Navigation – Plan du site

Propositions pour l’orthographe du maninka (Guinée)

Proposals for an orthography of Maninka (Guinea)
Предложения по совершенствованию орфографии языка манинка Гвинеи
Mamadi Diané et Valentin Vydrin
p. 3-21

Résumés

Les auteurs proposent dans cet article des règles d’orthographe du maninka de Guinée en écriture latine. Ils avancent des solutions à certains problèmes discutables : l’écriture de l’élément nasal final de la syllabe suivie d’une consonne ; l’inventaire des consonnes ; des règles de notation tonale sont présentées en deux variantes, complète et allégée. Une attention spéciale est faite aux contractions et à la segmentation ; des listes complètes des morphèmes et des mots auxiliaires sont données.

Haut de page

Notes de l’auteur

Ce travail a bénéficié d'une aide de l’Etat gérée par l'Agence Nationale de la Recherche au titre du programme Investissements d’Avenir portant la référence ANR-10-LABX-0083 (Labex EFL, Axe 6), et du projet de l’Université d’État de St. Petersbourg № 2.38.524.2013 « Langues d’Afrique subsaharienne : d’une analyse morphosyntaxique structurelle vers une synthèse fonctionnelle des éléments paradigmatiques de l’image linguistique du monde ».

Texte intégral

Préambule

1Pendant les 25 ans écoulés depuis la promulgation de l’Ordonnance sur le nouvel alphabet des langues guinéennes (No. 019/PRG/SGG du 10 mars 1989) et la publication du guide d’orthographe (Le nouvel alphabet 1989), les recherches des linguistes guinéens et étrangers ont fait progresser considérablement la connaissance de la structure et du fonctionnement du maninka (Grégoire 1986 ; Creissels 2008 ; Vydrin & Diané 2014, etc.).

2D’autre part, beaucoup d’efforts ont été faits pour l’harmonisation de l’orthographe du mandingue au niveau international.

3De nombreux phénomènes de la phonologie, de la morphologie et de la syntaxe du mandingue qui représentaient de grosses difficultés il y a un quart de siècle ont été clarifiés. Cela nous permet de présenter ici, sans aucune prétention à l’exhaustivité, des règles d’orthographe du maninka de Guinée qui tiennent compte des résultats des études faites par la communauté des linguistes mandéïsants et qui visent l’harmonisation, autant que possible, avec les systèmes d’orthographe élaborés pour les autres variétés du mandingue.

1. L’alphabet

4L’alphabet de 1989 ne change pas. Il faut cependant préciser que dans la brochure de 1989 sur le nouvel alphabet, il y avait une confusion entre la notion de graphème (lettre) et phonème. Ainsi, les digraphes (aa, ee, ɛɛ etc. pour les voyelles longues et gb) étaient présentés en 1989 comme des « signes », alors qu’il s’agit en fait de combinaisons de signes. Cependant, selon la tradition établie, le digraphe gb peut être considéré comme une unité alphabétique.

Compte tenu de cette rectification, l’alphabet maninka se présente comme suit :

a b c d e ɛ f g gb h i j k l m n ɲ o ɔ p r s t u w y

2. La phonologie et la correspondance entre les sons et les lettres

2.1. Les voyelles

5On distingue en maninka sept voyelles brèves :

i kíli ‘appeler’, dí ‘donner’
e sé ‘arriver’, kèle ‘jaloux’
ɛ dɛ̀ ‘se réunir’, tɛ́ ‘milieu’
a — dá ‘bouche’, kàla ‘bâtonnet’
ɔ — kɔ́ ‘dos’, lɔ̀ ‘s’arrêter’
o — tòli ‘pourrir’, fòdo ‘champ’
u — kú ‘igname’, sú ‘nuit’.

6n apparaît comme une voyelle dans les pronoms ń ‘moi’, ‘nous’. On peut dire que c’est une voyelle défective (à distribution restreinte).

7Les sept voyelles longues sont désignées par des lettres doubles. Voici quelques exemples de paires minimales (ou quasi-minimales) qui ne se distinguent que par la longueur vocalique :

i

:

ii

sì

‘passer la nuit’ :

:

sìi

‘s’asseoir’

e

:

ee

fére

‘fleur’

:

fèere

‘vendre’

ɛ

:

ɛɛ

fɛ́fɛ

‘poivre africain’

:

(kàba) fɛ́ɛfɛɛ

‘omoplate’

a

:

aa

fà

‘père’

:

fàa

‘tuer’

ɔ

:

ɔɔ

kɔ̀

‘marigot’

:

kɔ̀ɔ

‘sel’

o

:

oo

tó

‘rester’

:

tóo

‘hutte, hangar’

u

:

uu

tù

‘gainer de cuir’

:

tùu

‘avant-bras’.

8Le plus souvent, les voyelles longues en maninka standard (basé sur le dialecte maninka-mori de Kankan) proviennent de la chute de la consonne vélaire g entre deux voyelles identiques. Cette consonne est maintenue dans les dialectes de la zone de Siguiri, où on trouve les formes sìgi ‘s’asseoir’, fàga ‘tuer’, tógo ‘hutte’, etc. On peut donc formuler une règle :

9Là où on a deux voyelles identiques séparées par un g dans le maninka de Siguiri, on a une voyelle longue dans le maninka standard.

10Cependant, on trouve également des mots dont les voyelles longues sont d’origines différentes (soit elles étaient longues déjà dans la langue mère, soit il s’agit d’emprunts aux autres langues) : díina ‘religion’ (un emprunt à l’arabe), báa ‘marque prédicative du conditionnel’, mùumɛ ‘entier ; du tout’, sìisaa ‘asthme’, etc.

11Il faut faire très attention à la notation correcte de la longueur vocalique ; l’absence de distinction de la longueur est une faute grave car elle amène à la confusion.

2.2. Les consonnes

p — píya avocat’ (fruit), pàlan ‘seau’
b
bà ‘chèvre’, bàa ‘poison’
t — tèle ‘soleil’, tára ‘chaleur’
d — dá ‘bouche, ouverture’, dɛ̀ɛ ‘pâte’
c — cún ‘venir à l’improviste’, cɔ̀ɔn ‘une plante à racine comestible’
j — jɛ́ɛ ‘poisson’, júu ‘ennemi’
k — kári ‘fil’, kólo ‘os’
g — gárásí ‘garage’, gáwúlɔ́ ‘une caste de quémandeurs itinérants’
gb — gbà
‘cuisine’, gbɛ̀lɛn ‘être difficile’
f — fàli ‘âne’, fàsa ‘nerf’
s — sàa ‘mouton’, sàsa ‘rhume, morve’
h — lìhala ‘condition’, hína ‘pitié’
l — láfen ‘lit’, làlili ‘conseil’
r — sàra ‘salaire’, báara ‘travail’
w — wódi ‘argent’, wà ‘brousse’
m — màlo ‘riz’, mùru ‘couteau’
n ná ‘sauce’, nɛ́nɛ ‘froid’
ɲ — ɲɔ̀ maïs’, ɲàma saleté’

12Quelques notes sur les consonnes.

1. r apparaît presque uniquement à l’intérieur du mot.

13Il y a deux types de r en maninka : l’un est « stable », il se présente toujours comme r dans tous les dialectes centraux du maninka de Guinée. L’autre est en alternance libre avec d, et on trouve des variantes tɛ̀rɛ vs tɛ̀dɛ ‘marque du passé’, sìri vs sìdi ‘attacher’, rɔ́ vs dɔ́ ‘dans’ (une postposition), kɔ̀rɔ vs kɔ̀dɔ ‘être vieux’, etc. Ces variantes sont d’origine dialectale. En maninka de Kankan les deux variantes peuvent être prononcées même par un seul locuteur (pour certains mots, on peut préférer la variante avec un r, pour d’autres, celle avec un ).

14Pour les mots du deuxième type (à l’alternance r ~ ) il est suggéré de retenir la forme avec un d, pour deux raisons : d’abord, cela permet de distinguer entre les mots comme báda ‘patrie’ et bára ‘place publique’ (sinon, ces mots deviennent des homonymes : bára ‘patrie’ et bára ‘place publique’). En outre, cela est plus conforme avec la pratique de l’écriture N’Ko, et il est souhaitable de ne pas créer des divergences inutiles entre les deux écritures maninka.

2. g est rare en maninka standard de Guinée, il n’apparaît que dans un nombre limité de mots, surtout des emprunts. Cependant, il serait erroné de considérer g comme une variante du phonème gb ; on trouve même quelques paires minimales (ou quasi-minimales) :

gálan

‘un galant’

:

gbálan

‘mirador’

góro

‘gros type’

:

gbóro

‘bouton (sur la peau)’

gò

‘petite amie’

:

gb

‘désagréable’

2.3. Les structures syllabiques et la nasalisation

  • 1 Le type CVC est très marginal, il n’apparaît que dans quelques emprunts et adverbes expressifs.

15Les types de syllabes en maninka sont les suivants (V pour une voyelle, C pour une consonne) : V, CV, CVn1.

2.3.1. Élément final -n

16Quand l’élément final -n précède des suffixes, préfixes et mots auxiliaires ayant un l, r, ou y au début, il les nasalise : l n, r n, y ɲ. Il s’agit en particulier des morphèmes suivants :

yé/ɲé (copule ; marque de l’habituel),
yé/ɲé (marque prédicative du subjonctif),
-la/-na (suffixe de l’infinitif),
-la/-na (suffixe du nom de lieu),
-lan/-nan, rarement -ran (suffixe du nom d’instrument),
-li/-nin (suffixe du nom d’action),
-ya/-ɲa (suffixe du nom d’état ou de qualité ; suffixe dérivatif de verbes qualitatifs),
-lu/-nu (marque du pluriel),
lá/ná (postposition locative à valeur générale),
rɔ́/nɔ́ (postposition locative ‘dans’ ; cette postposition apparaît également sous la forme dɔ́ (sans alternance) qui est d’ailleurs préférable, suivant le principe sus-mentionné),
lá/ná (marque possessive),
lè/nè (particule de focalisation),
lá-/ná- (préfixe verbal à valeur causative),
rɔ́-/nɔ́- (préfixe verbal qui a également une variante dɔ́- sans alternance, préférable selon le principe sus-mentionné).

17En contact avec la consonne nasalisée du suffixe ou préfixe suivant, l’élément nasal à la fin de la syllabe ne doit pas être omis. Par exemple :

Écriture correcte

Écriture incorrecte

Traduction

À ye sòbo’ dómunna.

*À ye sòbo’ dómuna.

‘Il mange de la viande’.

bàgbɛnna

*bàgbɛna

‘chevrier’

18Les suffixes –ntan et -nte comportent un élément nasal qui ne doit pas être omis même si la racine du mot se termine aussi par un élément nasal. Dans ce dernier cas, une double nasale s’écrit : sènntan ‘qui n’a pas de jambes’ ; kùnntan ‘sans tête ; inutile’ ; fìsamannte ‘le meilleur’ (plutôt que *sèntan, *kùntan, *fisamante).

2.3.2. Notation de la nasale finale suivie d’une consonne

19Suivi d’une consonne (surtout à l’intérieur d’un mot), l’élément nasal final de la syllabe s’adapte à cette consonne. Cependant, il est représenté à l’écrit invariablement par la lettre :

bànba ‘crocodile’ (prononcé [bàmbá]),
fánmajii ‘modestie’ (prononcé [fámmájíi],
jànfa ‘trahir’ (prononcé [jàmfá]),
fànka ‘force’ (prononcé [fàŋká]),
jànjon ‘exploit’ (prononcé [jàɲjón])
kɛ́ndɛ ‘en bonne santé (prononcé [kɛ́ndɛ́]).

3. Les tons

20Selon la pratique établie dans l’écriture maninka en caractères latins, les tons ne sont pas notés. La même tendance prédomine dans tous les pays de l’aire manding. Suivant les recommandations des experts (B. Keita et al. 2003 : 10), on propose de ne pas marquer systématiquement les tons dans les textes destinés aux locuteurs natifs (même si parfois cela peut amener à quelques confusions), sauf dans les publications pédagogiques. Cette pratique est motivée

  • d’abord, par le fait que le contexte est le plus souvent suffisant pour désambiguïser le texte, « ce qui rend inutile les marques tonales qui apparaissent dès lors comme une surcharge dont on fait faire l’économie » (B. Keita et al. 2003 : 10) ;

  • puis, par la difficulté d’apprendre la notation tonale par les néoalphabètes.

  • 2 On peut mentionner comme un cas anecdotique la devinette suivante : Jɔ̂n sìinin ka jàn à lɔ̀nin (...)

21Le premier argument n’est justifié qu’en partie. On trouve en maninka des centaines des paires minimales qui ne se distinguent que par le ton, et le ton joue un rôle grammatical important. Il serait très facile de présenter des cas où le contexte ne permet pas la désambiguïsation2.

22Le deuxième argument est dénié par l’expérience de l’enseignement du N’ko, écriture où les tons doivent être soigneusement notés. L’application d’une méthode d’enseignement élaborée par Solomana Kantè donne des résultats tout à fait satisfaisants, et les élèves des écoles N’ko maîtrisent parfaitement les tons maninka. On peut constater que la non-notation des tons maninka dans l’écriture latine est due plutôt à l’absence de méthode pédagogique appropriée et d’enseignants qualifiés. Sinon, l’orthographe de la langue française n’est pas plus facile que la notation tonale maninka, ce qui ne sert pas de prétexte à l’abrogation de son enseignement à l’école.

23Cependant, dans la situation actuelle, il serait idéaliste d’exiger une notation tonale obligatoire dans l’orthographe maninka en caractères latins ; on risque de ne pas assurer le respect de cette demande par la grande majorité des utilisateurs de cette écriture. On proposera donc deux variantes d’orthographe, l’une sans notation tonale (pour le grand public), l’autre avec une telle notation (pour les publications linguistiques, dictionnaires, manuels de langue ; il est recommandé cependant d’enseigner la notation tonale aux cours d’alphabétisation et, éventuellement, aux écoles).

3.1. L’orthographe non-tonalisée

24L’orthographe non-tonalisée ignore les tons, à trois exceptions près : certains pronoms personnels, certaines marques prédicatives quasi-homonymiques, l’article tonal.

3.1.1. Les pronoms personnels

25Il existe en maninka deux paires de pronoms personnels qui ne se distinguent que par le ton: 2PL álu (ou áyi) vs 3PL àlu (ou àyi), et 1SG vs 1PL ǹ. Il est recommandé de noter systématiquement le ton bas des pronoms 3PL (àlu, àyi) et 1PL ().

3.1.2. Les marques prédicative

26Le maninka possède quatre marques prédicatives identiques en ce qui concerne leurs consonnes et voyelles, partiellement distinguées par leurs tons : (marque de l’infinitif), (marque de l’aoriste), ká (marque du prohibitif), ká (marque du verbe qualitatif). Il est recommandé de noter le ton bas sur les marques de l’infinitif et de l’aoriste, ce qui les distinguerait des deux autres marques.

A kà sɛnɛ’ kɛ saron. ‘Il a cultivé l’année dernière’ (est la marque de l’aoriste).

Baba ka malo’ sɛnɛ de! Que Baba ne cultive pas le riz!’ (ká est la marque du prohibitif).

Baba y’a fɛ kà sɛnɛ kɛ. Baba veut cultiver le riz’ (est la marque de l’infinitif).

Malosɛnɛ’ ka gbɛlɛn! ‘Il n’est pas facile de cultiver le riz!’ (ká est la marque du verbe qualitatif).

3.1.3. L’article tonal

27L’article tonal se manifeste en maninka comme un ton flottant bas à la fin du mot. Il est recommandé de le désigner par l’apostrophe suivant le nom :

muso’ kun’ ‘la tête de la femme’ vs. musokun’ ‘une femme dynamique’.

3.2. L’orthographe tonalisée

28Dans les textes tonalisés, il est recommandé de suivre les règles suivantes.

3.2.1. Les diacritiques tonales

29Les diacritiques tonales utilisés sont l’accent aigu, á, pour le ton haut ; l’accent grave, à, pour le ton bas ; le hachek, ǎ, pour le ton ascendant ; l’accent circonflexe, â, pour un ton haut suivi d’un ton flottant bas (seulement dans quelques mots où ce ton flottant fait partie de la courbe tonale lexicale, comme jɔ̂n ‘qui?’, bî ‘dizaine’). Le hachek est d’emploi très rare, seulement dans les mots de quelques classes tonales minoritaires, pour le ton ascendant précédant le ton haut. Le hachek n’est pas utilisé pour le ton ascendant précédant un ton bas : dans ce cas, on utilise l’accent grave, selon le principe : « le ton bas suivi d’un autre ton bas se réalise comme un ton ascendant ».

3.2.2. Classes tonales majeures

30Pour les deux classes tonales majeures (Haut et Bas), les tons sont marqués sur les premières voyelles seulement, quelle que soit la longueur du mot :

‘chèvre, bá ‘mère’ ;
bàla ‘porc-épique’, bála ‘balaphon’.

3.2.3. Verbes à préfixes

31Pour les verbes à préfixes, le ton est indiqué sur le préfixe et sur la première syllabe de la base verbale si cette base est à ton bas :

ládòn ‘faire entrer’, mámìna ‘réserver’, dɔ́bɛ̀n ‘préparer, réparer’.

32Si la base verbale est à ton haut, le ton n’est indiqué que sur le préfixe :

mákolo ‘rendre plus résistant’.

33Pour les verbes composés (les types « base nominale + base verbale » et [N+Pref.]+V), le même principe est appliqué : le ton est noté sur la première syllabe de la composante nominale et sur la première syllabe de la base verbale, si celle-ci porte un ton bas :

kɔ́nɔdɔfìli ‘inquiéter’, kùnkɔdɔtà ‘honorer’.

34Le même principe s’applique aux postpositions composés (cf. 5.4).

3.2.4. Postpositions simples

35On peut ne pas marquer les tons sur les postpositions simples (cf. la liste en 5.1), sur la marque possessive lá / ná, sur le focalisateur lè/nè et sur les marques prédicatives monosyllabiques (car leurs tons subissent beaucoup de changements contextuels, et on aurait dans tous les cas de très nombreuses fautes de notation), sur le suffixe du perfectif intransitif -dá ~ -rá.

4. Les contractions

4.1. L’élision (ou, plutôt, l’assimilation)

36Lorsqu’un mot commence par une voyelle (il s’agit surtout des pronoms personnels), cette voyelle peut assimiler la voyelle finale du mot précédent :

Í dí à lɔ́n [í dáà lɔ́n] ‘Tu le sauras’.
Á dí à mà [à dáà mà] ‘Donne-le lui’.

37Cette assimilation est facultative, mais dans la pratique langagière orale, on l’applique pratiquement toujours (même si la forme non-assimilée peut être restituée par chaque locuteur natif maninka).

38Cette assimilation (« élision ») est marquée par une apostrophe. Suivant la pratique orthographique des autres langues mandingues (telle que bambara), il est recommandé de ne l’appliquer qu’aux marques prédicatives, aux copules et aux conjonctions. On ne l’applique pas aux verbes :

Í d’à lɔ́n. ‘Tu le sauras’.
Fántà n’à la sìsɛ’.
‘Fanta et son poulet’,
mais :
À dí à mà. ‘Donne-le à lui’.

4.2. Fusion de la copule ye 

39Fusion de la copule ye : il est recommandé de ne pas utiliser cette fusion, pour éviter des formes géminées inhabituelles pour les locuteurs du maninka. On écrira donc :

Sáràn’ ye bón’ kɔnɔ (même si on prononcera: [Sáràǹǹ bón` kɔ̀nɔ]). ‘Saran (nom de femme) est dans la maison’.
Mùrú’ ye bón’ kɔnɔ (même si on prononcera: [Mùrúù bón` kɔ̀nɔ̀]). ‘Le couteau est dans la maison’.

40On trouve cependant des contextes où la copule peut être omise sans allonger la voyelle précédente ; il s’agit surtout de la position après la marque du passé tɛ̀dɛ. Dans ce cas, la copule peut ne pas être restituée à l’écrit :

Sóba’ le tɛ̀rɛ yàn. ‘Il y avait une grande ville ici’ (l’écriture Sóba’ le tɛ̀rɛ ye yàn étant également possible).

5. La segmentation

41Les suffixes et les préfixes sont écrits collés, les mots auxiliaires sont écrits séparés.

5.1. Mots auxiliaires en maninka

Tableau 1. Marques prédicatives et copules

  • 3 Un seul verbe qualitatif, ɲìn, s’utilise avec une variété de la marque négative à voyelle orale : (...)

Forme

Valeur

Exemple

yé/ɲé

copule

Ń fà ye wà’ dɔ. ‘Mon père est en brousse’.

Sáràn ɲe wà’ dɔ. ‘Saran est en brousse’.

marque de l’habituel

Tèle’ ye bɔ́la. ‘Le soleil brille’.

Fáràn ɲe kúmala féw. ‘Faran parle vraiment!’

tɛ́

copule négative présentative

Fàralafagban’, jɛ́ɛ tɛ́, sòbo tɛ́. ‘Protoptère, ce n’est pas un poisson, ce n’est pas un animal de terre ferme’.

bénà

futur prédictif

Háwà bénà ɲùmaya. ‘Hawa sera belle’.

dínà

futur prédictif

Mòri dínà sɛ̀nɛ’ kɛ́. ‘Mori cultivera le champ’.

ténà, tɛ́nà

futur prédictif négatif

Násù ténà gbà dònna. ‘Nassou ne fera pas la cuisine’.

dí

futur volitif ; habituel

Sáyon di wúya’ fɔ́. ‘Sayon ment trop’.

té, tɛ́

futur volitif/habituel négatif; marque de l’habituel négatif ; copule négative situative et équative

Àlimami’ te dɔ̀lɔ mìn. L’imam ne boit pas d’alcool’.

kà

aoriste

Bàba kà kúma. ‘Baba a parlé’.

báda

parfait

Tàmati` bada mɔ̀ bórototo. ‘La tomate est devenu très mûre’.

má

perfectif négatif

Báara ma kɛ́ kúnùn. Il n’y a pas eu de travail hier’.

kà

infinitif

Ń ye à fɛ̀ kà sɛ́bɛli’ kɛ́. ‘Je veux écrire’.

ká

marque prédicative des verbes qualitatifs

Ń na báara’ ka gbɛ̀lɛn. ‘Mon travail est difficile’.

mán

marque prédicative négative des verbes qualitatifs3

Ń na wùlu’ man júu. ‘Mon chien n’est pas méchant’.

yé/ɲé

subjonctif

Ála ye í lákanda. ‘Que Dieu te protège’.

Sáràn’ ɲe ń tó ń súu’ la. ‘Que Saran me laisse en paix’.

kàná, ká

prohibitif (subjonctif négatif)

Tólon kàná sɛ̀bɛ sà. ‘Que le jeu n’empêche pas le sérieux’.

báa

conditionnel

Sàma’ baa dòn, sán’ di nà. ‘Quand l’hivernage arrive, il pleuvra’.

5.2. Suffixes et préfixes en maninka

Tableau 2. Les suffixes verbaux flexionnels

  • 4 Ce morphème est tonalement autonome (il porte toujours un ton haut), ce qui peut être interprété co (...)

Suffixe

Valeur

Exemple

-bali

participe négatif

Lón jànɲa á jànɲa, lón sébali tɛ́. ‘Un jour est éloigné, mais il arrive quand même’

-dá/-rá4

perfectif intransitif

Bàba nàda kúnùn. ‘Baba est venu hier’.

-la/-na

infinitif

kàbi mɔ̀ɔ séda nɛ̀ɛ’ ládanna‘depuis que l’homme a su fabriquer le métal…’

-nin/-nɛn

participe résultatif

à bɛ́ɛ ládɛ̀nɛn ‘tout cela ensemble’

-san

passé immédiat

Fàanin mɛ̀n sànsan ne nìn. ‘Ce vêtement vient d’être acheté’.

-ta

participe potentiel

jí mìnta l’eau potable’

-tɔ

participe progressif

Wùlu’ bòri kába’ le ɲɛ́ tèn. ‘C’est à cause de la pierre que le chien court’.

Tableau 3. Les préfixes verbaux

Préfixe

Valeur

Exemple

lá-/ná-

préfixe causatif

Músà kà bà’ lámìn. ‘Moussa a abreuvé la chèvre’.

Háwà bada kòlonkalan’ nála dùu’ ma. ‘Hawa a posé le pilon par terre’.

dɔ́- ~ rɔ́-/nɔ́-

préfixe désignant la localisation à l’intérieur

Fódè bada kɔ̀lɔn’ dɔ́bɔ. Fodé a curé le puits.

ma-

préfixe désignant une action sur la surface

Fántà bada bón’ mámùuun. ‘Fanta a peint la maison’.

Tableau 4. Les suffixes verbaux dérivationnels (verbe → nom)

Suffixe

Valeur

Exemple

-baa

nom d’agent occasionnel

Mɔ̀ɔ’ kílibaa’ ní í tàbaa’ té kélen dí. ‘Celui qui appelle et celui qui amène sont différents’.

-baatɔ

nom du subissant

Sàbaatɔ’ kìninkinin’ ye à sìiɲɔɔnnu la. Les voisins ont pitié du moribond’.

-la/-na

nom d’agent permanent

sɛ́bɛlila écrivain, celui qui écrit’, sɔ̀sɔdamunna mangeur de haricots

-li/-nin

nom d’action

sùsuli ‘le pilage’, sànnin ‘un achat’

-lan/-nan, rarement -ran

nom d’instrument

sìilan ‘chaise’, tɛ̀ɛran ‘hache’

-nte

nom d’agent excessif

hínɛnte ‘celui qui a pitié’, jànfante ‘traître’

-baante

nom d’agent excessif

kálabaante ‘personne maligne’

Tableau 5. Les suffixes nominaux

Suffixe

Valeur

Exemple

-ba

augmentatif

yíriba ‘grand arbre’

wùlu júuba chien très méchant’

-nin

diminutif

kónin ‘petite affaire’

-ka

nom d’originaire/habitant du lieu

Kánkanka ‘habitant/originaire de Kankan’

-la/-na

nom du lieu

bíranna ‘le village des beaux-parents’, núnkɔdɔla ‘l’espace sous le nez’

-laka/-naka

nom de membre de famille ou habitant du village ; nom de membre d’une classe

Jàanɛlaka le ye ń di ‘Je suis de la famille Diané’.

bílaka ‘un chiffre de l’ordre des disaines’

-ya/-ɲa

suffixe de nom d’état ou de qualité

mànsaya ‘le statut du roi’, fàntanɲa ‘la position du pauvre’ ; fádinɲa ‘la férocité’,

Tableau 6. Les suffixes adjectivaux

Suffixe

Valeur

Exemple

-ma

a) ornatif (« pourvu de ») ;

b) suffixe des adjectifs dans l’emploi prédicatif

a) kálabuma ‘courageux’, hánkilima ‘raisonnable, intelligent’

b) Ń kà bɔ̀dɔ` jíma’ le tà ‘J’ai pris le sac pendant qu’il était mouillé’.

-ntan

privatif

hánkilintan ‘stupide’, sènntan ‘sans pieds, cul-de-jatte’

-man

dérivation d’un adjectif à partir d’un verbe qualitatif

fòrotofadinman ‘piment chaud’

-ta

suffixe de focalisation d’adjectifs

À báda fòroto’ fàdinmanta sàn ‘Il a acheté le piment le plus chaud’.

Tableau 7. Le suffixe dérivationnel Verbe qualitatif Verbe dynamique, Nom

Suffixe

Exemples

-ya/-ɲa

fádinɲa ‘devenir féroce ; la férocité’, kɔ̀dɔya ‘vieillir ; vieillesse’.

Tableau 8. Le suffixe dérivationnel Numéral ordinal → Numéral cardinal

Suffixe

Valeur

Exemples

-nan

dérivation des numéraux ordinaux

sábanan troisième’, lóolunan ‘cinquième’

5.2. La marque du pluriel lú/nú

42La marque du pluriel lú/nú, tout en étant un clitique (plutôt qu’un suffixe), s’écrit collée avec le mot précédent : sólu ‘villages, villes’, kùnnu têtes’, sènjannu ‘de longues jambes’.

5.3. Les postpositions

43Les postpositions doivent être écrites séparées des noms ou pronoms qui les précèdent.

  • 5 La plupart des postpositions sont très polysémiques ; nous ne mentionnons ici qu’un sens par postpo (...)

44Les postpositions simples (dont les tons peuvent ne pas être marqués dans les textes)5 :

lá/ná (sens locatif général), dɔ́/rɔ́/nɔ́ ‘dans’, fɛ̀ ‘près de’, mà ‘sur’, kàn ‘sur’, bólo ‘par’, kɔ́dɔ ‘sous’, kɔ́nɔ ‘à l’intérieur de’, kùn ‘dans la possession de’, ɲɛ́ ‘devant’, tɛ́ ‘entre’, báda ‘chez’.

5.4. Les postpositions composées

45Les postpositions composées doivent être écrites en un seul mot, séparées des noms ou des pronoms qui les précèdent. On trouve en maninka les postpositions composées suivantes :

bólokɔ́dɔ ‘sous la main de’, dáfɛ̀ ‘à côté de’, dákɔ́dɔ ‘pour’, dùulá ‘en bas de’, jùkɔ́dɔ ‘sous’, kánmà ‘à cause de, au but de’, kánná ‘sur’ (vêtement), kɛ̀rɛfɛ̀ ‘à côté de’, kɔ́fɛ̀ ‘derrière’, kɔ́kàn ‘à l’extérieur de’, kɔ́kɔ́dɔ ‘en soutien de’, kɔ́mà ‘derrière’, kósɔ̀n, kùnná ‘au-dessus de’, ɲɛ́fɛ̀ ‘devant’, ɲámà ‘devant’, ɲána ‘en présence de; celon’, ɲákɔ́dɔ ‘devant, sous les yeux’, sènfɛ̀ ‘pendant’, sènkɔ́dɔ ‘en cachette de, à l’insu de’, sèndɔ́ ‘sous les pieds de’ (sens figuré), sènná ‘en marche’, tɛ́lá ‘entre’, tɛ́mà ‘autour de reins de’, tɔ̀ɔ́fɛ̀ ‘à côté de’, tɔ̀rɔfɛ̀ ‘à côté de’.

5.5. La marque possessive lá/ná

46La marque possessive lá/ná s’écrit séparée des noms ou pronoms :

à la nɛ̀ɛso’ ‘son vélo’, mànsakɛ’ la sàmara’ ‘les chaussures du roi’, àlu la bón’ ‘leur maison’.

47En fait, par sa nature, elle peut être considérée comme une postposition.

5.6. Les constructions nominales

48Les constructions nominales déterminatives Nom + Nom, qui sont tonalement compactes (possédant un seul contour tonal), s’écrivent collées :

mìsisen ‘patte de vache’, mɔ̀ɔfen ‘une chose de quelqu’un, d’autrui’.

5.7. Écriture des adjectifs

5.7.1. Les constructions nominales

49Les constructions nominales N + Adj (du type attributif) tonalement compactes s’écrivent collées :

sílajan’ /síláján`/ ‘une longue route’, wòrofin’ /wòròfín`/ ‘le cola rouge’, fòrotofadinman’ /fòròtòfádínmán`/ ‘un piment fort’.

50Dans leurs emplois prédicatifs, les mêmes adjectifs (qui ne sont plus tonalement compacts avec les noms) s’écrivent séparément:

Síla’ jàn. /sílá` jàn/ ‘La route est longue’.
Fòroto’ fádinman. /fòròtó` fádínmán/ ‘Le piment est fort’.

5.7.2. Les constructions attributives

51Les constructions attributives tonalement non-compactes s’écrivent séparement. Il s’agit des catégories suivantes des adjectifs:

    • 6 L’adjectif kùnntan fait une exception : il est tonalement compact (et s’écrit collé) lorsque il exp (...)

    adjectifs dérivés de noms avec les suffixes -ma, -lama, -ntan6, -tɔ :

  • tò kɔ̀ɔntan’ ‘le tô sans sauce’, bólo jíma’ ‘une main mouillée’, súkara jílama’ ‘le sucre liquide’, dén jítɔ’ ‘un enfant peureux’ ;

  • adjectifs composés séparables :

  • dénnin bólokɔdɔmisɛn’ ‘un enfant qui touche à tout, enfant petit voleur’ ;

  • participes (résultatif, -nin/nɛn ; progressif, -tɔ ; potentiel, -ta ; négatif, -bali) : mùso sìinɛn’ ‘une femme assise’, dén sùnɔɔtɔ’ ‘un enfant endormi’, màlo fèereta’ ‘riz destiné pour la vente’, nàmasa mɔ̀bali’ ‘banane non-mûre’ ;

  • adjectifs interrogatifs: bón ɲùman ‘quelle maison ?’, mùso jɔ́n’ ‘quelle femme ?’.

52Pour les adjectifs (et participes) non-compacts, la différence entre leurs emplois attributif et prédicatif est exprimée par l’article tonal sur le nom précédent l’adjectif :

Tò’ kɔ̀ɔntan’. ‘Le tô est sans sauce’.
Bólo’ jíma’. ‘La main est mouillée’.
Súkara’ jílama’. ‘Le sucre est liquide’.
Dén’ jítɔ’. ‘L’enfant est peureux’.
Dénnin’ bólokɔdɔ’ mìsɛnman’. ‘L’enfant est un petit voleur’.

5.8. Les numéraux

53Les numéraux (cardinaux comme ordinaux), ne formant pas de constructions tonalement compactes avec les noms, s’écrivent séparément :

mɔ̀ɔ fìla ‘deux personnes’, lón kɔ̀nɔndɔnan ‘neuvième jour’.

54De même pour le pronom-numéral jòli :

Mùso jòli? ‘Combien de femmes ?’

  • 7 Cette option a été choisie par la grande majorité des participants de la réunion des chercheurs de (...)

55Les numéraux de deuxième ordre formés avec bî s’écrivent collés (malgré l’absence de compacité tonale)7 :

bîlóolu 50, bîkɔ̀nɔndɔ 90.

5.9. Les formes redoublées

56Les formes redoublées non-motivées (n’ayant pas de formes correspondantes non-redoublées) s’écrivent collées :

fídifidi ‘balancer, tourner’, búruburu ‘séparer en petits morceaux’.

57Les formes redoublées motivées (ayant des formes correspondantes redoublées) s’écrivent avec des traits d’union :

bòri-bòri ‘courir dans tous les sens’, tà-tà ‘prendre à plusieurs reprises’, ɲàma-ɲàma ‘saletés (dispersées)’.

5.10. Les adverbes pré-verbaux

58Les adverbes pré-verbaux se séparent des verbes avec un trait d’union :

À m’à kɔ̀lɔkɔlo-gbɛsi. Il l’a battu sérieusement’.

59Cette règle concerne également les noms convertis en adverbes pré-verbaux:

Í kánà ń sìsɛnin-mina! ‘Ne m’attrape pas comme un poussin !’
Pòlisikɛ́’ kà sòn’ súluku-gbelun. ‘Le policier, comme la hyène, guettait le voleur’.

5.11. Deux constructions verbales qui ne se distinguent que par le ton

60Il faut distinguer deux constructions verbales qui ne se distinguent que par le ton. Selon les règles d’orthographe proposées ici, cette différence est exprimée par l’écriture collée/séparée et la présence/absence de l’article tonal (l’apostrophe).

  • l’habituel: le verbe a un suffixe -la/-na (qui est tonalement compact avec le verbe et donc est écrit collé).
    Dén’ ye sùnɔɔla bón’ kɔnɔ. ‘L’enfant dort dans la maison’ (habituellement).

  • le progressif (présent actuel): le verbe apparaît sous sa forme nominalisée, avec l’article tonal, suivie d’une postposition lá/ná (qui n’est pas tonalement compact avec le nom verbal précédent).
    Dén’ ye sùnɔɔ’ la bón’ kɔnɔ. ‘L’enfant dort dans la maison’ (à ce moment).

61Le verbe nominalisé peut former une construction tonalement compacte (et s’écrire en un seul mot) avec le nom exprimant le complément d’objet direct si ce nom est indéfini :

Mùsó’ ye jísori’ la bá’ la. ‘La femme est en train de puiser de l’eau dans le fleuve’.

62Même un groupe nominal composé d’un nom + un modificateur (un adjectif, un nombre...) peut former une unité compacte avec le verbe nominalisé :

Mùsa’ ye mùsofilafudu’ la. Moussa est en train de se marier avec deux femmes’.

63Si le nom est défini, il est tonalement autonome :

Mùsó’ ye jí’ sòri’ la bá’ la. ‘La femme est en train de puiser l’eau dans le fleuve’.

5.12. Les conglomérés

64Il s’agit des noms composés basés sur des constructions autres que celles admises dans les groupes nominaux. Ils gardent souvent les tons originaux de leurs composants, et dans ce cas les composants du congloméré sont écrits séparés :

sìi-ń-fɛ̀ ‘étranger installé au village’, súnkudun-cèjuu-gbàsi-bónsan ‘un arbuste’.

65Parfois, leurs tons sont uniformisés. Là où les tons originaux ne sont pas maintenus (et le congloméré porte un ton du type standard), on l’écrit collé :

sìinfɛ ‘le fait d’être étranger.

5.13. Quelques cas individuels

66Les séquences suivantes doivent être écrites collées :

dándɔ [dándɔ́] ‘quelques’, dógbɛre [dógbɛ́rɛ́] ‘un autre’, kàbini [kàbíní] ‘depuis’, kójùu [kójùu] ‘très’, kósɛbɛ [kósɛ́bɛ́, kósɛ̀bɛ̀] ‘très, beaucoup’, kóɲùman [kóɲùmàn] ‘bien, comme il faut’, kókuda [kókúdá] ‘de nouveau’, mînkɛ́, mɛ̂nkɛ́ [mînkɛ́, mînkɛ̀, mɛ̂nkɛ́, mɛ́nkɛ̀] ‘quand’, bákɛ̀ [bákɛ̀] ‘beaucoup’, mùnna [mùnnà] ‘pourquoi ?’.

67Les courbes tonales de ces séquences sont souvent différentes des tons de leurs composantes, et dans certains cas (comme mùnna) l’écriture collée permet leur différenciation des séquences homonymiques non-lexicalisées.

68Par contre, les séquences suivantes, n’ayant pas perdu les courbes tonales de leurs composantes, s’écrivent séparées :

k’a másɔ̀dɔn [kàà másɔ̀dɔ̀n] ‘parce que’, k’a tɛ̀dɛ [kàà tɛ̀dɛ̀] ‘ensuite’.

Haut de page

Bibliographie

Creissels Denis, 2009, Le malinké de Kita, Köln, Rüdiger Köppe Verlag.

Creissels Denis, Sambou Pierre, 2013, Le mandinka. Phonologie, grammaire, textes, Paris, Karthala.

Grégoire Claire, 1986, Le maninka de Kankan. Éléments de description phonologique, Tervuren, Musée Royal de l'Afrique Centrale.

Keita Boniface, Tera Kalilou, Diaby Moussa, et al., 2003, L'orthographe harmonisée du mandenkan (CASAS Monograph Series 24.) Cape Town, Centre for Advanced Studies of African Society.

Le nouvel alphabet des langues guinéennes, 1989, Conakry, Institut de recherches linguistiques appliquées.

Vydrin Valentin, Diané Mamadi, 2014, Segmentnaja fonologija gvinejskogo maninka (Сегментная фонология гвинейского манинка) [La phonologie ségmentale du maninka guinéen.] in A. Yu. Zheltov (ed.). Antropologija i lingvistika. Materialy peterburgskikh ekspedicij v Afriku (Антропология и лингвистика. Материалы петербургских экспедиций в Африку) [L’anthropologie et la linguistique. Résultats des missions de terrain en Afrique par des chercheurs péterbourgois], St. Petersbourg, Musée d’Anthropologie et d’Ethnographie, pp. 128-144.

Haut de page

Annexe

Échantillons de textes transcrits selon les règles d’orthographe qui précèdent

Un texte non-tonalisé

Sɛnɛ’ le ɲɔɔn tɛ

Kabini adamaden’ kà sɛnɛkɛ damina, a la duɲadɔtɛɛ sɔnɔyada. Bani fɔlɔ mɔɔlu tɛdɛ te sɛnɛ’ kɛla, àlu tɛdɛ àlu balo’ ɲininna a sen’ ne fɛ. Kɛnɛ’ baa bɔ, fa’ ni na’ ni dennu bɛɛ di i seri wa’ la. Dolu di yiridennu ɲinin, dolu di mɛyamafennu ɲinin yo ɲinalu, basalu, kɔnɔlu, sobokunbalu yo minannu, siilu, sensennu, hali senbalu.

Kɔnin, baloko sɔnɔman tɛdɛ fɔlɔ. Waati’ do seda, baloko’ gbɛlɛyada. Mɔɔlu hankili’ sera sɛnɛkɛko’ ma ani kolofenbilako.

Fɔlɔ mɔɔlu tɛdɛ te sɛnɛba kɛla, alu tɛdɛ gbannin ni forotoninnu le sɛnɛla àlu la buudaninnu laminin’ dɔ. Kolofennu dandɔ le tɛdɛ ye bilala àlu bolo : mɔɔ’ tɛdɛ baa se àlu la buuda’ la, i tɛdɛ di sisɛnin kelen-kelen yen, wulunin kelen, banɛn kelen, dɔkunɛn kisɛ fila, a bɛɛ le ye wo di.

Mɔɔlu tun man siya wo waati.

Mɔɔlu kà àlu sɛbɛ’ don’ damina mɛnkɛ sɛnɛkɛ’ la, do bɔda kɔnkɔ’ la. Kɔnkɔ’ madɔɔyada.

Wo bɛɛ ni a ta, san’ dolu baa se, sumanko’ di gbɛlɛya, mɔɔ’ dolu di sa kɔnkɔ’ bolo. Sɛnɛkɛfenbɛdɛ tɛdɛ te yen, sɛnɛ’ tɛdɛ kɛla kɔlɔman’ ni kabafɛrɛn’ ne la. Wolu le tɛdɛ sidila àlu ɲɔɔn ma. Sobokolo’ bɛɛ tɛdɛ ye kɛla sɛnɛkɛfennu di.

Nɛɛ’ lakolɔn’ mɔɔ’ bolo, wo kà kosiyaman lasɔnɔya. Kabi mɔɔ seda nɛɛ’ ladanna, a la duɲadɔtɛɛ’ tɔ’ taminna sɔnɔyala. Sɛnɛkɛla’ kà daba’ sɔdɔn, kà muruba’ sɔdɔn, kà wɔrɔtɔ’ sɔdɔn, kà biɲɛ’ ni tanba’ sɔdɔn.

Sɛnɛkɛla’ seda tubalu tɛɛla kà sɛnɛbalu kɛ, kà suman’ do domun kà a tɔ’ lamara sangbɛdɛ ɲɛ, kà suman’ do ta k’a falin sisɛ’ la, kà do falin ba’ la, kà do falin nisi’ la. Julaya’ daminanɛn ten. Fɔlɔ julalu tɛdɛ ye sɛnɛkɛlalu le di, àlu tɛdɛ ye sɛnɛfen’ ne falinna sɛnɛfengbɛdɛ la hamantɛ kolofen’. Sɛnɛfen’ suu’ siyayada. Kolofennu fanan siyayada, dolu kà nisiwɛrɛ’ ladan, dolu kà saasulu’ dɔbɛn, dolu kà basulu’ lɔ.

Sɛnɛkɛlawara’ dolu tɔɔlada ko sankunba’, wo kɔdɔ’ le ye ko àlu la suman’ te banna kà bɔ san’ kun’ do ma kà bila sangbɛdɛ kun’ na.

Kɔrɔndifu’ lakolɔn’ mɛn’ kɛnɛn, kɔrɔndisɛnɛ’ daminada, fadiyabɔko’ sɔnɔyada. Faanin’ tɔɔlada ko fadiyabɔ’, ka fa’ diyabɔ. Wo kɔdɔ le ye ko mɔɔ’ baa fa, a di a miri faaninko’ ma.

Sɛnɛkɛ’ le ye ko’ bɛɛ ɲɛ. I baa sumankisɛ kelen lan, i di sumankisɛ waa kelen sɔdɔn wo dɔ. Ala yɛdɛ le kà sɛnɛ’ baraka.

Ko mɛn ka sɛnɛkɛ’ tɔ’ sɔnɔya bakɛ, wo le sɛnɛkɛko’ lɔnni’ yiriwa’ ni sɛnɛkɛmasinin’ lasiyaya’ di. Kɔbɔ’ ni jankaro’ mɛnnu tɛdɛ ye sɛnɛfennu kasarala, wolu siyaman basi’ bada sɔdɔn. Sɛnɛfennu lasabatiɲa siyaman bada lɔn. Ani fanan, sɛnɛkɛmasinin kelen di baara’ mɛn’ kɛ tele kelen kɔdɔ, mɔɔ biyirika te se wo kɛla.

Le même texte tonalisé

Sɛ̀nɛ’ le ɲɔ̀ɔn tɛ

Kàbini ádamaden’ kà sɛ̀nɛkɛ dámìna, a la dúɲadɔtɛɛ sɔ̀nɔyada. Bánì fɔ́lɔ mɔ̀ɔlu tɛ̀dɛ te sɛ̀nɛ’ kɛ́la, àlu tɛ̀dɛ àlu bálo’ ɲíninna à sèn’ ne fɛ̀. Kɛ́nɛ’ báa bɔ́, fà’ ní ná’ ní dénnu bɛ́ɛ di í séri wà’ la. Dólu di yíridennu ɲínin, dólu di mɛ̀yamafennu ɲínin yó ɲínalu, básalu, kɔ̀nɔlu, sòbokunbalu yó mìnannu, sìilu, sénsennu, hálì sènbalu.

Kɔ̀nin, báloko’ sɔ̀nɔman tɛ̀dɛ fɔ́lɔ. Wáati’ dó séda, báloko’ gbɛ̀lɛyada. Mɔ̀ɔlu hánkili’ séra sɛ̀nɛkɛko’ ma àni kólofenbilako’.

Fɔ́lɔ mɔ̀ɔlu tɛ̀dɛ te sɛ̀nɛba kɛ́la, àlu tɛ̀dɛ gbánnin’ ní fòrotoninnu le sɛ̀nɛla àlu la bùudaninnu láminin’ dɔ. Kólofennu dándɔ le tɛ̀dɛ ye bìlala àlu bolo : mɔ̀ɔ’ tɛ̀dɛ báa sé àlu la bùuda’ la, í tɛ̀dɛ di sìsɛnin kèlen-kelen yén, wùlunin kélen, bànɛn kélen, dɔ̀kunɛn kìsɛ fìla, à bɛ́ɛ le ye wò di.

Mɔ̀ɔlu tùn man síya wò wáati.

Mɔ̀ɔlu kà àlu sɛ̀bɛ’ dòn’ dámìna mɛ́nkɛ sɛ̀nɛkɛ’ la, dó bɔ́da kɔ́nkɔ’ lá. Kɔ́nkɔ’ mádɔɔyada.

Wò bɛ́ɛ ní à tá, sàn’ dólu báa sé, sùmanko’ di gbɛ̀lɛya, mɔ̀ɔ’ dólu di sà kɔ́nkɔ’ bolo. Sɛ̀nɛkɛfenbɛdɛ tɛ̀dɛ te yèn, sɛ̀nɛ’ tɛ̀dɛ kɛ́la kɔ̀lɔman’ ní kábafɛrɛn’ ne la. Wòlu le tɛ̀dɛ sìdila àlu ɲɔ́ɔn ma. Sòbokolo’ bɛ́ɛ tɛ̀dɛ ye kɛ́la sɛ̀nɛkɛfennu di.

Nɛ̀ɛ’ lákolɔn’ mɔ̀ɔ’ bolo, wò kà kósiyaman lásɔ̀nɔya. Kàbi mɔ̀ɔ séda nɛ̀ɛ’ ládanna, à la dúɲadɔtɛɛ’ tɔ̀’ tàminna sɔ̀nɔyala. Sɛ̀nɛkɛla` kà dàba’ sɔ̀dɔn, kà mùruba’ sɔ̀dɔn, kà wɔ̀rɔtɔ’ sɔ̀dɔn, kà bìɲɛ’ ní tànba’ sɔ̀dɔn.

Sɛ̀nɛkɛla’ séda túbalu tɛ̀ɛla kà sɛ̀nɛbalu kɛ́, kà sùman’ dó dòmun kà à tɔ̀’ lámàra sàngbɛdɛ ɲɛ, kà sùman’ dó tà k’à fàlin sìsɛ’ la, kà dó fàlin bà’ la, kà dó fàlin nìsi’ la. Jùlaya’ dámìnanɛn tèn. Fɔ́lɔ jùlalu tɛ̀dɛ ye sɛ̀nɛkɛlalu le di, àlu tɛ̀dɛ ye sɛ̀nɛfen’ ne fàlinna sɛ̀nɛfengbɛdɛ la hámàntɛ kólofen. Sɛ̀nɛfen’ súu’ síyayada. Kólofennu fánan síyayada, dólu kà nìsiwɛrɛ’ ládan, dólu kà sàasulu’ dɔ́bɛ̀n, dólu kà bàsulu’ lɔ̀.

Sɛ̀nɛkɛlawara’ dólu tɔ́ɔlada kó sànkunba’, wò kɔ́dɔ’ le ye kó àlu la sùman’ te bánna kà bɔ́ sàn’ kùn’ dó ma kà bìla sàngbɛ́dɛ kùn’ ná.

Kɔ̀rɔndifu’ lákolɔn’ mɛ́n’ kɛ́nɛn, kɔ̀rɔndisɛnɛ’ dámìnada, fàdiyabɔko’ sɔ̀nɔyada. Fàanin’ tɔ́ɔlada kó fádiyabɔ’, kà fá’ díyabɔ. Wò kɔ́dɔ` le ye kó mɔ̀ɔ’ báa fá, à di à mìri fàaninko’ ma.

Sɛ̀nɛkɛ’ le ye kó’ bɛɛ ɲɛ. Í báa sùmankisɛ kélen làn, í di sùmankisɛ wáa kélen sɔ̀dɔn wò dɔ. Ála yɛ̀dɛ le kà sɛ̀nɛ’ bàraka.

Kó’ mɛ́n’ kà sɛ̀nɛkɛ’ tɔ̀’ sɔ̀nɔya bákɛ̀, wò le sɛ̀nɛkɛko’ lɔ́nni’ yíriwa’ ní sɛ̀nɛkɛmasinin’ lásiyaya’ di. Kɔ́bɔ’ ní jànkaro’ mɛ́nnu tɛ̀dɛ ye sɛ̀nɛfennu kàsarala, wòlu síyaman bási’ bada sɔ̀dɔn. Sɛ̀nɛfennu lásàbatiɲa síyaman bada lɔ́n. Àni fánan, sɛ̀nɛkɛmasinin kélen di báara’ mɛ́n` kɛ́ tèle kélen kɔdɔ, mɔ̀ɔ bíyirika te sé wò kɛ́la.

Haut de page

Notes

1 Le type CVC est très marginal, il n’apparaît que dans quelques emprunts et adverbes expressifs.

2 On peut mentionner comme un cas anecdotique la devinette suivante : Jɔ̂n sìinin ka jàn à lɔ̀nin dí? ‘Qui est plus haut assis que débout ?’ La bonne réponse est wùlu ‘chien’. Écrit sans notation tonale, ce mot peut être compris comme wúlu ‘penis’.

3 Un seul verbe qualitatif, ɲìn, s’utilise avec une variété de la marque négative à voyelle orale : à má ɲìn ‘cela n’est pas bon’.

4 Ce morphème est tonalement autonome (il porte toujours un ton haut), ce qui peut être interprété comme un argument pour son statut de mot indépendant (d’ailleurs, en N’ko il est écrit séparé de la base verbale). D’autre part, la consonne r ~ d n’apparaît normalement pas dans la position initiale d’un mot, et en plus, aucun mot ne peut être inséré entre la base verbale et le morphème dá/rá. Nous proposons donc de traiter ce morphème comme un suffixe et de l’écrire collé à la base verbale.
Notons que les suffixes du perfectif intransitif
-tá en mandinka (Creissels & Sambou 2013 : 70-71) et ‑rá/-lá en dioula véhiculaire de Côte d’Ivoire sont tonalement autonomes aussi, tandis que le suffixe correspondant -ra/-la/-na en bambara ne l’est pas.

5 La plupart des postpositions sont très polysémiques ; nous ne mentionnons ici qu’un sens par postposition. De même pour les postpositions composées ci-dessous.

6 L’adjectif kùnntan fait une exception : il est tonalement compact (et s’écrit collé) lorsque il exprime le sens ‘inutile, sans valeur’ : dénkunntan’ ‘un enfant vaurien’. Il n’est pas compacte lorsque il a son sens propre ‘sans tête’ : wùlu kùnntan’ ‘un chien sans tête’.

7 Cette option a été choisie par la grande majorité des participants de la réunion des chercheurs de l’Institut de Recherches Linguistiques Appliquées (Conakry) en janvier 2014. Elle contredit la pratique des autres langues manding (cf. l’article sur l’orthographe du bambara dans ce numéro), mais s’accorde avec la pratique du N’ko.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mamadi Diané et Valentin Vydrin, « Propositions pour l’orthographe du maninka (Guinée) », Mandenkan, 52 | 2014, 3-21.

Référence électronique

Mamadi Diané et Valentin Vydrin, « Propositions pour l’orthographe du maninka (Guinée) », Mandenkan [En ligne], 52 | 2014, mis en ligne le 01 décembre 2014, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://mandenkan.revues.org/301

Haut de page

Auteurs

Mamadi Diané

IRLA, Conakry
langues2014nationales@gmail.com

Articles du même auteur

Valentin Vydrin

LLACAN, INALCO, USPC, Paris
Université d’État de St. Petersbourg
vydrine@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Mandenkan sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Llacan – Langage, langues et cultures d’Afrique noire
  • Logo Search | ERIH PLUS | NSD
  • Revues.org