Navigation – Plan du site

Morphologie

Section 2
Maria Khachaturyan
p. 35-71

Texte intégral

1Nous commençons cette section par §2.1 qui porte sur les critères de délimitation des parties du discours dont nous distinguons les parties variables et invariables. Dans les sections suivantes nous décrivons la morphologie des parties du discours variables : le nom, §2.2, l’adjectif, §2.3, le numéral, §2.4, le verbe, §2.5, l’adverbe, §2.6. La morphologie des pronoms personnels est abordée dans §2.7. Chaque section se compose de deux sous-sections : l’une qui porte sur la morphologie dérivationnelle et l’autre qui porte sur la morphologie flexionnelle.

2.1. Parties du discours

2La délimitation des parties du discours est problématique dans toutes les langues, particulièrement les langues isolantes comme le mano. Même la délimitation des classes grammaticales centrales comme le verbe, le nom ou l’adjectif n’est pas toujours univoque, sans parler des classes périphériques, lexèmes auxiliaires etc. (sur cette problématique voir, par exemple, Baker 2003). Néanmoins, comme il est indispensable pour l’explication des faits grammaticaux d’avoir un inventaire au moins approximatif des classes grammaticales, nous proposons ci-dessous une classification préliminaire.

3Comme l’ordre des mots en mano est fixe, les critères syntaxiques, surtout la combinabilité d’un lexème donné avec d’autres lexèmes, ainsi que sa position dans la phrase, sont les critères principaux de délimitation de la plupart des parties du discours. Les critères morphologiques, par contre, ne sont pas très efficaces, parce que les morphèmes et les opérations morphologiques sont soit facultatifs, soit ne sont obligatoires que dans un nombre très restreint de contextes.

  • 1 Dans de nombreuses langues ouest-africaines (cf. Newman 2000, Samarin 1967), les idéophones sont co (...)

4Nous distinguons les parties du discours suivantes : nom, adjectif, numéral, verbe, copule, adverbe, postposition, déterminatif, pronom personnel, marqueur prédicatif pronominal, particule, interjection1. Le nom, l’adjectif, le numéral, le verbe, et l’adverbe sont des parties du discours flexionnelles, les autres sont invariables.

5Dans le Tableau 2.1 nous regroupons les données sur les parties du discours (PD) variables : les flexions et les opérations morphologiques, leur sémantisme et leur expression (obligatoire ou non).

Tableau 2.1. Flexions et opérations morphologiques

PD

sémantisme

expression

obligatoire/ non obligatoire

nom

état construit

ton bas

non

pluriel

forme irrégulière (six noms)

avec les adjectifs redoublés

focus

ton haut

non

adjectif

pluriel

réduplication, forme tonale

np est un ensemble d’objets dans une distribution

sélectif

suffixe -zɛ̀

non

degré d’intensité

réduplication

non

verbe

aspect, modalité, polarité (expression cumulative)

marqueurs prédicatifs, tons grammaticaux

tous les verbes finis

nominalisation

ton bas

avec des dépendants postposés

adverbe

sélectif

suffixe -zɛ̀

non

degré d’intensité

réduplication

non

  • 2 Les pronoms personnels et les formes nominalisées de verbes peuvent, elles aussi, occuper cette pos (...)

6Nous définissons le nom en mano comme une partie du discours qui seule peut occuper la position de tête d’un groupe nominal2. On distingue : une forme à ton bas qui s’emploie dans la position de tête d’un groupe nominal avec des dépendants d’un certain type qui se trouvent dans la préposition (groupe nominal, groupe verbal), que nous appelons aussi une forme d’état construit, ainsi qu’une forme focalisée à ton haut qui s’emploie avec les démonstratifs.

7Six noms ont une forme du pluriel irrégulière. Cette forme ne s’emploie obligatoirement que lorsque le nom se combine avec un adjectif redoublé à valeur de pluriel (comparez les ex. 2.1b et 2.1c), dans tous les autres cas elle est facultative. Lorsque la valeur du pluriel est exprimée, pour les noms qui désignent les personnes, l’emploi de la forme du pluriel est préférable à l’emploi de la forme du singulier combinée avec d’autres marqueurs du pluriel, cf. ex. (2.1d). Sur l’expression du pluriel, voir §3.9.

(2.1)

lēē

gbùò

femme

grand

‘grande femme’

b.

lōà

gbùò-gbùò

femme.pl

grand ~ pl

‘grandes femmes’

c.

*lēē

gbùò-gbùò

femme

grand~pl

d.

 ?lēē

vɔ̀

femme

pl

‘des femmes’

8L’état construit, ou le statut de tête d’un groupe nominal avec des dépendants préposés d’un certain type (groupe nominal, groupe verbal nominalisé et certains autres, voir §3.3 et §3.4) est marqué par le ton bas. L’emploi de la forme à ton bas n’est pas toujours obligatoire.

(2.2)

kwíí

tɔ́ŋ́/tɔ̀ŋ̀

européen

palmier/palmier:CS

‘ananas’

9Certains noms ont une forme à ton haut. Cette forme s’emploie facultativement lorsque le nom est suivi par un démonstratif. Tous les noms n’ont pas été testés dans ce contexte.

(2.3)

lēē/léé

ɓɛ̄

femme/femme:FOC

dem

‘cette femme’

10Comme il n’y a pas de flexions nominales régulières et obligatoires dans tous les contextes où elles s’appliquent, les noms n’ont pas de catégories grammaticales.

  • 3 Les adjectifs en mano ne peuvent pas se substantiviser.

11Nous considérons les adjectifs en mano comme composant du groupe nominal suivant les noms et précédant tous les autres composants, à l’exception des déterminatifs pluriels qui peuvent se situer entre le nom et l’adjectif3. Tous les adjectifs (sauf les numéraux ordinaux) peuvent soit s’adjoindre le suffixe -zɛ̀ à valeur sélective (cf. 2.4b), soit se redoubler (à valeur de pluriel, 2.5a et/ou d’intensif, 2.5b).

(2.4)

a.

lēē

gbùò

femme

grand

‘grande femme’

b.

lēē

gbùò-zɛ̀

femme

grand-adj

‘grande femme (parmi d’autres femmes)’

(2.5)

a.

gbá̰

gbùò-gbùò

chien

grand~pl

‘grands chiens’

b.

lēē

kpàlé-kpàlé-zɛ̀

femme

étrange~int-adj

‘une femme très étrange’

12Le suffixe -zɛ̀ à valeur sélective et la réduplication des adjectifs à valeur d’intensif sont toujours facultatifs. La réduplication des adjectifs à valeur de pluriel n’est obligatoire que lorsque l’adjectif fait partie d’un groupe nominal qui désigne un ensemble d’objets dans une distribution et qu’il ne contient pas de numéral (comparer 2.6a et 2.6b).

(2.6)

a.

Mīā

gbṵ́ṵ̀

ō

ɓɔ̀ɔ́

gbùò

sí.

personne.pl

certains

3pl.pret

sac

grand

prendre

‘Certaines personnes ont pris un grand sac (tous le même)’ ; (NON ‘Certaines personnes ont pris chacune un grand sac’).

b.

Mīā

gbṵ́ṵ̀

ō

ɓɔ̀ɔ́

gbùò-gbùò

sí.

personne.pl

certains

3pl.pret

sac

grand~pl

prendre

‘Certaines personnes ont pris chacune un grand sac’ ; (NON ‘Certaines personnes ont pris des grands sacs (tous les mêmes)’).

13Une sous-classe des adjectifs est également distinguée, ce sont les numéraux ordinaux qui sont formés à partir des numéraux cardinaux suivis du suffixe –là(pɛlɛ̀ : pèèlɛ̄làpɛ̀lɛ̀ ‘deuxième’. Le critère utilisé pour classer les numéraux ordinaux parmi les adjectifs est d’ordre sémantique : les numéraux cardinaux désignent un attribut, mais non pas une quantité. Ils ne se redoublent pas, ils ne s’adjoignent pas le suffixe -zɛ̀.

14Les numéraux cardinaux (ou numéraux tout court) font également partie du groupe nominal (voir cependant §3.6 sur l’ellipse des noms dans la construction avec un numéral). Au sein du groupe nominal, les numéraux suivent les adjectifs et les déterminatifs pluriels mais précèdent tous les autres déterminatifs. Le numéral se redouble obligatoirement lorsqu’il fait partie du groupe nominal qui désigne un ensemble d’objets dans une distribution (2.7b). Ce groupe nominal cependant ne doit pas contenir un adjectif qui subit la réduplication à valeur de pluriel, sinon c’est l’adjectif qui se redouble, alors que le numéral ne se redouble pas.

(2.7)

a.

Mīā

séŋ́

ō

ɓɔ̀ɔ́

yààkā

sí.

personne.pl

tout

3pl.pret

sac

trois

prendre

‘Tout le monde a pris trois sacs (tous les mêmes)’ ; (NON ‘Chacun a pris trois sacs’).

b.

Mīā

séŋ́

ō

ɓɔ̀ɔ́

yààkā

yààkā

sí.

personne.pl

tout

3pl.pret

sac

trois

trois

prendre

‘Chacun a pris trois sacs’ ; (NON ‘Tout le monde a pris trois sacs (tous les mêmes)’).

15À la différence des autres composants du groupe nominal, l’adjectif et le numéral ont également une fonction prédicative faisant partie de propositions ontiques (voir §5).

16Les déterminatifs sont des lexèmes invariables faisant partie du groupe nominal. À quelques exceptions près, ce sont des éléments terminaux. Nous répartissons les déterminatifs selon les classes suivantes :

  • démonstratifs (tɔ́ɔ̄ ‘celui-ci (très proche)’, yā(ā) ‘celui-là (loin)’),

  • marqueurs du pluriel (, vɔ̀),

  • quantificateurs (séŋ́ ‘tous’, gbṵ́ṵ̀ ‘certains’),

  • déterminatifs emphatiques (zì, dìè),

  • marqueur du réciproque (kíè ‘l’un l’autre’),

  • quantificateur flottant du pluriel píé,

  • marqueur d’associatif implicite ,

  • marqueur du statut référentiel à / àmɔ́ɔ̄.

  • 4 Ce démonstratif provient du pronom non-sujet de la 3e personne sg. à, voir également (Vydrin 2006).

17Le marqueur du statut référentiel à / àmɔ́ɔ̄4 précède le nom qu’il détermine (2.8). Le plus souvent, cependant, les déterminatifs suivent les adjectifs (2.9). Les déterminatifs du pluriel peuvent également les précéder, comparer (2.10) et (2.11). Ces derniers précèdent toujours les numéraux (2.12), tandis que tous les autres déterminatifs les suivent (2.13).

(2.8)

À

kwí

vɔ̀

gèē

kílī.

ref

Européen

pl

3pl.pret>3sg

parler

comme.ça

‘Ce sont ces Européens qui ont dit ça’.

(2.9)

yílí

gbùò

bḭ́

arbre

grand

dem

ombre

‘ombre de ce grand arbre’

(2.10)

lɛ́ɛ́

kpálà

vɔ̀

feuille

sec

pl

‘feuilles sèches’

(2.11)

lōà

vɔ̀

dòló

femme.pl

pl

semblables

‘femmes semblables’

(2.12)

lèēgé

vɔ̀

pèèlɛ̄

frère

pl

deux

‘deux frères’

(2.13)

tɔ̀ɔ̀

yààkā

ɓɛ̄

poule

trois

dem

‘ces trois poules’

18Le verbe est la seule partie du discours pouvant être bien délimitée sur la base de critères morphologiques. Les catégories grammaticales du verbe sont l’aspect, le mode et la polarité qui s’expriment cumulativement par des marqueurs prédicatifs pronominaux (présents dans tous les emplois finis des verbes), ainsi que des affixes verbaux, dont certains sont suprasegmentaux : ton de l’imperfectif, ton de la forme conjointe, ton de la forme du conditionnel, de l’irréel, le suffixe du conditionnel/irréel –á et le suffixe du contrefactuel . Le verbe a également plusieurs formes non-finies : le gérondif formé par le suffixe –à, l’infinitif formé par le suffixe –pɛ̀lɛ̀, la forme nominalisée à ton bas qui ne s’emploie que lorsque le verbe a des dépendants postposés.

19La phrase dans l’exemple ci-dessous contient un marqueur prédicatif pronominal lɛ́ɛ̀, une forme tonale de l’imparfait ( ‘aller:IPFV’, cf. forme de base ‘aller’), ainsi qu’une forme verbale du gérondif formée par l’allomorphe -ɛ̀ du suffixe du gérondif ‑à.

(2.14)

Lɛ́ɛ̀

wìì

kɛ̄-ɛ̀.

3sg.ipfv

aller:IPFV

animal

faire-ger

‘Il va chasser les animaux’.

20Les copules sont des centres prédicatifs des énoncés copulatifs. Deux copules se distinguent : la copule assertive lɛ̄ et la copule négative wɔ́. Les copules ne peuvent se combiner avec des verbes que dans leurs formes non-finies (gérondif ou infinitif).

(2.15)

À

nū-à

lɛ̄.

3sg.nsbj

venir-ger

cop

‘Il est venu.

  • 5 Ce suffixe est homonymique au suffixe adjectival -zɛ̀ qui désigne la valeur sélective (voir §2.3.2. (...)

21Les adverbes occupent la position de complément circonstanciel. Certains adverbes peuvent facultativement s’adjoindre le suffixe -zɛ̀5 ou se redoubler, acquérant la valeur d’intensif.

(2.16)

Lɛ́ɛ̀

tàà

yɛ̀ŋɛ̀lɛ̀/

yɛ̀ŋɛ̀lɛ̀-zɛ̀/

yɛ̀ŋɛ̀lɛ̀-yɛ̀ŋɛ̀lɛ̀.

3sg.ipfv

marcher:IPFV

lentement

lentement-adv

lentement~int

‘Il marche lentement/ lentement/ très lentement’.

22La postposition est la tête du groupe postpositionnel. Le Tableau 2.2 réunit les postpositions en mano. Plus de la moitié des postpositions correspondent à des noms relationnels homonymiqes qui ont pour la plupart la valeur d’un terme spatial (l’existence d’un tel nom est indiquée dans la première colonne). Le groupe postpositionnel a plusieurs fonctions, dont les plus importantes sont la fonction d’argument postverbal (2.17) et de complément circonstanciel (2.18). La possibilité de tels emplois pour une postposition donnée est indiquée dans les colonnes correspondantes. Quasiment toutes les postpositions peuvent être employées en tant que têtes des groupes postpositionnels ayant la fonction de complément circonstantiel ; moins d’un tiers des postpositions s’emploient dans les groupes postpositionnels des arguments. Pour plus de détails sur les groupes postpositionnels des arguments verbaux, voir §4.4.

Tableau 2.2. Postpositions

nom rel.

arg.

compl.

dans’

‘intérieur’

+

+

fḭ̀à̰ ~ fḭ̀ḭ̀ ; fèŋ́ ‘entre, parmi’

+

gɛ̀nɛ̀devant’

+

làpɛ̀lɛ̀ ~ làpìà entre, parmi’

‘surface’ + pɛ̀lɛ̀ ‘lieu:CS’

+

‘avec’

+

+

kɛ̀lɛ̀ ‘à’

‘main’

+

+

kōlàderrière, à cause de’

’dos’ + ‘surface’

+

kōlōlà ‘à cause de’

+

kōmɔ̀ ‘derrière, après’

‘dos’ + mɔ̀ ‘sous’

+

kōtɛ̀ŋ́ ‘derrière, avec’

+

kōyí ‘derrière, après’

dos’ + intérieur’

+

‘sur’

‘surface’

+

+

‘sur’

‘bouche’

+

lɛ̀ɛ̄ ‘pour’

+

lɛ̀í ‘au-dessus’

lɛ̀í ‘ciel’ (non-relationnel)

+

líé ‘devant’

‘bord, devant’

+

lúósáálɛ́í ‘uniquement parce que’

+

mɛ̀ŋ́ ‘derrière’

‘partie derrière’

+

mɔ̀ ‘sous, sur’

mɔ́ɔ̄ ‘surface’ ?

+

+

mɔ́ɔ̄ŋwɔ̀(mɔ̀) ‘à cause de’

‘surface’ ? + ‘affaire:CS’ + mɔ̀

‘sous’

+

ŋwɛ́ŋ̀à cause de’

+

+

~ pàà ‘chez’

+

píé ‘vers’

‘trace, piste’

+

+

sɔ́nɔ́ ~ sɔ̀nɔ̀ ‘à côté’

+

tīí ‘sans’

+

‘au dessous’

‘partie basse’

+

‘dans’

‘intérieur’

+

+

zàá ‘dans, chez’

‘intérieur’

+

zèí ‘au milieu’

‘milieu’

+

zízàá

zízàápɛ̀lɛ̀ ‘derrière’

partie derrière’ + zàá ‘dans’+ pɛ̀lɛ̀lieu:CS’

+

zí ~ zī ‘derrière’

‘partie derrière’

+

(2.17)

Lɛ́ɛ̀

kɔ̀vɔ̄

nɔ̄

ī

lɛ̀ɛ̄.

3sg.ipfv

cadeau

donner:IPFV

2sg.nsbj

pour

‘Il te donne un cadeau’.

(2.18)

à

pà.

3sg.pret

venir

3sg.nsbj

chez

‘Il est rentré chez lui’.

23Le mano compte plusieurs séries de pronoms personnels. Ce sont les pronoms non-sujet (ī ‘2sg.nsbj’), emphatiques (ɓī ‘2sg.emph’), focalisés (ɓí ‘2sg.foc’), possessifs (ɓà ‘2sg.poss’), coordinatifs (2pl.coord’), mais aussi le pronom réfléchi de la 3e personne sg ē. Voir §2.7, Tableau 2.11.

24Chaque série a ses propres fonctions syntaxiques, mais toutes leurs fonctions sont également ouvertes aux noms (sauf pour la fonction des pronoms possessifs). Chaque série de pronoms s’emploie dans quelques-unes des positions syntaxiques accessibles aux noms. La particularité des pronoms par rapport aux noms est le sémantisme (les catégories classificatoires de la personne et du nombre), ainsi que l’impossibilité d’adjoindre les tons grammaticaux. Nous considérons la série syntaxique comme une catégorie classificatoire des pronoms personnels, et non comme une catégorie grammaticale.

25À la différence des pronoms, les marqueurs prédicatifs pronominaux qui, eux aussi, distinguent la personne et le nombre, n’occupent pas les positions propres aux noms. Voir §5.1, Tableau 5.1.

26Les interjections peuvent former des propositions indépendantes et sont les seuls lexèmes autonomes en mano : ŋ̀ŋ̀ ‘oui’, kpāō ‘non’, īsɛ̀kɛ̄ɛ̀ ‘merci’.

27Les particules sont invariables. La définition exacte de leurs propriétés syntaxiques est encore sujette à réflexion. Plusieurs types de particules se distinguent :

  • particules grammaticales, dont les plus fréquentes sont les topicalisateurs (y)ā et ɓɛ̄ ~ wɛ̄ qui terminent les propositions subordonnées ; les marqueurs de relativisation lɛ́, qui a un allomorphe nɛ́ après les voyelles nasales, tɛ́ et le ton haut flottant, qui suivent le groupe nominal relativisé ; le focalisateur wɛ́ ~ wɔ́ employé dans la construction de cleft ; les marqueurs grammaticaux gbā et gɔ̰̀á̰ ~ gɔ̰̀ qui sont employés dans certaines propositions négatives après le marqueur prédicatif pronominal ; le marqueur kɛ̀ɛ̀ qui a la fonction du marqueur rétrospectif (voir §5) ;

  • connecteurs : kɛ̄ ‘pour que’, ētó ~ étó ‘et’ (coordination des propositions), ɓīī ‘parce que’, kálá ‘mais’ ; édīá(ká), marqueur de la construction comparative, wàá / ɔ̀ɔ́ ‘ou’, ésíhormis’, etc (voir §6).

  • marqueurs discursifs : marqueurs qui sont utilisés pour marquer la structure rhétorique, généralement au début de l’énoncé (àmɔ̀kɛ̀ìpourtant’, àmɔ́ɔ̄ŋwɔ̀ ‘par conséquent’ ; lɛ́ ~ yēlɛ́ ‘voilà que, et ainsi’ ; bɛ̀īzéní ‘ensuite’) ; marqueurs de topicalisation d’un groupe nominal (bɛ̀ī ~ bɛ̰̀ɛ̰̄ ‘quant à’, gbɛ̄ɛ̄ɓō ‘même’) ; particules finales qui servent à ponctuer une assertion (, wɛ̄, proches du français vernaculaire -, kɛ̀lɛ́ɛ̀, màán’est-ce pas ?’).

2.2. Morphologie nominale

2.2.1. Dérivation

28La morphologie dérivationnelle en mano est assez pauvre. Le seul suffixe nominal, -, apparaît dans les noms à valeur sémantique abstraite : ɓɛ́īlà ‘amitié’ < ɓɛ́ī ‘ami’, nɔ̀ɔ̄là ‘parenté à plaisanterie’ < nɔ̀ɔ̄ ‘parent à plaisanterie’, kɛ̀lɛ̀fèlēlà ‘pauvreté’ < kɛ̀lɛ̀ fèlē ‘main vide’.

29Une manière productive de formation de noms est la composition à partir de plusieurs bases lexicales. Les critères déterminant qu’il s’agit de lexèmes composés et non d’une simple combinaison de plusieurs lexèmes sont les suivants :

30Critère morphologique : les constituants subissent un changement phonétique : une assimilation ou une contraction.

lɔ́í ‘marché’ < lɔ́ɔ́ ‘commerce’ + yí ‘intérieur’ >

ŋwūnà ‘dirigeant’ < ŋwū ‘tête’ + ‘surface’>

31Critère syntaxique : les composants du nom ne forment pas un constituant ou ce constituant ne peut pas s’employer dans les positions propres aux noms.

32Ainsi, le lexème composé gbṵ̀mɔ̀ ‘aide’ <aider :nmlz+sur> se compose d’un verbe et d’une postposition. Le verbe gbṵ̄ a un complément exprimé par un groupe postpositionnel régi par la postposition mɔ̀ (2.19). Cependant, dans cette forme lexicalisée manque le groupe nominal régi par la postposition, tandis que le verbe avec la postposition seule ne forment pas un constituant. Le verbe se trouve dans la forme de nominalisation à ton bas, gbṵ̀ (voir §2.5.2.5).

(2.19)

a.

gbṵ̄

ī

mɔ̀.

3sg.pret

aider

2sg.nsbj

sur

‘Il t’a aidé’.

b.

gbṵ̀mɔ̀

nɔ̄

lɛ̀ɛ̄.

3sg.pret

aide

donner

3pl.nsbj

adr

‘Il les a aidés’.

33D’autres exemples de ce type :

ɓɔ̀bàsemblable (à qqn/qqch)’ ← ɓɔ̄sortir :nmlz’ + dans’ :

(2.20)

a.

Kɔ̀ɔ́

à

gbē

óò

ɓɔ̄

ō

kíè

bà.

Ko

3pl.coord

3sg.nsbj

fils

3pl.ipfv

sortir:IPFV

3pl.nsbj

recp

dans

‘Ko et son fils se ressemblent’.

b.

pɛ́nɛ̄ɛ̄

zèē

ɓɔ̀bà

ká.

3pl.exi

aujourd’hui

ici

3sg.nsbj

semblable

avec

‘Ils sont aujourd’hui ici à son image (lit. : ses semblables)’.

tààkíèpíéamitié’ ← táámarcher’ + kíèrecp’ + píéchez’

34Sont également attestés quelques exemples où le complément circonstanciel qui, dans l’ordre typique des propositions finies, est postposé au verbe, a été déplacé dans la préposition lors de la lexicalisation :

líétófin’ ← líédevant’ + rester’ ;

lūúpíékɛ̄mìchasseur’ ← lūúbrousse’ + píéchez’ + kɛ̄faire’ + personne:CS’.

35Le lexème composé zīmɔ̀ ‘fesses’ <partie postérieure+sur> se compose d’un nom et d’une postposition qui n’a pas de correspondant nominal (à propos des postpositions ayant des correspondants nominaux, voir plus bas). Une combinaison non-lexicalisée de ce type ne peut occuper que la position de complément circonstanciel (2.21), alors que, étant lexicalisée, elle peut occuper toutes les positions propres aux noms, y compris être un argument d’une postposition (2.22).

(2.21)

à

kpá

ā

lɛ́ɛ̀

3sg.prf

venir

récemment

top

3sg.ipfv

s’asseoir:IPFV

maison

zī

mɔ̀.

bouche

partie.postérieure

sur

‘Quand elle venait, elle s’asseyait devant la porte de derrière’.

(2.22)

À

ɓɛ́ɛ̄

ō

ō

kɔ̀

à

zīmɔ̀

wì.

3sg.nsbj

ami

pl

3pl.pret

3pl.nsbj

main

s’asseoir

3sg.nsbj

fesses

sous

‘Ses amis ont mis leurs mains sous ses fesses (pour le monter)’.

36Critère sémantique : le sémantisme d’un des composants n’est pas clair.

37Ainsi, l’origine du nom gbāmɔ́kìē ‘hominidé, esp.’ est clairement liée au nom kìē ‘chimpanzé’, mais nous ne connaissons pas la valeur du composante gbāmɔ́. Le nom tèŋèpóótóló ‘tourterelle’ est lié au nom tèŋè ‘pigeon’ ; cependant, le sémantisme de la composante póótóló n’est pas clair.

38Dans la plupart des cas il n’y a pas de critères formels pour distinguer les noms composés des combinaisons de lexèmes indépendants. Le seul critère est le sémantisme idiomatique. Ce sont les lexèmes des types suivants :

391. Groupe nominal aux dépendants préposés à la tête

  • 6 Dans le lexème ɲɛ̀ɛ̄wɛ̀lɛ̀ ‘œil’ <visage + os:cs> le composant wɛ́lɛ́os’ étant un nom relationnel (...)

a) Combinaison d’un nom relationnel avec un attribut nominal. Ces combinaisons sont formées par une simple juxtaposition des composants. Ici, le composant wɛ́lɛ́os, grain’6 est particulièrement intéressant, puisqu’il forme un nombre assez important de combinaisons. Citons-en quelques-unes :

sɛ́lɛ́wɛ́lɛ́brique’ ← sɛ́lɛ́terre’ + wɛ́lɛ́os’ ;

sɛ̰́ɛ̰́wɛ́lɛ́poivre’ ← sɛ̰́ɛ̰́poivre (plante)’ + wɛ́lɛ́os’.

40La composante kpōboule’ est également assez productive :

zīkpōfesses’ ← partie arrière’ + kpōboule’ ;

béīkpō ‘boule de manioc (type de plat : purée de manioc roulée en boules)’ ←

béī ‘manioc’ + kpō ‘boule’.

41D’autres noms relationnels sont également attestés :

ɲɛ̀ɛ̄kɛ̄ì ‘sourcils’ ← ɲɛ̀ɛ̄ ‘visage’ + kɛ̄ì ‘poil’.

42Les combinaisons de ce type comprennent également les combinaisons dont la tête représente deux lexèmes homonymiques : l’une s’emploie en fonction de postposition spatiale, et l’autre, en fonction de nom à valeur locative (pour les postpositions n’ayant pas de correspondant nominal, voir plus haut) :

zòlà ‘poitrine’ ← ‘cœur’ + ‘sur/surface’, la combinaison zò là signifie ‘sur le cœur / la surface du cœur’ ;

lɔ́ɔ́í ‘marché’ ← lɔ́ɔ́ ‘commerce’ + ‘dans/intérieur’, la combinaison lɔ́ɔ́ signifie ‘dans le commerce/l’intérieur du commerce’.

b) Combinaison d’un nom autosémantique avec des dépendants préposés, y compris le verbe nominalisé. Dans ce cas, le nom peut se trouver soit sous la forme d’état construit à ton bas, soit sous la forme de base :

kwíítɔ̀ŋ̀ ‘ananas’ ← kwíí ‘Européen’ + tɔ̀ŋ̀ ‘palmier:CS’ ;

kwíítɔ́ŋ́ ‘ananas’ ← kwíí ‘Européen’ + tɔ́ŋ́ ‘palmier’ ;

ɲɛ̀ɛ̄yìì ‘larmes’ ← ɲɛ̀ɛ̄ ‘visage’ + yìì ‘eau:CS’ ;

ɲɛ̀ɛ̄yíí ‘larmes’ ← ɲɛ̀ɛ̄ ‘visage’ + yíí ‘eau’.

43Le plus souvent, cependant, la forme de base de la tête n’est pas admissible :

tòlòpɛ̀ ‘bétail’ ← tòlò ‘élever’ + pɛ̀ ‘chose:CS’ (*tòlòpɛ̄) ;

kɛ̄sà̰à̰ ‘devoir’ ← kɛ̄ ‘faire’ + sà̰à̰ ‘travail:CS’ (*kɛ̄sà̰ā̰).

44Les noms d’agent se forment à l’aide du nom personne’ dans la forme d’état construit : yílílɛ́ɛ́kɛ̄mì ‘médecin (celui qui pratique la médecine traditionnelle)’ ← yílí ‘arbre’ + lɛ́ɛ́ ‘feuille’ + kɛ̄ ‘faire’ + ‘personne:CS’.

45Pour une analyse plus détaillée de ce type de relations syntaxiques, voir §3.3).

c) Combinaisons de noms avec leurs dépendants postposés : adjectif, gérondif

kɔ̀yīè ‘côté droit’ ← kɔ̀ ‘main’ + yīè ‘bon’ ;

ŋwūkɛ̄à ‘tresses’ ← ŋwū ‘tête’ + kɛ̄à ‘faire-ger’ ;

gāɓɔ̀ɔ̄ ‘deuil’ ← ‘morte’ + ɓɔ̄-ɔ̀ ‘sortir-ger’.

462. Nominalisation des groupes verbaux : verbe nominalisé avec son complément d’objet direct (pour d’autres types de nominalisation, voir plus haut)

tɔ́sí ‘insulte’ ← tɔ́ ‘nom’ + ‘insulte’ ;

lédṵ̄ ‘inquiétude’ ← ‘bouche’ + dṵ̄ ‘suspendre’ Ce type de noms composés représente une nominalisation des prédicats complexes N+V (pour les prédicats complexes, voir Khachaturyan 2013a).

2.2.2. Flexion

47Le mano distingue trois formes tonales du nom : la forme de base, la forme d’état construit à ton bas et la forme de focus à ton haut. Certains noms distinguent les trois formes, cependant, pour de nombreux noms les paradigmes sont incomplets. Six noms ont également une forme irrégulière du pluriel.

2.2.2.1. Forme d’état construit

48Le ton bas grammatical marque la tête du groupe nominal avec des dépendants de certains types (le plus souvent c’est un groupe nominal, y compris avec un verbe nominalisé, cf. §3.3) comme dans l’ex. (2.23) où le ton du nom ‘personne’ qui a comme dépendant le nom Mɛ̀í ‘Malinké’, devient bas. Les formes du pluriel irrégulières ont également une forme à ton bas, comme dans l’ex. (2.24), où le ton de mīā, forme du pluriel du nom mīī ‘personne’, devient bas (pour plus de détails sur les formes du pluriel irrégulières, voir ci-dessous). Pour les règles d’emploi de ce morphème, voir §3.3.

(2.23)

Kɔ̀ɔ́

lɛ́ɛ̀

nàà

é

Mɛ̀í

bà.

Ко

3sg.ipfv

aimer:IPFV

3sg.conj

s’asseoir

Malinké

personne:CS

indef

dans

‘Ko veut se marier avec un Malinké’.

(2.24)

kpílì

líé

mìà

fête

devant

prendre

personne.pl:CS

‘organisateurs de la fête’

49Si le nom comporte plusieurs pieds métriques, généralement le ton bas ne se répand que sur le premier pied (2.25). Si le ton lexical du premier pied est bas, la forme d’état construit coïncide avec la forme de base (2.26).

(2.25)

lēē

nɛ̀fú

femme

enfant:CS

‘jeune fille’ (nɛ́fú ‘enfant’)

(2.26)

tíētíēē

mɔ̀bílí

rapide

voiture:CS

‘voiture rapide’ (mɔ̀bílí ‘voiture’)

50Dans certains cas le ton peut propager non seulement sur le premier pied, mais sur plusieurs pieds (nous n’avons vérifié que des lexèmes à deux pieds) :

(2.27)

tíētíēē

mɔ̀bìlì

rapide

voiture:CS

‘voiture rapide’

51Dans d’autres cas, le ton ne se répand que sur la première syllabe.

(2.28)

a.

lɔ́ɔ́

gbèŋ́

commerce

quartier:CS

‘marché’ (gbēŋ́ ‘quartier’)

b.

*lɔ́ɔ́

gbèŋ̀

commerce

quartier:CS

Les règles exactes de formation des formes d’état construit restent à définir.

2.2.2.2. Forme de focus

52Devant les démonstratifs certains noms s’emploient facultativement dans leur forme de focus à ton haut. Tous les noms n’ont pas été testés dans cette position.

(2.29)

Léé/lēē

yāā

āà

ŋ̄

yí.

femme:FOC/femme

dem

3sg.prf

s’asseoir

1sg.nsbj

dans

‘Cette femme me dérange’.

53Cette forme se distingue de la forme de base par le schème tonal. Le ton haut s’applique soit à toutes les voyelles du dernier pied métrique (lééfemme:FOC’ vs lēēfemme’), soit à la dernière voyelle (nàávieillard:FOC’ vs nàāvieillard’). De nombreux noms n’ont pas de forme de focus (ɓàlàsouris, esp.’).

(2.30)

Ɓàlà

ɓɛ̄

lɛ̄

gbùò.

souris

dem

3sg.exi

grand

‘Cette souris est grande’.

Les règles exactes de production de la forme de focus restent à définir.

54Pour la plupart des noms, la forme tonale de focus et la forme fusionnée avec le marqueur de relativisation (voir §1.6.4) coïncident :

(2.31)

a.

léé

femme:FOC

dem

‘cette femme’

b.

Léé

gɛ̰̀

ā̰

lēē

-/

gɛ̰̀

ā̰

femme

rel

1sg.pret>3sg

voir

top

‘La femme que j’ai vue...’

55Cette coïncidence, ainsi que le fait que la forme de focus ne s’emploie que lorsque le nom est suivi d’un démonstratif, ne sont pas dûs au hasard. Nous supposons que la forme de focus s’est grammaticalisée à partir de la fusion de la forme de base avec le ton flottant du marqueur de relativisation, qui, à son tour, faisait partie de la construction à l’origine des groupes nominaux avec des démonstratifs. Les données du dialecte zaan illustrent parfaitement ce point.

56Dans ce dialecte, les démonstratifs contiennent facultativement la composante tɛ́-, homonymique du marqueur de relativisation : tɛ́ɓɛ̄celui-ci’, tɛ́dḭ̀ā̰celui-là (visible)’. Il est fort plausible que ces marqueurs proviennent de la grammaticalisation d’une proposition relative avec le marqueur de relativisation tɛ́ (cette forme du marqueur de relativisation existe dans le mano contemporain, voir §4.3.3) et des adverbes déictiques :

(2.32)

mīī

tɛ́ɓɛ̄

mīī

tɛ́

ɓɛ̄

personne

dem

personne

rel

ici

‘cette personne ← la personne qui est ici’.

57Dans le mano contemporain, les adverbes déictiques désignant la proximité au locuteur ne sont pas homonymiques des déterminatifs : cf. zèēici’ vs ɓɛ̄celui-ci’. Il est possible que l’adverbe déictique ancien désignant la proximité ait été remplacé par de nouveaux lexèmes. Cf. cependant l’adverbe dḭ̀ḭ̄là-bas’ qui peut être déconstruit dans la forme du démonstratif (tɛ́)dḭ̀ā̰celui-là’. La possibilité d’une telle interprétation se confirme par le fait qu’un processus similaire de formation des démonstratifs est attesté en dan-gweetaa, une langue très proche du mano (Vydrin Ms).

58Cependant, pour certains noms la forme de focus (2.33) diffère de la forme de base fusionnée avec la marque de relativisation (2.34).

(2.33)

gɛ̄ŋ́

kèlè

ɓɛ̄ ;

*kèlé

orange

peau

dem

cette écorce d’orange’

(2.34)

gɛ̄ŋ́

kèlé

ɓō

ā

mɔ̀

ā,

lɛ̄

sɛ̀.

gɛ̄ŋ́

kèlè

-/

ɓō

ā

mɔ̀

ā,

lɛ̄

sɛ̀

orange

peau

rel

1sg.pret>3sg

effectuer

3sg.nsbj

sur

top

3sg.exi

bien

‘Le fait qu’il ait épluché l’orange, c’est bon’.

59Cela témoigne d’un certain degré de grammaticalisation de ces formes, et justifie notre décision de considérer les formes de focus comme des formes morphologiques à part.

2.2.2.3. Conflit entre plusieurs formes tonales

60Dans le cas du conflit entre les deux formes tonales, la forme d’état construit et la forme de focus, c’est la forme d’état construit qui a la priorité. Dans l’exemple suivant, le nom nɛ́enfant’ a comme dépendant le nom gɔ̰̄homme’ qui exige que la tête soit employée dans la forme d’état construit. En même temps, le démonstratif ā permet l’emploi de la forme de focus (qui coïncide avec la forme de base). Cependant, la forme d’état construit prévaut, et l’emploi de la forme de focus devient agrammatical.

(2.35)

gɔ̰̄

nɛ̀

ā ;

*nɛ́

homme

enfant:CS

dem

‘ce garçon’

61De la même manière, dans le cas de conflit entre la forme d’état construit et la forme résultant de la fusion avec le ton haut flottant – marqueur de relativisation, c’est encore la forme d’état construit qui a la priorité :

(2.36)

Yèí

gbē

Sèé

wéé

ŋwɔ̀

ŋ̀

gèē

ɓɛ̄.

Yèí

gbē

Sèé

wéé

ŋwɔ̀

-/

ŋ̀

gèē

ɓɛ̄.

Yei

fils

Se

dire

affaire:CS

rel

1sg.sbjv>3sg

dire:IPFV

dem

‘Ce sont les paroles de Se, fils de Yei, que je dis’.

62Dans l’ex. (2.36) le nom ŋwɔ́affaire’ a comme dépendant préposé un groupe nominal qui exige que la tête soit employée dans la forme d’état construit. Cependant, le nom en question est également le dernier nom dans le groupe nominal focalisé dans la construction du cleft, le marqueur de relativisation étant exprimé par le ton haut flottant. Le nom est employé dans la forme d’état construit, l’emploi de la forme à ton haut est agrammatical.

2.2.2.4. Forme irrégulière du pluriel

63Six noms en mano ont des formes irrégulières de pluriel. Les formes séparées par ‘/’ sont des variantes libres.

Tableau 2.3. Formes nominales du pluriel

mī / mīī ‘personne’

mīā / mīà ‘personne.pl

lēē ‘femme’

lōà / lōō ‘femme.pl

gɔ̰̄ ‘homme’

gɔ̰̄à̰ ‘homme.pl

pɛ̄ ‘chose’

pɔ̄ɔ̀ / pɔ̄ɔ̀ɓé ‘chose.pl

nɛ́ / nɛ́fú ‘enfant’

nɔ́ɔ̀ / nɔ́ɔ̀ɓé ‘enfant.pl

mìì ‘parent’

mìà ‘parent.pl

64L’emploi de la forme du pluriel pour les noms de personnes est préférable ; il est obligatoire pour tous les noms lorsqu’ils sont employés avec un adjectif redoublé (voir §3.9.4).

2.3. Morphologie des adjectifs

2.3.1. Dérivation

  • 7 Au moment de la rédaction de la présente section, septembre 2013.

65Il existe en mano une classe considérable d’adjectifs non-dérivés qui compte7 68 lexèmes sur 110 adjectifs au total (sauf les numéraux ordinaux). La classe des adjectifs dérivés doit être considérée comme ouverte : le suffixe adjectivisateur -zɛ̀ se caractérise par une combinabilité très large et peut former des adjectifs de valeur très spécifique, comme zèēzɛ̀ ‘celui qui provoque la démangeaison’ <démangeaison-adj>, voir §2.3.1.2. L’adjectivisation du gérondif est également un processus productif, voir §2.3.1.1. Certains adjectifs redoublés sont formés par le procédé de réduplication lexicale à base d’adjectifs non-redoublés (ɓɔ̀ɔ̄simple’ vs ɓɔ̀ɔ̄ɓɔ̀ɔ̄sans valeur’), voir §2.3.1.3. Il existe également deux paires de noms et d’adjectifs qui sont identiques du point de vue de leur structure segmentale, avec des contours tonals différents, le ton de l’adjectif étant « haut–bas » : gbìnīgbìnī ‘terreur’ vs gbínígbìnì ‘terrible’, mànàmáná ‘avarice’ vs mánámànà ‘avare’. Finalement, une sous-classe particulière d’adjectifs, les numéraux ordinaux, sont formés à base des numéraux cardinaux à l’aide du suffixe lapɛ̀lɛ̀, voir §3.1.4.

66Ce sont les adjectifs non-dérivés, y compris les adjectifs redoublés non-motivés, qui ont la catégorie grammaticale du nombre (§2.3.2.7). Or, les adjectifs dérivés ont les mêmes caractéristiques morphologiques que les adjectifs non-dérivés (ils peuvent joindre le suffixe -zɛ̀ à valeur sélective, §2.3.2.1, et/ou subir la réduplication à valeur d’intensif, §2.3.2.2).

2.3.1.1. Adjectivation du gérondif

67Neuf adjectifs dans notre dictionnaire proviennent de gérondifs. Dans certains cas, ce sont des verbes avec leurs arguments qui subissent l’adjectivation : l’objet direct ou la postposition que le verbe régit.

sá̰g̰bá-à ‘allonger-ger’ → ‘droit’ ;

‘bouche’ + káàverser.ger’ → lékáà ‘édenté’ ;

tɛ̀ká-à ‘finir-ger’, X par qqch.’ → tɛ̀káàlà ‘benjamin’.

2.3.1.2. Suffixe -zɛ̀

68Le suffixe -zɛ̀ forme les adjectifs à la base d’autres parties du discours. Il a aussi une valeur sélective, §2.3.2.1. La section présente sera consacrée à la fonction dérivationnelle du suffixe.

69À l’aide du suffixe -zɛ̀, les adjectifs peuvent se former à partir des parties du discours et des goupes de mots suivants :

  • noms
    kpāā ‘corps, nudité’ → kpāāzɛ̀ ‘nu’

  • groupes nominaux
    gàlà ‘indigo’, yíí ‘eau’ → gàlàyíízɛ̀ ‘bleu’

  • verbes
    wàā ‘souffrir’ → wàāzɛ̀ ‘douloureux’

  • groupes verbaux
    ‘bouche’ + kàà ‘verser :nmlz’ + ‘intérieur’ → lékààyízɛ̀ ‘bavard’

70Certains adjectifs contenant le suffixe -zɛ̀ ne peuvent pas s’employer sans suffixe : gbìnīzɛ̀ ‘affreux’, *gbìnī ; bèŋz̄ɛ̀ ‘premier’ ; *bèŋ̄.

71Certains adjectifs, notamment ceux qui proviennent de gérondifs, ont des variantes libres avec et sans suffixe -zɛ̀ : kɔ̀gbḭ̄à̰ / kɔ̀gbḭ̄à̰zɛ̀ ‘gauche’ ; sá̰g̰báà / sá̰g̰báàzɛ̀ ‘droit’.

2.3.1.3. Réduplication dérivationnelle

72La réduplication en mano a, entre autres, une fonction dérivationnelle – la formation de nouveaux lexèmes. Les adjectifs formés par réduplication dérivationnelle (ou, en d’autres termes, lexicale) sont au nombre de cinq. Il existe toujours une différence sémantique entre les deux correspondants, redoublé et non-redoublé, qui ne peut pas se réduire à valeur d’intensif ou de pluriel, propres à la réduplication grammaticale : ɓɔ̀ɔ̄ ‘simple’ vs ɓɔ̀ɔ̄ɓɔ̀ɔ̄ ‘sans valeur’, dɔ́lɔ́ ‘froid’ vs dɔ́lɔ́dɔ́lɔ́ ‘lent’, gbɔ́kò ‘1. nombreux ; 2. âgé ; 3. gros’ vs gbɔ́kògbɔ́kò ‘gros (plurale tantum), *nombreux, *âgé’, mìnìzɛ̀ ‘étrange, affreux’ vs mìnìmìnìzɛ̀ ‘démesuré’, tíēē ‘chaud’ vs tíētíēē ‘rapide’.

2.3.1.4. Numéraux ordinaux

  • 8 Nous n’avons testé que les numéraux ordinaux de la première dizaine et nous ne disposons pas d’info (...)

73Les numéraux ordinaux se forment à base de numéraux cardinaux avec le suffixe -là(pɛ̀lɛ̀) : sɔ́ɔ́lī-là(pɛ̀lɛ̀) ‘cinquième’8.

2.3.2. Flexion

74Les adjectifs en mano peuvent s’adjoindre le suffixe -zɛ̀ à valeur sélective et/ou subir la réduplication à valeur de pluriel et/ou d’intensif. Certains adjectifs sont redoublés non-motivés ; la plupart d’entre eux ont deux formes tonales : du singulier/du nombre général et du pluriel. Quelques adjectifs sont considérés comme des adjectifs pluralia tantum, parce qu’ils se comportent exactement comme les formes pluriel des adjectifs. La catégorie morphologique du nombre des adjectifs est distinguée en mano.

2.3.2.1. Suffixe -zɛ̀ à valeur de sélectif

75La valeur sélective s’exprime par le suffixe -zɛ̀. Ce suffixe a également une fonction dérivationnelle, formant les adjectifs à partir d’autres parties du discours (cf. §2.3.1.2). La décision de considérer qu’il s’agit d’un suffixe à deux valeurs est motivée par le fait que le suffixe -zɛ̀ ne se joint jamais deux fois au même lexème en exprimant les deux valeurs en question.

76La valeur sélective a deux sous-valeurs : 1) choix de l’objet caractérisé par l’attribut en question parmi d’autres objets, et 2) une valeur superlative : sɔ̄ tīīzɛ̀ ‘un pagne noir à la différence d’autres pagnes / le pagne le plus noir’.

77Selon les données disponibles, le suffixe -zɛ̀ peut se joindre à tous les adjectifs non-dérivés, sauf l’adjectif sɛ̀ ‘bon’. La possibilité de joindre ce suffixe sert de critère pour distinguer les adjectifs formés à la base des gérondifs et les gérondifs proprement dits.

78Les exemples suivants contiennent des constructions syntaxiques où peuvent s’employer les adjectifs et les gérondifs. Ainsi, dans l’exemple (2.37), il s’agit de la construction présentative (‘C’est un X’) à structure N – (adj) – cop. Dans l’exemple (2.38), il s’agit de la construction de qualification (‘X est tel’) à structure npexiadj. Les deux constructions ont valeur de résultatif lorsque le gérondif est employé à la place de l’adjectif. Nous verrons que le suffixe -zɛ̀ ne se joint qu’aux adjectifs.

79Nous analyserons un adjectif non-dérivé gbùògrand’, un adjectif dérivé du gérondif gíká̰à̰ <ventre’ + ká̰à̰couper-ger’> ‘sage’ et les formes du gérondif des verbes ɓōenlever’ et gbɛ̰̀poser’.

(2.37)

a.

Gbá̰

gbùò

lɛ̄.

chien

grand

cop

‘C’est un grand chien’.

b.

Gbá̰

gbùò-zɛ̀

lɛ̄.

chien

grand-adj

cop

‘C’est le grand chien (à la différence d’autres chiens) / c’est le plus grand chien’.

c.

Nɛ́

gíká̰à̰

lɛ̄.

enfant

sage  

cop

‘C’est un enfant sage’.

d.

Nɛ́

gíká̰à̰-zɛ̀

lɛ̄.

enfant

sage-adj

cop

‘C’est l’enfant sage (à la différence d’autres enfants) / c’est l’enfant le plus sage’.

e.

Ŋ̀

sɛ̀ɛ̀

ɓō-ò

lɛ̄.

1sg.poss

sorcellerie

enlever-ger

cop

f.

*Ŋ̀

sɛ̀ɛ̀

ɓō-ò-zɛ̀

lɛ̄.

1sg.poss

sorcellerie

enlever-ger-adj

cop

‘J’ai enlevé la sorcellerie (lit. : C’est ma sorcellerie enlevée / mon enlèvement de la sorcellerie)’.

(2.38)

a.

Lɛ̄

gbùò

ká.

3sg.exi

grand

avec

‘Il est grand’.

b.

Lɛ̄

gbùò-zɛ̀

ká.

3sg.exi

grand-adj

avec

‘Il est grand (à la différence d’autres) / il est le plus grand’.

c.

Nɛ́

ɓɛ̄

lɛ̄

gíká̰à̰

ká.

enfant

dem

3sg.exi

sage

avec

‘C’est un enfant sage’.

d.

Nɛ́

ɓɛ̄

lɛ̄

gíká̰à̰-zɛ̀

ká.

enfant

dem

3sg.exi

sage-adj

avec

‘C’est l’enfant sage (à la différence d’autres enfants) / c’est l’enfant le plus sage’.

e.

Lɛ̄

gbɛ̰̀-ɛ̰̀

à

lɛ̀

mɔ̀.

3sg.exi

poser-ger

avec

ref

lieu

sur

f.

*Lɛ̄

gbɛ̰̀-ɛ̰̀-zɛ̀

à

lɛ̀

mɔ̀.

3sg.exi

poser-ger-adj

avec

ref

lieu

sur

‘Il est posé là-bas’.

2.3.2.2. Réduplication

8055 adjectifs en mano subissent l’opération de réduplication. Pour 54 d’entre eux cette opération apporte la valeur du pluriel et/ou d’intensif (sur réduplication lexicale qui concerne 5 adjectifs, voir §2.3.1.3). Parmi ces adjectifs, 44 sont non-dérivés (y compris trois adjectifs qui comportent inaliénablement le suffixe -zɛ̀) et 10, dérivés. Nous appelons ce type de réduplication la réduplication grammaticale.

8155 adjectifs restants ne se redoublent pas. Seulement 5 d’entre eux sont non-dérivés (ŋwúnà ‘gâté’, kpàá ‘grand (palmier à l’huile)’), gbèkènī ‘lointain’, kpòŋ̄ ‘fade’, yīàd’hier’). 28 adjectifs sont redoublés non-motivés ou redoublés suite à la réduplication lexicale (dɔ́lɔ́dɔ́lɔ́lent’, kɔ́yɔ́kɔ̀yɔ̀fatigué’). Les 18 autres adjectifs sont dérivés (sá̰gbáà ‘droit’ ← gérondif du verbe sá̰gbá ‘allonger’, bálázɛ̀ ‘boueux’ <boue-adj>).

  • 9 Dans cette section, nous nous concentrons sur la morphologie de la réduplication, c'est pourquoi no (...)

82En règle générale, le contour tonal et la base segmentale de l’adjectif qui subit la réduplication se redoublent : tīī ‘noir’ vs tīī-tīī ‘noir~red9, kpūú ‘court’ vs kpūú-kpūú ‘court~red’, gbɛ̄lɛ̄ŋ̄ ‘embrouillé’ vs gbɛ̄lɛ̄ŋ̄-gbɛ̄lɛ̄ŋ̄ ‘embrouillé~red’.

83La seule exception à la règle du redoublement du contour tonal est l’adjectif yɔ̄ɔ̄mauvais’ qui a deux formes tonales redoublées : yɔ̄ɔ̀-yɔ̄ɔ̀ et yɔ̄ɔ̄-yɔ̄ɔ̄, la première ayant valeur d’intensif (voir §2.3.2.4) et la seconde, pluriel (voir §2.3.2.3). Le suffixe -zɛ̀ dans sa fonction dérivationnelle ne se redouble pas et s’adjoint à la forme redoublée une fois à droite : gbìnīzɛ̀ ‘terrible’ vs gbìnī-gbìnīzɛ̀ ‘terrible~red’. Le plus souvent les adjectifs contenant le suffixe -zɛ̀ à valeur sélective peuvent se redoubler, mais il y a des exceptions : līà ‘beau’ vs līà-līà ‘beau~red’, mais līàzɛ̀ ‘le plus beau’ vs *līà-līàzɛ̀. La nature de cette restriction ainsi que le nombre d’adjectifs à laquelle elle s’applique restent à définir.

84Le segment CV1V1 faisant partie d’un adjectif à plusieurs pieds métriques se réduit à CV1, lorsque l’adjectif en question se redouble : tííkpé ‘petit’ vs tíkpétíkpé ‘petit~red’, kɛ̀nɛ́ɛ̀ ‘petits’ (adjectif plurale tantum) vs kɛ̀nɛ́-kɛ̀nɛ́ ‘petits~red’.

85D’autres lexèmes à plusieurs pieds métriques subissent la réduplication intégralement : yɛ̀ŋɛ̀lɛ̀ ‘lent’ vs yɛ̀ŋɛ̀lɛ̀-yɛ̀ŋɛ̀lɛ̀ ‘lent~red’.

86Les adjectifs déverbaux changent le contour tonal de la deuxième composante. Cette dernière assume le ton bas régulier : wàā-zɛ̀ ‘douloureux’<souffrir-adj> vs wàā-wààzɛ̀ ‘douloureux~red’, gḭ̀a̰᷆ ‘blessé’ <blesser.ger> vs gḭ̀a̰᷆-gḭ̀à̰ ‘blessé~red’, fíé-zɛ̀ ‘paresseux’ <être paresseux-adj> vs fíé-fìèzɛ̀ ‘paresseux’.

2.3.2.3. Réduplication à valeur de pluriel

87Certaines formes redoublées des adjectifs ne se combinent pas avec la forme de base des noms qui ont une forme irrégulière du pluriel, (2.39a) et (2.39b) :

(2.39)

a.

sɔ̄

tīī-tīī

pagne

noir~red

pagnes noirs’

b.

*pɛ̄

tīī-tīī

chose

noir~red

choses noires’

c.

pɔ̄ɔ̀

tīī-tīī

chose.pl

noir~red

‘choses noires’

88Ce trait caractérise 34 adjectifs sur le total de 54 qui subissent la réduplication grammaticale. Un seul adjectif de ce type est dérivé : līà ‘beau’ < lī-à ‘devenir beau-ger’. Dans quatre cas, les valeurs du pluriel et de l’intensif se cumulent ; il s’agit des adjectifs ɓéē ‘vivant’, kpàlā ‘grand, long’, kpɛ́lí ‘vain’, ɲɔ̀nɔ́ ‘tout petit’ :

(2.40)

yílí

kpàlā-kpàlā

arbre

grand~red

‘des arbres très grands’

89La réduplication des adjectifs à valeur de pluriel n’est obligatoire que lorsque l’adjectif fait partie d’un groupe nominal qui désigne un ensemble d’objets dans une distribution et ne contient pas de numéral (comparer 2.41a et 2.41b).

(2.41)

a.

Mīā

gbṵ́ṵ̀

ō

ɓɔ̀ɔ́

gbùò

sí.

personne.pl

certains

3pl.pret

sac

grand

prendre

‘Certaines personnes ont pris un grand sac (tous le même)’ ; (NON ‘Certaines personnes ont pris chacune un grand sac’).

b.

Mīā

gbṵ́ṵ̀

ō

ɓɔ̀ɔ́

gbùò-gbùò

sí.

personne.pl

certains

3pl.pret

sac

grand~pl

prendre

‘Certaines personnes ont pris chacune un grand sac’ ; (NON ‘Certaines personnes ont pris des grands sacs (tous les mêmes)’).

2.3.2.4. Réduplication à valeur d’intensif

9020 adjectifs qui subissent la réduplication grammaticale se combinent avec la forme de base du nom ainsi qu’avec la forme du pluriel. 9 de ces adjectifs sont non-dérivés, 11 sont dérivés. La valeur de réduplication dans ce cas est l’intensif. Dans certains cas, la valeur de l’intensif se combine avec la valeur du pluriel (voir plus haut).

(2.42)

a.

Lɛ̄

lēē

kpàlé-kpàlé-zɛ̀

gɛ̰̀-pɛ̀lɛ̀.

3sg.exi

femme

étrange~red-adj

voir-inf

‘Il voit une femme très étrange’.

b.

Lɛ̄

lōà

kpàlé-kpàlé-zɛ̀

gɛ̰̀-pɛ̀lɛ̀.

3sg.exi

femme.pl

étrange~red-adj

voir-inf

‘Il voit des femmes très étranges’.

c.

Lɛ̄

ŋwɔ́

kpàlé-kpàlé-zɛ̀

gɛ̰̀-pɛ̀lɛ̀.

3sg.exi

affaire

étrange~red-adj

voir-inf

‘Il voit une affaire/des affaires très étrange(s)’.

d.

Lɛ̄

ŋwɔ́

vɔ̀

kpàlé-kpàlé-zɛ̀

gɛ̰̀-pɛ̀lɛ̀.

3sg.exi

affaire

pl

étrange~red-adj

voir-inf

‘Il voit des affaires très étranges’.

2.3.2.5. Le ton comme marqueur du pluriel

9114 adjectifs redoublés non-motivés sur 21 ont deux formes tonales. Ainsi l’adjectif kɔ́lɔ́kɔ̀lɔ̀ ‘rond’ a également une forme kɔ́lɔ́kɔ́lɔ́ ; yɔ́sɔ́yɔ̀sɔ̀ ‘sale’ a également une forme yɔ́sɔ́yɔ́sɔ́. Une de ces formes, à savoir la forme aux contours tonals identiques sur les deux composantes, a les mêmes propriétés que les adjectifs redoublés à valeur de pluriel. Elles ne se combinent pas avec la forme du singulier/du nombre général des noms qui ont une forme du pluriel à part entière. Nous pouvons ainsi conclure que ces adjectifs ont une forme tonale à valeur de pluriel. Notons que ces modifications tonales coïncident avec les formes tonales des adjectifs qui résultent de la réduplication grammaticale.

92Sur sept adjectifs redoublés non-motivés qui n’ont pas de forme tonale du pluriel, quatre ont le même contour tonal dans leur forme de base sur les deux composantes (kēŋ̄kēŋ̄unique’, kpɔ̰́kpɔ̰́ ‘infini’, kélékélé ‘petits’). Les quatre autres sont : fíáfìà ‘actif’, kéléŋ́kèlèŋ̀ ‘sain’, nɛ́íŋ́nɛ̀ìŋ̀doux’, wákáwàkàexorbité’, téétèèparticulier’.

93Aucun adjectif redoublé suite à la réduplication lexicale n’a de forme tonale du pluriel.

2.3.2.6. Adjectifs pluralia tantum

94Quatre adjectifs en mano se distinguent en tant qu’adjectifs pluralia tantum qui sont proches des adjectifs redoublés à valeur de pluriel : ils ne se combinent qu’avec la forme du pluriel des noms qui distinguent deux formes, forme du singulier/du nombre général et forme du pluriel. Les adjectifs pluralia tantum sont les suivants : dòló ‘semblables’, kɛ̀nɛ́ɛ̀ ‘petits’, kélékélé ‘petits’, gbɔ́kògbɔ́kò ‘gros’.

(2.43)

a.

lōà

dòló

femme.pl

semblables

‘femmes semblables’

b.

*lēē

dòló

femme

semblables

95Les combinaisons de ces adjectifs avec les autres noms ont la valeur du pluriel compte non-tenu de la présence d’autres marqueurs du pluriel :

(2.44)

ŋwɔ́

kɛ̀nɛ́ɛ̀

 =

ŋwɔ́

vɔ̀

kɛ̀nɛ́ɛ̀

affaire

petits

affaire

pl

petits

‘petites affaires’

96Les adjectifs dòló ‘semblables’ et kɛ̀nɛ́ɛ̀ ‘petits’ peuvent se redoubler, tout en gardant leur sémantisme : dòlódòló ‘semblables’.

2.3.2.7. Catégorie morphologique du nombre des adjectifs

97Résumons les données sur la réduplication adjectivale. Sur 48 adjectifs non-dérivés et non-redoublés, 39 subissent la réduplication grammaticale (dont 26 subissent la réduplication à valeur de pluriel, 4, pluriel et intensif et 9, intensif seul), 2 sont des adjectifs pluralia tantum. En outre, 14 sur 21 des adjectifs redoublés non-motivés ont une forme tonale du pluriel, 1 est un adjectif plurale tantum. Au total, sur 69 adjectifs non-dérivés 47, soit deux tiers, ont une forme du pluriel ou sont pluralia tantum.

98De plus, il existe un contexte où la réduplication à valeur de pluriel devient obligatoire (voir ex. 2.41a et 2.41b). Nous n’avons pas de données sur l’emploi obligatoire de la forme tonale du pluriel dans le même contexte.

99Nous pouvons ainsi conclure qu’il y a une catégorie morphologique du pluriel des adjectifs non-dérivés et probablement qu’il y a une catégorie grammaticale du nombre en voie de développement. Cette généralisation ne s’applique pas aux adjectifs dérivés : sur les 39 adjectifs dérivés, 26 ne se redoublent pas (dont quatre sont redoublés lexicalement), 11 subissent la réduplication à valeur d’intensif et seulement un – à valeur de pluriel. Un adjectif redoublé lexicalement est un adjectif plurale tantum. Aucun adjectif ayant subi la réduplication lexicale n’a de forme tonale du pluriel.

2.4. Morphologie des numéraux cardinaux

2.4.1. Dérivation

  • 10 L’élément wɛ́lɛ́ s’emploie également en fonction de numératif :
    Māà | bólō | wɛ́lɛ́ | pèèlɛ̄ | lɔ́.
    1(...)

100Les noms des dizaines se forment avec la composante vṵ̀, les noms des centaines, avec la composante ŋwū, les noms des milliers, avec la composante wáá. Dans les noms de nombres à deux chiffres et plus, l’élément wɛ́lɛ́10 introduit les unités, dans les noms des nombres à trois chiffres et plus, l’élément introduit les dizaines et dans les noms des nombres à quatre chiffres et plus, le même élément introduit facultativement les centaines. Le Tableau 2.4 contient des exemples de numéraux cardinaux.

Tableau 2.4. Numéraux cardinaux en mano

1

dōó

2

pèèlɛ̄

3

yààkā

4

yììsɛ̄

5

sɔ́ɔ́lī

6

sáládō

7

sálápèèlɛ̄

8

sálákā ~ sáláyììkā

9

sɛ́lɛ́sɛ̀ ~ sɛ́lɛ̄ìsɛ̀

10

vṵ̀ dōó

11

vṵ̀ dōó wɛ́lɛ́ dōó

12

vṵ̀ dōó wɛ́lɛ́ pèèlɛ̄

20

vṵ̀ pèèlɛ̄

21

vṵ̀ pèèlɛ̄ wɛ́lɛ́ dōó

30

vṵ̀ yààkā

100

ŋwū dōó

101

ŋwū wɛ́lɛ́ dōó

200

ŋwū pèèlɛ̄

201

ŋwū pèèlɛ̄ wɛ́lɛ́ dōó

243

ŋwū pèèlɛ̄ là vṵ̀ yììsɛ̄ wɛ́lɛ́ yààkā

1000

wáá dōó

2000

wáá pèèlɛ̄

1023

wáá dōó là vṵ̀ pèèlɛ̄ wɛ́lɛ́ yààkā

2356

wáá pèèlɛ̄ (là) ŋwū yààkā là vṵ̀ sɔ́ɔ́lī wɛ́lɛ́ sáládō

10 000

wáá vṵ̀ dōó

23 000

wáá vṵ̀ pèèlɛ̄ wɛ́lɛ́ yààkā

100 000

wáá ŋwū dōó

2.4.2. Flexion

101Le numéral se redouble obligatoirement lorsqu’il fait partie du groupe nominal qui désigne un ensemble d’objets dans une distribution (sauf dans le cas où le groupe nominal distribuant contient le déterminatif nɔ́fé ou dōódōó). Ce groupe nominal cependant ne doit pas contenir un adjectif qui subit la réduplication à valeur de pluriel (dans ce cas, c’est l’adjectif qui subit la réduplication).

(2.45)

a.

Mīā

séŋ́

ō

ɓɔ̀ɔ́

yààkā

sí.

personne.pl

tout

3pl.pret

sac

trois

prendre

‘Tout le monde a pris trois sacs (tous les mêmes)’ ; (NON ‘Chacun a pris trois sacs’).

b.

Mīā

séŋ́

ō

ɓɔ̀ɔ́

yààkā

yààkā

sí.

personne.pl

tout

3pl.pret

sac

trois

trois

prendre

‘Chacun a pris trois sacs’ ; (NON ‘Tout le monde a pris trois sacs (tous les mêmes)’).

102Le déterminatif dōódōó provient du numéral dōóun’ dans sa forme redoublée et peut avoir une fonction distributive (voir §3.7.8.4).

2.5. Morphologie des verbes

2.5.1. Dérivation

103La plupart des verbes en mano sont non-dérivés : kɛ̄ ‘faire’ ; ló ‘aller’ ; ɲɔ̀ɔ̄ ‘pousser’ ; pāā ‘sucer’ ; ɓèlè ‘manger’ ; sɔ́lɔ́ ‘coudre’. Les unités marquées dans le dictionnaire comme des verbes composés sont en réalité des verbes composés qui comportent une base verbale et une ou plusieurs composantes nominales : líé sí <devant+prendre> ‘aiguiser’, bɔ̰́ɔ̰́ ŋwɔ̀ kɛ̄ <initiation+affaire:CS+faire> passer l’initiation’. Dans certains cas, l’élément nominal n’existe qu’au sein des verbes composés : gḭ́ ɓō ‘vider’ <action de vider+effectuer>. L’élément nominal reste inchangeable et ne sera pas examiné dans cette section. C’est uniquement la base verbale qui assume tous les morphèmes, segmentaux et suprasegmentaux, et qui se combine avec des éléments lexicaux pour constituer une forme analytique.

2.5.2. Flexion

104Les sections suivantes sont consacrées à la formation des formes verbales.

  • 11 On parle généralement de l’expression cumulative des valeurs de l’aspect, du mode et de la polarité (...)

105Toute forme verbale finie est analytique et se compose de la base verbale qui peut assumer des morphèmes segmentaux ou suprasegmentaux, et d’un marqueur prédicatif pronominal qui exprime cumulativement les valeurs de la personne et le nombre du sujet, et qui est également caractérisé par l’aspect, le mode et la polarité11. Ces marqueurs sont regroupés par séries. Pour plus de détails sur le fonctionnement de ces marqueurs, voir §5. Le Tableau 5.1 contient tous les marqueurs de ce type.

Tableau 2.5. Flexions verbales

morphèmes segmentaux

formes tonales

imperfectif

construction conjointe

conditionnel

irréel

protase négative, apodose irréelle

gérondif

infinitif

-pɛ̀lɛ̀

nominalisation, compléments postposés au verbe

106Dans sa forme finie, la base verbale peut être modifiée ou pas par des morphèmes segmentaux et suprasegmentaux. Nous distinguons ainsi la forme de base (celle qui est représentée dans le dictionnaire), la forme tonale de l’imperfectif, la forme tonale dans la construction conjointe, la forme tonale du conditionnel, la forme tonale de l’irréel, le suffixe du contrefactuel , le suffixe du conditionnel et de l’irréel , le suffixe de l’infinitif –pɛ̀lɛ̀ employé dans les constructions imperfectives. Certaines formes non-finies contiennent également des suffixes : le suffixe du gérondif, , finalement, le verbe nominalisé ayant des compléments à droite a une forme tonale spéciale à ton bas. Le Tableau 2.5 réunit tous les contextes dans lesquels le verbe s’adjoint des morphèmes.

107Le fonctionnement des formes verbales dans des constructions aspectuelles et modales sera explicité dans §5. La section présente est consacrée à la morphologie de ces formes.

2.5.2.1. Forme d’imperfectif

108Le changement tonal se produit uniquement sur le dernier pied métrique, le ton des verbes à pied unique change de la même manière que celui des verbes à plusieurs pieds, ayant le même ton lexical sur le dernier pied, voir Tableau 2.6. Comme nous le verrons plus loin, le ton des verbes ayant la structure syllabique CVV ou CVCV suivent les mêmes règles de changement. C’est pourquoi nous regroupons les verbes de structure CVV, CVCV, ainsi que les verbes redoublés. Dans la colonne reflétant la structure syllabique les pieds sont séparés par des traits d’union.

109Le tableau est ordonné selon le ton lexical du verbe comme suit : B (ton bas) — M (ton moyen) — H (ton haut).

Tableau 2.6. Formes tonales de l’imperfectif

exemple

structure syllabique

ton base

ton imperfectif

forme imperfective

gbɛ̰̀ ‘commencer’

CV

B

B

gbɛ̰̀

tīlɛ̀ ‘noircir’

CV-CV

B

B

tīlɛ̀

sùò ‘cracher’

CVV

BB

BB

sùò

ɓèlè ‘manger’

CVCV

BB

BB

ɓèlè

fàā ‘pousser’

CVV

BM

BM

fàā

kànā ‘gratter’

CVCV

BM

BM

kànā

fòló ‘manquer’

CVCV

BH

BM

fòlō

yɔ̀ɔ́ ‘descendre’

CVV

BH

BM

yɔ̀ɔ̄

pā ‘remplir’

CV

M

M

pā

dɔ̀kɛ̄ ‘donner’

CV-CV

M

M

dɔ̀kɛ̄

nīà ‘tourner’

CVV

MB

MB

nīà

sālà ‘payer’

CVCV

MB

MB

sālà

pāā ‘sucer’

CVV

MM

BB

pàà

gbīnī ‘se mettre contre qqn’

CVCV

MM

BB

gbìnì

lɔ́ ‘acheter’

CV

H

M

lɔ̄

sɔ́kpá ‘vomir’

CV-CV

H-H

H-M

sɔ́kpā

gá̰á̰ ‘tirer’

CVV

HH

BB

gà̰à̰

fílí ‘mousser’

CVCV

HH

BB

fìlì

bòōbóó ‘mélanger’

CVV red

HH

BB

bòōbòò

ɓɔ̀lɔ̄ɓɔ́lɔ́ ‘pétrir’

CVCV red

HH

BB

ɓɔ̀lɔ̄ɓɔ̀lɔ̀

Exceptions

kɛ̄ ‘faire’

CV

M

B

kɛ̀

lìèlīē ‘se.refroidir’

CVV red

MM

MM

lìèlīē

gìlīgīlí ‘frotter’

CVCV red

MH

BB

gìlīgìlì

zàŋāzāŋá ‘chanceler’

CVCV red

MH

BB

zàŋāzàŋà

lópí ‘éteindre’

CV-CV

H-H

H-B

lópì

sá̰gbá ‘allonger’

CV-CV

H-H

H-B

sá̰gbà

kpáà ‘grandir’

CVV

HB

HB

kpáà

kpálà ‘grandir’

CVCV

HB

HB

kpálà

gínī ‘perdre’

CVCV

HM

HM

gínī

110Les règles de changement tonal sont les suivantes : le ton bas reste toujours bas. Dans la structure CV et dans les structures CVV ou CVCV à contour tonal complexe, le ton haut devient moyen, le ton moyen reste moyen. Dans les structures CVV ou CVCV à contour tonal régulier (MM ou HH), le ton devient bas sur les deux composantes (BB).

111Il existe neuf exceptions, dont une mérite une attention particulière : c’est le verbe très fréquent kɛ̄faire’ dont la forme d’imperfectif est à ton bas, contrairement à la règle générale.

112L’exemple (2.46a) illustre l’emploi de la forme imperfective, cf. exemple avec la forme de base, (2.46b).

(2.46)

a.

Lɛ́ɛ̀

gɛ̄ŋ́

pàà

gbāā.

3sg.ipfv

orange

sucer:IPFV

maintenant

‘Il suce une orange maintenant’.

b.

gɛ̄ŋ́

pāā.

3sg.pret

orange

sucer

‘Il a sucé une orange’.

113Sur l’emploi de la forme imperfective, voir §5.5.

2.5.2.2. Forme conjointe

114La forme conjointe se distingue de la forme de base par le contour tonal du dernier pied métrique qui est entièrement bas compte non-tenu du ton de la forme de base. L’exemple (2.47a) illustre l’emploi de cette forme, cf. la forme de base dans l’exemple (2.47b).

(2.47)

a.

bàlà

wáà

gbɛ̄ɛ̄

ká.

3pl.pret

course

prendre

3pl.jnt

aller:JNT

route

autre

avec

‘Ils ont couru en empruntant une autre route’.

b.

gbɛ̄ɛ̄

ká.

3pl.pret

aller

route

autre

avec

‘Ils ont suivi une autre route’.

115Il n’y a que trois exceptions à cette règle : c’est le verbe gínī ‘perdre’ dont la forme conjointe est gínì (plutôt que *gìnì) ainsi que les verbes kpáà ~ kpálàgrandir’ et le verbe sālà ‘payer’ dont les formes conjointes coïncident avec leurs formes de base, au lieu de porter les tons bas sur les deux voyelles.

Sur l’emploi de la forme conjointe, voir §5.8.

2.5.2.3. Forme conditionnelle

  • 12 Les seuls verbes à structure CVVV sont deux verbes homonymiques, pèŋ̀ ‘forger’ et pèŋ̀ ‘vomir’. Le (...)

116La forme conditionnelle représente une combinaison d’un contour tonal particulier du dernier pied du verbe à laquelle s’ajoute le suffixe du conditionnel/irréel –á : lɔ́ ‘acheter’ → lɔ̄-á <acheter:COND-cond>. Si un verbe se termine par la structure syllabique CVV, ce suffixe remplace la dernière voyelle : bɛ̀ī ‘être capable’ → bɛ̀á <être capable:COND.cond>12. Il remplace facultativement la dernière voyelle de la structure CVCV : fílí ‘mousser’→ fīlíá ~ fīlá mousser:COND.cond. Dans certains cas ce dernier type de remplacement devient obligatoire. Ainsi, la forme conditionnelle du verbe gìnīgíní ‘rouler’est gìnīgīná, tandis que les formes *gìnīgīnīá ou *gìnīgīníá ne sont pas admissibles. Les règles exactes qui définissent les cas où ce remplacement est obligatoire et où il est facultatif restent à définir.

117Le suffixe s’assimile à la voyelle précédente par nasalité et facultativement, par le lieu d’articulation, si c’est une voyelle semi-ouverte : gbɛ̰̀ ‘commencer’ → gbɛ̰̀-á̰ ~ gbɛ̰̀-ɛ̰́ <commencer-ger>. Il peut également s’assimiler à la voyelle chutante : kpɛ́nɛ́ ‘tourner’ → kpɛn̄ɛ́tourner:COND-cond’ (ce type de formes seront glosées comme suit : kpɛ̄nɛ́tourner:COND.cond’). L’assimilation régressive de la voyelle finale de la base par le suffixe est également possible (nous n’avons attesté qu’un verbe de ce type) : tīlɛ̀ ‘se noircir’ → tílɛ̄-ɛtílā-á ‘se noircir:COND-cond’. Sur les contours tonals complexes dans le débit rapide, voir §1.8.

118Le changement tonal se produit uniquement sur le dernier pied métrique du verbe. Le procédé est le suivant : dans les pieds de structure CV, le ton haut devient moyen, les tons bas et moyen restent sans changement. La même règle s’applique à la première voyelle des pieds de structure CVV (la deuxième, rappelons-le, est remplacée par le suffixe) et à celle de structure CVCV. Quant au ton de la deuxième voyelle dans les structures CVCV (si elle n’est pas remplacée par le suffixe), il dépend du ton de la première voyelle : si le ton de le la première voyelle est moyen (à la place du ton moyen ou haut de base), la deuxième voyelle porte le ton haut, si la première voyelle porte le ton bas, la deuxième voyelle porte le ton moyen. Ces règles sont universelles, à quelques exceptions près. Quelques exemples des formes du conditionnel, ainsi que toutes les exceptions, sont données dans le Tableau 2.7. Dans la quatrième colonne reflétant le ton dans la forme du conditionnel seul le ton de la base verbale est pris en compte. Le tableau est ordonné selon le ton lexical du verbe comme suit : B (ton bas) — M (ton moyen) — H (ton haut).

Tableau 2.7. Formes du conditionnel

forme de base

structure sylllabique

ton base

ton conditionnel

forme conditionnelle

gbɛ̰̀ ‘commencer’

CV

B

B

gbɛ̰̀á̰, gbɛ̰̀ɛ̰́

ɓèlè ‘manger’

CVCV

BB

B(M)

ɓèlēá, ɓèlá

bɛ̀ī ‘être capable’

CVV

BM

B

bɛ̀á, bɛ̀ɛ́

fàā ‘pousser’

CVV

BM

B

fàá

fòló ‘manquer’

CVCV

BH

B(M)

fòlōá, fòlá

pā ‘remplir’

CV

M

M

pāá

lèmā ‘oublier’

CV-CV

B-M

B-M

lèmāá

túkpā ‘fermer’

CV-CV

H-M

H-M

túkpāá

nīà ‘tourner’

CVV

MB

M

nīá

pāā ‘sucer’

CVV

MM

M

pāá

lìèlīē ‘se refroidir’

CVV red

MM

M

lìèlīá

gbīnī ‘se mettre contre qqn’

CVCV

MM

M

gbīná

fùkɛ̄lɛ̄ ‘s’évanouir’

CV-CVCV

B-MM

B-M(H)

fùkɛ̄lɛ́á, fùkɛ̄lɛ́, fùkɛ̄lá

gìlīgīlí ‘frotter’

CVCV red

MH

M(H)

gìlīgīlíá, gìlīgīlá

lɔ́ ‘acheter’

CV

H

M

lɔ̄á, lɔ̄ɔ́

sá̰gbá ‘allonger’

CV-CV

H-H

H-M

sá̰gbāá

kpáà ‘grandir’

CVV

HB

M

kpāá

gá̰á̰ ‘tirer’

CVV

HH

M

gā̰á̰

bòōbóó ‘mélanger’

CVV red

HH

M

bòōbōá

félé ‘devenir clair’

CVCV

HH

M(H)

fēléá, fēlá

gìnīgíní ‘rouler’

CVCV red

HH

M

gìnīgīná

Exceptions

sɔ́lɔ́ ‘coudre’

CVCV

BB

HM

sɔ́lɔ̄á

sālà ‘payer’

CVCV

MB

MB

sālàá

tīlɛ̀ ‘se noircir’

CVCV

M-B

H-M

tílɛ̄ɛ́, tílāá

gínī ‘perdre’

CVCV

HM

H

gíná

119L’exemple (2.48a) illustre l’emploi de la forme du conditionnel, cf. la forme de base dans l’exemple (2.48b).

(2.48)

a.

Yɔ̄

é

fīlí-á

ā

lɛ̄

sɛ̀.

vin.de.palme

3sg.conj

mousser:COND-cond

top

3sg.exi

bien

‘Si le vin de palme mousse, il est bon’.

b.

Yɔ̄

lɛ̄

fílí-pɛ̀lɛ̀.

vin

3sg.exi

mousser-inf

‘Le vin de palme mousse’.

120Sur l’emploi de la forme du conditionnel, voir §6.2.2.5.

2.5.2.4. Forme de l’irréel

Tableau 2.8. Formes de l’irréel

exemple

structure syllabique

ton base

ton irréel

forme irréelle

gbɛ̰̀commencer’

CV

B

B

gbɛ̰̀á̰, gbɛ̰̀ɛ̰́

bɛ̀ī ‘être capable’

CVV

BB

B

bɛ̀á, bɛ̀ɛ́

ɓèlè ‘manger’

CVCV

BB

B(M)

ɓèlēá, ɓèlá

sɛ̀ŋɛ̄ ‘se fondre’

CVCV

BM

BM

sɛ̀ŋɛ̄á

fàā ‘pousser’

CVV

BM

B

fàá

fòló ‘manquer’

CVCV

BH

B(M)

fòlōá, fòlá

‘remplir’

CV

M

B

pàá

nīà ‘tourner’

CVV

MB

B

nìá

pāā ‘sucer’

CVV

MM

B

pàá

gbīnī ‘se mettre contre qqn’

CVCV

MM

B

gbìná

lɔ́ ‘acheter’

CV

H

B

lɔ̀á, lɔ̀ɔ́

gá̰á̰ ‘tirer’

CVV

HH

B

gà̰á̰

félé ‘devenir clair’

CVCV

HH

B(M)

fèlēá, fèlá

121La forme de l’irréel, de la même manière que la forme du conditionnel, représente une combinaison d’un contour tonal particulier du dernier pied du verbe à laquelle s’ajoute le suffixe du conditionnel/irréel –á. Ce suffixe remplace la dernière voyelle de la structure CVV et, dans certains cas, celle de la structure CVCV, et subit une assimilation.

122En règle générale, le ton de la voyelle dans les verbes dont le dernier pied a la structure CV, ainsi que celui de la première voyelle dans les structures CVV et CVCV, deviennent bas. Le ton de la deuxième voyelle dans les structures CVCV devient moyen.

123Quelques exemples des formes de l’irréel formées suivant cette règle sont donnés dans le Tableau 2.8. Dans la quatrième colonne, celle du ton dans la forme de l’irréel, seul le ton de la base verbale est pris en compte. Le tableau est ordonné selon le ton lexical du verbe dans l’ordre suivant : B — M — H.

124Cette règle compte 24 exceptions (voir le Tableau 2.9). Dans 14 cas, le ton change suivant le modèle de changement tonal de la forme du conditionnel (voir §2.5.2.3). Huit verbes, ayant la structure CV-CV (le trait d’union désigne la frontière entre les pieds métriques), se comportent comme s’ils n’avaient qu’un seul pied métrique. Autrement dit, le contour résultant coïncide avec le contour que prédit la règle générale de changement de ton dans la forme de l’irréel, c’est-à-dire, B-M. Cf. notamment le verbe tɛ̀ká qui a une variante avec la voyelle finale chutée, exactement comme dans le cas des verbes à un pied métrique. Notons aussi que deux verbes, zílí ‘grossir’ et zàŋāzāŋá ‘chanceler’ qui n’ont formellement qu’un seul pied métrique (pour le verbe zàŋāzāŋá, il s’agit d’un pied redoublé), se comportent comme s’ils contenaient deux pieds, c’est-à-dire que le ton ne change que sur la dernière syllabe.

125L’exemple ci-dessous illustre l’emploi de la forme de l’irréel (2.49a), voir la forme de base dans l’exemple (2.49b).

(2.49)

a.

wìì

ɓùá

yālá

ā

ìí

2sg.pret

animal

rater :irreal.irreal

hier

top

2sg.neg

gɔ̰̀á̰

kɔ́nɔ́

sɔ̀lɔ̄

ɓō-à.

cntrfct

nourriture

obtention

effectuer-cntrfct

‘Si tu avais raté l’animal hier, tu n’aurais pas obtenu la nourriture’.

b.

wìì

ɓúó

yālá.

2sg.pret

animal

rater

hier

‘Tu as raté un animal hier’.

126Sur l’emploi de la forme de l’irréel, voir §6.2.2.5 et §5.15.3.

Tableau 2.9. Formes de l’irréel (suite). Exceptions

exemple

structure syllabique

ton base

ton irréel

forme irréelle

túkpā ‘fermer’

CV-CV

H-M

H-M

túkpāá

lìèlīē ‘se refroidir’

CVV red

MM

M

lìēlīá

fùkɛ̄lɛ̄ ‘agoniser’

CV-CVCV

B-MM

B-M(H)

fùkɛ̄lɛ́á, fùkɛ̄lɛ́, fùkɛ̄lá

gìlīgīlí ‘frotter’

CVCV red

MH

M(H)

gìlīgīlíá, gìlīgīlá

lóní ‘compter’

CV-CV

H-H

H-M

lónīá

sá̰g̰bá ‘allonger’

CV-CV

H-H

H-M

sá̰gbāá

sɔ́kpá ‘vomir’

CV-CV

H-H

H-M

sɔ́kpāá

yólí ‘broyer’

CV-CV

H-H

H-M

yólīá

kpáà ‘grandir’

CVV

HB

M

kpāá

gínī ‘perdre’

CVCV

HM

M

gīná

gìnīgíní ‘rouler’

CVCV red

HH

M

gìnīgīná

bɔ̀nɔ̄bɔ́nɔ́ ‘battre

(les œufs)’

CVCV red

HH

M(H)

bɔ̀nɔ̄bɔ̄nɔ́á, bɔ̀bɔ̄ɓɔ̄ná

bòōbóó ‘se

mélanger’

CVV red

HH

M

bòōbōá

sìīsíí ‘frotter’

CVV red

HH

M

sìīsīá

kpànē ‘cuire’

CV-CV

B-M

B-M

kpànēá

tàlē ‘trembler’

CV-CV

B-M

B-M

tàlēá

lèmā ‘oublier’

CV-CV

B-M

B-M

lèmāá

kpàlē ‘faire jour’

CV-CV

B-M

B-M

kpàlēá

kpònɔ̄ ‘courbaturer’

CV-CV

B-M

B-M

kpònɔ̄á

tɛ̀ká ‘finir’

CV-CV

B-H

B-(M)

tɛ̀kāá, tɛ̀ká

yɔ̀ló ‘descendre’

CV-CV

B-H

B-M

yɔ̀lōá

tīlɛ̀ ‘noircir’

CV-CV

M-B

B

tìlá

zàŋāzāŋá ‘chanceler’

CVCV red

MH

HM

zàŋāzáŋāá

zílí ‘grossir’

CVCV

HH

HB

zílìá

2.5.2.5. Forme de nominalisation

127En mano, le verbe peut s’employer en position de tête du groupe nominal sans aucun changement de forme.

(2.50)

yílí

lɛ́ɛ́

kɛ̄

arbre

feuille

faire

personne:CS

‘guérisseur, lit. : personne de fabrication des feuilles des arbres’

128Cependant, dans les cas où le verbe nominalisé a des compléments qui lui sont postposés, le verbe s’emploie dans une forme tonale spéciale. Cette forme coïncide avec la forme conjointe à une seule exception près : le verbe zílí ‘grossir’ dont la forme conjointe est zìlì a deux variantes pour la forme de nominalisation : zílì et zìlì. L’exemple (2.51a) illustre l’emploi de la forme nominalisée, voir la forme de base dans l’exemple (2.51b).

(2.51)

a.

mīā

séŋ́

gbìnì

mɔ̀

personne.pl

chaque

courber :nmlz

sur

personne:CS

‘personne contre laquelle tout le monde s’est mis’.

b.

Mīā

séŋ́

ō

gbīnī

ɓɛ̄

mɔ̀.

personne.pl

chaque

3pl.pret

se.courber

personne

dem

sur

‘Tout le monde s’est mis contre lui’.

129Sur l’emploi de la forme de nominalisation, voir §4.2.

2.5.2.6. Formes du gérondif et du contrefactuel

130Deux suffixes verbaux homonymiques forment deux formes homonymiques : forme du gérondif et forme du contrefactuel. En tenant compte de cette homonymie, dans cette section nous allons utiliser une seule glose pour les deux formes : celle du gérondif (ger).

131Le suffixe remplace la dernière voyelle du verbe qui se termine par la structure VV (táá ‘marcher’ → táà ‘marcher.ger’). Il n’y a que trois exceptions : deux verbes homonymiques pèŋ̀ ‘vomir’ et ‘forger’, ainsi que le verbe yɔ̀ɔ́ ‘descendre’. Le suffixe s’ajoute directement à la base de ces verbes : pèŋ̀à, yɔ̀ɔ́-ɔ̀ ~ yɔ̀ɔ́-à. Si le verbe se termine par un pied de structure CV ou CVCV, le suffixe s’ajoute directement à la base ( ‘fermer’ → tā-à закрывать-ger’). Ce rattachement s’accompagne de l’assimilation progressive par la nasalité, ainsi que par le lieu d’articulation. Si dans une structure CV1V2 la deuxième voyelle est plus ouverte que la première, le suffixe s’assimile à cette deuxième voyelle, sinon il peut s’assimiler à la première ainsi qu’à la deuxième voyelle (pìè ‘souffler’ → pìà, pìè, *pìì ‘souffler.ger’ vs bɛ̀ī ‘réparer’ → bɛà, bɛì, bɛì ‘réparer.ger’). Si un verbe se termine par une structure CV, l’assimilation est possible pour n’importe quelle voyelle finale et pratiquement pour tous les verbes (gɛ̰̀ ‘voir’ → gɛ̰̀-ɛ̰̀ ‘voir-ger’ ; ‘devenir.beau’ → lī-ì ‘devenir.beau-ger’). L’assimilation régressive par le lieu d’articulation est également possible dans certains cas : bòlópresser’ → bòlá-àpresser-ger’ ; fòlómanquer’ → fòlá-àmanquer-ger’ ; fùnɔ̄ ‘devenir transparent’ → fùnā-à ‘devenir transparent-ger’.

132Le suffixe du gérondif remplace la dernière voyelle de certains verbes à un pied à structure CVCV. Pour les verbes qui se terminent pas le ton bas, ce remplacement est obligatoire, pour tous les autres verbes ce remplacement est parfois obligatoire, parfois pas, sans pour autant qu’on puisse en déduire une règle. Pour certains verbes, le suffixe peut être assimilé à la voyelle qu’il remplace (le verbe tòlò ‘pousser’ tòlò ; tòlà ‘pousser.ger’), l’assimilation étant parfois préférable (tɛ̀nɛ̀ grimper’ → ?tɛ̀nà ~ tɛ̀nɛ̀ ‘grimper.ger’) ou même obligatoire (kɔ̀nɔ̀ ‘se bloquer’ → kɔ̀nɔ̀ ; *kɔ̀nàse bloquer.ger’) pour les verbes qui se terminent par des voyelles semi-ouvertes. Cependant, dans certains cas l’assimilation est impossible (le verbe gìnìpartager’ → gìnà ; *gìnìpartager.ger’). Voir le Tableau 2.10.

Tableau 2.10. Formes du gérondif

forme de base

forme du gérondif

gìnì ‘partager’

gìnà, *gìnì

tòlò ‘pousser’

tòlà, tòlò

kɔ̀nɔ̀ ‘se bloquer’

kɔ̀nɔ̀

tɛ̀nɛ̀ ‘grimper’

 ?tɛ̀nà, tɛ̀nɛ̀

vúlú ‘taper’

vúlà, vúlù

félé ‘devenir clair’

féléà, félà, félè

gɔ́lɔ́ ‘réduire en purée’

gɔ́lɔ̀

tɛ́lɛ́ ‘bouillir’

tɛ́lɛ́à, tɛ́lɛ́ɛ̀, tɛ́là, tɛ́lɛ̀

133Deux exemples ci-dessous illustrent l’emploi du gérondif (2.52a) et du contrefactuel (2.52b).

(2.52)

a.

kɔ́nɔ́

lɔ́-ɔ̀.

3sg.pret

aller

nourriture

acheter-ger

‘Elle est partie acheter la nourriture’.

b.

gɔ̰̀á̰

tà̰à̰

ā

ìí

gɔ̰̀á̰

bèà.

2sg.sbjv

cond.neg

tabac

boire

top

2sg.neg

cond.neg

devenir.fou :cntrfct

‘Si tu n’avais pas fumé, tu ne serais pas devenu fou’.

134La forme du gérondif s’emploie dans les constructions résultatives, voir §5.2.2, §5.3.4, §5.4.4. Elle s’emploie également dans des constructions polyprédicatives, voir §6.1.2, et dans la nominalisation, voir §3.9.1 et §4.2.

2.5.2.7. Forme d’infinitif

  • 13 Variante contractée.
  • 14 Variante utilisée dans le dialecte kpenson.

135Le suffixe d’infinitif -pɛ̀lɛ̀ ~ -pìè13 ~ -pìà14 s’adjoint à la base verbale sans provoquer de changements morphonologiques : kɛ̄ ‘faire’ → kɛ̄-pɛ̀lɛ̀ ‘faire-inf’ ; nīà ‘tourner’ → nīà-pɛ̀lɛ̀ ‘tourner-inf’.

(2.53)

Lɛ̄

kɔ́nɔ́

lɔ́-pɛ̀lɛ̀.

3sg.exi

nourriture

acheter-inf

‘Il achète la nourriture’.

136La forme de l’infinitif s’emploie surtout dans les constructions imperfectives, voir §5.3.2, §5.3.3, §5.4.3. Sur l’emploi de cette forme dans les contextes de nominalisation, voir §3.9.2. Sur son emploi dans les constructions polyprédicatives, voir §4.1.2.

2.6. Morphologie des adverbes

2.6.1. Dérivation

137Les adverbes en mano se forment soit par conversion, soit via la lexicalisation de groupes de mots ou l’adjonction de formants.

138Dans notre dictionnaire mano, 19 adverbes sont formés par conversion. Pour 14 adverbes la conversion s’est produite à partir d’un adjectif. Cf. :

ɓéŋ́ ‘petit’ et ɓéŋ́ ‘peu’ ;

fūū ‘inutile’ et fūū ‘inutilement’ ;

gbɛ̄ɛ̄ ‘autre’ et gbɛ̄ɛ̄ ‘1. autrement, 2. encore’.

139Pour cinq adverbes ce corrélat est un déterminatif :

búnūzɛ̀ ‘1. autre, 2. certain, 3. différents’ et búnūzɛ̀ ‘différemment’ ;

dōódōó ‘1. certain, 2. chacun’ et dōódōó ‘l’un après l’autre’ ;

dōó ‘certain’ et dōó ‘une fois’.

140Quatre adverbes en mano proviennent de la lexicalisation de groupes de mots : ce sont les adverbes dɛ̄ɛ̄ká ‘maintenant’, dōóká ‘seul’, àgbṵ́ṵ̀wɛ̄ ‘parfois’ et bímīà ‘dans la nuit’. Les adverbes dɛ̄ɛ̄ká ‘maintenant’ et dōóká ‘seul’ proviennent de la combinaison de l’adverbe dɛ̄ɛ̄ ‘1. nouvellement, 2. juste maintenant’ et de l’adverbe dōó ‘une fois’ avec la postposition avec’.

141L’adverbe àgbṵ́ṵ̀wɛ̄ ‘parfois’ peut être décomposé en pronom non-sujet de 3e personne sg à et les déterminatifs gbṵ́ṵ̀ ‘certain’ et wɛ̄ ‘celui-ci’. Une combinaison libre des ces lexèmes n’a pas été attestée.

142L’adverbe bímíà ‘dans la nuit’ provient de la combinaison du nom bḭ́ ‘nuit’ et du verbe mí ‘venir (la nuit)’ dans la forme du gérondif. La nasalisation de /ḭ́/ de la composante bḭ́ se perd, par conséquent l’adverbialisation de la combinaison s’accompagne de changements phonétiques.

(2.54)

a.

Bḭ́

mí-à

lɛ̄.

nuit

venir-ger

cop

‘La nuit est venue’.

b.

bímíà.

3sg.pret

venir

dans.la.nuit

‘Il est venu dans la nuit’.

143Le suffixe adverbial zɛ̀ peut rarement avoir une fonction dérivationnelle (pour sa fonction flexionnelle, voir §2.6.2). L’origine de l’adverbe ɓɔ̀ɔ̄zɛ̀ ‘1. simplement, 2. même’, qui a une variante ɓɔ̀ɔ̄ɓɔ̀ɔ̄zɛ̀, est produit par l’adjonction du suffixe zɛ̀ à l’adverbe ɓɔ̀ɔ̄ ‘gratuitement’ qui, à son tour, est converti de l’adjectif ɓɔ̀ɔ̄ ‘1. simple, 2. non lié à la sorcellerie, 3. célibataire (femme), 4. gratuit’. Il n’existe pas de morphèmes dérivationnels propres aux adverbes. En tant que suffixe dérivationnel des adjectifs, le suffixe -zɛ̀ peut faire partie des adverbes convertis à partir des adjectifs (bèŋ̄zɛ̀ ‘premier’ et bèŋ̄zɛ̀ ‘avant, d’abord’).

144Est attestée dans la traduction du Nouveau Testament en mano un formant - qui, selon notre informateur guinéen, est facultatif :

(2.55)

Wálà

lɛ́ɛ̀

ō

dà-à

fɛ́fɛ́-lē.

Dieu

3sg.ipfv

aller:IPFV

3pl.nsbj

cœur

tomber-ger

complètement-adv

‘Ils seront rassasiés (lit. : Dieu les satisfera pleinement)’ (Matthieu 5 :6).

145Le même formant est attesté dans l’adverbe zálērapidement’, variante de la forme utilisée par les locuteurs du dialecte kpenson, le plus proche du dialecte mano dans lequel le Nouveau Testament a été traduit.

146L’adverbe ɓéŋ́ɓō ‘un peu’ provient de l’adverbe ɓéŋ́ ‘peu’ auquel s’ajoute le formant -ɓō (dont l’origine est vraisemblablement le verbe ɓō ‘effectuer’) qui ne fonctionne pas comme un suffixe dérivationnel productif : à part l’adverbe ɓéŋ́ɓō ‘un peu’, il n’est attesté que dans les adverbes gbāā ~ gbāāɓō ‘maintenant’ et nìɓō ‘jamais’.

14726 adverbes sont redoublés non-motivés, dont cinq ont un corrélat redoublé non-motivé ou corrélat suivi d’une réduplication dérivationnelle parmi les autres parties du discours : tíētíēē ‘rapidement’, cf. tíētíēē ‘rapide’, tíēē ‘chaud’ ; dɔ́lɔ́dɔ́lɔ́ ‘lentement’, cf. dɔ́lɔ́dɔ́lɔ́ ‘lent’, dɔ́lɔ́ ‘froid’ ; lɔ́ɔ́lɔ̀ɔ̀ ‘lentement’, cf. lɔ́ɔ́lɔ̀ɔ̀ ‘mou’ ; kélékélé ‘petit à petit’, cf. kélékélé ‘petits’, ainsi que l’adverbe mentionné ci-dessus dōódōó ‘l’un après l’autre’. Pour trois adverbes, le corrélat non-redoublé est synonymique du corrélat redoublé : ~ zázá ‘rapidement’ (cf. zázá ‘rapide’, la variante * ‘rapide’ est impossible – le corrélat non-redoublé a toujours une valeur adverbiale), ɓɔ̀ɔ̄zɛ̀ ~ ɓɔ̀ɔ̄ɓɔ̀ɔ̄zɛ̀ ‘1. simplement, 2. même’, kēá ~ kēákēá ‘il y a longtemps’.

148Ainsi 19 adverbes mano sont convertis à partir d’autres parties du discours, surtout les adjectifs, 9 proviennent de combinaisons des lexèmes avec d’autres lexèmes ou formants, 26 sont redoublés non-motivés, dont 3 qui ont des variantes synonymiques redoublées et non-redoublées.

2.6.2. Flexion

149Les adverbes peuvent subir la réduplication à valeur d’intensif (ex 2.56) et s’adjoindre le suffixe -zɛ̀ à valeur sélective (2.57). Ni la réduplication, ni le suffixe ne sont obligatoires. En outre, ils sont très rares dans les textes.

(2.56)

wɛ̀lɛ̀

gbāā

mìà-mìà.

sg.pret

se.lever

maintenant

silencieusement~red

‘Il s’est levé silencieusement’.

(2.57)

Lɛ̀

nɔ́

mìà

ō

comme

route.rel

seulement

1pl.nsbj

parent.pl

3pl.exi

kèá

líé

bɛ̰̀ɛ̰̄-zɛ̀.

dans.les.temps.passés

devant

aussi-adv

‘...comme nos parents auparavant’.

2.7. Morphologie des pronoms

150Le mano compte cinq séries de pronoms personnels : pronoms non-sujets, possessifs, focalisés, emphatiques, coordinatifs, ainsi que le pronom réfléchi de la 3e personne sg. . Leurs fonctions syntaxiques seront discutées dans §3.8. Le Tableau 2.11 résume toutes les séries pronominales.

Tableau 2.11. Pronoms personnels en mano

  • 15 Le ton du pronom non-sujet de la 3personne sg s’assimile facultativement au ton du nom qui le pré (...)
  • 16 Est aussi attestée la forme wàá.

1sg

2sg

3sg

1pl

2pl

3pl

pronoms non-sujets

ŋ̄

ī

à / ā / á15

ō

pronoms possessifs

ŋ̀

ɓà

pronoms focalisés

ɓí

(à)yé

ó

pronoms emphatiques

mā(ē)

ɓī(ē)

à, (à)yē, yō

kō(ē)

kā(ē)

ō(ē)16

pronoms coordinatifs

Haut de page

Notes

1 Dans de nombreuses langues ouest-africaines (cf. Newman 2000, Samarin 1967), les idéophones sont considérées comme une partie du discours à part entière. Les idéophones en mano ne sont pas suffisamment étudiés.

2 Les pronoms personnels et les formes nominalisées de verbes peuvent, elles aussi, occuper cette position. Sur les différences entre les groupes nominaux régis par un nom, les groupes pronominaux régis par un pronom et les groupes verbaux nominalisés régis par un verbe nominalisé, voir les sousections correspondantes de §3.

3 Les adjectifs en mano ne peuvent pas se substantiviser.

4 Ce démonstratif provient du pronom non-sujet de la 3e personne sg. à, voir également (Vydrin 2006).

5 Ce suffixe est homonymique au suffixe adjectival -zɛ̀ qui désigne la valeur sélective (voir §2.3.2.1). À la différence de ce dernier, la forme adverbiale avec le suffixe est une variante libre de la forme sans suffixe synonymique.

6 Dans le lexème ɲɛ̀ɛ̄wɛ̀lɛ̀ ‘œil’ <visage + os:cs> le composant wɛ́lɛ́os’ étant un nom relationnel se trouve sous la forme d’état construit.
Sur la grammaticalisation d’équivalents fonctionnels de
wɛ́lɛ́ ‘os’ comme classificateurs dans les langues mandé et notamment en dan-blo, voir (Erman 2005).

7 Au moment de la rédaction de la présente section, septembre 2013.

8 Nous n’avons testé que les numéraux ordinaux de la première dizaine et nous ne disposons pas d’informations permettant d’affirmer que les autres numéraux ordinaux se forment de la même manière.

9 Dans cette section, nous nous concentrons sur la morphologie de la réduplication, c'est pourquoi nous n'indiquons pas sa valeur exacte et utilisons la glosse générale red. Pour le sémantisme de la réduplication, voir les sections suivantes.

10 L’élément wɛ́lɛ́ s’emploie également en fonction de numératif :
Māà | bólō | wɛ́lɛ́ | pèèlɛ̄ | lɔ́.
1sg.prf | banane | os | deux | acheter
‘J’ai acheté deux bananes’.

11 On parle généralement de l’expression cumulative des valeurs de l’aspect, du mode et de la polarité, d’un côté, et de personne et de nombre, de l’autre côté, dans les langues mandé-sud, alors qu’il est généralement possible de distinguer des submorphes qui correspondent à ces valeurs. Comparons les marqueurs prédicatifs de la série de l’imperfectif lɛ́ɛ̀ et íì, 3e personne sg et 2personne sg respectivement. Nous pouvons constater que les marqueurs ont les mêmes caractéristiques suprasegmentales : le procédé de réduplication de la voyelle, ainsi que le contour tonal « haut – bas ».

12 Les seuls verbes à structure CVVV sont deux verbes homonymiques, pèŋ̀ ‘forger’ et pèŋ̀ ‘vomir’. Le suffixe s’ajoute directement à la base de ces verbes : pèŋ̀-á.

13 Variante contractée.

14 Variante utilisée dans le dialecte kpenson.

15 Le ton du pronom non-sujet de la 3personne sg s’assimile facultativement au ton du nom qui le précède.

16 Est aussi attestée la forme wàá.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Maria Khachaturyan, « Morphologie », Mandenkan, 54 | 2015, 35-71.

Référence électronique

Maria Khachaturyan, « Morphologie », Mandenkan [En ligne], 54 | 2015, mis en ligne le 31 décembre 2015, consulté le 26 avril 2017. URL : http://mandenkan.revues.org/707 ; DOI : 10.4000/mandenkan.707

Haut de page

Auteur

Maria Khachaturyan

UC Berkeley, Anthropology department
mashaha@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Mandenkan sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Llacan – Langage, langues et cultures d’Afrique noire
  • Logo Search | ERIH PLUS | NSD
  • Revues.org