Navigation – Plan du site
Varia

Les préverbes en kla-dan

Preverbs in Kla-Dan
Превербы в кла-дан
Nadezda Makeeva
p. 85-102

Résumés

En kla-dan l’un des modèles les plus productifs de la dérivation verbale est l’attachement d’un élément prépositif d’origine nominale, un préverbe, à la base verbale. Les préverbes se caractérisent par une forte capacité à se séparer de la base verbale et se comporter comme un vrai mot. C’est pourquoi il est nécessaire de trouver des critères formels qui permettent de distinguer entre les verbes à préverbes et les séquences homonymiques « nom + verbe ». Deux critères morphologiques peuvent être proposés :

- Critère de redoublement
Si la séquence des constituants nominal et verbal peut subir intégralement un redoublement à valeur distributive, alors le constituant nominal de cette séquence est un préverbe. Sinon, c’est un nom faisant partie du complément d’objet direct.

- Critère de marque causative
Si la marque causative apparaît devant le constituant nominal, ce constituant doit être considéré comme un préverbe. Sinon, c’est un nom faisant partie du complément d’objet direct.

L’applicabilité d’un seul critère morphologique (soit « le critère du redoublement », soit « le critère du causatif ») est suffisant pour considérer l’élément nominal comme un préverbe.

Haut de page

Notes de l’auteur

Cette recherche a été effectuée dans le cadre du Projet RGNF № 13-34-01015 « Les systèmes verbaux des langues mandé dans le contexte des recherches typologiques et aréales ». Les données ont été récoltées lors des missions de terrain en Côte-d’Ivoire et en Guinée en 2009-2010. Mon informateur principal a été Kposso Sahi Bamba, originaire du village de Kpoho 1, dont la résidence actuelle se partage entre la ville de Man et le village de Zouzoupleu.

Abréviations
AOR – aoriste
BASE – marque prédicative conjuguée de la série de base
CAUS – marque causative
DEF – article défini
DISTR
– marque distributive
EXI – marque prédicative conjuguée de la série existentielle
FOC – focalisateur
GN – groupe nominal
IMP marque prédicative conjuguée de la série impérative
INF - infinitif
JNT – marque prédicative conjuguée de la série conjointe ; changement de contour tonal du verbe dans les constructions conjointes
MPC – marque prédicative conjuguée
n – nom
NMLZ – marque de la nominalisation de phrase
NSBJ – pronom de la série non-subjective
NTR – changement de contour tonal du verbe dans les constructions avec la MPC de la série existentielle
PI – index pronominal
PL – pluriel ; marque du pluriel
POSS – marque possessive
pp – postposition
PRF – marque prédicative conjuguée de la série du parfait
REF – changement référentiel du ton du nom
REFL – pronom réfléchi
RETR – marque rétrospective
SG – singulier

Texte intégral

0.1. Informations extralinguistiques

1Le kla-dan est une des variétés de la macrolangue dan. Le dan appartient au groupe linguistique mandé-sud (les autres langues de ce groupe sont le mano, le toura, le mwan, le gouro, le yaouré, le wan, le beng et le gban). Le nombre des locuteurs du kla-dan peut être évalué à 25 000 en Côte-d’Ivoire (2001) et 20 000 en Guinée (2012). Les locuteurs du kla-dan habitent dans les quatre régions suivantes :

  • 25 villages dans la préfecture de Touba, Côte-d’Ivoire : 18 villages à l’ouest de la ville de Touba près de la frontière avec la Guinée et 7 villages au sud et au sud-est de la ville de Touba ;

  • le village Zouzoupleu dans la préfecture de Biankouma, Côte-d’Ivoire ;

  • quatre villages en Guinée près de la frontière avec la Côte-d’Ivoire ;

    • 1 Artem Davydov, communication personnelle.

    environ 30 villages entre Beyla et Sinko1.

0.2. Informations générales sue le kla-dan

2Quelques informations préliminaires sur la langue kla-dan. Les traits caractéristiques du système phonologique du kla-dan sont :

  • la politonalité : quatre niveaux tonaux (ultra-bas, bas, haut, ultra-haut) ;

  • un système vocalique riche : 10 voyelles orales et 7 voyelles nasalisées ;

  • l’absence des phonèmes consonantiques nasaux : les consonnes nasales sont des allophones des sonantes orales, des implosives et des consonnes labiovélaires (dans le pied nasalisé /ɓ/ se réalise comme [m] ; /y/ et /w/ ont des allophones [ɲ] ~ [j̰] et [w̰] respectivement,
    /gb/ et /kp/ ont des allophones [gm] et [km] respectivement, /l/ se réalise comme [n] au début du pied et comme [l̰] ~ [r̰] au milieu du pied.

3L’ordre des mots de base dans la proposition verbale est «(S –) Aux – OD – V (– OI pp)» si le verbe est transitif (1, 2) et «(S –) Aux – V (– OI pp)» si le verbe est intransitif (3, 4). S est le sujet (la position du sujet peut être nulle (2, 4)), Aux est la marque prédicative conjuguée (MPC) (la MPC exprime cumulativement les valeurs suivantes : la personne, le nombre, les valeurs TAM et la polarité ; la position de l’Aux peut être nulle à l’impératif 2 sg.), V est le prédicat verbal, OD est le complément d’objet direct, OI est le complément d’objet indirect ou le circonstant, pp est la postposition.

(1)

Zɛ̰̀ŋ̋

lṵ̏

wȍ

ɓɛ̰̀

yɔ̰̏ɔ̰̏

ɓɯ̰̏.

moustique

PL

3PL.EXI

personne

sang

boire\NTR

‘Les moustiques sucent le sang de l’homme’.

(2)

Yà

tőő

kà̰ȁ̰

ɓa̋a̋

ká.

3SG.PRF

sauce

mélanger

riz

avec

‘Elle a mélangé de la sauce et du riz’.

(3)

Zɛ̰̀ŋ̋

lṵ̏

wȍ

wlɤ̏-ká

lȁŋ̏ɓá

ɓlɯ́

ɓȁ̰.

moustique

PL

3PL.EXI

voler-INF

lampe

lumière

sur

‘Les moustiques volent vers la lumière de la lampe’.

(4)

K

dɔ̀

ɓlɤ̏ɤ̏

gɯ́.

2PL.IMP

s’arrêter

fil\REF

dans

Rangez-vous!’

4Dans un syntagme génitif le nom déterminant précède le nom déterminé (5, 6), tandis que dans un syntagme attributif le déterminant (l’adjectif, le numéral, le déterminatif) suit le nom déterminé (7, 8, 9) :

(5)

se̋

gbɛ̰̋

feu

fumée

‘la fumée du feu’ ;

(6)

Za̰̋

ɓȁ

ɓɔ̰́ɓíí

Zan

POSS

voiture

‘la voiture de Zan’ ;

(7)

fìŋ́yàȁ

gbe̋ȅ

faute

sérieuse

une faute sérieuse’ ;

(8)

vɛ̋ɛ̋lɛ̋

sɔ̋ɔ̋lű

verre

cinq

‘cinq verres’ ;

(9)

lʌ̰́

ɓɛ̰́ɛ̰̏

enfant

ce

cet enfant’.

1. Les préverbes

5En kla-dan l’un des modèles les plus productifs de la dérivation verbale est l’attachement d’un élément prépositif d’origine nominale à la base verbale, ce qui modifie, dans la plupart des cas, la valeur de celle-ci. Cet élément nominal sera nommé préverbe.

1.1. Le classement des préverbes

6Les préverbes se subdivisent en deux groupes.

7а) Les préverbes homonymiques de postpositions et de noms locatifs dont ils proviennent (les valeurs de ces noms et postpositions sont séparées par une barre oblique) : ɓȁ̰ n surface (verticale)’ / pp sur’ (la surface verticale et la surface extérieure d’un objet), tȁ nsurface (horizontale)’ / ppsur’ (la surface horizontale), le̋ nbout, pointe’ / pp devant’, gɯ́ nintérieur’ / ppdans’, gɔ̏ ntête ; sommet’ / ppchez ; pour’. Cependant, il serait erroné de penser que les préverbes sont dérivables à partir de tous les noms relationnels de ce type. Ainsi, ils ne se dérivent pas à partir des noms / postpositions zḭ̀ŋ̏ milieu’ / ‘entre, parmi’, kìèȅ nuque’ / ‘derrière’. D’autre part, les préverbes ne se dérivent pas des postpositions n’ayant pas de noms homonymiques : ká avec’, lɤ̀ dans’, lʌ̏ sous ; pour’, pe̋ aux alentours de ; dans’, tȁȁ-ɓȁ̰ derrière’, sɔ̋ à côté de’, wȕ sous’.

8b) Les préverbes provenant des noms relationnels qui n’ont pas de postpositions homonymiques : zȍ coeur’, ya̰̋ oeil’, li̋ bouche, ouverture’.

1.2. Le sémantisme des préverbes

9En ce qui concerne la modification du sémantisme verbal par le préverbe, on distingue quatre cas différents.

10а) Le préverbe ne modifie pas la valeur du verbe : klȕattacher’ > ɓȁ̰-klȕattacher’, pȅvanner’ > gɯ́-pȅvanner’, pɔ̰́ creuser’ > tȁ-pɔ̰́ creuser’.

11b) Le préverbe modifie la valeur du verbe, le sémantisme apporté étant celui du nom dont le préverbe est dérivé : kṵ̋ʌ̰̋ʌ̰̋ couper’ > le̋-kṵ̋ʌ̰̋ʌ̰̋ couper’ (litt. couper le bout), yɛ̋ casser’ > gɔ̏-yɛ̋ casser les sommets (des plantes)’ (litt. casser la tête).

12c) Le préverbe modifie la valeur du verbe en apportant un certain sémantisme abstrait facile à distinguer.

  • 2 Ex. : dà̰ȁ̰ ‘apprendre’ > le̋-dà̰ȁ̰ ‘bercer (un enfant), jouer (avec un enfant)’, sɯ́ ‘prendre’ (...)

13Ainsi, le préverbe le̋, à part quelques cas de lexicalisation2, sert de marque causative et se caractérise par une régularité assez forte, en s’employant avec des verbes de toutes les classes syntaxiques – intransitifs, labiles et transitifs : bɤ̏ vi ‘se réveiller’ > le̋-bɤ̏ ‘réveiller’, dȁ vi, vt ‘(se) lever’ > le̋-dȁ ‘lever’, yrɤ̏ɤ̏ vt ‘attacher’ > le̋-yrɤ̏ɤ̏ ‘attacher’. La marque le̋ ne s’emploie pas avec certains verbes hautement transitifs (zʌ̀ ‘tuer’, flɤ̋ɤ̋ ‘battre’, zɔ̰̀ ‘piler’) et certains verbes d’activité mentale, de parole et de perception (dȁ ‘nommer en l’honneur de qn’, gȁ ‘prendre pour (fautivement)’, ɓà̰ ‘entendre ; comprendre’).

14Parfois la causativisation est accompagnée d’une certaine modification sémantique, par exemple : kɔ̏ ‘refuser’ > le̋-kɔ̏ ‘interdire’, kɯ̰́ ‘attraper’ > le̋-kɯ̰́ ‘transmettre’.

15La valeur causative peut être apportée aussi par d’autres préverbes, mais beaucoup plus rarement, ex. : ye̋ parler’ > gɯ́-ye̋ faire sonner’.

16d) La valeur du lexème verbal dérivé n’est pas sémantiquement additive, elle est idiomatique : sɯ́ ‘prendre’ > li̋-sɯ́ ‘boycotter’, pű ‘ouvrir’ > ɓȁ̰-pű ‘soigner’. Il existe des cas où la combinaison d’un préverbe et d’un verbe fournit deux verbes dérivés homonymiques, de sorte que la valeur de l’un s’avère sémantiquement additive (ou presque), et que la valeur de l’autre est très idiomatique : kɯ̰́ ‘attraper’ > tȁ-kɯ̰́ 1 ‘attacher’, tȁ-kɯ̰́ 2 ‘aider’ ; pȅ ‘vanner’ > gɯ́-pȅ 1 ‘vanner’, gɯ́-pȅ 2 ‘peigner’. Parfois les deux valeurs sont idiomatiques : kɯ̰́ ‘attraper’ > ɓȁ̰-kɯ̰́ 1 ‘devenir sérieux’, ɓȁ̰-kɯ̰́ 2 ‘commander’ ; tó ‘rester ; laisser’ > ya̰̋-tó 1 ‘regarder’, ya̰̋-tó 2 ‘attendre’.

1.3. La position des préverbes sur l’échelle de cohésion morphologique3

  • 3 Le terme «échelle de cohésion morphologique» est utilisé dans le sens de Plungian (Plungian 2003 : (...)

17C’est la question la plus intéressante et la plus discutable concernant les préverbes. Elle se complique d’abord par le fait que la notion de clitique (unité accentuellement dépendante) ne s’applique que difficilement aux langues sans accent. Même si on admet une acception plus large pour le clitique, « une unité prosodiquement dépendante », elle ne pourrait pas être appliquée à la langue kla-dan où aucune alternance segmentale ou prosodique n’apparaît à la frontière séparant des morphèmes ou des mots.

1.3.1. La séparabilité des préverbes et le critère sémantico-syntaxique

18Les préverbes en kla-dan ne sont pas des mots autonomes parce qu’ils ne peuvent former un énoncé minimal, mais ils se caractérisent par une forte capacité à se séparer de la base verbale.

19Premièrement, un préverbe peut être séparé de la base verbale par la MPC 3 sg. dans une construction intransitive. De fait, il occupe la position de sommet du groupe nominal (GN) sujet, et le sujet original devient l’élément dépendant dans ce GN. Ainsi, dans la proposition (10b), le préverbe gɯ́ devient le sommet du GN sujet, et l’ex-sujet, dɯ̀ ɓḭ̏ ‘sorcier’ est son dépendant :

(10a)

Dɯ̀

ɓḭ̏

yà

gɯ́-lìèé

sɔ̋ɔ̋

gɯ́.

sorcellerie

personne\REF

3SG.PRF

intérieur-tourner

agouti

dans

(10b)

Dɯ̀

ɓḭ̏

gɯ́

yà

lìèé

sɔ̋ɔ̋

gɯ́.

sorcellerie

personne\REF

intérieur

3SG.PRF

tourner

agouti

dans

‘Le sorcier s’est transformé en agouti’.

20Cette transformation syntaxique s’applique à n’importe quelle construction intransitive avec un verbe à préverbe, qu’il s’agisse d’une construction intransitive active ou d’une construction intransitive résultant de la passivisation d’une construction transitive.

21Le fait que le préverbe devient le sommet du GN sujet est confirmé par l’accord en nombre de la MPC avec le sujet. En (11a) la MPC s’accorde en nombre avec le sujet ayant une marque du pluriel. Dans la proposition résultant de la transformation (11b), la MPC s’accorde avec le préverbe en singulier, tandis que l’accord avec l’ex-sujet en pluriel n’est pas admissible (11c) :

(11а)

Lʌ̰́

lṵ̏

wà

tȁ-ɓò.

enfant

PL

3PL.PRF

surface-écarter

(11b)

Lʌ̰́

lṵ̏

tȁ

yà

ɓò.

enfant

PL

surface

3SG.PRF

écarter

(11c)

*Lʌ̰́

lṵ̏

tȁ

wà

ɓò.

enfant

PL

surface

3PL.PRF

écarter

‘Les enfants ont été aidés’.

22Il semble que dans ce cas il ne s’agit plus d’une construction avec le verbe dérivé. Apparemment, la transformation s’applique à la construction où le préverbe fait partie du GN du complément d’objet direct.

23On pourrait postuler le suivant : chaque verbe à préverbe en kla-dan (ex., tȁ-bò dans 11a) a une construction quasi-homonymique et en même temps synonymique, où le complément d’objet direct comporte un nom homonymique du préverbe, ex. tȁ dans (11d) :

(11d)

Lʌ̰́

lṵ̏

wà

tȁ

ɓò.

enfant

PL

3PL.PRF

surface

écarter

24C’est cette dernière construction (11d, plutôt que 11a) qui subit la transformation passive dont le résultat est représenté par l’exemple (11b).

25Cependant, cette interprétation contredirait aux résultats de l’application du critère sémantico-syntaxique dont il s’agira plus loin.

  • 4 Sur les stratégies communicatives en kla-dan cf. (Makeeva 2013).

26Un autre élément qu’on peut insérer entre le préverbe et la base verbale est le déterminatif-focalisateur lɛ̰̀. Dans ce cas, le focalisateur doit être suivi du pronom non-subjectif 3 sg, ce qui montre que la position du complément d’objet direct est occupée par le pronom anaphorique, tandis que le préverbe (avec le GN qui le précède) occupe la position d’adjoint au groupe verbal4. Le sommet du GN focalisé est le préverbe :

(1)

Gɔ̰̀

yà

gȕɤ̏

le̋-wlɯ̀ɯ̋.

homme

3SG.PRF

pierre

CAUS-se.lever

‘L’homme a levé une pierre’.

[– Qu’est-ce qu’a fait l’homme? oQu’est-ce qu’a levé l’homme?]

(12b)

Gɔ̰̀

yà

gȕɤ̏

le̋

lɛ̰̀ɛ̰̏

wlɯ̀ɯ̋.

homme

3SG.PRF

pierre

CAUS

FOC>3SG.NSBJ

se.lever

‘L’homme a levé une pierre’.

27Tout comme dans le cas précédent, le préverbe ne se sépare pas simplement de la base verbale mais il obtient l’indépendance syntaxique et se comporte comme un vrai mot. Des traits syntaxiques semblables caractérisent les préfixes verbaux du hongrois. Ils peuvent être séparés du verbe par la marque de négation, déplacés par rapport au verbe pour exprimer lemphase ou des valeurs aspectuelles, ils révèlent des traits du mot autonome en s’employant comme une réponse affirmative à une question portant sur un verbe à préfixe (Mel’čuk 1997 : 191). Cependant, en raison d’autres facteurs qui sont traditionnellement pris en compte dans les grammaires du hongrois, ces éléments sont considérés comme des préfixes, c’est-à-dire des morphèmes plutôt que des mots autonomes.

28J’ai testé l’aptitude des préverbes à être séparés de la base verbale par des déterminatifs (lṵ̏ (marque du pluriel), ɓá quelconque ; aussi’, gbà̰ tout, tous’, ɓɛ̰́ɛ̰̋ ce’), des numéraux et des adjectifs (sɛ̰́ɛ̰̋lʌ̰́ petit, kpíȉ grand, plʌ̀ʌ́ nombreux, gbȁŋ̏ grand, yà mauvais, kpáȁdʌ̏ mauvais, méchant, dɤ̋ŋ̋dɤ̏ŋ̏ embêtant ; fixe, főőfȍ inutile, ɓe̋ȅ beau, yéȅsɯ̏ honteux, kɤ̀ɤ̋lʌ̰́ court, gbɛ̰̏ɛ̰̏ long, profond, drɔ̋ɔ̋ long, gba̋a̋ large, dȅȅ nouveau, zìì vieux, sʌ̏ beau, gbe̋ȅ difficile’).

29Il s’est avéré que les préverbes diffèrent fortement dans leur capacité de se séparer de la base verbale par des lexèmes de cette liste. Après la MPC 3 sg. dans la construction intransitive, ce sont le focalisateur (suivi du pronom non-subjectif 3 sg.) et le déterminant ɓá certain ; autrequi s’insèrent le plus facilement. Autrement dit, si le préverbe ne peut pas être séparé d’un verbe par ces deux déterminatifs, il ne peut en être séparé que par la MPC dans la construction intransitive. Apparemment, il n’est pas possible qu’un préverbe puisse être séparé par le focalisateur sans qu’il puisse être séparé par le déterminatif ɓá, et vice versa. En ce qui concerne les adjectifs, on n’arrive à construire aucune hiérarchie : pour chaque verbe à préfixe, on obtient une autre liste d’adjectifs pouvant être intercalés entre le préverbe et la base verbale, et il s’avère difficile d’y trouver des règles. Considérons quelques exemples.

30Les constituants du verbe le̋-tà ‘terminer’ (13а) ne peuvent être séparés que par la MPC 3 sg. (13b), aucun des déterminatifs et aucun des adjectifs ne peut être placé après le préverbe (13c) :

(13а)

Yà

yɛ̀

le̋-tà.

3SG.PRF

3SG.NSBJ

travail

bout-fermer

‘Il a terminé le travail’.

(13b)

Ȁ

yɛ̀

le̋

yà

tà.

3SG.NSBJ

travail

bout

3SG.PRF

fermer

‘Le travail est terminé’.

(13c)

*Yà

ȁ

yɛ̀

le̋

3SG.PRF

3SG.NSBJ

travail

bout

ɓá/lɛ̰̀ɛ̰̏/gbà̰/sɛ̰̀ɛ̰̋lʌ̰́/plʌ̀ʌ́

tà.

quelconque/FOC>3SG.NSBJ/tous/petit/nombreux

fermer

31En même temps le verbe le̋-yȍȍ terminer’ (14а), synonyme du verbe le̋-tà, admet, à côté du MPC 3sg. (14b), aussi des déterminatifs et des adjectifs : ɓá ‘quelconque’ (14c), gbà̰ ‘tous’ (14d), s ɛ̰̀ɛ̰̋lʌ̰́ ‘petit’ (14e) :

(14а)

Lɤ́ŋ̏

zȍ

ɓḭ̏

lṵ̏

wà

lɤ́ŋ̏

zȍ

sɯ̏

le̋-yȍȍ.

balle

jeter

personne\REF

PL

3PL.PRF

balle

jeter

NMLZ

bout-arriver

‘Les footballeurs ont terminé le match’.

(14b)

Lɤ́ŋ̏

zȍ

sɯ̏

le̋

yà

yȍȍ.

balle

jeter

NMLZ

bout

3SG.PRF

arriver

‘Le match est terminé’.

(14c)

Lɤ́ŋ̏

zȍ

ɓḭ̏

lṵ̏

wà

lɤ́ŋ̏

zȍ

sɯ̏

le̋

balle

jeter

personne\REF

PL

3PL.PRF

balle

jeter

NMLZ

bout

ɓá

yȍȍ.

quelconque

arriver

‘Les footballeurs ont cessé le match pour peu de temps’.

(14d)

Lɤ́ŋ̏

zȍ

ɓḭ̏

lṵ̏

wà

lɤ́ŋ̏

zȍ

sɯ̏

le̋

balle

jeter

personne\REF

PL

3PL.PRF

balle

jeter

NMLZ

bout

gbà̰

yȍȍ.

tous

arriver

‘Les footballeurs ont terminé tous les matchs’.

(14e)

Lɤ́ŋ̏

zȍ

ɓḭ̏

lṵ̏

wà

lɤ́ŋ̏

zȍ

sɯ̏

le̋

balle

jeter

personne\REF

PL

3PL.PRF

balle

jeter

NMLZ

bout

sɛ̰̀ɛ̰̋lʌ̰́

yȍȍ.

petit

arriver

‘Des footballeurs ont cessé le match pour peu de temps’.

32La séparabilité variable des préverbes rappelle beaucoup le comportement des verbes composés en bambara décrit dans (Dumestre 1987). En bambara il existe un modèle de dérivation des verbes par composition des bases verbales avec des bases nominales désignant dans la plupart des cas des parties du corps. Pour distinguer entre les syntagmes constitués d’un nom (en fonction du complément d’objet direct) et un verbe, d’une part, et les verbes composés, d’autre part, l’auteur utilise le critère de la séparabilité par la marque prédicative má de l’accompli négatif, la marque d’inactuel tŭn, le relativisateur mín` et l’adverbe prépositif sɛ̀bɛ̀kɔ́rɔ́ ‘beaucoup, sérieusement, fortement’. Il s’avère que la classe des verbes composés de ce type n’est pas homogène. Il y a parmi eux des verbes qui ne peuvent être séparés par aucun des éléments en question. Il y a aussi des verbes (les plus nombreux) qui ne peuvent être séparés que par les marques má, tŭn et mín. Enfin, pour un grand nombre des verbes, tous les éléments en question peuvent être placés après un constituant nominal comme devant un ensemble verbal. Dumestre décide de considérer la possibilité de poser l’adverbe sɛ̀bɛ̀kɔ́rɔ́ devant un ensemble N-V comme un critère suffisant, de sorte que même s’il peut être intercalé aussi entre les constituants de cet ensemble, la séquence N-V est considérée tout de même comme un verbe composé (Dumestre 1987).

33Selon Dumestre, la fluctuation et la variété des résultats des tests de la séparabilité (qui varient aussi d’un locuteur à l’autre) reflètent le processus historique de l’évolution des constructions libres constituées d’un verbe et de son complément d’objet direct vers des verbes composés.

34Malgré leur forte autonomie par rapport aux bases verbales en kla-dan, les préverbes ont une cohérence sémantique avec ces derniers. Cette cohérence se manifeste dans le fait que les déterminatifs et les adjectifs intercalés entre le préverbe et le verbe déterminent souvent l’ensemble verbal tout entier tout en acquérant des valeurs circonstancielles. Ce phénomène a été attesté premièrement en dan-gwèètaa où un tel attribut porte toujours sur le complexe verbal entier et jamais sur le GN qui précède le préverbe, ce qui témoigne de l’intégration sémantico-syntaxique du préverbe dans le verbe (Vydrine 2009).

35Cependant, si on applique le critère sémantico-syntaxique aux données du kla-dan, ce critère manifeste ses limites. Si un adjectif ou un déterminatif se trouvent entre un préverbe et une base verbale, le domaine de sa portée peut varier :

  1. l’adjectif / le déterminatif détermine le préverbe, qui dans ce cas est interprété d’habitude comme désignant la partie de l’objet exprimé par le complément d’objet direct ;

  2. l’adjectif / le déterminatif détermine l’ensemble verbal tout entier, en acquérant une valeur circonstancielle.

36Dans le cas (a) on pourrait considérer qu’il s’agit d’un nom locatif faisant partie du groupe du complément d’objet direct et homonymique du préverbe (15), tandis que dans le cas (b), l’élément en question fait partie du verbe (16).

(15)

Yà

wɤ̀ŋ́

le̋

sɛ̰̀ɛ̰̋lʌ̰́

kṵ̋ʌ̰̋ʌ̰̋.

3SG.PRF

pilon

bout

petit

couper

Il a coupé un petit bout du pilon’ (cf. le̋-kṵ̋ʌ̰̋ʌ̰̋ tailler’).

(16)

Sȅɓȅ

yà

ɓȁ̰ȁ̰

zʌ̀

gblȅȅ

gɯ́

sɛ̰̀ɛ̰̋lʌ̰́

ga̰̋.

Sébé

3SG.PRF

oiseau

tuer

caoutchouc

intérieur

petit

tirer

Sébé a bandé doucement le lance-pierre’ (gɯ́-ga̰̋ tirer’).

37On trouve cependant des cas où certains adjectifs ou déterminatifs déterminent le préverbe (17b), tandis que certains autres adjectifs ou déterminatifs déterminent l’ensemble verbal (17c) :

(17а)

Yà

ɓáálá

gɔ̏-dɔ̀.

3SG.PRF

3SG.NSBJ

travail

tête-placer

‘Il a terminé le travail’.

(17b)

Yà

ɓáálá

gɔ̏

dɤ̋ŋ̋dɤ̏ŋ̏

dɔ̀.

3SG.PRF

3SG.NSBJ

travail

tête

difficile

placer

Il a terminé une partie difficile du travail’.

(17c)

Yà

ɓáálá

gɔ̏

kɤ̀ɤ̋lʌ̰́

dɔ̀.

3SG.PRF

3SG.NSBJ

travail

tête

court

placer

‘Il a vite terminé le travail’.

38Même s’il s’agit d’un seul adjectif, sɛ̰̀ɛ̰̋lʌ̰́ petit’, qui peut être intercalé entre le préverbe et la base verbale plus facilement que tous les autres, on se confronte à une situation assez complexe. D’abord dans certains cas il y a des raisons de supposer que la valeur « une petite partie » portant sur le GN complément d’objet direct, est porté par la valeur atténuative marquant le complexe verbal. Cette supposition est confirmée par le fait qu’un effet identique, c’est-à-dire la propagation de la valeur atténuative du verbe sur le complément d’objet direct – se révèle dans le cas où l’adjectif sɛ̰̀ɛ̰̋lʌ̰́ se trouve dans la position postverbale. Dans cette position il fonctionne comme un adverbe et porte sur le verbe. Comparons les propositions synonymiques sɛ̰̀ɛ̰̋lʌ̰́ se trouve après le préverbe (18a, 19a) ou dans la position postverbale (18b, 19b) :

(18а)

Yà

ɓáálá

gɔ̏

sɛ̰̀ɛ̰̋lʌ̰́

dɔ̀.

3SG.PRF

3SG.NSBJ

travail

tête

petit

placer

(18b)

Yà

ɓáálá

gɔ̏-dɔ̀

sɛ̰̀ɛ̰̋lʌ̰́.

3SG.PRF

3SG.NSBJ

travail

tête-placer

un.peu

Il a terminé une petite partie de son travail’.

(19a)

Lè

dò

yà

ɓʌ̀ŋ́

tȁ

sɛ̰̀ɛ̰̋lʌ̰́

kɯ̰́

femme

un

3SG.PRF

3SG.NSBJ

enfant

surface

petit

attraper

tȁȁ

lɤ̀.

3SG.NSBJ

dos

dans

(19b)

Lè

dò

yà

ɓʌ̀ŋ́

tȁ-kɯ̰́

sɛ̰̀ɛ̰̋lʌ̰́

femme

un

3SG.PRF

3SG.NSBJ

enfant

surface-attraper

un.peu

tȁȁ

lɤ̀.

3SG.NSBJ

dos

dans

39Une femme a attaché légèrement son enfant au dos (de sorte qu’une petite partie de son corps est couvert par le pagne)’.

40Deuxièmement, il existe des cas où l’adjectif sɛ̰̀ɛ̰̋lʌ̰́ peut déterminer soit le préverbe, soit l’ensemble verbal tout entier, de sorte que deux interprétations s’avèrent possibles. C’est le cas de certains verbes à préverbe li̋ : li̋-ga̰̋ fermer (incomplètement), li̋-yɔ̰̏ɔ̰̏ fermer (incomplètement), li̋-tà fermer’ :

(20)

Kpɔ̋sɔ̋

yà

kűɛ̋ɛ̋

li̋

sɛ̰̀ɛ̰̋lʌ̰́

ga̰̋.

Kposso

3SG.PRF

porte

ouverture

petit

tirer

(a) ‘Kposso a fermé une petite porte’, (b) ‘Kposso a fermé la porte un peu.

41Tous ces faits font penser qu’une séquence de deux constituants peut représenter deux constructions homonymiques : (a) un nom faisant partie d’un complément d’objet direct + un verbe, et (b) un verbe à préverbe.

1.3.2. Des critères morphologiques

42Outre la cohérence sémantique, les préverbes en kla-dan se caractérisent par une forte cohésion morphologique avec la base verbale, ce qui se manifeste dans les deux phénomènes suivants.

  • Le verbe à préverbe peut se soumettre à une réduplication à valeur distributive, ainsi : ɓȁ̰-kpɔ́ contourner→ ɓȁ̰-kpɔ́kpɔ́, ɓȁ̰kpɔ́-ɓȁ̰kpɔ́, ɓȁ̰ɓȁ̰-kpɔ́ ; gɯ́-kɯ̰́ faire mal→ gɯ́-kɯ̰́kɯ̰́, gɯ́kɯ̰́-gɯ́kɯ̰́, gɯ́gɯ́-kɯ̰́ ; le̋-zȍ ‘repousser’ → le̋-zȍzȍ, le̋zȍ-le̋zȍ, le̋le̋-zȍ. L’aptitude à un redoublement complet témoigne du degré élevé de la cohésion entre les deux constituants de l’ensemble verbal.

(21)

Yà

kíáȁ

lṵ̏

le̋-pɤ̏pɤ̏/le̋pɤ̏-le̋pɤ̏/le̋le̋-pɤ̏.

3SG.PRF

assiette

PL

laisser.tomber~DISTR

Il a laissé tomber quelques assiettes l’une après l’autre’ (le̋ bout’, pɤ̏ tomber’).

(22)

Ɓɛ̰̀

lṵ̏

wà

zȍ-bɤ̏bɤ̏/zȍbɤ̏-zȍbɤ̏/zȍzȍ-bɤ̏

tòòtȁ̰ȁ̰

lṵ̏

ká.

homme

PL

3PL.PRF

se.souvenir~DISTR

histoire

PL

с

‘Chaque homme s’est souvenu de quelques histoires’ (zȍ ‘coeur’, bɤ̏ ‘se réveiller’).

43La marque causative le̋ (elle aussi un préverbe, plus grammaticalisé que les autres préverbes) précède le préverbe, ce qui témoigne d’un degré assez élevé de la cohérence du préverbe avec la base verbale :

(23)

Dɯ̀

ɓḭ̏

dò

yà

sorcellerie

personne\REF

un

3SG.PRF

3SG.NSBJ

le̋-gɯ́-lìèé

ɓɔ̰̏

lʌ̰́

gɯ́.

CAUS-intérieur-tourner

souris

enfant

dans

‘Un sorcier l’a transformé en souris’.

44Cela nous permet de postuler deux critères morphologiques permettant de distinguer entre les verbes à préverbes et les séquences homonymiques « nom + verbe » :

  • Critère de redoublement

45Si la séquence des constituants nominal et verbal peut subir intégralement un redoublement à valeur distributive, alors le constituant nominal de cette séquence est un préverbe. Sinon, c’est un nom faisant partie du complément d’objet direct.

  • Critère de marque causative

46Si la marque causative prend place devant le constituant nominal, alors ce constituant doit être considéré comme un préverbe. Sinon, c’est un nom faisant partie du complément d’objet direct.

47Nous poserons que l’applicabilité d’un seul critère morphologique (soit « le critère du redoublement », soit « le critère du causatif ») est suffisant pour considérer l’élément nominal comme un préverbe.

48Ainsi les critères morphologiques permettent d’établir l’existence d’un verbe à préverbe, tandis que le critère sémantico-syntaxique peut mettre au jour l’existence d’une construction homonymique où le constituant nominal fait partie du GN complément d’objet direct.

2. Caractéristiques des formes redoublées des verbes à préverbe

49Des formes redoublées des verbes à préverbes ont certaines caractéristiques spécifiques. Premièrement, si l’ensemble « préverbe + base verbale » ou seul le préverbe est redoublé, la transposition du préverbe dans la position devant la MPC est impossible.

  • 5 La valeur principale de la forme verbale redoublée est distributive. En fonction de la valeur lexic (...)

50Deuxièmement, des contextes distributifs5 différents manifestent une tolérance inégale envers la forme à préverbe redoublé. En outre, dans des contextes pareils la probabilité de l’admissibilité de cette forme varie en fonction du verbe. Dans les exemples suivants, le GN complément d’objet direct contient un numéral. Alors que dans les exemples (24) et (25) la forme à préverbe redoublé est admissible, dans les exemples (26) et (27) elle n’est pas possible. Ce fait ne dépend pas du caractère animé ou inanimé du complément d’objet direct, cf. (24) et (26), (25) et (27).

(24)

Yà

lʌ̰́

yȁȁgà

tȁ-ɓòɓò/tȁɓò-tȁɓò/tȁtȁ-ɓò

3SG.PRF

enfant

trois

sur-effectuer~DISTR

‘Il a aidé trois enfants l’un après l’autre’.

(25)

Yà

gḭ̀ɛ̰̀ŋ́sɔ̏

yȁȁgà

gɯ́-dà̰dà̰/gɯ́dà̰-gɯ́dà̰/gɯ́gɯ́-dà̰

3SG.PRF

pantalon

trois

dans-essayer~DISTR

‘Il a essayé trois pantalons l’un après l’autre’.

(26)

Wɔ̰́

yà

kʌ̀

ɓḭ̏

yà

ɓɛ̰̀

kɔ̏ŋ̏

dò

affaire

mauvais

faire

homme\REF

3SG.PRF

homme

dizaine

un

ɓȁ̰-gȉȉgȉȉ/ɓȁ̰gȉȉ- ɓȁ̰gȉȉ/ȁ̰ɓȁ̰- gȉȉ

sur-blesser~DISTR

‘Un méchant a blessé dix personnes l’une après l’autre.

(27)

Sȉgí

yà

wɔ̰́

yȁȁgà

le̋-tàtà/le̋tà-le̋tà/*le̋le̋-tà

Sigi

3SG.PRF

affaire

trois

devant-fermer~DISTR

Sigi a terminé trois affaires l’une après l’autre’.

  • 6 La hiérarchie des unités syntaxiques est une hiérarchie : «sujet complément d’objet direct complé (...)

51Cependant il existe un contexte où la probabilité de l’emploi de cette forme est maximale. C’est une construction où le GN occupant la position la moins privilégiée dans la hiérarchie des unités syntaxiques6 contient la marque du pluriel lṵ̏ :

(28а)

Ŋ̀

gà

lʌ̰́

plɛ̏

le̋-gȉȅgȉȅ/le̋gȉȅ-le̋gȉȅ/le̋le̋-gȉȅ

pɔ̏ŋ̏

lṵ̏

tȁ.

1SG.EXI

RETR

enfant

deux

faire.passer\NTR~DISTR

pont

PL

sur

‘J’ai mené deux enfants par chaque pont’ (le̋ ‘bout’, gìè ‘passer’).

(28b)

Ŋ̀

gà

lʌ̰́

lṵ̏

le̋-gȉȅgȉȅ/le̋gȉȅ-le̋gȉȅ/*le̋le̋-gȉȅ

pɔ̏ŋ̏

plɛ̏

tȁ.

1SG.EXI

RETR

enfant

PL

faire.passer\NTR~DISTR

pont

deux

sur

J’ai mené chaque enfant par deux ponts’.

52Dans les propositions (28а) et (28b) le GN le moins privilégié dans la hiérarchie des unités syntaxiques est le GN circonstant (suivi de la postposition tȁ sur’). Dans la première proposition, ce GN contient la marque du pluriel lṵ̏, et les trois types de redoublement sont admissibles : réduplication de la base verbale, du verbe à préverbe, du préverbe seul. Dans la deuxième proposition, le GN circonstant contient le numéral plɛ̏ deux’, et conséquemment la réduplication du préverbe seul n’est plus possible.

3. Préverbes dans d’autres langues mandé

53Les préverbes qui modifient la valeur du verbe existent dans la plupart des langues mandé. Malgré la grande distance entre les branches les plus éloignées de la famille, la logique de l’apparence des préverbes semble être la même dans toutes ces langues : ils sont liés étymologiquement à des noms à valeur locative et peut-être aux postpositions (Vydrine 2009 : 75). Cependant, dans les différentes langues de la famille, ils ont atteint des niveaux différents de grammaticalisation et diffèrent beaucoup en ce qui concerne leur statut.

  • 7 Un causatif morphologique existe en gban où il est exprimé par un suffixe (Maxime Fedotov, communic (...)

54Dans les langues mandingues la grammaticalisation des préverbes a atteint un degré assez avancé. Ce sont des morphèmes liés. En bambara il y a deux préverbes lá- et mǎ-, homonymiques aux postpositions correspondantes (Dumestre 1981 : 51-56). Les préverbes ne peuvent pas être séparés de la base verbale. Le préverbe lá- est un moyen dérivatif et exprime une valeur factitive, intentionnelle : bálo ‘vivre’ → lábalo ‘élever, éduquer, faire vivre’, búgun ‘croître’ → lábugun ‘faire gonfler, faire croître’ (Dumestre 1981 : 51-56). En même temps, il existe un grand nombre de cas de lexicalisation où les verbes dérivés ont une valeur idiomatisée qui n’est pas déductible du sémantisme de la base verbale produisante et du préverbe : mìnɛ ‘attraper’ → lámìnɛ ‘répondre à une salutation’ ; tìgɛ ‘couper’ → látìgɛ ‘réaliser’. En rapport avec cela, les verbes dérivés en lá- savèrent parfois polysémiques en combinant parmi leurs valeurs une valeur compositionnelle et une valeur idiomatisée. Cette situation rappelle la dérivation verbale de préverbe le̋ en kla-dan : ce préverbe, d’une part, sert de moyen de dérivation des verbes causatifs et, d’autre part, sert à dériver des lexèmes verbaux dont la valeur n’est pas additionnelle du point de vue sémantique. De plus il est évident que le préverbe le̋ a adopté une nouvelle valeur sous l’influence des langues mandingues : d’une part, le kla-dan se trouve dans la zone d’influence des langues mandingues, d’autre part, dans d’autres langues mandé-sud il n’existe pas de causatif morphologique préfixal7. La dérivation verbale en mǎ- est beaucoup plus limitée en bambara, avec une valeur de volonté, d’intentionnalité, de participation volontaire à une action (Dumestre 1981).

  • 8 Au niveau tonal, la présence des préverbes entraîne l’application de lois tonales particulières : i (...)

55En diallonké, qui appartient à la branche occidentale des langues mandé, les préverbes, tout comme dans les langues mandingues, ne peuvent pas être séparés de la base verbale. De plus, ils subissent des alternations segmentales à la limite du préverbe et de la base verbale8. Tout comme en bambara, les préverbes en diallonké nont pas de noms homonymiques, cependant, il y a des postpositions homonymiques des préverbes qui se caractérisent par un comportement tonal différent (Keita 1989).

56Dans les langues mandé-sud et sud-ouest la situation est totalement différente. Ici les préverbes coexistent avec des noms et des postpositions homonymiques. Ils peuvent être séparés de la base verbale malgré leur cohésion sémantique avec elle.

57Une forte autonomie par rapport à la base verbale est un trait marquant des préverbes dans les langues dan. En dan-gwèèta il existe des critères morphologiques semblables à ceux de kla-dan. Mais, contrairement au kla-dan, le critère sémantico-syntaxique s’applique d’une façon plus conséquente : les adjectifs et les déterminatifs intercalés entre le préverbe et la base verbale déterminent toujours le complexe verbal entier (et jamais le complément d’objet direct) en acquérant des valeurs circonstantielles :

(dan-gwèètaa)

(29а)

Gbȁtȍ

yà

ɤ̄

ɓā

ɗēbʌ̏

tȁ-kṵ́.

Gbato

3SG.PRF

3SG.REFL

POSS

femme

surface-attraper

‘Gbato a aidé sa femme’.

(29b)

Gbȁtȍ

yà

ɤ̄

ɓā

ɗēbʌ̏

tȁ

wɛ̋ɛ̋

ɓá

Gbato

3SG.PRF

3SG.REFL

POSS

femme

surface

autre

certain

kṵ́.

attraper

‘Gbato a aidé sa femme encore une fois’.

(29c)

Gbȁtȍ

yà

ɤ̄

ɓā

ɗēbʌ̏

tȁ

sɛ̰̄ɛ̰̋ɗʌ̰́

kṵ́.

Gbato

3SG.PRF

3SG.REFL

POSS

femme

surface

petit

attraper

‘Gbato a aidé un peu sa femme’. (Vydrine 2009 : 77-78)

58Conséquemment, Vydrine propose de considérer le préverbe en dan-gwèètaa faisant partie d’une forme verbale analytique se caractérisant par un haut niveau de séparabilité (Vydrine 2009).

59En looma où les préverbes représentent le moyen le plus productif de la dérivation verbale, ils peuvent être séparés du verbe par des marques prédicatives, mais ils ne peuvent pas avoir les déterminatifs et les attributs. Une tentative d’insérer des attributs amène à la désintégration du verbe dérivé, de sorte que le constituant nominal s’interprète comme un nom locatif :

(looma)

(30a)

Gè

máá

ɣílínì.

1SG.BASE

3SG.PI.surface

attacher.AOR

‘Je l’ai habillé’.

(30b)

Gè

máá

wóláy

ɣílíni.

1SG.BASE

3SG.PI.surface

être.grand.DEF

attacher.AOR

???J’ai lié sa grande surface’. (Michschenko 2012 : 29)

2. Verbes composés

60Il existe en kla-dan un grand nombre de verbes composés issus de la combinaison des compléments d’objet direct avec les verbes. Le constituant nominal exprime la valeur essentielle tandis que le constituant verbal est désémantisé. Parmi ces constituants nominaux, certains n’existent pas comme des lexèmes autonomes (par exemple, lȍ dans lȍ-ɓò convoquer’). Voici les bases verbales désémantisées les plus fréquentes : ɓò enlever ; porter (pantalon, chaussure) ; effectuer’, zʌ̀ battre ; tuer’, bɔ̀ envoyer ; cultiver ; tisser’. Ex. : sʌ́ʌ̏-ɓò ‘se fatiguer’, lìàŋ́-zʌ̀ ‘parler’, gbő-bɔ̀ ‘pleurer’.

61Les modalités des verbes composés n’ont pas encore été sujet d’une étude approfondie, mais on peut supposer que leurs propriétés sont analogues à celles des verbes dérivés à préverbes : le constituant nominal peut être redoublé avec le constituant verbal (31), et la marque causative précède le constituant nominal (32) :

(31)

Pɤ́

dʌ̀

lṵ̏

wà

lìàŋ́-zʌ̀zʌ̀/lìàŋ́zʌ̀-lìàŋ́zʌ̀/lìàŋ́lìàŋ́-zʌ̀.

village

père

PL

3PL.PRF

parole-battre~DISTR

‘Les vieux du village ont pris la parole (ont parlé) l’un après l’autre’.

(32)

Tòòtȁ̰ȁ̰

ɓɛ̰́ɛ̰̏

yȅ

kà

ŋ̀

le̋-ye̋e̋-tȍ

plʌ̀ʌ́.

histoire

ce

3SG.EXI

RETR

1SG.NSBJ

CAUS-rire-laisser\NTR

beaucoup

‘Cette histoire m’a beaucoup fait rire’.

62Le constituant nominal peut être aussi séparé du constituant verbal par un déterminatif ou un adjectif :

(33)

Yȅ

kà

ta̋

ɓá

sɯ̏

yèlɛ̰̀

yá

lɛ̰̏kʌ̀

3SG.EXI

RETR

marche

certain

prendre\NTR

puis

3SG.JNT

douleur

ɓà̰

gḭ̏ɛ̰̏

gɯ́.

sentir\JNT

3SG.NSBJ

pied

dans

Elle a fait quelques pas et a senti la douleur dans ses pieds’ (ta̋-sɯ́ marcher’).

Haut de page

Bibliographie

Dumestre Gérard, 1981, « La morphologie verbale en bambara », Mandenkan 2, pp. 49-67.

Dumestre Gérard, 1987, Le Bambara du Mali : Essais de description linguistique, Paris, Université de la Sorbonne nouvelle.

Keita Boniface, 1989, « Les préverbes du dialonké », Mandenkan, 17, pp. 69-80.

Makeeva, 2009 – Макеева Н. В. Глагольная редупликация в языке кла-дан. Африканский Сборник – 2009. СПб : МАЭ РАН. С. 332-371. [Makeeva N. 2009, « Le redoublement verbal en kla-dan », La Collection Africaine, St. Pétersbourg, Musée d’anthropologie et d’ethnographie, pp. 332-371.]

Makeeva, 2012 Макеева Н. В. Грамматический строй языка кла-дан в типологическом контексте родственных языков. Диссертация на соис­кание ученой степени кандидата филологических наук. М. : ИЯз РАН. [Makeeva N. « Système grammatical de la langue kla-dan dans le contexte typologique des langues sœurs », Thèse de doctorat, Moscou, Institut de linguistique de l’Académie des Sciences de Russie]

Makeeva, 2013 Макеева Н. В. Коммуникативные стратегии и коррелятивная конструкция в языке кла-дан и других южных манде. Вопросы языкознания, 1. C. 77-94. [Makeeva N., « Les stratégies communicatives et la construction corrélative en kla-dan et dans d’autres langues mandé-sud », Voprosy jazykoznanija 1, pp. 77-94.]

Mel’čuk, 1997, – Мельчук И.А. Курс общей морфологии. Т. I. Пер с фр. под общ. ред. Н.В. Перцова. Москва – Вена : Языки русской культуры : Венский славистический альманах. [Mel’čuk I., 1997, Cours de morphologie générale, Moscou / Vienne, Les langues de la culture russe : almanach viennois de slavistique.]

Michschenko, 2012, – Мищенко Д.Ф. Глагольная система языка лоома (юго-западная группа семьи манде) в типологическом аспекте. Выпускная квалификационная работа магистра лингвистики. СПб. : СПбГУ. [Michschenko D., 2012, Le système verbal du looma (groupe sud-est de la famille mandé) dun point de vue typologique, Thèse de maîtrise, StPétersbourg, Université d’État de StPetersbourg.]

Plungian, 2003, – Плунгян В.А. Общая морфология : Введение в проблематику. М. : Едиториал УРСС. [Plungian V., 2003, Morphologie générale : introduction à la problématique, Moscou, Éditorial URSS.]

Testelets, 2001, – Тестелец Я.Г. Введение в общий синтаксис. М. РГГУ. 2001. [Testelets Y., 2001, Introduction à la syntaxe générale, Moscou, RSUH.]

Vydrine Valentin, 2009, Выдрин В.Ф. Превербы в языке дан-гуэта. Вопросы языкознания, 2. С. 75-84. [Vydrine Valentin, 2009, « Préverbes en dan-gwèètaa », Voprosy jazykoznanija 2, pp. 75-84.]

Haut de page

Notes

1 Artem Davydov, communication personnelle.

2 Ex. : dà̰ȁ̰ ‘apprendre’ > le̋-dà̰ȁ̰ ‘bercer (un enfant), jouer (avec un enfant)’, sɯ́ ‘prendre’ > le̋-sɯ́ 1 ‘boycotter’, 2 ‘trébucher’.

3 Le terme «échelle de cohésion morphologique» est utilisé dans le sens de Plungian (Plungian 2003 : 32) : des unités de la langue constituent un continuum dont un pôle est occupé des mots autonomes capables de constituer des énoncés complets minimaux et l’autre pôle est occupé par des morphèmes liés non-autonomes.

4 Sur les stratégies communicatives en kla-dan cf. (Makeeva 2013).

5 La valeur principale de la forme verbale redoublée est distributive. En fonction de la valeur lexicale d’un verbe et du contexte grammatical (valeur aspecto-temporelle d’une construction, nombre des GN dans une proposition, interprétation numérique des GN dans une proposition et autres) elle peut exprimer également les sens dispersif, multiplicatif, intensif et autres. Nous entendons par contexte distributif le contexte grammatical qui permet d’interpréter une forme redoublée comme ayant une valeur distributive. La présence d’au moins un GN à valeur plurielle dans la phrase est suffisante pour l’interprétation distributive du verbe redoublé. Mais le type d’interprétation distributive dépend du nombre des GN dans une proposition et des marques de nombre qu’ils contiennent : marque du pluriel, numéraux.
Pour une description détaillée du redoublement
du verbe cf. (Makeeva 2009, Makeeva 2012).

6 La hiérarchie des unités syntaxiques est une hiérarchie : «sujet > complément d’objet direct > complément d’objet indirect > autres», utilisée dans la détermination de la diathèse dans (Testelets 2001 : 413).

7 Un causatif morphologique existe en gban où il est exprimé par un suffixe (Maxime Fedotov, communication personnelle).

8 Au niveau tonal, la présence des préverbes entraîne l’application de lois tonales particulières : ils imposent la même tonalité à la base verbale quelle que soit sa tonalité inhérente (Keita 1989 : 74).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nadezda Makeeva, « Les préverbes en kla-dan », Mandenkan, 50 | 2013, 85-102.

Référence électronique

Nadezda Makeeva, « Les préverbes en kla-dan », Mandenkan [En ligne], 50 | 2013, mis en ligne le 01 décembre 2013, consulté le 26 avril 2017. URL : http://mandenkan.revues.org/254 ; DOI : 10.4000/mandenkan.254

Haut de page

Auteur

Nadezda Makeeva

Institut de linguistique, Moscou
Umuta11@yandex.ru

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de Mandenkan sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Llacan – Langage, langues et cultures d’Afrique noire
  • Logo Search | ERIH PLUS | NSD
  • Revues.org