Navigation – Plan du site

Propositions pour l’orthographe du bamanankan

Proposals for the orthography of Bamanankan
Предложения к орфографии языка бамана
Mahamadou Konta et Valentin Vydrin
p. 22-54

Résumés

Les auteurs de l’article proposent des solutions à certains problèmes d’orthographe bamanankan jusqu’ici non-explorés, comme l’écriture des syllabes « consonne nasale + voyelle i ou u ». Ils suggèrent la notation des phonèmes gw et sh. Des listes complètes des morphèmes et des mots auxiliaires du bamanankan sont fournies. Les règles de notation tonale sont élaborées. Les questions de l’écriture collée ou séparée pour des types différents de constructions syntaxiques sont abordées.

Haut de page

Notes de l’auteur

Ce travail a bénéficié d’une aide de l’Etat gérée par l’Agence Nationale de la Recherche au titre du programme Investissements d’Avenir portant la référence ANR-10-LABX-0083 (Labex EFL, Axe 6), et du projet de l’Université d’État de St. Petersbourg № 2.38.524.2013 « Langues d’Afrique subsaharienne : d’une analyse morphosyntaxique structurelle vers une synthèse fonctionnelle des éléments paradigmatiques de l’image linguistique du monde ».

Texte intégral

  • 1 Pourtant, la discussion sur les sujets orthographiques a continué pendant cette période dans les pa (...)

1On peut dire sans exagérer que l’orthographe du bamanankan (dans le contexte manding) a déjà son histoire. Des aperçus des deux premières décennies de cette histoire, la période des discussions les plus animées, sont présentées dans (Galtier 1980, 260-274 ; Balenghien 1987-1988). Depuis un quart de siècle, la situation dans le domaine de l’orthographe du bamanankan reste plutôt stable ; la discussion concerne surtout l’harmonisation orthographique panmandingue (cf. en particulier (B. Keita et al. 2003)), sans grande influence sur la pratique écrite au Mali1. Cela ne signifie pas que tous les problèmes sont résolus : il y a toujours beaucoup d’incertitude et de sujets qui ne sont pas réglementés, donc laissés au gré de l’humeur de chaque auteur.

2Cependant, les recherches des linguistes maliens et étrangers des dernières décennies ont fait progresser considérablement la connaissance de la structure et du fonctionnement du bamanankan. De nombreux phénomènes de la phonologie, morphologie et de la syntaxe du mandingue qui représentaient de grosses difficultés il y a un quart de siècle ont été clarifiés.

3Le temps est venu d’appliquer les acquis de la linguistique moderne au domaine de l’orthographe pour éclaircir certains détails qui n’ont pas été abordés dans les guides d’orthographe bamanankan parus jusqu’ici.

4Dans cet article, nous ne nous donnons pas la tâche de réviser les principes de l’orthographe et les décisions pris auparavant (sauf quelques cas ponctuels). Il s’agit plutôt d’explorer certains domaines qui restent des « zones grises ».

5La première version de nos propositions a été élaborée en juin 2014. Elle a été discutée avec les collègues lors d’une conférence à Bamako (où elles ont été présentées par Mahamadou Konta début septembre) et au 4e colloque « Langues et linguistique mandé » à Bobo-Dioulasso (fin septembre 2014) ; certains collègues ont donné leurs avis et suggestions par mail (en particulier, nous voudrions remercier Gérard Dumestre, qui a avancé des arguments importants au sujet de l’écriture des combinaisons « consonne nasale + voyelle i ou u », sur l’orthographe des mots d’origine étrangère et des noms à majuscules, etc. ; Boubacar Diarra et autres).

6Cette publication a pour le but de continuer la discussion parmi les spécialistes en langues mandingues, discussion qui doit forcément précéder une prise de décisions.

7L’article se présente sous la forme d’un « Guide d’orthographe », où les règles apparaissent le plus souvent sans discussion, sauf quelques cas particuliers. Le plus souvent, nous laissons les innovations implicites ; l’argumentation n’est présentée que dans les cas où cela semble indispensable.

1. L’alphabet bamanankan2

  • 2 Pour l'histoire de l'évolution de l’alphabet bambara, cf. (Balenghien 1987-1988).

a b c d e ɛ f g gw h i j k l m n ɲ ŋ o ɔ p r s sh t u v w y z

2. La phonologie et la correspondance entre les sons et les lettres

2.1. Les voyelles

  • 3 Dans cet article, les mots bamanankan sont donnés le plus souvent avec la notation tonale, selon le (...)

8On distingue en bamanankan sept voyelles brèves3 :

i sìgi ‘s’asseoir’, dí ‘donner’
e sé ‘arriver’, kèle ‘être jaloux’
ɛ jɛ̀ ‘se réunir’, cɛ́ ‘milieu’
a — dá ‘bouche’, kàla ‘tige’
ɔ — kɔ́ ‘dos’, jɔ̀ ‘s’arrêter’
o — tòli ‘pourrir’, fòro ‘champ’
u — kú ‘igname’, sú ‘nuit’.

  • 4 Probablement, l’élément nasal dans les « consonnes prénasalisées » pourrait être traité également c (...)

9Une huitième voyelle, n, n’apparaît comme telle que dans le pronom ń ‘moi’, et les conglomérés (comme bìnńkànni ‘agression’) et dans quelques interjections (ǹse ‘réponse féminine à une salutation’, ǹba ‘réponse masculine à une salutation), dans la conjonction ǹká ‘mais’4. On peut dire que c’est une voyelle défective (à distribution restreinte).

10Les sept voyelles longues sont désignées par des lettres doubles. Voici quelques exemples de paires minimales (ou quasi-minimales) qui ne se distinguent que par la longueur vocalique :

i

:

ii

mìri

‘poisson Microthrissa miri’

:

míiri

‘pensée’

e

:

ee

fère

‘ourler, retrousser’

:

fèere

‘vendre’

ɛ

:

ɛɛ

fɛ̀rɛ

‘place publique’

:

fɛ̀ɛrɛ

‘ruse’

a

:

aa

bára

‘place de danse’

:

báara

‘travail’

ɔ

:

ɔɔ

kɔ́ri

‘toucher légèrement

:

kɔ́ɔri

‘coton’

o

:

oo

fòlo

‘goître’

:

fòolo

‘mue’

u

:

uu

búru

‘trompe’

:

búuru

‘pain’

Quelques notes sur les voyelles :

111) Il faut tenir compte du fait que dans les dialectes du bamanankan, la longueur vocalique est souvent instable ; elle disparaît pratiquement dans les dialectes de l’ouest. Cependant, dans le bamanankan standard, basé sur le dialecte de Bamako, elle est tout à fait pertinente et doit être marquée à l’écrit.

122) Un cas spécial représente la chute de la consonne vélaire g entre deux voyelles identiques, surtout entre deux a : fàga — fàa ‘tuer’, sàga — sàa ‘mouton’, tága — táa ‘aller’, etc. Les formes sans g sont répandues dans la forme orale, mais dans la pratique écrite, les formes avec g sont beaucoup plus fréquentes. Il est donc recommandé de retenir les formes avec g : fàga, sàga, tága (cependant, la forme táa peut être acceptée comme une variante facultative). Les formes avec l’élision de g entre d’autres voyelles (qu’on peut entendre dans certains dialectes et même à Bamako dans l’argot des jeunes), ex. sìi ‘s’asseoir’, ne sont pas admis pour le bama­nankan écrit ; seule la forme sigi est perçue comme correcte. De même pour les formes avec l’élision des consonnes autres que g, ex. kɔ̀rɔkɛ — kɔ̀ɔkɛ ‘frère aîné’ (seule la forme kɔ̀rɔkɛ est acceptée).

13Dans les dialectes du nord-est, la chute de -g- entre deux ɔ est accompagnée d’une diphtongaison. Là où on a des formes ɲɔ́gɔn ‘l’un l’autre’, dɔ́gɔ ‘bois à brûler’, sɔ̀gɔ ‘percer’ en bamanankan standard, les formes dialectales sont ɲwáa, dwáa ou jwáa, swàa ou shwàa. A l’écrit, seules les formes du bamanankan standard sont retenues : ɲɔ́gɔn, dɔ́gɔ, sɔ̀gɔ.

14Un cas spécial est représenté par les formes du mot désignant la personne, mɔ̀gɔ et màa. La deuxième forme, màa, est d’origine dialectale (dialecte de Ségou), mais elle est largement utilisée dans le bamanankan à côté de mɔ̀gɔ. Les deux formes peuvent être retenues dans la norme écrite.

153) Après les consonnes s et f, les voyelles longues ee, ɛɛ se réalisent facultativement comme brèves, ce qui se conjugue avec une palatalisation de la consonne : séere ~ shyéretémoin’, fèere ~ fyèrevendre’, fɛ̀ɛrɛ ~ fyɛ̀rɛruse’. Après s, la même variabilité concerne la voyelle ɔɔ: sɔ́ɔlɔ́ ~ shyɔ́lɔ́égoutter’, sɔ́ɔri ~ syɔ́ri ‘insérer’. Dans de pareils cas, les formes avec les voyelles longues et consonnes non-palatalisées (séere, fèere, fɛ̀ɛrɛ, sɔ́ɔlɔ, sɔ́ɔri) sont recommandées.

164) Dans les syllabes du type « consonne nasale + voyelle i ou u » à la fin du mot le caractère nasal ou oral de la voyelle n’est pas pertinent. Pour cette raison, dans la pratique écrite actuelle, on trouve beaucoup de variabilité : on écrit kunu et kunun ‘(se) réveiller’, ɲi et ɲin ‘dent’, mu et mun ‘enduire’, etc.

  • 5 Pour les dissyllabes, cette étude a été faite par Jean Jacques Méric. Les fréquences des formes mon (...)

17Une étude statistique a été effectuée sur le Corpus Bambara de Référence concernant la fréquence des formes dans les textes en bamanankan5. Suivant les résultats de cet étude, il est proposé de transcrire les syllabes de ce type par défaut sans -n finale (ɲini ‘chercher’, mu ‘enduire’, dimi ‘douleur’), sauf dans les mots et morphèmes suivants où la présence de la ‑n finale prédomine dans les textes et peut être considérée comme consacrée par la tradition :

  • 6 Quelques précisions : la forme ɲin pour ‘dent’ est légerement plus fréquente dans les textes que ɲi(...)

dùnun ‘tambour’, fúnun ‘gonfler’, kínin ‘droite’, kúnun ‘(se) réveiller’, kùnun ‘avaler’, kúnùn ‘hier’, mìn ‘boire’, mín marque relative, mín où ?’, mùn ‘quoi ?’, nìn ‘ce’, -nin suffixe diminutif, nún ‘nez’, nùn ‘grâce à’, ɲìn ‘ami’, ɲín ‘dent’, ɲún charger (sur la tête)’, túnun ‘disparaître’ (aussitôt que tous les mots composés et dérivés comportant ces racines)6.

2.2. Les consonnes

p — pán sauter’, pàlan ‘seau’
b — bà ‘chèvre’, bàga ‘poison’
t — tìle ‘soleil’,
tára ‘coller’
d —
dá ‘bouche, ouverture’, dɛ̀mɛ ‘aider’
c — cún ‘sauter de haut en bas’,
còolo ‘errer’
j — jɛ́gɛ ‘poisson’, júgu ‘ennemi’
k — gáari ‘fil’, kólo ‘os’
g — gàban ‘chapeau conique’, gèse ‘fil de chaîne
f — fàli ‘âne’, fàsa ‘nerf’
s — sàga ‘mouton’, séleke ‘angle, coin’
sh — shù ‘chou’, sh
ɔ̀ ‘haricot’, shɛ̀ ‘poulet’
z — zú ‘joug’, zènerali ‘général’
h — láhara ‘l’au-delà’, hínɛ ‘pitié’
l —
lájɛ ‘examiner’, láadi ‘conseiller’
r — sàra ‘salaire’, báara ‘travail’
v — vi
́tiri ‘vitre’
w — wári ‘argent’, wálima ‘ou’
m — màlo ‘riz’, mùru ‘couteau’
n — ná ‘sauce’, nɛ́nɛ ‘froid’
ɲ — ɲɔ̀ ‘mil’, ɲàma ‘ordure’
nb — nbɛ́da ‘grande rue
nc —
ncɔ̀gɔn pois sucrés
nd — ndòba ‘eau peu profonde’
ng — ngɔ̀n ‘cynocéphale’
nj — njáraki ‘pas complètement mûr’
nf — nfírinfirinnin papillon
nk —
nkàlon mensonge
ns —
nsíirin conte
nt —
ntàman tambourin d’aisselle
np —
npògotigi ‘jeune fille

Quelques notes sur les consonnes.

181) Dans les dialectes de l’est (Ségou et autres), on observe une sonorisation plus ou moins systématique des consonnes sourdes après la nasale, cf. Tableau 1.

Tableau 1. Correspondances interdialectales des consonnes prénasalisées

conte

mensonge

crapaud

baobab

bamanankan standard

nsíirin

nkàlon

ntòri

nsìra

bamanankan de Ségou

nzíirin 

ngàlon

ndòri

nzìra

19Dans les cas pareils, il est recommandé d’écrire la consonne sourde, comme en bamanankan standard.

20Selon la règle générale, on n’utilise les lettres z, v que dans les emprunts (surtout français) : zánwuye ‘janvier’, Vàleri ‘Valérie’. Dans les mots d’origine bamanan, la préférance est donnée aux variantes à des consonnes sourdes, même si les consonnes z, v se prononcent dans certaines variétés dialectales. On écrit donc nsòn ‘voleur’, et non pas *zòn ; fánfan ‘grotte’, et non pas *fávan ou *fánvan.

212) Dans les dialectes, on observe une variation p ~ f dans certains mots: fàsa ~ pàsalouange’, fɔ̀sɔnfɔ̀sɔn ~ pɔ̀sɔnpɔ̀sɔnfaner’, fìsa ~ pìsa ‘être meilleur’. Dans de pareils cas, les formes avec f- sont recommandées.

223) On observe des cas où t- à l’initiale correspond, dans certains dialectes, à k- (parfois aussi kh- ou f-), et d- correspond à g- ou b- : tìle — klè, khlè, flè ‘soleil’, dɔ̀lɔ — glɔ̀, blɔ̀ bière’. Dans de pareils cas, les formes avec t-, d- sont retenues : tìle, dɔ̀lɔ.

234) Dans la position à l’intérieur du mot (entre deux voyelles orales), on observe une fluctuation systématique entre g ~ k ~ ɣ (et même un zéro) : fàga ~ fàka ~ fàɣa ~ fàa ‘tuer’. Dans de pareils cas, la forme retenue est celle avec un : fàga (avec une seule exception : les deux variantes táa et tága ‘aller, s’en aller’ sont acceptées car la prononciation táa prédomine).

24La fluctuation n’a pas lieu dans les mots composés et redoublés où la consonne vélaire se trouve au début d’un morphème, où on écrit donc un -k- : dákabana ‘extraordinaire’, tákala ‘allumette, kàka ‘limer’. Dans des emprunts et des mots dont le caractère composé n’est plus évident, une variabilité peut être admise : jáka ~ jága ‘dîme’ (de l’arabe zakat), màko ~ màgo ‘besoin’ (d’origine, la postposition + kó ‘affaire’).

255) À l’intérieur du mot, on observe une variation dialectale entre ng ~ nw ~ ŋ : fànga ~ fànwa ~ fàŋa ‘pouvoir’ ; dìngɛ ~ dìŋɛ ‘trou’. On retient les formes avec -ng-: fànga, dìngɛ.

Tableau 2. Paires minimales gw : g

gwà ‘famille, foyer’

gà ‘chenal (d’une rivière)’

gwàla ‘être sans acquéreur, être sans parti (pour une femme)’

gàla ‘indigo’

gwàlo ‘porte-malheur, malheur’

gàlo ‘selle à dossier profond mais peu évasé’

gwɛ̀lɛ ‘canon’

gɛ̀lɛ (dans l’expression kà gɛ̀lɛ cì "faire claquer les pieds sur le sol")

gwɛ̀rɛn ‘tarir, évaporer, se dessécher, rendre solide’

gɛ̀rɛn ‘concentration de force vitale, autel de chasseurs, grand chasseur’

gwɛ́sɛ ‘brosse à dents, frotte-dents’

gɛ̀sɛ ‘passer (pour une couleur), déteindre’

266) Dans la plupart des dialectes du bamanankan, les phonèmes /g/ et /gw/ en position initiale s’opposent devant les voyelles a, e, ɛ (et marginalement, devant ɔ), tandis que devant i, u, o, seul g est possible. Dans le parler de Bamako (servant de la base du bamanankan standard), cette opposition est valable aussi. Il est vrai que dans certains mots, on observe une variation entre g et gw, cependant, dans d’autres, on entend toujours un g (et jamais un gw). Voir Tableau 2 pour quelques paires minimales (et quasi-minimales) qui démontrent l’opposition entre g et gw:

27Les deux grands dictionnaires du bamanankan, celui de Charles Bailleul et celui de Gérard Dumestre, donnent les indications concernant la distinction entre gw et g, et dans la grande majorité des cas, leurs indications coïncident. Dans l’Annexe 1, quatre listes (tirées des deux dictionnaires susmentionés) sont présentées : les mots à gw- ; les mots à g- ; les mots où les dictionnaires de Bailleul et de Dumestre divergent.

28Là où les deux dictionnaires de référence sont d’accord, il est recommandé de les suivre. Pour les mots au sujet desquels ces dictionnaires divergent, les deux variantes sont considérées comme acceptables.

297) Il a été décidé de restituer le phonème /ʃ/, dans son orthographe ancien, sh. Ce phonème est peu fréquent en bamanankan standard, cependant, on trouve des mots où sh ne varie pas avec s (shɛ̀ ‘poulet’, shɔ̀ ‘haricot’) et au moins une paire minimale /ʃ/ : /s/ — shù ‘chou’ : ‘cadavre’.

30Dans les dialectes de l’Est, on observe systématiquement la prononciation sh là où en bamanankan standard on a s dans la position devant i et u : kùlushi ‘pantalon’, dùshu ‘cœur’, shúma ‘froid’. Pour des cas pareils, il est recommandé de retenir la transcription s, selon la prononciation standard : kùlusi, dùsu, súma. Ainsi, on n’écrira sh que dans deux mots bamanan de souche (shɛ̀ ‘poulet’, shɔ̀ ‘haricot’) et dans quelques emprunts (comme shù ‘chou’).

318) La lettre n a en bamanankan trois valeurs différentes : la consonne nasale ; la nasalisation de la voyelle précédente ; la voyelle nasale à distribution défective.

  • 7 Dans l’ancienne orthographe, cette distinction n’était pas possible ; dans les deux cas on était ob (...)

329) Il faut bien distinguer entre la consonne palatale ɲ et la combinaison d’une voyelle nasale avec la consonne palatale y. Cf. : kɛ́ɲɛ ‘empêcher’ et kɛ́nyɛ égaliser’ ; sònya, sònyɛ ‘voler (dérober)’ et sóɲɛkɔnɔ ‘pièce du fond’7.

33Pour les nouveaux médias, SMS, ordinateurs ne possédant pas de clavier spécialisé, il est recommandé d’utiliser des lettres accentuées et des digraphes pour les caractères non-standards de l’alphabet bamanankan.

Tableau 3. Substitition des caractères spéciaux par des lettres standards

Caractères de l’alphabet bamanankan

ɛ

ɔ

ɲ

ŋ

Équivalents “de substitution”

è

ô

ny

nw

34Cependant, dans les publications et, d’autre part, dans l’écriture à la main, il est fortement recommandé d’utiliser l’alphabet standard (avec les caractères ɛ, ɔ, ɲ, ŋ).

2.3. Les structures syllabiques et la nasalisation

35Les types de syllabes en bamanankan sont les suivants (V pour une voyelle, C pour une consonne, Ṽ pour une voyelle nasale) : V, CV, CṼ (ce dernier est désigné dans l’orthographe comme CVn). Le type CVC est très marginal, il n’apparaît que dans quelques emprunts et adverbes expressifs.

2.3.1. L’élision de la première voyelle dans les structures dissyllabiques

36Dans certaines structures dissyllabiques (CVCV, CVCṼ), la voyelle de la première syllabe, qui est non-accentuée, tend à se réduire jusqu’à l’élision complète : tìle [tle ~ tlè] ‘soleil’, fúla [fla ~ fla ~ flá] ‘Peul’, bùlon [blòn] ‘vestibule’, kúma [kmá] ‘parole’, síran [srá̰] ‘peur’, màrifa [màrfa] ‘fusil’, etc. Cependant, dans le registre lent et soigné, la voyelle non-accentuée se prononce. A l’écrit, les voyelles non-accentuées ne doivent pas être omises. On écrit : tile, fula, bulon, kuma, siran, marifa.

2.3.2. La désignation de la nasalité devant une consonne

37Là où une voyelle nasale se trouve devant une consonne (donc dans une position autre que devant une pause), elle se réalise comme combinaison d’une voyelle plutôt orale avec un élément nasal dont le point d’articulation correspond à celui de la consonne suivante. Cependant, il est représenté en écrit invariablement par la lettre :

kùnba ‘gros’ (prononcé [kùmbá]),
cɛ̀nmasa ‘grand géomancien’ (prononcé [cɛ̀mmásá]),
jànfa ‘trahir’ (prononcé [jàmfá]),
fànka ‘force’ (prononcé [fàŋká]),
jànjon ‘hymne à la bravoure’ (prononcé [jàɲjón]),
jàntó ‘veiller’ (prononcé [jàntó]).

38Quand la voyelle nasale (ou, facultativement, une syllabe contenant une consonne nasale, NV, où N = n, m, ɲ, ŋ) précède des suffixes, préfixes et mots auxiliaires ayant un l, r à l’initiale, il les nasalise : l n, r n. Il s’agit en particulier des morphèmes suivants :

-la/-na (suffixe verbal du progressif non-visuel)
-la/-na (suffixe du nom de lieu)
-la/-na (suffixe du nom d’agent permanent)
-la/-na (suffixe du nom de prix : « quantité de marchandise pour la valeur de X »)
-lan/-nan (suffixe du nom d’instrument)
-lama /-nama (suffixe de l’adjectif dénominal à valeur « en guise de », « en qualité de », « fait de », « en tant que... »)
-len/-nen (suffixe du participe à valeur résultative)
-li/-ni (suffixe du nom d’action)
-lú/-nú (suffixe non-productif du pluriel)
-ra/-la/-na (suffixe du perfectif intransitif)
-ra/-la/-na (suffixe de l’optatif)
lá-/ná- (préfixe verbal à valeur causative)
rɔ́-/nɔ́- (préfixe verbal)
lá/ná (postposition locative à valeur générale)

39En contact avec la consonne nasale du suffixe ou préfixe suivant, la lettre -n à la fin de la syllabe ne doit pas être omise. Par exemple :

Écriture correcte

Écriture incorrecte

Traduction

dénmisɛnnin

*démisɛnin

‘petit enfant’

bàgɛnna

*bàgɛna

‘chevrier’

À síranna.

*À sírana

‘Il a eu peur’.

40Les suffixes -ntan, -nci comportent un élément nasal qui ne doit pas être omis même si la racine du mot se termine par un élément nasal aussi. Dans ce dernier cas, une double nasale s’écrit : sènntan ‘qui n’a pas de jambes’ ; kùnntan ‘sans tête ; inutile’ ; nkàlonnci menteur invétéré’, plutôt que *sèntan, *kùntan, *nkàlonci. Sinon, on confondrait (surtout en écriture non-tonalisée) sen-ntan ‘qui n’a pas de jambes’ et se-ntan ‘personne sans pouvoir’ ; kun-ntan ‘sans tête’ et ku-ntan ‘qui n’a pas de queue’, etc.

41La double nasale s’écrit également dans des mots comme bìnńkànni ‘agression, viol’ (plutôt que *binkanni). Cependant, on évitera d’écrire trois n de suite. Dans des rares cas où une telle écriture s’imposerait, on la raccourcira à deux nn, ex. : jɔ̀nna mépris’ au lieu de jɔ̀nńná.

3. Les tons

  • 8 Il s’agit ici des publications en caractères latins. Toutes les publications en N’ko sont, bien évi (...)
  • 9 En particulier, on peut mentionner l’article (Hoover 2012) dont l’auteur propose d’utiliser l’apost (...)

42La notation tonale des langues mandingues reste depuis longtemps un sujet de discussion parmi les linguistes ; voir en particulier (Diarra 1984 ; Balenghien 1987-1988 ; A. Keita 2001). Il s’avère qu’en réalité, les publications dont les destinataires sont les locuteurs natifs du mandingue ne sont pratiquement jamais tonalisés8, et dans les publications par les linguistes, on trouve une pléthore de systèmes de notation tonale. On a parfois l’impression que certains auteurs font exprès de ne pas suivre les conventions déjà établies, mais cherchent à se démarquer des prédecesseurs par des propositions extravagantes9.

  • 10 D’après un calcul de Kirill Maslinsky (communication personnelle), dans le dictionnaire électroniqu (...)

43L’expérience des décennies écoulées nous dit que, d’un part, l’écriture bambara sans notation tonale est suffisamment compréhensible pour les locuteurs natifs : malgré un nombre très important des paires minimales qui ne se distinguent que par le ton10, le contexte permet, le plus souvent, de désambiguïser les paires minimales tonales, et le phénomène de compacité tonale peut être transmis (là où il distingue les sens) par l’écriture collée des éléments (cf. (Balenghien 1987-1988, 15); cf. cependant l’argumentation, assez convaincante, pour la notation systématique des tons en dioula de Burkina Faso dans (A. Keita 2001)).

  • 11 L’expéricence du N’ko nous prouve que la notation tonale peut être tout à fait praticable pour le g (...)

44D’autre part, dans la situation actuelle et vu l’état de l’infrastructure de l’enseignement du bamanankan au Mali, il semble irréaliste d’imposer, d’une façon efficace, la notation tonale au grand public11.

45Cependant, on a besoin d’un système standard et assez simple de marquage des tons qui tiendrait compte de l’état des connaissances du système tonal du bamanankan, permettant de désigner toutes les oppositions tonales pertinents. Cette notation serait utilisée dans les dictionnaires, les grammaires, les manuels de langue, les publications académiques de textes. Nous proposons d’accepter le système déjà utilisé dans le Corpus Bambara de Référence (Vydrin, Maslinsky et al. 2012-2014).

46Les deux variantes de l’écriture pour le bamanankan peuvent donc coexister, sans notation tonale (plus précisement, à notation tonale minimale) et tonalisée. Dans la pratique langagière, une pareille coexistence n’est pas du tout exceptionnelle. En arabe littéraire, les signes diacritiques pour les voyelles brèves sont enseignés à l’école et connus de tout le monde, mais ils ne sont utilisés que dans les dictionnaires, les manuels de langue et dans le Coran (ailleurs, on n’y recourt que dans les rares cas où la désambiguïsation s’avère vraiment nécessaire). En russe, l’accent d’intensité est marqué dans les dictionnaires, manuels et quelques publications linguistiques, mais on l’enseigne à l’école, et chaque personne léttrée sait l’utiliser.

3.1. La notation tonale minimale

47Les tons ne sont pas notés, sauf ceux de deux pronoms personnels non-emphatiques qui ne se distinguent que par le ton : à 3SG et 2PL. Il est recommandé de noter systématiquement le ton haut du pronom 2PL . Alternativement, on peut désigner le pronom 2PL comme a’ (« a » suivi d’un apostrophe, convention déjà existante dans l’orthographe bambara).

3.2. Principes de la notation tonale complète

48Dans les textes tonalisés (des manuels scolaires, des publications linguistiques), il est recommandé de suivre les règles suivantes.

  • 12 Dans le système UNICODE, il s’agit des signes suivantes :
    - ton-bas : U+0300 ("COMBINING GRAVE ACCEN (...)

491) Les diacritiques tonals utilisés sont l’accent aigu, á, pour le ton haut ; l’accent grave, à, pour le ton bas ; le circonflexe, â, pour le ton descendant ; haček, ǎ, pour le ton ascendant12.

50Le haček est d’emploi très rare, seulement dans les mots de quelques classes tonales minoritaires, pour le ton ascendant précédant le ton haut : fàbúrěmá ‘petite patate douce’, kànkálǐbá ‘quinquéliba’. Le haček n’est pas utilisé pour le ton ascendant précédant un ton bas (à l’intérieur d’un seul mot) : dans ce cas, on utilise l’accent grave, selon le principe : « le ton bas suivi d’un autre ton bas se réalise comme un ton ascendant ». Ex. : kòrokòrokùnba [kòrókòrókùmbá] ‘mélange de boissons alcoolisées’, kɔ̀shɛ̀nin [kɔ̌ʃɛ̀nín] ‘poule d’eau’.

51L’accent circonflexe marque le ton haut suivi d’un ton flottant bas lorsque celui-ci fait partie du contour tonal du mot. Il est utilisé dans les mots suivants : jɔ̂n ‘qui ?’, bî ‘dizaine’ (dans les nombres composés), yɛ̀rɛ̂ ‘même’, ‘pronom emphatique 1SG’, ‘pronom emphatique 2SG’, àlê ‘pronom emphatique 3SG’, ô connecteur de la construction distributive, mînkɛ́ ~ mînkɛ́nin ‘lorsque’.

522) Pour les deux classes tonales majeures (Haut et Ascendant), les tons sont marqués sur les premières voyelles seulement, quelle que soit la longueur du mot :

‘chèvre, bá ‘mère’ ;
bàla ‘porc-épique’, bla ‘balafon’.

533) Pour les verbes à préfixes, le ton est indiqué sur le préfixe et sur la première syllabe de la base verbale si cette base est à ton bas :

ládòn ‘faire entrer’, màmìnɛ ‘réserver’, lábɛ̀n ‘préparer, réparer’.
Si la base verbale est à ton haut, le ton n’est indiqué que sur le préfixe :

lábiri ‘abaisser’, màdeli ‘prier, supplier’.

54Pour les verbes composés (les types « base nominale + base verbale » et [N+Pref.]+V), le même principe est appliqué : le ton est noté sur la première syllabe de la composante nominale et sur la première syllabe de la base verbale, si celle-ci porte un ton bas :

kɔ́nɔnagàn ‘angoisser’, kùnkɔrɔtà ‘honorer’, kùnnagòsi ‘humilier’.

55Le même principe est appliqué à la notation tonale sur les postpositions composées (cf. 5.4).

  • 13 Cette proposition est discutable. La question se pose: est-ce que cette stipulation ne créerait plu (...)

564) On peut ne pas marquer les tons sur les postpositions simples, sur le focalisateur dè et sur les marques prédicatives monosyllabiques (car leurs tons dépendent des tons voisins, et on aurait dans tous les cas de nombreuses fautes de notation), sauf la marque de l’infinitif 13.

575) L’article tonal. L’article tonal défini se manifeste en bamanankan comme un ton flottant bas à la fin du mot. Il est recommandé, suivant la pratique établie dans les langues manding, de le désigner par l’apostrophe suivant le mot :

mùso’ kùn’ ‘la tête de la femme’ vs. mùsokun’ ‘une femme dynamique’.
Músà ye mángoroden’ gèren’ dún. ‘Moussa a mangé la mangue alors qu’elle était encore non-mûre’ vs. Músà ye mángoroden geren’ dún. ‘Moussa a mangé la mangue non-mûre’.
Mùso tɛ́ yàn. ‘Il n’y a pas de femme ici’. — Mùso’ tɛ́ yàn. ‘La femme n’est pas ici’.

58Dans certains contextes (comme celui de muso kun’ vs. musokun’), la coupure de mots suffit pour distinguer entre les sens. Dans d’autres (comme celui de mangoroden’ geren’ vs. mangoroden geren’ et muso tɛ yan vs. muso’ tɛ yan), seule l’apostrophe permet de distinguer entre les sens grammaticaux différents.

596) Dans les constructions attributives tonalement compactes, le ton est marqué sur le nom, mais pas sur l’adjectif (car celui-ci perd son ton lexical) :

jùru jan’ ‘la corde longue’, dùgu kura’ ‘le nouveau village’.

607) La marque du pluriel en bamanankan, bien que désignée conventionnellement par ‑w, est représentée par une voyelle, /u/, dont le ton est le plus souvent bas. En fait, son ton bas est hérité de l’article tonal (représenté par un ton flottant bas) qui précède la marque du pluriel dans la quasi-totalité des cas. Cependant, on trouve des contextes (bien que très rares) où l’article tonal devant la marque du pluriel est absent. Il serait trop lourd de marquer l’article tonal devant le -w (mùso’w, dén’w...) dans les 99,99% des occurrences du pluriel. Nous proposons donc de marquer plutôt son absence par un accent aigu sur la marque du pluriel (mùsoẃ, dénẃ ). Cf. deux exemples phrastiques où ce contraste se manifeste.

Sàbaraw bɛ́ yèn, òlú mán ɲìn. ‘Les chaussures qui sont ici, ils ne sont pas bien’.
Sàbaraẃ bɛ́ yèn, mínnù mán ɲìn. ‘Il y a des chaussures ici (parmi toutes les chaussures) qui ne sont pas bien’.

4. L’élision (ou, plutôt, l’assimilation)

  • 14 Pour une analyse détaillée du phénomène de l’assimilation vocalique, voir (Diallo 2003 ; 2004).

61Lorsqu’un mot commence par une voyelle (il s’agit surtout des pronoms personnels), cette voyelle peut assimiler la voyelle finale du mot précédent14 :

Ń yé à mɛ́n [ɲ́ yáà mɛ̰́] ‘Je l’ai entendu’, ‘Je l’ai compris’.
Ń bɛ́ à fɛ̀ [ḿ báà fɛ̀] Je le veux’.
Á dí à mà [à dáà mà] ‘Donne-le lui’.
Ní à mán dí à yé... [náà má̰ dáà yé] ‘Si cela ne lui plaît pas…’

62Cette assimilation est facultative, mais dans la pratique langagière orale, on l’applique pratiquement toujours (même si la forme non-assimilée peut toujours être restituée par chaque locuteur natif du bamanankan).

63Cette assimilation (« élision ») est marquée par une apostrophe. Il est recommandé de ne l’appliquer qu’aux marques prédicatives (les auxiliaires), aux copules et aux conjonctions. On ne l’applique pas aux verbes :

Ń y’à mɛ́n. ‘Je l’ai entendu’.
Ń b’à fɛ̀. ‘Je le veux’.
N’à mán dí à yé... ‘Si cela ne lui plaît pas…’
í n’í dén’ ‘toi et ton enfant’,

mais :

À dí à mà. ‘Donne-le à lui’ (et non pas *À d’à mà).
Án bɔ́ra à lá. ‘Nous sommes sortis de cela’ (et non pas *Án bɔ́r’à lá).

5. La segmentation

64Les suffixes et les préfixes sont écrits collés, les mots auxiliaires sont écrits séparés.

5.1. Suffixes et des préfixes en bamanankan.

Tableau 4. Les suffixes flexionnels verbaux

Affixe

Sens

Allomorphie, commentaires

Exemples

-la/-na

suffixe verbal du progressif non-visuel (va de pair avec les marques prédicatives bɛ́ (affirmatif), tɛ́ (négatif)

-na après une voyelle nasale ; ‑la après une voyelle orale ; se combine avec les verbes et avec le participe progressif-prospectif en -tɔ

Cf. 5.11.

ra/la/na

suffixe du perfectif intransitif

-na après une syllabe comportant un élément nasal ;

-la après une syllabe orale à consonnes r ou l ;

-ra dans tous les autres cas

Músà nàna. ‘Moussa est venu’.

Músà bòlila. ‘Moussa a couru’.

Músà táara. ‘Moussa est parti’.

ra/la/na

suffixe de l’optatif (va de pair avec la marque prédicative mà ; seul Ála ‘Dieu’ peut être le sujet de la phrase)

-na après une syllabe comportant un élément nasal ;

-ra, et plus rarement -la dans tous les autres cas (mais parfois même après une syllabe nasale)

Ála mà à hínɛla. ‘Que Dieu aie pitié de lui’.

Ála mà sì ján’ díra à mà. ‘Que Dieu lui donne une longue vie’.

Tableau 5. Suffixes flexionnels nominaux

Affixe

Sens

Allomorphie, commentaires

Exemples

-w

marque du pluriel

/ṵ̀/ après une voyelle nasale, /ù/ ailleurs

mɔ̀gɔw, dénw

lú/ ‑nú

marque non-productive du pluriel (se combine avec les pronoms/déterminatifs nìn, ò, mín)

-n après une voyelle nasale, -l ailleurs

òlú, mínnu

-`

article défini

ton bas flottant suivant le mot

Tableau 6. Les préfixes verbaux

Affixes

Sens

Exemples

lá-/ná-

préfixe causatif

láda ‘faire coucher’, Bá’ ye à dén’ náda. ‘La mère a fait coucher son enfant’.

mà- ~ màn-

préfixe à valeur obscure (étymologiquement, valeur superessive)

màbɛ̀n ‘arranger’, màdège ‘imiter’

sɔ̀-

suffixe non-productif, se combine avec quelques verbes de mouvement ; apparemment, se dérive du mot sɔ̀n ‘coeur’

sɔ̀bɔ ‘éloigner’, sɔ̀dòn ‘approcher’

Tableau 7. Les suffixes et suffixoïdes dérivationnels

Affixe

Classes de lexème originel

Classe de lexème dérivé

Sens

Exemples

-ba

nom, adjectif, participe

ne change pas

augmentatif

sóba ‘grande maison’

-baga /‑baa

verbe

nom, (adjectif)

nom d’agent occasionnel

bòlibaga ‘fugitif’, kódɔnbaga ‘celui qui sait’

-bali

verbe

participe

participe négatif

sùnɔgɔbali ‘qui n’a pas dormi’

-ka

nom

nom

suffixe du nom d’habitant ou originaire d’une localité

Séguka ‘habitant de Ségou’

-la / ‑na

verbe

nom

nom d’agent permanent

jàgokɛla ‘marchand’, bàgɛnna ‘chevrier’

-la / ‑na

nom

nom

nom de lieu

Fàrafinna ‘Af­rique’, Tùrela ‘habitat de Touré’

-la / ‑na

num

nom

nom de prix (« quantité de mar­chandise pour la valeur de X »)

dúurula ‘la quantité pour 25 fr.’

-la- / ‑na‑ / -lan- / nan-

adjectif

connecteur des composantes des adjectifs composés; les variantes avec les voyelles nasale et orale sont distribuées lexicalement; _la-, -lan- suivant une voyelle orale, -na-, -nan- suivant une voyelle orale

sènnateli ‘rapide’, kùnnandi ‘chanceux’, tɛ́gɛlamisɛn ‘chapardeur, voleur’

-la /-na

verbe, nom, postposition

nom

nom d’activité mentale ou de son résultat

míirila, míirina ‘idée, opinion’

-lata/ ‑nata

verbe, nom, postposition

nom

nom d’activité mentale ou de son résultat

hákilinata, hákililata ‘idée, opinion’

‑lama/

‑nama

nom

adjectif

adjectif dénominatif à valeur « en guise de », « en qualité de », « fait de », « en tant que... »

nɛ̀rɛmugulama ‘jaune’, dònsolama ‘en tant que chasseur’

‑lan/ ‑nan/ ‑ran

verbe

nom

nom d’instrument

jíidilan ‘ce qui favorise la croissance’, gònitalán ‘thermomètre’

-len/-nen

verbe

participe

participe à valeur résultative

jɔ̀len ‘debout’, tìgɛlen ‘coupé’

-li/-ni

verbe

nom

nom verbal (nom d’action)

bɔ́li ‘le fait de sortir’, bùgɔli ‘coups’

-ma

nom

adjectif, (nom)

adjectif dénominatif à valeur comitative/ornative

kɔ̀gɔma ‘salé’, kúma ‘pourvu d’une queue’

-ma

nom

nom

suffixe nominal réciproque

sìnamusoma co-épouse’, bádenma ‘frère, sœur’

-man

verbe qualitatif

adjectif

adjectiviseur des verbes qualitatifs

sùrunman ‘court, proche’, bìlenman ‘rouge’

-ma

verbe

verbe

suffixe non-productif qui se combine surtout avec les verbes d’action orientée, souvent sans modifier le sens originel

bùgubuguma ‘lancer en tournoyant’

-ma- / -man-

adjectif

connecteur des composantes des adjectifs composés; les variantes avec les voyelles nasale et orale sont distribuées lexicalement

kùnmadɔgɔ ‘chétif’, bólomanjugu ‘désordonné’

-nan

numératif

adjectif

suffixe des numéraux ordinaux

náaninan ‘quatrième’

-nin

nom, adjectif, participe

ne change pas

diminutif

sónin ‘petite maison’

-ntan

nom

adjectif, (nom)

adjectif dénominal privatif

bólontan ‘manchot’, súkarontan ‘n’ayant pas de sucre’

-nci

nom, adjectif, verbe

nom

nom d’agent excessif

jànfanci ‘traître’, jánburunci ‘vagabond’

‑ɲɔgɔn

verbe, nom

nom

suffixoïde à valeur de « nom de partenaire »

sìgiɲɔgɔn ‘voisin’, jɛ́gɛmɔnɲɔgɔn ‘camarade en pêche’

-ta

verbe

participe

participe potentiel

jí mìnta ‘eau potable’, sògo fèereta ‘viande à vendre’

-tɔ

verbe

participe

participe progressif et prospectif (la valeur progressive avec les verbes atéliques, la valeur prospective avec les verbes téliques)

kɔ́sègintɔ ‘en revenant’, sèntɔ en train d’être creusé’

-tɔ

nom

nom, adjectif

nom du sujet d’état (le plus souvent, non favorable)

sàcintɔ ‘mordu par un serpent’, fàtɔ ‘fou’

-ya

verbe qualitatif

nom, verbe

verbes dynamiques et noms de qualités dérivés des verbes qualitatifs

júguya ‘devenir mauvais’, ‘méchanceté’

-ya

nom, adjectif, (verbe)

nom, (verbe)

nom de statut ou d’état (dérivé de noms de personnes ou de certains animaux), du nom de qualité (dérivé des adjectifs) ; rarement, de verbes à valeur inchoative

màsaya ‘royauté’, dénmisɛnya ‘enfance’, cɛ̀kɔrɔbaya ‘devenir vieux’

5.2. Mots auxiliaires

Tableau 8. Copules

Forme

Sens

Exemples

bɛ́

copule d’un énoncé non-verbal locatif affirmatif

Músà bɛ́ só’ kɔ́nɔ. ‘Moussa est à la maison’

dòn

copule de l’énoncé non-verbal présentatif affirmatif

Mùso’ dòn. ‘C’est une femme’.

kó

copule de parole

Jùla’ kó à ka yɛ̀lɛ fàli’ kàn. Le marchand lui a dit de monter l’âne’.

tɛ́

copule d’un énoncé non-verbal locatif, équatif ou présentatif affirmatif

Músà tɛ́ só’ kɔ́nɔ. ‘Moussa n’est pas à la maison’.

Mùso’ tɛ́. ‘Ce n’est pas une femme’.

Músà tɛ́ sɛ̀nɛkɛla’ yé. ‘Moussa n’est pas un agriculteur’.

yé

copule d’un énoncé équatif non-verbal affirmatif

Músà yé sɛ̀nɛkɛla’ yé. ‘Moussa est un agriculteur’.

Tableau 9. Marques prédicatives

  • 15 La valeur inférentielle appartient au champ sémantique de l’évidentiel (la spécification de la mode (...)

Forme

Sens

Variantes dialectales

Exemples

bɛ́

marque affirmative de l’imperfectif

bí, bé

Bámanankan’ fɔ́ Màli’ la. ‘Le bamanankan est parlé au Mali’.

Nìn báara` bán síni. ‘Ce travail finira demain’.

bɛ́ kà

marque affirmative du progressif

À kɛ́ra ò ɲɛ́na kó mùsobɛ́ kà báganw yɔ́rɔ’ jìra à la. ‘Il lui a paru que la femme lui montrait (était en train de lui montrer) l’endroit où se trouvaient les bêtes’.

bɛ́ka

marque affirmative du parfait inférentif15 (peu utilisé en bamanankan standard)

bɛ́ga ~ bága ~ búga

̀’ dɔ́ bɛ́kà kɔ̀lɔn’ sèn à ká fòroda’ lá sògow ɲɛ́. Náafigikɛ’ ìn táara bìn kɔ̀lɔn’ ìn kɔnɔ. ‘Il s’est avéré qu’un homme a creusé un puits à côté de son champ pour (piéger) les animaux. Le délateur est tombé dans ce puits’.

bɛ́nà

marque affirmative du futur

bínà, bénà

À bɛ́nà kìbaruw lákàli án ye. ‘Il va nous raconter les nouvelles’.

bìlen

marque négative du conditionnel (dialectal, archaïque, rare)

bìle, bèlen

Ɲɛ́’ bìlen ma kɔ̀gɔmana’ dɔ́n, ǹká túlu’ bɛ́ mín’ ná à b’ò dɔ́n dɛ́rɛ! Si l’oeil ne peut pas reconnaître si la sauce est salée ou non, il saura s’il y a de l’huile !

kà

marque d’infinitif

Músà sɔ̀nna kà nà. ‘Moussa a accepté de venir’

ká

marque du subjonctif

ka sògo ìn tóbi, í k’à dún. Qu’il prépare cette viande, et que tu la manges’.

ká

marque affirmative de l’énoncé qualitatif

Síra’ ka jàn. ‘La route est longue’.

kàná

marque du subjonctif négatif

kàna ɲìnɛ fàso’ kɔ́. N’oublie pas la patrie’.

mà

marque prédicative dans l’énoncé optative exprimant une bénédiction

Ála mà à hínɛla. ‘Que Dieu aie pitié de lui’.

Ála mà sì ján’ díra à mà. ‘Que Dieu lui donne une longue vie’.

má

marque négative du perfectif

Tìle’ ma bɔ́ fɔ́lɔ. ‘Le soleil n’est pas encore sorti’.

mán

marque négative de l’énoncé qualitatif

Síra’ man jàn. ‘La route n’est pas longue’.

mána

marque du conditionnel affirmatif

máa (dialectes du nord)

Dùgu’ mána jɛ́, í na táa à lájɛ. ‘Quand il fera jour, tu iras l’examiner’.

nà ~ ná

marque du futur certain

Ní ń ye í sɔ̀rɔ, ń na í bùgɔ! ‘Si je t’attrape, je te frapperai !’

tɛ́

marque de l’imperfectif négatif

tí, té

Dɔ́gɔ fèere yàn. ‘Le bois à brûler ne se vend pas ici’.

tɛ́ kà

marque du progressif négatif

À jóginnen dòn, ǹka à tɛ́ kà bòli kósɛbɛ. Il est blessé, et il ne court pas vite’.

tɛ́ka

marque négative du parfait inférentif (peu utilisé en bamanan­kan standard)

tɛ́ga

Músà tɛ́ka jɛ́gɛ mìnɛ. ‘Apparemment, Moussa n’a pas attrapé de poisson’.

tɛ́nà

marque du futur négatif

ténà, tínà

Fíɲɛ’ tɛ́nà tíɲɛli kɛ́. ‘Le vent ne fera pas de dégâts’.

yé

marque du perfectif affirmatif transitif

ye dɔ̀nkili ìn dá kà yɛ̀lɛma kà kɛ́ wárabìlen’ ye. ‘Ils ont chanté cette chanson et se sont métamorphosés en singes’

yé

marque de l’impératif 2PL

Á ye bɔ́ ń ká só! ‘Quittez ma maison!’

5.3. Les postpositions

65Les postpositions doivent être écrites séparées des groupes nominaux (des noms, des adjectifs, des pronoms…) qui les précèdent.

66Les postpositions simples (dont les tons peuvent ne pas être marqués dans les textes, surtout s’agissant aux postpositions monosyllabiques) :

67bára ‘chez’, bólo (valeur de possession et de contrôle), cɛ́ ‘entre’, fɛ̀ ‘vers’ kàn ‘sur’, kɔ́ ‘derrière, après’, kɔ́rɔ ‘sous’, kɔ́nɔ ‘à l’intérieur de’, kùn ‘sur la tête de, en possession de’, lá/ná (valeur locative générale), mà (valeur adressative), ɲɛ́ ‘devant’, yé (valeurs équative, adressative, de transformation etc.), yɔ́rɔ ‘chez’.

5.4. Les postpositions composées

68Les postpositions composées doivent être écrites en un seul mot, séparées des noms ou des pronoms qui les précèdent. On trouve en bamanankan les postpositions composées suivantes :

  • 16 La postposition ɲɛ́mà ‘devant’ se distingue de l’expression figée à ɲɛ́’ mà ‘comme il faut’ où l (...)

69bólokɔrɔ ‘sous la main de’, cɛ́la ‘au milieu de’, cɛ́fɛ̀ ‘au milieu de’, cɛ́mà‘au milieu de’, dáfɛ̀ ‘près de’, dála ‘à côté de’, jùlá ‘au fond de’, fànfɛ̀ ‘vers’, jùkɔ́rɔ ‘sous’, kámà ‘pour’, kánna ‘sur’, kɛ̀rɛfɛ̀ ‘à côté de’, kɔ́fɛ̀ ‘derrière’, kósɔ̀n ‘à cause de’, kɔ́kàn ‘à l’extérieur de’, kùnná ‘sur’, nɔ̀fɛ̀ ‘derrière’, nɔ̀ná ‘à la place de’, ɲɛ́fɛ̀ ‘devant’, ɲɛ́na ‘devant’, ɲɛ́mà ‘devant’16,, ɲɛ́kɔrɔ ‘à la veille de’, sánfɛ̀ ‘par-dessus’, sènfɛ̀ ‘au cours de’, sènkɔ́rɔ ‘parmi, au milieu de’.

70Les postpositions composées ne sont pas tonalement compactes (les deux parties maintiennent leurs tons originaux), mais leur unité peut être prouvée par leur inséparabilité. Par exemple, si on prend une phrase comme Dɔ́w b’òlú cɛ́mà, òlú kàlannen dòn bálikukalan’ na. Certains parmi eux sont alphabétisés’, on ne peut pas mettre la particule focalisatrice entre cɛ́ et mà (*Dɔ́w b’òlú cɛ́ dè mà...).

71Remarque : Les séquences suivantes qu’on prend parfois pour des postpositions composées ne le sont pas et doivent être écrites séparées : dùgu’ mà ‘par terre’, kàla’ mà ‘au courant de’, bá’ kɔ́ derrière le fleuve, sur l’autre rive de fleuve’.

5.5. La marque possessive ká

72La marque possessive ká s’écrit séparée des noms ou pronoms :

à ká nɛ̀gɛso’ ‘son vélo’, màsakɛ’ ká sàbara’ ‘les chaussures du roi’, ù ká só’ ‘leur maison’.

5.6. Les constructions nominales

73Les constructions nominales déterminatives Nom + Nom, qui sont tonalement compactes (possédant un seul contour tonal), s’écrivent collées quel que soit le degré de figement :

mìsisen ‘patte de boeuf’, màloko ‘affaire de riz’.

74Par contre, les constructions génitives (inaliénables) Nom + Nom, tonalement non-compactes, s’écrivent séparées :

jɛ̀kulu’ ɲɛ́maa’ ‘dirigeant de l’association’, mùsomannin’ sì’ ‘l’âge de la jeune fille’.

5.7. Constructions attributives

75Constructions attributives Nom + Adjectif ou Nom + Participe s’écrivent séparément, même celles qui sont tonalement compactes :

sò bilen’ ‘cheval rouge’, wùlu juguman’ ‘le chien méchant (parmi tous les chiens)’, síra kura’ ‘nouvelle route’ (Nom + Adjectif, tonalement compactes). Seules les formes lexicalisées sont écrites collées, ex. : ɲɛ́jugu ‘parasite’, dájɛ ‘antilope koba’, bàgifin ‘acacia spirale’, báncinin ‘soeur cadette de la mère’, etc. ;

kúma kɔ́rɔntan’ ‘parole n’ayant pas de sens’, ɲɔ̀ bùgurima’ ‘mil poussiéreux’, dúnan sènnateli ‘étranger pressé’ (Nom + Adjectif, tonalement non-compactes) ;

mùso sìgilen’ ‘une femme assise’, dɔ́gɔ fèereta’ ‘le bois pour la vente’, dén sùnɔgɔbali’ ‘l’enfant qui n’a pas dormi’ (Nom + Participe, tonalement non-compactes).

5.8. Les numéraux

76Les numéraux (cardinaux comme ordinaires) s’écrivent séparément des noms :

mɔ̀gɔ fìla ‘deux personnes’, dón kɔ̀nɔntɔnnan ‘neuvième jour’.

77De même pour le pronom-numéral jòli :

Mùso jòli? ‘Combien de femmes ?’

  • 17 Dans le Corpus Bambara de Référence, les formes séparées apparaissent 10 à 15 fois plus souvent que (...)

78Les numéraux de deuxième ordre formés avec s’écrivent séparés (suivant la pratique courante17) :

bî dúuru 50, bî kɔ̀nɔntɔn 90.

5.9. Les formes redoublées

79Les formes redoublées non-motivées (le plus souvent tonalement compactes et n’ayant pas de formes correspondantes non-redoublées dont elles seraient dérivées) s’écrivent collées, quelle que soit leur appartenance lexicale :

kúlukulu ‘poulailler’, cógocogo ‘remuer dans l’eau’, sɔ̀gɔsɔgɔ ‘tousser, la toux’, kàlakala ‘brindilles’, ɲàmaɲama ‘bricoles’.

80Les formes verbales redoublées motivées (tonalement non-compactes, ayant des formes correspondantes non-redoublées) s’écrivent avec des traits d’union :

bòli-bòli ‘courir dans tous les sens’, tà-tà ‘prendre à plusieurs reprises’, pán-pán ‘sautiller’.

81L’écriture avec un trait d’union est observée même là où le verbe redoublé est doté d’un suffixe flexionnel :

bòli-bòlila kà ò sògo tóbilenw dí mɔ̀gɔ bɛ́ɛ ma. Ils ont couru par ci par là et ont donné de cette viande cuite à tout le monde’.
Ù ní ɲɔ́gɔncɛsiraw bɛ́ɛ tìgɛ-tìgɛra péwu. Les routes entre eux ont été toutes coupées (une par une)’.

82Les numéraux redoublés (à valeur distributive) s’écrivent avec un trait d’union :

kélen-kélen ‘par un’, fìla-fìla ‘par deux’, wɔ́ɔrɔ-wɔ́ɔrɔ ‘par six’.

83Les constructions distributives à connecteur ô s’écrivent séparément :

dùgu ô dùgu ‘n’importe quel village’, sògo ô sògo ‘quelle que soit la viande’.

5.10. Les adverbes pré-verbaux

84Suivant la pratique établie, les adverbes pré-verbaux s’écrivent séparément des verbes. Dans les textes tonalisés, les verbes (tonalement compacts avec les adverbes précédents) ne portent pas de marques tonales :

Ù yé à sɛ̀bɛkɔrɔ bugɔ. ‘Ils l’ont sérieusement battu’.

Dònso’ yé cɛ̀ncɛn’ nɛ̀mɛnɛmɛ wuguba. ‘Le chasseur a doucement creusé le sable’.

85Les noms et les numéraux distributifs convertis en adverbes pré-verbaux sont connectés aux verbes avec un trait d’union :

Ù yé ù ká jàmanaw fílenkolon-ci k’ù dàgakolon-ci. ‘Ils ont écrasé leurs pays comme de vieilles calebasses et de vieux canaris’.
K
àramɔgɔ` yé kàlandenw fìla-fìla-weele. ‘L’enseignant a appelé les élèves par deux’.

86Remarque : Une écriture séparée des noms et des nombres convertis en adverbes pré-verbaux pourrait parfois amener à confusion : ainsi, une phrase Musa y’a fali bugɔ pourrait être interprétée comme ‘Moussa a frappé l’âne en question’ (au lieu de ‘Moussa l’a frappé comme un âne’). Une écriture collée n’est pas souhaitable non plus, car les séquences « nom adverbialisé + verbe » souvent ne sont pas du tout des unités lexicalisées (ex. : Í kàna ń shɛ̀-minɛ. Ne me traite pas comme un poulet’). En fait, il serait logique d’écrire avec un trait d’union aussi les séquences « adverbe préverbal (comme sɛ̀bɛkɔrɔ, nɛ́mɛnɛmɛ) + verbe », car leur nature est identique à celle des noms dans les séquences comme li-bugɔ ou dàgakolon-ci. Cependant, une écriture séparée des adverbes pré-verbaux, résultante d’une longue discussion, peut être considérée comme établie.

5.11. Deux constructions verbales qui ne se distinguent que par le ton

87Il faut distinguer deux constructions dont la seule différence consiste en la tonalité. Selon les règles d’orthographe proposées ici, cette différence est exprimée par l’écriture collée/séparée et la présence/absence de l’article tonal (l’apostrophe).

  • le progressif non-visuel : le verbe a un suffixe -la/-na (qui est tonalement compact avec le verbe et donc est écrit collé) :

Sò’ bɛ bòlila. Le cheval court’ (hors de la vue).
Músà bɛ dùlɔki` dònna. ‘Moussa est en train de mettre la chemise’ (hors de la vue du locuteur).

88Mùso’ bɛ jí’ bɔ́la kɔ̀lɔn’ kɔ́nɔ. ‘La femme est allée puiser de l’eau au puits’ (le locuteur ne voit pas la femme ; tout le processus est sous-entendu : la route vers le puits, l’attente à la queue…).

  • le progressif général : le verbe apparaît sous sa forme nominalisée, avec l’article tonal, suivi d’une postposition lá/ná (qui n’est pas tonalement compacte avec le nom verbal précédent) :

Sò’ bɛ bòli’ la. Le cheval est en train de courir’.
Músà bɛ dùlɔki’ dòn’ na. ‘Moussa est en train de mettre la chemise’ (et le locuteur l’observe ou pas ; il s’agit de la chemise bien précise).
Mùso’ bɛ jí’ bɔ́’ la kɔ̀lɔn’ kɔ́nɔ. ‘La femme est en train de puiser l’eau au puits’ (le locuteur observe cette action ou pas ; il s’agit de l’eau bien précise).

89Le verbe nominalisé peut former une construction tonalement compacte (et s’écrire en un seul mot) avec le nom exprimant le complément d’objet direct si ce nom est indéfini :

Músà bɛ dùlɔkidon’ na. ‘Moussa est en train de mettre une chemise’.
Mùso’ bɛ jíbɔ́’ la kɔ̀lɔn’ kɔ́nɔ. ‘La femme est en train de puiser de l’eau au puits’.

5.12. Les conglomérés

90Il s’agit des noms composés basés sur des constructions autres que celles admises dans les groupes nominaux. Ils gardent souvent les tons originaux de leurs composantes, mais parfois leurs tons sont uniformisés. Là où les tons originaux ne sont pas maintenus (et le congloméré porte un ton du type standard), on l’écrit collé : sìginfɛ ‘le fait de vivre ensemble’, sòlikawuli ‘le fait de se lever de bonne heure’.

91Là où les tons originaux sont maintenus, les composantes sont séparées par des traits d’union : sìgi-ń-bólo-mà ‘personne tranquille ; tranquillité’, sé-ń-yɛ̀rɛ̂-kɔ́rɔ ‘autosuffisance’, bàla-kà-wúli ‘ganga de Gambie (oiseau)’, ála-ká-mùru-jan ‘arc-en-ciel’, ntòri-ká-sìgilan ‘espèce de champignon’, dùgutigi-y’-án-wéle ‘chemise sans manche’.

92Parfois des variantes tonalement compactes et non-compactes des conglomérés ont des sens différents, comme sìginfɛ ‘le fait de vivre ensemble’ et sìgi-ń-fɛ̀ ‘étranger installé au village’. Dans de pareils cas, les deux écritures (avec ou sans traits d’unions) permettent de distinguer entre ces sens.

5.13. Quelques cas individuels

93Les séquences suivantes doivent être écrites collées (suivant les recommandations des experts, 2003) :

dámadɔ ‘quelques’, dɔ́wɛrɛ ‘un autre’, kàbíni ‘depuis’, kójugu ‘très’, kósɛbɛ [kósɛ́bɛ́, kósɛ̀bɛ̀, kósɔ̀bɛ] ‘très, beaucoup’, kóɲùman ‘bien, comme il faut’, kókura ‘de nouveau’, mînkɛ́, mínkɛ́ni ‘quand, lorsque’, mùnna [mùnnà] ‘pourquoi ?’, kàsɔrɔ ‘bien que, malgré’, kàbán ‘déjà’, yènnínnɔ̀ ou yènnɔ̀ là-bas’, íko ‘comme, comme si ; par exemple’.

  • 18 Comme dans l’exemple suivant : í ye à kàlan mùn ná ní jádɔya tɛ́? ‘Qu’est-ce que tu lui as e (...)

94Les courbes tonales de ces séquences sont souvent différentes des tons auxquels on s’attendrait (se basant sur les tons de leurs composantes), et dans certains cas l’écriture collée permet leur différenciation des séquences homonymiques non-lexicalisées : mùnna ‘pourquoi?’ vs. mùn ná ‘dans quoi?’18 ; kójugu ‘très’ vs. kó jugu ‘affaire grave, crime’, kàsɔrɔ ‘bien que, malgré’ (valeur de concession) vs. ka sɔ̀rɔ ‘puis’ (valeur consécutive), kàbán ‘déjà’ vs. kà bán ou k’à bán ‘finir’, cf.:

Ò wáatiw lá, mùso’ tùn bɛ́ sàn bî náani kɛ́ dénwolo’ lá kàsɔrɔ à má bàna mìnɛ. ‘A cette époque-là, une femme accouchait pendant quarante ans, sans tomber malade’.
Í bɛ́ fìnfin’ kɛ́ ò kɔ́nɔ, kà sɔ̀rɔ kà cɛ̀ncɛn’ dá ò kàn... ‘Mets du charbon là-dedans, puis rajoute du sable…’
À bìnaakɛ nìn, à yɛ̀rɛ̂ sàra kàbán. Son oncle maternel lui-même est déjà mort’.
Ò y’à sɔ̀rɔ mùso’ tílala à ká kó’ lá kà bán péwu. Il s’est avéré que la femme a fini son affaire complètement’.

95Par contre, les séquences suivantes, n’ayant pas perdu les courbes tonales de leurs composantes, s’écrivent séparées malgré le fait qu’il s’agit des expressions tout à fait figées et grammaticalisées :

k’a màsɔ̀rɔ [kàà mǎsɔ̀rɔ̀] ‘parce que’, í na à fɔ́ ~ í n’à fɔ́ ‘comme’, à dɔ́ lá ~ à dɔ́ rà ~ à dɔ́ rɔ̀ peut-être ; parfois’.

5.14. Noms propres

96Les noms propres (noms des personnes et des noms claniques ; noms des animaux ; noms des lieux ; noms des compagnies, des équipes, des groupes ethniques) sont écrits avec la première lettre en majuscule : Bàmakɔ, Áminàta, Kàmisoko, Àrajomali, Sínɛfɔ.

97Les mots dérivés ou composés dont la première composante est représentée par un nom propre sont écrits avec des majuscules: Sínɛfɔkan ‘la langue sénoufo’, Séguka ‘habitant/originaire de Ségou’, Kùlibalilaka membre de la famille / du clan Coulibaly’.

5.15. Mots d’emprunt

98Il y a des emprunts parfaitement intégrés dans le bamanankan : hɔ́rɔn ‘noble’, hásidi ‘égoïste’, zù ‘joug’, sɛ́rikili ‘cercle’. L’orthographe de ces mots suit les mêmes règles que pour les mots ordinaires.

99Il y a cependant une grande question concernant la transcription des noms propres en bamanankan, surtout ceux qui ne sont pas encore connus du grand public bambarophone (pas comme Pári, Fàransi, Dakaru). Logiquement, on peut envisager deux possibilités :

  • une adaptation de l’orthographe de ces mots au modèle bamanankan. C’est la piste qu’on suit le plus souvent, d’où les formes comme Bɛrinari ‘Bernard’, Zozefini ‘Josephine’, Yesu Kirisa ‘Jesus Christ’, Abuduli Kadɛri ‘Abdoul Kader’;

  • un maintien de l’orthographe de la langue d’origine (par défaut, du français). L’avantage de cette option est la plus facile identification des noms par les Maliens (il ne faut pas oublier le fait que le français reste la langue officielle et la langue dominante de l’éducation au Mali). Il peut être difficile de reconnaitre, par exemple, Gérard Dumestre dans la forme Zerar Dumɛs. Si on accepte ce principe, on écrira Beethoven (plutôt que *Betowɛn), de Gaulle (plutôt que Digoli), Hollande (plutôt que Olandi), Merkel (plutôt que Merikeli), etc. D’ailleurs, la pratique du maintien de l’orthographe d’origine (plutôt que l’imitation de la prononciation) pour les noms propres existe dans des nombreuses langues du monde, comme en français ou en allemand.

C’est aux linguistes et au public éduqué malien de prendre la décision.

5.16. Les sigles et acronymes

100Les sigles et acronymes s’écrivent pour le moment dans le respect de la structure canonique du bamanankan sans placer ni des points ni des tirets mais en mettant entre parenthèses la version en français, anglais... : UNƐSIKO ‘UNESCO’, INISƐFU ‘UNICEF’. Le souci ici est de représenter la prononciation de l’acronyme.

101Cependant, cette pratique est contestable. Par définition, un sigle est une abréviation de noms complexes par leurs lettres initiales ; cependant, dans la forme UNƐSIKO, I ou K ne se réfèrent à aucun mot dans le nom complet de l’organisme en question. L’utilisation des sigles étrangers semble être préférable ; son alternative pourraient être des sigles “bambarisés”, c.à.d. composés à partir des noms traduits en bamanankan, comme adw (pour àní dɔ́wɛrɛw ‘etc.’), HJD (Hadamaden josiraw dantigɛkan, pour DUDH, Déclaration Universelle des Droits de l’Homme).

Haut de page

Bibliographie

Bailleul Charles, Davydov Artem, Erman Anna et al., 2011–2014, Bamadaba : Dictionnaire électronique bambara-français, avec un index français-bambara.
http://cormand.huma-num.fr/bamadaba.html

Balenghien Étienne, 1987-1988, « À propos de l’alphabet du bambara au Mali », Mandenkan 14-15, pp. 13-26.

Diallo Mohamadou, 2001, « Le noyau du code orthographique du dioula au Burkina Faso », Mandenkan 37, pp. 9-31.

Diallo Mohamed Larabi, 2003, « L’assimilation en bamanankan », Mandenkan 38, pp. 15-45.

Diallo Mohamed Larabi, 2004, « L’assimilation vocalique régressive en bamanankan », Mandenkan 39, pp. 23-46.

Diarra Boubacar, 1984, « Où en est l’orthographe des tons du bambara à la DNAFLA ? » Mandenkan 7, pp. 75-83.

Galtier Gérard, 1980, Problèmes dialectologiques et phonographématiques des parlers mandingues, Paris, Universitée Paris VII (Thèse de Doctorat 3ème Cycle).

Hoover Joseph D., 2012, “Testing orthographies in the Nko and Roman scripts”, Mandenkan 48, pp. 39-58.

Keita Alou, 2001, « La non notation des tons en transcription orthographique du dioula du Burkina: quelques points de réflexion », Mandenkan 37, pp. 33-47.

Keita Boniface, Tera Kalilou, Diaby Moussa et al., 2003, L’orthographe harmonisée du mandenkan, CASAS Monograph Series 24. Cape Town, Centre for Advanced Studies of African Society.

Vydrin Valentin, Maslinsky K. et al., 2012-2014, Corpus Bambara de Référence.
http://cormand.huma-num.fr/index.html

Haut de page

Annexe

L’opposition entre gw- et g- en position initiale

a) Mots à un gw- à l’initiale, sur la base de (Dumestre 2011) et en accord avec (Bailleul 2007)

gwà famille, lignage cuisine, foyer, feu

gwá hangar ; échafaudage ; véranda, auvent, appentis, abri

gwáala huître, chaux obtenue par calcination des huîtres ; talc obtenu à partir du coquillage

gwáala disette, famine

gwàda servante, captive qui s’occupe des travaux domestiques

gwága panier à colas

gwága arbre (n.i.)

gwàla être sans acquéreur, être sans parti (pour une femme)

gwàlo porte-malheur, malheur

gwàlo marché quotidien d’un grand centre ; zone urbaine

gwàlomuso femme non-préférée, mal-aimée

gwálon détacher brusquement ; bondir ; insulter, frapper

gwàn association secrète traditionnelle

gwàn chaud ; être chaud ; fièvre, maladie

gwàn haut-fourneau

gwàn reste des tiges de mil

gwán sauter, dépasser

gwán coup donné avec le dos des doigts repliés

gwán Hibiscus esculentus, gombo

gwána raser, tondre

gwána mi-mûr

gwánagwana ni mûr, ni vert

gwánan célibataire ; incomplet ; simple

gwánan pièce de monnaie

gwàngwara, gwàngwaran palissade en tiges de mil

gwánntɔnna galago du Sénégal

gwánsan simple, sans importance, inutile, gratuit ; inutilement, pour rien

gwánsigilan ventouse

gwàra donner un coup avec le dos de la main

gwàragwara, gwàaragaara inerte ; civière

gwàragwàra Anas querquedula, sarcelle d’été ; Pterocles ssp., plusieurs var. de gangas

gwàran tige pour charger le fusil

gwaso Gnatonemus senegalensis elongatus (poisson)

gwàso fermer, boucher

gwàtan fusil traditionnel (à canon de petit diamètre)

gwè Landolphia heudelotii, liane à latex

gwégwà échasses (utilisées par les enfants)

gwégwà sorte de barboteuse, culotte-chemise des nouveaux circoncis

gwèke arbuste à épines recourbées utilisé contre les maux de dents et pour faire des cure-dents

gwéle Prosopis africana, faux ébénier

gwèlekàla Stephanoactus coronatus, aigle blanchard

gwèlekɛ homme stérile

gwèlu couper, trancher

gwèlu surface d’un champ

gwèlù hibou (différentes var.) ; Ottus scops, petit-duc africain

gwén ficher, planter ; marteau

gwènde serrer, bien serrer, être trop étroit (pour un vêtement)

gwènde aire de battage du grain ; planche de semis

gwénde rideau, rideau en roseau, store

gwéngwen en plein (pour une période : jour, nuit, midi...)

gwènin Pterocarpus erinaceus, ven, santal d’Afrique

gwénin rhizomes et jeunes pousses brûlés de Kyllinga, utilisés comme encens

gwére damer (le sol), tasser

gwére, gwéle corne, défense (d’éléphant) ; trompe (de musique)

gwérekete nu

gwéren boucher, combler, obstruer ; entraver ; plein, comble

gwérengweren (dans l’expression tìlema gwérengweren ‘la période la plus chaude’)

gwète amputé par la lèpre ; très petit de taille ; moignon

gwɛ̀ cales de bois qui supportent le caillebotis d’une pirogue

gwɛ̀dɛgɛdɛ durcir

gwɛ̀dɛgɛdɛ tonner (au loin)

gwɛ̀lɛ canon

gwɛ́lɛ, gwála plate-forme, estrade publique ; affût de chasse, plate-forme construit dans les champs, où l’on se poste pour chasser les prédateurs

gwɛ́lɛ défense (de certains animaux), dent protubérante ; canine

gwɛ̀lɛn fort, dur, solide ; difficile, désagréable, pénible ; puissant, important ; raidir

gwɛ̀lɛn tibia

gwɛ́n aiguiser au marteau, à la forge

gwɛ́n chasser, répudier ; garder (le bétail) ; pourchasser, poursuivre

gwɛ́ngwɛn faire paître, garder (les moutons, les chèvres)

gwɛ̀ngɛrɛ treillis en tiges de mil ou de paille, sorte de natte non flexible

gwɛ̀nsɛn plat de brisures (riz, mil...)

gwɛ́nyɛ longue traverse qui est utilisée pour le flanc de la pirogue, lors de la construction

gwɛ́nyɛ fouetter ; fouet, chicotte, coup de fouet

gwɛ̀rɛ, gwàra approcher ; recours

gwɛ̀rɛgwɛ̀rɛ sans mélange, pur ; d’une sorte unique

gwɛ́rɛgwɛrɛ catastrophe, malheur ; injustice, occasion qui provoque un malheur inattendu

gwɛ̀rɛn tarir, évaporer, se dessécher, rendre solide

gwɛ̀rɛntɛ serrer, presser, coincer ; ennuyer; angoisser ; difficultés, ennuis ; rideau à ourlet

gwɛ̀rɛntɛgɛ renverser violemment, culbuter ; gauler (des fruits)

gwɛ́sɛ brosse à dents, frotte-dents

gwɛ́sɛ non cuit avant d’être décortiqué (riz) ; riz pilé avant d’avoir été étuvé

gwɛ̀sɛngwɛsɛn rideau à ourlet

gwɛ̀tɛrɛ râblé, petit et fort

gwɛ́tɛ̀rɛ Smutsia gigantea, pangolin géant

gwɔ̀fɛ houe à lame recourbée pour faire des billons, pour sarcler

gwɔ̀gwana homme imberbe

gwɔ̀lɔn tordre, déformer, défoncer ; genu valgum

b) Mots à un g- à l’initiale, sur la base de (Dumestre 2011) et en accord avec (Bailleul 2007)

gà chenal (d’une rivière)

gàankan, kànga étaler, déployer ; s’interposer, faire obstacle ; interposition, obstacle

gàari plat à base de semoule de manioc

gáari fil, fil à coudre, fil à tisser

gàban chapeau conique en paille ; idiot, imbécile, sot

gábigabi large et plat

gádawu prestement, à l’improviste, d’un seul coup ; au galop

gàdi copain, copine (pop.) ; jeune fille

gáfa lunettes, lunettes noires (pop.)

gáfe livre, livret, cahier ; le Coran

gàfo retirer brusquement, enlever ; arracher, renverser avec violence

gáfu lunettes ordinaires (pop.)

gàjaba Sorghum guineense, sorgho (var.), var. de mil rouge

gájaba brusquer, déranger, secouer ; faire violence à qqn

gájagi fort, costaud ; avec force, brusquement

gàla indigo

gàlabagalaba avoir la colique, gargouiller

galabasa, góloba se précipiter, faire vivement ; s’animer; agitation

gàlama louche ou cuiller fabriquée à partir du fruit coupé en deux d’une variété de calebassier

gálàma, ngálǎmà Anogeissus leiocarpus; couleur ocre, marron

gálama, ngálama prendre une couleur ocre

gále premier ; d’abord, encore, autrefois

gále ceinture de grosses perles

gàliya poisson Distichodus

gàlo selle à dossier profond mais peu évasé, à pommeau plat

gánbiyaka, kánbiyaka var. de riz et d’arachide de petite taille

gànfɛlɛ, nkànfɛlɛ, nsànfɛlɛ, nsànfala maladie de peau de type bourbouille ; dartre

gàngalabà, kànkalabà Teclea sudanica, "quinquéliba" ; boisson au "quinquéliba"

gángalan, géngele fort et stridemment (crier), dur ; bruit (chute d’un objet métallique) ; très sec ; très dynamique

gàngali ligne tendue dans l’eau, à laquelle sont accrochés serrés de nombreux hameçons

gàngan, kànga étaler, déployer ; s’interposer, se positionner, faire obstacle ; interposition, obstacle

gàngan, gòngan zébu ; vache de grande taille

gàngan tambour à deux faces, frappé avec des baguettes

gángangan profération de paroles de colère, vocifération ; à la va-vite

gángaran bruit violent

gángo annonce publique

gàngoro, nkànkoro Strychnos spinosa, oranger de brousse

gànja cannabis, chanvre indien ; drogue (pop.)

gánke maux de ventre d’origine génitale ; utérus ; organes féminins

gánsi réserver, mettre de côté

gánsi, gánci publier, faire de la publicité, faire savoir, annoncer

gárabali marché au bétail ; enclos surveillé pour le bétail ; "bordel", maison de passe

gàrabasu agir d’un geste vif

gáradi fusil à pierre à un seul coup

gáranke cordonnier, artisan du cuir

gárawu avec violence et soudaineté

gàribu élève coranique, jeune mendiant

gáribundo traverse (au niveau du sol) de la pirogue

gàrina corne à poudre, mortier à poudre

gàrisɛgɛ chance, fortune ; progéniture, grossesse ; concevoir (un enfant)

gàsi tort, offense ; égard, considération

gàwa imbécile, niais, idiot, naïf ; rustre

gàwali francisque, lance, javelot

gáwulɔ "gaoulo", caste peule

gázima gazeux

gédegede très serré, solidement (attacher)

gédewu bruit (d’un objet lourd qui tombe)

géjegeje bien mûr ; très solide, en forme ; bien portant

gèji mer

gèjuma vendredi

géngelen terre ferme

gèngeren dur et trapu ; gros margouillat mâle ; homme viril

gèngerenìn Melierax gabar, autour gabar (petit rapace)

gèrefe Mangifera indica, manguier (var. greffées) ; être greffé

gèse fil de chaîne

gèsen, ngèsen, kèsen être terne, être délavé, être sans couleur ; être terni de façon indélébile ; être chétif, être malingre

gésenbe Bauhinia rufescens, pied de chèvre

gèsere griot (des Markas)

gètura taureau

gèyi Landolphia heudelotii, liane-caoutchouc, caoutchouc, latex, gomme

gɛ́duuru, jɛ́duuru cheval au front et pattes blanches

gɛ̀lɛ (dans l’expression kà gɛ̀lɛ cì ‘faire claquer les pieds sur le sol’)

gɛ̀lɛkɛ sexe masculin (pop.)

gɛ̀nɛngɛnɛn ganglion dû à une plaie

gɛ́nkɛgɛnkɛ lentement, doucement

gɛ̀rɛn concentration de force vitale, autel de chasseurs, grand chasseur

gɛ̀sɛ passer (pour une couleur), déteindre

c) Formes en désaccord entre (Dumestre 2011), g-, et (Bailleul 2007), gw-

gáan bruit sec, sonore et violent — Bailleul gwáan

gàlabagalaba bâcler ; à la va-vite, n’importe comment — Bailleul gwàlabagwalaba

gálabu condition physique, forme ; dynamisme, vitalité, énergie — Bailleul gwálabu

gálaka côte, côté ; palette (du multiculteur) — Bailleul gwálaka

gànfa musette qu’on suspend, sac, sacoche portée en bandoulière — Bailleul gwànfaa

gángan, gɔ́ngɔn poussière (qui s’élève) — Bailleul gwángwan

gàraka corriger — Bailleul gwàraka

gárakasa vlan ; bruit de chute — Bailleul gwárakasa

gásaba côte (anat.) ; flanc — Bailleul gwásaba

géletali Erythrophleum africanum, petit tali des savanes — Bailleul gwéletali

géngele fort et stridemment (crier), dur ; bruit (chute d’un objet métallique) ; très sec — Bailleul gwégele

géngen clouer, enfoncer par force, planter, fixer — Bailleul gwéngwen

gèren non-mûr, vert, jeune ; vierge ; non-fermenté (bière de mil) — Bailleul gwèren

géren terre ferme (par opposition à l’eau) — Bailleul gwéren

gètere guerrier de profession, mercenaire, pirate — Bailleul gwètere

gétu très petit et fort, râblé — Bailleul gwétu

gɛ́ɛru tout près, trop près — Bailleul gwɛ́ɛru

gɛ̀fɛ, gɔ̀fɛ houe à lame recourbée pour faire des billons, pour sarcler — Bailleul gwɛ̀fɛ

gɛ́rɛn teindre en ocre ; couleur ocre — Bailleul gwɛ́rɛn

gɛ̀rɛngɛrɛnin Hymenocardia acida, Hymenocardia lyrata, cœurs-volants — Bailleul gwɛ̀rɛngwɛ̀rɛn

d) Formes en désaccord entre (Dumestre 2011), gw-, et (Bailleul 2007), g-

gwáda, gwána traverse de la pirogue, qui sert de siège — Bailleul gáda

gwáran entrave pour les animaux ; entraver — Bailleul gáran, ngáran (Banamba), ŋáran

gwɛ́lɛkɛ se développer, grandir ; devenir puissant, reprendre des forces — Bailleul gɛ́lɛkɛ

Haut de page

Notes

1 Pourtant, la discussion sur les sujets orthographiques a continué pendant cette période dans les pays voisins ; on peut mentionner, en particulier, les publications des collègues burkinabé (M. Diallo 2001 ; A. Keita 2001).

2 Pour l'histoire de l'évolution de l’alphabet bambara, cf. (Balenghien 1987-1988).

3 Dans cet article, les mots bamanankan sont donnés le plus souvent avec la notation tonale, selon les règles décrites en 3.3.

4 Probablement, l’élément nasal dans les « consonnes prénasalisées » pourrait être traité également comme une instance de la voyelle , mais cette question demande une étude spéciale.

5 Pour les dissyllabes, cette étude a été faite par Jean Jacques Méric. Les fréquences des formes monosyllabiques ont été faites par Valentin Vydrin.

6 Quelques précisions : la forme ɲin pour ‘dent’ est légerement plus fréquente dans les textes que ɲi ; de même pour mu ‘enduire’ par rapport à mun. Le mot ɲiêtre bon’ et ɲin ‘ami’ représentent la même racine, cependant, leur écriture différente semble être bien ancrée.

7 Dans l’ancienne orthographe, cette distinction n’était pas possible ; dans les deux cas on était obligé d’écrire ny. Il faut dire que, malgré le fait que la nouvelle orthographe permet de délimiter ces deux prononciations, dans la pratique écrite, on néglige cette possibilité. Même dans le Kibaru, on écrit presque toujours kɛɲɛ au lieu de kɛnyɛ pour ‘égaliser’ ; on écrit le plus souvent soɲɛ et parfois soɲa ‘voler’ pour sonyɛ, sonya. Il est vrai pourtant que la distinction entre ɲ et ny peut ne pas s’articuler dans certaines variétés du bambara (au moins, dans certains mots).

8 Il s’agit ici des publications en caractères latins. Toutes les publications en N’ko sont, bien évidemment, tonalisées.

9 En particulier, on peut mentionner l’article (Hoover 2012) dont l’auteur propose d’utiliser l’apostrophe pour marquer l’absence d’article tonal auprès d’un nom, donc une solution diamétralement opposée à la pratique établie de la notation tonale du mandingue où l’apostrophe marque la présence de l’article tonal (Diarra 1984 : 77 ; B. Keita et al. 2003 ; A. Keita 2001 : 44).

10 D’après un calcul de Kirill Maslinsky (communication personnelle), dans le dictionnaire électronique Bamadaba (Bailleul et al. 2011–2014) en juin 2014, 697 paires minimales tonales ont été relevées, ce qui représente un taux très élevé. Au moment du calcul, le nombre d’entrées lexicales du Bamadaba était environ 11 350.

11 L’expéricence du N’ko nous prouve que la notation tonale peut être tout à fait praticable pour le grand public là où la méthode didactique appropriée est appliquée et le public est motivé.

12 Dans le système UNICODE, il s’agit des signes suivantes :
- ton-bas : U+0300 ("COMBINING GRAVE ACCENT", alias "Greek varia"),
- ton haut : U+0301 ("COMBINING ACUTE ACCENT", alias "stress mark", "Greek oxia", "tonos"),
- ton descendant : U+302 ("COMBINING CIRCUMFLEX ACCENT", alias "hat"),
- ton ascendant : U+030c ("COMBINING CARON", alias " haček", "V above" ).

13 Cette proposition est discutable. La question se pose: est-ce que cette stipulation ne créerait plus de difficultés que de bénéfices, car on serait conftronté chaque fois à trois options (marquer le ton haut, marquer le ton bas, ou ne pas marquer le ton ?) au lieu de deux (ton haut ou ton bas?). Dans cet article, nous marquons les tons suivant la proposition formulée dans ce chapitre, c.-à-d. nous les omettons sur les mots auxiliaires. Cependant, une décision définitive doit être prise en tenant compte de la discussion approfondie.

14 Pour une analyse détaillée du phénomène de l’assimilation vocalique, voir (Diallo 2003 ; 2004).

15 La valeur inférentielle appartient au champ sémantique de l’évidentiel (la spécification de la mode d’obtention de l’information) et implique que l’action désignée par le verbe n’a pas été observée directement par le locuteur, mais celui-ci infère que l’action a eu lieu en observant ses conséquences.

16 La postposition ɲɛ́mà ‘devant’ se distingue de l’expression figée à ɲɛ́’ mà ‘comme il faut’ où la particule de focalisation peut être insérée entre les mots ɲɛ́ et mà qui doivent être donc écrits séparement.

17 Dans le Corpus Bambara de Référence, les formes séparées apparaissent 10 à 15 fois plus souvent que les formes collées.

18 Comme dans l’exemple suivant : í ye à kàlan mùn ná ní jádɔya tɛ́? ‘Qu’est-ce que tu lui as enseigné, si ce n’est la débauche ?’

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mahamadou Konta et Valentin Vydrin, « Propositions pour l’orthographe du bamanankan », Mandenkan, 52 | 2014, 22-54.

Référence électronique

Mahamadou Konta et Valentin Vydrin, « Propositions pour l’orthographe du bamanankan », Mandenkan [En ligne], 52 | 2014, mis en ligne le 01 décembre 2014, consulté le 24 juin 2017. URL : http://mandenkan.revues.org/318 ; DOI : 10.4000/mandenkan.318

Haut de page

Auteurs

Mahamadou Konta

AMALAN
dpiaa.konta@gmail.com

Valentin Vydrin

LLACAN, INALCO, USPC, Paris
Université d’État de St. Petersbourg
vydrine@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Mandenkan sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Llacan – Langage, langues et cultures d’Afrique noire
  • Logo Search | ERIH PLUS | NSD
  • Revues.org