Navigation – Plan du site
Varia

Le comportement tonal des marqueurs prédicatifs dans la langue kakabé

The tonal behavior of predicative markers in the Kakabe language
Тональное поведение предикативных показателей в языке какабе
Alexandra Vydrina
p. 147-170

Résumés

L’article porte sur la corrélation entre 1) l’autonomie tonale et le poids phonologique d’un morphème, et 2) la grammaticalisation de son sens en kakabé. Dans cette langue les morphèmes à valeur grammaticale, comme des mors auxiliaires, des affixes verbaux et nominaux, etc., tendent à comporter une syllabe légère et ne pas avoir de ton lexical spécifique. Le plus révélateur pour la corrélation entre la phonologie et la fonction grammaticale d’un morphème est le cas des marques prédicatives poste-sujettes. Du point de vue syntaxique, ces marques occupent la position intermédiaire entre les affixes et des morphèmes plus autonomes. Au niveau phonologique, cela se reflète par le fait que le paradigme des marques prédicatives inclut à la fois des marques tonalement dépendantes ne comportant qu’une seule syllabe légère, et des marques qui ont un ton lexical et comportent plus qu’une syllabe.

Haut de page

Notes de l’auteur

Cette recherché a été menée avec le soutien financier de la fondation ELDP, subvention IGSO197 « Description and the documentation of the Kakabe language » et de la Fondation russe des sciences humaines, subvention 13-34-01015 « Les systèmes verbaux en langues mandé dans le contexte typologique et la recherche régionale ».

Abréviations
B = ton bas 
ART = article référentiel 
CAUS = causatif 
FH = futur-habituel 
GER = gérondif 
H = ton haut 
LOC = locatif 
MP = marqueur prédicatif 
NEG = négation
PFV = perfectif
PL = pluriel 
POSS = marqueur possessive 
PC.RES = participe résultatif 
PST.INTR = prétérit dans la construction intransitive 
PST.TR = prétérit dans la construction transitive 
PRF = parfait 
REF = réfactif 
REFL = réflexif 
SEQ = séquentiel 
SG = singulier 
VERB.PL = pluralité verbale.

Texte intégral

0. Introduction

  • 1 Les recherches ont été effectuées sur un corpus de textes spontanés que j’ai enregistrés au cours d (...)

1Cet article concerne la question de la réalisation des tons sur les auxiliaires dans la langue kakabé (mokolé < mandé ouest) et, dans une perspective plus large, celle du rapport entre les tons lexicaux et grammaticaux ainsi que celle de l’interaction entre les tons des morphèmes dans l’énoncé1.

2Le Kakabé est une langue minoritaire de la République de Guinée parlée sur le plateau du Fouta-Jalon. Il est difficile d’évaluer le nombre de locuteurs du kakabé parce qu’ils n’ont jamais été pris en compte dans les recensements : face à des étrangers, les Kakabé s’identifient souvent avec les Peuls. Quant à la variation dialectale, les différences les plus importantes sont attestées entre les variétés parlées dans la sous-préfecture de Timbo (dialectes sud-est) et les variétés parlées dans la sous-préfecture de Kankalabé (dialectes nord-ouest).

3Comme pratiquement toutes les langues mandé, le kakabé est une langue tonale. Est attestée une opposition de deux tons, haut et bas. Normalement, dans une langue tonale, à chaque syllabe est attribuée un des tons. En même temps, les mécanismes d’attribution des tons de surface pour chaque syllabe sont différents en fonction de divers paramètres.

4L’ordre des mots en kakabé est strictement S-Aux-O-V-X avec le X référant à tout constituant sauf sujet ou complément d’objet direct.

5Les valeurs d’aspect, de temps, de polarité et de mode sont exprimées cumulativement par le paradigme d’auxiliaires qui sont appelés dans la tradition mandéisante les marqueurs prédicatifs (MP). Leur position syntaxique dans l’énonce est strictement fixe : immédiatement après le groupe sujet, par exemple :

(1a)

bátí

nɔ́nɛ̀

sàn

1SG

PRF

lait.ART

acheter

J’ai acheté du lait’.

(1b)

máá

nɔ́nɛ̀

sàn

1SG

NEG.PRF

lait.ART

acheter

‘Je n’ai pas acheté de lait’.

6Le Tableau 1 ci-dessous présente le paradigme des marqueurs TAM et de la polarité en kakabé. Toutes ces valeurs prédicatives sont exprimées par les MP (dans le cas du progressif affirmatif et négatif, un MP se combine avec le suffixe verbal du gérondif). La seule exception est le prétérit intransitif, exprimé par le suffixe verbal ‑ta.

Tableau 1. Le paradigme des marqueurs TAM et de polarité en kakabé

MP affirmatifs

MP négatifs

bi ...-la – progressif (MP avec un suffixe de gérondif)
bátí – parfait
ka – prétérit transitif
-ta – prétérit intransitif (suffixe verbal)
ni – modal
si – futur-habituel
mání – conditionnel

bélé–la – progressif négatif (MP avec un suffixe de gérondif)
máá – perfectif négatif
téé – futur-habituel négatif
kání – impératif négatif
     
      

1. La série des MP négatifs est réduite par rapport au nombre des MP affirmatifs. Premièrement, dans la série négative il n’y a pas d’opposition entre le parfait et le prétérit. En conséquent, c’est le perfectif négatif qui s’oppose au parfait comme au prétérit affirmatif. Deuxièmement, il n’y a pas de marqueur négatif du conditionnel.

2. Le marqueur du progressif (soit négatif, soit affirmatif) se distingue des autres membres du paradigme par le fait qu’il est exprimé par la combinaison de l’auxiliaire bi (pour l’affirmatif) ou bele (pour le négatif) et du suffixe verbal –la, (tandis que les autres MP ne contiennent qu’un seul morphème) :

(2a)

Fántá

bí

bàntàráà

tùgú-lá

Fanta

être

manioc.ART

piler-GER

‘Fanta est en train de piler le manioc’.

(2b)

Fántá

bélé

bàntàráà

tùgú-lá

Fanta

être.NEG

manioc.ART

piler-GER

‘Fanta n’est pas en train de piler le manioc’.

3. L’expression du prétérit dépend de la transitivité/intransitivité de la construction. Il est marqué par l’auxiliaire ka dans les propositions intransitives et par le suffixe –ta dans les propositions transitives :

(3)

àn

tágá-tá,

àn

ká

nɛ̀tɛ́ɛ̀-nù

yén

3PL

aller-PST.INTR

3PL

PST.TR

noix.ART-PL

voir

àn

yɛ̀lɛ́-tá

àn

ká

nɛ̀tɛ́ɛ̀-nù

bɔ́ɔ́

3PL

monter-PST.INTR

3PL

PST.TR

noix.ART-PL

sortir

Ils sont partis, ils ont vu les noix, ils sont montés et ils ont pris les noix’.

7Quant au comportement tonal d’un MP, il dépend, d’abord, de sa forme phonologique et, ensuite, du contexte. Ces deux paramètres sont analysés en détail dans les sections 1, 2 et 3. La section 4 concerne la question plus générale du rapport entre la grammaticalité du morphème, sa longueur et sa capacité à porter son propre ton.

1. Les MP dans la position devant le verbe ou devant le nom

1.1. La polarisation du ton

8Le comportement tonal des MPs dépend de deux paramètres phonotactiques. Comparons le ton d’un MP monosyllabique et d’un MP dissyllabique lorsqu’ils sont devant un nom à ton haut (pour rendre la présentation plus explicite, une ligne supplémentaire est mise sous la ligne des gloses où les tons sont désignés par les lettres, H pour le haut, B pour le bas) :

(4a)

bélé

túlà

yén

1SG

être.NEG

souris.ART

voir

B

HH

HB

H

‘Je ne vois pas la souris’.

(4b)

sì

túlà

yén

1SG

FH

souris.ART

voir

B

B

HB

H

Je verrais la souris.

9D’après ces deux exemples on pourrait conclure que le MP bélé est de ton haut et le MP si de ton bas. Cependant, considérons le cas où la position du complément d’objet direct est occupée par un nom à ton bas initial :

(5a)

bélé

sùséè

yén

1SG

NEG.IPFV

poulet.ART

voir

B

HH

BHB

H

‘Je ne vois pas le poulet’.

(5b)

sí

sùséè

yén

1SG

FH

poulet.ART

voir

B

H

BHB

H

‘Je verrai le poulet’.

10Le ton du MP bélé est le même que dans la phrase (2). Par contre, le ton de si est haut, contrairement à ce qu’on observe dans la phrase (3). Dans les deux cas, le ton de si est différent du ton de la syllabe suivante : haut devant le bas et bas devant le haut. Cela permet de conclure que le ton inhérent de bélé est haut et que si n’a pas de son propre ton, ou plutôt que ce MP est caractérisé par un ton qui se polarise par rapport au ton de la syllabe suivante.

11Afin de déterminer les tons de toutes les marques prédicatives kakabé, chacune a été enregistrée dans deux contextes (comme dans les exemples 2-5), devant un nom à ton haut et devant un nom à ton bas :

(6a)

MP

túlà

yén

(6b)

MP

sùséè

yén

12Ont été également examinées presque toutes les occurrences de chaque MP dans le corpus de textes.

Le résultat de l’analyse est que les MP d’une seule syllabe légère se caractérisent par un ton polarisant. Voici ces MP avec leurs valeurs données entre parenthèses :

ka – (prétérit intransitif) ;
ni – (optatif) ;
si – (futur-habituel) ;
bi
– (MP qui en combinaison avec le suffixe verbal –la indique le progressif).

13Le marqueur du séquentiel kà ne comporte qu’une seule more, mais il est de ton bas dans n’importe quel contexte :

(7)

táá-tá

kà

jíídììsá

fìlá

nààtì.

3SG

aller-PST.INTR

SEQ

oiseau

deux

apporter

‘Il est parti et a rapporté deux oiseaux’.

(8)

sííkúlí-ndè

bòyí-tá,

kà

wúlí,

kà

pàtápàtà.

bouc-DIM.ART

tomber-PST.INTR

SEQ

se.lever

SEQ

se.débattre

‘Le petit bouc est tombé, puis il s’est levé, puis il a commencé à se débattre’.

14Bien que le marqueur kà soit toujours placé devant le groupe verbal, il est syntaxiquement différent des MP. Il n’apparaît en effet que dans les énoncés où le sujet n’est pas exprimé, comme dans les exemples (7) et (8). En outre, la valeur sémantique du séquentiel exprimée par kà ne fait pas partie des catégories de TAM et de polarité exprimées par les MP. On reviendra sur ce marqueur et son ton bas stable dans la section 4 qui porte sur le rapport entre la grammaticalité du morphème, sa dimension et sa capacité à porter son propre ton.

Les exemples suivants montrent la polarisation du ton des MP monomores ka, ni, si et bi par rapport au ton du nom suivant :

(9)

ɔ̀

nì

skkè

lè

sàà.

2PL

OPT

chanson.ART

FOC

mettre

‘Vous devez chanter une chanson’.

(10)

ɔ̀

ní

ɲgáà

dàa.

2PL

OPT

nid.ART

fabriquer

‘Vous devez fabriquer un nid’.

(11)

sì

cɔ́ɔ́rà

díí

bóló.

1SG

FH

exorcisme.ART

donner

2SG

envers

Je t’apprendrai un exorcisme’.

(12)

kúnún

́ɔ́

kà

náánè

fàgà.

hier

1PL

PST.TR

quatre.ART

mourir

‘Hier nous avons tué quatre (personnes)’.

15MP bátí, bélé …(-la) et kání qui ont deux syllabes chacun se prononcent avec le ton haut dans les deux contextes :

(13)

búúmá́-ɛ̀

bátí

nɛ̀tɛ́ɛ̀-nù

dámú.

enceinte-ART

PRF

nété.ART-PL

manger

La femme enceinte a mangé les grains de larbre néré’.

(14)

túlá-nù

bátí

húrgɔ́

bèlèbélé

sá.

souris-PL

PRF

palissade

grand

mettre

‘Les souris ont fait une grande palissade’.

(15)

állá

k

fɔ́ɔ́

dóódó

Dieux

PST.TR

3SG

dire

quelqu’un

‘Dieu a dit que personne

kání

yɛ́gɛ́

bìtà

símítɛ̀

tɔ̀.

IMP.NEG

poisson

attraper

samedi.ART

dans

‘ne peut pêcher le samedi’.

16Ils s’est avéré que les MP maa et tee possèdent un ton haut aussi :

(16)

sàgúèmà

àn

máá

dnnɛ̀

yén

matin

3PL

NEG.PFV

enfant.ART

voir

‘Le matin ils n’ont pas vu l’enfant’.

(17)

má

ɛ̀llà

yén

bùtún.

1SG

NEG.PFV

mal

voir

encore

Je n’ai pas encore vu de mal (de leur part).

(18)

ǹ

tée

kléɲɛ̀

dàmù

1SG

NEG.PFV

un.ART

manger

ì

́má

háá

ì

ní

nàa.

2SG

derrière

jusqu’à

2SG

OPT

venir

Je n’en mangerai pas un seul en ton absence avant que tu ne viennes.

17Cela signifie que l’unité quantitative qui définit le comportement tonal d’un MP n’est pas une syllabe mais une more. Ainsi, la règle de la réalisation du ton des MPs peut être formulée de la manière suivante :

(19)

les MP à deux mores (minimum) ont un ton haut ;

les MP à une more ont un ton qui se polarise par rapport au ton de la syllabe suivante.

1.2. Les formes réduites de MP

18Un autre argument en faveur de l’assertion que le comportement tonal des MP est déterminé par le nombre de leurs mores est la réalisation tonale des formes réduites de MP.

19Ces formes existent pour tous les MP dissyllabiques : bélé, bátí et kání. Quand ils sont suivis par un mot commençant par une consonne, leur voyelle finale peut s’élider. Ces formes réduites sont facultatives, elles sont utilisées surtout dans le discours rapide. Dans le cas du MP kání il s’agit d’une simple omission de la voyelle finale, kání → kán :

(20)

ì

kán

fɛ́nfɛ́n

gbàsì

ɲɔ́ɔ́

bì.

2SG

IMP.NEG

quelque.chose

frapper

ici

aujourd’hui

‘Ne frappe personne ici aujourd’hui’.

20Quant aux MP bélé et bátí, leur réduction suit un modèle plus complexe. En général en kakabé, seule la consonne nasale peut apparaître dans la coda d’une syllabe (comme dans le cas de kání). Pour cette raison, la deuxième syllabe entière (plutôt que la voyelle finale) des MP bélé et bátí est élidée. En même temps, cette réduction n’est pas complète, car elle engendre la gémination de la consonne suivante :

bátí + C bá C :
bélé + C
bé C :

21Dans les exemples (21) et (22) le nom déɲɛ̀ appartenant au groupe nominal du complément d’objet direct et le verbe kìnnɔ́gɔ se prononcent avec une consonne initiale géminée (la gémination est marquée par l’apostrophe dans la notation que j’utilise) :

(21)

à

bá’

déɲɛ̀

sɔ̀tɔ̀.

3SG

PRF

enfant.ART

recevoir

‘Elle a eu un enfant’.

(22)

sí

kálá,

kìnnɔ́gɔ́-ndén

dé,

2SG

FH

supposer

3SG

dormir-PC.RES

FOC

hárí

à

bé’

kìnnɔ́gɔ́-ndén.

mais

3SG

NEG.IPFV

dormir-PC.RES

‘Tu penses qu’elle dort, mais elle ne dort pas’.

22Bien qu’il existe un certain degré de fusion phonologique entre les MP bélé et bátí et le morphème suivant, syntaxiquement ces MP possèdent une autonomie importante par rapport au constituant suivant. Si on prenait la gémination comme un argument pour imposer un statut préfixal aux MPs, on serait obligé de dire que ce sont des préfixes qui s’attachent à tout l’ensemble du groupe verbal. On reviendra sur la question d’autonomie morphologique d’un MP dans la section 2 o les formes contractées « MP + pronom » sont décrites en détail.

23L’utilisation des formes réduites de bélé et bátí varie selon le dialecte. La forme réduite de bélé n’existe que dans les dialectes sud-est. Quant à bá, bien qu’attestée dans les deux groupes de dialectes, son utilisation n’est possible dans les dialectes nord-ouest que devant les mots à consonnes initiales dentales (t ou d), eg. : bátí tágá PRF aller’ bá’ tágá [báttágá].

  • 2 Dans ce contexte, n’importe quelle consonne kakabé peut être géminée. Dans les autres contextes, le (...)

24Dans les dialectes sud-est bátí et bélé peuvent être réduits devant n’importe quelle consonne2, par exemple :

(23)

àn

bá’

yɛ́gɛ́

bìtà

háá

3PL

PRF

poisson

attraper

jusqu’à

àn

nà

sáákú-è

bá’

fáá

yɛ́gɛ̀

là.

3PL

POSS

sac-ART

PRF

remplir

poisson.ART

LOC

‘Ils ont attrapé tellement de poissons que leurs sacs étaient pleins’.

25Les formes réduites de bélé, bátí et kání gardent leur ton haut quel que soit le ton du mot suivant. Comme ces formes sont représentées par des syllabes fermées, c’est-à-dire contenant deux mores chacune, leur ton haut est expliqué par la règle (19) : les MP à deux mores portent un ton haut, et les MPs à une more ont un ton polarisant.

26Dans les dialectes nord-ouest, outre la réduction bátí bá’, une élision de la première syllabe (báti → ti ) peut se produire dans tout contexte phonologique :

(24)

ɓá

jéè

bá’

tágá,

quand

eau.ART

PRF

aller

tí

bànbáà

tó

ɲɔ́ɔ́lá.

3SG

PRF

crocodile.ART

laisser

‘Quand l’eau est partie, elle a laissé le crocodile là-bas’.

27À la différence de bá’, le ton de ti se polarise :

(25)

állá

bát’

á

dɛ̀ɛ̀màn,

à

tì

kíímáɲɛ̀

sɔ̀tɔ̀

wɔ́ɔ́

lún.

Dieu

PRF

3SG

aider

3SG

PRF

dîner.ART

obtenir

ce

jour

‘Dieu l’a aidé ce jour-là et il a eu de quoi manger pour le dîner’.

(26)

tí

nɛ̀tɛ̀

kóló

kélén

tùgún

jígá;

pwén!

3SG

PRF

néré

os

un

encore

prendre

pwen

‘Il a repris le grain de néré et l’a jeté : pwen !’.

28La différence de comportement tonal des allomorphes bá’ et ti s’explique par le fait que ti ne comporte qu’une seule more.

1.3. Autres cas de polarisation du ton en kakabé

Dans ce qui suit, je considère d’autres cas de la polarisation tonale en kakabé.

29Marqueur de possession. Le ton du marqueur de possession se polarise par rapport au nom suivant :

(27a)

mùséè

l

nngéè

femme.ART

POSS

vache.ART

‘la vache de la femme’

(27b)

mùséè

là

krè

femme.ART

POSS

houe.ART

‘la houe de la femme’

30Préfixes verbaux. Il existe trois préfixes verbaux en kakabé : la- marqueur du causatif ; ma- marqueur de la pluralité verbale ; ta- marqueur du réfactif (la répétition de l’action). Leur ton est toujours l’inverse du ton de la première syllabe de la base verbale :

l-ftán CAUS-diviser ‘diviser’ – lá-bòyì CAUS-tomber ‘laisser tomber’ ;

tà-tágá REF-aller ‘aller encore une fois’ – tá-nà REF-venir ‘revenir’ ;

mà-jɛ́lɛ́ VERB.PL-rire ‘rire beaucoup’ – má-kàfù VERB.PL-cueillir ‘cueillir en grande quantité’.

31Pronoms. Ci-dessous sont représentés les pronoms personnels kakabé dans les deux groupes de dialectes :

Dialectes sud-est :

n

ma (exclusif)

ɔ́mà (inclusif)

i

/ ɔ

a

an(u)

Dialectes nord-ouest :

n

mɔ̀ɔ̀ (exclusif)

ɔ́mɔ̀ɔ̀ (inclusif)

i

ɔ

a

àn(u)

32Il n’y a que trois pronoms de ton lexical stable : 1) le pronom inclusif de la première personne ɔ́mɔ̀ɔ̀ (dialectes nord-ouest) et ɔ́mà (dialectes sud-est) ; 2) le pronom pluriel de la troisième personne ànù ; 3) le pronom pluriel exclusif de la première personne mɔ̀ɔ̀ (dialectes nord-ouest).

33Les tons de tous les autres pronoms se polarisent par rapport au ton lexical du mot suivant :

ǹ/ì/à/ɔ̀/

mà tólè ‘

mon

oreille’

ń/í/á/ɔ́/ má jùséè ‘mon/ton/son/votre cœur’

B

H

H

B

ǹ/ì/

à/ɔ̀/ mà

tágátá

‘je suis allé’ ń/í/á/ɔ́/ má nàátá ‘je suis venu’

B

H

H

B

34On peut donc conclure que la tonalité des pronoms personnels dépend de la quantité de mores, et que tous les pronoms monomores portent un ton polarisé. Il y a une précision à faire ici. La polarisation du ton du pronom singulier de la troisième personne a n’est pas obligatoire devant un ton bas. Ainsi, on a des variantes libres kàran et kàran ‘lis !’

35Cette particularité peut être conditionnée par le fait qu’historiquement le pronom a avait un ton lexical bas, tandis que tous les autres pronoms à une seule more avaient un ton haut. Dans le proto-mandingue la forme du pronom 3SG peut être reconstruite comme *(Davydov 2010). La forme apparaît dans pratiquement toutes les variétés du mandingue (sauf celles ayant des tons inversés) et en mokolé.

36Les pronoms singuliers de la première et de la deuxième personne peuvent être reconstruits dans le protomandingue et le protomokolé avec un ton haut, * et *.

37Quant aux pronoms personnels pluriels en kakabé, ils correspondent au niveau du protomokolé (ils sont différents dans les langues mandingues). En koranko et lélé (deux autres langues qui appartiennent à mokolé) les pronoms personnels ont les formes suivantes.

koranko (Kastenholz 1987: 172) :

m

w

ànu

lélé (Vydrin 2009 : 39) :

ǹ, m

wɔ́

ànò, àn

38On peut supposer que la tonalité des pronoms personnels du kakabé résulte d’un processus d’homogénisation. Les tons des pronoms monosyllabiques sont devenus polarisés avec l’exception que le pronom a a gardé les traces du ton bas qu’il avait à l’origine.

1.4. MP devant le verbe.

39Il a été montré que le ton d’un MP est soit haut soit polarisant en fonction de la quantité de mores que le MP contient. Mais les particularités du comportement tonal des MPs ne se limitent pas à cela. La règle (19) est valable pour les contextes où le MP est suivi immédiatement par un nom en fonction du complément d’objet direct. Quant aux constructions intransitives où le MP est suivi directement par le verbe, cette règle n’est respectée que partiellement. Le fait est que le ton lexical du verbe peut être facultativement remplacé par un ton bas, ce qui amène une neutralisation de son ton lexical.

  • 3 Comme le ton lexical du verbe peut être neutralisé, pour le déterminer il a fallu enregistrer chaqu (...)

40Les exemples (28) – (33) montrent la variabilité des réalisations tonales des verbes tágá ‘aller’, bɔ́ɔ́ ‘sortir’ et fɔ́lɔ́ ‘commencer’ dont le ton lexical est haut3. On peut aussi remarquer que le nombre des mores du MP précédent n’a aucune importance :

(28)

tí

fɔ̀lɔ̀

à

bàsàn-nà.

2SG

PRF

commencer

3SG

mélanger-GER

Tu as commencé à les mélanger’ (un des interlocuteurs accuse l’autre d’avoir commencé à mélanger deux langues, le poular et le kakabé).

(29)

àn

nì

fɔ́lɔ́

tún

dàmú-lá,

àn

ní

bìtà.

3PL

OPT

commencer

juste

3SG

manger-GER

3PL

OPT

attraper

‘Eux (les poissons) commencent à la (l’amorce) manger et ils se font attraper’.

(30)

kúmúkólè-n

úú́-lén

tún,

àn

téé

bɔ̀ɔ̀.

abeille.ART-PL

être

faire.du.bruit-PC.RES

juste

3PL

NEG.FH

sortir

‘Ces abeilles-là font du bruit seulement, mais elles ne sortent pas’.

(31)

téé

bɔ́ɔ́

nùn

́ɛ́

kílà

là

féw !

1SG

NEG.FH

sortir

RETR

ce

chemin.ART

LOC

complètement

‘Je ne serais jamais sorti sur cette route (si j’avais su qu’on se rencontrerait)’.

(32)

dóè

bá’

tág

jíí

sɔ̀rí

dúlá.

celui

PRF

aller

eau

puiser

place

Il est allé puiser de l’eau’.

(33)

ɓáy

bá’

tàgà,

k

dògòn.

quand

3SG

PRF

aller

3SG

PST.TR

3SG

se.cacher

Il est allé se cacher’.

41Conformément à la première partie de la règle (19), le ton d’un MP à deux mores reste toujours haut, cf. (31-33). Quant aux MP monomores, selon la deuxième partie de (19), ils doivent se polariser par rapport au verbe. C’est justement le cas de la réalisation tonale du MP devant un verbe à ton lexical bas. Il se trouve que dans ce cas le ton du MP est toujours haut, il est donc toujours en contraste avec le ton du verbe, par exemple :

(34)

mɔ̀ɔ̀

tí

bɛ̀n

yán.

1PL

PRF

rencontrer

ici

‘Nous nous sommes rencontrés ici’.

42La situation avec des verbes à ton lexical haut et plus compliquée. Comme ce dernier est variable, on peut imaginer trois scénarios différents de la réalisation du ton du MP : 1) soit le ton du MP se polarise par rapport au ton lexical du verbe, quelle que soit sa réalisation superficielle 2) soit le ton du MP se polarise par rapport au ton de surface du verbe, quel que soit son ton lexical 3) soit, vue l’instabilité de sa réalisation, le ton du verbe ne sert pas de repère pour le ton du MP.

43Ce qui est attesté dans les données du corpus du kakabé, c’est une irrégularité de réalisation tonale des MP monomores. Par exemple, si le verbe à ton lexical haut est prononcé avec un ton bas, le ton de MP peut être soit haut (35) soit bas (36) :

(35)

máá ‘faire’, ton lexical haut

anu

kó,

sùmúɲɛ̀

sí

màa.

3PL

dire

soirée.ART

FH

faire

‘Ils disent qu’il aura une soirée’.

(36)

́ɛ́ ‘faire’ ton lexicale haut, gbàsì ton lexical bas

dɔ̀ɲɛ́ɛ̀

nì

kɛ̀ɛ̀

jìnbé

nì

gbàsì.

danser.ART

OPT

faire

tambour.jimbé.ART

OPT

frapper

‘(Quand les parents viennent), on danse, on joue du tambour’.

44Si le verbe garde son ton haut, le MP à une more est prononcé le plus souvent avec un ton bas comme dans les exemples (29) et (30). Mais un ton haut est aussi possible dans ce contexte :

(37)

án

n

mɛ́ɛ́

ɲɔ́ɔ́

́́

dòndèn.

3PL

OPT

attendre

ici

dans

un.peu

‘Ils attendent là un peu’.

(38)

ì

sí

kɔ́ɔ

wótè

̀

tùgùn.

2SG

FH

donner

argent.ART

dans

Encore

‘Tu distribues de l’argent de nouveau’.

(39)

bí

wálí-lá

ɔ̀

yén.

1SG

être

travailler-GER

2PL

pour

Je travaille pour vous’.

45Les chiffres des occurrences des MP avec un ton bas ou avec un ton bas dans la position devant un verbe dans mon corpus de textes sont représentés dans le Tableau 2 :

Tableau 2. Ton sur le MP dans la position devant des verbes à ton lexical haut et à ton lexical bas

ton du verbe

ton du MP

ton lexical bas

ton lexical haut préservé

ton lexical haut abaissé

ton bas

0 (0 %)

21 (64%)

13 (62%)

ton haut

26 (100 %)

12 (36%)

8 (38%)

total

26 (100%)

33 (100%)

21(100%)

46Malheureusement, le nombre des occurrences de MPs monomores dans le contexte devant verbe nest pas très important dans mon corpus de textes. Ce n’est pas étonnant, puisqu’il s’agit de contextes qui doivent correspondre à plusieurs conditions en même temps : ce doit être une construction intransitive avec le MP bi, si, ni ou ti (une des formes réduites du MP bátí), le MP ka ne faisant pas partie de cette liste car il n’est utilisé que dans des constructions transitives. Au total, j’ai trouvé 80 occurrences de la construction dans laquelle un MP monomore est suivi d’un verbe, et dans 54 cas le verbe a un ton lexical haut. Cependant, les données du tableau permettent de tirer certaines conclusions par rapport à l’opposition entre les tons lexicaux haut et bas du verbe. Dans les 26 occurrences devant le verbe à ton lexical bas, le MP est prononcé avec un ton haut. Par contre, si le verbe a un ton lexical haut (soit préservé soit abaissé), le ton du MP est arbitraire, avec les quatre combinaisons possibles attestées dans les données :

(1) ton bas (MP)

→ ton bas (verbe)

21 occurrences

(2) ton haut (sur MP)

→ ton bas (verbe)

12 occurrences

(3) ton bas (MP)

→ ton haut (verbe)

13 occurrences

(4) ton haut (MP)

→ ton haut (verbe)

8 occurrences

47Cela montre que l’opposition entre des verbes à ton lexical haut et à ton lexical bas n’est que partielle : si le verbe a un ton lexical bas, le ton de MP est toujours haut, bien qu’avec les verbes à ton lexical haut, trois autres configurations sont possibles dont seule la configuration (2) est ambiguë. Par exemple, dans l’énoncé sùmúɲɛ̀ sì màà (exemple (35)) le ton bas du MP si indique que le ton lexical du verbe est haut : un MP monomore ne peut pas porter un ton bas devant un verbe à ton lexical bas. Ainsi, le ton lexical du verbe n’est pas neutralisé complètement, mais cette opposition tonale se manifeste sur le MP précédent. Il n’est pas clair de comprendre pourquoi la polarisation du ton du MP n’est pas obligatoire devant le verbe à ton lexical haut. De plus, la question demeure de savoir quelles sont les conditions exactes de l’abaissement du ton lexical haut du verbe.

48Ont donc été examinées les réalisations tonales sur les MPs et les verbes qui les suivent immédiatement. Les résultats sont synthétisés dans le Tableau 3 :

Tableau 3. Ton du MP et le ton du lexème qui le suit

contexte

quantité de mores du MP

ton du MP

ton du lexème qui suit le MP

MP + nom

deux mores

haut

lexical

une more

polarisant

lexical

MP + verbe

deux mores

haut

lexical / bas

une more

polarisant devant le ton lexical B / H ou B devant le ton lexical H

lexical / bas

49Dans ces deux contextes le ton du MP est influencé par le ton du lexème qui le suit. Le MP à deux mores a toujours un ton haut. Le ton du nom est stable dans la position après MP, et si ce dernier consiste en une seule more, son ton est obligatoirement polarisé par rapport au ton du nom. Le ton lexical du verbe après le MP peut être neutralisé en faveur du ton bas. Si le ton lexical du verbe est bas, le ton du MP à une more se polarise toujours par rapport à lui. Par contre, si le ton lexical du verbe est haut, le MP peut porter soit un ton haut soit un ton bas.

2. Le MP et le pronom

2.1. Le pronom précédant le MP

50Comme cela a été mentionné dans la Section 1, le ton des pronoms à une seule more se polarise devant un verbe ou un nom. De la même manière, il est polarisé devant un MP à deux mores, et, comme tous les MP à deux mores ont un ton lexical haut, le pronom est réalisé avec un ton bas.

(40)

ǹ

bélé

mɛ́ɛ́-lá.

1SG

NEG.IPFV

durer.longtemps-GER

‘Je ne resterai pas longtemps’.

(41)

à

bátí

sòbéè

nààtì

yánnɛ́tɔ́.

3SG

PRF

viande.ART

apporter

ici

‘Il a apporté de la viande là-bas’.

51Mais si le pronom monomore est devant un MP à une more, son ton ne se polarise pas. Il est toujours bas, quel que soit le ton du MP :

(42)

sì

kínè

tà-tábí

sì

wótè

2SG

FH

repas.ART

REP-préparer

2SG

aFH

argent.ART

tà-ɔ́kkítírɛ́.

REP-distribuer

‘Tu prépareras le repas et tu distribueras l’argent’.

(43)

bí

nàá-lá

mùn

tùmà ?

2SG

être

venir-GER

quel

temps

‘Quand est-ce que tu viendras ?’

52Tout cela suggère l’existence d’une règle qui détermine le comportement tonal des séquences formées de plusieurs morphèmes monomores :

(44)

Dans une séquence de morphèmes grammaticaux monomores qui précède un morphème à ton lexical, le dernier morphème a un ton polarisant par rapport à ce ton lexical, et tous les autres morphèmes reçoivent un ton bas.

53Voici des exemples avec une séquence de trois morphèmes grammaticaux monomores, composé d’un pronom, d’un MP et d’un préfixe verbal :

(45)

sì

tà-tágámán.

2SG

FH

REP-se.promener

‘Tu iras te promener de nouveau’.

(46)

sì

tá-nàà.

2SG

FH

REP-venir

‘Tu reviendras’.

2.2. Le pronom suivant un MP : les formes contractées

2.2.1.

54Quand un MP est suivi d’un pronom personnel (en fonction de complément d’objet direct), une contraction peut se produire, se manifestant par une modification de la qualité de la voyelle et l’apparition d’un contour tonal spécial.

55À l’exception du n 1SG et ́ɔ́ / ma 1PL, les pronoms personnels du kakabé ont une voyelle à l’initiale, et tous les MP ont une voyelle en finale. En se combinant, la voyelle finale du MP et la voyelle initiale du pronom fusionnent en une voyelle longue dont la qualité est celle de la voyelle du pronom.

Dans le Tableau 4, les formes contractées avec les MP bi, tée, máa et béle sont présentées :

Tableau 4. Formes contractées des MP bi, tée, máa, béle et des pronoms personnels

2 SG

3SG

1PL.INCL

2PL

3PL

i

A

ɔmɔɔ

ɔ

an(u)

être

bi

b’ ii

b’ aa

b’ ɔɔmɔɔ

b’ ɔɔ

b’ aanu

NEG.FH

téé

t’ ii

t’ aa

t’ ɔɔmɔɔ

t’ ɔɔ

t’ aanu

NEG.PFV

máá

m’ ii

m’ aa

m’ ɔɔmɔɔ

m’ ɔɔ

m’ aanu

NEG.être

bélé

bel’ ii / bil’ ii

bal’ aa

bel’ ɔɔmɔɔ

bel’ ɔɔ

bal’ aanu

56La longueur de la voyelle ne compte pas : téé et máá ont des formes contractées de la même manière que bi et bélé.

57En combinaison avec les pronoms а, àn(ù) et i, le MP bélé change ses deux voyelles (dans le cas du pronom i, l’assimilation de la première voyelle de bélé est facultative).

58Les formes contractées de tous les MP avec les pronoms i, a et anu sont presque obligatoires. La forme non-contractée n’apparaît qu’en prononciation ralentie ou s’il y a une pause d’hésitation après le MP. Par contre, les formes contractées avec les pronoms ɔ et ɔmɔɔ sont plutôt facultatives.

59La question se pose du statut morphologique des formes contractées. On pourrait supposer que l’existence d’une contraction phonologique en kakabé entre un MP et un pronom indique que ces deux unités ne sont pas des morphèmes libres mais plutôt des affixes.

60Cette hypothèse n’est pas confirmée par la syntaxe. Le pronom qui suit immédiatement le verbe peut être soit un complément d’objet direct, soit un possesseur pronominal à l’intérieur du constituant d’objet direct. Et quel que soit son statut, la contraction se fait de la même manière :

(47)

Músá

k’

kɔ̀ntɔ̀n

Moussa

PRF

3SG

saluer

‘Moussa l’a salué’.

(48)

Músá

k’

là

déɲɛ̀

kɔ̀ntɔ̀n

Moussa

PRF

POSS

3SG

enfant.ART

saluer

‘Moussa a salué son enfant’.

61Si l’on traitait les MP comme des morphèmes dépendants, on serait obligé de postuler pour le kakabé l’existence de préfixes qui s’attachent au constituant nominal d’objet direct avec tous ses dépendants ou, étant donné que les MPs ont un rapport sémantique plus proche avec le verbe qu’avec le complément d’objet direct, à tout l’ensemble du groupe verbal. Donc, malgré la contraction phonologique, je préfère considérer les MPs en kakabé comme des mots auxiliaires plutôt que des préfixes.

2.2.2. Les formes contractées avec le MP bi

62Le MP bi manifeste un comportement spécial en ce qui concerne sa réduction. Premièrement, ce marqueur a une forme facultative sans consonne : i. Deuxièmement, il peut être omis facultativement. Cependant, l’omission de bi ou son allomorphe sans consonne ne sont pas possibles devant des pronoms qui ont des formes contractées :

(49a)

Músá

b

áá

là

déɲɛ̀

yén-ná.

Moussa

être

3SG

POSS

enfant.ART

voir-GER

Moussa voit son enfant’.

(49b)

* Músá

là

déɲɛ̀

yén-ná.

Moussa

être

3SG

POSS

enfant.ART

voir-GER

(49c)

* Músá

Ø

là

déɲɛ̀

yén-ná.

Moussa

être

3SG

POSS

enfant.ART

voir-GER

63Ainsi la forme contractée du MP apparaît chaque fois devant un pronom à voyelle initiale.

En fonction de copule existentielle, devant un pronom, bi ne peut pas être réduit à une voyelle :

(50a)

jáámíyè

b’

áá

là

hɔ́ɗɛ̀

tɔ̀.

mosquée

être

3SG

POSS

village.ART

dans

‘Il y a une mosquée dans son village’.

(50b)

* jáámíyè ì à là hɔ́ɗɛ̀ tɔ̀.

64Mais à la différence de bi en fonction de MP, la copule bi peut être omise devant la voyelle d’un pronom :

(51)

jáámíyè ø là hɔ́ɗɛ̀ tɔ̀. ‘Il y a une mosquée dans son village’.

65Les règles de réalisation du MP bi et de la copule bi sont comparées dans le Tableau 5.

Tableau 5. Variantes de réalisation de bi devant voyelle dans un énoncé verbal et non-verbal

bi copule existentielle

biMP

forme réduite i

non

non

omission de bi

+

non

forme contractée

+

+

66L’élision de la consonne de bi (soit comme copule existentielle, soit comme MP) devant un pronom à voyelle initiale est impossible pour des raisons phonologiques : dans le système phonologique du kakabé, il est exclu d’avoir trois voyelles de suite. Par contre, l’acceptabilité de l’omission de bi est réglementé par un facteur morphophonologique : elle est permise pour une bi-copule et interdite pour un bi-MP.

67Apparemment, le lien syntaxique entre un MP et le pronom suivant est plus étroit que celui entre une copule et un pronom.

2.3. Le contour tonal de la forme amalgamée « MP + pronom »

68La forme amalgamée d’un MP et d’un pronom reçoit un ton haut. Devant un autre ton haut, elle peut se prononcer avec un contour tonal descendant.

Ce contour tonal s’étend sur toute la séquence qui peut contenir une, deux ou trois syllabes :

b’ íi | b’ íì

bél’ íi ou bél’ íì

bél’ ɔ́ɔ́mɔ́ɔ́ ou bél’ ɔ́ɔ́mɔ̀ɔ̀

69Quant au pronom sujet qui précède cette séquence, son ton est bas :

(52)

ǹ

k

á

mɛ́n,

sòbéè

bóló

1SG

PST.TR

3SG

entendre

viande.ART

être

2SG

vers

Jai entendu que tu avais de la viande’.

70Le contour tonal haut / ascendant est attribué à n’importe quelle séquence « MP + pronom objet » (sauf dans le cas où le locuteur fait une pause entre les deux composants), même si l’assimilation vocalique n’a pas lieu (ká ɔ́mɔ́ɔ, bí ɔ́mɔ́ɔ, bí ɔ́ etc.). Dans ce contexte, la distinction tonale entre les MP à une more et ceux à deux mores se neutralise.

71Quant au verbe, son ton lexical haut peut être abaissé de la même manière qu’après un MP (sans pronom objectif), cf. les exemples (53) et (54), les verbes dámú et kélé étant à ton lexical haut :

(53)

s

í

dàmù

kɔ̀tɛ́ɛ̀ !

1SG

FH

2SG

manger

maintenant

‘Je te mangerai maintenant !’

(54)

mànsáà

k

áà

kèlè

là

tándɛ̀

tɔ̀.

chef.ART

PST.TR

3SG

appeler

3SG

POSS

cour.ART

dans

‘Le chef l’a appelé dans sa cour’.

Et le ton lexical du nom reste stable.

72Les données du corpus montrent que le ton lexical du verbe est abaissé presque deux fois plus souvent après une séquence « MP + pronom » (73 % d’occurrences), qu’immédiatement après un MP (40 % d’occurrences) :

Tableau 6. Fréquence de la neutralisation du ton lexical haut

le ton lexical haut du verbe est préservé

le ton lexical haut du verbe est abaissé

le nombre total d’occurrences des verbes avec ton lexical haut

après la combinaison MP + pronom

25 (27 %)

67 (73 %)

92 (100 %)

après un MP

64 (60 %)

42 (40 %)

106 (100 %)

73La position après une séquence « MP + pronom » est défavorable pour la préservation du ton haut.

Par contre, le ton lexical du verbe est toujours préservé après un nom :

(55)

súlúkè

bɔ́ɔ́-tá

dùnbé

búú́.

hyène.ART

sortir-PST.INTR

ruche.ART

dans

‘L’hyène est sortie de la ruche’.

(56)

sííkúlí-ndè

t’

là

sásá-ndè

jígá.

bouc-DIM.ART

PRF

3SG

POSS

sac-DIM.ART

prendre

‘Le petit bouc a prit son sac’.

3. Le comportement tonal des MP : conclusions

74La réalisation tonale du MP est déterminé (1) par le nombre de mores qu’il comporte et (2) par la catégorie morphologique du mot suivant : un pronom, un verbe ou un nom. En même temps, le ton du mot suivant le MP est susceptible de modifications. Les règles sont représentées dans le Tableau 7.

Tableau 7. Le ton du MP ou de la séquence « MP + pronom » et le ton du mot suivant

contexte

nombre des mores du MP / MP‑pronom

ton du MP / MP-pronom

ton du lexème suivant le MP / MP‑pronom

MP + nom

deux mores

haut

lexical

une more

polarisant

lexical

MP + verbe

deux mores

haut

lexical / bas

une more

polarisant devant ton lexical B / H ou B devant ton lexical B

lexical / bas

MP-pronom + nom

deux mores ou plus

haut / descendant

lexical

MP-pronom + verbe

deux mores ou plus

haut / descendant

bas / lexical

75Résumons : le ton d’un MP monomore se polarise devant le nom ou le verbe suivant. Un MP à deux mores porte toujours un ton haut. La séquence « MP + pronom » (le MP soit à une more, soit à deux mores) se réalise toujours avec un ton haut ou un ton descendant. Le ton lexical du nom reste toujours inchangé. Par contre, pour le ton lexical du verbe, la position après un MP ou après la séquence « MP + pronom » est faible : son ton lexical haut peut être abaissé. Cet abaissement se produit plus souvent après la séquence « MP + pronom » qu’immédiatement après un MP. On peut supposer que la stabilité du ton du nom est due au fait que le nom comporte presque toujours un article référentiel. Cet article a la forme d’une voyelle antérieure e avec un ton bas qui se suffixe au nom. Les particularités de sa réalisation sont décrites en (Vydrina 2007). Cet article, suffixé à la racine du nom, possède son propre ton bas qui semble servir d’écran bloquant l’application des règles tonales contextuelles.

76Une autre conclusion est qu’en kakabé il y a une corrélation entre la structure segmentale du MP et la stabilité de son ton. Cette question sera considérée en détails ci-dessous.

4. La corrélation entre la longueur, le ton et le degré de grammaticalisation en kakabé

77La longueur et le ton sont en kakabé des phénomènes liés. Parmi les manifestations de cette corrélation, on peut citer l’allongement de la voyelle finale du nom suite à l’adjonction de l’article. L’allongement se produit quand l’article est ajouté à un nom à contour tonal ascendant, si le relèvement tonal commence sur la dernière syllabe du nom : dònsó – dònséê ‘chasseur’, kùrùndá – kùrùndáâ ‘anneau’ ; tɔ̀nɔ̀kɔ́ - tɔ̀nɔ̀kɛ́ɛ̂ ‘ver’ ; kàlàmá – kàlàmáâ ‘louche’.

78Un autre cas est la longueur vocalique des noms et verbes monosyllabiques. En général la longueur vocalique des morphèmes monosyllabiques est en fonction de la classe grammaticale à laquelle ils appartiennent. On distingue trois types de morphèmes :

  1. morphèmes lexicaux : racines nominales, adjectivales, verbales, adverbiales ;

  2. lexèmes auxiliaires : pronoms, MP ;

  3. morphèmes grammaticaux suffixés : marque du causatif, marque du pluriel.

79Si un morphème monosyllabique est lexical, sa voyelle est longue : báá ‘grand’, kàá ‘serpent’, káá ‘ruisseau’, sɔ̀ɔ́ ‘être debout’, dáá ‘créer’.

80La longueur des voyelles des morphèmes monosyllabiques auxiliaires (des MP et des pronoms) est déterminée lexicalement. Certains MP monosyllabiques et pronoms ont une voyelle brève (i 2SG, a 3SG, ni OPT, ka PST.TR, si FH etc.), d’autres ont une voyelle longue (máá NEG.PFV, téé NEG.FH, mɔ̀ɔ̀ 1PL).

81Enfin, les affixes (tous monosyllabiques) ont une voyelle brève : la- marque causative, ma- marque de la pluralité verbale, ta- marque du réfactif, -ma suffixe du passif, etc.

82La division des morphèmes entre ces trois groupes se manifeste aussi dans leur comportement tonal. Les morphèmes lexicaux ont leur propre ton lexical (même s’il se neutralise dans certains contextes). La tonalité des morphèmes auxiliaires est en fonction de leur structure segmentale. Ceux comportant deux mores ou plus ont un ton stable ; par contre, les morphèmes auxiliaires à une more sont caractérisés par un ton polarisant. Enfin, le ton des affixes est toujours déterminé par le contexte. Le ton des préfixes verbaux se polarise par rapport au verbe, et le ton des suffixes est une copie du ton de la syllabe précédente.

83Il y a deux morphèmes auxiliaires monomores dont le ton n’est pas polarisant mais plutôt bas stable : c’est le marqueur du séquentiel kà dont on a parlé dans la section 1.2 et l’article référentiel –è, qui a été mentionné à la fin de la section 3. En plus, il y a le pronom personnel de troisième personne qui a deux variantes de réalisation dans n’importe quel contexte : avec un ton polarisant ou avec un ton bas.

84Cela permet d’interpréter le ton polarisant comme une réalisation du ton haut sous-jacent sur les morphèmes monomores et de dire que l’opposition ton haut / ton bas est préservée dans ce cas. En même temps, il faut noter qu’il existe un fort déséquilibre en faveur du ton polarisant : il n’y a que deux morphèmes monomores à ton bas stable. Évidemment, en diachronie, ce n’étaient que des morphèmes à ton haut mais aussi des morphèmes à ton bas qui ont acquis un ton polarisant. On peut citer le cas du pronom personnel 2PL.EXCL ma qui a un ton polarisant en kakabe, mais un ton bas en lélé et koranko. (cf. la section 1.3).

85En tout cas, on ne peut nier l’existence de corrélation entre le ton et la structure segmentale du morphème, et ces deux paramètres formels sont liés au degré de grammaticalité qui est un paramètre sémantique.

86Il est significatif que la longueur des verbes monosyllabique se distingue de la longueur des noms monosyllabiques. Dans la section 3 il a été montré que le ton lexical du nom est plus stable que le ton lexical du verbe. Il s’avère que la longueur d’un verbe monosyllabique est aussi systématiquement distincte de la longueur d’un nom. La voyelle d’un nom monosyllabique est toujours considérablement plus longue qu’une voyelle brève. Par contre, un verbe monosyllabique, en principe, peut se prononcer avec une voyelle brève. Quant à la prononciation longue de sa seule voyelle, elle est plutôt « semi-longue », c’est-à-dire que la voyelle d’un verbe monosyllabique est beaucoup moins longue que la voyelle d’un nom monosyllabique. La question de la réalisation phonétique de la longueur des monosyllabes est analysée en détails dans (Vydrina 2008).

87Tout cela nous conduit à la conclusion que la perte progressive du ton lexical accompagne le processus de la grammaticalisation en kakabé. On peut comparer le fonctionnement du ton en kakabé avec le fonctionnement de l’accent dans les langues à accent. L’accent est caractéristique d’un mot autonome, et le passage d’une unité lexicale à la catégorie des clitiques et conséquemment des affixes est accompagné par sa perte. En kakabé, chaque unité autonome se caractérise par son propre contour tonal (un ton lexical), et le passage à la classe des morphèmes auxiliaires s’accompagne de la perte de ton lexical.

88(Heine et al. 1991: 15) propose la définition suivante de la grammaticalisation: “With the term “grammaticalizaion” we refer essentially to an evolution whereby linguistic units lose in semantic complexity, pragmatic significance, syntactic freedom, and phonetic substance, respectively”.

89En accord avec cette définition, en kakabé la grammaticalisation sémantique d’une unité et le changement des ses propriétés distributives sont accompagnés par la perte du ton et de la longueur.

Haut de page

Bibliographie

Davydov A., 2010, “Historical morphology of personal pronouns in Manding”, Personal pronouns in Niger-Congo languages. International workshop. Abstracts and papers. Working materials, St. Petersburg, September 13-15 2010, pp. 23-37.

Heine B., Claudi U., Hünnemeyer F., 1991, Grammaticalization: A Conceptual Framework, Chicago, University of Chicago Press.

Kastenholz R., 1987, Das Koranko. Ein Beitrag zur Erforschung der Nord-Mande-Sprachen, Dissertation, Köln, Mundus.

Vydrine Valentin, 2009, « Esquisse de la langue lélé (groupe mokolé) », Mandenkan 45, pp. 29-104.

Vydrina Alexandra, 2008, “Vowel length in the Kakabe language”, Mandenkan 44, pp. 79-88.

Vydrina Alexandra, 2007, « Réalisation d’article référentiel en kakabé », IV colloque sur la typologie et la grammaire pour jeunes chercheurs. Institut de recherche linguistique, St. Pétersbourg, 1-3 novembre 2007, Recueil d’articles. Nestor-Istoriya, St. Pétersbourg, pp. 56-59 [en russe].

Haut de page

Notes

1 Les recherches ont été effectuées sur un corpus de textes spontanés que j’ai enregistrés au cours des missions de terrain en Guinée en 2008, 2009 et 2010. La durée totale des textes enregistrés est 153 mn. En dehors de textes spontanés, des données élicitées ont aussi été utilisées dans certains cas.

2 Dans ce contexte, n’importe quelle consonne kakabé peut être géminée. Dans les autres contextes, les consonnes f, s, h, w, y ne peuvent pas être géminées.

3 Comme le ton lexical du verbe peut être neutralisé, pour le déterminer il a fallu enregistrer chaque verbe dans un contexte spécial. Pour les verbes intransitifs c’est la forme à suffixe –ta (le marqueur du prétérit) et pour les verbes transitifs, la forme de l’impératif.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alexandra Vydrina, « Le comportement tonal des marqueurs prédicatifs dans la langue kakabé », Mandenkan, 50 | 2013, 147-170.

Référence électronique

Alexandra Vydrina, « Le comportement tonal des marqueurs prédicatifs dans la langue kakabé », Mandenkan [En ligne], 50 | 2013, mis en ligne le 01 décembre 2013, consulté le 29 mai 2017. URL : http://mandenkan.revues.org/283 ; DOI : 10.4000/mandenkan.283

Haut de page

Auteur

Alexandra Vydrina

LLACAN, UMR 8135
INALCO / USPC
alexandra.vydrina@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Mandenkan sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Llacan – Langage, langues et cultures d’Afrique noire
  • Logo Search | ERIH PLUS | NSD
  • Revues.org