Navigation – Plan du site
Varia

Goo : présentation d’une langue

Goo: Presentation of a language
Гоо: представление языка
Valentin Vydrin
p. 171-194

Résumés

La langue goo, parlée dans une dizaine de villages au nord de la ville de Man (à l’Ouest de Côte d’Ivoire) a été mentionnée parfois comme un dialecte de toura ou comme « un mélange des langues dan et toura ». Il s’avère que goo est une langue à part ayant 86% de vocabulaire en commun avec le toura et 80% avec le dan (dans la liste de 100 mots de Maurice Swadesh).

Le goo a 4 tons, son vocalisme est à clarifier (probablement, il comporte 4 degrs d’aperture et, en plus, un contraste de ±ATR). Le goo a plusieurs séries des pronoms sujets, et les pronoms sujets semblent à manifester des signes de transformation en marques prédicatives pronominales. La construction progressive représente un intérêt particulier, car elle résulte de deux cycles de grammaticalisation.

Haut de page

Notes de l’auteur

Ce travail est en relation avec l’opération LR1 « Reconstruction, internal classification and grammatical description in the world’s two biggest phylums: Niger-Congo and Austronesian » de l’Axe 3 « Typology and dynamics of linguistic systems » du labex EFL (financé par ANR/CGI).

Abréviations
1, 2, 3  = 1e, 2e, 3e personne
1COORD  = série pronominale coordinative 1
2COORD  = série pronominale coordinative 2
ATR  = racine de langue avanc
ée
C  = consonne
CIRC  = circonstant
COP  = copule
DTM  = sous-groupe Dan  = Toura  = Mano
du  = duel
EMPH  = emphatique
EXI  = série pronominale existentielle
FIN  = marque finale de la clause
GN  = groupe nominal
IMP  = impératif
INF  = infinitif
IPFV  = imperfectif
LOC  = cas locatif
MPP  = marque prédicative pronominale NEG  = négatif
NEUT  = suffixe verbal d’aspect neutre
O  = complément d’objet direct
OI  = complément d’objet indirect
OPT  = optatif
PFV  = perfectif
pl., PL  = pluriel
POSS  = pronom ou marque possessive
PROH  = prohibitif
PROS  = prospectif
Q  = particule interrogative
REL  = relateur, marque de relativisation
S  = sujet
sg., SG  = singulier
SUP  = supin
TAM  = temps, aspect, modalité
V  = (1) voyelle; (2) verbe

Texte intégral

0. Introduction

1On ne peut pas dire que le goo (gʋ̏ʋ̏ ) soit absolument inconnu des spécialistes. En fait, sur la carte électronique des langues mandé, http://www-01.sil.org/​silesr/​2000/​2000-003/​Dan-Tura-Mano_map.htm, j’ai marqué la zone du goo comme « une zone mixte dan-toura », suite aux informations fournies par Thomas Bearth, qui, à son tour, se basait sur les opinions de ses consultants toura. A proprement parler, une « zone mixte », selon une convention générale, devrait signifier qu’il s’agit soit du bilinguisme de la population, soit d’une population mélangée, mais dans ce cas particulier, cela a reflété plutôt de vagues témoignages des voisins selon lesquels la population de la zone en question parlerait « un mélange de toura et de dan » ou « un dialecte du toura influencé par le dan ». Dans le livre de référence Ethnologue, il apparaît comme un dialecte toura sous le nom « Guse » (http://www.ethnologue.com/​language/​neb), où « -se » représente le mot pour « terre » (sɛ̋ɛ̋ ).

2La question du statut du goo a été de nouveau soulevée au printemps 2012 lors de la discussion parmi les linguistes mandéisants autour des corrections pour la nouvelle édition de l’Ethnologue. Thomas Bearth m’a fourni l’information suivante (message électronique du 02.03.2012) :

I spent a few hours in Singouin two weeks ago, where we had participated in an inquiry on climate change discourse already in August 2010, resulting in some transcription; this time in the context of a pre-inquiry into supporting the acquisition of knowledge on coffee certification through local languages. For the first time, I heard an obviously informed commentary suggesting that Goh might be worth a full-blown inquiry of its own. The one who suggested it was the newly to be elected chairman of the "Commune" (Singouin plus), a retired teacher, and what he suggested was that a professional study (he mentioned ILA) should be undertaken which would allow to take a decision on the position of Goh as a planning entity of its own.

3Comme la marge méridionale de la zone goo se trouvait à moins d’une dizaine de kilomètres de Zlanwolpeu, depuis 2011 siège de notre équipe des études des langues mandé-sud, en août-septembre 2012, lors de notre mission de terrain, j’ai décidé de vérifier cette opinion.

4Le 1er septembre 2012 nous nous sommes rendus à Zagwɛ, le plus méridional des villages goo. Nous étions trois ; à part moi, c’étaient Elizaveta Kushnir (doctorante, spécialiste de la langue yaouré) et Guy Nestor (dit Hubert, mon assistant de la langue dan-gwɛɛtaa). Le résultat de cette visite a été un petit corpus de mots et phrases goo composé à partir d’un questionnaire sur la base de la liste de 100 mots de M. Swadesh. Plus précisément, on a travaillé simultanément avec le même questionnaire avec deux informateurs : Elizaveta avec Maurice Dro (né en 1950 à Guentenba, grandi à Zagwɛ), et moi avec Kessé Diomandé (né en 1973 à Zagwɛ d’un père Mahou et d’une mère Goo).

5Au cours de notre mission de terrain de 2013, je me suis rendu à Zagwɛ le 25 août. Cette fois, j’ai travaillé avec Goh Douané (Roger), cultivateur, originaire de ce village. Puis ont eu lieu deux visites de Roger à Zlanwopleu. Pendant les trois jours de travail, j’ai enregistré une liste d’un peu moins de 700 mots (sur la base du questionnaire de Greenberg) et des données sur la morphologie de base du goo. Malheureusement, une dernière séance de travail avec Roger, prévue pour le 6 septembre, à la veille de notre départ à Abidjan, n’a pas eu lieu, ce qui ne m’a pas permis de vérifier mon hypothèse sur la nature du système vocalique du goo. Pour cette raison, je suis obligé de me limiter, dans cet article, à une présentation rapide du goo, plutôt que de publier une esquisse grammaticale et un lexique.

1. Informations générales sur la langue et le peuple goo

6D’après les notables du village de Zagwɛ, le goo est parlé dans dix villages dont les noms ont été transcrits par moi comme suit (entre parenthèses, les noms de la carte 1:250 000 ; Zeikpoplɤ n’est pas sur la carte) : Deɲe (Deiné), Dɤwle (Déoulé), Glɤgwin, Gwanɗi (Gouanlé), Gwɛntɛnba (Gouétimba), Mengwé (Mengouen), Mɔnplɤ (Mampleu), Segwin (Sangoué), Zagwɛ (Zangoué), Zeikpoplɤ1. Comme la population d’un village dans la région Tonkpi compte le plus souvent entre 500 et 1 000 habitants, on peut évaluer le nombre des Goo, très préliminairement, à 7 ou 8 000.

  • 2 Ce fait a été confirmé par un infirmier Dan : après plusieurs années à Zagwɛ, il n’arrivait toujour (...)

7Malgré un taux très élevé de mariages mixtes (avec les Toura, les Dan, les Mahou…) et du bilinguisme en toura et en dan, le goo ne donne pas d’impression d’une langue menacée ; à Zagwɛ, il est parlé par tous les âges. Les Goo ont apparemment une identité ethnique assez nette ; ils se distinguent des Toura (tout en reconnaissant leur proximité culturelle et linguistique). D’après nos interlocuteurs Goo, le goo et le dan ne sont pas mutuellement compréhensibles2. Quant au toura, la situation est plus ambigüe : les Goo reconnaissent qu’ils comprennent le toura, mais disent à même temps que les Toura ne les comprennent pas. Cette compréhension unilatérale peut s’expliquer par le fait que parmi les Goo, le bilinguisme goo-toura est très répandu, tandis que les Toura, normalement, ne parlent pas le goo.

2. Quelques traits phonologiques

  • 3 D’ailleurs, on ne peut pas exclure que l’apparition de ces voyelles est due au facteur aréal ; cepe (...)

8La phonologie du goo est, à beaucoup d’égards, très proche de celle du toura. Les systèmes consonantiques des deux langues sont pratiquement identiques ; le goo, comme le toura, a quatre tons unis (extra-haut, haut, bas, extra-bas). Un trait très visible du goo qui le distingue du toura est la présence des voyelles postérieures non arrondies. Le fait que le dan possède aussi cette classe de voyelles est sans doute, la raison principale de considérer le goo comme « un mélange de toura et de dan »3. D’après mes données, le goo a certainement deux voyelles de ce type : semi-ouverte ʌ et semi-fermée ɤ, mais l’existence de la voyelle postérieure non-arrondie fermée, ɯ, n’est pas exclue (mais si elle existe, elle est très rare).

9Cependant, il se peut que la caractéristique la plus frappante du vocalisme goo est ailleurs. Ma supposition initiale avait été que le goo distinguait cinq degrés d’aperture vocalique, comme en toura, et que son système était le suivant :

10Mais l’analyse des données lexicales m’a montré l’insuffisance de ce modèle. On trouve des paires minimales (ou, plutôt, quasi-minimales, ce qui est du au lexique relativement petit disponible pour le moment) où l’informateur perçoit une différence entre deux voyelles (et cette différence est plus ou moins clairement audible pour le chercheur), mais cette distinction ne se réduit pas (ou pas seulement) à une différence d’aperture, comme dans le cas suivant :

Mot

Traduction

Formants F1, F2, F3

de̋e̋

soeur aînée

375-2120-3000

ɗẹ̋ẹ̋

feuillage

375-1680-2700

11Dans ce cas précis, le formant F1 qui reflète le degré d’aperture est identique pour les deux mots, mais F2 et F3 manifestent des écarts considérables. Dans d’autres cas, les valeurs du F1 peuvent être différentes, leur écart étant pourtant moins important que ce à quoi on s’attendrait pour les voyelles à contraste de hauteur, F2 étant sensiblement plus bas pour la voyelle ayant F1 plus élevé, ex. :

Mot

Traduction

Formants F1, F2, F3

ɗòò

brouillard’

320-1330-2400

ɗọ̋ọ̋

‘marché’

390-1130-2400

12D’autre part, la valeur du formant F1 de la voyelle que je désigne comme ʋ (mais qu’on pourrait également désigner par ụ et qui est perçue par mon oreille comme « plutôt u que o ») peut être égale ou même supérieure à celui de la voyelle :

Mot

Traduction

Formants F1, F2, F3

fụ̋ụ̋fụ̏ụ̏

‘paresseux’

404-1510-2560

gụ̏ụ̏

‘Goo’

410/380-1480/1210-2380/2520

13Mon hypothèse préliminaire est que le système vocalique goo se caractérise par quatre (plutôt que cinq) degrés d’aperture, et en même temps, par une opposition phonologique des voyelles selon l’indice d’avancement/retrait de la racine de la langue (±ATR ; dans les exemples ci-dessus, les voyelles que je suppose être caractérisées par le trait –ATR ont un point dessous). On sait qu’une voyelle ‑ATR plus ouverte (ex., e) peut avoir la même indication de F1 qu’une voyelle +ATR plus fermée (ex.,  ) (Casali 2008, 508), et le contraste par l’indice de ±ATR pourrait expliquer au moins certaines anomalies mentionnées ci-dessus. Il est vrai qu’un système vocalique de ce type serait extrêmement bizarre (normalement, les langues à contraste ±ATR ont au maximum trois degrés d’aperture, cf. en particulier Casali 2008, 499-504), et une telle hypothèse doit être très soigneusement vérifiée avant d’être acceptée. Et cette vérification doit obligatoirement tenir compte de la perception d’un locuteur natif, car les différences de prononciations relevées par l’oreille du chercheur ou détectées par le logiciel d’analyse automatique de la parole peuvent ne pas être phonologiquement pertinentes.

14Malheureusement, la dernière séance de travail avec l’informateur goo, au cours de laquelle une vérification de cette hypothèse avait été prévue, n’a pas eu lieu. La vérification devra attendre l’année prochaine.

15Mentionnons encore une particularité intéressante du goo par rapport au dan et au toura : certains mots de la structure ɓṼ(Ṽ) ont subi une dénasalisation (parfois facultative). Cf. : goo ɓɛ́ɛ̏ ~ ɓɛ̰́ɛ̰̏être humain’ – cf. toura ɓɛ̰́ɛ̰̀, dan-gwɛɛtaa ɓɛ̰̄ ; goo ɓɤ̋ ~ ɓɤ̏ ~ ɓe̋ ‘copule d’identification’ – cf. dan-gwɛɛtaa ɓɯ̰̏.

3. Vocabulaire

16Une première impression du goo (pour le moins, pour celui qui n’est pas spécialiste du toura) est qu’il est assez proche du toura en ce qui concerne son vocabulaire. En fait, les opinions faisant du goo un dialecte toura se basant avant tout sur cette proximité lexicale.

17Cependant, la distance entre les vocabulaires de deux langues peut être évaluée quantitativement en utilisant la lexicostatistique, ce qui permettra de sortir des jugements impressionnistes au sujet du statut du goo et de remettre cette question dans le domaine du mesurable.

  • 4 Je prends la dernière version de la liste Swadesh (sur l’histoire de l’évolution de cette liste voi (...)
  • 5 Les formes goo sont transcrites dans la liste (et partout ailleurs) sans tenir compte de l’hypothès (...)
  • 6 Il serait probablement plus approprié de prendre pour la comparaison un des dialectes dan voisin de (...)
  • 7 Je remercie Thomas Bearth qui m’a fourni les formes absentes du dictionnaire de Dmitry Idiatov et a (...)

18Je présente ici une liste Swadesh4 de 100 mots du goo5, du dan-gwɛɛtaa (Vydrine & Mognan 2008, en tenant compte des nouvelles données)6 et du toura (Idiatov ms.)7. Là où les formes des trois variétés sont des mots apparentés, elles sont données en police normale. Si une forme goo est apparentée à la forme toura et non-apparentée à la forme dan, les formes goo et toura sont mises en gras. Si une forme goo est apparentée à la forme dan-gwɛɛtaa et non-apparentée à la forme toura, les formes goo et dan-gwɛɛtaa sont mises en italiques. Les formes goo non-apparentées avec les formes des deux autres langues sont soulignées.

Tableau 1. Liste comparative de 100 mots en dan-gwɛɛtaa, goo et toura

  • 8 La même racine qu’en goo et toura est attestée dans le kla-dan : lɔ̏.
  • 9 En toura, la forme si̋e̋ est attestée dans quelques dialectes.
  • 10 En goo il y a un mot ɗe̋e̋ ‘feuillage’ qui représente la même racine qu’en dan-gwɛɛtaa, mais, appar (...)
  • 11 Formes de type titi apparaissent dans des dialectes dan de l’ouest, ex. dan-blo tété.
  • 12 Cf. la forme kla-dan: drɔ́ ‘long’.
  • 13 En dan-gwɛɛtaa, la forme tɛ̰̋ŋ̋ est archaïque; les réflexes de cette racine sont bien représentés d (...)
  • 14 La forme toura kɛ̰̀ɛ̰̀ peut être un emprunt au manding (probablement, en manding cette forme provie (...)
  • 15 sűűɗʌ̰̋ signifie certainement ‘enfant de la lune’ (ou ‘petite lune’). L’élement sű- dans la form (...)
  • 16 Les déterminants démonstratifs sont des « mauvais » mots pour notre étude, pour plusieurs raisons. (...)
  • 17 Les formes des séries non-subjectives dans les trois langues.
  • 18 Les formes des séries non-subjectives dans les trois langues.

Notion

Notion (fr.)

Dan-Gwɛɛtaa

Goo

Tura

1

all

tout

gbà̰

tő

tő

2

ashes

cendres

yőő

yʋ̋ʋ̏

yűȅ

3

bark

écorce

kæ̋æ̋

kɤ̀ɤ̀

ke̋le̋

4

belly

ventre

g

gűi̋, gwi̋

gwi̋

5

big

gros

kpíȉ, gbɛ́

kpa̋á

kpa̋á

6

bird

oiseau

ɓȁ̰ȁ̰

ɓà̰à̰

ɓà̰à̰

7

bite

mordre

kṵ́ sɔ̰̋ɔ̰̋

kṵ̋ sűű ká

sɔ̋ dɔ́, sőő dɔ́

8

black

noir

tīī

tíí

ti̋i̋

9

blood

sang

yɔ̰̀ɔ̰̀

yɛ̰̀ɛ̰̀

yṵ̀ɛ̰̀

10

bone

os

gā

wɛ̋ɛ̋

wɛ̋ɛ̋

11

breast

poitrine

tȍŋ̏, kȕȕ

tűlű

tűlű

12

burn

brûler

gɤ̋

plȁ

pàì dàà

13

cloud

nuage

ɗākpóŋ̏8

ɗòò, ɗùwɔ̀

ɗòò

14

cold (adj.)

froid

sæ̏æ̏

ɓɛ̰̋ḭ̏ŋ̏

ɓa̰̋ḭ̋ɓȁ̰ḭ̏

15

come

venir

ɗṵ̄

ɗṵ̀

lṵ́

16

die

mourir

gā

gá

gá

17

dog

chien

gbɛ̰̂

gbɛ̰́ɛ̰̀

gbɛ̰̋ɛ̰́

18

drink

boire

ɓɯ̰̄

ɓḭ̀

ɓḭ́

19

dry

sec

kpɛ̋ɛ̋, kpæ̋æ̋

kpɛ̋ɛ̋

kpɛ̋ɛ̋

20

ear

oreille

tő

tőő(-kwɛ̋)

tőlő

21

earth

terre

sɛ̋ɛ̋, sɛ̋

sɛ̋ɛ̋

sɛ́ɛ́

22

eat

manger

ɓɤ̏

ɓɤ̏ɤ̏

ɓɛ̀lɛ̀

23

egg

oeuf

yȁ̰ȁ̰

yà̰

yà̰à̰

24

eye

oeil

ya̰̋-gā

yá̰

ya̰̋

25

fat (grease)

gras, graisse

yɔ̰̋

yɔ̰́ɔ̰́

yɔ̰̋ɔ̰̋

26

feather

plume

kāȁ

kúá

kúà

27

fire

feu

si̋ɤ̋, pɛ̄ŋ̄

si̋ɤ́

pàì9

28

fish

poisson

yúɤ̏ɤ̏

yűú(-wɛ̋ɛ̋)

ve̋

29

fly (verb)

voler (en air)

wlɤ̏

wȍlà

wàla̋, bɔ̀lɔ̰̀

30

foot, leg

pied, jambe

gɛ̰̏

gɛ̰̀ɛ̰̀

gɛ̰̀ɛ̰̀

31

full (fill)

plein (remplir)

pā

pá

pá

32

give

donner

ɗṵ̄, gbā

ɗṵ́, gbá

lṵ́, gbá

33

go

aller

ɗó

ɗó

lő

34

good

bon

sʌ̏

sʌ̏

sɛ̏

35

hair

cheveu

wṵ̄ ɗɛ̋

ṵ́ kwɛ̋

wṵ́ kwɛ̋

36

hand, arm

main, bras

kɔ̏

kɔ̀ɔ̀

kɔ̀ɔ̀

37

head

tête

gɔ̏

ṵ́-bli̋

wṵ́-bi̋li̋

38

hear

entendre

ɓā̰

ɓà̰

ɓá̰

39

heart

coeur

zūʌ̋

zȕ-wɛ́

zò-wɛ̋ɛ̋

40

horn

corne

sɤ̏

sɤ̀ɤ̀-wɛ̋ɛ̋

sèlè

41

hot < warm

chaud

wɔ̋-sɯ̏

wőőɩ̏, wőȉ

zőlő, wőő-yȅ

42

I

je, moi

a, ɓa̰, n̄

a, ɓa̰, ń

a̰, ɓa̰, ń

43

kill

tuer

zʌ̀

zʌ̄

zɛ́

44

knee

genou

kpīɤ̏ɤ̏

kpɔ̋ŋ̏

kpőŋ́

45

know

savoir

dɔ̄

dɔ̰̀

dɔ̰́

46

leaf

feuille

ɗɛ̋

kwɛ̋10

ɗɛ̋-kwɛ̋, kwɛ̋

47

lie

se coucher, être couché

wɔ̏, kpā

kpa̋a̋

kpa̋a̋

48

little < small

petit

sɛ̰̄ɛ̰̋ɗʌ̰́

sɛ̀ɛ̏nʌ́, tɩ̋tɩ̋11

ɓa̋a̋ɗɛ̰̋

49

liver

foie

ɓlűű

ɓlű, ɓùlú

ɓűlű

50

long

long

gblɛ̰̀ɛ̰̀12

dɔ̰̋ɔ̰̋

dɔ̰̋ɔ̰̋

51

louse (head)

pou de tête

wèè

wɛ̰̀ḭ̀ŋ̀, wɛ̰̀ŋ̀

wɛ̰̋ḭ̋

52

man

homme (vir.)

gɔ̰̀

ɓḭ́ɔ̰́ < *ɓɛ̰́ɛ̰̏ gɔ̰́ɔ̰́

ɓḭ́ɔ̰̀ < *ɓḭ́ḭ̀ gɔ̰́ɔ̰̀

53

many

beaucoup

gbɛ́

ɓɛ̋ɛ̋

kpa̋á

54

meat

viande

wɯ̄

wìì

wìì

55

moon

lune

sű

sűű

mɛ́ɛ̀

56

mountain

montagne, colline

tɔ̰̏

tɔ̰̏, tɔ̰̀

tɔ̰̀ɔ̰̀

57

mouth

bouche

ɗi̋

líyű, bḭ̀ŋ̀

bḭ̀ḭ̀

58

nail

ongle

sūʌ̋

sɤ̏rɤ̏ , srɔ̏

sȕȅ

59

name

nom

tɔ́

tɔ̋

tɔ̋

60

neck

cou

ɓɔ̄

vɤ̀ɤ̀

vèlè

61

new

nouveau

dȅȅ

dɛ́ɛ́

dɛ̋ɛ́

62

night

nuit

gbēŋ̄

ɓi̋yè-gí

gbɛ̀ì gí

63

not

négation

(ka, ȁá)

64

nose

nez

yṵ̄

yṵ́-wɛ̰̋

yṵ́ṵ̀

65

one

un

dō

dʋ̀, dʋ́

dó

66

person

personne

ɓɛ̰̄

ɓɛ́ɛ̏, ɓɛ̰́ɛ̰̏

ɓɛ̰́ɛ̰̀

67

rain

pluie

ɗā

ɗá

l

68

red

rouge

zɒ̰̏ɒ̰̏ɗē13

tɛ̰̋ɛ̰̋

tɛ̰̋ɛ̰̋

69

road

chemin

zḭ̄ā̰ā̰

zíà-wɛ̋ɛ̋

záà

70

root

racine

yṵ̄

síí

sɩ̋ɩ́

71

round

rond

ɗɤ̋ɤ̋ɗɤ̏ɤ̏

ɗɤ̋ɤ̋ɗɤ̏

gìlḭ̀yȅ

72

sand

sable

yɛ̰̋ɛ̰̋

yɛ̰̋ɛ̰̋

kɛ̰̀ɛ̰̀14

73

say

dire

pɤ̄

pɤ̀

pé

74

see

voir

yɤ̄

yé

yé

75

seed

graine

gā

wɛ̋ɛ̋

wɛ̋ɛ̋

76

sit

s'asseoir

yȁ

yì-ra̋

yàà

77

skin

peau

kwī

kwíí

kwíì

78

sleep

dormir

yī

yí

yí

79

smoke

fumée

si̋ɤ̋-tɛ̋ɛ̋

si̋ɤ́-gbɛ̰́ɛ̰́

gbɛ̰̋ɛ̰̋, pàì-gbɛ̰̋ɛ̰̋

80

stand

être debout

dɔ̄

dɔ̏, dɔ̀

dɔ́

81

star

étoile

sʌ̰̄ŋ́, sűsʌ̰̄ŋ́

sűűɗʌ̰̋15

ɓɛ̰́ɛ̰̋ɛ̰̋ < *ɓɛ̰́ɛ̰̀ wɛ̋ɛ̋

82

stone

pierre

gwʌ̏

gwɛ̀ɛ̀

gwɛ̀ɛ̀

83

sun

soleil

yʌ̰́ŋ̏

ya̰̋a̰̋

ya̰̋a̰̋

84

swim

nager

yi̋ kʌ̄

yi̋ kɛ́

yi̋ gő

85

tail

queue

wēŋ̄

wéíŋ́(-wɛ̋ɛ̋)

wɩ̋ɩ́

86

that

dém loin

ɓā

ɗȅ

la̋ȁ

87

this

dém proche

yā, yɤ̄

ɗȅ16

88

tongue

langue

ɗɛ̰́ɛ̰̏-gā

ɗɛ̰̀ɛ̰̀(-wɛ̋ɛ̋)

ɗɛ̰́-ɛ̋ɛ̋

89

tooth

dent

sɔ̰̋

sʋ̋ʋ̋(-wɛ̋ɛ̋)

sőő

90

tree

arbre

ɗɯ̋

yi̋l

yi̋l

91

two

deux

plɛ̀, pȅȅdʌ̄

pììré, pììrá

pȉȉlɛ́

92

walk

marcher

ta̋

ta̋a̋

ta̋a̋

93

water

eau

yi̋

yi̋

yi̋

94

we

nous

yi (ex.), kwa (in.), ko (in.du.)

kó

kó, kő

95

what

quoi ?

ɓɛ̰̏ɛ̰̏

ɓɛ̰̀à̰

ɓɛ̰̀ɛ̰̀

96

white

blanc

pűű

pűű

pűű

97

who

qui ?

dē

dèè, dèà

wa̋á

98

woman

femme

ɗē

ɗóȍ

ɗóȍ

99

you sg17

tu

ɯ̄

í, i̋

100

you pl18

vous

kā

ká

ká, ka̋

19Quelques notes sur la méthodologie. Dans le choix des mots exprimant les notions de la liste Swadesh dans chaque langue et l’établissement des liens de parenté entre les formes je me suis guidé sur les recommandations élaborées au sein de l’école comparatiste de Moscou (cf. en particulier : G. Starostin 2010; G. Starostin 2013, 79-136; Kassian, G. Starostin, A. Dybo, Chernov 2010). Les points cardinaux, formulés dans (Starostin 2013, 104ff), sont les suivants :

20(a) la formulation exacte de chaque notion, donc le problème de la polysémie des mots de la métalangue (ex. : louse – pou de tête ou pou de corps ? breast – sein ou poitrine ? etc.). A ce propos, j’ai suivi les recommandations de (Kassian, G. Starostin, A. Dybo, Chernov 2010). Par exemple, entre deux lexèmes goo, kwɛ̋ ‘feuille’ et ɗe̋e̋ ‘feuillage’, je prends kwɛ̋ comme équivalent de « leaf/feuille ».

21(b) le choix entre les synonymes. Là où on trouve deux synonymes (ou plus), c’est le plus neutre, le moins idiomatisé et le plus employé qui a été choisi. Par exemple, en dan-gwɛɛtaa, il y a deux synonymes pour ‘ventre’, gú et gblɯ̋ (ou même trois, si on considère la forme déclinable gblɯ̋ɗɛ̏ comme un lexème différent de gblɯ̋ ). Dans mon corpus de textes dan d’environ 20 mille mots, j’ai trouvé 12 occurrences de gú, dans des contextes différents, et seulement 1 occurrence de gblɯ̋ et 3 occurrences de gblɯ̋ɗɛ̏ (tous les trois dans la même expression). Par conséquence, j’ai pris le lexème gú.

22(c) l’absence d’équivalents. Là où une notion de la liste Swadesh n’a pas d’équivalents dans la langue comparée, la position dans la liste reste vide ; par conséquent, la liste est raccourcie. Comme mon exercice ne concerne que trois langues (et son but est avant tout d’éclaircir la position du goo dans ce triangle), j’ai décidé quand même de remplacer les deux notions non-existantes dans ces langues, « green/vert » et « yellow/jaune » par deux autres, « go/aller » et « you (pl.)/vous ». Si on décide un jour d’utiliser ma liste pour une comparaison plus globale, il sera très facile d’enlever ces deux termes.

23(d) le traitement des mots composés. Un mot à une racine (R1) dans la langue X et un mot composé dans la langue Y (R1 + R2) dont une des racines est apparentée avec le mot de la langue X sont normalement considérés comme des cognates là où la racine partagée peut être vue comme sémantiquement principale (le cas de goo ṵ́-ɓli̋ et toura wṵ́ tête’). Là où les « racines d’appui » sont différents, les mots composés ou les expressions sont perçus comme non-cognates (le cas de « bite/mordre » : goo kṵ̋ sűű ká, litt. ‘attraper avec les dents’ vs. toura sɔ̋ dɔ́, sőő dɔ́, litt. ‘mettre la dent’).

24(e) le traitement des emprunts. Selon un des principes de la « glottochronologie améliorée » de Sergey Starostin, tous les emprunts doivent être éliminés des listes comparées ; seules les « mutations internes » sont prises en compte. Dans notre cas, interviennent les considérations suivantes :

– avant qu’une étude approfondie de reconstruction soit accomplie, il est souvent difficile de dire (surtout à propos de langues proches) s’il s’agit d’une rétention commune ou d’un emprunt. Dans notre cas, on peut supposer que les mots comme sűű ‘lune’, sɛ̀ɛ̏ɗʌ̰́ ‘petit’, ɗɤ̋ɤ̋ɗɤ̏ ‘rond’ (et probablement d’autres) sont en goo des emprunts au dan, mais dans ce dernier cas, gìlḭ̀yȅ ‘rond’ en toura peut être une innovation (la racine dont provient ɗɤ̋ɤ̋ɗɤ̏ étant bien représentée dans la famille mandé). D’autre part, compte tenu du fait que beaucoup des Goo maîtrisent le toura, on peut supposer la présence des nombreux emprunts au toura ; ainsi, les Goo utilisent très souvent une forme nɔ̋ŋ́ɗʌ̰̋ ou nɔ̋ŋ́ ‘femme’ qu’ils reconnaissent comme « un mot toura », à côté de la forme « authentique » ɗóȍ (qui est d’ailleurs identique, elle aussi, avec une forme toura). Malheureusement, à l’étape actuelle de nos connaissances de l’histoire de ces langues, on est obligé de tenir compte de cet aspect d’une façon limitée ;

– l’élimination des emprunts étant très importante pour les calculs des distances génétiques entre les langues, elle devient moins cruciale là où il s’agit de la question du statut d’une variété (une langue à part où un dialecte d’une autre langue ?). En fait, dans la synchronie, le taux des mots apparentés dans la liste reflète la facilité d’intercompréhension entre les deux langues, quelle que soit la provenance de ces mots, est c’est l’intercompréhension que nous cherchons à évaluer.

25La notion « ne … pas » (63) est inappropriée pour la comparaison lexicale des langues du groupe dan-toura-mano-goo, où la négation est exprimée (cumulativement avec les valeurs de TAM) par la flexion des marques prédicatives pronominales ou des pronoms. Cela nous amène à une liste de 99 mots.

Dans la liste, on trouve quatre positions où les mots goo n’ont pas de formes apparentées dans les deux autres langues :

12. ‘burn/brûler’ plȁ (racine inconnue des autres langues mandé-sud) ;
81. ‘star/étoile’
sűűɗʌ̰̋ (‘petite lune’, cf. la note 16 au bas de page) ;
86. ‘this/dém. loin’ et 87. ‘that/dém. proche’
ɗȅ (cf. note 17 en bas de page).

26Dans treize cas, les formes goo ont des cognates en dan-gwɛɛtaa mais pas en toura :

  • 19 Je suppose que nous avons ici une correspondance régulière (bien que peu fréquente) dan, toura gb (...)

7. ‘bite/mordre’ kṵ̋ sűű ká ;
26. ‘fire/feu’
si̋ɤ́ ;
27. ‘fish/poisson’
yűú(-wɛ̋ɛ̋) ;
49. ‘little/petit’
sɛ̀ɛ̏ɗʌ̰́ ;
53. ‘many/beaucoup’
ɓɛ̋ɛ̋19 ;
55. ‘moon/lune’
sűű ;
71. ‘round/rond’
ɗɤ̋ɤ̋ɗɤ̏ ;
72. ‘sand/sable’
yɛ̰̋ɛ̰̋ (cf. la note 15 au bas de page au sujet de la forme toura) ;
84. ‘swim/nager’
yi̋ kɛ́ ;
97. ‘who?/qui?’ dèè, dèà.

27Le nombre total de cognats goo-toura dans la liste de 99 mots est 85, ce qui fait environ 86%. Autrement dit, selon la lexicostatistique, la distance entre le goo et le toura est un peu supérieure à celle entre le kla-dan et le dan-blo ou entre le gouro et le yaouré, et correspond à une existence séparée depuis environ 1300 ans (il est vrai que ce dernier chiffre serait modifié si on tenait compte des emprunts).

28La distance entre le goo et le dan-gwɛɛtaa est encore plus considérable (ce qui répond d’ailleurs à l’attente). A part 4 mots goo différents à la fois du toura et du dan-gwɛɛtaa mentionnés ci-dessus, on trouve encore 16 mots partagés par le goo avec le toura et différents du dan-gwɛɛtaa:

1. ‘all/tous’ tő ;
4. ‘belly/ventre’
gűi̋, gwi̋ ;
5. ‘big/grand’
kpa̋á ;
10. ‘bone/os’
wɛ̋ɛ̋ ;
11. ‘breast/poitrine’
tűlű ;
13. ‘cloud/nuage’
ɗòò, ɗùwɔ̀ ;
14. ‘cold/froid’
ɓɛ̰̋ḭ̏ŋ̏ ;
38. ‘head/tête’
ṵ́-ɓli̋ ;
45. ‘knee/genou’
kpɔ̋ŋ̏ ;
47. ‘leaf/feuille’
kwɛ̋ ;
51. ‘long/long’
dɔ̰̋ɔ̰̋ ;
68. ‘red/rouge’
tɛ̰̋ɛ̰̋ ;
70. ‘root/racine’ síí ;
75. ‘seed/graine’
wɛ̋ɛ̋ ;
79. ‘smoke/fumée’
si̋ɤ́-gbɛ̰́ɛ̰́ ;
98. ‘woman/femme’
ɗóȍ.

29Le nombre des cognats entre les deux langues est 79 sur 99, donc à peu près 80%. Cela correspond approximativement à 1600 ans d’existence séparée ; c’est exactement la même distance qu’entre le kla-dan et le toura.

30On peut conclure que, selon le critère lexicostatistique, le goo est bien une langue à part, bien que proche du toura. Le schéma du sous-groupe dan-mano-toura acquiert la configuration suivante :

4. Éléments de morphologie

31Dans ce papier hâtif, je ne prétends pas du tout de donner une description du système grammatical de la langue goo (d’autant plus que son vocalisme reste énigmatique, que les règles des modifications tonales grammaticales et combinatoires sont loin d’être clarifiées, et il serait inapproprié de présenter une esquisse grammaticale digne de ce nom en transcription non-vérifiée) ; je me limiterai à un aperçu sommaire de particularités morphologiques du goo, en mentionnant occasionnellement des formes correspondantes toura.

4.1. Nom

32Il y a deux marques de pluriel : -bʋ̏ (cf. toura –bȍ ) et –ɗṵ̏ (cf. dan –ɗṵ̏ ) distribuées selon un critère sémantique, accompagné d’une certaine lexicalisation. ‑ɗṵ̏ apparaît avec des noms des parents aînés : ɗʌ̰́-ɗṵ̏ ‘pères’, ɗàà-ɗṵ̏ ‘mères’, ɗá̰wáá-ɗṵ̏ ‘grand-pères’, bàa̋ kpáȉ-ɗṵ̏ ‘grand-pères’, ɗa̰̋a̰̋-ɗṵ̏ ‘grand-mères’. Bizarrement, deux noms d’animaux forment leurs pluriels avec –ɗṵ̏ aussi: kwɛ́ɛ̀-ɗṵ̏ ‘chimpanzés’, gbɛ̰́ɛ̰̀-ɗṵ̏ ‘chiens’. Facultativement, –ɗṵ̏ s’utilise avec certains autres termes de parenté et quelques noms des humains (ɗű-ɗṵ̏ ~ ɗű-bʋ̏ ‘filles’, zi̋ɛ́-ɗṵ̏ ~ zi̋ɛ́-bʋ̏ ‘beaux-pères’, dɔ̋ɓa̰̋-bʋ̏ ~ dɔ̋ɓa̰̋-ɗṵ̏ ‘ami’, tɔ̋ɔ̏-bʋ̏, plus rare tɔ̋ɔ̏-ɗṵ̏ ‘étrangers’, ɓőɓő-bȕ, plus rare ɓőɓő-ɗṵ̏ ‘sourd-muets’), mais aussi avec la plupart des noms d’agents et de professions (bòòkɛ́ɓɛ̰̏-bʋ̏ ~ bòòkɛ́ɓɛ̰̏-ɗṵ̏ ‘guerisseurs’, kòìkɛ́ɓɛ̰̏-ɗṵ̏ ‘chasseurs’, sɔ̀bɔ̀ɓɛ̰̏-ɗṵ̏, plus rare sɔ̀bɔ̀ɓɛ̰̏-bʋ̏ ‘tisserands’, kwàɓɛ̰̏-bʋ̏ ~ kwàɓɛ̰̏-ɗṵ̏ ‘voleurs’).

33Les autres noms (y compris des noms d’êtres humains) se conjuguent avec -bʋ̏ : bèyíɗȅ-bʋ̏ ‘champs’, dúwó-bʋ̏ ‘buffle’, ɗóȍ-bʋ̏ ‘femmes’, ɓḭ́ɔ̰́-bʋ̏ ‘hommes’, ɓɛ́ɛ̀-bʋ̏ ‘humains’.

34Le goo possède des “noms locatifs” qui apparaissent dans la position post-verbale en forme morphologiquement modifiée, ce qu’on peut interpréter comme une instance de déclinaison nominale : kwi̋ȉ ‘maison’ (forme de base) – kóɗɤ̀ ou kőɗɤ̏ ‘à la maison, dans la maison’ ; péȅɗȅ ‘village’ (forme de base) – pe̋é ‘au village, dans le village’, etc. Apparemment, ce système est proche de celui en dan-gwɛɛtaa (cf. Vydrin 2011), plutôt que de celui du toura où les noms avec même suffixe locatif peuvent occuper, semble-t-il, des position syntaxiques différentes dans la phrase, ce qui exclut l’interprétation en termes d’une déclinaison.

4.2. Adjectifs

35Il y a des adjectifs non-dérivés (tíí ‘noir’, yáá ‘mauvais) et dérivés par le suffixe –yȅ (ou –yɩ̏ ) à partir des noms. La plupart des adjectifs ont des formes intensives dérivées selon trois modèles principaux.

  1. Adjectifs à ton lexical haut ou extra-haut : le redoublement avec l’insertion du morphème -tȁ- et le ton extra-bas sur la deuxième copie. Ex. : kpa̋á ‘grand, gros’ – Int. kpa̋átȁkpȁȁ, kpa̋átȁkpȁ ; pűű ‘blanc’ – Int. pűűtȁpȕȕ.

  2. Adjectifs à ton lexical extra-haut + extra-bas : redoublement avec le transfixe ‑k- … -k-. Ex. : gbɩ̋ɩ̏ ‘fort’ – Int. gbɩ̋kɩ̋gbɩ̏kɩ̏ ; kpɛ̰̋ḭ̏ŋ̏ ‘amer’ – Int. kpɛ̰̋kḭ̋ŋ̋kpɛ̰̏kḭ̏ŋ̏ ; fʋ̋ʋ̋fʋ̏ʋ̏ ‘paresseux’ – Int. fʋ̋kʋ̋fʋ̏kʋ̏.

  3. Adjectifs dérivés en –y : redoublement de la base. Ex.: kà̰yȅ ‘aigre’ – Int. kà̰kà̰yȅ ; zɔ̰̀yȅ ‘mou’ – Int. zɔ̰̀zɔ̰̀yȅ.

36On peut également mentionner quelques modèles irréguliers : túɗʌ̰̋ ‘court, peu profond’ – Int. túɗʌ̰̋ɗʌ̰̋ (redoublement du suffixe diminutif) ; sʌ̏ ‘bon, joli’ – Int. sʌ̏ɗʌ̰̋ɗʌ̰̋, Super-Intensif sʌ̏tȁsʌ̏ ; sɛ̀ɛ̏nʌ́ ‘petit’ – Int. sɛ̋ɛ̋ɗʌ̰̋-sɛ̋ɛ̋ɗʌ̰̋ (redoublement complet avec une modification tonale) ; tɩ̋tɩ̋ ‘petit’ – Int. tɩ̋tɩ̋ɗʌ̰̋ (un suffixe diminutif).

4.3. Pronoms personnels

37Les séries des pronoms personnels que j’ai pu identifier sont représentées dans le Tableau 2. Je suis certain qu’au cours des études postérieures, leurs formes (voyelles, tons, variabilité tonale…) seront précisées, et d’autres séries seront détectées ; cet inventaire n’est qu’une première approche.

38Les pronoms de la série polyfonctionnelle apparaissent dans toutes les positions syntaxiques sauf dans celle du sujet d’un énoncé verbal (excepté pour la construction progressive, cf. ci-dessous). Apparemment, il n’y a pas de formes emphatiques spéciales ; la même série pronominale se combine avec la particule emphatique ɗèɗèì : ɗèɗèì ‘moi-même’, ɗèɗèì ‘toi-même’, etc.

39Les pronoms possessifs proviennent de la fusion des pronoms polyfonctionnels avec la marque possessive ɓà en 1 pl. et 2 pl., ce qui permet parler d’une série spéciale :

ɓà̰à̰ pe̋èɗȅ ‘mon village’

kóà pe̋èɗȅ ‘notre village’

íɓà pe̋èɗȅ ‘ton village’

káà pe̋èɗȅ ‘votre village’

ȁɓà pe̋èɗȅ ‘son village’

ȁŋ̏ɓà pe̋èɗȅ ‘leur village’

40Si le possesseur est exprimé par un nom, la marque possessive apparaît souvent sous la forme à : ɗùtíí à wɛ̋ɛ̋ ‘l’argent du chef de village’.

Tableau 2. Pronoms personnels

  • 20 Concernant les formes des pronoms prospectifs, cf. une stipulation sur la page 191.

Série

Élément fusionné

1sg.

2sg.

3sg.

1pl.

2pl.

3pl

Polyfonctionnelle

kó

ká

ȁŋ̏

Possessive

à (ɓà?)

ɓà̰à̰

íɓà

ȁɓà

kóà

káà

ȁŋ̏ɓà

[ȁŋ̏ mà]

Coordinative 1

kwà

kà

?

Coordinative 2

kwáȁ

káȁ

wáȁ

Existentielle

kɤ̋ ~ kʌ̋

kó

ká

wȍ

Perfective

à ~ yà

ɓa̰̋ ~ ɓá̰

ɓa̋ ~ ɓá

yà ~ yȁ

kwa̋ ~ kwá

ka̋ ~ ká

wà ~ wȁ

Prospective20

?

ɓà̰á̰

ɓìí

éè

kòó

káá

wóó

Optative

?

kő

ka̋

wò, ò

Existentielle négative

ȁà ~ yȁà

ɓa̰̋a̰̋ ~ ɓá̰á̰

ɓa̋a̋ ~ ɓáá

yȁà ~ yȁȁ

kwa̋a̋ ~ kwáá

ka̋a̋ ~ káá

wȁà ~ wȁȁ

Négative

(ka̋, gó)

ń ~ ǹ

kó ~ kò

ká ~ kà

wȍ

Impérative

ø

kȍ (du.), kȁkȍ (pl.)

kȁ

Note. Les formes dans la colonne « élément fusionné » apparaissent après un nom (plutôt qu’un pronom) en fonction sujet ; on peut donc supposer qu’elles représentent la marque prédicative qui a fusionné avec les formes pronominales. Font exception les éléments ka̋ et gó qui accompagnent les pronoms négatifs sans fusionner.

  • 21 Le ton extra-bas du pronom 2sg. figurant dans la deuxième position peut signaler qu’il s’agit d’une (...)

41Les pronoms de la première série coordinative apparaissent en première position dans les constructions coordinatives où le deuxième participant est exprimé par un pronom polyfonctionnel21 suivi de la postposition associative ká :

(1)

Kwà

ká,

kwá

ɗṵ́

pe̋ì.

1COORD

2SG

avec

1PL.PFV

venir

au.village

‘Moi et toi, nous sommes venus au village’.

(2)

Kà

ká,

ká

ɗṵ̀.

2COORD

3SG

avec

2PL.PFV

venir

Toi et lui, vous êtes venus’.

42Là où il s’agit de plus de deux participants, toute la construction coordinative est accompagnée de la marque de pluriel –ɗṵ̏ qui suit donc la postposition ká :

(3)

Kà

ȁŋ̏

ká-ɗṵ̏,

ká

ɗṵ̀.

2COORD

3PL

avec-PL

2PL

venir

‘Toi et eux, vous êtes venus’.

43Les pronoms de la deuxième série coordinative apparaissent dans la première position de la construction coordinative dont le deuxième membre est exprimé par un nom :

(4)

Kwáȁ

pìɤ̀wóɓɛ̰̏,

kwá

ɗṵ̀.

1COORD2

forgeron

1PL.PFV

venir

‘Moi et le forgeron, nous sommes venus’.

(5)

Wáȁ

pìɤ̀wóɓɛ̰̏,

wȁ

ɗṵ̀.

3COORD2

forgeron

3PL.PFV

venir

‘Lui et le forgeron, ils sont venus’.

44Les pronoms sujets font plusieurs séries (existentielles, perfectives, prospectives, optatives, impératives, les deux séries négatives) en exprimant des valeurs aspectuelles, modales et celle de polarité ; il s’agira de leurs fonctions plus bas, dans la division « constructions verbales ».

4.4. Énoncés non-verbaux

451) L’énoncé présentatif formé d’un groupe nominal suivi de la copule dɛ̏ȉ :

(6)

Ɓà̰à̰

bélɩ̏

dȅȉ

1SG.POSS

champ

COP

‘C’est mon champ’.

46Si le groupe nominal est pronominalisé, c’est la série polyfonctionnelle qui apparaît : ń dɛ̏ȉ ‘c’est moi’, kó dɛ̏ȉ ‘c’est nous’, àŋ̀ dɛ̏ȉ ‘ce sont eux’, etc.

47L’équivalent négatif de l’énoncé présentatif est un énoncé équatif où le sujet est exprimé par le pronom existentiel négatif 3SG :

(7)

Yȁà

ń/í

ká

3SG.EXI.NEG

1SG/2SG

avec

‘Ce n’est pas moi/toi’.

(8)

Yȁá

ɗőȍɗʌ̰̋

kà.

3SG.EXI.NEG

1SG

jeune.sibling

avec

Ce n’est pas mon jeune frère/sœur’.

482) L’énoncé existentiel. Malheureusement, je n’ai pas dans mes données d’exemples d’énoncé existentiel affirmatif. La formule de l’énoncé négatif est le suivant : S ȁà ~ yȁà ɓɤ̋ ~ ɓe̋ ~ ɓi̋, ɓɤ̋ ~ ɓe̋ ~ ɓi̋ est une copule (dont le ton varie suivant une règle que je ne peux pas encore formuler) :

(9)

Wìì

wéŋ́

yȁà

ɓí.

animal

3SG

queue

NEG

COP

‘L’animal qui n'a pas de queue’ litt.: « l’animal, sa queue n’existe pas »).

(10)

ɗőȍ

áá

ɓɤ̏.

3SG

jeune.sibling

NEG

COP

‘Il n’a pas de jeunes frères ou sœurs’ (litt. : « son jeune frère/sœur n’existe pas »).

493) L’énoncé équatif a deux variantes qui se distinguent par les copules et par les fonctions communicatives de ses arguments. Dans les deux cas, l’ordre des mots est le suivant : GN1 COP GN2 ká. La postposition ká tend à perdre sa consonne, à se coller au mot précédent ou même à s’amuïr (surtout suivant le pronom 3sg.  ) :

(11)

pɤ́

tő

=

pɤ́

tő

ká

2SG

chose

COP.EMPH

3SG

2SG

chose

COP.EMPH

3SG

avec

‘C’est à moi, c’est ma propriété’.

50Avec la copule kɤ̋, le thème occupe la première position (celle du sujet), et le rhème la deuxième (le prédicat nominal) :

(12)

ɗőȍnʌ́

kɤ̋

pɔ̰́tàɓɛ̰̏

ká.

1SG

jeune.sibling

COP

cultivateur

avec

‘Mon jeune frère est cultivateur’.

51Avec la copule ɓe̋ (sans doute, une variante libre ou contextuelle de ɓɤ̋ ) ou son homologue emphatique tő, l’ordre est inverse :

(13)

Pɔ̰́tàɓɛ̰̏

ɓe̋

ɗőȍnʌ́

ká

cultivateur

COP

1SG

jeune.sibling

avec

‘Mon jeune frère est cultivateur’.

(14)

Gʋ̏ʋ̏-ɓɛ̰̏

tő

kó

ká

Goo-personne

COP.EMPH

1PL

avec

‘Nous sommes Goo’.

52Apparemment, cette différence est neutralisée dans l’énoncé équatif négatif où il n’y a qu’une seule copule, yȁà ~ ȁà :

(15)

ɗőȍnʌ́

yȁà ~ ȁà

pɔ̰́tàɓɛ̰̏

ká.

2PL

jeune.sibling

COP.NEG

cultivateur

avec

‘Ton jeune frère n’est pas cultivateur’.

53Dans le cas de pronominalisation du groupe sujet, la série existentielle apparaît :

(16)

Ɓa̰̋a̰̋

pɔ̰́tàɓɛ̰̏

ká.

1SG.EXI.NEG

cultivateur

avec

‘Je ne suis pas cultivateur’.

544) L’énoncé locatif affirmatif suit le modèle suivant : S kɤ̋ LOC, où S = sujet, LOC est un groupe nominal suivi d’une postposition locative ou un nom locatif :

(17)

ɗőȍɗʌ̰̋

kɤ̋

kʋ́ɗɤ̀.

1SG

jeune.frère

COP

maison.LOC

‘Mon jeune frère est à la maison’.

55La pronominalisation du sujet est assurée par la série existentielle :

Ȅ kʋ́ɗɤ̀. ‘Il est à la maison’. Wȍ kʋ́ɗɤ̀. ‘Ils sont à la maison’.

Dans l’énoncé locatif négatif, kɤ̋ est remplacé par la copule négative ȁà ~ yȁà, et les pronoms existentiels par leurs homologues négatifs :

Ń ɗőȍɗʌ̰̋ yȁà ~ ȁà kʋ́ɗɤ̀. ‘Mon petit frère n’est pas à la maison’. Yȁà kʋ́ɗɤ̏. ‘Il n’est pas à la maison’. Wȁà kʋ́ɗɤ̏. ‘Ils ne sont pas à la maison’.

4.5. Formes verbales non-finies

56Les formes verbales non-finies ne peuvent être présentées que préalablement, car mes données sont très incomplètes.

  • 22 Cf. le supin en toura marqué par le suffixe –i̋ que Bearth fait remonter à la postposition inessive (...)

571) Le supin est dérivé avec le suffixe –i̋ qui peut changer son ton et, d’autre part, influencer la voyelle de la base verbale : ɗó ‘aller’ → ɗɛ́-í22. Le supin assume normalement le rôle du prédicat dépendant d’un verbe de mouvement :

(18)

ɗṵ́

wìì

vɤ̀ɤ̀-bʋ̏

ɗɔ̋-i̋.

1SG.EXI

venir

1SG.OPT

animal

cou-PL

acheter-SUP

‘Je suis venu acheter des cous d’animaux.’

582) Le gérondif-1 est dérivé par le suffixe - (apparemment, d’origine Proto-Mandé-Sud ou même Proto-Mandé) et peut assumer les fonctions nominale (gi̋gá-lè ‘fatigue’ < gi̋gá ‘se fatiguer’) ou adjectivale (gíá ‘passer’, kwí gíá-lé ‘l’année passée’).

593) Le gérondif-2 est dérivé par le suffixe –yɩ̏ ou –yȅ ; apparemment, le même suffixe dérive des adjectifs des noms (cf. ci-dessus) : ɓɔ̏ ‘devenir propre’ → sɔ́ ɓɔ́-ȉ ‘habit propre, pur’ ; ɗi̋ɤ̋-gá ‘(s’)émousser’ ɗi̋ɤ̋-gáyɩ̏émoussé’.

604) L’infinitif est dérivé par le suffixe –à :

(19)

ɤ̀

ɗőőɗʌ̰́

ȁȁ

dɔ̀

ṵ̀

bò-à.

2SG

jeune.sibling

NEG

savoir

cheveux

tresser-INF

‘Ta petite sœur ne sait pas tresser les cheveux’.

61On peut mettre ce suffixe en connexion avec celui du « gérondif en ‑à » en toura (Bearth 1971, 213-221) provenant de la postposition ɓȁ. Une question se pose : est-ce que cette suffixe en goo est identique à celle de l’imperfectif (cf. ci-dessous) ? Si oui, son origine est liée plutôt avec la postposition archaïque lá. Pour le moment, mes données sont insuffisantes pour résoudre ce dilemme.

4.5. L’énoncé verbal

62L’énoncé verbal a la structure S Aux O V OI/CIRC. Si le sujet est pronominalisé, il est le plus souvent fusionné avec la marque prédicative (cf. les séries pronominales sujet, Tableau 2).

63Dans les langues mandé-sud, on trouve deux stratégies concernant la façon d’exprimer les valeurs du TAM et polarité : (1) celle des « pronoms sujet » (le toura, le gouro, le yaouré, le mwan, le wan) où les pronoms peuvent occuper la position du sujet, tout en assumant les flexions du TAM et polarité (lorsque cette position est occupée par un nom, le pronom sujet n’apparaît pas) ; et (2) celle des « marques prédicatives pronominales », ou MPP (le dan, le mano, le gban, le beng) où l’apparition des marques personnelles (fusionnées avec les marques du TAM et du polarité) est obligatoire même en présence des noms dans la position du sujet, d’où on tire la conclusion que les MPP occupent une position syntaxique spéciale, autre que celle du sujet.

64Il semble que le goo est plutôt une « langue à pronoms sujets» (comme le toura), mais on y observe une tendance à la formation des MPP. Cette tendance se manifeste surtout en variation libre des allomorphes de la marque prédicative du perfectif à ~ yà, où le deuxième allomorphe est pratiquement identique au pronom perfectif 3SG. Une situation analogique s’observe dans la construction existentielle négative. Il n’est pas loin de l’identification complète des pronoms sujets (au moins dans ces deux séries) avec les marques prédicatives, ce qui entraînerait facilement la réinterprétation des pronoms sujets comme des marques prédicatives pronominales. On dirait que le goo nous présente une illustration d’une étape intermédiaire de cette évolution.

65Faisons un aperçu rapide des constructions verbales exprimant les valeurs du TAM et polarité.

661) Le perfectif affirmatif : S à (O) V. La marque prédicative a des variantes ȁ, yà, yȁ, plus rarement ȍ, wà. La pronominalisation du groupe sujet est assurée par la série perfective des pronoms (cf. Tableau 2) incorporant la marque prédicative. En fin de phrase le verbe peut abaisser son ton (les règles de cet abaissement sont à préciser). Ex. :

ɓa̰̋ fɛ̋ŋ̋ kṵ́ ‘j’ai attrapé le rat’

kwa̋ fɛ̋ŋ̋ kṵ́ ‘nous avons attrapé le rat’

ɓa̋ fɛ̋ŋ̋ kṵ́ ‘tu as attrapé le rat’

ka̋ fɛ̋ŋ̋ kṵ́ ‘vous avez attrapé le rat’

yà fɛ̋ŋ̋ kṵ́ ‘il a attrapé le rat’

wà fɛ̋ŋ̋ kṵ́ ‘ils ont attrapé le rat’

672) Le perfectif négatif : S ká ~ ka̋ (O) V. La pronominalisation du groupe sujet est assurée par la série perfective négative qui est suivie de la marque prédicative ká : ń ka̋ fɛ̋ŋ̋ kṵ́ ‘je n’ai pas attrapé le rat’, í ka̋ fɛ̋ŋ̋ kṵ́ ‘tu n’as pas attrapé le rat’, etc.

683) L’aspect neutre : S kɤ̋ (O) V-LȀ. Le suffixe verbal désigné ici par -LȀ a plusieurs allomorphes : -ȁ, -lȁ, -wȁ̰, -ɛ̏ dont la distribution semble être partiellement conditionnée (-wȁ̰ apparaît après les voyelles nasales, (20)), partiellement libre (on trouve les allomorphes -ȁ et -lȁ dans des conditions semblables, et parfois avec le même verbe, cf. (21 et 22)) :

(20)

Zőgbɤ́

kɤ̋

àɓà

ɗʌ̰̋

zɔ̰̀-wà̰

ɗȕtíí

ɗʌ̰̏.

Zogbeu

COP

2SG.POSS

enfant

montrer-NEUT

chef.de.village

à

‘Zogbeu a montré son fils au chef de village’.

(21)

Zőgbɤ́

kɤ̋

blȁ

si̋-rȁ

kpḭ̏ŋ̏

tȁ.

Zogbeu

COP

course

prendre-NEUT

route

sur

‘Zogbeu court par la route’.

(22)

Yɛ́ɛ́

Zőgbɤ́

kɤ̋

Zőlú

sí-ȁ

ɗé

ka̋.

hier

Zogbeu

COP

Zolou

prendre-NEUT

femme

avec

‘Hier Zogbeu s’est marié avec Zolou’.

69La pronominalisation du groupe sujet est assurée par la série pronominale existentielle (cf. Tableau 2), ex. :

(23)

Wȍ

kűȉ

dɔ̀-ȁ

kwɛ̏zi̋.

3PL.EXI

maison

bâtir-NEUT

année.prochaine

‘Ils bâtiront une maison l’année prochaine’.

70Comme le montrent les exemples ci-dessus, cette construction peut exprimer des valeurs très différentes, à la fois de la zone perfective (20, 22) et imperfective (21, 23). Je la caractérise comme « la construction de l’aspect neutre » par analogie avec une construction similaire (par la forme et, apparemment, par le sens) en dan (Vydrin 2010), mais il est évident que ses particularités formelles et sémantiques demanderaient une étude approfondie.

714) L’imperfectif négatif : S ȁà (O) V-LȀ, la pronominalisation est assurée par la série existentielle négative. D’après sa forme, cette construction correspond à celle de l’aspect neutre ; cependant, apparemment, elle ne peut pas exprimer des actions accomplies et ponctuelles (à vérifier), sauf dans le futur, où l’opposition d’inaccompli vs accompli devient moins pertinente. Ex. :

(24)

Yȉrá

áá

kwa̋ȁ

dì

ɓɤ́-ȁ.

lion

NEG.IPFV

2PL.POSS

bovin

manger-NEUT

‘Le lion ne mangera pas notre vache’.

725) Le statif négatif : S ȁà (O) V. Se distingue de l’imperfectif négatif par l’absence du suffixe verbal –LȀ.

(25)

Ɓa̰̋a̰̋

ɓɤ̰́ŋ́gʌ́

dɔ̰̏.

1SG.NEG.EXI

quelqu’un

connaître

‘Je ne connais personne’.

(26)

Zőgbɤ́

ȁà

sőő-sí.

Zogbeu

NEG.IPFV

rire-prendre

‘Zogbeu ne rit pas’.

73Les exemples disponibles ne permettent pas d’établir avec certitude le sémantisme précis de cette construction.

746) Le paradigme du progressif est comme suit :

ɓḭ̋a̰̋ ɓa̋la̋ kɛ́-lȁ zɤ́. ‘Je travaille ici’.

kó ɓőkő ɓa̋la̋ kɛ́-lȁ zɤ́. ‘Nous travaillons ici’.

í ɓe̋i̋ ɓa̋la̋ kɛ́-lȁ zɤ́. ‘Tu travailles ici’.

ká ɓɤ̋ka̋ ɓa̋la̋ kɛ́-lȁ zɤ́. ‘Vous travaillez ici’.

ȁ ɓe̋i̋/ɓe̋ ɓa̋la̋ kɛ́-lȁ zɤ́. ‘Il travaille ici’.

ȁŋ̏ ɓɤ̋wò ɓa̋la̋ kɛ́-lȁ zɤ́. ‘Ils travaillent ici’.

Exemples avec des sujets non-pronominalisés :

(27)

Kòìkɛ̋ɓɛ̰̏

ɓe̋

wìì

pi̋ɛ̋-kɛ́-rȁ.

chasseur

3SG.PROG

animal

chasse-faire-NEUT

‘Le chasseur est en train de chasser le gibier’.

75La construction du progressif est bizarre de deux manières. D’abord, le sujet pronominalisé y est exprimé par la série polyfonctionnelle, ce qui est anormal ; puis, les valeurs de la personne et nombre du sujet sont exprimées deux fois, par le pronom polyfonctionnel (en fonction sujet) et par la marque prédicative.

76Ces anomalies s’expliquent évidemment par le fait que la construction du progressif est dérivée d’une construction de l’aspect neutre à clivage. Les formes de 2pl. et 3pl. le montrent d’une façon suffisamment transparente : dans ȁŋ̏ ɓɤ̋wò, l’élément ɓɤ̋ provient sans aucun doute d’une copule existentielle, et wò est un pronom sujet de la série existentielle. Donc, la construction signifiait étymologiquement « eux, ils travaillent ici » ; elle a subit une grammaticalisation et a été réinterprétée (d’ailleurs, parmi les valeurs aspectuelles de l’aspect neutre, le progressif figure aussi).

775) Le prospectif : PROS (O) V. Malheureusement, les seuls exemples de cette construction que je possède sont les suivants :

ɓà̰á̰ ɓà̰ kwi̋ȉ dɔ̏je vais bâtir ma maison

kòó kwáà kwi̋ȉ dɔ̏nous allons bâtir notre maison

ɓìí ɓà kwi̋ȉ dɔ̏ ‘tu vas bâtir ta maison’

káá káà kwi̋ȉ dɔ̏ ‘vous allez bâtir votre maison’

éè ɓà kwi̋ȉ dɔ̏il va bâtir sa maison

wóó ɓà̰ kwi̋ȉ dɔ̏ils vont bâtir leur maison

78Apparemment, les formes des pronoms sujets dans ces exemples sont fusionnées avec les pronoms possessifs faisant partie du groupe du complément d’objet direct. En plus, je ne sais pas quelle marque du prospectif apparaît après un groupe sujet non-pronominalisé.

796) L’optatif : OPT (O) V\TON. Apparemment, dans la construction optative, le verbe subit des modifications tonales dont les règles restent à définir (cf. l’exemple (28) où le ton lexical bas du verbe est remplacé par un ton extra-bas, et l’exemple (29), où le ton lexical haut est remplacé par un ton extra-haut). Malheureusement, je n’ai pas d’exemples de la construction optative à sujet non-pronominalisé, ce qui ne me permet pas d’établir la forme de la marque prédicative d’optatif qui apparaîtrait dans ce contexte.

(28)

Gwḭ̀ɗʌ̰́

kɤ̋

wɛ̀ɛ̀

ɗṵ̏

roi

COP

dire\NEUT

3SG.OPT

venir\OPT

‘Le roii dit qu’ilj vienne’.

(29)

Yà

pi̋ɛ̋

kí

ɗő

ɗólȁ

gí.

3SG.PFV

PP

que

3SG.OPT

aller\OPT

ciel

dans

‘Il veut aller au ciel’.

807) L’impératif : IMP (O) V. La série pronominale impérative est la seule qui distingue le duel et le pluriel pour la 1e personne. La forme du 1pl. kȁkȍ provient certainement de la combinaison de formes 2pl. kȁ et 1du. kȍ (litt. : « vous et nous deux »), un modèle très fréquent dans les langues mandé. Ex. :

(30)

Kȁkȍ

ɓɔ̰̀ɔ̰̀-bʋ̏

kṵ́.

1PL.IMP

souris-PL

attraper

‘Attrapons les souris’.

818) Prohibitif : NEG gó O V-ȁ ; je n’ai pas d’exemples à sujet non-pronominal. Sans doute, le suffixe verbal est identique à celui de l’aspect neutre. Ex. :

(31)

gó

fɛ̋ŋ̋

kṵ́-ȁ.

3SG.NEG

PROH

souris

attraper-NEUT

‘Qu’il n’attrape pas le rat’.

4.6. La relativisation

82La relativisation en goo suit la stratégie corrélative (très typique des langues mandé) : la proposition subordonnée se trouve à gauche ; le groupe nominal relativisé se trouve in situ dans la clause relative, il est suivi de la marque relative à. La proposition relative est suivie d’une marque finale yɛ̀. Dans la clause principale, le groupe relativisé est repris par un pronom. Ex. :

(32)

gbà

pɔ́i

ká

yɛ́ɛ́

yɛ̀,

ɓá̰

i

yɛ́.

2SG.EXI

1SG

donner

houe

REL

avec

hier

FIN

1SG.PFV

3SG

casser

‘J’ai cassé la houe que tu m’a donnée hier’.

(33)

Kwɛ̀ɛ́-ɗṵ̏

wȍ

ya̋a̋i

sìyà

yɛ̀,

chimpanzé-PL

3SG.EXI

igname

REL

gâter

FIN

pɤ̀

tú

i

ká

ȅȅ?

2SG

chose

COP

3SG

avec

Q

‘L’igname que les chimpanzés ont gâtée, est-elle à toi?’

83Comme cela a été dit dans l’introduction, l’objectif de mon aperçu préliminaire de la langue goo est très modeste : je ne prétends aucunement ni à l’exhaustivité, ni à la précision de mes données ; il s’agissait juste de signaler l’existence de cette langue et d’en donner quelques informations en attendant une étude plus détaillée.

Haut de page

Bibliographie

Bearth Thomas, 1971, L’énoncé toura, Norman (Oklahoma), S.I.L..

Bearth Thomas, 1986, L’articulation du temps et de l’aspect dans le discours toura, Berne, Peter Lang.

Casali Roderic, 2008, “ATR harmony in African languages”, Language and Linguistics Compass 2/3, pp. 496-549.

Idiatov Dmitry, Dictionnaire toura-français, Ms.

Kassian Alexei, Starostin George, Dybo Anna, Chernov Vasiliy, 2010, “The Swadesh wordlist. An attempt at semantic specification”, Journal of Language Relationship 4, pp. 46-89.

Starostin George, 2010, “Preliminary lexicostatistics as a basis for language classification : A new approach”, Journal of Language Relationship 5, pp. 79-116.

Starostin George, 2013, Langues d’Afrique. Un essai de classification lexicostatistique. Vol. 1 : La méthodologie. Les langues Khoïsan, Moscou, Jazyki slavianskoy kultury. [Старостин Г. С. Языки Африки. Опыт построения лексикостатистической классификации. Т.: Методология. Койсанские языки. М.: Языки славянской культуры, 2013.]

Vydrine Valentin, 2009, “Areal features in South Mande and Kru languages”, When languages meet: Language contact and change in West Africa, in Norbert Cyffer, Georg Ziegelmeyer (ed.), Köln, Rüdiger Köppe Verlag, pp. 91-116.

Vydrine Valentin, 2010, « “L’aspect neutre” en dan-gwɛɛtaa et les Aktionsarte », Voprosy jazykoznanija 5, pp. 63-77. [Выдрин В.Ф. «Нейтральный вид» в дан-гуэта и акциональные классы // Вопросы языкознания, 5, 2010. С. 63-77.]

Vydrine Valentin, 2011, « Déclinaison nominale en dan-gwèètaa (groupe mandé-sud, Côte-d’Ivoire) » Faits de langues 3, pp. 233-258.

Vydrine Valentin, Kességbeu Mongnan (Alphonse), 2008 Dictionnaire Dan-Français (dan de l'Est) avec une esquisse de grammaire du dan de l'Est et un index français-dan, St Pétersbourg, Nestor-Istoria.

Haut de page

Notes

1 La zone géographique du goo s’avère donc plus large qu’indiqué sur la carte http://www-01.sil.org/silesr/2000/2000-003/Dan-Tura-Mano_map.htm.

2 Ce fait a été confirmé par un infirmier Dan : après plusieurs années à Zagwɛ, il n’arrivait toujours pas à comprendre le goo.

3 D’ailleurs, on ne peut pas exclure que l’apparition de ces voyelles est due au facteur aréal ; cependant, même en dan, l’existence des voyelles postérieures non-arrondies peut être due à l’influence des langues krou, donc être un phénomène aréal, cf. (Vydrine 2009, 96).

4 Je prends la dernière version de la liste Swadesh (sur l’histoire de l’évolution de cette liste voir http://en.wikipedia.org/wiki/Swadesh_list), avec deux modifications (suivant la tradition lexicostatistique du LLACAN) : les notions « vert » (green) et « jaune » (yellow) qui ne sont pas lexicalisées dans les langues en question (et, d’ailleurs, sont le plus souvent exprimées dans les langues mandé par des créations récentes) ont été remplacées par « aller » (go) et « vous » (you pl.).

5 Les formes goo sont transcrites dans la liste (et partout ailleurs) sans tenir compte de l’hypothèse (formulée ci-dessus) sur la pertinence du contraste vocalique ±ATR.

6 Il serait probablement plus approprié de prendre pour la comparaison un des dialectes dan voisin de l’aire goo : beeple, kaa, saan ou soon. Malheureusement, je n’ai pas suffisamment de données pour ces dialectes, et je suis donc obligé de me contenter de la variété la mieux documentée, même si elle n’est pas géographiquement la plus proche du goo.

7 Je remercie Thomas Bearth qui m’a fourni les formes absentes du dictionnaire de Dmitry Idiatov et a donné de précisions d’autres lexèmes toura.

8 La même racine qu’en goo et toura est attestée dans le kla-dan : lɔ̏.

9 En toura, la forme si̋e̋ est attestée dans quelques dialectes.

10 En goo il y a un mot ɗe̋e̋ ‘feuillage’ qui représente la même racine qu’en dan-gwɛɛtaa, mais, apparemment, kwɛ̋ est la forme principale.

11 Formes de type titi apparaissent dans des dialectes dan de l’ouest, ex. dan-blo tété.

12 Cf. la forme kla-dan: drɔ́ ‘long’.

13 En dan-gwɛɛtaa, la forme tɛ̰̋ŋ̋ est archaïque; les réflexes de cette racine sont bien représentés dans d’autres dialectes dan. Il faut mentionner que les mots exprimant la valeur « rouge » sont assez instables en dan où ce sens a des fortes connotations sexuelles et subit souvent des substitutions euphémiques.

14 La forme toura kɛ̰̀ɛ̰̀ peut être un emprunt au manding (probablement, en manding cette forme provient de la même racine du Proto-Mandé que yɛ̰̋ɛ̰̋ en dan et en goo), car un réflexe régulier en toura devrait avoir plutôt un y- initial.

15 sűűɗʌ̰̋ signifie certainement ‘enfant de la lune’ (ou ‘petite lune’). L’élement sű- dans la forme dan-gwɛɛtaa sűsʌ̰̄ŋ́ provient, sans doute, de la même racine, mais la « racine d’appui » en mot composé sűsʌ̰̄ŋ́ est évidemment sʌ̰̄ŋ́.

16 Les déterminants démonstratifs sont des « mauvais » mots pour notre étude, pour plusieurs raisons. D’abord, parce que les systèmes démonstratifs des langues mandé-sud sont souvent très compliqués et incluent plus que deux éléments (ce qui rend difficile le choix de l’élément à mettre dans la liste). Egalement, parce que je n’ai pas fait l’étude des procédés démonstratifs en goo, et dans les phrases obtenues par l’élucidation à partir d’un questionnaire standard, mon informateur a utilisé le même déterminant ɗȅ pour traduire « celui-ci » et « celui-là ».

17 Les formes des séries non-subjectives dans les trois langues.

18 Les formes des séries non-subjectives dans les trois langues.

19 Je suppose que nous avons ici une correspondance régulière (bien que peu fréquente) dan, toura gb – goo ɓ. Une autre instance est le mot ɓi̋yè-gí ‘nuit’ (No. 62 dans la liste).

20 Concernant les formes des pronoms prospectifs, cf. une stipulation sur la page 191.

21 Le ton extra-bas du pronom 2sg. figurant dans la deuxième position peut signaler qu’il s’agit d’une autre série (non répertoriée dans mon tableau) ; sinon, ce ton peut provenir d’une modification contextuelle dont mes données ne permettent pas encore d’établir les règles.

22 Cf. le supin en toura marqué par le suffixe –i̋ que Bearth fait remonter à la postposition inessive gi̋.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Valentin Vydrin, « Goo : présentation d’une langue », Mandenkan, 50 | 2013, 171-194.

Référence électronique

Valentin Vydrin, « Goo : présentation d’une langue », Mandenkan [En ligne], 50 | 2013, mis en ligne le 01 décembre 2013, consulté le 17 août 2017. URL : http://mandenkan.revues.org/293 ; DOI : 10.4000/mandenkan.293

Haut de page

Auteur

Valentin Vydrin

LLACAN, UMR 8135
INALCO / USPC
vydrine@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Mandenkan sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Llacan – Langage, langues et cultures d’Afrique noire
  • Logo Search | ERIH PLUS | NSD
  • Revues.org