

ɓɛ̄

lɛ́ɛ̀

bɛ̀ī

yílí

séŋ́

vɔ̄-ɔ̀.

personne

dem

3sg.ipfv

pouvoir:IPFV

arbre

tout

abattre-ger

‘Cette personne peut abattre n’importe quel arbre’.

89Dans les constructions à valeur d’optatif, le quantificateur séŋ́ n’exprime pas la valeur de libre choix :

(3.91)

séŋ́

sí !

3sg.nsbj

tout

prendre

‘Prends tout (tous les objets proposés) !’
*‘Prends n’importe lequel !’

90Le déterminatif séŋ́ peut être positionné à l’extérieur du groupe nominal. Dans cette position, il exprime la valeur de quantification des objets en intégralité, ainsi que la valeur de spécifique défini.

(3.92)

Ɓū

āà

tā̰ā̰

séŋ́.

riz

3sg.prf

mûrir

tout

‘Le riz a tout mûri’.

(3.93)

Ŋ̄

sɔ̀

gɛ̰̀

séŋ́.

1sg.pret

3sg.poss

amusement

voir

tout

‘J’ai vu tous les matches avec lui’.

3.7.8.3. Les autres déterminatifs

91Le lexème gbɛ̄ɛ̄ ‘autre’ appartient à la partie du discours des adjectifs puisque, à la différence des déterminatifs, il est non seulement employé comme dépendant du nom au sein du groupe nominal, mais aussi dans la fonction prédicative :

(3.94)

Lēē

tɛ́

ò

nɛ̀

kɛ̀

femme

emph

rel

3pl.sbjv>3sg

mensonge

faire:IPFV

à

lɛ̀ɛ̄

wā,

lɛ̄

gbɛ̄ɛ̄.

3sg.nsbj

pour

top

3sg.exi

autre

‘La manière dont on ment à une femme, c’est autre (chose, lit. : cela ne compte pas)’.

Cependant, dans le dialecte kpenson, ce lexème s’emploie dans les mêmes contextes que le déterminatif .

92L’emploi du déterminatif nɔ́fé est proche de celui du déterminatif séŋ́. Les différences se résument par les points suivants : nɔ́fé n’exprime pas la valeur de quantification des objets en intégralité, par contre, il exprime la valeur de non-spécificité dans la protase d’une proposition conditionnelle, ainsi que la non-spécificité dans le contexte de la négation directe complète, mais n’exprime pas les valeurs de négation directe partielle.

(3.95)

Lɛ̀ɛ́

sà̰ā̰

nɔ́fé

kɛ̄.

3sg.neg

travail

chaque

faire

‘Il ne fait aucun travail’. = il n’existe pas de travail tel qu’il le fait.
*‘Il ne fait pas un certain travail’. = il existe un travail tel qu’il ne le fait pas.

93À la différence de séŋ́, nɔ́fé peut exprimer la valeur du libre choix y compris dans les constructions à valeur d’optatif.

(3.96)

nɔ́fé

lɛ́

ì

nàà

personne

chaque

rel

2sg.sbjv

aimer:IPFV>3sg

avec

fḭ̄à̰

ā̰

à

sí !

1pl.nsbj

entre

top

3sg.nsbj

prendre

‘Prends n’importe laquelle qui te plaise entre nous !’

94Le déterminatif dōódōó a les valeurs suivantes : spécifique, défini ; spécifique, non connu par le locuteur ; non spécifique dans le contexte de la négation directe ; négation indirecte ; et enfin, non spécifique dans la protase d’une proposition conditionnelle. Dans les propositions simples, les groupes nominaux dont le référent est une personne portent un marqueur du pluriel et sont interprétés dans la deuxième valeur, alors que dans le cas contraire ils sont interprétés dans la première valeur.

1. Quantification universelle des ensembles spécifiques, définis :

(3.97)

Kwítɔ́ŋ́

dōódōó

lɛ̄

wáá

sɔ́ɔ́lī.

ananas

certain

3sg.exi

mille

coûter

‘Chaque ananas coûte cinq mille (francs)’.

2. Spécifique, non connu pour le locuteur :

(3.98)

Gɔ̰̄à̰

dōódōó

nū-à

lɛ̄.

homme.pl

certain-ger

venir

cop

‘Certains hommes sont venus’.

95À la différence des quantificateurs , gbɛ̄ɛ̄ et nɔ́fé, dōódōó exprime la valeur de négation partielle. Autrement dit, la négation se trouve au-dessous du quantificateur existentiel :

(3.99)

Lɛ̀ɛ́

sà̰ā̰

dōódōó

kɛ̄.

3sg.neg

travail

certain

faire

‘Il ne fait pas un certain travail’. = il existe un travail tel qu’il ne le fait pas.
*‘Il ne fait aucun travail’. = il n’existe pas de travail tel qu’il le fait.

96Le déterminatif dōódōó peut être positionné à l’extérieur du groupe nominal. Dans cette position il n’exprime que la valeur spécifique, définie :

(3.100)

nū-ù

lɛ̄

dōódōó.

3pl.pret

venir-ger

cop

certain

‘(J’ai appelé des copines à la fête,) chacune est venue’.

97Le référent du groupe nominal qui contient le déterminatif gbṵ́ṵ̀ est toujours pluriel, le groupe nominal dont le référent est une personne contient toujours une marque du pluriel.

(3.101)

Mīā

gbṵ́ṵ̀

dùá

lɛ̄

ó

gbṵ̄

kɛ̄.

personne.pl

certaines

obligation

cop

3pl.conj

rassemblement

faire

‘Quelqu’un doit s’occuper de la fête’.

Le schéma 3.1 résume les fonctions des quantificateurs.

Schéma 3.1. Les fonctions des quantificateurs mano

Schéma 3.1. Les fonctions des quantificateurs mano

3.7.8.4. Distributivité

98Les quantificateurs nɔ́fé et dōódōó ont valeur d’ensembles distribuants.

(3.102)

Mīā

nɔ́fé

ō

ɓɔ̀ɔ́

yààkā

sí.

personne

chaque

3pl.pret

sac

trois

prendre

‘Chaque personne a pris trois sacs’.
*‘Tout le monde a pris trois sacs (à la fois)’.

(3.103)

Ŋ̀ŋ́

gbā

kɛ̄

à

dɔ̄-ɔ̀

ékɛ̄á

1sg.neg

neg

faire

3sg.nsbj

intérieur

savoir-ger

avec

si

dōódōó

lɛ́ɛ̀

kɛ̄-ɛ̀

kéléŋ́kèlèŋ̀

ā.

personne

certain

3sg.ipfv

aller:IPFV

faire-ger

sain

top

‘Je ne pensais pas que quelqu’un allait guérir’.

99Le groupe nominal contenant le déterminatif nɔ́fé est interprété comme ensemble distribuant uniquement si la proposition la proposition contient un autre groupe nominal qui désigne un ensemble distribué (3.102). Or, l’emploi du déterminatif dōódōó sous-entend implicitement l’existence d’un tel ensemble. Ainsi, lorsque nous avons demandé à l’informateur de présenter un contexte où la proposition dans ex. (3.103) pourrait être employée, il a répondu : il y a plusieurs départements à l’hôpital, dans chacun il y a des malades avec des maladies différentes. Le locuteur affirme qu’il ne pensait pas qu’au moins un malade dans chacun des départements allait guérir.

100Les déterminatifs , séŋ́ et gbṵ́ṵ̀, ainsi que l’adjectif gbɛ̄ɛ̄, ont, en règle générale, une interprétation collective. Pour que les groupes nominaux contenant ces marqueurs soient interprétés comme des ensembles distribuants, il faut que le groupe nominal qui désigne l’ensemble distribué contienne un adjectif redoublé (à valeur de pluriel) ou, à défaut de ce dernier, un numéral redoublé :

(3.104)

a.

Mīā

gbṵ́ṵ̀

ō

ɓɔ̀ɔ́

gbùò

sí.

personne.pl

certains

3pl.pret

sac

grand

prendre

‘Certaines personnes ont pris un grand sac (tous le même)’.
*‘Certaines personnes ont pris chacune un grand sac’.

b.

Mīā

gbṵ́ṵ̀

ō

ɓɔ̀ɔ́

gbùò-gbùò

sí.

personne.pl

certains

3pl.pret

sac

grand~pl

prendre

‘Certaines personnes ont pris chacune un grand sac’.
*‘Certaines personnes ont pris un grand sac (tous le même)’.

(3.105)

a.

Mīā

séŋ́

ō

ɓɔ̀ɔ́

yààkā

sí.

personne.pl

tout

3pl.pret

sac

trois

prendre

‘Tout le monde a pris trois sacs (tous les mêmes)’ ;
*‘Chacun a pris trois sacs’.

b.

Mīā

séŋ́

ō

ɓɔ̀ɔ́

yààkā

yààkā

sí.

personne.pl

tout

3pl.pret

sac

trois

trois

prendre

‘Chacun a pris trois sacs’ ;
*‘Tout le monde a pris trois sacs (tous les mêmes)’

3.7.9. Syntaxe des déterminatifs

101L’ordre relatif des déterminatifs (mis à part les marqueurs emphatiques qui terminent toujours le groupe nominal) n’est pas fixe. Un déterminatif est toujours dans la sphère d’influence du déterminatif qui le suit.

(3.106)

a.

ŋ̀

tɔ̀ɔ̀

dò ;

ŋ̀

tɔ̀ɔ̀

vɔ̀

1sg.poss

poule

indef

1sg.poss

poule

pl

‘une (des) poule(s) à moi ; mes poules’ ;

b.

(ŋ̀

tɔ̀ɔ̀

vɔ̀)

1sg.poss

poule

pl

indef

‘certaine(s) de mes poules’ (valeur générique : le nombre de poules n’est pas spécifié) ;

c.

((ŋ̀

tɔ̀ɔ̀

vɔ̀)

dò)

vɔ̀

1sg.poss

poule

pl

indef

pl

‘certaines de mes poules’ (il y a plusieurs poules en question)

102Les déterminatifs suivent les adjectifs à une exception près : les marqueurs du pluriel peuvent être positionnés entre l’adjectif et le nom. Si l’adjectif est redoublé, cet ordre devient préférable et même obligatoire dans certains cas (les conditions exactes restent à définir) :

(3.107)

lɛ́ɛ́

kpálà

vɔ̀

feuille

sec

pl

‘les feuilles sèches’

(3.108)

lōà

vɔ̀

dòló

femme.pl

pl

semblables

‘femmes semblables’

(3.109)

a.

kpḭ̀ḭ̀

vɔ̀

dáŋédàŋè

terrain

pl

glissant

‘terrains glissants’

b.

*kpḭ̀ḭ̀

dáŋédàŋè

vɔ̀

terrain

glissant

pl

103Comme dans le cas des numéraux, le nom en tête d’une construction avec quantificateur peut être omis.

(3.110)

wɛ̀lɛ̀

à

ɲɛ́nɛ́

mɔ̀

ɔ̄

sìī

ŋwɛŋ̀

lɛ̄

nɔ́fé

mɔ̀.

3sg.conj

se.lever

ref

soleil

sur

top

araignée

disperser.ger

cop

chaque

sur

‘À partir de ce moment les araignées se sont dispersées partout’.

3.8. np avec un pronom en tête

104Le mano compte cinq séries de pronoms personnels : pronoms non-sujets, possessifs, emphatiques, focalisés, coordinatifs. Le Tableau 2.11, §2.7 contient toutes les séries des pronoms personnels. Chacune de ces séries peut être employée dans un sous-ensemble de positions que le groupe nominal peut occuper (mis à part les pronoms coordinatifs qui occupent une position particulière). Examinons les séries des pronoms et leurs fonctions syntaxiques.

3.8.1. Pronoms non-sujets

Tableau 3.6. Pronoms non-sujet

  • 13 Le ton du pronom de la 3e personne sg s’assimile facultativement au ton de la dernière voyelle du m (...)

1sg

2sg

3sg

1pl

2pl

3pl

ŋ̄

ī

à/ā/á13

ō

105Les pronoms non-sujet peuvent occuper les positions suivantes : objet direct (3.111), dépendant de la postposition dans un groupe postpositionnel (3.112), dépendant génitival d’un nom relationnel (3.113).

(3.111)

sí !

3sg.nsbj

prendre

‘Prends-le !’

(3.112)

Gbá̰

lɛ̄

sɔ̰́ɔ̰́

dɔ̄-pɛ̀lɛ̀

à

mɔ̀.

chien

3sg.exi

dent

arrêter-inf

3sg.nsbj

sur

‘Le chien le mord’.

(3.113)

ī

dàā

2sg.nsbj

père

‘ton père’

106Le pronom non-sujet peut également occuper la position de la tête dans une construction attributive (3.114), une construction avec un numéral (3.115), une construction avec un quantificateur (3.116).

(3.114)

Sɛ́lɛ́

lɛ́

zèē

ā

à

zīī

terre

rel

1pl.nsbj

chez

ici

top

3sg.nsbj

vieux

láà

mɔ̀

ɔ̄

lɛ̄

Kpāá

sɛ̀lɛ̀

ká.

3sg.exi>3sg.nsbj

sur

top

3sg.exi

Kpaa

terre:CS

avec

‘Le village le plus vieux est Kpaa (lit. : les villages qui sont ici, le plus vieux est le village Kpaa’.

(3.115)

dōó

ɓɛ̄

à

lɔ̀ɔ̀

lɛ̄

3sg.nsbj

un

personne:CS

dem

3sg.nsbj

amour

3sg.exi

nɔ́

à

mɔ̀

nɔ́pé.

seulement

3sg.nsbj

sur

tellement

‘Il aime tellement une des personnes (de ses femmes)’.

(3.116)

ō

dɔ̄

á

ā

ŋ́ŋ̀

route.rel

3pl.pret

arrêter

3sg.nsbj.avec

top

1sg.ipfv

à

séŋ́

séŋ́

pɛ́ɛ̀.

aller:IPFV

3sg.nsbj

chaque

chaque

raconter.ger

‘Comment ils se sont installés ici, je vais tout vous raconter’.

107Les pronoms non-sujet ont également la fonction résomptive (suivant un groupe nominal coréférentiel : np – pron.nsbj).

1. Le groupe nominal, sauf dans la position du sujet, est composé de deux groupes nominaux coordonnés ou d’un groupe nominal pluriel. Le pronom résomptif dans ce cas est ō3pl.nsbj’.

(3.117)

[À

lòóò

Mēlé

Zózɛ̀]

ō

dɔ̄-ɔ̀

3sg.nsbj

mère

Marie

3pl.coord

Josef

3pl.nsbj

parole

s’arrêter-ger

ē

kɛ̄

á

kɛ̄

ó

ō

kíè

sí.

3sg.pret

faire

3sg.conj>3sg

pour.que

3pl.conj

3pl.nsbj

recp

prendre

‘Marie, sa mère, ayant été fiancée à Joseph (lit. : Sa mère Marie et Josef se sont mis d’accord pour se marier’, M.1 :18)’.

108Dans cette fonction les pronoms résomptifs sont facultatifs.

(3.118)

Māà

[

kɛ̄ɓē]

kpɔ́

ɲɛ̀ɛ̄

gɛ̀nɛ̀.

1sg.prf

mort

3pl.coord

vie

mettre

2pl.nsbj

visage

devant

‘J’ai mis devant vous la vie et la mort’.

2. Les pronoms résomptifs apparaissent lorsque le groupe nominal est topicalisé, tout en n’étant pas extraposés au début de l’énoncé. Dans l’exemple suivant, le groupe nominal topicalisé (mis entre crochets) précède le pronom non-sujet dans la position de l’objet direct :

(3.119)

Óò

nàà

ó

[sɛ́lɛ́

vùò

ɲɛ̀ɛ̀

3pl.ipfv

aimer:IPFV

3pl.conj

sol

grand

dans

fétiche:CS

pl

kɛ̄

kɔ̀

wɛ̄]

à

kɛ̄.

faire

bras:CS

dem

3sg.nsbj

faire

‘Ils veulent faire les traitements de la ville (lit. : la façon de faire les médicaments de la grande ville)’.

(3.120)

Kòó

[

séŋ́]

zɛ̄-ɛ̀.

1pl.neg

aller

2pl.nsbj

chaque

2pl.nsbj

tuer-ger

‘Nous ne vous tuerons pas tous’.

3. Les pronoms résomptifs ont la fonction de npmat dans le cas des propositions relatives enchâssées (voir §6.2.2.4). Ils sont presque toujours obligatoires.

(3.121)

Lɛ́ɛ̀

nàà

é

[ká

lɛ́

3sg.ipfv

aimer:IPFV

3sg.conj

maison

rel

kɔ̄ā

ŋwɔ̀

gèē

pɛ̰́

ɛ̰̄]

á

lɔ́.

1pl.pret>3sg

affaire:CS

dire

hier.soir

top

3sg.nsbj

acheter

‘Il veut acheter la maison dont on a parlé hier’.

3.8.2. Pronoms possessifs

Tableau 3.7. Pronoms possessifs

1sg

2sg

3sg

1pl

2pl

3pl

ŋ̀

ɓà

109Les pronoms possessifs assument la fonction de possesseur pronominal auprès des noms autosémantiques. Si le possesseur est exprimé par un groupe nominal, le pronom possessif de la 3e personne sg ou pl, en fonction du nombre du groupe nominal en question, est toujours employé, assumant cette fois la fonction de pronom résomptif.

(3.122)

ŋ̀

1sg.poss

maison

‘ma maison’

(3.123)

Sèé

Cе

3sg.poss

maison

‘la maison de Ce’

(3.124)

mīā

ɓɛ̄

personne.pl

dem

3pl.poss

maison

‘la maison de ces gens’

3.8.3. Pronoms focalisés

Tableau 3.8. Pronoms focalisés

1sg

2sg

3sg

1pl

2pl

3pl

ɓí

(à)yé

ó

110Les pronoms focalisés s’emploient devant les démonstratifs, ainsi que devant l’adjectif kpɛ̄ɛ̀ ‘quel ?’.

(3.125)

Ŋ̄

tḭ́ḭ́

àyé

yāā

gèē-pɛ̀lɛ̀.

1sg.nsbj

encore

3sg.foc

dem

dire-inf

‘Je lis encore cela’.

(3.126)

sɔ̰́ɔ̰́

kpɛ̄ɛ̀ ?

2sg.nsbj

dent

3sg.foc

quel

‘Quelle dent (fait mal ; lit. : ta dent, laquelle) ?’

3.8.4. Pronoms emphatiques

Tableau 3.9. Pronoms emphatiques

1sg

2sg

3sg

1pl

2pl

3pl

mā(ē)

ɓī(ē)

à, (à)yē, yō

kō(ē)

kā(ē)

ō(ē)

111Les pronoms emphatiques sont employés en position de topique (3.127), en position de sujet des propositions avec copules (3.128, 3.129), avec les numéraux (3.130), ainsi qu’en position des conjuncts dans les constructions coordonnées (voir §3.8.5). Dans la position topicalisée les pronoms emphatiques pluriels peuvent être accompagnés par le déterminatif pluriel .

(3.127)

Kōē

bíní

kpɔ́

tá̰à̰.

1pl.emph

pl

1pl.pret

forêt

dem

mettre

par.terre

‘Et nous, nous avons traversé la forêt’.

(3.128)

Pɛ́

áà

kɛ̀

lɛ̄

ɓò

wáá

ā,

lɛ̄.

chose.rel

3sg.jnt>3sg

faire:JNT

que

bouc

cœur

cop.neg>3sg

ventre

top

3sg.emph

cop

‘Voilà pourquoi le bouc n’a pas de cœur dans le ventre’.

(3.129)

wɔ́

bɛ̰̀ɛ̰̄

ŋwɔ́

ɓɛ̄

yí.

3sg.emph

cop.neg

aussi

2pl.poss

affaire

dem

dans

‘Ce n’est pas dans votre projet’.

(3.130)

Nɛ́fú

ɓɛ̄

ē

ē

dàā

súò

kɛ̄,

ō

pèèlɛ̄

ō

làpìà.

enfant

dem

3sg.pret

3sg.refl

père

appel

faire

3pl.emph

deux

3pl.nsbj

entre

‘L’enfant a appelé son père (pour être) eux deux, entre eux’.

112Les pronoms emphatiques sans formante ē peuvent fusionner avec le marqueur de relativisation (le ton haut flottant). Dans cette forme ils coïncident avec les pronoms focalisés (voir §1.6.4).

(3.131)

Ɓí

kɔ́nɔ́

lɛ̄

kɛ̀lɛ̀

ɛ̄,

2sg.emph.rel

nourriture

3sg.exi

2sg.nsbj

paume

top

mí

tɛ́

kɔ́nɔ́

wáá

kɛ̀lɛ̀,

gbā.

personne:FOC

rel

nourriture

neg.cop>3sg

paume

3sg.nsbj

faire.des.offrandes

‘Toi qui a à manger, celui qui n’en a pas, sers-le’.

3.8.5. Pronoms coordinatifs

Tableau 3.10. Pronoms coordinatifs

1sg

2sg

3sg

1pl

2pl

3pl

113Les pronoms coordinatifs s’emploient dans les constructions coordinatives dont un des conjuncts est un pronom. Ces constructions ont la structure suivante :

(X) – X+Y – (Y)

114où X et Y sont le premier et le deuxième conjuncts respectivement, tous les deux facultatifs, X+Y est la somme sémantique des composantes exprimée par un pronom coordinatif. Les conjuncts sont exprimés soit par un pronom emphatique, soit par un groupe nominal. S’il n’y a qu’un seul conjunct pronominalisé, c’est le premier conjunct.

(3.132)

à

gbē

ō

ló.

3pl.coord

3sg.nsbj

fils

3pl.pret

aller

‘Eux et son fils / lui et son fils, ils sont allés’.

(3.133)

ɓī

ló.

1sg.emph

2pl.coord

2sg.emph

2pl.pret

aller

‘Moi et toi, nous sommes allés’.

115L’ordre des conjuncts reflète la hiérarchie des personnes, 1 > 2 > 3 : l’élément le plus haut dans la hiérarchie est toujours le premier dans la construction coordinative. Ainsi, l’ordre suivant est impossible :

(3.134)

a.

*

3sg.emph

2pl.coord

1sg.emph

‘lui et moi’ ; l’ordre correct est le suivant :

b.

1sg.emph

2pl.coord

3sg.emph

‘moi et lui’

116Les constructions coordinatives peuvent contenir facultativement le déterminatif . Ce déterminatif a valeur de pluriel associatif et peut se référer soit au référent de la construction en entier, étant sémantiquement superflu puisque les constructions coordinatives ont valeur de pluriel par excellence, soit au deuxième conjunct, ce qui peut créer l’ambigüité (3.136).

(3.135)

ɓī

1sg.emph

2pl.coord

2sg.emph

pl

‘moi et toi et d’autres personnes’.

(3.136)

1sg.emph

2pl.coord

3sg.emph

pl

‘moi et lui/eux’

117La construction coordinative peut ne contenir que le pronom coordinatif. D’après les exemples dont nous disposons, le déterminatif dans ce cas est obligatoire.

(3.137)

lɛ́ɛ̀

gɔ̰̄

vɔ̀

3sg.nsbj

femme

3sg.ipfv

3sg.poss

homme

pl

wáà

kɛ́ì.

prendre:IPFV

3pl.coord

pl

3pl.jnt

venir:JNT

chambre

‘Sa femme amenait des hommes à la maison (lit. : prenait ses hommes (elles et eux,) ils allaient à la maison’.

3.9. Expression du pluriel

118Sur l’expression du pluriel et le sémantisme de la catégorie grammaticale du nombre, voir (Khachaturyan 2014b).

3.9.1. Marqueurs du pluriel

119Dans la section présente, nous regroupons tous les marqueurs du pluriel qui ont été analysés précédemment.

1. Tout d’abord, la pluralité peut être exprimée par les déterminatifs du pluriel : vɔ̀ et (voir §3.7.2).

(3.138)

gbá̰

vɔ̀

chien

pl

‘des chiens’

(3.139)

dàā

père

pl

‘des pères (les parents masculins du père)’

120La pluralité des référents peut également être exprimée lexicalement : par les numéraux, ex. (3.140), ou par les adjectifs pluralia tantum, ex. (3.141), voir également §2.3.2.6.

(3.140)

a.

dōó

maison

un

‘une maison’

b.

pèèlɛ̄

maison

deux

‘deux maisons’

(3.141)

ŋwɔ́

kɛ̀nɛ́ɛ̀

affaire

petits

‘petites affaires’

2. La pluralité peut être exprimée morphologiquement : par la forme irrégulière du pluriel de certains noms (3.142, voir également §2.2.2.4), par la réduplication des adjectifs (3.143, voir également §2.3.2.3) ou par le changement du schème tonal des adjectifs (3.144, voir également §2.3.2.5).

(3.142)

a.

ē

nū.

personne

3sg.pret

venir

‘Une personne est venue’

b.

Mīā

ō

nū.

personne

3pl.pret

venir

‘Des personnes sont venues’.

(3.143)

a.

sɔ̄

tīī

pagne

noir

‘pagne noir / pagnes noirs’

b.

sɔ̄

tīī-tīī

pagne

noir~red

‘pagnes noirs’

(3.144)

a.

dèèkpō

kɔ́lɔ́kɔ̀lɔ̀

balle

rond

‘balle ronde/balles rondes’

b.

dèèkpō

kɔ́lɔ́kɔ́lɔ́

balle

rond.pl

‘balles rondes, *balle ronde’.

3. Le quantificateur flottant du pluriel píé analysé dans §3.7.4 est aussi un marqueur du pluriel. Cependant, nous ne l’analyserons pas dans la section présente.

121Tous les marqueurs du pluriel évoqués ci-dessus peuvent se combiner (sauf une combinaison de deux adjectifs que nous n’avons pas testée). De plus, certaines combinaisons sont obligatoires : les formes du pluriel de certains adjectifs (3.147) et les adjectifs pluralia tantum (3.151) ne se combinent qu’avec la forme du pluriel des noms qui opposent une forme du singulier/ du nombre général et une forme du pluriel. Cette restriction de la combinatoire apparaît comme un accord en nombre spécifique. L’interprétation de ce fait sera donnée dans §3.9.4.

(3.145)

pɔ̄ɔ̀

vɔ̀

chose.pl

pl

‘des choses’

(3.146)

a.

pɔ̄ɔ̀ɓé

yɔ̄ɔ̄-yɔ̄ɔ̄

chose :pl

mauvais~pl

b.

*pɛ̄

yɔ̄ɔ̄-yɔ̄ɔ̄

chose

mauvais~pl

‘de mauvaises choses’

(3.147)

sɔ̄

vɔ̀

yɔ́sɔ́yɔ́sɔ́

habit

pl

sale.pl

‘des habits sales’

(3.148)

mīā

pèèlɛ̄

personne.pl

deux

‘deux personnes’

(3.149)

gɔ̰̄

vɔ̀

yààkā

homme

pl

trois

‘trois hommes’

(3.150)

sɔ̄

púlú-púlú

yààkā

habit

blanc~pl

trois

‘trois habits blancs’

(3.151)

a.

lōà

dòló

femme.pl

semblables

b.

*lēē

dòló

femme

semblables

‘des femmes semblables’

(3.152)

vɔ̀

kɛ̀nɛ́ɛ̀

maison

pl

petits

‘de petites maisons’

(3.153)

kɛ̀nɛ́ɛ̀

yààkā

maison

petits

trois

‘trois petites maisons’

3.9.2. Sémantisme de la catégorie du nombre

122La catégorie du nombre a des valeurs sémantiques différentes en fonction de la manière dont s’exprime la tête du groupe nominal et de la présence de marqueurs du pluriel. Les pronoms sont soit de nombre singulier, soit de nombre pluriel. Si tous les groupes nominaux marqués du pluriel sont interprétés comme pluriels, ce n’est pas le cas pour les groupes nominaux non-marqués du pluriel. Les groupes nominaux non-marqués du pluriel référant à des personnes sont interprétés au singulier (nɛ́ ‘enfant, *enfants’), alors que les autres groupes nominaux peuvent référer soit à une seule unité, soit à plusieurs. Il s’agit donc du nombre général (general number, gbá̰ ‘chien ; chiens’). Par conséquent, la distribution de différents types d’oppositions sémantiques entre les grammèmes de la catégorie du nombre se produit en fonction du sémantisme du référent du groupe nominal, en conformité avec la Hiérarchie de l’animéité de Smith-Stark (Smith-Stark 1974) où la frontière se situe entre les personnes et tous les autres types de référents, voir le Tableau 3.11.

Tableau 3.11. Hiérarchie d’animéité de Smith-Stark et sémantisme du nombre

1, 2 > 3 > noms de parenté

|

personne > animé > inanimé

singulier/pluriel

général/pluriel

123Cependant, dans les contextes génériques, même le groupe nominal à la tête dont le référent est une personne peut être utilisé sans marqueurs du pluriel, la distinction sémantique de la catégorie du nombre est neutralisée.

(3.154)

Yékɛ̀

ó

nɛ́

āà

ē

kíè

là.

faut.pas

3pl.conj

enfant

naître

3sg.prf

s’asseoir

3sg.refl

recp

sur

‘Il ne faut pas qu’ils donnent naissance aux enfants l’un après l’autre (lit. : il ne faut pas qu’ils donnent naissance à l’enfant (pour qu’)il s’asseye sur un autre)’.

124Un groupe d’objets peut être représenté par un groupe nominal marqué du pluriel ainsi que par un groupe nominal non marqué du pluriel. Dans les deux exemples qui suivent, il s’agit d’oiseaux qui viennent sur les champs en grand nombre et détruisent la moisson. Dans l’exemple (3.155), le groupe nominal référant aux oiseaux est employé avec le déterminatif vɔ̀, alors que dans l’exemple (3.156), aucun marqueur du pluriel n’est présent.

(3.155)

Ŋ̀

ɓú

wɛ̄

mɔ̀ɔ̀

vɔ̀

wāā

ɓèlè-pìà

ɲɔ́ɔ̄.

1sg.poss

riz:FOC

dem

oiseau

pl

3sg.exi>3sg

manger-inf

trop

‘Mon riz, les oiseaux le mangent trop !’

(3.156)

Mɔ̀ɔ̀

lɛ́ɛ̀

lūú

ā

yí,

lɛ́ɛ̀

kpànākpànāzɛ̀.

oiseau

3sg.ipfv

venir:IPFV

brousse

dem

dans

3sg.ipfv

venir:IPFV

nombreux

‘Les oiseaux viennent en brousse, ils viennent en grand nombre’.

125La première référence dans un texte à un objet pluriel peut être non marquée du pluriel, tandis que d’autres seront marquées du pluriel. Cf. ex. (3.157a) et (3.157b).

(3.157)

a.

mɛ̀-ɛ̀

lɛ̄

dámà

ká.

3sg.nsbj

bouche

battre-ger

3sg.exi

diamant

avec

‘(La caisse était remplie d’or), elle était remplie de diamants’.

b.

Ŋ́

ŋ̀

dámà

vɔ̀

ŋ́

à

sí.

1sg.conj

1sg.poss

diamant

pl

dem

1sg.conj

3sg.nsbj

prendre

‘(Si je viens et que je donne du poison à ces deux hommes, ils tomberont tous les deux par terre, pour que moi) je prenne mes diamants (lit. : Je mes diamants, je les prenne).

126Plus élevée est la position d’un référent pluriel dans la Hiérarchie d’animéité, plus il y a de chances que le groupe nominal correspondant soit marqué du pluriel. Cette thèse se confirme par les faits suivants. Premièrement, parmi les six noms ayant des formes irrégulières du pluriel, un seul dénote un objet inanimé (pɛ̄chose’). Deuxièmement, il est utile de regarder la distribution des déterminatifs du pluriel dans les textes. Le déterminatif vɔ̀ a été attesté dans les textes 92 fois. Dans 60 cas il était combiné avec des noms désignant des personnes ou des êtres personnifiés (gɔ̰̄ ‘homme’, wálà ‘Dieu’, lùò ‘esclave’). Dans 14 cas il a été employé avec des noms d’animaux ou d’oiseaux (dèŋ̄ ‘escargot’, kìē ‘chimpanzé’). Dans 18 cas il a été employé avec des noms d’objets (kwɛ̀ī ‘bois’, kɛ̄ì ‘poil’).

127L’expression du pluriel dépend donc du statut référentiel du groupe nominal concerné, ainsi que de ses propriétés sémantiques.

3.9.3. Accord en nombre

128Dans la langue mano, il y a divers contextes de covariation entre la caractéristique sémantique de nombre d’un groupe nominal et la caractéristique formelle (lexicale ou morphologique) d’une autre unité. Autrement dit, il y a en mano un accord en nombre (Corbett 2006 : 4). Les contextes d’accord et leurs propriétés seront discutés dans les parties suivantes.

129Deux types d’accords sont distingués : l’accord local dans le cadre de la même proposition, et l’accord distant, ou congruence, qui a lieu lorsque le contrôleur de l’accord est en dehors de la proposition contenant la cible de l’accord. Les cibles de l’accord sont les adjectifs, ainsi que les index pronominaux. À l’intérieur des groupes nominaux, les caractéristiques formelles du nom en tête (forme du singulier / du nombre général ou forme du pluriel) sont importantes.

3.9.3.1. Accord local

1. Accord entre nom et adjectif

130Comme nous l’avons mentionné dans §3.9.1, certaines combinaisons de marqueurs du pluriel sont obligatoires. Les adjectifs dans la forme plurielle et les adjectifs pluralia tantum ne se combinent qu’avec la forme plurielle des noms qui distinguent une forme du singulier/ du nombre général et une forme du pluriel :

(3.158)

a.

pɛ̄

yɔ̄ɔ̄

chose

mauvais

‘mauvaise chose/mauvaises choses’

b.

pɔ̄ɔ̀

yɔ̄ɔ̄

chose.pl

mauvais

‘mauvaises choses’

c.

pɔ̄ɔ̀

yɔ̄ɔ̄-yɔ̄ɔ̄

chose.pl

mauvais~pl

d.

*pɛ̄

yɔ̄ɔ̄-yɔ̄ɔ̄

chose

mauvais~pl

‘mauvaises choses’

  • 14 Il est possible que la règle en question soit moins stricte dans le cas du nom qui réfère à un obje (...)

131Dans les propositions attributives, qui sont un type particulier de propositions ontiques, nous observons le même type d’accord qu’avec les noms et les adjectifs à l’intérieur du groupe nominal, c’est-à-dire : si l’adjectif est à la forme du pluriel ou est un adjectif plurale tantum, le nom en tête du groupe nominal du sujet de la proposition sera à la forme du pluriel, alors que le contraire ne s’applique pas.14

(3.159)

a.

Lōà

ɓɛ̄

ō

kpūú-kpūú.

femme.pl

dem

3pl.exi

court~pl

b.

Lōà

ɓɛ̄

ō

kpūú.

femme.pl

dem

3pl.exi

court

‘Ces femmes sont petites’.

c.

*Lēē

ɓɛ̄

lɛ̄

kpūú-kpūú.

femme

dem

3sg.exi

court~pl

d.

Lēē

ɓɛ̄

lɛ̄

kpūú.

femme

dem

3sg.exi

court

‘Cette femme est petite’.

2. Accord entre le groupe nominal du sujet et le marqueur prédicatif indexant le sujet

  • 15 Comme les marqueurs prédicatifs pronominaux appartiennent au groupe verbal et non pas au groupe nom (...)
  • 16 Le seul exemple narratif où nous ayons relevé l’absence d’accord a été considéré par notre informat (...)

132Les marqueurs prédicatifs indexant le sujet15 s’accordent obligatoirement avec les groupes nominaux qui réfèrent aux êtres humains, quel que soit le marqueur du pluriel16.

(3.160)

a.

Mīā

pèèlɛ̄

wáà

gèè...

personne

deux

3pl.jnt>3sg

dire:JNT

b.

*Mīā

pèèlɛ̄

áà

gèè...

personne

deux

3sg.jnt>3sg

dire:JNT

‘Deux personnes disent...’.

c.

áà

gèè...

personne

3sg.jnt>3sg

dire:JNT

d.

*

wáà

gèè...

personne

3pl.jnt>3sg

dire:JNT

‘Une personne dit...’

133Si le groupe nominal est non marqué du pluriel, le marqueur prédicatif est toujours au singulier.

(3.161)

a.

Nɔ̀ɔ̀

wɛ̄

āà

mɔ̀ɔ̀

vɔ̀

píé.

silure

dem

3sg.prf

tomber

oiseau

pl

chez

b.

*Nɔ̀ɔ̀

wɛ̄

wāà

mɔ̀ɔ̀

vɔ̀

píé.

silure

dem

3pl.prf

tomber

oiseau

pl

to

‘Le silure est devenu comme ces oiseaux.’

134L’accord sémantique ne se produit pas.

(3.162)

a.

séŋ́

lɛ̄

ɓéē

kpòlò

yí.

personne

chaque

3sg.exi

personne

vivant

corps:CS

dans

b.

*Mī

séŋ́

ɓéē

kpòlò

yí.

personne

chaque

3pl.exi

personne

vivant

corps:CS

dans

‘Tous les gens sont des gens vivants (lit. : chaque personne est dans le corps d’une personne vivante)’.

135Si le groupe nominal contient un déterminatif du pluriel, l’accord est quasi-obligatoire ; les exceptions, comme l’ex. 3.164, sont des exemples élicités.

(3.163)

Wìì

vɔ̀

séŋ́

ō

dīē.

viande

pl

tout

3pl.pret

passer

‘Tous les animaux sont passés’.

(3.164)

Lɛ̀

ɓɛ̄

ē

kɛ̄

sɛ̀.

endroit

pl

dem

3sg.pret

faire

bon

‘C’étaient de bons endroits’.

136Au contraire, si la pluralité du contrôleur est exprimée autrement que par un déterminatif du pluriel, nous n’avons pratiquement pas relevé d’exemples avec l’accord entre le contrôleur et la cible :

(3.165)

Pɔ̄ɔ̀

lɛ̄

gbínī-gbínī.

chose.pl

3sg.exi

lourd~pl

‘Les bagages sont lourds’.

137Dans certains cas, la variante où la cible est en accord a été considérée comme agrammaticale, l’informateur ayant préféré la variante sans accord, comme dans l’exemple suivant avec un numéral :

(3.166)

a.

Ɓū

ɓɔ̀ɔ́

yààkā

lɛ̄

gbínī.

riz

sac

trois

3sg.exi

lourd

b.

*Ɓū

ɓɔ̀ɔ́

yààkā

ō

gbínī.

riz

sac

trois

3pl.exi

lourd

‘(Ces) trois sacs de riz sont lourds’.

138Par contre, la présence d’un déterminatif du pluriel rend la proposition correcte :

(3.167)

a.

Ɓū

ɓɔ̀ɔ́

yààkā

vɔ̀

ō

gbínī.

riz

sac

trois

pl

3pl.exi

lourd

b.

*Ɓū

ɓɔ̀ɔ́

yààkā

vɔ̀

lɛ̄

gbínī.

riz

sac

trois

pl

3pl.exi

lourd

‘(Ces) trois sacs de riz sont lourds’

3. Pronom non sujet résomptif et pronoms possessifs

139Deux autres cas d’accord local en nombre sont attestés, les cibles étant des pronoms. Dans le premier cas, il s’agit du pronom résomptif non-sujet ō de la 3e personne pl (qui s’emploie lorsque le groupe nominal de l’objet est marqué du pluriel ou est un groupe coordinatif ; son emploi reste toutefois facultatif, ex. 3.168 et 3.169). Dans le deuxième cas, il s’agit du pronom possessif qui suit le groupe nominal du possesseur marqué ou pas du pluriel (3.170). Dans les deux cas, l’accord est obligatoire.

(3.168)

nɛ́fú

ā

ē

lòóò

ō

sí.

3sg.pret

enfant

dem

3pl.coord

3sg.refl

mère

3pl.nsbj

lever

‘Il a pris l’enfant et sa mère’.

(3.169)

lúlɔ̀

vɔ̀

ō

kùù

lɛ̄

gbùò.

3pl.nsbj

soeur

pl

3pl.nsbj

nombre

3sg.exi

grand

‘Leurs soeurs sont devenues nombreuses’.

(3.170)

Sɛ́lɛ́

sálápèèlɛ̄

ā

kpílì

lúó

lɛ̄

ɲɛ́nɛ́

dōó

ká.

village

sept

dem

3pl.poss

fête

jour

3sg.exi

soleil

un

avec

‘Les fêtes organisées par ces sept villages tombent le même jour (lit. : le jour de fête de ces sept villages, est un jour)’.

3.9.3.2. Accord distant

140Les index pronominaux qui sont des cibles d’accord en nombre distant sont : les marqueurs prédicatifs pronominaux qui réfèrent à la personne et au nombre du sujet, les pronoms non-sujet (qui assument la fonction de l’objet direct, indirect et attribut génitival), ainsi que les pronoms possessifs. Le contrôleur est situé à l’extérieur de la proposition contenant la cible : dans une autre proposition ou dans la position de topique.

141Si le contrôleur réfère à un être humain, les cas d’absence d’accord (le contrôleur étant marqué du pluriel, la cible non) sont très rares, il s’agit toujours de cas où l’index est un marqueur pronominal autre que le marqueur prédicatif. Comparer (3.171) et (3.172) où l’index est un pronom non-sujet dans la position de l’objet direct.

(3.171)

Lōà

vɔ̀

ō

ō

kṵ́

ɓɛ̄

tɛ̀kɛ́tɛ̀kɛ́.

femme.pl

pl

3pl.pret

3pl.nsbj

prendre

dem

en.général

‘Les femmesi, ilsj lesi ont prises toutes’.

(3.172)

nɛ́

sáládō

táà

lɔ̀ɔ̀

wáá

mɔ̀

ɓɛ̄.

3sg.poss

enfant

six

rel>3sg.nsbj

amour

cop.neg>3sg

sur

dem

‘Ce sont ses six enfants qu’il n’aime pas (lit. : que leur amour n’est pas sur lui).’

142Cependant, l’accord sémantique distant est possible, tandis que l’accord local ne l’est pas. Examinons l’exemple suivant.

(3.173)

gèē

mīā

lɛ̀ɛ̄

3sg.pret>3sg

dire

3sg.poss

personne.pl

pl

pour

ó

gɔ̰̄-nɛ̀

séŋ́

lɛ́

à

kɛ̀ɛ̀

āà

kɛ̄

3pl.conj

homme-enfant:CS

tous

rel

3sg.nsbj

an

3sg.prf

faire

pèèlɛ̄,

ɛ̰́ɛ̰́

ōyē

ō

kɛ̀ɛ̀

lɛ̀ɛ́

ɓɔ̄

nɛ́

pèèlɛ̄

deux

et

3pl.emph

3pl.nsbj

an

3sg.neg

sortir

encore

deux

mɔ̀

lɛ́

ō

kɛ̄

Bɛ́féléhɛ̰́ɛ̰̀

ā,

ó

ō

zɛ̄.

sur

rel

3pl.pret

faire

Bethléem

top

3pl.conj

3pl.nsbj

tuer

‘... et il envoya tuer tous les enfants de deux ans et au-dessous qui étaient à Bethléem (lit. : Il a dit à ses gens, tous les garçons qui ont deux ans et moins et qui étaient à Bethléem, de les tuer, M 2 :16)’.

143Dans cet exemple le groupe nominal du contrôleur est sémantiquement pluriel (gɔ̰̄nɛ̀ séŋ́ ‘tous les garçons’), tout en étant formellement non marqué du pluriel. Dans les propositions qui suivent la proposition contenant le contrôleur, l’une des cibles pronominales est au singulier, d’autres sont au pluriel. Il est important de noter, cependant, que c’est le premier index pronominal qui est au singulier (à kɛ̀ɛ̀son an, son âge’). Par conséquent, l’accord sémantique se réalise lorsque la cible et le contrôleur sont distanciés l’un de l’autre par une proposition et plus.

144Si le groupe nominal ne réfère pas à un être humain, la situation est plus complexe. Si le groupe nominal est non marqué du pluriel, l’index est toujours au singulier/ au nombre général. Cependant, même si le contrôleur est marqué du pluriel, la cible est pratiquement toujours au singulier/ au nombre général, autrement dit, on n’a pratiquement que des exemples sans accord entre le groupe nominal et la cible :

(3.174)

Ŋ̀

dámà

vɔ̀

ŋ́

à

sí.

1sg.poss

diamant

pl

dem

1sg.conj

3sg.nsbj

prendre

‘Je prendrai mes diamants’.

(3.175)

Pɔ̄ɔ̀

lɛ́

kṵ́

ɓɛ̄...

chose.pl

rel

3pl.pret>3sg

prendre

dem

‘Les choses qu’ils ont prises...’

(3.176)

Kèá

zèē

sóò

púlú-púlú

lɛ́

lɛ̄

mīā

kɛ̀lɛ̀

wɛ̄.

il.y.a.longtemps

ici

seau

blanc~pl

rel

3sg.exi

personne.pl

adr

dem

‘Il y a longtemps les seaux blancs que les gens avaient...’.

(3.177)

Pɔ̄ɔ̀

kélékélé

lɛ́

lɔ́.

chose.pl

petits

rel

1sg.pret>3sg

acheter

‘J’ai acheté de petites choses’.

3.9.4.3. Interprétation du système d’accord

145Comme nous l’avons vu dans §3.9.4.1, les formes du pluriel des adjectifs ne se combinent qu’avec les formes du pluriel des noms. Le contraire ne s’applique pas : les formes du pluriel de noms peuvent se combiner avec les formes du singulier/ du nombre général, ainsi qu’avec les formes du pluriel. Ainsi, sur quatre variantes combinatoires, seules trois sont réalisées. En voici une illustration avec l’exemple (3.158).Les combinaisons possibles des formes des noms et des adjectifs sont résumées dans le Tableau 3.12.

Tableau 3.12. Accord entre les noms et les adjectifs

adjectif

singulier/général

pluriel

nom

singulier/général

ok

-

pluriel

ok

ok

146La même généralisation s’applique aux groupes nominaux du sujet qui s’accordent avec les adjectifs dans les propositions attributives, comme nous l’avons vu dans l’ex. (3.159).En ce qui concerne les règles d’accord des index pronominaux (les marqueurs prédicatifs et les pronoms), comme nous l’avons vu, les groupes nominaux non-marqués du pluriel ne se combinent qu’avec les index singuliers. Dans certains cas, l’accord est strict y compris pour le pluriel : c’est généralement le cas des contrôleurs qui réfèrent aux êtres humains, ainsi que des autres référents dans l’accord local. Cependant, l’accord facultatif des index avec les contrôleurs pluriels est également très fréquent, surtout lorsque la pluralité du contrôleur est exprimée par un autre moyen que les déterminatifs du pluriel, et lorsque la cible occupe une autre position que la position du sujet. Dans l’accord local, un contrôleur non marqué du pluriel ne se combine jamais avec un index pronominal marqué du pluriel, mais cette combinaison est toutefois possible dans l’accord distant : il s’agit de l’accord sémantique. Les combinaisons possibles des groupes nominaux et des index pronominaux sont résumées dans le Tableau 3.13.

Tableau 3.13. Accord entre les groupes nominaux et les index pronominaux

  • 17 Sauf l’accord sémantique distant.

index pronominal

singulier/général

pluriel

groupe nominal

singulier/général

ok

-17

pluriel

ok

ok

147L’accord à l’intérieur et à l’extérieur du groupe nominal se produit selon des règles semblables. Composons un tableau unifié avec les règles d’accord (Tableau 3.14).

Tableau 3.14. Règles d’accord générales

  • 18 Sauf l’accord sémantique distant.

cible

singulier/général

pluriel

contrôleur

singulier/général

ok

-18

pluriel

ok

ok

148L’asymétrie dans le marquage du nombre s’explique de la manière suivante. D’après notre analyse (Khachaturyan 2014 : 145-147), le nombre est un quasi-grammème, le nombre général est le nombre par défaut, l’expression de la pluralité des référents est facultative. Par conséquent, il n’y a pas de marquage obligatoire de toutes les composantes du groupe nominal qui peuvent être porteuses de la valeur du pluriel, ainsi que des index pronominaux correspondants, ce que caractériserait l’accord canonique. Comme c’est le contrôleur qui est le porteur de la valeur sémantique du nombre, on s’attend à ce que ce soit le contrôleur même, plutôt que la cible, qui porte les marqueurs du pluriel (le nom en tête du groupe nominal par rapport à l’adjectif, le groupe nominal même par rapport à un index pronominal). Par conséquent, dans le cas de l’accord facultatif, la cible n’est marquée du pluriel que lorsque le contrôleur en est lui aussi marqué. Cette caractéristique peut être représentée dans la hiérarchie de marquage de nombre :

contrôleur > cible

149Selon cette hiérarchie, nous avons trois possibilités :

1. Ni le contrôleur, ni la cible ne sont marqués du pluriel (le contrôleur et la cible sont tous les deux caractérisés par le nombre singulier / général).

2. Le contrôleur seul est marqué du pluriel (l’absence d’accord : le contrôleur est un groupe nominal marqué du pluriel, la cible est marquée du singulier / du nombre général).

3. Le contrôleur et la cible sont tous les deux marqués du pluriel (accord).

150D’après ce schéma, la combinaison du contrôleur au singulier / nombre général et la cible au pluriel, qui n’est attestée que dans les cas d’accord sémantique où le contrôleur et la cible sont distanciés l’un de l’autre par une proposition et plus, est automatiquement exclue.

151La première option se réalise si a) le référent est un objet singulier, b) le référent est un groupe d’objets, mais qu’il n’y a pas de facteurs discursifs définissant que le locuteur doive communiquer l’information sur la pluralité des référents. La deuxième et la troisième options se réalisent si le marquage du contrôleur du pluriel est préférable ou même nécessaire, comme dans le cas des référents situés haut dans la Hiérarchie d’animéité (les personnes) et les groupes nominaux situés haut dans la Hiérarchie de définitude (groupes nominaux définis). Le choix entre les deux options, c’est-à-dire le choix de la cible qui exprime morphologiquement (dans le cas des adjectifs) ou sémantiquement (dans le cas des index pronominaux) la caractéristique sémantique de pluralité du contrôleur, s’effectue en accord avec la hiérarchie d’accessibilité des groupes nominaux (l’accord est préférable pour une cible qui y est haut placée – le sujet), la hiérarchie d’animéité (l’accord est préférable lorsque le contrôleur désigne une personne), ainsi que la distance syntaxique (l’accord local est préférable). Ainsi, nous pouvons interpréter la situation mano comme une copie facultative du quasi-grammème du pluriel sur la cible. Le fait que le quasi-grammème soit copié est plus ou moins préférable en fonction de divers facteurs.

  • 19 As we move rightwards along the Animacy Hierarchy, the likelihood of number being distinguished wil (...)

152Les irrégularités dans l’expression du pluriel et l’accord en nombre sont en s’expliquent en partie par les restrictions prédites par la hiérarchie d’animéité, à savoir : plus à droite une unité donnée est située dans la hiérarchie d’animéité, moins il est probable qu’elle distinguera plusieurs formes de nombre (Corbett 2000 : 70)19.

153La Hiérarchie d’animéité ne suffit pas à expliquer les irrégularités. Les règles qui définissent l’expression du pluriel et l’accord en nombre doivent inclure la hiérarchie d’accessibilité des groupes nominaux, ainsi que la hiérarchie de définitude et la distance syntaxique entre le contrôleur et la cible (accord local ou accord distant). En prenant en compte ces trois hiérarchies, nous pouvons formuler deux règles : l’une pour l’expression du pluriel, l’autre pour l’accord en pluriel.

154I. Restriction sur l’expression du pluriel

Plus un groupe nominal donné est situé bas dans la Hiérarchie d’animéité et la Hiérarchie de définitude, moins il est probable qu’il sera marqué du pluriel.

155II. Restriction sur l’accord

Plus le contrôleur pluriel est situé bas dans la Hiérarchie d’animéité et la cible, dans la Hiérarchie d’accessibilité et plus la distance syntaxique est grande entre les deux, moins il est probable que la cible sera en accord avec le contrôleur.

3.10. Coordination, disjonction des groupes nominaux

156La coordination des groupes nominaux peut être marquée par une simple juxtaposition :

(3.178)

Kɔ̄āà

tɔ́ŋ́

lóbāá

lɔ̀ɔ̀

dɔ̄.

1pl.prf

palmier.à.huile

pl

hévéa

pl

marchandise:CS

arrêter

‘Nous avons vendu les noix de palme et le caoutchouc (lit. : Nous avons vendu les palmiers à huile et les hévéas)’.

157Cependant, le pronom de la 3e personne pl de la série coordinative est le plus souvent placé entre les deux conjuncts :

(3.179)

Sèé

Ɲàá

gɔ̰̄

yālá.

Ce

3pl.coord

Nyaa

3pl.pret>3sg

lutter

hier

‘Ce et Nyaa se sont battus hier’.

158Sur la coordination des groupes nominaux qui incluent une composante pronominale, voir §3.8.5.

159La disjonction ne se produit pas au sein du même groupe nominal, la composante disjointe est introduite par une construction séparée. La disjonction est marquée par la particule wàá ~ ɔ̀ɔ́ :

(3.180)

Íì

fùtúù

ɓèlè

wàá

bólō

yìà ?

1sg.ipfv

futu

manger:IPFV

ou

banane

frire.ger

‘Tu manges le foutou ou l’aloko ?’

160La construction à valeur ‘hormis X’ est introduite par la particule ésíhormis’ qui précède un groupe postpositionnel avec la postposition mɛ̀ŋ́derrière’.

(3.182)

Pɛ̄

gbɛ̄ɛ̄

wɛ́

yī

ésí

Zɛ́ɛ́zú

mɛ̀ŋ́.

chose

indef

différent

cop.neg

là-bas

sauf

Jésus

derrière

‘Il n’y a rien sauf Jésus’.

Haut de page

Notes

1 Comme nous le verrons plus loin, les noms polysémiques peuvent avoir une double appartenance aux classes syntaxiques : ainsi, le nom gèlè a deux valeurs, ‘ennemi (rel.)’ et ‘guerre (autosem.)’. Sur le problème de la répartition des noms en fonction de leur sémantisme, voir (Roulon-Doko 2003).

2 Nous pouvons ainsi dire que les noms relationnels ont une valence, leur actant étant le dépendant génitival. À cet égard, les noms relationnels sont très proches des verbes transitifs. Le parallélisme s’exprime non seulement par l’existence d’une valence (dans le cas des uns, c’est le dépendant génitival, et dans le cas des autres, c’est l’objet direct), mais aussi par la façon dont cette valence est remplie : c’est soit un pronom non-sujet dans le cas d’un actant pronominal, ou un groupe nominal préposé sans que ni ce groupe nominal, ni la tête (le nom relationnel ou le verbe) soit morphologiquement marqué. Pour l’analyse plus détaillée de ce parallèle, voir (Nikitina 2011).

3 En règle générale, le dépenant génitival ayant la valeur de materiel exige que le nom en tête soit employé dans la forme d’état constuit : sɔ̄ kà <tissu maison:cs> ‘tente’.

4 En mano, les noms des enfants sont ordinaux : Sèé premier fils’, Ɲàádeuxième fils’, Pèétroisième fils’, Wɔ̀ɔ́quatrième fils’, Zàwòlòcinquième fils’, Fɔ̀ɔ́sixième fils’, Sèé pèèlɛ̄septième fils’ ; Kɔ̀ɔ́première fille’, Yàádeuxième fille’, Yèítroisième fille’, Nɔ̀ɔ́quatrième fille’, Kòócinquième fille’, Fàníāsixième fille’, Kɔ̀ɔ́ pèèlɛ̄’septième fille’. Tous ces noms ont deux valeurs : nom propre (autosémantique) et nom commun (relationnel : ŋ̄ Sèé ‘mon premier fils’).

5 Manière de s'adresser à une femme mariée.

6 Qui rend la sauce gluante.

7 Il est intéressant de noter que dans la langue wan, qui appartient également au même groupe que le mano (mandé-sud), le nom ne peut avoir comme dépendant un groupe postpositionnel que lorsque la postposition en question a un nom homonymique, voir (Nikitina 2008). Sur d’autres différences entre les groupes postpositionnels en wan et en mano, voir (Khachaturyan 2013b).

8 La forme du nom kpà̰á̰ est ambiguë dans ce contexte : elle peut être interprétée en tant que forme de base ou en tant que forme d'état construit, puisque la première voyelle porte le ton bas.

9 La consonne initiale du démonstratif peut chuter, la voyelle /a/ a une tendance à s’assimiler à la voyelle précédente par nasalité et lieu d’articulation. Le démonstratif peut avoir par conséquent les allomorphes suivants : ā, ɛ̄, ɔ̄, ā̰, ɛ̰̄, ɔ̰̄. Pour plus de détails sur le processus d’assimilation, voir §1.6.1.

10 “...the separation of members of a group, whether entities, events, qualities or locations. Each is considered distinct in space, sort or time”.

11 La valeur d'associatif implicite (‘aussi, même’) peut être la source de grammaticalisation du pluriel. Voir notamment l’analyse du basque et du bediondo, (Creissels 2006 : 124-125).

12 Sur le système des quantificateurs en mano, voir également (Khachaturyan 2014a).

13 Le ton du pronom de la 3e personne sg s’assimile facultativement au ton de la dernière voyelle du mot précédent.

14 Il est possible que la règle en question soit moins stricte dans le cas du nom qui réfère à un objet tout en ayant une forme du singulier et une forme du pluriel : pɛ̄ ‘chose’. L’exemple suivant est tiré de la traduction du Nouveau Testament en mano faite par les missionnaires au Libéria. En analysant le texte, notre informateur a considéré cet emploi comme appartenant au registre familier, donc pas tout à fait correct :
Wà | pɛ̄ | lɛ̄ | kélékélé.
3pl.poss | chose | 3sg.exi | petits
‘Leurs choses sont petites’.

15 Comme les marqueurs prédicatifs pronominaux appartiennent au groupe verbal et non pas au groupe nominal du sujet (voir Vydrin 2010, Konoshenko 2013, Hachaturyan 2010), il n’est pas correct de parler de la position du sujet. Il s’agit plutôt de la référence au sujet.

Comme cela a été démontré dans (Konoshenko 2013), le groupe nominal du sujet n’occupe pas la position de topique, mais appartient bien à la proposition, par conséquent, l’accord entre le groupe nominal du sujet et l’index pronominal du sujet est bien un accord local.

16 Le seul exemple narratif où nous ayons relevé l’absence d’accord a été considéré par notre informateur comme agrammatical :
À | zì | mìà | lɛ̄ | zèē.
3sg.nsbj | emph | parent.pl | 3sg.exi | ici
‘Ses parents sont ici’.

L’informateur a corrigé la proposition en la remplaçant par la proposition à zì mìà ō zèē avec l’index pronominal de la 3e personne pl ō.

17 Sauf l’accord sémantique distant.

18 Sauf l’accord sémantique distant.

19 As we move rightwards along the Animacy Hierarchy, the likelihood of number being distinguished will decrease monotonically (that is, with no intervening increase).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Schéma 3.1. Les fonctions des quantificateurs mano
URL http://mandenkan.revues.org/docannexe/image/709/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Maria Khachaturyan, « Groupe nominal », Mandenkan, 54 | 2015, 71-120.

Référence électronique

Maria Khachaturyan, « Groupe nominal », Mandenkan [En ligne], 54 | 2015, mis en ligne le 31 décembre 2015, consulté le 24 juin 2017. URL : http://mandenkan.revues.org/709 ; DOI : 10.4000/mandenkan.709

Haut de page

Auteur

Maria Khachaturyan

UC Berkeley, Anthropology department
mashaha@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Mandenkan sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Llacan – Langage, langues et cultures d’Afrique noire
  • Logo Search | ERIH PLUS | NSD
  • Revues.org