Navigation – Plan du site
Varia

L’espace déictique dans la langue mwan

Deictic space in the Mwan language
Дейктическое пространство в языке муан
Elena Perekhvalskaya
p. 103-116

Résumés

L’article traite d’un système compliqué des démonstratifs en mwan (Mandé-sud). L’étude est basée sur les données expérimentales obtenues en utilisant une méthode élaborée par un groupe de recherche de linguistique cognitive de Max Planck. Les propriétés morphologiques, syntaxiques et fonctionnelles des démonstratifs en mwan ont été analysées. Il s’avère que le système des démonstratifs en mwan comporte cinq éléments qui s’opposent par des indices suivants : 1) le locuteur, l’auditeur ou une tierce personne comme le point de repère ; 2) localisation dans la vue ou hors la vue du locuteur ou de l’auditeur ; 3) localisation en contacte ou hors contacte avec le corps du locuteur.

Haut de page

Notes de l’auteur

Cette recherche a été effectuée dans le cadre du Projet НШ-575.2012.6 (Programme présidentiel à l'appui des écoles scientifiques de premier plan « Ecole de linguistique générale Yu. S. Maslow ») et du Projet RGNF № 13-34-01015 « Les systèmes verbaux des langues mandé dans le contexte des recherches typologiques et aréales ».

Abréviations
1pl = 1e personne du pluriel
1sg = 1e personne du singulier
2pl = 2e personne du pluriel
2sg = 2e personne du singulier
3pl = 3e personne du pluriel
3sg = 3e personne du singulier
anaph = pronom anaphorique
art = article défini
conj = conjonctif
cop = copule
dat = postposition à valeur dative
e  = exemple elicié
emph
 = pronom de série emphatique
excl = exclusif
foc = marqueur de focus
fut = futur
ger = nom verbal
gn  = groupe nominal
hab = habituel
ins = postposition à valeur instrumentale
n = exemple naturel
neg = négation
nsbj = pronom de série non-sujet
pl = pluriel
poss = pronom de série possessive
pref = préfixe
prf = perfectif
prog = progressif
q = particule de question
rel = relativisateur
spn = supin

Texte intégral

« Toute langue nous permet de conceptualiser l’espace qui nous entoure et de communiquer quelque chose sur lui »
(Wassmann, Dasen 1998, 689).

1Le centre des axes de coordonnées de l’espace linguistique est un acte de parole. « Dans toutes les langues naturelles, sans exception, les coordonnées linguistiques des faits sont données par rapport aux Lieu et Temps de l’acte de parole en d’autres termes — par rapport à « ici » et « maintenant » (et, finalement, par rapport à « moi ») » (Mel’chuk 1998, II : 47).

2Le Locuteur est placé dans l’espace du discours. Les principaux paramètres déictiques de l’acte de parole sont le « moi – ici – maintenant », nommé par Kasevich « la triade déictique de base » (Kasevich 1996 : 225). Suivant Espersen, Jakobson les a appelés « les mots-shifteurs ». La valeur de ces mots change avec chaque nouvel acte de parole, parce que chaque acte de parole a son propre, unique « moi », « ici » et « maintenant » (Jakobson 1971).

3Dans cet article nous nous intéressons avant tout à « ici ». C’est le point de repère qui indique l’endroit où l’acte de la parole se produit et précise l’emplacement du Locuteur. Le Locuteur est placé au centre de l’espace, il représente le point à partir duquel l’espace déictique est mesuré.

L’espace déictique dans les langues du monde

4Les coordonnées linguistiques sont inexactes (« diffuses ») — les catégories de langue n’expriment jamais des valeurs exactes. La langue « est généralement basée sur des concepts très approximatifs… par exemple longue distance vs courte distance ; devant vs derrière, jusqu’à (= avant) vs après, etc. » (Mel’chuk 1998, II : 48).

5Dans les langues naturelles, les procédés déictiques se rapportent à l’espace du Locuteur. C’est la catégorie shifteur de deixis spatial. La position de l’objet se caractérise par sa proximité au Locuteur. Dans toutes les langues il y a des mots démonstratifs qui caractérisent la distance de l’Objet par rapport au Locuteur (ex.  français celui-cicelui-là). C’est la division de l’espace « en termes de langue. »

6Les langues divisent l’espace déictique différemment. La langue russe, de même que le français, l’anglais et de nombreuses autres langues, ont des systèmes à deux termes opposés selon l’axe « proche du Locuteur » vs « loin du Locuteur ». Les systèmes binaires sont répandus mais pas du tout universels. Des nombreuses langues africaines, mwan inclus, présentent des systèmes bien plus compliqués.

  • 1  Antoine Meillet mentionne l’existence des plusieurs racines avec une valeur démonstrative dans la (...)

7En latin classique, il y a trois pronoms démonstratifs : hic ‘ceci’ indiquant des objets proches de la 1re personne; ĭste ‘ce’, proche de la 2e personne, et ĭlle ‘cela’ indiquant des objets proches de la 3e personne (Bourciez 1946 : 86). Le même modèle se manifeste en espagnol et en portugais. En espagnol, les trois membres du système déictique sont esto, eso et aquel. « Esto désigne un objet situé à proximité du Locuteur; eso est proche de l’Auditeur, aquello est loin de tous les deux » (Alonso, Ureña 1938, II : 120)1. Le système ternaire est assez répandu : on le trouve en tahitien, en japonais, etc.

8Apparemment, le système des termes déictiques le plus compliqué parmi les langues naturelles comporte quatre éléments. La langue tabassaran peut en servir d’exemple.

9Il y a d’autres systèmes déictiques compliqués, comme ceux de l’aléoutien (Golovko 1997), du nivkh (Gruzdeva 1997) et du tohono o’odham (Zepeda 1983), où d’autres paramètres entrent en jeu : la position de l’Objet par rapport au Locuteur sur l’axe vertical (« plus haut » ou « plus bas »), la position de l’Objet devant le Locuteur ou à côté ; la visibilité ou l’invisibilité de l’Objet par le Locuteur, etc.

  • 2  Il est intéressant de voir que les langues mandingues contredisent ce principe, cf. bambara yàn ‘i (...)

10Une observation intéressante à propos du symbolisme acoustique est que les démonstratifs désignant l’espace proche du Locuteur contiennent normalement des voyelles fermées, tandis que les démonstratifs qui indiquent l’espace éloigné contiennent des voyelles ouvertes : E.g.  angl. thisthat; fr. ci, etc. (Plungian 2012 : 325–326)2.

11Du point de vue catégoriel, les termes déictiques dans les langues du monde peuvent appartenir à des classes lexicales différentes : les adjectifs pronominaux (espagnol este, ese, aquel), les pronoms démonstratifs (russe etoto), les adverbes spatiaux (anglais here – there), les verbes (bouriate iige- ‘faire comme on le fait ici’ tiige- ‘faire comme on le fait là’). Les adjectifs démonstratifs pronominaux et les pronoms démonstratifs constituent souvent une même classe de démonstratifs nominaux, selon le terme de R. M. W. Dixon (2003) : français ce livre est c’est (< ce est) un livre. Cette situation est typique des langues européennes, mais pas forcément des langues d’Afrique de Ouest, comme le mwan.

L’espace déictique dans la langue mwan

12La langue mwan (groupe mandé sud) a un système déictique à six termes. Afin de définir le sémantisme de ces termes d’une façon exacte, j’ai entrepris une étude en utilisant une méthode élaborée par le groupe d’étude cognitive du langage de l’Institut d’Anthropologie Comparée de Max Planck (Levinson 1999).

13Le but de ce travail est d’inventorier les procédés du deixis spatial en mwan et de les ranger selon les axes suivants :

  1. les mots déictiques ayant le Locuteur pour point de repère et ceux ayant l’Adressé pour point de repère ;

  2. la distance (degrés d’éloignement par rapport au Locuteur) ;

  3. autres paramètres du système déictiques : visibilité / invisibilité, contact physique / absence de contact physique ;

  4. utilisation spécifique de chaque élément.

14L’expérimentation s’est déroulée avec la participation de deux locuteurs natifs du mwan, tous les deux ayant une bonne pratique du français. Des objets différents (un livre, un téléphone portable, une chaise) ont été utilisés. On déplaçait ces objets et les mettait dans des positions différentes : en contact avec le corps du locuteur ou de l’auditeur ; à des distances différentes par rapport aux participants de la communication ; derrière ou devant un obstacle ; dans la position où l’objet était visible ou invisible du locuteur ou de l’auditeur, etc. L’informateur se présentait tantôt avec le rôle du locuteur, tantôt avec celui de l’auditeur. Il désignait l’objet en question en combinaison avec le mot en question (« cette chaise-ci », « cette chaise-là », etc.). On a demandé à l’informateur de créer un énoncé comportant l’expression déictique en question. Les résultats obtenus ont été vérifiés sur un corpus de textes mwan.

Dans cet article, les exemples naturels sont marqués par un (N), et les exemples élicidés par un (E).

Démonstratifs nominaux

15On trouve en mwan les démonstratifs nominaux suivants. Comme le système déictique français ne fournit pas d’équivalents qui pourraient représenter leur sémantisme d’une façon adéquate, j’utiliserai des index :

lɛ́ɛ̀

gɛ̀

ɓē

nū

lāālē

yē

ce1

ici2

ici3

1

2

3

Le positionnement des mots démonstratifs mwan dans le système des parties de discours

16Tous les termes déictiques mwan peuvent être utilisés comme des modificateurs nominaux, quelle que soit la partie du discours à laquelle ils appartiennent ; ils constituent l’unique système déictique.

17Un de ces lexèmes est un déterminant : lɛ́ɛ̀ ‘celui-ci’. Comme les autres déterminants du mwan, il suit immédiatement le nom déterminé : mɛ̄ɛ̄ lɛ́ɛ̀ ‘cet homme’.

18Les autres éléments du système déictique mwan sont des adverbes spatiaux. Cela se manifeste dans la façon dont ils sont connectés au groupe nominal qu’ils déterminent. Les adverbes spatiaux se connectent avec le GN par le moyen du relativisateur lá. Autrement dit, du point de vue formel, il s’agit de constructions relatives : mɛ̄ɛ̄ lá gɛ̀ ‘l’homme qui (est) ci’ mɛ̄ɛ̄ lá ɓē ‘l’homme qui (est) là’, etc.

19À la différence du déterminant lɛ́ɛ̀, les adverbes spatiaux ne sont pas nécessairement contigus au nom déterminé. L’exemple (1) manifeste une construction relative de ce type où le nom déterminé et l’adverbe sont séparés par le circonstant é bà yí ‘dans ta poche’ :

(1)

[Yéē

pɔ̄táblù

lá

{é

bà

yí}

ɓē,]

sɔ̄

ŋ́

nī.

3sg.emph

portable

rel

2sg

poche

Dans

ici3

3sg

plaire

1sg

dat

‘Ce portable-ci dans ta poche, il me plaît’. (e)

20Malgré des statuts syntactiques différents, les éléments déictiques forment l’unique système de modificateurs nominaux.

Considérons ces éléments un par un.

21Le déterminant lɛ́ɛ̀ indique l’objet qui se trouve entre les mains du Locuteur, ou représente une partie de son corps, ou se trouve en contact immédiat avec le corps du Locuteur :

(2)

gbɛ̄nɛ̀

ɓɛ̄

lɛ́ɛ̀,

ɓɛ́

lā

ŋ́

mā.

1sg

doigt

grain

ce1

il

faire.souffrir

1sg

sur

‘J’ai mal à ce doigt-ci’. (e)

(3)

Ɓlèè

lɛ́ɛ̀,

yèŋ́

trɛ́ɓɔ́-zīí.

termite

ce1

3sg>1sg

irriter-prog

‘Ce termite-ci (qui est sur moi), il m’agace’. (e)

22Le déterminant lɛ́ɛ̀ apparaît également dans les cas où l’objet en question se trouve entre les mains de l’Adressé, dans le cas où le Locuteur indique cet objet avec son doigt et le touche. Il tombe donc dans la catégorie des objets qui se trouvent en contact immédiat avec le corps du Locuteur :

(4)

Tèlɛ̰̄

lɛ́ɛ̀,

wà

kpɛ̰́

séé

ná-à

nī.

territoire

ce1

3pl>3sg

tout

entièrement

donner-prf

1pl.excl

dat

‘Ce territoire-ci, on nous l’a donné entièrement’. (n)

23Le degré d’éloignement de l’objet de l’Adressé n’a aucune importance; l’objet peut être même hors de sa visibilité. Le déterminant lɛ́ɛ̀ est employé même dans les cas où le Locuteur et l’Adressé sont séparés par une distance considérable, de façon qu’on est obligé de parler en élevant la voix où même en criant.

24Si le nom déterminé n’est pas une chose mais une notion abstraite, lɛ́ɛ̀ s’utilise pour indiquer que cette entité est proche dans le temps ou possède un statut pragmatiquement élevé :

(5)

Ó

núà

táá

lɛ́ɛ̀

yí.

3sg

arriver-prf

fois

ce1

dans

‘Nous sommes arrivés cette fois-ci’. (n)

25Apparemment, dans certains cas lɛ́ɛ̀ perd sa relation avec le Locuteur, se transformant en marqueur de mise en relief :

(6)

sɔ́

gē-lē

pēgéé

nīīnà-lē

klɛ̄-lé

bì

lɛ́ɛ̀

zī.

2sg

pouvoir-hab

aller-ger

et

retourner-ger

faire-conj

nuit

ce1

dans

‘Tu peux faire aller et retour la nuit-là même’. (n)

26La construction avec l’adverbe gɛ̀ indique l’objet qui se trouve à portée de main du Locuteur, mais hors du contact immédiat avec son corps :

(7)

Sɛ́wɛ́

lá

gɛ̀,

yá

píà

gbā̰

ɛ́ɛ̀?

papier

rel

ici2

2sg>3sg

lire.prf

déjà

q

‘Est-ce que tu as déjà lu ce livre ?’ (le livre dont on parle se trouve sur la table devant le Locuteur). (e)

27Les mots déictiques lɛ́ɛ̀ et gɛ̀ s’opposent selon l’indice de présence/absence du contact avec le corps du Locuteur. En même temps, les deux se réfèrent à une localisation dans la proximité immédiate du Locuteur.

28La construction avec l’adverbe ɓē indique l’objet qui se trouve dans l’espace proche de l’Adressé, avec ou sans contact immédiat avec son corps. Le degré d’éloignement par rapport au Locuteur n’est pas pertinent : l’objet indiqué par la construction avec l’adverbe ɓē peut se trouver hors d’atteinte, peu visible où même invisible pour le Locuteur.

(8)

yrɛ́

kpá

ɓlèè

lá

ɓē

tā.

2sg

œil

mettre

termite

rel

ici3

3sg

sur

‘Regarde ce termite-là’ (qui est sur ton épaule). (e)

(9)

Dūnɛ̀

pú

lá

ɓē,

lrē.

chemise

blanc

rel

ici3

3sg

être.joli.hab

‘Cette chemise blanche (qui est sur toi où entre tes mains) est jolie’. (e)

29L’adverbe ɓē apparaît également quand l’objet indiqué est situé à une distance égale entre le Locuteur et l’Adressé :

(10)

Sɛ́wɛ́

lá

ɓē,

sɔ̄

ŋ́

nī.

papier

rel

ici3

3sg

plaire

1sg

dat

‘Ce livre me plaît’ (le livre se trouve entre le Locuteur et l’Adressé à la portée des mains de chacun). (e)

30Ɓē peut s’utiliser même si le Locuteur ne voit pas l’Objet, à condition que le Locuteur connaisse l’Objet en question.

31Ainsi, le déterminant lɛ́ɛ̀ et l’adverbe gɛ̀ ont la 1re personne (le Locuteur) pour point de repère ; l’adverbe ɓē a la 2e personne (l’Adressé) comme point de repère, le facteur de présence ou d’absence du contact avec le corps de celui-ci n’étant pas pertinent. Nous voyons que « l’espace du Locuteur » s’avère plus détaillé que « l’espace de l’Adressé ».

32L’adverbe ɓē apparaît également dans la situation où l’Objet se trouve à une courte distance, mais s’avère « plus aliéné » par rapport aux deux autres procédés susmentionnés. Ainsi, il peut indiquer l’Objet en possession d’une tierce personne, si cette personne est proche des interlocuteurs. L’énoncé tásá lá ɓē ‘cette cuvette’ peut indiquer qu’il s’agit d’une cuvette entre les mains d’une tierce personne si cette personne se trouve dans l’espace commun avec les interlocuteurs. E.g. :

(11)

Yéē

[bútèlí

lá

{à

kɔ́ɔ́}

ɓē]

pá-lē

ò.

3sg.emph

bouteille

rel

3sg.nsbj

main

ici3

3sg.nsbj

remplir-ger

cop

‘Cette bouteille chez lui (entre ses mains) est remplie’. (e)

33Ici la phrase relative bútèlí lá ɓē ‘bouteille qui est là’ contient le circonstant kɔ́ɔ́ ‘entre ses mains’.

34C’est aussi la construction avec l’adverbe ɓē qui apparaît dans le cas où l’Objet ne se trouve pas loin « mesuré en valeur absolue », s’il appartient à un autre « quantum d’espace ».

(12)

Kpē

lá

ɓē

sìɛ̀-là.

chaise

rel

ici3

3sg

casser-prf

‘Cette chaise est cassée’. (e)

35Il s’agit de la chaise qui est à côté des interlocuteurs, plus ou moins à portée de leurs mains, mais séparée d’eux par une porte du balcon, c’est-à-dire dans « un espace aliéné ».

36La construction avec l’adverbe déictique nū s’utilise par rapport à un Objet qui se trouve près du Locuteur (à une distance à peu près égale à celle indiquée par l’adverbe gɛ̀ ), mais très éloigné de l’Adressé où même invisible pour lui (par exemple, dans la situation d’une conversation téléphonique) :

(13)

Tásá

lá

nū

yò-ò

é-pú

lé.

cuvette

rel

1

3sg-cop

pref-blanc

ins

‘Cette cuvette (tu ne la vois pas, mais elle est ici près de moi) est blanche’. (e)

37Cette phrase a été obtenue par l’élicitation. Je n’ai trouvé aucun exemple de l’utilisation de cet élément déictique en fonction de modificateur nominal dans les textes naturels. L’élément nū est d’emploi rare, et dans mon corpus il n’apparaît qu’en tant qu’adverbe spatial.

38Tous les mots déictiques examinés jusqu’ici se réfèrent aux objets qui se localisent dans l’espace proche du Locuteur. Pour les objets qui se trouvent dans l’espace éloigné, on utilise la construction avec l’adverbe lāālē.

39Cet adverbe indique un Objet qui se trouve hors d’atteinte des interlocuteurs, le plus souvent à une distance considérable :

(14)

Fɛ́

lá

lāālē,

sɔ̄

ŋ́

nī.

maison

rel

2

3sg

plaire

1sg

dat

‘Cette maison qui est là-bas me plaît’ (la maison se trouve à un kilomètre d’ici, mais on peut bien la voir). (e)

40La construction avec l’adverbe lāālē peut indiquer un Objet qui n’est pas trop éloigné, mais se trouve dans l’espace de la troisième personne, si cette personne ne partage pas l’espace commun du Locuteur et de l’Adressé :

(15)

[yéē

pɔ̄táblù

lrē

lá

lāālē]

ɓɛ́

yâ

náà

tɛ́ɛ̀?

3sg

3sg.anaph

portable

beau

rel

2

3sg.anaph

voir.prf

q.intéressant

‘je me demande d’où vient ce beau portable qui est entre ses mains ?’ (e)

41L’adverbe lāālē correspond donc au degré suivant dans la hiérarchie d’éloignement.

  • 3  En fait, l'élément précédent (lāālē ) est impliqué dans l’opposition « visible/invisible » égal (...)

42La construction avec l’adverbe yē indique un Objet qui se trouve hors de la vue du Locuteur et de l’Adressé. Ainsi, le sémantisme de cet élément inclut un paramètre supplémentaire, « la visibilité/invisibilité » de l’Objet3, e.g. :

(16)

làklūù

wà

lá

yē

yò-ò

é-gbɛ̰̀tɛ̰̀

lé.

école

village

rel

3

3sg-cop

pref-grand

ins

‘Cette université là-bas (nous ne la voyons pas) est grande’. (e)

43Si les interlocuteurs se déplacent dans un endroit d’où on peut voir l’objet en question, l’adverbe yē est remplacé par lāālē : làklūù wà lá lāālē… ‘Cette université là-bas (nous la voyons de loin)…’

Les mots déictiques examinés peuvent être représentés dans le tableau 1.

Tableau 1. Les termes démonstratifs mwan

lɛ́ɛ̀

gɛ̀

ɓē

nū

lāālē

yē

proche du Locuteur

+

+

+

proche de l’Adressé

+

contact avec le corps

+

éloigné

+

+

invisible

+ à l’Adressé

+

44Comme le montre le tableau 1, le mwan distingue trois degrés d’éloignement qui correspondent aux trois personnes grammaticales. A quoi s’ajoutent des paramètres additionnels : le contact avec le corps et la visibilité/invisibilité.

Adverbes déictiques spatiaux

45À l’exception du déterminant lɛ́ɛ̀, tous les éléments déictiques peuvent s’utiliser, et en fait s’utilisent le plus souvent en fonction adverbiale (fonction du circonstant) en manifestant le même spectre de valeurs : gɛ̀ ‘ici (proche du Locuteur)’ ; ɓē ‘ici (proche de l’Adressé)’ ; nū ‘ici, là (proche du Locuteur, loin de l’Adressé)’; lāālē ‘là-bas (loin des interlocuteurs)’ ; yē ‘là-bas (très loin, invisible)’.

46Pour les éléments les plus fréquents, gɛ̀ (espace proche du Locuteur) et ɓē (espace proche de l’Adressé), il est parfois difficile de distinguer entre leurs emplois dans le sens spatial et temporel (ou autres sens non-déictiques). Ce sont ces deux éléments qui apparaissent le plus souvent dans les énoncés copulatifs et dans les expressions lexicalisées sá̰á̰ní gɛ̀ et sá̰á̰ní ɓē ‘maintenant’.

47Cependant, une distinction se manifeste : gɛ̀ indique souvent l’endroit proche ou lié à la 1re personne, tandis que ɓē est lié à la 2e personne’, ex. :

(17)

k

ká

láá

níínā-lɛ̄

gɛ̀,

ká

dɛ̄.

si

2pl

neg

retourner-spn

ici2

1pl.excl

2pl

tuer

‘Si vous ne retournez pas ici (où nous sommes), nous vous tuerons’. (n)

48L’adverbe ɓē indique l’endroit où se trouvent des Auditeurs (groupe de personnes).

(18)

Ké

dɛ̄

ɓē,

ké

yà

pè-à

nī

et

2sg

Père

cop

ici2

et

3sg>3sg

dire-prf

2sg

dat

zà

lá

mā

yáá

klɛ̄-lɛ̄

ɓē…

affaire

rel

à

2sg.neg

faire-spn

ici2

‘Si tu as un père, et s’il te dit de ne pas faire quelque chose là…’ (n)

49Les valeurs des autres éléments déictiques peuvent être définies plus précisément.

50Nū indique un endroit familier au Locuteur, mais inconnu de l’Adressé. La position exacte de cet endroit n’est pas clarifiée. Il se comporte comme un marqueur de la spécificité pragmatique (Givón 1984), cf. russe odin ‘un (certain)’ : odin moj drug ‘un ami à moi’.

(19)

Mí

gbú

nū

zɔ̰̀.

1sg.emph

même

cop

1

aujourd’hui

‘Moi-même, j’ai été à un certain endroit aujourd’hui.’ (n)

51Le Locuteur a en vue un endroit précis, mais il ne trouve pas nécessaire de le nommer.

52Lāālē s’utilise pour indiquer la distance éloignée, mais accessible : c’est plutôt « à l’extrémité du village » qu’ « à Abidjan » (dans ce dernier cas, on emploierait yē ).

(20)

Yéē

bàláá

lāālē.

3sg.emph

tomber-prf

2

‘Lui, il tomba là-bas (loin d’ici). (n)

53Yē désigne un endroit qui se trouve très loin du centre déictique, par exemple, au Canada, en France : il ne suffit pas que la distance soit considérable, il faut également qu’il s’agisse d’un endroit étranger, ex. :

(21)

Ɓɛ́ɛ̀

bō

yē

gā̰ā̰

zā

yí

srɔ̰́ɔ̰́

lɛ́ɛ́.

puis

3pl

rester-hab

3

3Pl

cacher

cause

dans

sorcellerie

devant

‘Et puis ils restent là-bas à cause de la sorcellerie’ (des gens qui quittent le village par peur de la sorcellerie). (n)

La combinaison de démonstratifs différents

54La combinaison de démonstratifs différents permet d’exprimer des valeurs pragmatiques :

(22)

Ɓɛ́ɛ̀yílè-é

gù-à

yē.

ŋ́

ná

ɓɛ́

c’est pourquoi

1pl.excl

quitter-prf

3

1sg

femme

3sg.anaph

bùà

Zēnúflā

ɓē

sā;

ɓɛ́ɛ̀

mí

nù-à

gɛ̀.

rester.prf

Zouénoula

ici3

un.peu,

et

1sg.emph

venir-prf

ici2

‘C’est pourquoi nous sommes partis de là (du village qui se trouve très loin). Ma femme, elle restait un peu là (chez elle) à Zouénoula, et moi, je suis venu ici (où je suis maintenant)’. (n)

55Dans cet énoncé, l’adverbe ɓē qui indique l’espace « du deuxième ordre », indique la ville natale de la femme du Locuteur. Le village que le Locuteur avait quitté était dans la région occupée par des forces rebelles ; c’était un « espace étrange ».

56Parmi les adverbes déictiques, certains peuvent se combiner :

(23)

Wlá

lá

yē

ɓē

lrē.

couteau

rel

3

ici3

3sg

être.bon.hab

‘Ce couteau (qui est à toi, même s’il n’est pas ici) est bon’. (e)

57Dans les combinaisons des démonstratifs, d’habitude, l’un exprime une valeur démonstrative, et l’autre représente d’autres types de valeurs dont il sera question ci-dessous.

58Dans le corpus des textes mwan susmentionné (16 300 mots) seules des combinaisons gɛ̀ ɓē et yē ɓē ont été trouvées. Assez souvent, ils font partie de la construction présentative :

(24)

Ke

ɓɛ́láálè,

mí

lá

mí

lè

gɛ̀

ɓē.

et

ça.veut.dire

1sg.emph

rel

1sg.emph

cop

ici2

ici3

‘En tout cas, moi, je suis ici (proche à vous). (e)

59En (24), le premier élément gɛ̀ fait partie de la construction présentative, tandis que ɓ est l’adverbe spatial. Dans l’exemple suivant (25) gɛ̀ fait partie de l’expression lexicalisée sá̰á̰ní gɛ̀ ‘maintenant’ :

(25)

Ɓɛ́ɛ̀

bō

yē

srɔ̰́ɔ̰́

zà

ɛ́

kɔ́ɔ́,

puis

3pl

rester-hab

3

sorcellerie

affaire

art

chez

dúŋ

sá̰á̰í

gɛ̀

ɓē.

mais

maintenant

ici2

ici3

‘Et puis ils restent là-bas à cause de la sorcellerie donc maintenant là’. (n)

  • 4  Toutes les occurrences ont été calculées : celles des déterminants et des adverbes spatiaux. Les c (...)

60Cependant, la fréquence de ces éléments dans les textes varie considérablement. Dans le corpus des textes mwan de 16 300 mots, la fréquence des tous les éléments déictiques est la suivante4 :

Tableau 2. Fréquence des éléments démonstratifs dans le corpus des textes mwan

lɛ́ɛ̀

gɛ̀

ɓē

nū

lāālē

yē

gɛ̀ ɓē

yē ɓē

43

126

256

12

9

40

17

3

8,5%

24,8%

50,6%

2,4%

1,8%

7,9%

3,4%

0,6%

Autres fonctions des termes déictiques

61Les adverbes déictiques gɛ̀, ɓē, yē, nū peuvent apparaître à titre d’éléments adverbiaux dans les constructions copulatives et autres qui requièrent une composante adverbiale. Dans ce contexte, l’adverbe gɛ̀ s’avère le plus neutre et presque désémantisé. Cet adverbe apparaît également dans les énoncés hors contexte, sans liens déictiques avec le discours. Il s’agit tout d’abord des constructions avec la copule présentative lè :

(26)

zɛ̄

lè

gɛ̀.

rônier

cop

ici2

‘C’est un rônier’. (n)

(27)

tī

gā-lē

lɛ̄ɛ̄

plɛ̄

lè

gɛ̀.

3sg.nsbj

oncle.maternel

mourir-ger

année

deux

cop

ici2

‘Son oncle maternel est mort depuis deux ans’. (e)

62L’élément adverbial est requis également pour exprimer la corrélation temporelle des énoncés :

(28)

ŋ́

yé-là

pē-zí

nī

gɛ̀.

1sg

3sg-foc.nsbj

dire-prog

2sg

dat

ici2

‘c’est ce que je suis en train de te dire maintenant.’

63En effet, les autres adverbes déictiques s’emploient aussi dans les énoncés non-verbaux :

(29)

Wà̰à̰ɓāā

yē.

Dieu

cop

3

‘Dieu existe’ (mais il est invisible). (n)

64L’adverbe gɛ̀ apparaît en tant que substitut d’un mot oublié :

(30)

gɛ̀…

láá

zḭ̄ɛ̰̄

wésé

láá

zḭ̄ɛ̰̄

nà-à

ŋ́

nī.

3pl

ici2

feuille

sauce

patate

feuille

sauce

donner-prf

1sg

dat

‘On m’a donné la sauce des feuilles du machin… de la patate douce’. (n)

65Dans ce cas l’adverbe peut avoir des marqueurs correspondants, comme la marque du pluriel ou l’article :

(31)

Ké

wóō…

gɛ̀…

mū

ɛ́

pwɛ́-lé,

sàyā̰à̰

mū

ɛ́.

et

3pl.emph

ici2

pl

art

entrer-conj

bandit

pl

art

‘Et ils… le machin… les bandits sont venus’. (n)

Conclusion

66À la différence de la majorité des langues du monde qui distinguent nettement entre les démonstratifs de type adjectival et les adverbes spatiaux, le mwan a un système mixte. A part lɛ́ɛ̀ qui fonctionne comme un déterminant, tous les autres éléments sont des adverbes spatiaux dont le fonctionnement se rapproche de celui des démonstratifs nominaux lorsqu’ils apparaissent dans le cadre d’une proposition relative. Cette fonction est évidemment secondaire : les noms déterminés par de telles propositions relatives sont en même temps mis en relief.

67Le système déictique du mwan distingue trois degrés d’éloignement, ce qui est compliqué par deux paramètres supplémentaires : visibilité / invisibilité, contact physique / absence de contact physique.

Haut de page

Bibliographie

Alonso Amado, Ureña Pedro.H., 1938, Gramática castellana, T. I-II, Buenos Aires, Losada.

Bourciez Edouard, 1946, Éléments de linguistique romane, (4e édit.), Paris,G. Klincksieck.

Dixon, R.M.W., 2003, “Demonstratives: A cross linguistic typologie”, Studies in languages 27:1, pp. 61–113.

Givón Talmy, 1984, “The pragmatics of referentiality”, in Deborah Schriffin (ed.) Geogetown University Round Table on language and linguistics, Washington D.C., Georgetown University Press, pp. 120–38.

Golovko Evgenij V., 1997, « La langue aléoutienne » [Aleutskij jazyk], in Jazyki mira. Paleoaziatskije jazyki, Moskva, Indrik, pp. 101–116.

Gruzdeva Ekaterina Ju., 1997, « La langue nivkh » [Nivkhskij jazyk], in Jazyki mira. Paleoaziatskije jazyki, Moskva, Indrik, pp. 139–155.

Jakobson Roman, 1971, “Shifters, verbal categories, and the Russian verb”, in Selected writings II, The Hague, Mouton, pp. 130–147.

Kasevich Vadim B., 1996, Le bouddhisme. L’image du monde. Langue. [Buddizm. Kartina mira. Jazyk], Sankt-Peterburg, Peterburgskoje vostokovedenije.

Levinson Stephen C., “Deixis and demonstratives”, in David Wilkins (ed.), Manual for the 1999 Field Season, pp. 29–40. Nijmegen: Max Planck Institute for Psycholinguistics.

Meillet Antoine, 1938, Introduction à l’étude comparative des langues indo-européennes, Paris, Hachette.

Mel’chuk Igor A., 1998, Cours de morphologie générale, Vol. II (traduction russe) [Moskva: Jazyki russkoj kultury] Wien, Wiener Slavistischer Almanach.

Plungian Vladimir A., 2012, Le sémantisme grammatical : les valeurs grammaticales et les systèmes grammaticaux des langues du monde [Grammaticheskaya semantika: grammaticheskie znacheniya i grammaticheskie sistemy yazykov mira], Moskva, RGGU.

Wassmann Jurg, Dasen Pierre R., 1998, “Balinese spatial orientation: some empirical evidence of moderate linguistic relativity”, Journal of the Royal Anthropological Institute 4, pp. 689–711.

Zepeda Ofelia, 1983, A Tohono O’odham grammar, Tucson, University of Arizona Press.

Haut de page

Notes

1  Antoine Meillet mentionne l’existence des plusieurs racines avec une valeur démonstrative dans la protolangue indo-européenne (Meillet 1938 : 333). On peut faire l’hypothèse que cette langue aussi avait un système d’espace déictique à trois termes.

2  Il est intéressant de voir que les langues mandingues contredisent ce principe, cf. bambara yàn ‘ici’ – yèn ‘là’.

3  En fait, l'élément précédent (lāālē ) est impliqué dans l’opposition « visible/invisible » également ; il y est marqué positivement.

4  Toutes les occurrences ont été calculées : celles des déterminants et des adverbes spatiaux. Les combinaisons des deux éléments ont été comptées séparément.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Elena Perekhvalskaya, « L’espace déictique dans la langue mwan », Mandenkan, 50 | 2013, 103-116.

Référence électronique

Elena Perekhvalskaya, « L’espace déictique dans la langue mwan », Mandenkan [En ligne], 50 | 2013, mis en ligne le 01 décembre 2013, consulté le 25 avril 2017. URL : http://mandenkan.revues.org/261 ; DOI : 10.4000/mandenkan.261

Haut de page

Auteur

Elena Perekhvalskaya

St. Petersbourg, Institut de recherches linguistiques
elenap96@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Mandenkan sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Llacan – Langage, langues et cultures d’Afrique noire
  • Logo Search | ERIH PLUS | NSD
  • Revues.org